2ème journée : Strasbourg - Lille

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

2ème journée : Strasbourg - Lille

Message  67120 le Dim 6 Aoû - 5:40

Dimanche 13 août à 15 heures, le Racing accueille Lille OSC pour le premier match de la saison à la Meinau. Face aux Nordistes, les Strasbourgeois auront à cœur de bien débuter leur saison à domicile.
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 3202
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 70
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 2ème journée : Strasbourg - Lille

Message  67120 le Jeu 10 Aoû - 15:57

CTS-Racing : un titre de transport spécial match à 2€
La CTS et le Racing Club de Strasbourg Alsace reconduisent leur partenariat pour la saison 2017/2018, afin de faciliter l’accès des supporters au stade de la Meinau.
A l’occasion du match Racing-Lille (programmé dimanche à 15h00), la CTS propose ainsi le titre de transport spécial Racing à 2€. Disponible tout au long de la saison, ce titre à tarif réduit sera en vente permanente sur tous les distributeurs automatiques en stations (trams, ligne G, ligne L1) sur U’Go ainsi qu’à l’agence CTS (9 place St Pierre-le-Vieux à Strasbourg, station tram Alt Winmärik-Vieux Marché aux Vins).

Le titre de transport pourra donc être acheté à l’avance et en dehors des jours de matchs. Toutefois, il sera valable uniquement les jours de matchs du Racing, avec une validation du titre au maximum 4 heures avant la rencontre.

Il est conseillé aux personnes se rendant au stade en voiture l’utilisation des Parking-Relais, en priorité ceux de Baggersee (lignes A/E) et Robertsau Boecklin (ligne E), qui offrent une liaison directe vers le stade de la Meinau.

La solution Parkings-Relais permet à tous les passagers d’un véhicule (jusqu’à 7 personnes) de bénéficier d’une place de stationnement et d’un titre de transport aller-retour au prix de 4,10€ (sauf le Parking-Relais Rotonde, à 4,60€).

Enfin, la fréquence tramway sera renforcée à la sortie du match pour faciliter les départs des spectateurs.

Pour toute information complémentaire, le service « Allo CTS » est à la disposition des clients au 03.88.77.70.70 du lundi au vendredi, de 7h30 à 19h et le samedi de 8h30 à 12h15 et de 13h15 à 17h15.
SO
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 3202
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 70
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 2ème journée : Strasbourg - Lille

Message  67120 le Sam 12 Aoû - 5:41

Une organisation en réflexion
Le schéma tactique de Thierry Laurey a souffert – et son équipe avec – samedi dernier à Lyon (0-4). Avant la première à la Meinau contre Lille demain (15h), le coach du promu alsacien en Ligue 1 réfléchit à un réaménagement, mais insiste plus sur l’animation que sur le système.
Personne n’a jamais imaginé que le retour du Racing en Ligue 1, neuf ans après, s’apparenterait à une promenade de santé, surtout avec un premier mois aussi ardu (*). Bien avant le coup d’envoi à Lyon le 5 août, Thierry Laurey avait prévenu ses troupes. « On savait que les deux premiers matches seraient difficiles. Le premier a été très difficile. On espère que le deuxième le sera un peu moins. »

La déroute de samedi dernier au Parc OL (4-0) a fait mal aux joues et aux fesses strasbourgeoises. « C’est une bonne leçon », admet le coach d’un promu alsacien qui, malgré ses avertissements répétés, a péché dans l’engagement, particulièrement en première période.
Les hommes de Bruno Genesio ont souvent brisé les lignes et les reins des Bleus


Résultat : les hommes de Bruno Genesio ont souvent brisé les lignes et les reins des Bleus, en se jouant du schéma en 4-1-4-1 pour lequel le technicien bas-rhinois avait opté à la lumière de matches amicaux bien négociés (trois succès, trois nuls).

« À Dijon (0-0 le 29 juillet) , ça ne s’était pas trop mal passé. Mais peut-être était-ce trop ambitieux pour un voyage à Lyon. Ceci étant, c’est à mon sens moins une question de système que d’animation. Le staff et moi avions signalé aux joueurs que la L1 exigeait un certain niveau d’implication. Les faits nous ont donné raison, mais nous n’en tirons aucune gloire. Tant qu’ils ne l’ont pas vécu eux-mêmes, il est difficile pour eux de le matérialiser. Je ne dis pas qu’ils n’étaient pas impliqués. Ils étaient même très motivés. Mais sans partir à Lyon la fleur au fusil, ils y sont peut-être allés un peu trop tranquilles. Nous n’avons pas emprunté le meilleur chemin pour parvenir à nos fins. »

Kader Mangane et les siens l’ont payé cash. Comme ses partenaires, Jean-Eudes Aholou, positionné en sentinelle unique, a passé une sale soirée pour son baptême en L1. « Nous étions constamment en retard, pas assez agressifs et ça nous a mis en difficulté », témoigne l’ex-Orléanais.
« Si je ne réfléchis pas après Lyon, c’est que je suis inconscient »


« Depuis, nous avons revu la rencontre et nous sommes remis au travail parce qu’un match important nous attend contre Lille. À Lyon, nous avons commis des erreurs et pris énormément de vagues. Dans ma zone, je voyais toujours arriver deux Lyonnais. Nous avions pourtant des ambitions là-bas et voulions montrer que nous n’étions pas faciles à battre. Ça n’a pas été le cas. Certes, avec les nombreuses recrues, nous devons encore apprendre à nous connaître. Mais il faut faire vite parce qu’avec trois déplacements ce mois-ci, nous n’avons pas énormément de temps devant nous. Cette semaine, le coach nous a demandé de mettre plus d’envie et de rythme. Il va falloir tout donner contre Lille, mouiller le maillot et nous mettre dans le bain de ce championnat devant notre public. »

S’il appuie depuis huit jours sur l’engagement nécessaire en L1, Thierry Laurey phosphore aussi sur un éventuel réaménagement tactique. Hier matin, il a, lors d’un exercice de circulation du ballon, testé un 4-2-3-1 avec Jonas Martin aux côtés d’Aholou à la récupération et une triplette Da Costa – Corgnet – Bahoken en soutien de Saadi.

« Si je ne réfléchis pas à ça après Lyon, c’est que je suis inconscient. Certains garçons nous ont rejoints tardivement et nous n’avons pas pu tout expérimenter avec eux. Nous sommes en train de voir avec quels joueurs nous pouvons positionner l’équipe, en tenant compte des forces et faiblesses de Lille. À nous de mettre en place un schéma suffisamment homogène pour éviter d’être trop en danger, tout en gardant des possibilités de faire mal à l’adversaire. Ce qui est sûr, c’est qu’il va nous falloir harceler les Lillois autant qu’eux vont nous harceler, comme ils l’ont fait contre Nantes (succès du LOSC 3-0 dimanche dernier). »

Après avoir échoué à dompter Lyon, le Racing entend ainsi se donner les moyens de museler les Dogues.

(*) Trois déplacements à Lyon (défaite 4-0), Montpellier (le 19) et Guingamp (le 27), entrecoupés de la réception de Lille demain.
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 3202
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 70
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 2ème journée : Strasbourg - Lille

Message  67120 le Sam 12 Aoû - 18:24

Sacko titulaire ?
A moins de 24 heures de la venue de Lille ce dimanche (15h) pour la première du Racing à la Meinau cette saison (2e journée de Ligue 1), Thierry Laurey vient de communiquer son groupe à l’issue de la dernière séance d’entraînement.
A moins de 24 heures de la venue de Lille ce dimanche (15h) pour la première du Racing à la Meinau cette saison (2e journée de Ligue 1), Thierry Laurey vient de communiquer son groupe à l’issue de la dernière séance d’entraînement. Le coach du promu strasbourgeois a retenu les mêmes 18 joueurs que lors du déplacement à Lyon, mais n’a évidemment rien dévoilé de ses intentions sur le plan tactique.
« On espère qu’il y aura des améliorations, mais on n’a pas forcément le loisir de tout bouleverser », a simplement indiqué le technicien, qui réfléchit à un réaménagement de son système de jeu (notre édition de ce matin). Comme hier, l’entraîneur bas-rhinois a travaillé sur la base d’un 4-2-3-1, avec une variante toutefois par rapport à la mise en place de la veille.
Vendredi, Stéphane Bahoken avait pris place à la gauche d’un trident offensif placé en soutien de la pointe Idriss Saadi, avec Benjamin Corgnet dans l’axe et Nuno Da Costa côté droit. Cet après-midi, Ihsan Sacko lui a succédé dans ce rôle. Un indice en faveur de l’ancien Valenciennois ? Peut-être, mais pas certain tant Thierry Laurey aime brouiller les pistes.
Une chose est sûre : le 4-1-4-1 expérimenté à Lyon, avec le résultat que l’on sait (défaite 4-0), semble avoir vécu, au moins provisoirement. Jonas Martin devrait reculer à la récupération aux côtés de Jean-Eudes Aholou. La titularisation de Sacko enverrait Dimitri Lienard sur le banc.
L’équipe probable :
Kamara - Lala, Mangane (c), Salmier, Martinez - Aholou, Martin - Da Costa, Corgnet, Sacko - Saadi.

Remplaçants :
 Bahoken, Gonçalves, Blayac, Grimm, Seka, Lienard, Oukidja (g).


Absents : Ndour (reprise), Nogueira, Aaneba, Tchamba, Caci, Zohi, Bonnefoi (choix).
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 3202
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 70
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 2ème journée : Strasbourg - Lille

Message  67120 le Dim 13 Aoû - 5:27

Attention, chiens méchants
Le Racing accueille une équipe de Lille ambitieuse et séduisante. Même si la confrontation s’annonce déséquilibrée, les Strasbourgeois veulent montrer cet après-midi, dans leur antre, qu’ils valent mieux que la sévère défaite encaissée à Lyon, samedi dernier.
Selon le dictionnaire, les Dogues sont « des chiens de type molossoïde, qui ont la tête large, le museau court et carré, le cou massif, ainsi qu’une musculature et une mâchoire extrêmement puissantes ». Bref, pas vraiment le genre de bête qu’on rêve de croiser en bas de chez soi. Surtout si l’animal en question se balade sans laisse, les babines frémissantes.
«Il faut être plus agressif et plus ambitieux dans le jeu»

Mais les Strasbourgeois, eux, n’ont pas vraiment le choix : cet après-midi, pour leur grand retour en Ligue 1 à la Meinau, ils vont devoir s’en coltiner onze, des Dogues. Le pire, c’est qu’a priori ces bestioles venues de Lille savent mordre. Et là où ça fait mal, en plus.

Les Canaris de Claudio Ranieri, dévorés tout cru la semaine passée par la meute de Marcelo Bielsa (3-0), peuvent en témoigner: les Dogues d’“El Loco” Bielsa ont les crocs bien acérés en ce début de saison.

«Lille est une équipe très dynamique et on sait que ce ne sera pas une partie de plaisir, confirme Thierry Laurey, l’entraîneur du Racing, quelques heures avant cette rencontre. Nantes en a pris trois sans faire un mauvais match.»

Les Lillois et leur nouveau coach – très attendu pour sa deuxième expérience en France, après son année sur le banc marseillais – ont en effet pris le meilleur des départs, en s’imposant avec la manière au Stade Pierre-Mauroy. Tout le contraire des Alsaciens, balayés par les Lyonnais la semaine passée (4-0).

Alors, comme lors de cette première journée où le Racing a défié l’ogre lyonnais, les forces en présence semblent bien déséquilibrées.

«On sent que quelque chose transpire dans cette équipe, avance Thierry Laurey en parlant de son adversaire. On voit que Lille a beaucoup travaillé. Malgré le fait qu’il y a beaucoup de nouveaux joueurs, ils jouent bien ensemble. Dans les couloirs, c’est très fort et il va falloir essayer de verrouiller tout cela.» En effet. Sinon, cette équipe du Racing en pleine reconstruction risque de prendre, à nouveau, un sacré bouillon.

Reste que même si les pronostics et la logique ne sont pas en faveur du Racing, coach Laurey et ses troupes entendent tenir le choc. «On espère forcément des améliorations par rapport au match à Lyon, souligne ainsi l’entraîneur. On a eu un comportement trop timoré. On a eu trop de respect pour les Lyonnais… On a travaillé là-dessus cette semaine à l’entraînement.» Et Thierry Laurey de préciser: «Il faudra être plus agressif et plus ambitieux dans notre jeu. À nous d’être concentré, en place, pour leur faire mal».

Pour faire déjouer la très jeune équipe lilloise (*) Thierry Laurey devrait modifier son onze à la marge, dans un système certainement un peu différent de celui mis en place à Lyon (lire page suivante).
«Faire le maximum pour élever le niveau de jeu»

Mais l’entraîneur des Ciel et Blanc espère surtout que ses joueurs ont tiré les leçons de la déroute à Lyon pour aller de l’avant. « Avant de parler de résultat, on veut déjà améliorer le contenu, souligne ainsi Thierry Laurey. On peut se baser sur le début de la deuxième mi-temps de Lyon, par exemple. C’était plutôt intéressant. Et il faudra aussi gommer toutes ces petites erreurs qui nous ont coûté cher ».

Avec un seul objectif: «Faire le maximum pour élever le niveau et rivaliser de manière équitable», comme le précise encore l’entraîneur des Bleus.

Poussés par plus de 25000 spectateurs tous acquis (ou presque) à leur cause, les Strasbourgeois veulent refaire de la Meinau une forteresse imprenable. Et accessoirement, grappiller leurs premiers points en Ligue 1.

«On joue les cadors d’entrée et ce n’est pas simple, mais j’ai envie de dire “Allons-y”, expose Thierry Laurey. Il faut encore du temps pour que notre organisation se mette en place, il n’y a pas encore toutes les affinités requises entre les joueurs, mais malgré la défaite à Lyon, on a des forces.»

Des forces qu’il faudra lâcher d’emblée sur le pré cet après-midi pour éviter de prendre un vilain coup de croc.

(*) la moyenne d’âge du onze lillois est de 21 ans et 8 mois. Sachant que le doyen est l’attaquant De Préville, 26 ans.

En direct sur www.dna.fr et BeIn Sport1
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 3202
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 70
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 2ème journée : Strasbourg - Lille

Message  67120 le Dim 13 Aoû - 14:51

Les équipes qui débuteront la rencontre sont celles que vous avez pu découvrir ce matin dans votre quotidien préféré.
RACING : Kamara - Lala, Mangane (cap), Salmier, Martinez - Aholou, Martin - Da Costa, Corgnet, Bahoken (ou Sacko) - Saadi.

LILLE : Maignan - Ié, Amadou (cap), Alonso - Malcuit, Thiago Mendes, Ballo-Touré - El-Ghazi, Benzia, Araujo - De Préville.

Ihsan Sacko fera donc bien ses grands débuts en Ligue 1. Le Racing évoluera bien en 4-2-3-1 et les Lillois en 3-3-3-1 .
.
La rencontre sera arbitrée par Johan Hamel, 36 ans, dont 20 ans dans l’arbitrage. Il débute là sa 3e saison en Ligue 1. Il a commencé l’exercice 2017/2018 par un Le Havre – Auxerre en Ligue 2 au cours duquel il a sorti la bagatelle de cinq cartons jaunes et deux cartons rouges. Il a derrière lui 40 matches de Ligue 1 pour une moyenne de quatre cartons jaunes par match et 13 rouges en tout.
.
Au passage, les supporters lillois sont au nombre de 500 environ. Ils se signalent pour la première fois... sous les huées du kop strasbourgeois.
.
Le public vient de découvrir la composition des équipes en mode Ligue 1 avec, côté Racing, une présentation des joueurs sur l'écran géant, nom et visage à l'appui. Pratique au moment de scander ces noms, nouveaux pour la plupart.
.
"Public de la Meinau, nous sommes de retour!" C'est le leitmotiv depuis une heure maintenant dans la bouche de Jean-Luc Filzer, le speaker. Il est l'heure maintenant de s'en montrer digne. Pas simple face à des dogues lillois revigorés, remobilisés, réorganisés par Marcelo Bielsa.
.
Grosse, grosse et chaude ambiance. Le kop se met au niveau de la Ligue 1.
.
Incroyable! On est en Ligue 1 et il a fallu qu'on attende 30 bonnes secondes pour que l'on trouve un ballon afin d'effectuer une remise en jeu!
.
Première altercation entre M. Hamel et Thierry Laurey après une faute non sifflée sur Da Costa. Les gestes de l'arbitre sont clairs. "Cela fait quatre minutes que l'on joue, vous n'allez pas commencer!..."
.
Nuno Da Costa déboule côté droit et est bousculé au moment d'entrée dans la surface. Le coup France, sorte de petit corner, est frappé par Jonas Martin. Dégagé, le ballon est repris de l'entrée de la surface par Idriss Saadi qui oblige Mike Maignan, le gardien lillois, à s'employer.
.
Thiago Mendes s'est blessé tout seul, sans le moindre contact. Il est remplacé par Yves Bissouma.
.
Au bout d'un quart d'heure, le Racing est dans le match. On sent néanmoins qu'il va être très difficile de déstabiliser une solide équipe lilloise, supérieure dans l'impact. Tant que le cœur et la volonté des Strasbourgeois permettront d'équilibrer la balance...
.
Comme pour Nantes hier, c'est l'hécatombe côté nordiste. Au tour de Kevin Malcuit de se blesser seul comme un grand. Thiago Maia Alencar prend sa place.
.
Deux blessés en moins de 20 minutes, à croire que les organismes ont besoin de s'habituer aux cadences imposées par Marcelo Bielsa.
.
Kenny Lala, sur coup franc, veut servir Benjamin Corgnet sur la droite met se rate complètement. Pour l'instant, la Meinau se montre indulgente.
.
L'ouverture de Pablo Martinez pour Idriss Saadi n'est pas loin de surprendre Amadou, qui s'interpose du bout du soulier. Sans quoi, l'attaquant strasbourgeois s'ouvrait le chemin du but.
.
Sur un corner de la droite de Corgnet, la tête de Yoann Salmier, monté haut, est contré par Maia Alencar pour un nouveau corner.
.
Penalty pour le Racing!... non accordé par M. Hamel, Sur son crochet dans la surface, Da Costa est bien accroché par Maia Alencar. Tout le banc strasbourgeois est debout. En vain.
.
Juste au préalable, suite au centre de Saadi et à la remise en retrait de Sacko, la frappe d'Aholou s'est révélée trop molle pour inquiéter Maignan. Cette fois, le Racing lutte vraiment d'égal à égal.
.
Ballo-Touré écope d'un avertissement suite à une faute sur Saadi à l'entrée de la surface. Le coup franc de Martin trouve la tête de Corgnet, sans danger pour Maignan.
.
Dangereux depuis le coup d'envoi dans son couloir droit, El Ghazi centre à ras de terre pour De Préville, peut-être hors jeu, non signalé, mais qui ne parvient à reprendre. Il y avait gros danger.
.
Sur corner, la tête de Martinez file au-dessus.
.
Le dernier changement côté lillois, avant même la pause. N'Guessan Kouamé supplée Fodé Ballo. Cela ressemble fort à un changement tactique. Mais la manœuvre est risquée. A 50 minutes de la fin, Bielsa n'a plus de joker.
.

Kamara se loupe dans sa relance mais les Lillois jouent fort mal le coup, ce qui rend fou leur coach, El Loco.
.
L'ex-Lyonnais Yassine El Ghazi fait son show sur l'aile droite. Il sert Anwar El Ghazi qui s'enfonce dans la surface. Il faut une intervention autoritaire de Kader Mangane pour éviter que le Lillois puisse armer sa frappe de près. Ouf!
.
El Ghazi, encore lui, déclenche une frappe tendue des 20m qui rate de très peu le cadre.
.
Quatre minutes d'arrêt de jeu à tenir, vu l'emprise lilloise depuis quelques minutes.
.
C'est la mi-temps. Le Racing tient le choc, et même mieux. Mais on sent l'équilibre fragile.
.
Par rapport à la défaite sévère à Lyon, le Racing a ajusté le tir. Il a haussé le ton en termes de présence, d'impact, et soutient la comparaison avec le LOSC. Le système mis en place par Thierry Laurey, avec Jonas Martin épaulant Jean-Eudes Aholou à la récupération, offre un meilleur équilibre. Comme dit, celui-ci est néanmoins fragile. Le Strasbourgeois doivent se démultiplier tandis qu'on sent les Lillois beaucoup plus sûr de leur affaire. La sérénité, la maîtrise sont bien dans le camp d'en face. Avec plus de justesse dans les coups à jouer, les Lillois peuvent faire mal à tout moment. Leur flanc droit, avec Benzia et El Ghazi fait des misères à la défense strasbourgeoise.
A l'inverse, Da Costa et Saadi se sont montrés très entreprenants côté Racing.
.
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 3202
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 70
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 2ème journée : Strasbourg - Lille

Message  67120 le Dim 13 Aoû - 16:07

C'est reparti... dans une certaine indifférence, le temps que tout le monde reprenne sa place en tribune.
.
La grosse occasion! Corgnet récupère le ballon au milieu. Il sert Sacko dans l'axe. Celui-ci temporise et décale Corgnet qui s'infiltre dans la surface sur la gauche et se présente face à Maignan. Ce dernier sort vainqueur sur la frappe croisée du milieu strasbourgeois.
.
Le Racing reprend pied au plancher. Corgnet déborde sur la gauche. Ne pouvant centrer, il remet en retrait sur Salmier. Des 20m, le défenseur central centre au 2e poteau où Saadi ne peut ajuster sa volée.
.
L'occasion immanquable! Dans la surface, cîoté droit, Sacko se joue de Kouamé. Son centre à ras de terre met Maignan hors de portée. Au 2e poteau, Saadi n'a plus qu'à pousser au fond. Mais Da Costa ne le voit pas et tente de marquer d'un tacle désespéré sur lequel le ballon file à côté. Un miracle pour <lille.
.
Sur un centre de Corgnet, la talonnade de Saadi passe elle aussi à côté.
.
En contre, la sanction aurait été terrible. Mais Kamara annihile la tentative de Benzia.
.
Remarquable, ce début de 2e mi-temps du Racing. Le voilà plus qu'au niveau des Lillois. Hélas, il n'est pas payé pour l'instant. En espérant qu'il ne le paye pas par après. Les regrets seraient énormes.
.
Sous une ovation, Nuno Da Costa cède sa place à Anthony Gonçalves.
.
Incroyable! Mike Maignan, le gardien du LOSC est expulsé en dehors de toute action de jeu. Après une discussion avec Gonçalves, il balance le ballon à la figure du Strasbourgeois! Après concertation avec le juge de touche, au plus proche des événements, M. Hamel n'hésite pas. Non seulement, les Lillois vont finir à dix, mais surtout sans gardien de métier, les trois changements ayant déjà été effectué dans son camp. C'est l'attaquant Nicolas De Préville qui se mue en gardien de fortune;
.
Plus que jamais, le Racing n'a pas le droit de perdre ce match. Il doit même tout faire pour le gagner. Commençons par cadrer des frappes pour mettre De Préville à l'épreuve.
.
Après une incursion dans le camp strasbourgeois, le LOSC s'installe délibérément à dix dans leurs 30 derniers mètres<;
.
Thierry Laurey prend les risques qui s'imposent. Il sort un défenseur, Yoann Slamier et fait entrer un attaquant, Dimitri Lienard.
.
Sur un bzllon perdu par les Lillois, Idriss Saadi part seul face à De Preville met perd son duel! Cela commence à faire vraiment beaucoup.
.
BUTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTT   1-0 Martin.
.
En fait, il ne manquait que Dimitri Lienard, "the" passeur décisif. Sur corner, le Belfortain dépose le cuir sur le pied de Jonas Martin, étrangement seul au premier poteau. Du plat du pied, tranquillement, il trompe De Préville de près.
.

Sous les huées du public, les Lillois change de gardien. Ils ont désormais besoin de marquer. De Préville reprend donc son costume d'attaquant. Le capitaine Ibrahim Amadou s'empare des gants et du maillot noir de gardien.
.
3375 jours après, Jonas Martin est donc le premier buteur du Racing en Ligue 1. 3375 jours après Simon Zenke lors de la défaite à Marseille, le 17 mai 2008.
.
Lille retrouve le fil. Ou le Racing a-t-il le tort de lui laisser? De Araujo déborde côté gauche. il entre dans la surface mais subit le tacle parfait de Lala. Sur le corner, Alonso Mujica, seul au point de pénalty (!) dévisse heureusement sa tête.
.
BUTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTT  2-0 Lienard
.

But de Dimitri Lienard qui transforme sans coup férir à ras de terre, à ras du poteau gauche d'Amadou.
.
De 25m, Kenny Lala avait contraint Amadou à se coucher et à repousser le ballon. A la lutte pour la reprise, Idriss Saadi est pris par derrière par Ié. M. Hamel a accordé le penalty même si, au ralenti, on voit un autre Lillois tacler la ballon dans le même moiuvement.
.

La Meinau est en fête. Jérémy Grimm est invité à y prendre part, au relais de Benjamin Corgnet, ovationné.
.
La fête est totale! Et un, et deux, et trois-zéro. De plus de 20m, Jérémy Grimm, à peine entré, décoche une de ces frappes dont il peut avoir le secret et nettoie la lucarne du pauvre Amadou. Du pur bonheur!
.
C'est parti pour trois minutes de temps additionnel. Trois minutes de bonheur en plus, comme dirait l'autre. Trois minutes de bonheur en plus pour les 25951 spectateurs présents pour ce jour historique qui, désormais, l'est plus encore.
.
La Meinau chavire tandis que les Bleus s'offrent un tour d'honneur archi mérité. Voilà les nouveaux dans le bain. Ils n'auront pas attendu longtemps pour savoir ce qu'est célébrer une victoire à la Meinau.
.
Et c'est parti pour les chorégraphies à l'unisson entre kop et joueurs. On connaissait déjà. Oui, mais là, mon bon monsieur, c'est en Ligue 1 et ça en prend une toute autre valeur.
Oui, vraiment oui, le Racing est de retour en Ligue 1!
.
Que dire de plus sinon qu'en plus, au bout du compte, cette victoire est amplement méritée. Elle s'est dessinée une fois le LOSC a dix et dépourvu de gardien de métier. Mais auparavant déjà, il aurait dû bénéficier d'un penalty et ouvrir le score sur l'occasion immanquable de la 51e'.
Pendant une mi-temps, on a eu l'impression que le Racing était obligé d'évoluer en surrégime pour s'élever au niveau d'un LOSC agissant lui plus sereinement, plus tranquillement.
Trop? Peut-être. Toujours est-il que le Racing n'avait pas abattu toutes ses cartes. Il a même nettement haussé le ton après la reprise et c'est au contraire Lille qui n'a pas été capable d'embrayer.
.

Combien de fois l'an passé, le Racing a forcé le destin, avec ce petit brin de réussite qui va avec? I en est allé de même ce dimanche. Le LOSC a fini par craquer sous l'emprise strasbourgeoise après la pause. Comme souvent l'an passé, le Racing a débloqué la situation sur coup de pied arrêté. Comme l'an passé, le passeur se nomme Dimitri Lienard, à peine entré en jeu. Et comme parfois l'an passé, Jérémy Grimm y est allé d'une frappe splendide, quoi qu'un rien improbable, avec un pied d'appui qui glisse. Double coaching gagnant pour Laurey. Double symbolique avec le but du seul Alsacien et la passe du Belfortain qui l'est désormais tout autant.
.
A partir de ce soir, le passé du Racing en Ligue 1 peut être définitivement effacé des tablettes pour laisser la place au présent. Premier match en Ligue 1 plus de neuf après à Lyon, premier but aujourdhui, 3375 jours après, mais aussi et surtout, première victoire, 3452 jours après celle obtenue le 1er mars 2008 au Mans (0-1).
.
Tout cela est bien beau, mais n'oublions pas l'essentiel: le Racing compte trois points. Trois points essentiels avant deux déplacements consécutifs à Montpellier et Guingamp. Les affrontements avec Lyon et Lille avant ces deux déplacements pouvaient faire craindre le pire sur le plan comptable. Il n'en est rien. Le Racing va pouvoir aborder ces deux voyages sereinement en ayant tout à gagner.
Rendez-vous donc samedi prochain, sur dna.fr, pour le direct de Montpellier - Racing, avec un coup d'envoi à 20h. D'ici là, bonne semaine et, dès à présent, bonne 3e mi-temps. Une première victoire en Ligue 1 dès la 2e journée, dès la première à domicile, et face à un client comme Lille, ça se fête!

.
Match Gagné par 3-0
.
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 3202
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 70
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 2ème journée : Strasbourg - Lille

Message  67120 le Lun 14 Aoû - 5:12

Lienard signe son entrée
Dans une organisation en 4-2-3-1, le Racing a montré un visage plus conquérant que la semaine passée. Les recrues ont été auteurs d’un match plein et les remplaçants se sont montrés décisifs.
K AMARA (6). – Pas trop sollicité en première mi-temps (sauf sur deux tirs lointains), le jeune portier a été sérieux et concentré sur les quelques interventions qu’il a dû faire. Solide en fin de match, comme sur cette parade face à El-Ghazi (85e’ ).

MARTINEZ (4). – Comme à Lyon, Martinez – qui n’est, à sa décharge, pas latéral de formation – a parfois eu du mal à museler son vis-à-vis, en l’occurrence le très vif El-Ghazi. Du coup, il a commis des fautes qui auraient pu coûter cher. S’est par contre montré solide dans l’axe, poste où il a été replacé après la sortie de Salmier.
Jonas Martin ouvre son compteur

  MANGANE (6). – Le défenseur central a souffert sur l’une ou l’autre accélération dans l’axe (notamment face à Araujo, à la 33e’ ). Mais pour le reste, le capitaine s’est montré souverain dans les airs et d’une sérénité absolue au sol.

 SALMIER (6). – Sobre dans ses interventions, efficace dans les duels, Salmier aurait pu ouvrir le score, sur un coup de boule dont il a le secret, sur un corner de Corgnet (25e’ ).

Sa louche pour Saadi, après un autre corner, aurait mérité meilleur sort (47e ’). Remplacé par Lienard (70e ’), qui a débloqué la situation sur corner et inscrit le deuxième but sur penalty. Excusez du peu…

  LALA (7). – Entreprenant, offensivement parlant, le latéral droit qui jouait l’an passé à Lens a en plus été solide à l’arrière.

A obtenu de nombreux corners grâce à son incessante activité dans le couloir. L’un des meilleurs joueurs du onze alsacien hier après-midi.

 AHOLOU (5). – Beaucoup plus à l’aise qu’à Lyon, dans un schéma à deux récupérateurs, l’ancien d’Orléans a plus pesé dans l’entrejeu que lors du match précédent. Encourageant pour la suite, malgré quelques pertes de balle évitables.

  MARTIN (7). – Sur courant alternatif la semaine passée à Lyon, le milieu a remis la lumière hier.

Précis sur coups de pied arrêtés – comme sur cette balle offerte à Corgnet sur coup franc (33e’ ) – il a en plus ouvert son compteur but d’un plat du pied malin, sur un service au cordeau de Lienard. Précieux dans son rôle de joueur “box to box”.

  CORGNET (6)
. – Replacé au centre du jeu, le milieu de terrain a montré un tout autre visage qu’à Lyon.

Il a gratté un nombre incalculable de ballons et offert de belles ouvertures à ses coéquipiers. À su faire parler le métier pour faire expulser Maignan. Déjà indispensable.

Remplacé par Grimm (85e ), auteur d’un but somptueux, le troisième, quelques minutes après son entrée en jeu.

  DA COSTA (6). – Très remuant, l’ailier venu de Valenciennes a déstabilisé la défense lilloise par ses dribbles chaloupés. Aurait mérité d’obtenir un penalty à la 29e’ , après une faute de Thiago Maia.

Dommage qu’il “bouffe la feuille de match” sur le centre de Sacko (destiné à Saadi, à la 51e’ ). Remplacé par Gonçalves (59e ’), auteur d’une rentrée en mode pit-bull et de quelques centres intéressants

  SACKO (5). – Pas épargné par les défenseurs lillois, le jeune Strasbourgeois s’est montré entreprenant, mais par à-coups seulement. Son festival à la 51e’ aurait dû se terminer par un but si Da Costa n’avait pas gêné Saadi.

SAADI (5). – Combatif et malin, l’avant-centre venu de Belgique avait un rôle ingrat, seul en pointe. Il n’a jamais ménagé ses efforts, notamment en allant systématiquement au pressing. Il aurait pu ouvrir son compteur à la 8e’ (sur un tir cadré), à la 49e’ (sur un centre de Lala) ou encore sur une audacieuse talonnade (53e’ ).

Les joueurs sont notés de 0 à 10
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 3202
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 70
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 2ème journée : Strasbourg - Lille

Message  67120 le Lun 14 Aoû - 5:16

En direct des vestiaires
 «On a fait le job»

Les Strasbourgeois ont affiché leur satisfaction d’avoir pris les trois points pour leur première sortie de la saison à la Meinau.
 ❏ DIMITRI LIENARD (milieu de terrain du Racing). – « On a vu aujourd’hui (hier) que si on se donne à fond, qu’on se donne la peine d’aller au pressing, on peut faire de belles choses à la Meinau. Je ne parle pas de la fin de match, où les Lillois sont réduits à dix. Mais même à onze contre onze, on a su rivaliser.

Je suis très content d’avoir pris les trois points devant notre public. Jérémy (Grimm) et moi on marque… C’est un beau symbole que ce soient les deux rescapés de National qui marquent !

D’ailleurs mon but, je l’ai célébré avec lui (et avec tout le banc de touche, NDLR). On était déçus de ne pas commencer cette rencontre et on est très heureux d’avoir fait la différence en entrant. On a fait le job, en professionnel, mais là, il faut se remettre au boulot. »

❏ JONAS MARTIN (milieu de terrain, Racing). – « On se devait de réagir. Entamer la saison par une défaite 4-0, ce n’est jamais bon.

Là, notre championnat est bien lancé. On a fait une bonne première mi-temps, avec beaucoup d’intensité et le but est arrivé au bon moment.

J’ai vu qu’il n’y avait personne au marquage au premier poteau et “Dim” (Lienard) me la met parfaitement, je n’avais plus qu’à finir.
«À onze contre onze, j’ai vu une équipe en dominer une autre et c’était la mienne»


L’ambiance était magique. Quand le public est comme cela derrière nous, ça nous donne beaucoup de forces. Je suis content d’avoir pris trois points, car on débutait avec trois déplacements en quatre rencontres et ce n’est jamais simple.

Aujourd’hui (hier) , on a vu qu’on avait de la qualité dans le groupe et qu’on pouvait faire quelque chose avec nos armes, on a réussi à développer notre jeu.»

❏ YASSINE BENZIA (milieu de terrain, Lille). – «L’expulsion (du gardien Mike Maignan, NDLR) n’a pas tout changé. Il faut savoir s’adapter. On prend un but bête et évitable. Globalement, on n’a pas été coordonné dans notre pressing et Strasbourg avait plus envie que nous.»

❏ NICOLAS DE PRÉVILLE (attaquant, Lille). – «On n’a pas réussi à mettre l’intensité qu’on voulait et à être coordonnés dans les mouvements offensifs et défensifs. Peu importe ce qui se passe sur le terrain, on est sensé résoudre les problèmes collectivement et on n’a pas réussi à le faire.

Ça prouve qu’on est là pour apprendre et qu’on a encore beaucoup de chemin à parcourir. J’étais volontaire pour aller dans les buts. À l’entraînement, parfois je joue dans les buts.»

❏ THIERRY LAUREY (entraîneur du Racing). – «C’était un match particulier. Faire ses trois changements à la mi-temps comme Lille l’a fait, c’est embêtant. Avoir un gardien expulsé, ça l’est encore plus.

On a profité de la situation, c’est vrai, et d’aucuns ne manqueront pas de le souligner. Mais moi, à onze contre onze, j’ai vu une équipe en dominer une autre et c’était la mienne.

On fait notre bonhomme de chemin. On essaie de proposer quelque chose de cohérent. Les trois points nous font du bien. Les trois buts aussi qui rétablissent le goal-average.

Le contenu est important. Nous voulions vraiment faire un match référence contre une équipe qui avait prouvé sa qualité lors de la première rencontre. Car nous étions conscients de n’avoir pas montré notre véritable visage à Lyon. Cette fois, nous avons mis un peu plus d’agressivité, de pressing et de jeu tourné vers l’avant. Les garçons ont fait beaucoup d’efforts et en ont été payés.»

❏ MARCELO BIELSA (entraîneur de Lille). – «Il y a eu beaucoup de situations imprévues à résoudre. Mais je ne crois pas que la justification de la défaite passe par ces situations inattendues.
«L’entraîneur adverse a neutralisé nos intentions»

À aucun moment, nous n’avons réussi à imposer notre style. Notre projet de jeu n’est tout simplement pas parvenu à dépasser le schéma mis en place par l’adversaire pour nous contrer.

La différence de qualité entre les deux équipes était en notre faveur, mais nous avons perdu sans jamais pouvoir montrer cette différence. L’entraîneur adverse a clairement neutralisé nos intentions.»
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 3202
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 70
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 2ème journée : Strasbourg - Lille

Message  67120 le Lun 14 Aoû - 5:22

avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 3202
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 70
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 2ème journée : Strasbourg - Lille

Message  67120 le Lun 14 Aoû - 5:27

Le fait du match: le hara-kiri de Mike Maignan


Marcelo Bielsa a la réputation de ne jamais accabler ses joueurs en public, surtout pas individuellement. Hier en salle de presse, “El Loco” a donc logiquement soutenu que l’expulsion, bête et évitable, de son gardien Mike Maignan à la 63e’ n’était pas le tournant du match.
« Au contraire, Maignan nous avait permis de préserver notre cage jusque-là, alors que nous aurions pu encaisser plusieurs buts lors de la première demi-heure. En aucun cas, je ne peux approuver son geste. Mais je le comprends. »
Comme le FC Nantes, pénalisé la veille par trois blessures en 25 minutes contre Marseille (0-1), Lille a très vite été privé de Thiago Mendes et Kévin Malcuit, touchés et remplacés aux 12e’ et 18e’. Puis dès la 38e’ , Bielsa a abattu, dans un improbable coup de poker, sa troisième et dernière carte de rechange en rappelant sur le banc un Ballo-Touré aux pieds d’argile ballotté par un Da Costa aux pieds agiles et en lui substituant Kouamé.
Malgré le sévère revers de ses troupes, l’Argentin « ne regrette pas » cet ultime changement initié avant même la mi-temps. « Le carton jaune pris par Fodé dans un match très défavorable pour nous, surtout sur notre côté gauche, l’exposait à une expulsion. J’ai pris cette décision parce que je la pensais indispensable. »
Le Sud-Américain voulait éviter un carton rouge à son défenseur. Son raisonnement se tient. Mais il ne pouvait évidemment pas prévoir que – ironie du sort – son dernier rempart en récolterait un 25 minutes plus tard.
De fait, le scénario de ce Strasbourg – Lille a accouché d’une scène rarissime, voire inédite : trois portiers se sont succédé dans la cage des Dogues, dont deux – De Préville et Amadou – dont ce n’était pas le métier. Quoi qu’en dise son coach, le LOSC l’a payé cher.
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 3202
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 70
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 2ème journée : Strasbourg - Lille

Message  67120 le Lun 14 Aoû - 15:28

Une première en fanfare
Après sa déconvenue lyonnaise huit jours plus tôt en ouverture de la Ligue 1, le Racing a remis les pendules à l’heure hier lors de sa première sortie à la Meinau en croquant 3-0 Lille, dont l’expulsion aussi stupide que justifiée de son gardien Mike Maignan a ruiné les espoirs.
Quelles plus belles retrouvailles avec la Ligue 1 la Meinau pouvait-elle espérer, après 3382 jours de rupture ? Un succès tonitruant du Racing face à l’un des cadors supposés du championnat, Lille, une intrigue rocambolesque, deux des trois buts inscrits par les deux plus anciens joueurs de l’effectif, Dimitri Lienard et Jérémy Grimm : plus de neuf ans après son dernier rencard avec la L1, la Meinau a vibré d’un insondable bonheur.

« Un scénario presque parfait »

Après la débâcle de la première journée à Lyon (4-0), les hommes de Thierry Laurey avaient promis de ne pas respecter les Dogues autant que les Lyonnais. Ils ont tenu parole. Au Parc OL, ils avaient été spectateurs en première période. Cette fois, devant un stade presque comble, ils ont été acteurs de la première à la dernière seconde face à un LOSC dont son gardien Mike Maignan a causé la perte à la 63e’ en récoltant, à 0-0, un carton rouge idiot dans une chamaillerie avec Benjamin Corgnet.
À cet instant, le LOSC, déstabilisé par les précoces sorties sur blessures de Thiago Mendes (12e’ ) et Malcuit (18e’ ), puis le remplacement volontaire de Ballo-Touré dès la 38e’ , ne pouvait déjà plus procéder au moindre changement ( lire ci-contre ).
Jusqu’à cette exclusion du portier nordiste pour un ballon lancé à la tête de Corgnet, les deux équipes s’étaient rendues coup pour coup, mues par une volonté commune de jouer. Chacune aurait pu ouvrir le score dans un match bien plus palpitant que ne semblait l’indiquer le 0-0 de la pause.
Même si les Bleus avaient entamé la deuxième période pied au plancher, Da Costa privant bien malgré lui Saadi d’un but tout fait sur un centre de Sacko (51e’ ) ou le même Saadi envoyant à côté une audacieuse Madjer après un centre de Corgnet (53e’ ), Lille avait, comme le soulignera Marcelo Bielsa après-coup, « rétabli l’équilibre » quand Maignan perdit les pédales et son sang-froid.
« Si cette phase positive avait duré plus longtemps, nous aurions pu nous imposer », prétend le technicien argentin.
Pas impossible en effet. Mais l’ex-coach de Marseille est le premier à admettre que le Racing et son entraîneur ont remporté la bataille tactique. Un peu aidés par certains faits de jeu favorables, les Strasbourgeois ont même, selon leur gardien Bingourou Kamara, écrit « un scénario presque parfait. »
Maignan dehors, Bielsa envoya son attaquant Nicolas De Préville dans la cage et au feu. Impérial face à Saadi (72e’ ), le gardien de fortune ne put en revanche rien sur un corner tiré deux minutes plus tard par Dimitri Lienard, sciemment lancé en jeu juste avant.
« À partir du moment où De Préville avait pris les gants, ça faisait un danger de moins », justifie Thierry Laurey dont le coaching a aussi directement influé sur le résultat, « J’ai sorti un défenseur ( Salmier, NDLR ) et fait entrer Dimitri. »

Lienard et Grimm, les symboles

Sur le premier corner ciselé par le Belfortain, Jonas Martin, servi sur un plateau, n’eut plus qu’à ouvrir son pied droit pour tromper de près un De Préville que Bielsa relança tout de suite après dans le champ.
Le coach du LOSC pria alors son capitaine et défenseur axial Ibrahim Amadou d’enfiler les gants à son tour (76e’ ). Un dernier coup de poker perdant.
D’autant que l’arbitre, qui avait oublié un penalty pour le Racing sur un balayage de Maia sur Da Costa à la 29e’ , en accorda un, inexistant celui-là, aux Bleus pour un tacle appuyé, mais régulier d’Ié. Le passeur Lienard se transforma aussitôt en buteur et trompa l’infortuné Amadou d’un tir croisé du gauche (82e’ ).
Le bateau lillois, qui tanguait déjà dangereusement, finit par couler pour de bon, transpercé par une torpille armée de 20 bons mètres par l’autre entrant Jérémy Grimm (88e’ ). « Avec un vrai gardien, je ne sais pas si la frappe de mon pote “Jérem” serait rentrée, mais peu importe : l’équipe a su faire le job », charrie Lienard.
Elle a surtout prouvé qu’elle « était capable de se hisser au niveau » (Laurey). Et d’atténuer, avec orgueil et panache, les stigmates de sa fessée lyonnaise.
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 3202
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 70
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 2ème journée : Strasbourg - Lille

Message  67120 le Mar 15 Aoû - 5:24

Un “petit” à la hauteur
Dévoré chez l’ogre lyonnais lors de la 1re journée (4-0), le Racing a fait mieux que museler les Dogues lillois dimanche pour ses débuts à la Meinau. Son succès 3-0 doit bien plus à son implication sans faille qu’aux circonstances qui l’ont certes favorisé.
« Le match a été un peu tronqué. Je ne pense pas qu’à onze contre onze, ç’aurait été aussi facile. Mais nous sommes restés professionnels et c’est tant mieux. »

Dimitri Lienard a toujours le sens de l’analyse juste. Ce n’est pas pour autant que le Belfortain, entré avant-hier contre Lille à la 70e’ et auteur de sa première passe décisive et de son premier but en Ligue 1, va bouder son plaisir.

Pas davantage qu’un public aux anges pour le grand retour de la Ligue 1 à Strasbourg ou que des suiveurs ravis d’assister à «un truc agréable à l’œil», pour reprendre l’expression du coach Thierry Laurey.
« À Lyon, on a fait l’inverse de ce qu’on a fait contre Lille »

Arrivé en 2013 en provenance du FC Mulhouse “Dim” Lienard juge en effet le premier succès 2017-2018 du Racing « mérité », car arraché avec de la sueur et des larmes, de bonheur évidemment.

La déroute du 5 août à Lyon (4-0) n’avait pas spécialement semé le trouble dans l’esprit du double promu strasbourgeois, passé du National à la Ligue 1 en à peine plus d’un an.

Mais avec « les deux matches très difficiles à Montpellier et à Guingamp (ce samedi, puis le dimanche 27) » qui attendent les “Bleus”, « il était important de nous rattraper », comme le concède Thierry Laurey, vainqueur d’une intense joute tactique face au maestro Marcelo Bielsa  .

Une semaine après avoir retrouvé les sommets du football français, les “Bleus” se sont cette fois hissés à la – bonne – hauteur.

En prenant les Lillois à leur propre jeu – celui du pressing constant de l’adversaire – et, surtout, le parfait contre-pied de leur mièvre prestation dans le Rhône. «Nous ne voulions pas refaire le même match qu’à Lyon où nous avions été un trop timorés. Les garçons avaient été tétanisés», martèle le coach.

Avant d’ajouter: « Lille est une très bonne équipe qui se nourrit du déséquilibre qu’elle provoque, avec des joueurs habiles techniquement, qui vont plus vite que les nôtres. Ça cavale beaucoup et ça te fait courir encore plus. Nous nous sommes concentrés sur l’aspect défensif, sur le fait de ne pas trop les laisser respirer en début de rencontre. On a fait ce qu’il fallait pour livrer un match qui tienne la route. Nous nous sommes prouvé que nous en étions capables et voulons rester dans cette dynamique. »

« Depuis mon arrivée à Strasbourg, on n’est jamais aussi bons que lorsqu’on harcèle l’adversaire sans rester derrière, embraye Dimitri Lienard. Je suis content parce que l’équipe a su répondre présent à onze contre onze. Nous avons montré un autre visage qu’à Lyon. »

Son gardien Bingourou Kamara, qui disputait son premier match à la Meinau sous le maillot ciel et blanc – « Un match vraiment sympa, dans une très grosse ambiance » –, pousse même le raisonnement plus loin.

« À Lyon, nous avions fait le contraire de ce que nous avons fait contre Lille. Nous avions trop respecté les Lyonnais. Là, nous avons beaucoup couru. Nous avons été très présents dans les duels pour montrer que Lyon était un accident. Nous voulions presser les Lillois, les oppresser. Il faut nous montrer intraitables à domicile», exposait le gardien de but.
«Nous n’avons pas décroché la lune»

Pour la première de leur club en Ligue 1 à la Meinau depuis dix ans, Kader Mangane et ses camarades ont donc remis au goût du jour les vertus qui caractérisent la patte Thierry Laurey.

Mais ce dernier se veut prudent. «Nous n’avons pas décroché la lune et il y a encore beaucoup de travail. Je connais un petit peu la Ligue 1. Pas beaucoup, mais un petit peu. C’est un championnat très long. Si on n’arrive pas à durer, ça devient très délicat.»

À défaut d’avoir prouvé après seulement deux journées qu’il pouvait durer, le Racing a au moins fait la démonstration, dimanche, qu’il disposait des atouts pour y exister.
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 3202
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 70
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 2ème journée : Strasbourg - Lille

Message  67120 le Mar 15 Aoû - 5:27

Coaching gagnant, coaching perdant
Thierry Laurey, l’entraîneur du Racing, a parfaitement géré, tactiquement parlant, cette rencontre rocambolesque face à Lille. Tout le contraire de son homologue Marcelo Bielsa. Celui-ci a pris des décisions qui ont précipité la chute de son équipe.
Le technicien argentin Marcelo Bielsa est l’une des “stars” de cette saison 2017/2018 de Ligue 1.

Son passage sur le banc de l’Olympique Marseille (2014-2015) a marqué les esprits, lui qui avait déjà tapé dans l’œil de nombreux amateurs de foot lorsqu’il avait pris en main la sélection chilienne, lors de la Coupe du monde 2010.

La démonstration de force des “Dogues” face à Nantes, lors de la première journée de championnat, avait d’ailleurs confirmé que le technicien n’avait pas perdu le “mojo”.

Mais dimanche à la Meinau, lors d’un match au scénario complètement fou, l’Argentin n’a rien pu faire pour aider les siens. Pire, il a précipité la chute de ses troupes par un coaching qui s’est avéré globalement perdant.

Après les sorties prématurées de Thiago Mendes et Kevin Malcuit, tous deux blessés avant la première demi-heure de jeu, Marcelo Bielsa a en effet décidé de procéder à son troisième et dernier changement avant la mi-temps, en sortant un Ballo-Touré au supplice dans son couloir face au remuant Nuno Da Costa.

Une décision qui s’avérera lourde de conséquences pour ses troupes en fin de match, après l’expulsion du gardien Mike Maignan. Et ironie de l’histoire, Marcelo Bielsa a justifié ce changement par la crainte de voir Ballo-Touré écoper d’un… rouge, lui qui était déjà averti.
«Il fallait améliorer deux ou trois petits trucs»

« Je ne regrette pas ce troisième changement, il était nécessaire, a exposé l’Argentin après coup. J’ai pris cette décision car elle me semblait indispensable, j’avais l’impression que mon joueur était trop exposé à une expulsion ».

Mais au-delà de la question des rotations, Marcelo Bielsa a aussi – et surtout – buté sur la tactique strasbourgeoise mise en place par Thierry Laurey, qui n’a pas hésité à passer d’une organisation en 4-1-4-1 à un système en 4-2-3-1.

« On n’a pas réussi à imposer notre style de jeu. Le coach adverse a neutralisé notre jeu et imposé sa façon pour gagner ce match », reconnaissait d’ailleurs “El Loco” Bielsa, bon perdant sur ce coup-là.

Le changement de système, jugé nécessaire après la défaite à Lyon, a empêché Lille de développer son jeu. Mais il a surtout transfiguré l’équipe du Racing.

Jean-Eudes Aholou, à la rue face à l’OL, a réalisé un match plein à côté de Jonas Martin. Benjamin Corgnet a pour sa part été beaucoup plus influent dans le jeu à un poste de “10” qu’il ne l’avait été sur un côté lors de la première journée… Ce ne sont que des exemples parmi d’autres.

« Si on a changé le système de jeu, c’est parce qu’on s’est aperçu qu’on n’avait pas été à la hauteur à Lyon et qu’il fallait améliorer deux ou trois petits trucs, soulignait d’ailleurs Thierry Laurey. Les joueurs sont cette fois restés dans ce que l’on voulait faire. On a vu une équipe qui s’est battue de la première à la 93e minute. »

Et côté strasbourgeois, les remplacements ont en plus été couronnés de succès. Dimitri Lienard, lancé au relais de Yoann Salmier, a donné une passe décisive et inscrit un but (sur penalty), Anthony Gonçalves a apporté sa rage et sa technique sur son côté et Jérémy Grimm a fait une entrée fracassante en fin de match, ponctuée d’un but…

« Les remplaçants qui sont entrés ont fait le boulot. Deux d’entre eux ont marqué, reconnaissait l’entraîneur alsacien. Tout le monde est raccord, dans l’esprit, dans l’objectif qu’on s’est fixé, les anciens comme les nouveaux. On a de bons joueurs, pas des phénomènes, mais de bons joueurs, respectueux de leur métier, de leurs partenaires, du jeu, de leur club et qui donnent le maximum. »

On pourrait dire peu ou prou la même chose de Thierry Laurey. Le natif de l’Aube n’est pas un “phénomène” comme Unai Emery, Claudio Ranieri ou d’autres grands noms de cette Ligue 1. Mais dimanche à la Meinau, “l’artisan” Laurey a donné une belle leçon à “l’artiste” Bielsa.
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 3202
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 70
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 2ème journée : Strasbourg - Lille

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum