29ème journée : Strasbourg - Monaco

Aller en bas

29ème journée : Strasbourg - Monaco

Message  67120 le Dim 4 Mar - 17:10

Racing-AS Monaco le vendredi 9 mars à 20h45
La Ligue de Football Professionnel a fixé la programmation de la 29e journée de Ligue 1 Conforama.
La rencontre entre le Racing et l’AS Monaco se déroulera le vendredi 9 mars à 20h45 à la Meinau en ouverture de la 29e journée de Ligue 1 Conforama. Elle sera diffusée sur Canal + Sport.
So
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 4383
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 71
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 29ème journée : Strasbourg - Monaco

Message  67120 le Mar 6 Mar - 6:00

Zoom sur le secteur offensif strasbourgeois Une attaque qui tousse ?
Pour la première fois depuis le début de la saison, l’attaque alsacienne est restée muette trois fois d’affilée. Rien d’inquiétant, si l’on en croit Thierry Laurey et ses troupes.
Cela fait trois matches que les Strasbourgeois n’ont pas inscrit le moindre but. La dernière fois que le Racing a fait trembler les filets, c’était au Parc des Princes, lors de la 26e journée de Ligue 1.

Jean-Eudes Aholou, meilleur réalisateur strasbourgeois (5 buts) avait ouvert le score en tout début de match, avant que Stéphane Bakohen ne réduise la marque en deuxième mi-temps.

Depuis, RAS. Le Racing a buté sur une équipe montpelliéraine bien regroupée à la Meinau, n’a pas réussi à trouver la faille face à Chambly en Coupe de France, pas plus qu’il n’a troué les filets face à Caen, dimanche, au stade Michel-d’Ornano.

Or jusqu’alors, l’attaque était le point fort d’une équipe alsacienne joueuse et n’avait jamais été muette plus de deux matches consécutifs.

Et encore, c’était en début de saison, quand les Alsaciens avaient perdu à Guingamp (2-0), puis s’étaient inclinés face à Amiens à la Meinau (0-1), lors des 4e et 5e journées de Ligue 1.

La machine offensive strasbourgeoise, privée depuis deux matches de Nuno Da Costa (blessé aux adducteurs), est-elle en panne ? Dimanche, à l’issue de la défaite face à Caen, Thierry Laurey comme ses joueurs refusaient de se montrer inquiets à ce sujet.
« Parfois, les statistiques ne veulent pas dire grand-chose »

« On va travailler cette semaine pour améliorer ça, on va essayer de retrouver notre allant offensif, soulignait ainsi Thierry Laurey. Mais je retiens que Vercoutre (le gardien caennais, ndlr) a quand même eu des arrêts à faire. Plus qu’Oukidja… »

Dimitri Foulquier, le latéral droit du Racing, se voulait lui aussi positif. « Ça fait trois matches qu’on ne marque pas, c’est vrai, mais autant contre Chambly qu’à Caen, nous avons eu des occasions. Parfois, les statistiques ne veulent pas dire grand-chose », avançait le Guadeloupéen. Certes.

Il reste qu’à Caen, les meilleures occasions sont à mettre au crédit d’un milieu de terrain et pas d’un attaquant, en l’occurrence Dimitri Lienard, avec cette frappe boxée par Vercoutre (42e ) et une autre qui a frappé la barre transversale (90e ).

Vendredi soir, face à une équipe de Monaco plus portée vers l’avant que son homologue caennaise, les attaquants Ciel et Blanc auront peut-être un peu plus d’espace pour s’exprimer.

À eux de les utiliser à bon escient. Car à défaut de savoir verrouiller, il va bien falloir marquer…
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 4383
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 71
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 29ème journée : Strasbourg - Monaco

Message  67120 le Jeu 8 Mar - 5:38

Corgnet a les clés
Privé de terrain depuis septembre dernier en raison d’un problème au genou, Benjamin Corgnet, enfin de retour, espère rattraper le temps perdu en aidant les siens à décrocher le maintien.
Lors de son arrivée en Alsace l’été dernier, en provenance directe de Saint-Étienne, Benjamin Corgnet, élégant milieu de terrain de 30 ans, était présenté comme l’un des leaders techniques de cette équipe strasbourgeoise.

Las, après huit journées de championnat et une dernière rencontre disputée à Dijon fin septembre – sur le terrain du club qui a lancé sa carrière –, le natif de Thionville a disparu des radars.

La raison ? Une vilaine blessure au genou qui l’a obligé à passer sur le billard et l’a tenu éloigné des terrains pendant plus de cinq mois.

Mais dimanche, lors de la défaite à Caen (2-0), le Strasbourgeois a enfin retrouvé les terrains, en entrant en jeu en deuxième mi-temps.
« Aucune équipe ne va lâcher, ce sera serré jusqu’au bout »


« Ça faisait longtemps que je n’avais pas joué, même si je m’entraînais avec le groupe depuis un mois, expose l’ancien Dijonnais. Là, j’espère retrouver rapidement le rythme en disputant des petits bouts de match ».

Lui espère retrouver « vite » le rythme, histoire d’aider les siens dans cette difficile quête du maintien.

« Pour moi, cette saison est compliquée. C’était rageant de rater tous ces matches, car je sais pertinemment qu’il faut que j’apporte plus au club », souligne Benjamin Corgnet.

« Mais attention, je n’ai pas la prétention de sauver l’équipe, tempère-t-il immédiatement. Seulement j’ai souvent lutté pour le maintien avec Dijon, j’ai une petite expérience de la Ligue 1 et j’espère pouvoir aider le club dans cette fin de saison ».

Le milieu de terrain n’est pas surpris par les difficultés rencontrées actuellement par le Racing. Mais il se veut serein dans ces moments compliqués. « En fin de saison, tout se resserre. Aucune équipe ne va lâcher et ce sera serré jusqu’au bout », énonce-t-il.

Et que le Racing soit à quatre ou dix points de la zone rouge ne change pas grand-chose au problème. « Pour moi, dans cette dernière ligne droite, on est tous à égalité. Avoir une victoire de marge sur la zone de relégation ce n’est rien, ajoute-t-il. Là, ça va se jouer au mental. Il faut simplement réussir à réaliser une ou deux performances pour se relancer. En ce moment, c’est dur, car on enchaîne les défaites. Et c’est d’autant plus éprouvant que beaucoup découvrent la Ligue 1, mais il ne faut pas se décourager ».

Le fait que le prochain adversaire du Racing se nomme Monaco ne change pas la donne, si l’on en croit le milieu de terrain.

« Il ne faut pas se dire que c’est perdu d’avance. On a pris des points contre Paris et à Bordeaux, donc ça ne veut rien dire, assène-t-il. Il reste dix journées à jouer et ça ne sert à rien de se dire “On va prendre des points là ou là”, de tout prévoir, car on ne sait jamais ce qui peut arriver. La seule certitude, c’est que si on n’est pas à 200 %, ça ne passera pas ».

Autre évidence : le Racing doit oublier la défaite à Caen et « passer à autre chose » pour avancer. « L’élimination en Coupe de France a aussi fait mal aux jambes, dans des conditions très délicates. Mais là, on n’a plus qu’un match par semaine, il faut se donner à fond », souligne encore le numéro 10. Qui rappelle aussi qu’à Caen, malgré la défaite, « le Racing n’a pas fait un si mauvais match ».

« On a fait une erreur et on l’a payé cher, précise-t-il. Et d’ailleurs en ce moment, dès qu’on fait une erreur on la paye cash. En novembre/décembre c’était l’inverse, tout nous souriait. Mais cette réussite, on la provoquait aussi… À nous d’en faire plus sur le terrain et de bien bosser la semaine pour nous préparer au mieux ».

Du travail, de la sueur et un brin de chance : c’est certainement la seule recette pour espérer bousculer l’armada monégasque, vendredi soir, à la Meinau.
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 4383
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 71
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 29ème journée : Strasbourg - Monaco

Message  67120 le Jeu 8 Mar - 5:53

Gonçalves forfait
Anthony Gonçalves est toujours en délicatesse avec son mollet. Même si « ça va mieux », comme l’a souligné hier son entraîneur Thierry Laurey, l’ancien Lavallois va devoir repasser des examens en début de semaine prochaine et manquera donc la rencontre face à Monaco, demain soir.
Da Costa de retour ?
Nuno Da Costa  , touché aux adducteurs et en phase de reprise, s’est contenté d’un travail physique avec Florian Bailleux, le préparateur physique. Mais il devrait faire son retour aujourd’hui et pourrait éventuellement faire partie du groupe des 18 qui affrontera Monaco. À suivre…
Foulquier incertain
Dimitri Foulquier a interrompu l’entraînement hier matin. Il devait passer des examens dans l’après-midi pour connaître la nature de la blessure. Il est incertain pour la rencontre face à Monaco.
Falcao sera là
C’est a priori une mauvaise nouvelle pour le Racing : Radamel Falcao, touché à la cuisse depuis le 4 février dernier, a repris les entraînements collectifs et devrait faire son retour dans le groupe monégasque pour le déplacement à Strasbourg.
 
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 4383
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 71
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 29ème journée : Strasbourg - Monaco

Message  67120 le Jeu 8 Mar - 19:34

Abdallah Ndour et Nuno Da Costa de retour contre Monaco
Strasbourg reçoit Monaco vendredi (20h45) et enregistre les retours d'Abdallah Ndour et de Nuno Da Costa.
Alors qu'il a disputé 32 rencontres de Ligue 2 la saison dernière, le défenseur strasbourgeois Abdallah Ndour est convoqué dans le groupe par Thierry Laurey pour la première fois de la saison pour la réception de Monaco, vendredi (20h45), rencontre de la 29e journée de Ligue 1. Blessé au tibia-péroné en mai dernier, il fait son retour tout comme Nuno Da Costa, absent la semaine dernière contre Caen.
Comme annoncé, Anthony Gonçalves et Dimitri Foulquier sont absents, alors que le jeune défenseur marocain de 18 ans Ismaël Aaneba est convoqué pour la deuxième fois de la saison en Ligue 1. La première fois remonte au 16 septembre dernier, déjà contre l'AS Monaco (0-3).
Le groupe strasbourgeois :
Oukidja, Kamara – Seka, Salmier, Koné, Martinez, Lala, Ndour, Aaneba – Aholou, Grimm, Mrtin, Nogueira, Corgnet, Liénard – Terrier, Blayac, Bahoken, Da Costa, Saadi
equipe
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 4383
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 71
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 29ème journée : Strasbourg - Monaco

Message  67120 le Ven 9 Mar - 5:49

Sus aux Princes

Le Racing accueille Monaco, le champion de France en pleine bourre, avec l’intention de faire la nique à la logique et de profiter de la moindre occasion pour se rapprocher du maintien.
L’affiche a beau opposer deux champions, on ne doit pas oublier qu’ils n’évoluaient pas, il y a peu, dans la même catégorie. Strasbourgeois, champions de Ligue 2, et Monégasques, champions tout court au moins jusque fin mai, ne voguent pas dans les mêmes eaux. Ce sont 29 points qui les séparent. À ce stade d’une saison jouée aux deux tiers, cela n’a évidemment rien d’un hasard.
« Quand tu n’as pas perdu depuis 13 matches, cela veut forcément dire quelque chose »


Le « Big Four » hexagonal, composé en même temps que l’ASM par le PSG, Marseille et Lyon, affiche un niveau de jeu général et des moyens objectivement supérieurs à tout le reste de la troupe. Cela ne les empêche pas de lâcher, de-ci de-là, un point ou plus. Mais les Princes azuréens participent au révélateur bilan de 72 victoires pour 15 défaites d’un quatuor dominateur. Les chiffres, lus par un candidat au maintien, aussi méritoire soit-il, donnent un peu le vertige. « C’est un gros morceau, admet ainsi Thierry Laurey. En Europe, c’est la quatrième attaque et devant, il y a le PSG, Manchester City ou encore Barcelone. C’est un rouleau compresseur, capable de te retourner un match. Quand tu n’as pas perdu depuis 13 rencontres ( Monaco est sur une série de 9 victoires, 4 nuls en L1 ), cela veut forcément dire quelque chose. »

Monaco n’a peut-être pas brillé sur le front européen, éliminé dès la phase de groupe de Ligue des champions, a pris la porte dès les 16es de finale en Coupe de France. Mais pour le reste, le Racing peut jeter un œil envieux sur le bilan du champion qui demeure dans les hautes sphères, deuxième, finaliste de la Coupe de la Ligue, après avoir perdu Kylian Mbappé, Tiémoué Bakayoko, Benjamin Mendy et récolté 330 millions d’euros au passage. Le défi du jour peut inspirer quelques angoisses, le rapport de force, aussi déséquilibré soit-il, n’interdit pas des petits espoirs.

Après tout, les Strasbourgeois ne s’en sont jusqu’ici pas si mal sortis à domicile face à ces gros bras du championnat, entretenant une propension parfois contrariante, souvent surprenante, à se mettre au niveau de l’adversaire.

La victoire mémorable face à Paris, en décembre (2-1), a succédé à un nul pas vilain du tout face à l’OM (3-3). Il faut croire que la bande à Laurey apprécie de recevoir en grand et sait se transcender devant son épatant public toujours prêt à s’enflammer.

Il convient de ne pas perdre cette habitude car le promu, évidemment tout petit à côté du champion, est dans le dur. Sur une série de cinq défaites en déplacement, il ne peut pas perdre de vue l’avantage qu’il y a, a priori, à accueillir.

« Au coup d’envoi, on aura un point et on fera tout pour le défendre, souligne encore Thierry Laurey. On fait avec nos moyens mais on doit essayer de les perturber, élever notre niveau de jeu, retrouver de la rigueur. On se doit de faire quelque chose. »

Ce n’est pas que le Racing soit déjà dans l’urgence, mais il n’a vraiment plus le temps de musarder. Sur le cycle retour, les Strasbourgeois affichent le pire bilan de la Ligue 1, sept points en dix matches. Depuis deux mois, ils ne sont jamais parvenus à créer l’exploit, à arracher un succès improbable, à gratter quelques points pas forcément mérités, à la force du jarret, avec un supplément d’âme ou d’envie.
Il reste une petite marge. Pas grand-chose, trois petits points sur la 18e place


Ce n’est pas non plus que le Racing affiche un visage honteux depuis le début de l’année. Mais ses défauts, une forme de naïveté, un brin de déconcentration, plus de difficulté à concrétiser ses temps forts, inspirent un soupçon d’inquiétude. Il ne faudrait pas qu’elle se généralise. Thierry Laurey s’efforce de raison garder alors que les Strasbourgeois peuvent nourrir l’impression d’être punis à chaque manque quelque temps après que tout lui réussissait.

Toutefois, héritage d’une fin d’année 2017 à l’image d’un millésime marquant et épatant, il reste une petite marge. Pas grand-chose, c’est certain, trois petits points sur la 18e place, quatre sur l’avant-dernier et les 31 points ne seront pas suffisants pour rempiler dans l’élite.

Le Racing est en manque de points et l’accueil du champion ne peut passer par pertes et profits car il n’y a pas le loisir de ne pas profiter de la moindre occasion d’alimenter le compteur.

Son entraîneur se refuse à aborder le rendez-vous en victime expiatoire, en chair à canon désignée dans une course à la Ligue des champions où Monaco a pris une option avec ses quatre points d’avance sur Marseille, ses neuf sur Lyon. « Si on fait tout ce qu’il faut, si tout le monde joue ensemble, on peut renverser des montagnes », a conclu l’entraîneur du Racing. Au vu des circonstances et des tendances, les Strasbourgeois seraient magnifiques en réussissant seulement à gravir un Rocher.
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 4383
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 71
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 29ème journée : Strasbourg - Monaco

Message  67120 le Ven 9 Mar - 6:00

zoom sur Egon Gindorf Bleu à l’ombre de Louis-II

Egon Gindorf manque rarement l’occasion de monter dans l’avion depuis la Côte d’Azur pour rejoindre la Meinau et y voir évoluer son cher Racing.
Fidèle au Racing dont il fut le président de 2003 à 2006, Egon Gindorf vit à Monaco depuis près de 30 ans. Si son corps est le plus clair du temps à l’ombre de Louis-II, son cœur bat toujours à la Meinau.
Le poids des années ne fait pas son œuvre ou si peu. Il y a bien quelques ennuis de santé qui l’ont contraint à ne plus apparaître en première ligne. Il y a bien quelques contraintes liées à un certain âge. « Maintenant, c’est vrai, les matches du Racing, je les suis en loges plutôt qu’en tribunes », lâche-t-il de sa voix à jamais enjouée. Mais le rendez-vous tous les quinze jours, dans l’antre du club strasbourgeois, reste une habitude bien chevillée au cœur et au corps.
« Ici, le foot n’est vraiment pas populaire »

Egon Gindorf, qui reste dans le tour de table des actionnaires du Racing, conserve ce sang de la passion qui a viré au bleu, dans les années 70, en lâchant avec fidélité de ses deniers personnels pour la grandeur d’un club qu’il chérit, malgré l’éloignement. « Je vis à 600 mètres de Louis-II, plante-t-il comme décor de son quotidien. Mais ici, le foot n’est vraiment pas populaire. Il y a maximum 15-16 000 spectateurs. Le plus souvent la moitié. Les gens passent à côté. Ce qui se passe au stade, ce n’est pas important. »

C’est comme ça. Les joueurs racés qui portent le maillot dessiné par la princesse Grace ont beau garnir l’armoire à trophées, l’indifférence est de mise. Egon Gindorf a pu se plonger dans les réalités de son voisin, voire y investir un peu d’argent. « Quand Marc Keller était dirigeant à Monaco, c’était il y a une dizaine d’années, alors que je venais de vendre le Racing à Philippe Ginestet, glisse le sage de 87 printemps désormais. J’allais assez souvent au match, à Monaco. Mais j’avais des problèmes de santé. Ce n’était pas possible pour moi de repartir. Après, depuis que les Russes sont arrivés ( ndlr : Dimitri Rybolvlev a racheté le club en décembre 2011 ), je connais moins de personnes au club. »

Le changement de propriétaire a été une révolution. Des investissements colossaux ont relancé la machine. Aujourd’hui, l’ASM achète des futurs cracks, vend des éléments aguerris au gré d’échange d’enveloppes de plusieurs dizaines de millions d’euros. Et, surtout, pour le Prince, l’essentiel est atteint. Monaco joue les premiers rôles dans l’Hexagone et même au-delà. « Le Prince Albert est effectivement très sportif et les capitaux russes ont été un soulagement parce qu’il ne pouvait plus autant investir qu’il n’a pu le faire dans le passé, remarque Egon Gindorf. C’est une personne très agréable, simple, qui ne fait pas le show mais qui peut venir boire une bière avec le club des Alsaciens de Monaco. »

La passion du chef d’État monégasque n’est évidemment pas pour rien dans la bonne santé sportive des clubs du Rocher. « En basket, dont on parle de plus en plus dans les journaux locaux, en foot, c’est tout de même pas mal, constate l’ancien chef d’entreprise. Les résultats sont bons. » Ceux du Racing, lancé dans une lutte pour le maintien, délicate en 2018, ne sont pas tout à fait de la même veine.
« Je crois qu’on va gagner ce match »

Il n’empêche. L’un de ses supporters les plus fidèles y croit. « Je crois qu’on va gagner ce match, lâche-t-il. C’est une question de mentalité. C’est le moment de faire un bon match, de se relancer, de se redonner le moral. Il faut faire attention à ces trous que l’on peut connaître à vingt minutes de la fin mais pour le reste, j’y crois. Même s’il est clair que le maintien, en Ligue 1, il faut le mériter. Quand on voit que Troyes, en jouant si bien, est 18e. »

Aux yeux d’Egon Gindorf, il n’est plus temps de traîner en route. Un maintien au printemps confirmerait la renaissance d’une passion qui ne s’est jamais éteinte. Et une victoire face à Monaco y contribuerait au plus grand bonheur d’un Monégasque.
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 4383
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 71
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 29ème journée : Strasbourg - Monaco

Message  67120 le Ven 9 Mar - 20:35

Bienvenue au stade de la Meinau pour l'ouverture de la 29e journée de Ligue 1, avec ce match entre le Racing Strasbourg, 15e, et l'AS Monaco, championne de France en titre et dauphine du PSG.
.
La composition des équipes 
Strasbourg : 16. Alexandre Oukidja – 27. Kenny Lala, 26. Bakary Koné (cap), 4. Pablo Martinez, 22. Ernest Seka – 28. Jonas Martin, 8. Jean-Eudes Aholou, 11. Dimitri Lienard – 20. Martin Terrier – 13. Jérémy Blayac, 19. Stéphane Bahoken.
 Remplaçants : 3. Abdallah Ndour, 21. Yoann Salmier, 5. Vincent Nogueira, 6. Jérémy Grimm, 10. Benjamin Corgnet, 9. Idriss Saadi, 30. Bingourou Kamara (g). Entraîneur : Thierry Laurey.

Monaco : 1. Danijel Subasic – 19. Djibril Sidibé, 25. Kamil Glik, 5. Jemerson, 24. Andrea Raggi (cap) – 8. Joao Moutinho, 2. Fabinho – 20. Rony Lopes, 27. Thomas Lemar, 14. Keita Baldé – 10. Stevan Jovetic.
 Remplaçants: 7. Rachid Ghezzal, 9. Radamel Falcalo, 15. Adama Diakhaby, 17. Youri Tielemans, 35. Kevin N’Doram, 38. Aimamy Touré, 30. Seydou Sy (g). Entraîneur: Leonardo Jardim.
.
Au Racing, Thierry Laurey est finalement privé de Nuno Da Costa dont la douleur à l'adducteur droit, qui l'avait contraint à renoncer aux déplacements à Beauvais contre Chambly en quarts de finale de Coupe de France l'autre mercredi (élimination 1-0), puis à Caen dimanche en Ligue 1 (défaite 2-0), s'est réveillée ce matin, précisément au traditionnel réveil musculaire.
.
Dans le onze de départ composé par Thierry Laurey, un seul changement par rapport à l'équipe annoncée ce matin dans nos colonnes: Benjamin Corgnet débute finalement sur le banc. Stéphane Bahoken épaulera Jérémy Blayac en pointe, tandis que Martin Terrier devrait redescendre au poste de meneur de jeu si le RCSA évolue dans son habituel schéma en 4-4-2 avec un milieu en losange.
.
A l'AS Monaco, Radamel Falcao, blessé à la cuisse début février, est bien de retour sur une feuille de match de Ligue 1, mais débute sur le banc. Le onze monégasque est proche de l'équipe type.
.
Les deux équipes viennent de faire leur entrée sur la pelouse. Une minute d'applaudissements va être observée en mémoire de Francis Piasecki, le meneur de jeu du Racing champion de France 1979 décédé en début de semaine, et de Thomas Rodriguez, jeune joueur du centre de formation de Tours décédé brutalement en milieu de semaine.
.
L'arbitre de la rencontre, Antony Gautier, vient de donner le coup d'envoi. La Meinau est pratiquement pleine.
.
Il a fallu exactement 48 secondes pour assister à la première frappe de la rencontre. Elle est signée Stéphane Bahoken, mais l'attaquant strasbourgeois, au bout d'un raid sur le côté droit, a beaucoup trop croisé et écrasé sa tentative du droit.
.
Un mot sur l'organisation alsacienne: Thierry Laurey semble avoir opté pour un 4-1-4-1, avec Aholou en sentinelle de l'entrejeu, Blayac seul en pointe et un milieu à quatre au sein duquel Bahoken, à droite, et Terrier, à gauche, encadrent Martin et Lienard.
.
BUT 0-1
.
L'ouverture du score pour Monaco! But de la tête de Stevan Jovetic!!!
.
Djibril Sidibé s'est retrouvé absolument seul sur son côté droit. L'international français a eu tout le loisir d'ajuster son centre au-dessus de Martinez. Le Monténégrin Stevan Jovetic est venu en couper la trajectoire au premier poteau au nez et à la barbe de Koné. D'une tête décroisée imparable pour Oukidja, il a inscrit son 7e but de la saison en Ligue 1.
.
Grâce aux accélérations de Lala, le Racing était pourtant plutôt bien entré dans son match. Juste avant l'ouverture du score monégasque, Lienard avait, du pied droit - une fois n'est pas coutume -, expédié le premier tir cadré de la partie dans la niche de Subasic.
.
Les Monégasques auraient dû bénéficier d'un penalty. Sur un coup franc de Moutinho contré par le mur strasbourgeois, le Portugais a récupéré le ballon et servi Andrea Raggi seul au 2e poteau. Le latéral gauche italien a armé une frappe du droit que le capitaine du Racing Bakary Koné a contré d'un bras droit largement décollé du corps. Malgré les protestations des joueurs de Leonardo Jardim, l'arbitre Antony Gautier est resté de marbre.
.
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 4383
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 71
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 29ème journée : Strasbourg - Monaco

Message  67120 le Ven 9 Mar - 21:06

BUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUT 1-1 Bahoken
.
But 1-2
.
Et Monaco qui reprend aussitôt l'avantage par Rony Lopes!!!!!!!
.
Les Monégasques n'ont pas eu le temps de gamberger après l'égalisation alsacienne. Sur une nouvelle accélération côté droit, Baldé, entré à fond dans la surface de réparation, a délivré un centre en retrait parfait qu'Oukidja, du bout des gants, a enlevé des pieds de Lopes. Mais l'ancien Lillois s'est vite retourné pour doubler la mise d'un tir du gauche en pivot, avec une vitesse d'exécution remarquable.
.
Les événements se sont succédé à un tel rythme qu'on n'a même pas eu le temps de vous décrire le but strasbourgeois. A l'origine, un bon ballon de Lala en profondeur pour Martin, un tir contré du Sévillan, à droite du point de penalty, et un ballon qui revient plein axe dans les pieds de Bahoken qui, de près, exécute Subasic et marque ainsi son 7e but officiel de la saison, le 5e en Ligue 1.
.
Le Racing ne baisse pas la tête alors qu'il est mené pour la 2e fois au score. Il continue de multiplier les offensives et les tentatives, comme celle, encore une fois, de Stéphane Bahoken il y a quelques instants. L'ancien Niçois a frappé à ras de terre des 20 mètres et du droit, mais n'a pas attrapé le cadre, son ballon filant le long du poteau droit de Subasic.
.
Kenny Lala fait vraiment un gros match. Un énième centre de l'ancien Lensois, dévié par Andrea Raggi, a fini au 2e poteau sur Blayac qui n'a, malheureusement pour le Racing et pour lui, pas réussi à rabattre son coup de tête.
.
But 1-3
.
Et de trois pour Monaco qui fait mal, très mal à la défense alsacienne!!!! Ce troisième but est l'oeuvre de Fabinho!!!!
.
Les contres monégasques sont absolument terribles. Sur un long une-deux avec Keita Baldé, Fabinho s'est enfoncé dans la surface bas-rhinoise et son tir du droit, malencontreusement dévié par Martinez, a totalement surpris Oukidja, pris à contre-pied.
.
Même mené 3-1, le RCSA ne renonce pas. Il a le mérite de jouer, mais, de ce fait, s'expose au talent monégasque. Il y a quelques instants, Dimitri Lienard a enroulé un tir du gauche dont Subasic s'est saisi sans trop de souci.
.
C'est la pause à la Meinau. Le champion de France monégasque et dauphin de Ligue 1 a fait preuve d'un froid réalisme qui a douché les ardeurs d'un Racing pourtant bien disposé. Il mène 3-1. Inutile de dire que la 2e période s'annonce compliquée pour les protégés de Thierry Laurey.
.
Un changement à la mi-temps à Strasbourg: Martin Terrier, plutôt effacé, cède sa place à Benjamin Corgnet.
.
C'est reparti à la Meinau. Les Strasbourgeois ont deux buts à remonter s'ils veulent éviter leur huitième défaite lors des onze dernières journées.
.
Les Bleus sont repartis sur les mêmes bases offensives qu'en première période. Sur un centre de Lienard, littéralement déposé par la patte gauche du Belfortain, Jérémy Blayac a sauté plus haut que la défense monégasque. Mais son nouveau coup de tête a, comme celui de la première mi-temps, fini sa course au-dessus du but de Subasic.
.
Le poteau pour Monaco!!!! Sur un centre de Moutinho côté gauche, Jovetic et Martinez, à la lutte dans un duel aérien, ont dévié le ballon sur le poteau gauche d'un Oukidja totalement battu.
.
La rencontre est suivie ce soir par 23814 spectateurs.
.
Un changement de chaque côté: à Monaco, Almamy Touré remplace Djibril Sidibé; au Racing, Jérémy Grimm relaie Jonas Martin qui quitte la pelouse en boitant bas.
.
Juste avant ce double changement, Jérémy Blayac a cadré sa première tête cadrée du match sur un caviar délivré par Bahoken côté gauche. Mais l'avant-centre strasbourgeois est tombé sur un Subasic parfaitement placé et bien campé sur ses appuis.
.
Carton jaune à Rony Lopes qui a séché Pablo Martinez.
.
Les Bleus insistent. Ils s'essaient maintenant aux tirs lointains. Celui de Jérémy Grimm, voici quelques secondes, a longé le poteau gauche de Danijel Subasic. Mais le portier croate était parfaitement placé et a accompagné le ballon d'un regard serein.
.
Stéphane Bahoken a été tout près de réduire le score!!!!! Parti à la limite du hors-jeu, mais couvert, l'ancien Niçois, repris dans un premier temps par Kamil Glik, a tout de même pu tirer au but. Mais le Polonais, en tendant le talon, a réussi à détourner sa tentative dans l'extérieur du petit filet gauche.
.
A Monaco, Youri Tielemans succède à Keita Baldé.
.
Touché, semble-t-il, à une cuisse, Kenny Lala, très bon jusque-là, est contraint de quitter le terrain, remplacé par Abdallah Ndour qui retrouve ainsi l'équipe première pour la première fois depuis sa fracture tibia-péroné de la jambe droite le 3 mai dernier.
.
Les Bleus ne désarment pas, à l'image de Benjamin Corgnet qui vient d'allumer une fusée du droit, à 20 bons mètres. Mais le meneur de jeu a raté la cible de peu.
.
Troisième et dernier changement à l'AS Monaco: Rachid Ghezzal fait son apparition en lieu et place du milieu international Thomas Lémar.
.
Le temps additionnel sera de six minutes minimum.
.
La magnifique parade d'Oukidja!!!! Youri Tielemans avait croisé une frappe du droit qui prenait la direction du petit filet intérieur droit quand le portier bas-rhinois a bondi sur son côté pour détourner le ballon en corner d'une main droite très ferme.
.
C'est fini à la Meinau. L'AS Monaco s'impose logiquement 3-1, mais le Racing n'a pas démérité. Il a même produit un match de belle facture. Ca ne le fait pas avancer au classement, mais ça lui permet d'espérer des jours meilleurs alors qu'il vient de concéder sa 8e défaite lors des 11 dernières journées.
.
Le kop ne s'y trompe pas qui acclame ses favoris venus le saluer. Entre un déplacement à Toulouse samedi prochain, la réception de Metz le 1er avril et un voyage à Angers le 7, le RCSA va maintenant se consacrer à un triptyque très important.
.
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 4383
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 71
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 29ème journée : Strasbourg - Monaco

Message  67120 le Sam 10 Mar - 5:24

La loi du plus fort
Le Racing a eu beau se démener pendant plus d’une heure et demie hier, Monaco lui a donné une cruelle leçon. Auteur de leur meilleur match depuis longtemps, les Strasbourgeois peuvent néanmoins entretenir quelques raisons d’espérer en des lendemains plus riants.
Le Racing s’est endormi hier soir avec la perspective d’un week-end pourri, passé à espérer que les mal lotis de la Ligue 1 ne fassent pas la nique à la logique aujourd’hui et demain.

Si Angers à Bordeaux, Troyes à Nantes, Amiens à Dijon ainsi que Toulouse face à Marseille ou Lille face à Montpellier avaient la bonne idée de faire comme lui, ou tout du moins d’éviter de gagner, le bilan de la 29e journée serait édulcoré. Sinon, il n’y a tout de même pas de quoi se faire un mouron d’enfer non plus. En tout cas pas encore.
Monaco a été d’une précision clinique

Les Strasbourgeois n’ont pas démérité face aux champions, portés par une armada offensive pétaradante. En une rencontre, ils en ont plus fait que lors des trois sorties précédentes qui leur ont ramené un point et une élimination face à un club de National, Chambly, en Coupe de France. Il n’y a donc pas tout à jeter dans la 14e défaite de la saison.

Monaco a été d’une précision clinique dans ses offensives, a fait mouche sur ses trois seuls tirs de la première période. Le constat dessine un monde d’écart, le gouffre qui sépare le champion de Ligue 2 du champion de Ligue 1, demi-finaliste de la Ligue des champions, ce qui fait rêver le PSG en 2016.

Mais il n’exprime pas l’abnégation de la bande à Laurey qui s’est relevée d’une ouverture du score précoce, sur une merveille de centre de Sidibé repris par Jovetic (5e ). Dans la minute d’avant, Lienard avait été l’auteur de la première frappe cadrée et les Bleus sont restés dans leur bel élan initial.

A plusieurs reprises, ils sont parvenus à créer le déséquilibre et les brèches dans l’organisation princière. Les hommes de Jardim n’étaient pas d’une sérénité absolue face à ces petits Bleus qui mordaient dans chaque ballon et s’en allaient bravement à l’assaut du Rocher.

Le Racing en a été récompensé d’une égalisation, Bahoken étant à l’affût d’un tir contré de Martin (1-1, 20e ). «On ne peut pas faire beaucoup plus, notamment offensivement, relève Thierry Laurey. Monaco a fait preuve d’un maximum d’efficacité. Il y a vraiment de quoi être admiratif. Nous, on a tiré 29 ou 30 fois au but, pour cinq ou six cadrés.»

Le champion en a eu besoin de bien moins pour forger sa victoire. Il n’a pas non plus tardé à réagir, mais alors vraiment pas. Rony Lopes, d’un splendide tir en pivot, a rappelé la quantité de talent offensif rassemblé sous le maillot rouge et blanc (1-2, 21e ). Fabinho occupe un poste de récupérateur mais sa praline à la conclusion d’un long une-deux avec Balde, sur le côté droit, le gauche étant le plus poreux côté strasbourgeois, a montré qu’il n’était pas non plus maladroit devant le but adverse (1-3, 41e ).
Le courage en bandoulière

Il y avait de quoi rentrer dans sa niche, songer à retourner à ses chères études, sonné par la leçon de réalisme du champion. Portés par leur public, impeccable une nouvelle fois, Koné et les autres sont repartis de l’avant au retour des vestiaires, leur courage en bandoulière.

Ce n’est pas que le promu a toujours acculé la bande à Jardim, dont le temps fort, autour de l’heure de jeu, a pu faire craindre la doudoune, notamment sur une tête de Jovetic qui a trouvé le poteau. Mais Blayac (64e ), Grimm (74e ), Bahoken (77e ) ou Corgnet (83e ) n’ont pas été loin de rendre la fin du 14e match sans défaite des Monégasques bien délicate.

Cela ne change rien à la situation comptable alsacienne. Le Racing est encalminé dans sa quête de points indispensables pour le maintien, avec sa piteuse récolte de sept points sur ses 11 dernières sorties. Son sommeil ne sera peut-être pas des plus sereins dans les jours à venir.

«Les défaites encourageantes, c’est celles qui permettent d’enchaîner derrière», a conclu Thierry Laurey. Mais avant le déplacement à Toulouse, dans une semaine, il a au moins montré qu’il était en vie. Et même si les résultats de la concurrence devaient être désastreux dans les heures à venir, il reste de l’espoir.
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 4383
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 71
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 29ème journée : Strasbourg - Monaco

Message  67120 le Sam 10 Mar - 5:28


Dimitri Lienard

« C’est frustrant parce qu’on a l’impression d’avoir mis tous les ingrédients. Mais on se fait punir comme des gamins dès qu’on laisse des espaces. On s’est fait avoir, c’est une vraie leçon de réalisme : en première mi-temps, ils ont quatre actions et on prend trois buts, alors qu’offensivement, on n’a rien à se reprocher. On était à 200 %, mais cette défaite fait quand même mal à la tête. En deuxième mi-temps, si Jérémy (Blayac) met sa tête, peut-être qu’on peut les faire douter, mais là, ils ont su parfaitement gérer. Après, malgré le terrain, on a fait un bon match de foot, mais Monaco n’est pas devant au classement pour rien. Pour la suite du championnat, il faudra mettre le même investissement que ce soir. Il faut rester calme, lucide et garder le même état d’esprit, il faut s’appuyer sur ce match-là pour la suite. »
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 4383
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 71
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 29ème journée : Strasbourg - Monaco

Message  67120 le Sam 10 Mar - 5:30

Un homme dans le match L’étincelle Bahoken
Dans l’actuel désert offensif du Racing, Stéphane Bahoken est le seul à entretenir la flamme. Mais l’implication de l’ex-Niçois, désormais meilleur buteur bleu, n’a pas suffi.
Alors que Da Costa soigne ses adducteurs, que Terrier ne met plus un pied devant l’autre, que Saadi ronge son frein sur le banc et que Blayac fait du Blayac, ce qui est déjà pas mal pour un garçon de 34 ans, Stéphane Bahoken insuffle un vent revigorant dans les rangs alsaciens.
Pas qu’un “one shot”

Jusque-là, le natif de Grasse, blessé en début de saison, a surtout été l’homme d’un but, celui qui avait fait lever la Meinau comme un seul homme et dont les images ont parcouru toute l’Europe, déclenchant notamment des ricanements sarcastiques du côté de la Canebière. Un soir de décembre, sa frappe de mule avait nettoyé la lucarne d’Areola et provoqué la première défaite du PSG en Ligue 1 (2-1).

Mais le puissant attaquant formé à Nice n’est pas que l’auteur d’un ‘’one shot’’ remarquable. Certes, histoire d’entretenir sa belle histoire avec Paris, Bahoken a aussi inscrit un petit but au Parc des Princes le mois dernier. Sauf que celui-là n’avait pas la même valeur que le premier, Cavani et les siens en passant finalement cinq à la défense strasbourgeoise (5-2).

On ne peut pas être décisif à chaque fois, comme ce fut souvent le cas en National puis en Ligue 2, avec son compère Blayac. Toujours est-il que Thierry Laurey a encore reconstitué le duo des “BB flingueurs”, leur adjoignant hier les services du petit Terrier.

En première mi-temps, le numéro 19 du Racing a beaucoup tenté. « Contre Caen, il avait été très moyen et je lui ai dit, explique le coach du Racing. Là, ça a été plus que correct. » D’abord sur le côté droit, face à Raggi, puis plus dans l’axe entre les armoires à glace Jemerson et Glik, le néo-international camerounais tente d’imposer sa vivacité et sa puissance.

Son abnégation est rapidement récompensée. Alors que Jovetic a fait trembler les filets strasbourgeois après quatre minutes vingt secondes de jeu, Bahoken répond en ayant le mérite d’être placé au bon endroit, au moment adéquat : la frappe déviée de Martin, sur un centre de Lala, finit dans ses pieds. Subasic est battu (20e ).

La joie à l’issue de son cinquième but en Ligue 1, le septième en y ajoutant ceux contre Saint-Étienne en Coupe de la Ligue et à Grenoble en Coupe de France, est de courte durée. Une minute plus tard, Rony Lopes redonne l’avantage aux Monégasques, malgré un retour désespéré de l’attaquant bleu…
Le même investissement à Toulouse

Mais Bahoken ne se désunit pas. À la 35e , il se débarrasse de Moutinho et place une grosse frappe du droit qui flirte avec la base du poteau gauche de Subasic.

Après le coup de canon de Fabinho avant la pause, l’affaire semble pliée. Le désormais meilleur buteur du Racing tente de relancer le suspense. Las, son centre à l’adresse de Blayac est mal exploité par son compère (64e ). Puis c’est le bout de la chaussure de Glik qui vient dévier le ballon en corner, sur une frappe dans un angle fermé consécutif à un joli contrôle orienté en pleine course (77e ).

Jusqu’au bout, Bahoken a mouillé le maillot. Ça n’a pas suffi contre Monaco. Samedi prochain à Toulouse, adversaire direct pour le maintien, il faut espérer que les filets du Stadium vont trembler. Et que l’attaquant de 25 ans en soit à l’origine.
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 4383
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 71
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 29ème journée : Strasbourg - Monaco

Message  67120 le Sam 10 Mar - 5:33

Lala donne le ton
Replacé à droite de la défense en l’absence de Foulquier, Kenny Lala a réalisé un match plein et a tiré toute l’équipe strasbourgeoise dans son sillage, avant de sortir sur blessure.
OUKIDJA (5). Il ne peut rien sur l’ouverture du score de Jovetic. Sur le 2e but, signé Ronny Lopes, il écarte d’abord le danger du bout des gants, mais ne peut pas grand-chose sur la frappe qui suit. Pas plus qu’il ne peut s’opposer au boulet de canon de Fabinho, sur le 3e but des Sudistes. Sauvé par son poteau sur une tête de Jovetic (57e ) et auteur d’une belle horizontale en toute fin de match.

❏  LALA (7)
. Son centre au cordeau, pour Blayac (3e ) a donné le ton de son match. Le défenseur latéral, de retour côté droit, a réalisé un match plein, tant offensivement que défensivement. Il est à l’origine du but strasbourgeois signé Bahoken (20e ). Rarement pris à défaut par Ronny Lopes tout au long du match. Le meilleur strasbourgeois sur le terrain hier soir, tout simplement, jusqu’à sa sortie sur blessure et son remplacement par NDOUR (82e ), qui a fait son grand retour sur les terrains.

❏  SEKA (4). Titularisé à la place de Foulquier, touché aux adducteurs, Seka n’a pas eu la tâche facile face au duo Sidibé/Keita. Débordé sur l’ouverture du score (5e ), il a souffert à chaque accélération monégasque. Sauve les siens sur un centre tendu de Ronny Lopes (31e ), mais est pris de vitesse sur le 3e but de Fabinho. Du mieux en seconde période.

❏  KONÉ (5). Pris à froid par l’ouverture du score de Jovetic, le capitaine a tenu la baraque comme il pouvait en première mi-temps, y compris de la main, heureusement non sifflée, sur une frappe de Raggi (12e ). Plutôt solide en deuxième période, face à une équipe monégasque plus attentiste.

❏ MARTINEZ (5). Comme son compère Koné, il a sa part de responsabilité sur le premier but monégasque. Il s’est ensuite montré plutôt solide, mais à l’instar du reste de la défense strasbourgeoise, il a souffert à chaque offensive adverse en première mi-temps. Mais le défenseur central n’a jamais baissé les bras et a réalisé quelques gestes défensifs précieux en seconde période.

❏  AHOLOU (5). Le milieu récupérateur n’a pas ménagé ses efforts pour apporter du liant entre sa défense et son attaque. A tenté quelques frappes lointaines, pas assez appuyées pour inquiéter Subasic, en première mi-temps. S’est évertué à sortir proprement le ballon, même s’il en a parfois perdu quelques-uns, en deuxième période.

❏  MARTIN (5). Précis dans ses passes, accrocheur quand il a fallu défendre, le milieu est à créditer d’un bon match. Donne un ballon parfaitement dans le timing à Bahoken pour l’égalisation alsacienne (1-1) et a ensuite été plutôt inspiré dans ses ouvertures. Touché à la cuisse, il a été remplacé par GRIMM (65e ), qui a vu sa frappe filer juste à côté, après un corner alsacien (74e ).

❏  LIENARD (5). Le Belfortain a le mérite de ne jamais rien lâcher, même s’il n’a pas toujours été en réussite en première mi-temps dans ses choix offensifs. À son crédit, il y a quelques frappes, dont une bien enroulée, captée par Subasic juste avant la mi-temps. Défensivement, il n’a jamais cessé de faire les efforts nécessaires.

❏  TERRIER (3). Depuis le début de l’année 2018, l’attaquant venu de Lille a du mal à retrouver son meilleur niveau. Hier, titularisé au soutien de la paire Bahoken/ B layac , il n’a globalement pas pesé dans le jeu. Remplacé par CORGNET (46e ), qui a fait parler sa technique par intermittence, comme sur cette frappe juste au-dessus de la transversale (83e ).

❏  BLAYAC (5). Titulaire aux côtés de Bahoken, « Jerèm » s’est montré précieux dans son rôle de pivot. Sa combinaison avec Lala, côté droit, est à l’origine du but strasbourgeois de Bahoken. Il a été moins précis devant les cages de Subasic, comme sur cette frappe trop enlevée (33e ) ou ce coup de boule non cadré (40e ). Toujours de la tête, il rate d’un rien le cadre dès le retour des vestiaires, sur un bon centre de Lienard (48e ) et bute sur Subasic (64e ), cette fois sur un service de Bahoken.

❏  BAHOKEN (7). L’attaquant a été l’auteur d’un bon match, logiquement récompensé par sa cinquième réalisation personnelle  .
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 4383
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 71
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 29ème journée : Strasbourg - Monaco

Message  67120 le Dim 11 Mar - 5:38

Une question de niveau
Battu par le champion en titre, Monaco (1-3), vendredi à la Meinau, le Racing s’est rapproché d’une réalité où rien ne lui sera donné. Jusqu’à la fin de sa saison, il doit s’apprêter à grandement souffrir pour parvenir à se maintenir.
Évidemment, il ne fallait pas s’attendre à soigner ses principaux maux en accueillant Monaco. Le Racing a concédé avant-hier sa huitième défaite en onze matches. Il confirme la destinée qu’il avait envisagée en début de saison, une lutte pour le maintien à mener jusqu’au crépuscule de sa saison.

La bande à Laurey a vécu des périodes plus riantes, un enchaînement de dix matches à une défaite pour cinq victoires avant un échec à Metz (3-0) qui a ouvert la rude période actuelle. S’il préfère regarder le verre à moitié plein, l’entraîneur strasbourgeois ne fait pas l’autruche non plus.
« Ce type de match, tu dois le reproduire contre les autres équipes »


Le 29e match de ses protégés lui a inspiré de la frustration car ils n’ont pas su tout bien faire, ni tourner le dos à quelques défauts récurrents et contrariants. Surtout défensifs.

« Après notre égalisation, il y a eu quelques relâchements, a-t-il remarqué. J’aurais préféré qu’on leur pose plus de problèmes. On a fait le match qu’on voulait faire, on a réussi à garder le tempo qu’on voulait mettre. Mais après, je déplore le manque de rigueur défensive. C’est rageant, c’est frustrant. »

Et réapparaît comme le nez au milieu de la figure l’incapacité à protéger l’accès à leur but. Si on exclut la rencontre verrouillée à double tour d’il y a deux semaines, face à Montpellier (0-0), le Racing reste un parangon du jeu à tout va.

Si c’est une garantie contre l’ennui, c’est aussi l’assurance de s’exposer régulièrement aux attaquants adverses. Contre Monaco, ce n’est pas passé.

« Les garçons donnent le meilleur d’eux-mêmes, mais Monaco n’était pas l’adversaire pour pouvoir s’en sortir, considère Thierry Laurey. On a manqué de lucidité et de qualité technique. On se retrouve à une place qui correspond à ce qu’on peut espérer. »

Au mieux, en priant pour un vrai coup de mou monégasque, les Strasbourgeois auraient pu gratter un point miraculeux. Ils devront s’en passer et ne retenir que le contenu d’une sortie pas complètement ratée. Ainsi, Bakary Koné et les autres ont confirmé leur propension à se mettre au niveau de l’adversaire. Cela peut séduire face aux cadors du championnat. Cela peut déprimer quand l’adversité a des ambitions minimalistes et la peur au ventre comme source d’inspiration.

Perdre à Lille (2-1) ou à Caen (2-0) ces dernières semaines n’a ainsi pas été l’idée du siècle et les Bleus seraient inspirés de progresser en termes de réalisme lors des matches à venir.

À Toulouse dans six jours, comme face à Metz, au retour de la trêve internationale, il sera question d’impératif de résultat, dans un contexte qui ne favorise pas nécessairement les Strasbourgeois. « C’est peut-être plus facile pour nous face à des “gros”, on parvient à faire des gros matches, remarque Thierry Laurey. Ce n’est pas pour autant que tu les gagnes souvent. Mais ce type de match, tu dois le reproduire contre les autres équipes. Monaco, même dans un stade vide, y parvient. »

Au moins, le Racing pourra-t-il s’appuyer sur son public pour les quatre matches qu’il lui reste à disputer à la maison (Metz, Saint-Étienne et Nice en avril, puis Lyon en mai).
« Rester calme et lucide »

Même en terrain hostile, l’indulgence de ses suiveurs pourrait lui mettre du baume au cœur. « On a l’impression de tout donner et ça ne sourit pas, constate Dimitri Lienard, l’ailier strasbourgeois. Du coup, on s’agace. Il nous faut rester calme et lucide. À domicile, on réalise de belles prestations malgré le terrain, on crée du foot. On savait que le classement à la mi-saison ne voulait rien dire. On savait que le maintien se jouerait jusqu’à la fin. Je n’ai pas d’inquiétude pour la suite. »

Être préparé pour en baver jusqu’à la fin peut servir quand la période ne prête pas vraiment à sourire.
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 4383
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 71
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 29ème journée : Strasbourg - Monaco

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum