Bakary Koné

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Bakary Koné

Message  67120 le Sam 26 Aoû - 5:54

Bakary Koné (29 ans) va bien poursuivre sa carrière du côté du stade de la Meinau.
Malaga, où il a posé ses valises l'été dernier en provenance de Lyon, a accepté de le prêter sans option d'achat, selon nos informations. Déjà sur place, le défenseur burkinabé doit passer sa visite médicale ce vendredi en fin d'après-midi, avant de parapher son contrat avec le club strasbourgeois.



Pays  :   Burkina Faso
Âge  :  29 ans


Date de naissance  :  27 avril 1988
Lieu de naissance  :  Ouagadougou
Taille  :  1m88
Poids  :  80 kg
Poste  :  Défenseur
Numero  :  4
 


avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 3448
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 71
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bakary Koné

Message  67120 le Sam 26 Aoû - 10:25

Bakary Koné prêté à Strasbourg
Le défenseur burkinabé Bakary Koné est prêté au RC Strasbourg par Malaga.
Malaga a officialisé ce samedi le prêt du défenseur central Bakary Koné à Strasbourg. L'international burkinabé, 29 ans, ne s'est pas imposé en Andalousie, où il n'a disputé que sept rencontres de Liga la saison passée. Il s'agit de la neuvième recrue strasbourgeoise de l'été, en attendant sans doute le prêt du latéral droit Dimitri Foulquier.
equipe
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 3448
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 71
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bakary Koné

Message  67120 le Dim 27 Aoû - 5:37

Koné à la relance
Après deux saisons délicates, le défenseur central burkinabé Bakary Koné, qui part aujourd’hui en sélection, a été prêté par Malaga au Racing. Il rêve déjà du onze de départ.
Il le dit lui-même : « J’ai joué à la Meinau avec Guingamp en Ligue 2 et j’y ai de très bons souvenirs. » Et pour cause ! C’est dans son nouveau jardin que Bakary Koné, prêté sans option d’achat par Malaga hier matin (*), a inscrit son premier but en L 2 le 28 novembre 2008. Arrivé en France deux ans plus tôt, le défenseur axial avait ce jour-là ouvert à En Avant la voie d’un succès 2-0.
Aussi n’a-t-il pas tergiversé lorsque le Racing s’est manifesté. En Andalousie, l’international burkinabé, qui y avait signé il y a un an jusqu’en 2019, était dans une impasse.

« Mais seule la compétition dira où j’en suis vraiment »

« Je me suis blessé peu après mon arrivée. Pendant mon absence, les résultats n’ont pas suivi et les dirigeants ont changé de coach. Michel (ancien entraîneur de l’OM) a été nommé. Il ne m’a pas vu jouer, mais n’a jamais compté sur moi. Ensuite, j’ai disputé, blessé, la Coupe d’Afrique des Nations au Gabon en janvier-février (le Burkina Faso, éliminé aux tirs au but par l’Égypte en demi-finale, a fini 3e ). En rentrant, je me suis fait opérer le 16 février d’une calcification au talon d’Achille qui me handicapait depuis trois ans et demi. Aujourd’hui, tout va bien. Je ne sens plus de douleur. J’espère vite retrouver mon meilleur niveau. »
Dès hier, l’ex-Guingampais (2006-2011, 76 matches de L2) et Lyonnais (2011-2016, 89 matches de L1) a taquiné le ballon avec ses nouveaux camarades de jeu.
Il se dit « prêt physiquement », mais en manque de rythme. « J’ai fait toute la préparation avec Malaga. Je suis en pleine forme. Mais seule la compétition dira où j’en suis vraiment. Je suis pressé de le savoir. Le foot, c’est comme le vélo : on ne le perd jamais. »
Cet après-midi, la 9e recrue de l’été ne sera toutefois pas à Guingamp pour soutenir les “Bleus”. Mais son excuse est recevable.
« Je rejoins ce dimanche ma sélection au Portugal pour deux matches décisifs contre le Sénégal (à Dakar le 2 septembre et à Ouagadougou le 5) en qualifications de la Coupe du monde 2018 (**). Ces deux matches me permettront de juger mon niveau et me remettre en jambes. »
Car il souhaite se mettre dès que possible au service d’un Racing qu’il tenait à rejoindre.
« J’ai eu d’autres opportunités. Mais il était important pour moi d’aller là où on avait vraiment besoin de moi après une saison presque blanche (sept matches de Liga). Je suis super content de retrouver la France et la Ligue 1.»

Sur les conseils de Bassila

« Strasbourg est un très grand club, historique, poursuit-il. Quand on voit ce qu’il a traversé et la vitesse à laquelle il est remonté, ça veut dire qu’il est ambitieux. C’est un challenge pour moi que de l’aider à poursuivre sur sa lancée. Christian Bassila, qui est comme mon grand frère depuis que nous avons évolué ensemble à Guingamp, a joué ici et m’a beaucoup parlé du Racing. Je n’ai pas hésité. »
S’il compte s’inscrire dans le projet collectif, le défenseur central ne cache pas son objectif personnel : « Être titulaire. »
(*) En réalité, les deux clubs ont conclu un accord tacite – non consigné dans le contrat – selon lequel ils pourront discuter l’été prochain d’un achat du Burkinabé par le Racing, sur la base d’un montant déjà défini, mais confidentiel.
(**) Le Burkina est coleader du groupe D, à égalité avec l’Afrique du Sud, avec quatre points en deux matches. Le Sénégal est 3e avec trois points et le Cap-Vert de l’autre Strasbourgeois Nuno Da Costa, 4e et dernier avec deux défaites.
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 3448
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 71
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bakary Koné

Message  67120 le Mer 18 Oct - 5:47

Koné, dans tous ses états
Responsable, malgré lui, du deuxième but de l’OM dimanche à la Meinau, Bakary Koné s’est révolté et a vite égalisé. Même si le Racing s’est fait reprendre, le Burkinabé juge positif ce deuxième nul consécutif.
A son grand étonnement, Bakary Koné n’a, selon la Ligue de Football Professionnel, pas marqué contre son camp dimanche le 2e but de l’Olympique de Marseille à la Meinau (3-3).

Mais le défenseur axial burkinabé, qui a égalisé juste après, ne se dérobe pas et assume sa responsabilité. Retour sans faux-fuyant sur une soirée riche, pour lui, en émotions extrêmes.
« Ce but m’a énervé »

– Bakary, le deuxième but marseillais, un centre cadré que vous avez dévié de la tête, a fait l’objet d’un débat. La LFP juge que vous n’avez pas marqué contre votre camp. Et vous ?


– Dans mon esprit, c’est clair : c’est moi qui marque. Sur le centre de Sanson, je suis au marquage de Mitroglou dont je pense qu’il va contrôler dos au but. Je suis collé au Grec. Il me tient le maillot.

Finalement, il rate le ballon que j’effleure du visage de manière involontaire, mais suffisamment pour tromper mon gardien (Bingourou Kamara). C’est un coup malheureux.

– À quoi avez-vous songé à cet instant ?

– Qu’il fallait tout de suite se remettre dans la partie. Pas seulement moi, l’équipe aussi. En fait, ce but m’a énervé parce que je touche malencontreusement le ballon et révolté parce que notre performance était à la hauteur.

J’ai sonné la révolte. Je voulais que nous hissions encore notre niveau pour revenir le plus vite possible au score. Je crois que ça a remis tout le monde dans le droit chemin et décuplé notre rage de vaincre. Nous voulions tous tellement gagner. Si nous avions baissé les bras, nous aurions ouvert une voie royale aux Marseillais.

– En l’absence de Kader Mangane, blessé, Thierry Laurey vous a promu capitaine. Ce brassard a-t-il exacerbé votre sens des responsabilités ?


– Je suis venu ici pour apporter un plus. Je me sens impliqué. C’est un devoir de donner le meilleur de moi-même.

Le sens des responsabilités, je l’ai. Je suis capitaine du Burkina Faso. Je l’ai aussi parfois été à Lyon et Guingamp. Mais dans ce groupe du Racing dont l’esprit est très bon, tout le monde pourrait l’être.
« Marquer des deux côtés, c’est la quatrième fois que ça m’arrive »

– Si l’OM l’avait emporté 2-1, l’auriez-vous mal vécu ?


– Je m’en serais voulu toute la semaine, d’autant qu’à mes yeux, ce match devait être le révélateur de ce à quoi nous pouvions aspirer cette saison.

– Votre égalisation a-t-elle été un soulagement ? Ce n’est pas si fréquent de marquer pour les deux camps…


– Détrompez-vous, c’est la quatrième fois que ça m’arrive. Mais c’est vrai que lorsque j’ai égalisé dans ce contexte si particulier, ç’a été un grand soulagement.

Autant qu’à moi, j’ai pensé à mes coéquipiers qui ont fait un match énorme et au public qui, du début à la fin, nous a poussés à nous surpasser. Nous n’avons pas baissé la tête. Au contraire, nous l’avons relevée.

– En laissant tout de même échapper deux points ?


– C’est une frustration, car nous avons fait ce qu’il fallait pour gagner, en nous offrant notamment cette balle de match, de 4-2, que nous n’avons pas concrétisée.

Mais notre prestation est positive. Elle prouve que nous pouvons nous hisser à la hauteur de la Ligue 1. Nous devions réaliser un tel match contre un gros pour prendre conscience que les autres ne sont pas meilleurs si nous nous montrons appliqués.

Si nous sommes capables de tenir tête à l’OM, nous devons l’être d’en faire autant face aux autres. En restant concentrés, les résultats seront tôt ou tard au rendez-vous.

– Le prochain match vous emmène à Nice face à des Aiglons qui restent sur deux revers en Ligue 1 et ne sont que 14es , mais jouent plutôt bien…

– Je les suis depuis quelques saisons. Ce n’est pas pour rien qu’ils ont terminé 3es la saison passée et disputent l’Europa League.

Ils ont pour l’instant un peu plus de mal cette saison, mais jouent bien au ballon, avec de très bons joueurs. Après nos nuls à Dijon (1-1) et contre l’OM (3-3), il nous manque une victoire pour lancer totalement notre saison.

J’espère que nous irons la chercher à Nice ou, à défaut, que nous en rapporterons au moins un point.
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 3448
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 71
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bakary Koné

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum