29ème journée : Strasbourg -Brest

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

29ème journée : Strasbourg -Brest

Message  67120 le Mar 7 Mar - 5:28



La rencontre de la 29e journée de Domino’s Ligue 2, entre le Racing et le Stade Brestois se disputera le samedi 11 mars à 15h au Stade de la Meinau.

Cette affiche du haut de tableau sera retransmise en direct sur BeIn Sports.
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 3200
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 70
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 29ème journée : Strasbourg -Brest

Message  67120 le Jeu 9 Mar - 6:13

Sans défense
La défense du Racing s’avère, pour l’heure, trop inefficace pour espérer un podium en fin de saison. La bande à Laurey doit renouer avec ses habitudes de 2016 pour ne pas nourrir de regrets.
La première partie de saison du promu alsacien a nourri une certaine ambition. En s’installant dans le premier tiers du classement, en passant décembre en boulet de canon avec trois victoires en autant de matches, les Strasbourgeois ont paru de crédibles candidats dans un championnat à la hiérarchie floue.
Et ni début 2017, ni la suite d’ailleurs, ne les ont transformés en minables de la Ligue 2. Mais en trois matches et en trois semaines s’est révélée une contrariante habitude dans leur manière de fonctionner.
Face à Épinal en Coupe de France, à Amiens et à Nîmes en championnat, les gardiens ont encaissé dix buts. Une parenthèse “portes ouvertes” a débuté que l’équipe de Laurey n’a pas réussi à fermer.

Le staff ne manque pas de cogiter pour corriger le problème

L’entraîneur du Racing a exprimé sa contrariété, même les soirs de victoire, face à Tours par exemple (4-2), soulignant qu’il serait bien compliqué de demeurer à proximité des sommets en prenant deux buts à chaque fois.
Ses protégés continuent à prendre deux buts à chaque fois ou presque, et s’appuyer sur la 18e défense de Ligue 2 pour rester à proximité du podium ressemble un peu plus chaque semaine à mission impossible.
Le Racing a encaissé 19 buts en neuf matches sur son cycle retour, soit autant que sur les 19 matches de l’aller. C’est le signe qu’il a perdu le fil d’une solidité, c’est aussi l’espoir qu’il puisse renouer avec une imperméabilité indispensable.
Le staff ne manque d’ailleurs pas de cogiter pour corriger le problème récurrent, qui a encore coûté un point, cette semaine, à Valenciennes. Immédiatement après la rencontre, Thierry Laurey n’a d’ailleurs pas tu ses ambitions : « On va constituer la meilleure équipe pour affronter Brest, on doit avoir de l’ambition et de l’humilité. On n’aura pas peur de trancher ».
L’entraîneur en a d’ailleurs fait une éclatante démonstration, au stade du Hainaut, en décidant de titulariser pour la première fois en championnat Landry Bonnefoi dans la cage et Yoann Salmier sur le côté droit. Les deux élus n’ont pas réalisé le match de leur vie. Ils n’ont pas non plus été les seuls à devoir plaider coupable de l’échec dans le Nord.
Kader Mangane a lancé l’action de l’ouverture du score en s’emmêlant les pinceaux à l’entrée de sa surface et Ernest Seka a été pris de vitesse sur l’ouverture qui a permis à Ciss de crucifier le Racing, s’appuyant alors sur trois défenseurs centraux.
Il reste que les inédites nouveautés de lundi marquent le souci de trouver la bonne formule. Depuis le début de la saison, composée des sept joueurs de derrière sous contrat, la défense strasbourgeoise a pris dix visages différents (lire par ailleurs) , parfois par choix, souvent par obligation.
Blessures et suspensions affectent logiquement le secteur. Mais le rythme du calendrier a également incité aux changements, avec le souci de ménager les énergies. Sur les six matches de Ligue 2 en février, quatre défenses différentes ont pu être alignées, mais seuls huit points sont tombés dans l’escarcelle alsacienne.

Une question d’état d’esprit et d’enthousiasme

Il s’avère également que les hiérarchies individuelles et collectives dans le secteur se révèlent surprenantes. En tenant compte du rendement de chaque joueur, un quatuor Marester-Seka-Salmier-Ndour constitue la meilleure formule pour la récolte de points.
Mais il faudrait aligner Saad à la place de Salmier pour prendre le moins de buts. Et sur le rendement d’ensemble, Dos Santos, Seka, Mangane et Ndour alignés de front ressemblent à la défense la plus convaincante depuis le début de saison : elle n’a néanmoins été choisie qu’à… une seule reprise lors de la victoire à domicile face à Troyes (2-0).
Accessoirement, le football n’étant pas un sport de statistiques, les chiffres dessinent une vérité toute relative. Et les deux défenses privilégiées par Laurey s’appuient sur cinq éléments, Marester, Seka, Salmier, Saad et Ndour, déjà présents au club la saison passée quand le Racing concassait la moindre attaque de National avec ses 19 buts encaissés en 34 matches, soit 13 buts de moins que la deuxième dans la hiérarchie.
Il serait donc d’abord question d’état d’esprit, « d’enthousiasme » évoqué par Thierry Laurey, de « l’envie de faire bloc » convoquée par Baptiste Guillaume, qui, pas plus qu’un autre, ne jette la pierre sur ses arrières.
Et au moins, avec près de 80 buts sur les 28 matches disputés jusqu’ici, n’y a-t-il pas l’occasion de s’ennuyer lors des sorties du Racing. L’idée, c’est désormais de soigner le frustrant déséquilibre arrière.
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 3200
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 70
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 29ème journée : Strasbourg -Brest

Message  67120 le Ven 10 Mar - 5:30

Seka y croit
Si le Racing a traîné en route ces derniers temps, son capitaine, Ernest Seka, ne veut pas envisager une fin de saison sans saveur. En recevant le leader, son équipe peut se relancer dans la course à la montée.
Il n’est pas le plus irréprochable des joueurs dans une défense qui prend l’eau ces derniers temps. Mais le capitaine assume, relativise et rappelle l’essentiel. Le Racing prend trop de buts sur le cycle retour ? Ernest Seka trouve des explications sans se chercher d’excuses.
« Au mois de février notamment, on a enchaîné les matches, rappelle-t-il. On est professionnel, on se prépare pour chaque rencontre. Mais je pense que cela ira mieux maintenant que l’on a un match par semaine à préparer. On a des regrets par rapport au match perdu à Valenciennes, on a encaissé le but à la fin. Mais il faut passer à autre chose. »

« On y croira encore plus après le match de samedi »

L’échéance d’après arrive bien vite, Brest déboule demain à la Meinau et cela offre l’occasion d’effacer la frustration accumulée. « On va affronter le leader, poursuit Ernest Seka. C’est un match que l’on peut aborder sans pression, relâché. On connaît des problèmes défensifs, c’est vrai. Mais ce qui m’intéresse, c’est le match d’après. Et en l’occurrence, c’est celui de Brest. Il faudra être plus lucide que lundi. J’espère qu’on sera mieux. »
Cinq jours après son échec à Valenciennes, le Racing peut se relancer contre le premier. En cas de victoire, demain, à la Meinau, où il file plutôt un bon coton, l’occasion est offerte de revenir à trois points du premier. Le capitaine et ses coéquipiers ont l’occasion de prolonger le bail dans les hauteurs du classement.
« Ils sont leaders, on se rapprochera d’eux en cas de victoire, rappelle le capitaine. Il faut être ambitieux, par rapport à ce qu’on a réalisé jusqu’ici. Les supporters, les dirigeants et même nous les joueurs, l’environnement, en général, se montrent exigeants et nous conduisent à être ambitieux. Mais il ne faut pas oublier que l’on est des challengers. »
Il ne s’agit pas pour autant d’enterrer toute ambition à dix matches de la fin. Mais le Racing n’a assurément pas la capacité de calculer, de gérer et de se projeter. Ernest Seka, le capitaine, à la tête d’une défense en difficulté, s’en remet à quelques réalités objectives. « Face à Brest, on n’a rien à perdre, on est à domicile et il n’y a aucune raison de ne pas jouer le coup à fond », explique-t-il.
Avec le maintien au fond de la poche du short, l’objectif initial est rempli. Il reste qu’en étant cinquième à dix matches de la fin, il apparaîtrait ballot de se contenter d’assister à la lutte pour la montée, sans y participer alors que le Racing est juste à côté.
« C’est vrai, on a atteint notre but, apprécie le capitaine. Si on était 13e aujourd’hui, on aurait quelques raisons de se contenter du maintien. Là, on n’a aucune raison de se relâcher. On va y croire jusqu’à samedi. Et on y croira encore plus après le match, après avoir pris les trois points. Parce que c’est comme ça que je fonctionne et c’est l’état d’esprit que j’essaye de partager au sein de l’équipe : on ne gagnera pas tous les matches jusqu’à la fin de saison mais le match qui vient, on veut le gagner. On veut tous prendre du plaisir et montrer que l’on peut jouer le haut du tableau. » Jusqu’ici, malgré quelques ratés, le Racing a su se montrer à la hauteur des ambitions de son capitaine. Pourvu que cela dure.
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 3200
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 70
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 29ème journée : Strasbourg -Brest

Message  67120 le Ven 10 Mar - 5:37

Sans Grimm
Hier matin, le Racing s’est consacré à une séance studieuse et pluvieuse. Thierry Laurey, l’entraîneur du Racing, a pu s’appuyer sur quasiment l’ensemble de son groupe, animant un atelier offensif pour conclure, veillant à une mise en place appliquée avant. Au regard de ce qui a pu être travaillé, quelques options sont ouvertes mais une certitude est apparue : touché à la cuisse, victime d’une béquille, Jérémy Grimm ne sera pas de la partie samedi. Tout laisse à penser que Jean-Eudes Aholou occupera le poste de sentinelle devant une défense qui doit gagner en imperméabilité.
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 3200
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 70
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 29ème journée : Strasbourg -Brest

Message  67120 le Sam 11 Mar - 5:31

Stop ou encore
Après deux défaites de rang, le Racing ne peut plus se permettre de traîner en route à dix matches de la fin. En accueillant Brest, le leader, il peut nourrir sa légitimité dans les hauteurs du classement.
à ce stade de la saison, un retard n’est pas loin d’apparaître comme rédhibitoire. Sur le podium ou dans son environnement proche, le Racing n’a pas été vraiment distancé en enchaînant deux défaites de rang, face à Clermont à la Meinau ou à Valenciennes. Mais une passe de trois serait du plus mauvais effet.

«On réussit jusqu’ici un championnat positif»

Ce n’est pas que les Strasbourgeois présentent un visage absolument hideux ces temps-ci. Face à Clermont (0-2) ou à Valenciennes (2-1), sans réaliser de grand match, ils auraient pu gratter quelque chose. Mais le 0 sur 6 sonne comme un coup de moins bien, l’expression d’une décompression alors que le maintien est désormais acquis, ce qui est appréciable pour un promu à plus de deux mois du baisser de rideau.
Il ne semble toutefois pas dans les intentions alsaciennes de se consacrer à une fin de saison en pente douce alors que déboule le leader, Brest, cornaqué par Jean-Marc Furlan. Derrière le quatuor de tête, quatre gros bras du championnat attendus à pareille fête, le Racing a donné autant de plaisir qu’il en a pris jusqu’ici.
« On a envie d’avoir un objectif pour la fin de saison, garantit Jérémy Blayac. On va croiser des concurrents directs. On n’a pas de pression alors que les autres ont affirmé leurs ambitions et on sait ce que c’est. On l’a vécu la saison dernière. À nous d’en tirer profit et de jouer libéré. »
Les Strasbourgeois savent faire même si des erreurs individuelles ou des fautes de placement lui ont coûté quelques points sur le cycle retour. Pas plus tard qu’il y a cinq jours, au stade du Hainaut.
En 2017, son rythme a baissé. « On se retrouve à disputer un match important, relève Thierry Laurey. Mais il est important pour les deux équipes. On n’est plus comme à une certaine époque, au mois de décembre, avec le sentiment d’avoir des chevaux sous le capot. Dans ces cas-là, on doit revenir à des choses basiques. »
En la matière, la marge de progression est toute trouvée. Le Racing a mal à sa défense, avec 19 buts encaissés en neuf matches. Et sa faculté à cracher le feu ne lui permet pas de sortir à chaque fois de l’ornière.
« Le fait de beaucoup marquer ne doit pas nous conduire à prendre autant de buts, souligne Jérémy Blayac. On gagnera peut-être un ou deux matches 4-2, 4-3 ou 3-2 sur les dix qu’il reste. Mais pas plus. Et on a montré en cette saison que l’on savait bien défendre. » Il faudra effectivement hausser son niveau de rigueur.
Car s’il n’est pas un époustouflant leader, Brest, capable de perdre à domicile face au 15e le week-end dernier, mais aussi à Fleury Mérogis en Coupe de France, gère son avance, premier depuis plus de trois mois, redoutable voyageur.

«On manque de culture tactique»

En perdant un match sur quatre et en gagnant qu’une fois sur deux, la bande à Furlan n’a rien d’un épouvantail. Mais elle bat une mesure suffisamment soutenue pour règner en un royaume sans grosse tête dont au moins un tiers des occupants peuvent espérer monter à l’étage du dessus.
« On manque de culture tactique, il y a encore beaucoup de choses à améliorer, relève encore l’entraîneur du Racing, Thierry Laurey. Mais malgré la période, je considère que l’on réussit jusqu’ici un championnat positif. Ces derniers jours, on a veillé à regonfler le moral des garçons, parce que tout n’est pas à jeter. La question qui se pose concerne l’état de fatigue. On a tendance à jouer comme si on était à 100% et ce n’est pas le cas. Est-on capable de gérer alors que l’on n’est qu’à 80?»
Ernest Seka et ses coéquipiers ne sont en effet pas du genre à gérer leurs efforts. Mais en un joli après-midi de mars, alors que plus de 16 000 supporters sont attendus à la Meinau, il est sans doute l’heure de donner sans compter. En une occasion de revenir à trois points du premier, il ne saurait être question de calculer.
Initialement prévu le 7 avril, Reims - Racing a été décalé au samedi 8 avril, 15h.
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 3200
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 70
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 29ème journée : Strasbourg -Brest

Message  67120 le Sam 11 Mar - 5:37

Bonnefoi ou Oukidja ?

Thierry Laurey n’a pas hésité à se consacrer à quelques choix forts dans la perspective du match du jour. Yoann Salmier et Ihsan Sacko ont notamment été mis au repos. En revanche, concernant le poste de gardien, l’entraîneur a refusé de donner sa préférence hier, même pas aux intéressés. « C’est un moyen de mettre les deux ( Landry Bonnefoi, titulaire surprise à Valenciennes, et Alexandre Oukidja, l’habituel n°1 ) sous pression », a indiqué le coach. Jérémy Grimm, blessé à la cuisse, est le seul absent sur blessure. Pour compléter le trio offensif qui comptera assurément Khalid Boutaïb et Baptiste Guillaume, Jérémy Blayac ( en photo ) devrait être là au coup d’envoi.
Brest, de son côté, ne file pas non plus une forme olympique, surtout depuis qu’il doit se passer de son meilleur buteur, Neal Maupay. S’il a testé un 3-4-3 en cours de semaine, Jean-Marc Furlan devrait rester fidèle à un système qui lui a réussi jusqu’ici. Les trois recrues du mercato hivernal, Habib Diallo, Bernard et Gastien seront alignés d’entrée de jeu.

RACING : Bonnefoi – Marester, Seka (cap.), Mangane, Ndour – Gonçalves, Aholou, Lienard – Boutaïb – Blayac, Guillaume. Entr. : Thierry Laurey. Rempl. : Oukidja (g), Nogueira, Bahoken, Saad, Gragnic.

BREST : Hartock – Belaud, Z. Diallo, Castan, Bernard – Gastien, Grougi, Battocchio – Faussurier, H. Diallo, Pelé. Entr. : Jean-Marc Furlan. Rempl. : Léon (g), Pérez, Joseph-Monrose, Lavigne, Chardonnet.

  Racing – Brest. Stade de la Meinau. Coup d’envoi à 15h. Arbitre : M. Rainville. En direct sur BeIN SPORTS 1 et dna.fr
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 3200
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 70
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 29ème journée : Strasbourg -Brest

Message  67120 le Sam 11 Mar - 14:42

Racing Strasbourg : 1. Landry Bonnefoi (g) – 24. Eric Marester, 22. Ernest Seka (cap), 12. Kader Mangane, 3. Abdallah Ndour – 11. Dimitri Lienard, 8. Jean-Eudes Aholou, 17. Anthony Gonçalves – 29. Khalid Boutaïb – 13. Jérémy Blayac, 9. Baptiste Guillaume. Remplaçants : 16. Alexandre Oukidja (g), 23. Felipe Saad, 5. Vincent Nogueira, 28. Vincent Gragnic, 19. Stéphane Bahoken. Entraîneur : Thierry Laurey.

Stade Brestois : 30. Johan Hartock (g) – 13. Gaëtan Belaud (cap), 14. Luciano Castan, 19. Zakaria Diallo, 2. Quentin Bernard - 22. Julien Faussurier, 8. Johan Gastien, 5. Brendan Chardonnet, 10. Christian Battocchio - 11. Bryan Pelé, 26. Mouhamadou Diallo. Remplaçants : 16. Donovan Leon (g), 6. Bruno Grougi, 23. Manuel Perez, 7. Valentin Lavigne, 28. Steven Joseph Monrose. Entraîneur : Jean-Marc Furlan.
.
Première information côté Racing : titularisé pour la première fois de la saison en championnat lundi soir à Valenciennes (défaite 2-1), le gardien Landry Bonnefoi est confirmé dans les cages alsaciennes cet après-midi. On notera que la charnière centrale Seka - Mangane est également reconduite. En attaque, Boutaïb, Guillaume et Blayac sont associés d'entrée.
.
Selon les dernières informations fournies par le club, quelque 17000 spectateurs sont attendus aujourd'hui, mais la Meinau peut éventuellement en espérer encore un peu plus grâce à la météo. La pelouse est, elle, quasi parfaite et la musique plutôt bonne. Reste plus qu'à faire danser et chanter tout ce petit monde.
.
Plus de 16000 spectateurs sont venus à la Meinau supporter leur équipe dans ce choc qui peut permettre au Racing de se rapprocher du trio de tête en cas de succès.
.
Premier corner pour le Racing et première occasion ! Dimitri Lienard est à la baguette à droite et son centre trouve la tête rageuse de Boutaïb au premier poteau. Le cuir rase la base du montant alors que tout le monde a cru l'ouverture du score !
.
Excepté l'occasion de Boutaïb, il n'y a pour l'instant pas de quoi s'enthousiasmer dans ce match. Le rythme peine à décoller.
.
Sur une touche rapidement jouée, Faussurier s'introduit dans la surface strasbourgeoise mais Marester veille au grain.
.
Un supporter du Racing brandit une pancarte "Jean-Marc m'a tué" dans le kop... le passé n'est pas oublié
.
Les deux équipes s'attachent à bien défendre et prennent globalement très peu de risques. On ne s'ennuie pas encore, mais si ça continue, ça ne va plus trop tarder.
.
Voilà la première occasion brestoise, avec le coup franc de Pelé déposé sur la tête de Castan. Bonnefoi s'interpose mais les Bleus ont eu chaud.
.
Après vingt minutes de jeu, ce mach est loin d'atteindre des sommets footballistiques. Au moins, il fait bon à la Meinau
.
Brest obtient un coup franc sur le flanc droit à hauteur de la surface du Racing. Bonnefoi repousse le tir des poings
.
Après un déboulé de Ndour, Guillaume reprend le ballon au second poteau mais ne trouve personne à la réception de sa passe en retrait dans la surface
.
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 3200
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 70
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 29ème journée : Strasbourg -Brest

Message  67120 le Sam 11 Mar - 15:29

BUTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTT   1-0 Guillaume
.
Comme à la parade, le Racing a déroulé sa plus belle action collective depuis le coup d'envoi, avec d'abord Lienard qui trouve dans la surface un Blayac dont l'astucieuse remise de la tête a permis à Guillaume de trouver le petit filet à bout portant, là encore de la tête. Rien à dire, c'était parfaitement exécuté.
.
Premier carton de la partie pour Chardonnet qui a stoppé Blayac plein axe à 25 m des buts. Bon coup franc à suivre.
.
Et nouveau carton, à Gastien cette fois, et nouveau bon coup franc pour le Racing.
.
Oh le coup de canon impressionnant de Lienard du gauche, de 30 mètres minimum ! Hartock s'est interposé des deux poings comme il a pu, mais toute la Meinau a retenu son souffle !
.
Ca va vraiment mieux pour les Bleus qui profitent de la dynamique de l'ouverture du score pour appuyer là où ça fait mal. Brest tient bon mais le Racing espère le break avant la pause.
.
Quelle occasion pour Blayac !!! Esseulé au point de penalty après avoir surgi dans le dos de la défense, l'attaquant strasbourgeois n'a pas réussi à reprendre correctement le centre du gauche de Boutaïb ! Vraiment dommage, parce qu'il était tout seul.
.
Mi-temps 1-0
.

le Racing mène 1-0 et n'a pas vraiment été mis en danger par les joueurs de Jean-Marc Furlan.
.
Servi par Blayac dans la surface, Guillaume manque sa reprise
.
Les Bleus sont repartis à 100 à l'heure avec d'entrée une interception de Boutaïb, un petit ballon pour Blayac et un centre aux petits oignons raté d'un cheveu par Guillaume dans les six mètres.
.
Le Racing a pris cette seconde période par le bon bout. Reste à concrétiser cette bonne volonté au tableau d'affichage.
.
BUT 1-1
.
BUT POUR BREST ! Parti dans le dos de Seka, Mouhamadou Diallo a parfaitement temporisé pour servir en retrait Lavigne dans la surface. Le petit n°7 breton a ensuite trompé Bonnefoi d'un parfait plat du pied droit.
.
La réaction immédiate du Racing avec Boutaïb qui sert Blayac dans la surface, mais l'enchaînement contrôle-frappe en pivot de ce dernier ne trompe pas un Hartock vigilant.
.
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 3200
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 70
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 29ème journée : Strasbourg -Brest

Message  67120 le Sam 11 Mar - 16:19

BUTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTT  2-1
.
Coup franc pour le Racing à six mètres de l'entrée de la surface dans l'axe. Lienard ne laisse aucune chance à Hartock.
.
Oh quel bijou de Dimitri Lienard sur coup franc... Ma-gni-fi-que. Il était pourtant décalé à gauche, donc pour un droitier, mais le Belfortain d'origine n'a laissé le soin à personne de transformer en but ce coup de pied arrêté. Sa célébration est un pur bonheur aussi. Pas étonnant que le public alsacien l'aime tant.
.
Changement à Strasbourg : sortie de Blayac, remplacé par Bahoken.
.
Et Bahoken qui se montre immédiatement à son avantage d'une jolie frappe en pivot du droit qui passe juste à gauche du but de Hartock.
.
Quel centre de 40 mètres de Bahoken pour la reprise de Gonçalves au second poteau !! La frappe est ratée mais l'intention était la bonne.
.
Il y a 17514 spectateurs cet après-midi à la Meinau. Et ceux-là ne regrettent pas d'être là, si ce n'est peut-être la petite centaine de Brestois. Mais le match est loin d'être fini...
.
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 3200
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 70
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 29ème journée : Strasbourg -Brest

Message  67120 le Sam 11 Mar - 16:37

BUTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTT  3-1
.
Et voilà le but du break signé Guillaume, encore de la tête, sur un corner parfait de Lienard ! Le 6e but du Belge cette saison et la 6e passe décisive du Belfortain.
.
Cette fois, la fête peut prendre encore un peu plus forme dans les travées de la Meinau. Après deux défaites consécutives en championnat, le Racing s'apprête à renouer avec la victoire et donc à revenir dans le peloton de tête de la L2. Son public n'en demandait pas plus.
.
BUTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTT  4-1
.
Et même trois buts d'avance avec la réalisation à l'instant de Khalid Boutaïb, qui vient pousser au fond des filets un centre de Gonçalves seulement dévié par Hartock ! La fête est totale !
.

Double changement au Racing : Guillaume et Gonçalves cèdent leur place respectivement à Gragnic et Nogueira.
.
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 3200
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 70
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 29ème journée : Strasbourg -Brest

Message  67120 le Dim 12 Mar - 5:08

Tout bénéfice
Avec beaucoup d’envie et une redoutable efficacité sur les coups de pied arrêtés de Lienard, le Racing a fait tomber le leader, Brest, hier à la Meinau. Les Bleus se replacent dans la lutte pour le podium.
Sous pression au coup d’envoi, 7e après les résultats de la veille, le Racing avait toutes les raisons de ne pas rater son sommet. Mais il y avait aussi de quoi se faire du mouron.
Sans toujours briller, Brest était invariablement leader depuis décembre. Et les premiers échanges tendaient à indiquer que la bande à Furlan savait y faire pour avancer sans avoir l’air d’y toucher.
Organisés autour d’une défense à trois centraux, les Bretons ont d’abord eu la possession. Le Racing a été timoré ou simplement prudent, sachant sa propension à accumuler les ballons au fond des filets depuis janvier – 19 encaissés en 9 matches avant celui d’hier.

« On a été efficace »

Et puis, comme les Brestois n’en faisaient pas grand-chose, de ce ballon dans leurs pieds, Seka et ses copains se sont affranchis de l’angoisse initiale. Passées vingt minutes à constater qu’ils n’avaient rien à leur envier, les Strasbourgeois sont montés en intensité. La première ouverture a été la bonne avec, comme souvent en de tel sommet, la lumière en provenance d’un coup de pied arrêté. En deux temps, deux transmissions plus exactement, trois mouvements, un coup franc de Lienard, une tête de Blayac qui a parfaitement remis pour un Guillaume judicieux au moment d’ajuster Hartock (29e ), le Racing s’est retrouvé devant.
Mais l’affaire n’a pas pour autant été réglée. « Si vous croyiez que cela allait être facile, vous vous trompiez, a souri Thierry Laurey, l’entraîneur du Racing après coup. Cela n’a pas été le match où l’on a été le plus technique, mais on a été efficace. On n’a pas toute la maîtrise voulue, mais c’est comme ça. »
Il a effectivement fallu composer avec les incorrigibles défauts alsaciens. Au retour des vestiaires, la tendance générale n’avait pas changé. Mais quasiment sur la seule incursion visiteuse, la bande à Laurey a fauté. Seka ne parvenait pas à contrarier l’auteur de l’appel sur le côté gauche de la surface, Habibou Diallo, ni le reste de la défense Lavigne dans son incursion dans la surface jusqu’au point de penalty d’où le Brestois a déclenché son tir pour égaliser.
« Les garçons m’ont montré qu’ils étaient à 100 % mentalement, a poursuivi Thierry Laurey. J’avais des doutes quant à nos facultés à tenir sur la durée du match. Je suis heureux parce que c’était Brest, le leader, en face. Sortir un match comme ça aujourd’hui, c’est bien. »
Ses protégés en avaient encore sous la semelle, même si c’est du plat du pied que Lienard a refait pencher la balance en faveur des Bleus. Mais le déséquilibre arrière n’a jamais disparu. Le charme du Racing, ce qui fait que l’on ne s’ennuiera assurément pas jusqu’en mai, c’est qu’à chacune de ses initiatives, il semble en mesure de marquer, comme à chacune de celles de ses adversaires, il semble en difficulté. Mais dans la forme de danse sur un fil observée hier à la Meinau, les Strasbourgeois ne sont pas retombés.
Et Lienard, son ailier rafraîchissant, n’a pas été le moins inspiré. Après une avant-dernière passe décisive, un but, il a conclu son festival d’un corner parfait pour la tête de Guillaume, premier servi au premier poteau pour le doublé belge.
« Je sais que je peux débloquer la situation avec mon pied gauche, a apprécié Dimitri Lienard, qui n’a pas échappé à une soufflante de son entraîneur à la pause pour avoir laissé Gonçalves tirer un coup franc aux 18 mètres. On était dans une mauvaise passe ces derniers temps et je suis content de pouvoir montrer en Ligue 2 ce que j’avais déjà pu montrer dans les championnats d’en dessous. »
Le Racing a su réaffirmer sa capacité à tordre les meilleurs, notamment à domicile où il réalise la plus grosse moisson de la division (dix victoires en 15 matches) après son succès face à l’un des meilleurs voyageurs, Brest, qui n’avait perdu que deux matches en 14 déplacements.
Avec ses supporters, il a pu apprécier, en une belle après-midi de fin d’hiver, une fin de match sans trop de stress, ponctuée d’un dernier but qui a donné une allure un peu trompeuse au verdict. Qu’à cela ne tienne. En tombant le leader, les Strasbourgeois ont obscurci la situation en haut du classement. Au pied du podium, avec un match référence pour marquer leur relance, ils incarneront un chasseur redouté, dans une dizaine de jours, à Auxerre.
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 3200
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 70
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 29ème journée : Strasbourg -Brest

Message  67120 le Lun 13 Mar - 5:06

Vivement la suite !
Le Racing n’a pas raté l’occasion de se relancer en accueillant le leader, samedi (4-1). En prenant le meilleur sur Brest, il s’assure un championnat plein d’intérêt, pour quelques semaines au moins…

Ce n’est sans doute pas une semaine à fêter une victoire dans de grandes proportions en s’arrosant de champagne dans une boîte de nuit, à exiger un défilé sur la place Kléber ou à se prendre pour plus fort qu’on est. Mais il n’est pas non plus interdit d’apprécier la leçon de réalisme infligée à Brest, l’ancien leader puisqu’il a perdu un rang depuis son voyage en Alsace.

Le Racing a bien fait les choses, samedi. Il s’est donné sans compter. Il a marqué avec efficacité. Et il a même ménagé le suspense, coupable, comme d’habitude, sur un coup de jarnac adverse qui l’a contraint à donner le coup de collier indispensable.

Et si la situation dans les hauteurs de la Ligue 2 s’est obscurcie, avec sept équipes qui se tiennent en cinq points, l’horizon strasbourgeois s’est éclairci. Il sera marqué par des envies de monter, au moins pour quelques semaines encore.
« Les victoires appellent les victoires »

La bande à Laurey serait dans une position idéale, au pied du podium, chasseresse prête à punir la moindre faiblesse. Il y a eu débat à l’heure des commentaires, avant-hier. Le coach brestois, à qui un supporter a consacré une banderole en hommage à son médiocre bilan sur le banc de Strasbourg – « Furlan m’a tué » en référence à la série de onze défaites de rang qui a marqué la dernière saison du club alsacien en Ligue 1, conclue sur une relégation –, en était à envier la place du Racing. « Pour être leader, il faut avoir une certaine épaisseur car tu joues contre des équipes surmotivées », a donc expliqué Jean-Marc Furlan qui a effectivement dû faire face à des Bleus morts de faim.

Mais ces derniers savaient aussi que leurs récentes productions avaient dessiné une vilaine série. Les Strasbourgeois en avaient convenu avant. Pour effacer la surprenante victoire de Clermont à la Meinau (0-2) et l’infructueux déplacement à Valenciennes (2-1), rien de tel qu’un bon gros match pour avoir encore plus envie de donner sa pleine mesure.

Comme quand ils avaient accueilli Lens, Ernest Seka et ses coéquipiers ont été à la hauteur. Ils ont ravi les 17 000 spectateurs qui, pour beaucoup, reviendront. Ils ont relancé leurs chances de promu, de l’être encore à la fin de la saison. « Les victoires appellent les victoires, a souligné Thierry Laurey. Quand tu gagnes, tout le monde va mieux, tu retrouves de l’allant. Après, notre position de chasseur est-elle enviable ? Peut-être. Quand tu es chassé, tu peux être amené à jouer petit bras. Mais avoir trois points en plus, ce n’est pas mal non plus ! »

La position au classement interdit en tout cas de s’endormir sur des lauriers, qui ne sont d’ailleurs pas destinés au quatrième. Accessoirement, le Racing continue de ramer en défense. Et, s’il est le meilleur à domicile, il n’est pas non plus toujours brillant à l’extérieur. Or, sur les neuf matches qu’il lui reste à jouer, cinq le seront en terre hostile.
Et maintenant, Auxerre

« On cherche à s’améliorer, tous les jours, on travaille pour constituer un bloc, garantit encore l’entraîneur. Après, le but de Brest est le fait d’un attaquant de Ligue 1 (ndlr : Valentin Lavigne, prêté par Lorient) qui a fait un appel d’un joueur de Ligue 1. Finalement, on n’a pris qu’un but. » Et Brest trois de plus, ce qui a eu au moins le don de soigner le goal-average alsacien.

Néanmoins, il s’agit d’ores et déjà de penser à demain, ou tout du moins à dans une semaine. Convaincants pour effacer deux défaites de rang, les Strasbourgeois seront en quête d’un succès dans l’Yonne, lundi prochain, alors qu’ils n’ont plus gagné depuis fin novembre loin de chez eux – c’était au Havre (0-1). Ils ont glané deux points lors de leurs cinq derniers déplacements. C’est peu. Ils ont fait la démonstration, samedi, qu’ils étaient assurément capables de faire bien mieux.
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 3200
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 70
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 29ème journée : Strasbourg -Brest

Message  67120 le Lun 13 Mar - 5:16

Les étoiles 
DIMITRI LIENARD : l’ailier gauche a été pétillant et son efficacité a mis à genoux le leader


*** DIMITRI LIENARD : l’ailier gauche a été pétillant et son efficacité a mis à genoux le leader. Dimitri Lienard s’est notamment montré (très) inspiré sur coup de pied arrêté, auteur d’une passe décisive sur corner, sa sixième de la saison ce qui le place à une offrande des meilleurs de la Ligue 2 dans l’exercice, et d’un but sur un coup franc “platinien”. Accessoirement, il s’est démené pour récupérer quelques ballons et donc contrarier les plans bretons.
** BAPTISTE GUILLAUME : le Belge ( ci-dessus ) est en forme et justifie, ces temps-ci, tous les espoirs placés en lui. Auteur d’un doublé face au leader, l’international espoir traduit dans les statistiques les impressions laissées en cette fin d’hiver. Déjà bon à Valenciennes, il peut constituer un atout maître dans la dernière ligne droite de sa saison alsacienne. En tout cas, samedi, le joueur de 21 ans a confirmé un cycle retour convaincant.
* ÉRIC MARESTER : Ses copains de la défense n’ont pas toujours été impeccables, samedi. Lui a plutôt tenu bon sur son flanc droit. En rattrapant quelques coups, parfois dans un style peu académique, il a exprimé une envie communicative et son entente avec Gonçalves a permis de verrouiller un côté. Le latéral a marqué des points après quinze jours au placard dans le sillage de la défaite face à Clermont (0-2).
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 3200
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 70
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 29ème journée : Strasbourg -Brest

Message  67120 le Lun 13 Mar - 5:31

Avec Kaniber


Wolfgang Kaniber (78 ans), le canonnier allemand qui a inscrit 25 buts pour le Racing (saisons 69/70 et 70/71), est revenu pour la première fois à la Meinau, samedi. Auparavant, il avait été invité par le comité du jumelage Hoerdt - Büttelbiorn (près de Darmstadt) où il réside.
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 3200
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 70
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 29ème journée : Strasbourg -Brest

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum