37ème Journée: Niort/Strasbourg

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

37ème Journée: Niort/Strasbourg

Message  67120 le Mar 9 Mai - 18:41

Match le 12/05 à 20h30
Pour éviter les barrages, le meilleur des choses est d'aller gagner à Niort.
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 3196
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 70
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 37ème Journée: Niort/Strasbourg

Message  67120 le Jeu 11 Mai - 18:38

Le Groupe

Thierry Laurey a convoqué 17 joueurs pour le déplacement du Racing à Niort, ce vendredi (20h30). L’Entraîneur laisse Jean-Eudes Aholou au repos après son choc de lundi à Lens. Vincent Nogueira fait son retour dans le groupe.

Le groupe :
Bonnefoi, Oukidja ; Bahoken, Blayac, Boutaib, Dos Santos, Gonçalves, Grimm, Guillaume, Lienard, Mangane, Ndoye, Nogueira, Saad, Sacko, Salmier, Seka.

Les absents : Aholou (ménagé), Ndour (tibia-péroné), Benkaïd, Caci, Gragnic, Marester, Schmittheissler, Solvet, Weissbeck (équipe réserve).
SO
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 3196
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 70
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 37ème Journée: Niort/Strasbourg

Message  67120 le Ven 12 Mai - 5:17

Surtout ne rien changer
Pour son dernier déplacement de la saison, le Racing a une première occasion de valider sa montée dans l’élite. Il veut d’abord rester sur les bases solides qui l’ont conduit au sommet de la Ligue 2.
Franchement, après avoir obtenu ses précédentes montées face à Chaumont (en 2012), à Raon-l’Étape (2013) et Belfort la saison dernière, il n’y aurait rien d’incongru à décrocher la timbale à Niort cette année. Depuis 2011, le Racing s’est consacré à une longue tournée des sous-préfectures.

Voilà qu’il entrevoit la lumière des projecteurs à deux matches de la fin de sa saison de Ligue 2, débarquant comme une balle dans les Deux-Sèvres, bien assis sur une série de huit matches sans défaite qu’il a prolongée avec un certain brio et un vrai cran, à Lens.
« Aujourd’hui, 19 équipes veulent être à notre place »

Toutefois, les effets du sommet de lundi constituaient l’un des bémols, hier, à l’heure de monter dans l’avion pour Poitiers, spécialement affrété pour l’épatante bande de Bleus. Jérémy Blayac et ses copains ont laissé de la gomme à Bollaert, ils ont perdu un camarade au passage (voir ci-contre) et ils doivent se coltiner une rencontre en terre hostile pour la deuxième fois dans la semaine.

Niort n’aurait plus grand-chose à jouer en plein milieu d’un championnat où il présente une balance équilibrée comme un régime amaigrissant – 12 victoires, 12 nuls, 12 défaites ? Il faut toujours se méfier d’un adversaire en roue libre.

Et les Chamois fêtent ce soir les 30 ans de leur (seule) montée en Ligue 1. Cela peut nourrir les ambitions et permettra de vérifier la santé d’Abédi Pelé, un héros de cette aventure passée, désigné pour donner le coup d’envoi. Au passage, les hommes de Denis Renaud gardent quelques souvenirs amers du match aller.

En plus, il faudrait un sacré concours de circonstances, même en cas de victoire à Niort, pour fêter la fin du tunnel, neuf ans après le dernier match des Strasbourgeois dans l’élite.

L’idée est d’abord d’entretenir la belle habitude de ne plus perdre. Sans certitude, mais bien dans son football depuis un match raté à Valenciennes (2-1), les Strasbourgeois s’avancent avec autant de méfiance que de confiance vers leur ultime déplacement de la saison.

« Aujourd’hui, 19 équipes veulent être à notre place, souligne Thierry Laurey, l’entraîneur du Racing. On fait des matches qui se tiennent mais on ne domine pas non plus de la tête et des épaules. On n’est pas le PSG ou le Monaco de la Ligue 2 et personne ne lâche. »

Or, les hauteurs du classement sont denses comme une autoroute du Soleil le 1er samedi du mois d’août. Le Racing a pris de l’avance, en affichant depuis plus de trois mois une sacrée tête de vainqueur, accompagné d’une réussite qu’il provoque allègrement avec son jeu offensif, sa puissance athlétique et l’habitude prise de ne pas perdre. Souvent menés – quatre fois sur leurs cinq dernières sorties –, les Strasbourgeois ont à chaque fois su se relever.
« De grandes chances que cela se joue sur la dernière journée »

Ils n’ont cependant jamais excellé dans l’art de gérer. Courir derrière un ballon avec une calculette dans la poche du short est une garantie pour se gaufrer. Le match du jour se suffit à lui-même pour des acteurs conscients que la seule réalité dépendant d’eux est celle du terrain.

Dans une autre ère, le Racing a failli mourir pour des promesses non tenues (voir pages centrales du cahier). Aujourd’hui, il ne se berce plus d’illusion et cela lui réussit bien.

« Il y a de grandes chances que cela se joue sur la dernière journée (ndlr : dans une semaine, face à Bourg-en-Bresse, à la Meinau) , considère encore l’entraîneur strasbourgeois. On espère seulement que ce match à Niort permettra de franchir un palier. »

En revenant indemne de leur dernier voyage, les Strasbourgeois se retrouveraient au pire sur le seuil de l’élite, la porte grand-ouverte devant eux. Tout proches de renouer avec un glorieux et lointain passé.
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 3196
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 70
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 37ème Journée: Niort/Strasbourg

Message  67120 le Ven 12 Mai - 20:12

Chamois Niortais FC : 30. Arthur Desmas (g) – 6. Salomon Sambia, 28. Dylan Bronn, 21. Jérémy Choplin, 3. Enagnon Kiki – 10. Laurent Agouazi – 29. Romain Grange, 19. Jimmy Roye, 15. Alliou Dembélé (cap), 8. Didier Lemkel Ze – 9. Ande Dona Ndoh. Remplaçants : 16. Owalabi Allagbé (g), 23. Tristan Lahaye, 33. Quentin Bena, 11. Adrian Dabasse, 20. Zakaria Grich. Entraîneur : Denis Renaud.

Racing Strasbourg : 16. Alexandre Oukidja (g) – 22. Ernest Seka, 12. Kader Mangane, 23. Felipe Saad, 20. Laurent Dos Santos – 17. Anthony Gonçalves, 6. Jérémy Grimm (cap), 11. Dimitri Lienard – 29. Khalid Boutaïb – 19. Stéphane Bahoken, 9. Baptiste Guillaume. Remplaçants : 1. Landry Bonnefoi (g), 21. Yoann Salmier, 18. Mayoro Ndoye, 7. Ihsan Sacko, 13. Jérémy Blayac. Entraîneur : Thierry Laurey.
.

Le stade René-Gaillard sera le théâtre de cette rencontre. Pour l'heure, les héros locaux de 1987 sont fêtés. Il y a trente ans, les Chamois niortais accédaient à la Ligue 1. Abedi Pelé, Pascal Gastien et les autres font le tour du terrain.
.
Thierry Laurey a réservé une petite surprise en titularisant Bahoken plutôt que Blayac.
.
Résumons l'enjeu de ce match pour le Racing par l'unique cas de figure vraiment limpide : si les Bleus, leaders incontestés de la Ligue 2 avec deux points d'avance, s'imposent ce soir et que Troyes ou Amiens ne gagnent pas, le RCSA est assuré d'évoluer en L1 la saison prochaine. Ce n'est pas gagné, mais ce n'est pas totalement improbable non plus ! Pour le reste, on sortira les calculettes d'ici deux bonnes heures...
.

Un mot maintenant sur les conditions à Niort, où le printemps a pris ses quartiers en cette belle fin de journée. Un franc soleil brille au-dessus du Stade René-Gaillard, la pelouse, légèrement bosselée, a été a copieusement arrosée et les tribunes sont pleines pour cette soirée de commémoration de l'unique montée de Niort en L1, il y a 30 ans. Cette même Ligue 1 que le Racing a quitté il y a neuf ans et espère retrouver, dès ce soir si possible...
.
On notera aussi qu'en cas de victoire, le Racing se forgera quelques certitudes. Il achèvera au pire le match sur la 3e marche du podium et serait donc barragiste jouant sa montée face au 18e de L1, les 25 et les 28 mai.
.
Les Strasbourgeois sont 150 à encourager Jérémy Grimm et ses coéquipiers dans les tribunes du stade René-Gaillard où il fait très beau.
.
Le Racing jouera en blanc ce soir. Abedi Pelé, le mythique Ghanéen, donnera le coup d'envoi fictif dans quelques instants.
.
Les Strasbourgeois jouent avec le soleil dans les yeux.
.
C'est un vrai round d'observation auquel on assiste pour l'instant. Pas d'occasion franche, mais une ou deux alertes niortaises aux abords de la surface strasbourgeoise.
.
PENALTY POUR LE RACING !!!
.
 
Buttttttttttttttttttttttttt  0-1 Boutaib
.

L'ouverture du score pour le Racing grâce au 20e but de la saison en L2 de Khalid Boutaïb !! D'ici, le penalty a surpris tout le monde, mais l'arbitre était beaucoup plus près de l'action et n'a pas hésité une seconde. On va donc lui faire confiance, n'est-ce pas ?
.
Le Racing poursuit sa marche en avant et se crée une opportunité par Anthony Gonçalves, servi en retrait dans la surface par Bahoken. C'est assez nettement au-dessus.
.
Voilà la première grosse occasion des Chamois Niortais ! A bout portant, Didier Lamkel Ze trouve néanmoins le moyen de frapper au-dessus. Ouf !
.
Le Racing ne réalise pas une entame de match rêvée. Il perd beaucoup de ballons au milieu de terrain. Heureusement, Niort n'en fait pas très bon usage.
.
Sur les autres stades, Amiens mène déjà 2-0 contre Laval, tandis que Troyes et Reims sont toujours à égalité 0 à 0. Le Racing est donc virtuellement en Ligue 1.
.
Oh quelle intervention de Felipe Saad devant ses six mètres, au nez et à la barbe de Dona Ndoh... Les défenseurs strasbourgeois tiennent bon la barre dans ce match, et heureusement, parce que le Racing n'a pas la maîtrise du ballon.
.
Le Racing défend bien mais souffre depuis l'ouverture du score de Boutaïb. Les Niortais ne lâcheront pas facilement le morceau ce soir.
.
Troyes vient de marquer, Brest aussi sur la pelouse de Bourg. La victoire du Racing ne suffit plus en l'état pour monter dès ce soir.
.
Et de deux pour Troyes face à Reims. Incontestablement, il vaudrait mieux s'imposer ce soir pour le Racing, histoire d'éviter trop de frayeurs lors du dernier match vendredi prochain contre Bourg à la Meinau.
.
Incroyable tête de Bahoken sur un coup franc de Lienard ! Le ballon semblait être rentré avant que Desmas ne l'extirpe d'une drôle de manchette ! L'arbitre dit qu'il n'y a pas but et on va une nouvelle fois être contraint de faire aux arbitres... Tous les Bleus (qui jouent en blanc ce soir) ont réclamé le but en tout cas...
.
La petite remise de la tête de Guillaume pour Lienard en embuscade devant la surface, mais dont la reprise de volée part dans les nuages du Stade René-Gaillard.
.
Quel double arrêt d'Oukidja devant Kiki puis Dona Ndoh !! Incroyable !!
.
On approche de la pause. Elle devrait faire du bien aux Strasbourgeois, qui ont bien du mal à jouer dans le camp niortais.
.
But 1-1
.
BUT POUR NIORT ! Egalisation de Dona Ndoh sur un corner de Grange mal dégagé par la défense et repris de la tête à bout portant par le grand attaquant local qui a profité de la sortie ratée d'Oukidja juste devant sa ligne. Tout est à refaire !
.
pour la seconde période ! Aucun changement à signaler.
.
Le Racing démarre pied au plancher et se procure un premier corner. C'est sûr qu'il faudra montrer autre chose qu'en première période pour espérer l'emporter.
.
Le coup franc tiré directement par Lienard, au-dessus. Il y avait des candidats pour une reprise de la tête au point de penalty...
.
La belle action collective du Racing, mais la frappe de Bahoken pour conclure, beaucoup trop molle pour espérer inquiéter Desmas. Dommage.
.
La réaction niortaise sur coup franc. La frappe enroulée de Grange de 25 mètres passe au-dessus.
.
Ca va un peu mieux pour les Bleus dans la maîtrise du ballon, mais les opportunités offensives ne sont pas toujours très bien exploitées.
.
2-1
.
BUT POUR NIORT ! Et deuxième but gag ! Sur un centre de Kiki, Oukidja s'élève pour boxer le ballon des deux poings, mais le cuir rebondit sur Dos Santos et/ou Saad et revient sur Dona Ndoh qui n'a plus qu'à pousser le ballon dans le but vide... Incroyable.
.
Changement au Racing : sortie de Guillaume, remplacé par Blayac.
.
Oh la balle d'égalisation manquée par Bahoken ! Décalé par Boutaïb sur la droite, l'attaquant du Racing a perdu son duel face à Desmas !
.
BUTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTT  2-2 Bahoken
.

Sur une longue touche de Saad, Bahoken a hérité du ballon et tenté une bicyclette très osée et contrée par Kiki qui a finalement trompé l'infortuné Desmas ! C'est un but heureux et il fait énormément de bien aux Bleus, alors que ça gagne quasiment partout ailleurs !
.
On s'approche du dernier quart d'heure et ça sent le K.-O. dans ce match. Avec le point du nul, le Racing s'en sortirait bien, mais tout est encore possible, d'un côté comme de l'autre !
.
But refusé à Niort et carton rouge à Laurent Agouazi qui aurait semble-t-il marqué de la main sur coup franc de Romain Grange !
.
Oh quel enchaînement de Jérémy Grimm, qui a bien failli marquer un but encore plus beau qu'à l'aller ! Sa demi-volée est passée de très peu à côté de la lucarne de Desmas, archi-battu.
.
Le frappe de Lienard, puissante, passe juste au-dessus. Dommage !
.
Changement au Racing : sortie de Gonçalves, remplacé par Sacko.
.
Carton jaune à Jérémy Grimm.
.
Même à dix, les Niortais jouent chaque ballon à fond vers l'avant. Il reste encore du temps dans ce match, on n'est pas au bout de nos peines.
.
Oh la balle de match manquée par Boutaïb !!!!! C'est pas vrai !! Parfaitement décalé par Blayac, le meilleur buteur des Bleus a placé sa pichenette juste à côté. Mais comment lui en vouloir...
.
Au terme de cette journée, où tous ses adversaires directs ont gagné, le Racing reste en tête du championnat avec un point d'avance sur Amiens et Troyes et deux points sur Lens, 4e, et Brest, 5e. Pour être sûr de monter en Ligue 1, il faudra donc gagner vendredi prochain à la Meinau contre Bourg-en-Bresse. Ce sera la seule solution pour ne pas dépendre des résultats des autres.
.
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 3196
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 70
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 37ème Journée: Niort/Strasbourg

Message  67120 le Sam 13 Mai - 5:12

Une dernière marche
Le Racing a arraché le match nul, hier soir, sur la pelouse de Niort. Ce matin, les Alsaciens n’ont plus qu’un point d’avance sur leurs poursuivants et devront s’imposer, vendredi prochain, à la Meinau, pour gravir la dernière marche menant à la Ligue 1.
Les données étaient claires hier soir, sur la pelouse de René-Gaillard. Le Racing devait s’imposer, tout en espérant un faux pas d’Amiens ou de Troyes pour valider une montée attendue par toute une région depuis de longues années.

Dans le cadre champêtre du stade René-Gaillard, qui porte aussi le doux surnom de Venise verte, les Alsaciens pouvaient marquer l’histoire en rejoignant l’Élite. Faisant, par là même, un joli clin d’œil aux Niortais qui fêtaient hier le 30e anniversaire de leur dernière montée en Ligue 1.
« C’était un match où tout pouvait arriver »

Mais sous les yeux de l’ancien (et plus célèbre) des Chamois, Abedi Pelé, les Strasbourgeois avaient fort à faire. Même si les coéquipiers d’Agouazi, calés dans le ventre mou, n’avaient plus à rien à espérer ni à craindre, ils voulaient tout de même effacer l’affront du match aller, qu’ils avaient terminé à neuf.

Et, en effet, les Niortais n’ont rien lâché. Les Alsaciens ont même dû sacrément batailler pour ramener un point de leur voyage dans les Deux-Sèvres, Boutaib et Bahoken répondant à un doublé de Dona Ndoh.

« C’était un match où tout pouvait arriver, les joueurs ont bien réagi après avoir été menés et on a pris un point important », soulignait le président Marc Keller à l’issue de la rencontre. « Je regrette qu’on prenne deux buts évitables, exposait Thierry Laurey. Mais je suis très content du point pris, on est toujours premiers et on a les cartes en mains ».

Le début de match voit les Niortais croquer avec envie dans le ballon. Lamkel Ze et Sambia tentent de faire parler leur vitesse, sous l’impulsion de Grange, le maître à jouer niortais.

Mais on l’a dit et répété, en ce moment, le Racing a ce petit brin de réussite qui fait parfois la différence. Hier, il n’a pas eu besoin de dix occasions pour ouvrir le score. Une accélération de Bahoken, côté gauche, a suffi. Alors que l’attaquant (titularisé à la place de Blayac) était en train d’armer son centre, Agouazi a ceinturé Guillaume. Boutaïb n’a pas tremblé pour transformer le penalty, inscrivant là son 20e but de la saison (0-1, 11e ).

Mais la suite n’a pas été simple, loin de là. La faute à une équipe niortaise qui n’a pas ménagé ses efforts pour revenir au score, passé ce premier quart d’heure. Lamkel Ze a envoyé son tir dans les nuages (19e), puis Saad a eu le coup de rein nécessaire pour couper un ballon chaud devant Dona Ndoh (23e ).
Bahoken privé d’un but…

Entre temps, le Racing aurait pu aggraver le score, même si les incursions strasbourgeoises sont restées timides en cette première mi-temps. À la 36e , le coup de boule de Bahoken (sur un service de Lienard) a été sorti in extremis par Desmas sur sa ligne. Tellement in extremis que les Strasbourgeois ont tous protesté, estimant que le ballon était entré dans les filets niortais. À raison, comme le confirmeront ensuite les ralentis télés…

Mais ce sont bien les Niortais qui ont mieux fini ces 45 premières minutes. Oukidja a d’abord été auteur d’une double parade décisive devant Kiki, puis Dona Ndoh (40e ). Mais juste avant la mi-temps, le même Oukidja, secoué sur un corner de Grange, a raté le ballon et permis à Dona Ndoh d’offrir l’égalisation aux siens (1-1, 45e +2).

Dur pour des Strasbourgeois qui apprenaient aussi à la mi-temps que Troyes et Amiens avaient fait le boulot sur leurs terrains respectifs (lire page suivante). Bref, tout était à refaire pour le onze de Thierry Laurey à l’entame de la deuxième période.

Dès la 46e , Gonçalves lâchait un centre tir, signe que les Alsaciens voulaient montrer un visage plus mordant dans cette seconde période. Mais les Niortais continuaient leur travail de sape, le virevoltant Sambia posant de gros soucis dans le couloir droit.

Lienard y allait de son coup franc. Au-dessus (52e ), tout comme sa copine conforme tirée par Grange, côté niortais (56e ). Mais une nouvelle erreur défensive allait offrir sur un plateau le deuxième but aux Niortais.

Kiki faisait un festival aux 25m, puis centrait en direction du point de penalty. Oukidja sortait et boxait le ballon sur le dos de Saad, alors que le danger n’était pas flagrant… Dona Ndoh, en embuscade, n’avait plus qu’à pousser le ballon au fond des filets alsaciens (2-1, 62e ).
... avant de sauver les siens

Mais cette équipe alsacienne, même quand elle n’est pas bien dans ses baskets, a déjà prouvé qu’elle avait de la ressource. Et cela n’a pas manqué hier, Bahoken égalisant pour les siens après une longue touche, sur une bicyclette déviée par Kiki (2-2, 68e ).

Forcément, le dernier quart d’heure allait être complètement fou. À la 76e , le Racing encaissait un but. Mais inscrit de la main par… Agouazi, expulsé pour un deuxième carton jaune. Au lieu de mener 3-2, les Niortais se retrouvaient à dix, au grand soulagement du banc alsacien.

Las, les Strasbourgeois, malgré les efforts de Sacko, Blayac et les autres, ne parvenaient pas à prendre le meilleur sur des Niortais dans les dernières minutes.

« Au vu de notre prestation, on ne méritait pas de monter », soulignait Felipe Saad dans les vestiaires de René-Gaillard. Thierry Laurey se voulait plus nuancé. « On savait qu’on avait une dure semaine, avec deux déplacements compliqués et on prend deux points, c’est pas mal. Et on a la main, à nous de finir le boulot ».

Ce matin, les Alsaciens sont toujours en tête de Ligue 2. Mais ils n’ont plus qu’un point d’avance sur le duo Amiens/Troyes et devront absolument s’imposer, vendredi, face à Bourg-en-Bresse, pour valider leur montée en Ligue 1. Et mettre ainsi fin (enfin) à neuf ans de disette au plus haut niveau…
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 3196
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 70
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 37ème Journée: Niort/Strasbourg

Message  67120 le Sam 13 Mai - 5:15

«Vivement la finale»
Les Strasbourgeois retiennent de leur soirée la position avantageuse qu’ils occupent avant leur dernier match à la Meinau : une finale qu’ils sont impatients de disputer.
Bien conscients de n’avoir pas réalisé leur match de l’année, les Strasbourgeois n’ont pas boudé le plaisir de rester aux commandes de la Ligue 2 au terme de leur voyage à Niort. «Il suffit de regarder le classement», a souri Baptiste Guillaume, qui n’a pas eu beaucoup de ballons à se mettre sous la dent.

«On se retrouve avec un scénario incroyable»

Lui et ses coéquipiers l’avaient bien en tête d’autant… que le podium du championnat après 37 journées était écrit sur la porte du vestiaire: Strasbourg 64, Troyes 63, Amiens 63.
«Les autres ont gagné, tant mieux pour eux, a poursuivi le joueur belge. Mais on a notre petit point d’avance. On ne peut pas rêver mieux, c’est ce qu’il y a de plus beau, jouer devant son public de 27 000 spectateurs. Que la semaine aille vite.»
Il valait mieux ne retenir qu’une réalité comptable favorable. «C’était un match compliqué et on est mal entré dedans, même si on a marqué tôt, indique Stéphane Bahoken. On a su rester serein, on n’a pas perdu notre calme. On se retrouve avec un scénario incroyable. La Meinau sera pleine à craquer. On va mettre les ingrédients pour terminer le job.»
Thierry Laurey et ses joueurs ont confectionné un bon gros gâteau de 37 couches. Il est l’heure d’y mettre l’inestimable cerise. «On va se mettre dans notre bulle, explique Jérémy Grimm. On s’en sort bien face à Niort mais on repart avec l’essentiel, on garde notre destin entre nos mains et… entre nos pieds.»

«On a rendez-vous

avec la Meinau»

Le capitaine et ses partenaires auraient signé 1000 fois l’engagement de décrocher, grâce à une victoire lors du dernier match à la Meinau, leur place dans l’ascenseur pour l’élite.
«Il fallait prendre quatre points sur les deux derniers matches et même cinq sur les trois, avant le déplacement à Lens car Amiens et Troyes ( et même quelques autres, NDLR ) ne lâchent rien, conclut Dimitri Lienard. On doit faire 67 points pour monter. Maintenant, on a rendez-vous avec la Meinau, il va falloir qu’on gagne. Je suis fier de jouer cette finale avec des Strasbourgeois qui vont faire du bruit.»

dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 3196
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 70
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 37ème Journée: Niort/Strasbourg

Message  67120 le Sam 13 Mai - 5:23

Par tous les états
Après un début de soirée favorable, le Racing a vu ses espoirs de monter dès hier soir s’envoler à mesure que les gros bras de la Ligue 2 ont imposé leur logique aux six coins de l’Hexagone. Et il a même échappé à une situation inconfortable en égalisant.
Evidemment, on aurait signé pour que le temps suspende son vol, sur les coups de 20h30. Et encore plus à 20h40 puisque le Racing a virtuellement été dans l’élite pendant une vingtaine de minutes.

Quand Khalid Boutaïb a ouvert la marque sur penalty, les Strasbourgeois répondaient à Amiens, l’autre promu qui ne lâche rien. Nîmes revenait également aux avant-postes en prenant un temps le meilleur, à domicile sur l’AC Ajaccio. Mais le faux rythme de l’entame à René-Gaillard ne s’est pas révélé contagieux. L’ambiance champêtre n’augure pas des combats rêvés à venir.
Le Racing ne sait pas sur quel pied danser

Le Racing ne sait pas sur quel pied danser. En fait, il ne danse pas du tout, pas vraiment inspiré dans ses offensives, une petite appréhension à vraiment se livrer.

Peu avant 21h, cela commence à ressembler à une fête au sommet. Lens s’y met aussi en prenant l’avantage sur la pelouse du Gazélec Ajaccio. Amiens double la mise et confirme son statut de trouble-fête surprise. Saad doit sauver devant Dona Ndoh, le Racing a du mal et confirme qu’il n’est pas dans un grand soir.

À 21h, le rideau tombe sur les espoirs fous du soir. Troyes ouvre la marque, prend la mesure de Reims, qui enterre par la même occasion ses tout derniers espoirs de (re)montée. Le trio de tête fait la course en tête mais dans son sillage, on n’a pas lâché pour autant. Longtemps leader mais au pied du podium, Brest imite les Aubois et tous les autres. Dans le top 6, personne ne lâche de gomme.

Bientôt, Darbion double la marque pour l’ESTAC. Les bonnes nouvelles ne viennent pas de l’Aube mais du Gard où Nîmes concède l’égalisation. Juste avant la pause, sur les pelouses de Ligue 2 où tout le monde joue à la même heure pour la première fois de la saison, Lens se donne de l’air aussi en doublant la mise.

Dans les Deux-Sèvres, en revanche, le leader va de moins en moins bien et concède une égalisation qui n’a rien d’illogique tant il bafouille son football. Au retour des vestiaires, l’affaire tourne même carrément au vinaigre. Brest cale un temps, en concédant l’égalisation sur la pelouse de Bourg-en-Bresse, le Racing est aux fraises sur une bévue d’Oukidja peu après 21h30. Menée, la bande à Laurey ne se retrouve plus que sur la 3e place du podium, pas celle rêvée par Laurey qui préfère éviter le barrage.
Jamais sereins

Les voisins de palier, la veille, Amiens et Troyes, ont les pieds sur la table mais le but un peu miraculeux de Bahoken les en enlève. En égalisant, les Strasbourgeois remettent la main sur un destin devenu vraiment incertain pendant six minutes. Ils ne sont jamais sereins, d’autant que la concurrence crache le feu et que même Brest s’en sort grâce à un deuxième but, celui d’une victoire à Bourg-en-Bresse, inscrit à un quart d’heure de la fin.

Le Racing n’a vraiment pas intérêt à perdre mais a le bon goût d’achever le match en cherchant à le gagner. Il doit finalement se contenter d’un nul qui clarifie sa situation. S’il est le seul membre du top-6 à ne pas avoir gagné hier, il reste leader. Pour valider sa montée en Ligue 1, il n’aura guère d’autre choix que de l’emporter, vendredi, face à Bourg-en-Bresse, à la Meinau. Car dans son sillage, il y a un quintet qui a décidé d’achever sa saison sans hésiter à pétarader.
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 3196
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 70
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 37ème Journée: Niort/Strasbourg

Message  67120 le Lun 15 Mai - 5:17

Les étoiles ***
STÉPHANE BAHOKEN   :
 Pour sa première titularisation en championnat depuis la défaite ...


*** STÉPHANE BAHOKEN   : Pour sa première titularisation en championnat depuis la défaite concédée à domicile face à Clermont, Stéphane Bahoken a été fort remuant, assurément le plus dangereux des attaquants strasbourgeois. Il aurait pu doubler la mise en reprenant de la tête un coup franc de Lienard mais l’arbitre a considéré (à tort ?) que le ballon, repoussé par le gardien niortais, n’avait pas franchi la ligne. Il a fini par être récompensé de ses efforts par un but aussi chanceux que crucial : un retourné dévié qui a permis au Racing d’égaliser.
** KHALID BOUTAÏB : Il y a un gros raté en fin de match, au bout des arrêts de jeu quand Jérémy Blayac l’a servi dans un fauteuil pour forcer les portes du succès. Mais avant, l’attaquant marocain s’était montré utile à son équipe, ouvrant la marque sur penalty pour son 20e but personnel, garantissant un équilibre collectif délicat en un drôle de match.
* KADER MANGANE : Le Sénégalais costaud a manqué une occasion d’ouvrir son compteur personnel en ne déviant pas suffisamment un coup de pied arrêté de Lienard. Mais pour le reste, il a défendu proprement et s’est montré rassurant dans l’ensemble.
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 3196
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 70
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 37ème Journée: Niort/Strasbourg

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum