6ème journée : Strasbourg - Amiens

Aller en bas

6ème journée : Strasbourg - Amiens

Message  67120 le Ven 31 Aoû - 18:05



Racing-Amiens SC le samedi 22 septembre à 20 heures
La Ligue de Football Professionnel a fixé la programmation de la 6e journée de Ligue 1 Conforama.
La rencontre entre le Racing et l’Amiens SC se déroulera le samedi 22 septembre à 20 heures au stade de la Meinau dans le cadre de la 6e journée de Ligue 1 Conforama. Elle sera diffusée sur BeIN SPORTS.
SO
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 4830
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 72
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 6ème journée : Strasbourg - Amiens

Message  67120 le Ven 21 Sep - 6:14

Le double alsacien
La cage amiénoise est gardée par un Alsacien pur sucre, Régis Gurtner, depuis 2016. Il faut croire que la formule a du bon. Depuis cet été, c’est un… Alsacien pur sucre, Matthieu Dreyer, qui est sa doublure.
Ils font un peu partie de cette génération sacrifiée, l’un un peu plus que l’autre toutefois. Ils incarnent la grave crise où le Racing a failli disparaître. Néanmoins, ils ont su se forger un parcours méritoire, contraints et forcés d’aller voir ailleurs si l’herbe est plus verte.
Dans tous les cas, Régis Gurtner et Matthieu Dreyer ne seront pas dépaysés, samedi, au moment d’investir la Meinau.
Le premier a pu faire ses premiers pas au Racing et attire la lumière en jouant un rôle de leader dans une équipe d’Amiens qui s’en sort plutôt bien parmi l’élite.
Le second a rejoint “Schnapsi” – le surnom de Gurtner hérité de son passage au Racing –, pas mécontent d’un sort dicté par le hasard. L’aîné d’une fratrie de trois qui, gamins, faisaient les beaux jours d’Ernolsheim-sur-Bruche, arrivait en fin de contrat à Caen, en juin dernier.
« Les conditions de travail sont nickels »
« Le club était en fin de cycle, avec un changement de président et d’entraîneur, souligne Matthieu Dreyer. Je ne vais pas mentir, je n’ai pas eu 100 000 propositions. Comme d’habitude, je ne me suis pas angoissé, je suis parti en vacances. Amiens m’a contacté et je suis très content de travailler avec l’entraîneur des gardiens. »
Avec Régis Gurtner, il dessine une galaxie alsacienne au poste de gardien à Amiens mais Olivier Lagarde, l’entraîneur en charge du duo, et son goût de l’innovation et l’inventivité, pimentent le quotidien en Picardie.
La doublure de 29 ans ne regrette pas son choix. « Franchement, les conditions de travail sont nickels, notamment au niveau du centre d’entraînement, souligne celui qui vient de débuter sa 11e saison chez les pros. C’est sûr que vu de loin, Amiens, cela fait petit club sans énormément de moyens. Mais il a réussi des coups pour le recrutement, il y a des joueurs de qualité et c’est vraiment sympa d’y travailler. »
Dreyer ne feint pas son bonheur. Il ne tait pas une perspective qui pourrait le rendre plus fou de joie encore.
Si son frère de 24 ans, Cyril, aujourd’hui à Erstein, a fréquenté les équipes de jeunes du Racing, si Nicolas, un peu plus âgé (27 ans) qui vit de l’autre côté de l’Atlantique, a été un pilier de la réserve strasbourgeoise pendant une saison (2010-2011), lui n’a jamais évolué à l’ombre de la Meinau.

« Ce serait une frustration »

Sochaux lui avait mis le grappin dessus, gamin. « C’est assez fou parce que je suis allé à la Meinau pendant des années, sourit-il. Tous les potes ont un abonnement. Il y aura du monde que je connais dans les tribunes samedi. Il y a toujours un lien. Je m’entendais vraiment bien avec Jonas Martin quand j’étais à Sochaux, j’ai connu Lamine Koné dans les équipes de France jeunes. Et j’ai été en contact avec Vincent Nogueira ces derniers temps ( le milieu de terrain qui a quitté le club cet été ). Pour tout dire, il y a deux ans, j’ai vraiment espéré signer au Racing. Ce serait une frustration de ne jamais jouer dans ce club si important pour n’importe quel Alsacien. »
Ça ne s’est pas fait en 2016. Cela se fera peut-être à l’avenir. Rien n’est moins sûr. Depuis 2007, Matthieu Dreyer a eu quelques occasions de ne plus se faire d’illusions dans le milieu du ballon rond. Le gardien est souvent resté dans l’ombre d’un numéro un, grappillant 29 matches en Ligue 1, une quinzaine en Ligue 2.
« C’est comme ça mais ce n’est pas nécessairement mérité, souligne-t-il. Lors de la saison 2015-2016, j’avais fini titulaire en L1 et tous les observateurs avaient considéré que je m’en étais bien sorti. Mais à l’intersaison, Troyes avait recruté. Il y a sans doute l’influence de quelques agents, des choses qu’on ne maîtrise pas toujours. »
Et un petit monde au sein duquel Matthieu Dreyer fait son bonhomme de chemin, tout heureux de croiser la route d’un club qu’il chérit tant et dont il observe les sorties avec attention.
« Le Racing est comme Amiens, concerné par le championnat des 10 ou 11 clubs qui luttent pour le maintien, jauge le fils du kiné d’Ernolsheim. Depuis le début de saison, j’ai l’impression que l’équipe fait les choses moins à l’arrache, de manière plus cohérente. Le Racing a fait des bonnes recrues, l’équipe devrait bien figurer, portée par son public. Mais après, à ce niveau, la dynamique est importante. Et on sait que pour les équipes dans notre catégorie, tout peut arriver. »
Au final, il espère sans doute une saison en pente douce pour le Racing comme pour Amiens car il n’oublie pas où il est, ni d’où il vient.
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 4830
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 72
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 6ème journée : Strasbourg - Amiens

Message  67120 le Sam 22 Sep - 6:06

Fin d’été en beauté ?
En ce dernier jour de l’été, le Racing, qui reste sur un point pris en trois journées, entend s’offrirson premier succès domestique contre un Amiens SC qui y a souvent raflé la mise ces dernières années.
A  une poignée de secondes près, le Racing a échappé samedi dernier à Montpellier à une troisième défaite d’affilée (1-1). Grâce à son Bafana Bafana, Lebo “Zorro” Mothiba, buteur du bout des arrêts de jeu, il a évité sinon une baffe, du moins un soufflet dont les Bleus ont été les premiers à convenir qu’il aurait fait l’effet d’un vilain coup de froid.

Après cinq journées, le capitaine serbe Stefan Mitrovic et les siens, qui se sont tout de même coltiné trois périlleux voyages à Bordeaux, Lyon et Montpellier donc, sont, avec cinq points, dans une moyenne honnête, mais fragile, comme en atteste leur 16e place. Pour eux, le bât blesse surtout à la Meinau. En deux sorties, les troupes de Thierry Laurey n’y ont engrangé qu’un point sur six. Et encore, à 11 contre 10 contre Saint-Étienne durant plus d’une heure!

Cinq sur six pour Amiens en trois saisons

Depuis, l’une de leurs bêtes noires, Nantes, est venue y chercher son deuxième succès en deux confrontations depuis la remontée des Bleus en Ligue 1 en 2017 (2-3). Et voilà qu’une autre, l’Amiens SC qui, comme les Canaris, leur a barboté six points en 2017-2018, s’y présentera ce soir. «L’an dernier, Guingamp ne nous a pas réussi, Monaco non plus, comme pas mal d’équipes en fait. Amiens en fait partie, énumère l’entraîneur alsacien. À nous de faire fi de cette statistique pour penser uniquement à la victoire.»

Les Amiénois n’ont de toute façon pas attendu leur promotion en L1 au printemps 2017 – la première de leur histoire – pour mettre des bâtons dans les crampons strasbourgeois. Eux qui, comme les Racingmen, ont goûté au bonheur de deux accessions successives, se sont imposés cinq fois sur six lors des trois dernières saisons, dont deux à la Meinau (1-0 le 13 mai 2016 où ils ont retardé de quelques jours la montée des Bleus en Ligue 2 et le 9 septembre 2017).

Mais Thierry Laurey, qui n’est pas féru de stats, préfère se concentrer sur ces Picards version 2018-2019. «J’ai l’impression que leur effectif est meilleur que l’an passé. Pour diverses raisons – des recrutements un peu tardifs ou des blessures –, il n’est pas pour l’instant optimum (…), mais leur équipe est compétitive. Elle l’a montré sur les derniers matches, même si elle n’a pas toujours été payée. Quand on fait match nul à Saint-Etienne (0-0), quand on tient la dragée haute à Lille (défaite 2-3) et quand on bat Reims (4-1), c’est qu’on a de la qualité. Cette très bonne équipe joue avec ses valeurs: une organisation très stricte, beaucoup d’efficacité malgré tout, pas mal de défis, du jeu vers l’avant… Toutes les qualités que réclame la Ligue 1.»

À l’heure d’ouvrir une semaine à trois matches, avec un déplacement à Marseille mercredi et la réception de Dijon ensuite, le technicien n’a en tête que la venue de son ancien club (avec qui il était descendu en National en 2008-2009). L’idée de repousser les deux portiers alsaciens, Régis Gurtner, récemment promu capitaine, Matthieu Dreyer et leurs coéquipiers, à quatre longueurs et, du même coup, la zone rouge à distance fait son chemin dans les vestiaires meinoviens.

«Si on veut parler stats, j’observe qu’à pareille époque l’an dernier, nous avions un point de moins et que contre les adversaires que nous avons rencontrés cette année, nous avions aussi un point de moins. Certaines petites choses nous font penser qu’on a certes une marge de progression, mais qu’on est justement en train de progresser. Il faut continuer dans cette direction.»

C’est dire si quelques vendanges tardives – comprenez, trois points récoltés – seraient les bienvenues pour achever l’été avec une suave saveur en bouche et faire enfin payer l’addition à un ASC qui, depuis 2015, a trop souvent fait bombance à la Meinau.
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 4830
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 72
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 6ème journée : Strasbourg - Amiens

Message  67120 le Sam 22 Sep - 6:18

zoom sur... - Amiens
 Le miracle permanent, vraiment ?
Le club picard, en dépit de ses faibles moyens, s’est reconstruit un effectif séduisant à l’été et peut envisager une saison aussi sereine que la précédente.
 Sur la ligne de départ, il fait naturellement partie des mal-lotis. Mais le Sporting parvient tout de même à bien cacher son jeu.

Il serait un club sans glorieux passé et sans le sou ? L’Amiens SC s’appuie sur un budget de 36 millions d’euros et n’aurait rien contre s’incruster parmi les meilleurs au sein du top-20 hexagonal.

La saison passée, il y avait réussi dès début mai, lors de la 36e journée, en tenant le PSG en échec (2-2), s’appuyant sur une solide défense – la quatrième de L1 – et sur des attaquants efficaces, notamment Moussa Konaté (13 buts) et Gaël Kakuta (6 buts, 6 passes décisives), prêté par un club chinois et qui s’est parfaitement relancé.

Le risque d’un pillage était avéré. Au terme du marché estival, Amiens a conservé moult de ses forces vives, son meilleur buteur, Prince Gouano, son pilier défensif qui voulait partir, ou encore Régis Gurtner, son emblématique gardien alsacien.
Ganso, la sensation de l’été

Assez imaginatifs, les responsables du recrutement ont cherché à entretenir la dynamique, proche de celle du Racing – montée en Ligue 2 en 2016, montée en Ligue 1 en 2017 puis maintien – à la faveur de coups assez séduisants.

Le Brésilien Ganso, aussi prometteur que Neymar dans ses jeunes années, ou l’attaquant iranien Saman Ghoddos, chipé à Rennes, ainsi qu’Eddy Gnahoré, sont arrivés.

L’entraîneur Christophe Pélissier a tourné la page des années passées, quelques historiques – Ngosso, Ielsch, Charrier – se sont effacés. Et l’ensemble n’en a visiblement pas souffert.

Encore que. « Ce qui marque à Amiens, c’est la joie de vivre et le refus du coach de se reposer sur les acquis, souligne de l’intérieur le gardien remplaçant alsacien Matthieu Dreyer, arrivé de Troyes. Aujourd’hui, on ne peut pas dire que l’on est au top. Il y a eu beaucoup d’arrivées, de joueurs étrangers notamment. Il faut que la mayonnaise prenne. »

Pour l’heure, ce qui apparaît dans le saucier amiénois n’est pas trop vilain. Avec quatre points en cinq matches, le bilan est maigre mais on n’a pas l’habitude de s’alarmer outre mesure.

La saison passée, le promu de l’époque avait commencé son championnat avec trois défaites. Il n’avait pas tardé à s’en remettre à la faveur en particulier d’une victoire… à la Meinau (0-1).

Pour l’occasion, Gurtner et ses copains avaient entretenu une tradition assez contrariante vue d’ici : sur les six dernières confrontations entre les deux équipes, Amiens l’a emporté cinq fois.
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 4830
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 72
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 6ème journée : Strasbourg - Amiens

Message  67120 le Sam 22 Sep - 6:21

Un bis envisagé
Thierry Laurey n’a pas révélé ses intentions quant à l’équipe qu’il compte aligner ce soir. L’entraîneur strasbourgeois est tenté de déployer son onze comme la semaine passée, à Montpellier (1-1). Dans l’Hérault, la défense s’était articulée autour de trois défenseurs centraux, avec deux latéraux, Kenny Lala ( ci-dessus ) à droite, Lionel Carole à gauche. Anthony Caci n’y avait (vraiment) pas démérité. Il serait cruel de le sortir du onze de départ et le natif de Forbach pourrait donc être titularisé pour la cinquième fois cette saison.

La configuration adverse est celle d’une équipe picarde qui peut défendre assez bas et impose assez souvent un défi physique intense. «Il n’y a pas que le système, souligne d’ailleurs l’entraîneur strasbourgeois. Il y a l’animation qui va avec.»

Du côté d’Amiens, Christophe Pélissier va devoir composer avec certaines absences. Touché à la cheville cette semaine à l’entraînement, Juan Ferney Montero est forfait.

Avec Stiven Mendoza, victime d’une déchirure, l’entraîneur picard est privé de ses deux attaquants colombiens de couloir, ce qui devrait faire le bonheur de Quentin Cornette.

Il récupère en revanche son ancien capitaine Thomas Monconduit, suspendu face à Lille. Pour la deuxième fois après Lille, celui qui lui avait succédé au brassard, Prince Gouano, sera titularisé. Fin août, le défenseur central, convoité par Anderlecht qui avait proposé 6,5 millions quand l’ASC en exigeait 10, s’est mis en arrêt maladie et est allé au bras de fer avec ses dirigeants. Ces derniers n’ont pas cédé. Gouano est toujours amiénois, mais le capitanat est désormais assumé par Régis Gurtner.

➤ ABSENTS : à STRASBOURG, Ajorque, Gonçalves, Koné, Tchamba, Simakan (blessés), Kawashima (g), Fofana, Aaneba, Zemzemi (choix) ; à AMIENS, Blin, Otero, Zungu, Mendoza (blessés).
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 4830
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 72
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 6ème journée : Strasbourg - Amiens

Message  67120 le Sam 22 Sep - 19:49

Le Racing n'a toujours pas gagné à domicile cette saison - nul contre Saint-Etienne (1-1) et défait devant Nantes (2-3) - et espère se relancer contre Amiens. Une équipe qui ne lui réussit pas du tout puisqu'elle l'a battu cinq fois en six sorties, dont deux fois en terre alsacienne. Mais toute série est faite pour s'arrêter...
.

Les compos sont tombées:
RACING: Sels - Martinez, Mitrovic, Caci - Carole, Lienard, Sissoko, Martin, Lala - Da Costa, Mothiba.
AMIENS: Gurtner - Krafth, Adenon, Gouano, Lefort - Ganso, Monconduit, Gnahore, Kurzawa - Cornette, Ghoddos.
.
Le Racing rerste sur un nul ramené à la dernière seconde de Montpellier sur un but de Mothiba ce qui lui a évité de subir une troisième défaite d'affilée. Avec un succès ce soir, il se replacerait dans le ventre mou du championnat.
.

Les deux équipes marquent la grande majorité de leurs buts en seconde période. Il faut espérer qu'on ne s'ennuiera pas durant les 45 premières minutes...

L'ambiance monte doucement dans une Meinau qui n'affichera pas complet ce soir. Et pourtant, ce match contre Amiens sera tout aussi important dans l'optique du maintien.
.
C'est parti à la Meinau.
.
Et tout de suite le Racing qui se montre. Da COsta récupère un ballon et lance Mothiba à la lutte avec Gouano qui concède le corner. Mais M. Stinat siffle une faute du Sud-Africain.
.
Charge de Martinez sur Ghoddoos sanctionnée par l'arbitre.
.
Amiens tient mieux le ballon en ce début de rencontre. Le Racing attend pour mieux partir en contre.
.
Première frappe cadrée du match. Et elle est en faveur du Racing. Sissoko reprend du plat du pied une passe de Martin. C'est directement sur Gurtner.
.
Au tour de Lienard de tenter sa chance à 35m. Gurtner se couche tranquillement pour attraper la sphère après le rebond.
.
Par deux fois Cornette alerte Sels depuis son aile gauche. Sans danger pour le gardien belge du Racing.
.
Sissoko obtient un coup franc intéressant sur une faute de Lefort.
.
Lienard se charge du coup franc excentré mais son ballon rentrant arrive directement dans les gants de Gurtner.
.
Martin réalise un gros premier quart d'heure. Par ses remontées de balle et sa faculté à conserver le cuir, il est particulièrement précieux.
.
Faute de Caci sur Monconduit à une trentaine de mètres du but de Sels.
.
Bonne combinaison entre Martin et Mothiba. Le ballon revient dans les pieds de l'ex-Montpelliérain à l'entrée de la surface. Martin frappe alors que Carole était tout seul à gauche dans la surface. C'est contré!
.
Cette rencontre a du mal à s'emballer. Les deux formations font bien attention à ne pas trop se découvrir. On se craint des deux côtés.
.
Il y a de bonnes intentions du côté alsacien mais encore trop de déchet technique à la finition.
.
Sur un contre, Carole décale Martinez dans la surface dont la frappe enroulée atterrit directement dans les gants de Gurtner.
.
Gros arrêt de jeu après que Sels a été percuté par Mitrovic et Ghoddoos sur une sortie. L'Amiénois aurait pu être sanctionné d'un jaune pour avoir poussé le défenseur serbe sur son gardien. Il s'en sort bien. Et Sels a repris sa place dans le but.
.
Faute de Gnahore sur Martin. Ca se tend un peu sur la pelouse.
.
Quel dommage? Da Costa gratte un ballon dans le rond central mais il ne s'entend pas avec Lienard au moment de lancer le contre. Les Amiénois récupèrent la possession du ballon.
.
Une-deux entre Lala et Da Costa. Lala pénètre dans la surface et centre fort devant le but de Gurtner en direction de Mothiba. Adenon intervient en catastrophe.
.
Au final, aucune grosse occasion à se mettre sous la dent durant ces 45 premières périodes. Quand on vous dit que ces deux équipes sont plus efficaces après le repos...
.
Il pleut méchamment sur la Meinau. On commence à voir les premières glissades.
.
Coup franc pour Amiens botté par Kurzawa: c'est renvoyé par la défense bas-rhinoise.
.
Adenon pousse Da Costa dans le dos. Coup franc excentré pour le Racing.
.
Le coup franc dans la boîte de Lala trouve une tête amiénoise.
.
But 0-1
.
Ouverture du score de Krafth.
.
Mi-temps
.
Ouverture du score de Krafth. Quelle erreur de la défense strasbourgeoise. Ghoddoos est lancé sur l'aile droite par Krafth. L'Iranien percute, entre dans la surface et tente de retrouver le Suédois. Lala intervient mais Mitrovic lui enlève le ballon des pieds. Gnahore passe par là, récupère le ballon et le glisse à Krafth qui trompe Sels de près. C'est la cata!
.
la Meinau qui a pris un sérieux coup de froid sur cette ouverture du score amiénoise. Les deux équipes n'avaient pas été dangereuses jusqu'à ce cafouillage dans la surface alsacienne. Il va falloir mettre la gomme au retour des vestiaires.
.
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 4830
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 72
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 6ème journée : Strasbourg - Amiens

Message  67120 le Sam 22 Sep - 21:04

L'occasion de Mothiba! Sur un centre mal repoussé par la défense amiénoise, Lala tente une reprise dans la surface qui se transforme en passe décisive pour Mothiba dans les six mètres. Las, le Sud-Africain ne cadre pas son intérieur du pied.
.
BUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUt 1-1 Lala

.
L'égalisation de Lala. Le piston strasbourgeois s'élance et envoie le ballon en pleine lucarne. Le Racing a réagi d'entrée et c'est tant mieux.
.
Les Strasbourgeois mordent à pleines dents dans cette seconde période. Amiens est sous pression et n'arrive plus à ressortir proprement le ballon.
.
A noter que Corgnet a remplacé Lienard à la pause. Il évolue quasiment en soutien des deux attaquants.
.
La parade de Gurtner. Un centre contré revient vers les 16m. Martin, lancé, ouvre son pied mais Gurtner se détend parfaitement. Le deuxième but n'était pas loin.
.
Ouh lalala Mitrovic. Sur un mini-corner amiénois, le Serbe met une tête au second poteau qui n'est pas loin de surprendre Sels. Sans dommage heureusement.
.
Martinez s'enhardit mais sa frappe lointaine est bien trop écrasée.
.
Sels se détend pour dévier un centre de Krafth dan ses six mètres.
.
Jaune pour Sissoko qui a fait tomber Cornette.
.
Cornette tente une frappe croisée sur le deuxième temps d'un coup franc. Le ballon passe à un bon mètre du but de Sels.
.
BUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUT 2-1

Corgnet double la mise pour le Racing.
.
Corgnet double la mise pour le Racing. Sur un centre de Lala, Corgnet est seul au deuxième poteau pour claquer une tête à bout portant qui enflamme la Meinau. Le Racing est devant, quelle réaction!
.
Martinez, encore de loin, ne trouve pas le cadre.
.
Konaté remplace Ganso à Amiens.
.
Monconduit est averti côté picard.
.
Le Racing continue de pousser. Lefort concède un corner sur un dégagement complètement dévissé dans ses six mètres.
.
Sur un centre mal maîtrisé par la défense alsacienne, Cornette place une tête au-dessus.
.
Kurzawa out, Bodmer in à Amiens.
.
Mothiba cède sa place à Zohi au Racing.
.
Krafth est à son tour averti.
.
Mitroviuc acte deux. Sa remise à Sels plonge son gardien dans l'embarras. Heureusement que le corner concédé ne donne rien.
.
Konaté tout près d'égaliser. Sur un centre amiénois, Caci touche le ballon de la tête. Konaté en profite mais a frappe file juste à côté. Ouf!
.
BUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUT 3-1
.
Le Racing prend le large. Sur un bon pressing de Da Costa, Zohi est lancé dans la surface. Son centre en retrait est catapulté dans son propre but par Adenon. Ca sent bon la première victoire à domicile.
.
Dernier changement au Racing. Grimm entre, Da Costa sort.
.
Timite remplace Cornette à Amiens.
.
Trois minutes de temps additionnel.
.
C'est terminé à la Meinau sur cette première victoire du Racing à la maison cette saison. Les Strasbourgeois ont parfaitement réagi après avoir été menés à la pause sur un coup du sort. Ce succès fait monter leur compteur à huit unités en six journées.

.
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 4830
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 72
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 6ème journée : Strasbourg - Amiens

Message  67120 le Dim 23 Sep - 6:27

En net progrès
Mené à la pause, le Racing s’est forgé son deuxième succès de la saison, le premier à la maison, en seconde période, au mental, à l’énergie et au talent, un peu aussi. En dominant Amiens, l’une de ses récentes bêtes noires, c’est comme s’il avait grandi.
Cette fois, Laurey n’a pas fait dans la nouveauté. Il a reconduit un système gage de solidité, la saupoudrant d’une once offensive avec la titularisation de Lienard à la place de Grimm. À l’entame d’une semaine à trois matches, il n’était pas question de sortir le parapluie mais plutôt de soigner avec intelligence le curieux syndrome qui planait par ici.

Jusque-là, le Racing n’avait pris qu’un point en deux matches en son antre vrombissant. Passé un tout début de rencontre ponctué de micro-flottement face au dispositif picard – un 4-4-2 avec les deux «stars» de son recrutement estival Ganso et Ghoddos devant et Konaté, sur le banc –, le Racing a veillé à construire et à bien s’appliquer.

Le déchet technique, qui a plombé certaines de ses récentes sorties, s’en est retrouvé allégé. De derrière, les Strasbourgeois ont soigné la relance et investi le camp visiteur. Amiens a parfois eu recours à la boîte à gifles pour refroidir les ardeurs alsaciennes. Mais la bande à Laurey, dans son souci de ne pas s’exposer en attaquant, a d’abord manqué de munitions devant. De saison sous le crachin, trois pétards mouillés – des tentatives lointaines et sans danger pour Gurtner de Sissoko (6e’ ), Lienard (8e’ ) et Martinez (27e’ ) – ont animé une première période finalement terne et qui s’est achevée sur une grimace.

Le Racing est revenu avec le mors aux dents

Amiens a longtemps affiché sa tenue de combat pour envisager une suite riante à ses rendez-vous avec le Racing, battu lors de cinq des six dernières confrontations. Et une contre-attaque anodine a donné une vilaine tournure à l’affaire. Ghoddos a insisté sur son côté droit jusqu’au cœur de la surface strasbourgeoise où Lala l’a contré. Dans la foulée, Mitrovic, encore une fois un peu à côté de ses crampons hier, s’est emmêlé les crayons, ce dont Krafth a profité pour tromper Sels de près (0-1, 45e’ +1).

«La première période se termine sur un coup du sort, a considéré Thierry Laurey. Elle n’était pas mauvaise mais il a fallu trouver d’autres solutions. J’ai dit des choses, ils se sont dit des choses. Et les garçons ont transformé leurs paroles en actes.»

Au retour des vestiaires, une reprise de Mothiba au-dessus – une forme de raté sur un centre de Lala – a paradoxalement donné un signal: les Picards devaient se préparer à en baver des ronds de chapeau. Car le Racing est revenu avec le mors aux dents, soucieux de faire plaisir à un public qui s’est remis à rugir. Le coup de semonce a été suivi par un joli coup de canon de Lala, pleine lucarne.

Les Bleus ont eu le temps de transformer un moindre mal en bonne opération. Ils ont commencé à donner le tournis à leurs vis-à-vis, par des changements d’aile, par un surcroît d’énergie, tout en se méfiant du déséquilibre qu’Amiens guettait avec avidité.

Le Racing a fini par obtenir la récompense à des convictions offensives. Corgnet, auteur d’une entrée remarquée, a décoché le coup de tête croisé qu’il fallait à la retombée d’un centre de Lala, au deuxième poteau (2-1, 66e’ ).

Devant au score, les hommes de Laurey ont géré comme il fallait, faisant planer le danger de manière sporadique sur la cage de Gurtner. Il y a bien eu un coup de chaud quand Konaté a été en position d’égaliser, au deuxième poteau, sur un centre involontairement prolongé par Caci.
Trois points qui éclaircissent bigrement l’horizon

Mais le Racing a terminé le travail, une accélération de Kevin Zohi sur la droite de la surface, conclue d’un bon centre poussant Adenon à marquer contre son camp (3-1, 86e’ ). «Je suis fier de ce que les joueurs ont fait, a conclu l’entraîneur du Racing. On est allé de l’avant en concédant très peu d’occasions.»

Le signe que ses Strasbourgeois sont, effectivement, en train de progresser? Peut-être, mais ce qui est sûr, c’est que les trois points tombés dans leur escarcelle éclairent bigrement l’horizon. Les voilà propulsés dans la première partie de tableau et le voyage à Marseille, de mercredi, peut s’envisager avec envie.
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 4830
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 72
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 6ème journée : Strasbourg - Amiens

Message  67120 le Dim 23 Sep - 6:29

Détonnant Lala
Très actif offensivement en première période, Kenny Lala a offert l’égalisation au Racing dès l’entame de la deuxième. Avant de livrer une passe décisive à Corgnet sur le deuxième but. Hier soir, la locomotive alsacienne était à droite.
 La première banderille placée par le Racing, à la 6e’ , est signée Ibrahima Sissoko. Une frappe un peu trop molle. Sur un service de qui ? De Kenny Lala, pardi.

Le latéral, qui occupait hier un poste mi-défensif, mi-offensif (défense à trois centraux oblige), a en effet passé la première période à assurer à la perfection son rôle de piston. Avec son compère Nuno Da Costa, il a labouré le terrain le long du banc de touche pour tenter d’offrir à son équipe des opportunités offensives.

À une exception près (cette frappe de Martinez, après un relais avec Carole, à la 28e’ ), toutes les actions alsaciennes durant ces 45 premières minutes sont nées du côté de l’ami Lala. Parfois avec l’aide de Sissoko, parfois avec celle de Martin, souvent avec celle de Da Costa. Mais toujours avec le premier nommé en mode détonateur.

Alors certes, on peut déplorer une mise en route de l’ancien Lensois un peu délicate, notamment parce que le feu follet Cornette ne s’est pas privé de venir le titiller durant le premier quart d’heure.
Un bijou sur coup franc
pour égaliser

Mais ensuite, celui qui avait terminé le précédent exercice avec un total de trois buts (et quatre passes décisives) a fait étalage de sa technique. À l’image de ce joli extérieur du droit à destination de Carole (23e’ ). Ou, dans un registre défensif, ce retourné acrobatique devant Ganso pour éteindre le feu dans la surface alsacienne (27e’ ). Prouvant, sur ce coup-là, qu’il avait un sacré coffre pour arpenter le terrain de haut en bas.

Dommage que son une-deux, parfait avec Da Costa, a été suivi d’un centre qui l’était un peu moins, à la 37e’. Car comme ses coéquipiers, Kenny Lala est rentré tête basse au vestiaire. Une mésentente malheureuse avec Mitrovic venait en effet d’offrir sur un plateau un but aux Picards, alors que le latéral était revenu du diable Vauvert.

Mais qu’importe. Il lui faudra moins d’une minute, après la coupure, pour relancer la machine, en délivrant un centre au cordeau à Mothiba (46e’ ). Deux minutes plus tard, le latéral va faire honneur à sa nouvelle coupe, d’un blond peroxydé. Corgnet se fait découper à l’entrée de la surface. Lala se charge de tirer le coup franc, à l’endroit même (ou presque) où Lienard avait offert le maintien face à Lyon la saison passée.
Un caviar pour Corgnet

Du droit, Lala va nettoyer la lucarne de Gurtner, comme Lienard l’a fait du pied gauche avant lui. De quoi remettre les Strasbourgeois pour de bon dans la course, dès la 48’e. A l’heure du bilan Stefan Mitrovic, lui rendra d’ailleurs hommage. «Lala a été très important, c’est lui qui a réveillé l’équipe. Revenir dans le match était compliqué et son but nous a beaucoup aidé», exposera le capitaine bleu après coup.

Il était écrit qu’hier soir, Lala n’allait pas faire les choses à moitié. Malgré quelques contrôles parfois hasardeux, le latéral va continuer, inlassablement, son travail de sape dans le dos de Kurzawa et Lefort en seconde période. Des courses et des efforts qui vont tout changer. Car c’est sur une énième montée rageuse qu’il centre à la perfection pour le deuxième but strasbourgeois, marqué de la tête par Corgnet, à la 66e’.

Kenny Lala, parfois tellement feu follet qu’il en oublie de défendre, aura la bonne idée de se canaliser dans les dix dernières minutes. Rendant plus compacte une défense plus sollicitée.

Kenny Lala verra finalement le troisième but de loin, campé au marquage de Ghoddos. Et il saura l’apprécier, lui qui a tant fait, hier soir, pour que les Bleus fêtent enfin leur premier succès à la Meinau.
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 4830
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 72
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 6ème journée : Strasbourg - Amiens

Message  67120 le Dim 23 Sep - 6:33

Un Racing à réaction
Mené à la pause par sa bête noire amiénoise, le Racing a réagi de fort belle manière en seconde période pour remporter sa première victoire domestique de la saison. Le voilà huitième de L1.
Il paraît que les footeux sont superstitieux. Et franchement, il y avait de quoi l’être un petit peu côté strasbourgeois à la mi-temps de ce match contre Amiens. Les Picards seraient-ils la bête noire du Racing ? En voyant Krafth profiter d’un improbable cafouillage entre Lala et Mitrovic dans la surface alsacienne (0-1, 45e+2), juste avant que M. Stinat ne renvoie les 22 acteurs au vestiaire, les hommes de Thierry Laurey pouvaient légitimement se croire maudits. Car c’est bien une sixième défaite en sept matches contre l’ASC qui se profilait.

Pourtant, auparavant, le Racing n’avait jamais été mis en danger au cours d’une rencontre qui n’avait pas été jouée sur un rythme endiablé non plus. L’objectif, dans les deux camps, était de concéder le moins d’espace possible, éviter de se livrer donc. Cela a donné une première période chiche en occasions de but. Si Sissoko (5e) et Lienard (8e) ont été les auteurs des premières frappes cadrées, bientôt imités par Cornette (10e), Gurtner comme Sels n’ont eu aucun arrêt compliqué à effectuer.

Ce ne sont pas pourtant les bonnes intentions qui ont manqué chez des Ciel et Blanc trop brouillons pour se montrer dangereux. Ce déficit d’efficacité était encore criant lorsque Mothiba, à l’affût après une reprise de Lala, ne parvenait pas à cadrer son plat du pied dans les six mètres adverses (46e).
Corgnet-Lala, duo gagnant

Mais cette entame de seconde période n’avait plus rien à voir avec ce qui avait précédé. Remontés comme des coucous, les Racingmen se faisaient immédiatement pressants. Corgnet, entré à la place de Lienard, obtenait un bon coup franc que Lala exécutait parfaitement pour remettre les compteurs à zéro, ou à un partout si vous préférez (1-1, 48e). Galvanisés, les Strasbourgeois ne s’arrêtaient pas en si bon chemin. Martin obligeait Gurtner à se détendre sur sa gauche pour éviter le retour de bâton (56e).

Mais à force d’insister et d’acculer les visiteurs dans leurs 30 derniers mètres, le Racing faisait sauter une deuxième fois le verrou picard. Le ballon naviguait parfaitement de gauche à droite pour trouver Lala en position de centrer. Corgnet, seul à la retombée du ballon, ne se privait pas d’enflammer la Meinau d’une tête à bout portant (2-1, 66e).

Loin de se contenter de cette avance au score, les Bas-Rhinois ont continué à jouer vers l’avant pour étouffer complètement une formation amiénoise incapable de retrouver un second souffle. Les Blancs finiront bien par se procurer une occasion d’égaliser mais l’enchaînement de Konaté dans la surface ne trouvait pas le cadre (85e). Un coup de semonce suivi d’une nouvelle réaction alsacienne puisqu’un bon pressing de Da Costa sur Gouano suivi d’un centre en retrait de Zohi obligeait Adenon à commettre l’irréparable en taclant le ballon dans son propre but (3-1, 86e)…

Dans un stade tout feu, tout flamme pour cette première victoire domestique de la saison, le Racing a montré qu’il ne cédait pas à la fatalité. Amiens avait beau avoir l’apparence d’une bête noire, le Racing a démontré de fort belle manière après le repos qu’il n’était en rien maudit. Sa réaction a été salutaire et le fait grimper jusqu’à la 8e place de Ligue 1 avec huit points au compteur.
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 4830
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 72
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 6ème journée : Strasbourg - Amiens

Message  67120 le Dim 23 Sep - 6:44

Tous derrière un panache blond
Emmenés par un Lala de gala (voir par ailleurs) , les Bleus ont aussi trouvé en Benjamin Corgnet, entré à la pause, un artisan majeur pour prendre la mesure d’Amiens à l’usure.
 SELS (5). – Attentif sur la première frappe cadrée des Amiénois signée Cornette (9e ), puis sur la suivante, armée dans la foulée par le feu follet picard (10e ), l’international belge a pris un sacré caramel à la 28e dans un choc avec son capitaine Mitrovic et Ghoddos, l’Iranien de l’ASC. Il ne pouvait rien sur le but d’Emil Krafth (45e +2), le latéral droit international suédois, aligné à deux reprises durant le Mondial russe. Plutôt à son affaire par ailleurs.

La sérénité de Caci


❏ LALA (7). – Incontestablement l’homme du match, avec un but et une passe décisive. Le latéral droit a évolué au niveau qu’on lui connaît lorsqu’il est au top (voir par ailleurs).

❏ CAC I (6).  – Pour sa 5e titularisation en six journées, “Titi” a été égal à lui-même. Le gamin, toujours à l’écoute des consignes de ses partenaires et de son coach, affiche une assurance de vieux briscard, sans chercher à en faire des tonnes. Il joue juste et dégage une épatante sérénité.

❏ MITROVIC (4). – Jusqu’à la mauvaise inspiration du Serbe dans le temps additionnel du premier acte, la défense strasbourgeoise n’avait pas vraiment été mise en péril.

En stoppant en pleine surface un ballon que Lala se préparait à dégager, puis en s’emmêlant les pinceaux, le capitaine a bien malgré lui été à l’origine de l’ouverture du score signée Krafth (45e +2). Il a ensuite failli inscrire son 2e but contre son camp – après Nantes – à la 58e. Le défenseur axial a vécu des soirées plus fastes.

❏ MARTINEZ (6). – L’ancien Angevin confiait mardi se sentir plus en sécurité dans un système à trois centraux. Ça s’est encore vu hier. Il a rendu une copie sans tache, bonifiée par une tête plongeante salvatrice sur un coup franc de Kurzawa (18e ), un tir tendu du gauche maîtrisé par Gurtner (27e ) et un missile de 30 mètres de peu à côté (69e ). Son meilleur match de la saison.

❏ CAROLE (5). – Il n’a jamais hésité à arpenter son couloir gauche et apporter le surnombre en attaque, mais n’a jamais vraiment pu se décoller de l’attachant Krafth. Du coup, il a fini par se concentrer sur sa mission défensive, avec un certain bonheur.

❏ SISSOKO (5).
– On l’a beaucoup vu en début de partie, ce qui lui a permis de cadrer le premier tir du match, sans danger pour Gurtner (6e ). Mais le grand Ibou a un peu disparu par la suite, du moins dans son jeu vers l’avant.

Il s’est en revanche appliqué à couper les transmissions amiénoises, parfois de façon illicite, ce qui lui a valu d’être averti à la 63e minute. Un match moyen malgré tout.

❏ LIENARD (4). – Le Belfortain avait fait banquette à Montpellier. Relancé dans le onze de départ, il s’est tout de suite signalé par deux frappes cadrées du gauche, sans surprendre un Gurtner bien placé (8e , 14e ).

Il a inlassablement travaillé, mais n’a pas toujours fait les bons choix, au point d’être remplacé à la pause par Benjamin Corgnet (6), qui regagne peu à peu du temps de jeu après sa blessure en préparation et aura eu le mérite de donner l’avantage aux Bleus à la 66e.

❏ MARTIN (5). – Le milieu relayeur et animateur, qui réalise un début de saison de haute tenue, a cette fois un peu moins rayonné, tout en s’évertuant à mettre de l’ordre dans le jeu bas-rhinois.

Peut-être était-il un poil moins en jambes. Mais ça ne l’a pas empêché de se démultiplier autant que d’habitude.

❏ DA COSTA (5).  – Le Cap-Verdien n’a ménagé ses efforts, ni en attaque, comme sur ce joli slalom conclu par un tir contré (20e ), ni en défense, comme sur ce ballon chipé à Monconduit qui amorçait un contre (34e ).
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 4830
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 72
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 6ème journée : Strasbourg - Amiens

Message  67120 le Lun 24 Sep - 6:09

Mental haut
Le Racing a renversé une tendance défavorable pour se forger son premier succès à domicile de la saison. Face à Amiens, il a prouvé que son état d’esprit pouvait le mener loin.
Il ne s’agit évidemment pas de déboucher le crémant à la faveur d’un premier succès, à la maison, face à un mal loti de la Ligue 1. Mais le Racing a eu le mérite de ne pas se résigner, de réagir, face à Amiens, en une soirée mal embarquée et sa situation en devient bien plus pétillante.
« Le problème n’est pas de tomber, l’important est d’être capable de se relever »
Il y a une semaine, la bande à Laurey a réussi à égaliser face à Montpellier qui n’a pas l’habitude de laisser filer les points quand il ouvre la marque – demandez à Nice. Il y a un an, face aux mêmes adversaires picards, elle ne s’était jamais vraiment relevée de l’ouverture du score visiteuse.
Quelque chose aurait-il changé ? Samedi, au terme d’une première période à peu près maîtrisée même si elle a manqué de rythme, le premier but amiénois aurait pu mettre Mitrovic et ses copains K.-O. Il a plus servi d’aiguillon. Après la pause, les Bleus se sont mis à dérouler. « Dans le vestiaire, tout le monde était raccord par rapport à ce qu’il fallait faire, a détaillé Thierry Laurey. Le problème n’est pas de tomber, l’important est d’être capable de se relever. » Son Racing a su le faire avec efficacité, lancé par la jolie égalisation de Lala.
« On l’avait fait plusieurs fois lors des matches amicaux, poursuit l’entraîneur strasbourgeois. Les joueurs l’ont encore fait, avec l’appui du public. Dans le recrutement, on avait ciblé des garçons au mental fort. » Lors de la campagne estivale, Dijon (3-2) ou encore Fribourg (2-3) avaient effectivement perdu après avoir mené face au Racing.
Les Strasbourgeois avaient peut-être donc préparé leur coup lors de matches qui ne comptent pas ou peu.
En renversant complètement les Picards, ils ont également mis au pas une bête noire et ont emmagasiné de la confiance en prévision de futurs matches mal emmanchés.
Ce ne sont pas les seules raisons de se frotter les mains devant le premier succès de la saison à domicile, qui fait donc suite, dans la chronologie, à l’inoubliable… Racing-Lyon (3-2) du mois de mai.

« Des choses à améliorer »

Il n’y a que trois points d’avance sur la zone rouge et le barragiste ? Il y en a quatre sur l’avant-dernier sûr de descendre en fin de saison, Amiens pour l’instant. Accessoirement, de nombreuses équipes, une petite dizaine, font tampon avec les places des condamnés.
Le contenu des sorties invite également à l’optimisme. Le Racing ne tourne pas le dos à ses penchants naturels, notamment à domicile. « Le public nous pousse, rien ne doit nous freiner en pareilles circonstances, sauf peut-être moi, a souri Laurey après coup. Mais ce que je note surtout, ce sont les efforts de Da Costa, de Mothiba, qui ont fait les appels ce qui a permis par exemple à Corgnet de marquer ( le deuxième but ). Les garçons jouent pour le collectif et jusqu’au bout. Da Costa va gagner un ballon à la 87e minute sur le but qui nous met à l’abri. »
Volontaires, les Strasbourgeois apparaissent également affûtés, habitués à finir fort. Ils ne sont pas tous au taquet, certains sont même loin du compte, à l’image de Stefan Mitrovic ou de Dimitri Lienard, un nouveau et un ancien qui se cherchent. Aujourd’hui à l’infirmerie, Ludovic Ajorque, Lamine Koné et Anthony Gonçalves seront bientôt susceptibles d’offrir des solutions en cas de besoin. Alors qu’il avait exprimé son souhait de pleinement les intégrer, Thierry Laurey tient parole avec des jeunes du centre de formation. Anthony Caci profite de la réorganisation avec trois défenseurs centraux quand Kévin Zohi transforme en or son petit temps de jeu en fin de rencontre. Après avoir été passeur décisif à Montpellier, il l’a quasiment été puisque son centre a provoqué le but contre son camp d’Adenon, avant-hier.
« On a été solide et on a pu se projeter », s’est satisfait Laurey au terme de la deuxième victoire de la saison avant d’ajouter, à propos d’un 3-5-2 qui commence à faire ses preuves : « Il faut encore que l’on trouve quelques repères et des connexions. Il y a des choses à améliorer. »
Au moins, avec les huit points emmagasinés, s’est-il donné du temps pour travailler et de la confiance pour envisager la suite.
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 4830
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 72
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 6ème journée : Strasbourg - Amiens

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum