30ème journée : Toulouse -Strasbourg

Aller en bas

30ème journée : Toulouse -Strasbourg

Message  67120 le Ven 9 Mar - 22:50

Toulouse FC-Racing le samedi 17 mars à 20h
La Ligue de Football Professionnel a fixé la programmation de la 30e journée de Ligue 1 Conforama.
La rencontre entre le Toulouse FC et le Racing se déroulera le samedi 17 mars à 20 heures au Stadium dans le cadre de la 30e journée de Ligue 1 Conforama. Elle sera diffusée sur BeIN SPORTS.
SO
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 4390
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 71
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 30ème journée : Toulouse -Strasbourg

Message  67120 le Jeu 15 Mar - 5:32

Défense de prendre l’eau
Le Racing émarge au 18e rang des défenses de Ligue 1 et a franchi contre Monaco (1-3) la barre des 50 buts encaissés (52). Une déficience chronique à bannir samedi à Toulouse.
C’est le mal récurrent du promu strasbourgeois cette saison: sa propension à commettre des erreurs fatales et, par ricochet, à encaisser des buts que ces mêmes bévues ne lui auraient sans doute pas coûtés en National, puis en Ligue 2. Moins en tout cas.

Vendredi contre Monaco à la Meinau, lors de sa 8e défaite lors des onze dernières journées (1-3), l’équipe de Thierry Laurey a franchi un cap symbolique: celui des 50 buts encaissés. 52 très exactement après 29 journées. Seuls Dijon et Metz, 19es ex aequo de ce classement spécifique avec 55 buts concédés, possèdent une arrière-garde plus friable.
«On martèle ça depuis huit mois»

Comme souvent, Thierry Laurey a, au-delà d’une prestation qu’il a qualifiée de «bonne, parce que dans l’esprit», a pointé du doigt «les erreurs qui coûtent cher». Des erreurs qu’il ne juge «pas énormes», mais dont il sait que «tu les paies cash contre Monaco».

«Ce qu’on a produit face à l’ASM montre que l’équipe ne lâche pas, relève le technicien sans s’en satisfaire. Mais encore une fois, on commet trop d’erreurs. On en a même commis dans les matches que nous avons gagnés. Il faut se serrer les coudes, être un peu plus concentrés, plus rigoureux. On martèle ça depuis huit mois. Ce n’est pas nouveau.»

Pour tenter de remédier à ce mal endémique, l’entraîneur bas-rhinois a non seulement changé les hommes, parfois par choix, parfois contraint et forcé, mais aussi modifié son système. À Caen l’autre dimanche, il a fait tourner un axe à trois têtes. Sans succès (défaite 2-0).

Mais sans regrets non plus d’avoir tenté le coup. «La défense à trois dans l’axe n’est pas forcément la solution, on l’a bien vu. Mais elle n’est pas nécessairement en cause non plus. Quand tu commets une erreur sur un coup de pied arrêté, ce n’est pas le système qui pose problème. Il faut juste être beaucoup plus rigoureux parce qu’on sait qu’offensivement, on aura toujours des opportunités. Les matches se jouent sur pas grand-chose. Mais l’aspect défensif ne se joue pas sur pas grand-chose.»

«On laisse quand même trop de possibilités aux adversaires, poursuit l’entraîneur des Bleus. Peut-être parce qu’on a des garçons un peu trop joueurs. Glik et Jemerson (les défenseurs centraux monégasques) ne sont pas trop joueurs, eux. Ils choisissent toujours la meilleure solution. C’est rarement la plus belle, mais c’est souvent la plus efficace. C’est ce vers quoi nous devons tendre.»

Pour l’instant, pour sa seule défense – si l’on peut dire –, le Racing tend surtout l’autre joue en organisant trop souvent des journées portes ouvertes devant sa cage. On l’a dit: il a, à son corps assez peu défendant finalement, franchi le cap des 50 buts encaissés vendredi.

«Il est clair que sur les matches qui restent, il ne sera pas possible d’encaisser autant de buts», avait prévenu Thierry Laurey avant le déplacement à Caen. Résultat: les Bleus en ont pris cinq dans la musette en Normandie et contre Monaco à la Meinau (défaites 2-0 et 1-3).

S’il se soucie de cette perméabilité chronique, le technicien assure que le fameux mur des 50 buts encaissés «ne (l)’embête pas spécialement. Ce n’est pas ce que je regarde. Ce que je regarde, c’est le maintien. La saison dernière, Metz en a pris 72 et s’est maintenu. Si on doit prendre cent buts et se maintenir, ça m’ira. Mais ce sera difficile et même inconcevable».

Aujourd’hui, Dijon, avec ses 37 points et sa marge de neuf longueurs sur le barragiste troyen, est lui aussi en passe de démontrer qu’on peut arriver à bon port tout en ayant pris l’eau. Mais pour le Racing, qui sera privé à Toulouse de trois défenseurs (Kader Mangane, Dimitri Foulquier et Kenny Lala), il serait salutaire de n’avoir guère à écoper lors des neuf dernières escales. Au risque, sinon, d’être condamné à l’échouage. Et, donc, à l’échec.
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 4390
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 71
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 30ème journée : Toulouse -Strasbourg

Message  67120 le Jeu 15 Mar - 5:48

Terrier forfait

Le médecin du Racing François Piétra l’avait annoncé dès samedi. « Martin (Terrier) ne sera pas prêt pour le déplacement de samedi prochain à Toulouse. » Le forfait de l’attaquant international espoirs, sorti à la mi-temps vendredi contre Monaco pour une petite pointe à l’ischio-jambier droit, a été officialisé hier par Thierry Laurey.

L’IRM passée la veille par le futur Lyonnais a, selon l’entraîneur strasbourgeois, «montré un petit truc de rien du tout, mais c’est mort pour samedi».

Anthony Gonçalves, absent contre Monaco pour une douleur au mollet gauche, et Nuno Da Costa, out depuis trois matches pour une inflammation chronique à l’adducteur droit, sont sortis sur le terrain hier, mais en marge du groupe, et ont d’ailleurs regagné les vestiaires avant leurs partenaires.

«Ils sont très incertains», pronostique Thierry Laurey, ce qui, dans son langage habituel, signifie que leurs chances de jouer à Toulouse sont infimes

En revanche, Dimitri Lienard, ménagé hier pour des douleurs dorsales, et Jonas Martin, préservé depuis le début de semaine pour une béquille au genou gauche contractée face à l’ASM, sont aptes. «Mon genou est encore un peu gonflé, mais ça va. Je reprendrai l’entraînement collectif ce jeudi», a indiqué l’ancien Sévillan hier.

«Il voulait reprendre dès aujourd’hui (hier) , mais nous l’avons freiné», raconte son entraîneur, lequel confirme que son milieu relayeur sera opérationnel.
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 4390
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 71
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 30ème journée : Toulouse -Strasbourg

Message  67120 le Ven 16 Mar - 5:42

Il dit l’avoir fait « au feeling ». Marc Keller s’exprime parcimonieusement devant le groupe pro, même si ses visites dans le vestiaire ne sont évidemment pas rares, particulièrement après les matches. Cette saison, le président du Racing ne l’avait fait que deux fois. Juste avant les trois coups du championnat, puis pour les vœux de la nouvelle année.

« L’objectif est accessible. Encore faut-il le faire »

Lors de sa dernière intervention, le promu occupait la 11e place du classement de Ligue 1, à égalité avec le 10e , Dijon, et possédait une marge de cinq points sur le 18e et barragiste potentiel, Lille. Sa sévère défaite à Metz le 20 décembre, juste avant la trêve des confiseurs (3-0), avait à peine terni sa belle série des onze journées précédentes (5 victoires, 5 nuls, 1 seule défaite).
Seulement voilà, depuis, les hommes de Thierry Laurey sont dans le dur. Ils sont même derniers sur la phase retour (7 points sur 30 en dix journées, comme Troyes, mais avec une différence de buts plus défavorable).
Quinzièmes avec trois longueurs d’avance sur les Aubois, barragistes, ils se préparent à un déplacement compliqué à Toulouse demain, chez un “Téfécé” revigoré dans le jeu par son changement d’entraîneur – Mickaël Debève a succédé le 22 janvier à Pascal Dupraz – à défaut de l’être totalement sur le plan comptable.
Au Stadium, les Bleus disputeront un match à six points face à des Toulousains qui savent qu’un succès leur permettrait de doubler leurs adversaires du jour au classement.
Aussi Marc Keller a-t-il jugé utile de s’inviter dans le vestiaire pour y parler au capitaine Kader Mangane – actuellement blessé – et ses partenaires lundi après-midi, juste avant l’entraînement. Avec un but avoué et un autre induit : les encourager tout en les plaçant devant leurs responsabilités.
« Je l’ai senti comme ça. J’échange régulièrement avec le coach. Pierre Schmidt (actionnaire et président du conseil de surveillance) était avec moi. C’est la dernière ligne droite. Nous connaissons notre objectif. J’ai rappelé aux joueurs qu’il leur fallait être bien concentrés et faire preuve d’un engagement total pour que l’objectif soit atteint. À neuf journées de la fin, nous sommes plus que jamais dans la course au maintien, mais ce maintien n’est pas acquis. Il était important de leur adresser un mot d’encouragement. »
Derrière les propos rassurants des uns et des autres, la mauvaise passe comptable de ce début 2018 a, c’est certain, quelque peu altéré la confiance forgée au cours d’un automne en pente douce.
Pour autant, le Racing garde son destin en main. Au contraire de son prochain visiteur, Metz, dont l’un des recruteurs, Frédéric Arpinon, ancien milieu de terrain du club alsacien entre 1997 et 1999 en Ligue 1, était mercredi à Molsheim pour assister au duel des deux réserves en N3 (0-0).

Pas de panique à bord

Avant la confrontation le dimanche 1er  avril à la Meinau (17h), l’ex-Strasbourgeois confiait avant-hier « ne pas être inquiet pour le Racing ». Bien moins que pour la lanterne rouge messine. « Nous, nous sommes pratiquement dans le trou. Pour moi, Troyes y est aussi. Après, il faut encore éviter la dix-huitième place de barragiste. Beaucoup d’équipes s’accrochent, Amiens par exemple. Mais il y a dans cette formation strasbourgeoise une combativité et une volonté de jouer qui doivent lui permettre de s’en sortir. »
Le compliment ira sûrement droit au cœur des Bleus, mais ne les fera pas avancer au classement. Pour Marc Keller, il devient urgent de rompre avec la série négative entamée au stade Saint-Symphorien il y a près de trois mois, même si le président assure qu’il n’y a pas de panique à bord.
« Nous savions que nous allions traverser des moments compliqués tout au long de la saison. Nous sommes aujourd’hui dans une période plus difficile. Il faut s’accrocher. L’objectif est accessible. Encore faut-il le faire. Il reste neuf matches. Pour l’atteindre, nous avons dix points à prendre. »
Les prochains rendez-vous à Toulouse, contre Metz, à Angers et, un peu plus tard, à Amiens – autant de concurrents directs donc –, devront démontrer que le message a bien été reçu. Les maux sont identifiés. Des mots ont été posés dessus. Aux paroles doivent désormais succéder les actes.
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 4390
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 71
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 30ème journée : Toulouse -Strasbourg

Message  67120 le Ven 16 Mar - 17:37

Fofana, première!
Les six absences (Mangane, Lala, Foulquier, Grimm, Terrier, Da Costa) ont ouvert des portes. Le jeune milieu défensif de la réserve Youssouf Fofana figure ainsi pour la première fois dans le groupe de 19 qui décolle cet après-midi pour Toulouse où le Racing joue demain (20h) lors de la 30e journée de Ligue 1.
L’entraînement de veille de match, avant le déplacement de ce samedi (20h) à Toulouse pour la 30e journée de Ligue 1, s’est achevé voici quelques minutes. Thierry Laurey, qui avait convoqué 21 joueurs, a décidé d’en laisser deux à Strasbourg : le milieu défensif et capitaine de la réserve Anthony Caci et le troisième gardien Landry Bonnefoi.

Ce dernier aurait de toute façon été dans l’incapacité de tenir sa place. Et pour cause ! Sur une reprise à bout portant de Jérémy Blayac au cours de la séance, le portier a reçu le ballon en pleine face. Il est resté de longues minutes hagard au bord du terrain. Le kiné est d’ailleurs venu le chercher en voiture pour le ramener aux vestiaires alors que l’ancien gardien d’Amiens voyait des étoiles. Il ne se souvenait même pas de l’action et devait consulter très vite le médecin du club bas-rhinois.

Ce soir, Thierry Laurey emmènera donc un groupe de 19 joueurs dans la Ville rose. Le jeune milieu récupérateur de la réserve, Youssouf Fofana (19 ans), arrivé à l’intersaison 2017 en provenance de Drancy, qui a joué une heure mercredi contre l’équipe 2 de Metz en National 3 (0-0 à Molsheim) et s’était déjà entraîné la veille avec l’équipe première, est du déplacement. Sa toute première apparition dans le groupe pro récompense ses belles performances avec la troupe de François Keller, quelques semaines seulement après sa première sélection en équipe de France U19.

Absent face à Monaco il y a une semaine pour une pointe au mollet gauche, Anthony Gonçalves a, lui, retrouvé l’entraînement collectif tout à l’heure et est également partant pour Toulouse.

Pour composer une équipe perturbée par les absences (Ndlr : Jérémy Grimm, suspendu avec l’équipe première, peut en revanche jouer avec la réserve et disputera le derby de N3 demain à Sarre-Union), l'entraîneur alsacien pourrait faire appel aux deux joueurs récemment rétablis après de longues blessures : le latéral gauche sénégalais Abdallah Ndour, entré une dizaine de minutes en fin de match contre Monaco vendredi dernier (1-3), et le meneur de jeu Benjamin Corgnet qui a joué un gros quart d’heure à Caen et toute la deuxième période face à l’ASM.

L’équipe possible : Oukijda – Seka, Koné (cap), Martinez, Ndour – Martin, Aholou, Lienard – Corgnet – Blayac, Bahoken. Remplaçants (à choisir parmi) : Salmier, Aaneba, Fofana, Gonçalves, Nogueira, Saadi, Zohi, Kamara (g).

Absents : Mangane (cuisse), Terrier (cuisse), Da Costa (cuisse), Foulquier (cuisse), Lala (suspendu), Grimm (suspendu), Zemzemi, Caci, Tchamba, Othon, Bonnefoi (choix).
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 4390
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 71
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 30ème journée : Toulouse -Strasbourg

Message  67120 le Sam 17 Mar - 5:41

Vite rebondir
Le Racing est à Toulouse aujourd’hui, chez un concurrent direct dans sa course au maintien. Il doit en finir avec ses mauvaises habitudes pour éviter un match de la peur, dans deux semaines, face à Metz.
C’est l’une des angoisses du coureur à pied au long cours. Le mur des 30 est un concept fort du marathon, une défaillance quasiment aux deux tiers de la course antique qui conduit nombre de courageux à se ranger sur le côté.
« On met une rustine à un endroit et c’est percé à un autre »

Aujourd’hui, dans la Ville Rose, le Racing dispute son trentième match de Ligue 1 avec l’ambition de ne pas continuer à plonger comme il le fait depuis quelques semaines. En fait, la bande à Laurey a un peu connu son mur des 19, ne s’étant pas relevée jusqu’ici d’une défaite à Metz (3-0) juste avant la trêve hivernale.

Promus séduisants dans un premier temps, les Strasbourgeois cherchent leur second souffle en 2018. Sept points au compteur de leur cycle retour rappellent l’ambition de leur saison : arracher le maintien au sein de l’élite retrouvée.

Ce n’est pas non plus que Koné et ses copains font peine à voir. Sur une série de quatre matches, dont trois défaites, sans victoire, les Bleus n’ont pas à rougir des échecs enregistrés face à Monaco (1-3), à Paris (5-2) ou à Marseille (2-0).

Depuis janvier, ils ont eu aussi le mérite de remporter des matches qui valaient cher, face à Dijon (3-2) ou Troyes (2-1), sans vraiment briller, mais ce n’était pas ce qui était demandé. Mais dans leur série poussive, ils ont aussi eu de (très) mauvaises idées comme perdre chez les Dogues lillois (2-1) à la dérive et foirer dans les grandes largeurs leur entame de match face à Guingamp (0-2).

C’était en janvier, il y a des lustres, mais le calendrier n’a guère donné l’occasion aux Strasbourgeois de se refaire la cerise. Et les manques visibles comme un nez de clown au milieu de la figure ont eu de funestes conséquences.

Le Racing, tout le Racing, défend mal depuis un an et demi, et quand les points deviennent trop rares, cela devient contrariant, voire horripilant.

« On continue à travailler, garantit Laurey sur le sujet. Mais on a l’impression qu’on met une rustine à un endroit et c’est percé à un autre. On n’a peut-être pas toutes les qualités requises mais c’est aussi un problème qui concerne tout le monde et pas que les défenseurs et le gardien. »

Lors d’un voyage sur le terrain d’un concurrent direct pour le maintien, hausser le curseur serait une riche inspiration. L’objectif premier est d’en finir avec une vilaine habitude qui n’est pas pour rien dans l’inconfort alsacien actuel. Sur les cinq derniers déplacements en L1, le Racing a perdu cinq fois, encaissant 14 buts pour n’en marquer que deux.
« Un match un peu plus d’importance »

Alors que l’infirmerie, avec quatre hommes de base en défense, est bien remplie, se profile « un match un peu plus d’importance », admet Thierry Laurey. « Ces matches-là sont abordés un peu différemment, prolonge-t-il. Le but est de faire un match dans la lignée de celui de Monaco mais en étant plus rigoureux. En ce moment, c’est frustrant. La qualité d’un match ne dépend pas que de l’utilisation que tu fais du ballon mais de ce que tu fais quand l’adversaire l’utilise. On ne concède pas beaucoup d’occasions en général mais elles sont nettes. »

Et cela donne lieu à trop de bavures. Afin qu’elles ne donnent pas lieu à des regrets éternels, il serait judicieux de réussir dans la mission « sus à l’inattention », d’abandonner le bonnet de celui qui joue bien en récoltant trop peu de points, que Toulouse, séduisant tout en perdant face à Paris (0-2) ou Marseille (1-2) porterait à merveille. Le Racing serait alors proche du grand bol d’oxygène. Et dans un championnat où il tousse, qui fera relâche pendant deux semaines avant d’accueillir Metz, cela ressemblerait à une parenthèse inestimable.
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 4390
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 71
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 30ème journée : Toulouse -Strasbourg

Message  67120 le Sam 17 Mar - 5:47

Ndour et Corgnet d’entrée ?

Kader Mangane, Martin Terrier, Nuno Da Costa, Dimitri Foulquier et Kenny Lala, blessés, mais aussi Jérémy Grimm, suspendu : ils sont six à manquer à l’appel.

On pourrait y ajouter Landry Bonnefoi, sonné hier à l’entraînement sur une reprise à bout portant de Jérémy Blayac. Le 3e gardien a dû regagner les vestiaires en voiture, récupéré par le kiné.

« On préfère avoir l’effectif au complet. Mais ça donne au groupe la possibilité de montrer qu’il est assez fort pour résister à ça, ne s’alarme pas Thierry Laurey, Ces absences ne sont pas une excuse. »

Le coach a retenu 19 joueurs. Du groupe battu par Monaco à la Meinau sortent Lala, Terrier et Grimm. Les remplacent Anthony Gonçalves, rétabli de son pépin au mollet, et les jeunes Ismaël Aaneba, Kevin Zohi et Youssouf Fofana. Ce dernier, milieu défensif de la réserve arrivé de Drancy en 2017, apparaît pour la première fois avec les pros. A priori, Abdallah Ndour et Benjamin Corgnet pourraient honorer leur première titularisation depuis leur retour.

À Toulouse, le forfait des deux défenseurs axiaux Christopher Jullien et Ibrahim Sangaré devrait être compensé par l’habituel latéral Kelvin Amian, associé en charnière à Issa Diop.

À noter le retour de suspension d’Andy Delort qui devrait débuter… sur le banc. L’attaque toulousaine pourrait être composée de Max-Alain Gradel, Corentin Jean et Yaya Sanogo.

 

  ABSENTS. – À Toulouse : Jullien, Boisgard, Sangaré (blessés), Michelin (suspendu), Bodiger, S. Fortes, Cottes, Vidal (choix). Au Racing  : Mangane, Terrier, Da Costa, Foulquier (blessés), Lala (blessé et suspendu), Grimm (suspendu), Zemzemi, Caci, Tchamba, Bonnefoi (choix).
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 4390
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 71
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 30ème journée : Toulouse -Strasbourg

Message  67120 le Sam 17 Mar - 19:42

Bonjour et bienvenue au Stadium de Toulouse où un léger vent rafraîchit la température. On vous rassure, ici, il ne neige pas, quand même!
.
Les deux équipes sont actuellement à l'échauffement. La pelouse a l'air plutôt en bon état.
.
Les compos 
TOULOUSE: Lafont - Yago, Diop (cap.), Amian, Sylla - Somalia, Cahuzak, Imbula - Mubele, Sanogo, Gradel. Entraîneur: Michaël Debève.
RACING: Oukidja - Seka, Koné (cap.), Martinez, Ndour - Martin, Aholou, COrgnet, Lienard - Bahoken, Blayac. Entraîneur: Thierry Laurey.
.
Le Racing reste sur une inquiétante série de cinq revers consécutifs à l'extérieur en Ligue 1. S'il devait à perdre à nouveau ce soir, il verrait le Téfécé lui passer devant.
.
On se rappelle du match aller et de la pénible victoire du Racing à la Meinau après un penalty discutable pour une faute (?) sur Blayac et une aile de pigeon heureuse de Mangane. Gradel avait égalisé entre-temps.
.
Le Stadium, le petit Wembley, est loin d'afficher complet. A la louche, un quart des places sont occupées.
.
C'est une équipe très typée National que va aligner le Racing avec pas moins de six joueurs qui ont fréquenté le troisième échelon (Oukidja, Ndour, Seka, Lienard, Blayac et Bahoken) titularisés ce soir.
.
Les deux équipes pénètrent sur la pelouse accompagnées par un chant occitan.
.
C'est parti au Stadium de Toulouse.
.
D'entrée, un choc entre Corgnet et Cahuzak laisse les deux joueurs sur le carreau.
.
Benjamin Corgnet a retrouvé ses esprits mais Yannick Cahuzak, lui, va être sorti sur une civière. Premier fait de jeu après seulement quelques secondes.
.
En fait, Corgnet a mis un coup de coude involontaire mais bien puissant dans le visage de Cahuzak.
.
Blin remplace Cahuzak pour le Téfécé.
.
Ndour est rappelé à l'ordre par M. Moreira après une faute sur Mubele le long de la ligne de touche.
.
Somalia fait la différence sur l'aile gauche et centre fort dans les six mètres. Oukidja se couche proprement pour garder le ballon au chaud.
.
Le Téfécé fait un pressing assez haut et récupère bon nombre de ballons dans le camp strasbourgeois.
.
Diop est averti pour avoir fauché Corgnet au milieu de terrain.
.
Seka est en grande difficulté dans son couloir face aux assauts conjugués de Somalia et Gradel.
.
Sylla percute côté droit, se frotte avec Ndour dans la surface avant de tomber sur Kone et de s'étaler par terre. M. Moreira ne dit rien.
.
La première frappe cadrée du match est toulousaine. Sylla se trouve à la conclusion d'un mouvement collectif mais son intérieur du pied atterrit directement dans les bras d'Oukidja;
.
Toulouse appuie sur le champignon pour emballer cette rencontre débutée sur un faux rythme.
.
Première occaz pour le Racing et elle est pour Lienard. Corgnet set astucieusement Bahoken en profondeur qui centre en retrait. Lienard arrive à tout allure mais ne cadre pas sa frappe du gauche.
.
Sylla est averti pour avoir accroché Bahoken dans le rond central.
.
Corner concédé par Martinez sur un centre de Gradel. Koné en concède à son tour un second. Finalement Oukidja dégage du poing.
.
Bonne séquence du Racing qui aboutit à un centre de Seka pour la tête de Bahoken, sans danger.
.
Seka concède un coup franc, légèrement décalé sur la gauche, à proximité de la surface.
.
Le coup franc de Gradel est capté sans difficulté par Oukidja.
.
Lienard trouve Corgnet à l'angle de la surface qui arme une frappe repoussée en corner par Lafont. Celui-ci ne donne rien.
.
Aholou reste au sol et se tient le visage.
.
Sur un corner toulousain, Oukidja manque sa sortie. Le ballon revient et ça chauffe dans la surface avant qu'une faute ne soit sifflée à l'avantage de Koné.
.
Bonne opportunité toulousaine sur un centre de Sylla. Mubele est à la réception au deuxième poteau mais ne smashe pas suffisamment sa tête à bout portant. Oukidja récupère la sphère pour son plus grand plaisir.
.
Corgnet réalise une bonne première période. Ses déplacements comme ses passes donnent de l'air aux Strasbourgeois.
.
Yago tombe après un contact avec Bahoken qui lui aurait mis un coup de coude involontaire.
.
Le sauvetage de Ndour devant Gradel alors que l'Ivoirien avait profité d'un service involontaire de Sanogo pour pénétrer dans la surface bas-rhinoise.
.
Il y aura trois minute de temps additionnel.
.
Le Racing pousse pour se montrer dangereux mais le centre de Seka trouve les gants de Lafont.
.
C'est la pause au Stadium sur ce score nul et vierge. Le Racing tient bien le choc à la mi-temps. Les débats sont équilibrés et chacun a eu l'occasion d'ouvrir le score. Dans l'absolu, ce nul ne serait pas une mauvaise affaire.
.
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 4390
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 71
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 30ème journée : Toulouse -Strasbourg

Message  67120 le Sam 17 Mar - 21:06

BUTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTT 0-1 Blayac
.

But pour le Racing, Jérémy Blayaaaaaaaaccccc!!! Au départ de l'action, Bahoken glisse mais peut remiser sur Seka qui décale Corgnet. L'ex-Stéphanois adresse un centre tendu que Blayac reprend du genou à bout portant, le ballon passant entre les jambes de Lafont.
.
Kone n'est pas très clair sur son duel dans la surface avec Somalia. Heureusement, M. Moreira ne signale pas de faute.
.
Mubele se manque complètement au second poteau sur ce centre d'Imbula. Ouf!
.
Après une récupération de Seka, le contre alsacien est lancé. Le ballon arrive sur Martin qui tente sa chance à 20m. Lafont se couche bien.
.
Mubele se signale en faisant la différence côté droit. Excentré, il choisit de frapper en force. Ca passe à côté.
.
Belle ouverture de Blayac pour Bahoken. Le Franco-Camerounais est devancé in extremis par un Lafont sorti en dehors de sa surface.
.
Delort entre, Mubele sort au Toulouse FC.
.
Gonçalves remplace Bahoken côté Racing.
.
Le Racing est plutôt bien en place. Les Toulousains balancent énormément dans la boîte.
.
Bon travail de Delort dont le centre au deuxième poteau est repris de al tête par Gradel. Vigilant, Oukidja se couche bien.
.
Dernier changement au Téfécé: Jean remplace Somalia, très actif ce soir.
.
La frappe lointaine de Delort n'accroche pas le cadre. Delort, lui, s'empale sur Martin.
.
Thierry Laurey veut bétonner: Salmier remplace Martin.
.
Blayac est trouvé par Gonçalves. Le joueur formé au... Téfécé se retourne vif comme l'éclair et envoie un parpaing qui passe juste au-dessus de la cage de Lafont.
.
Le jaune pour Ndour.
.
Saadi remplace Blayac côté Racing.
.
But 1-1
.
Egalisation de Sanogo. C'est pas possible. Alors qu'on s'acheminait tranquillement vers une victoire du Racing, Sanogo vient couper un centre de Sylla. Oukidja ne peut rien faire.
.
But 2-1
.
Et le doublé pour Sanogo. Sur un ballon aérien, Sanogo place une tête qui frappe le poteau avant de lui revenir dans les pieds face au but vide. Incroyable, le Racing vient de prendre deux buts den deux minutes.
.
BUTTTTTTTTTTTTTTT  2-2
..
Egalisation du Racing. Merci Bakary KKKooonnnééé! Sur un centre de Gonçalves, Koné place une tête plongeante qui fait mouche, avec l'aide de Yago.
.
Si le Racing peut regretter de ne pas avoir conservé jusqu'au bout son avantage, il a néanmoins la satisfaction d'avoir sauvé les meubles. L'opération n'est pas si mauvaise dans l'optique du maintien.
.
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 4390
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 71
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 30ème journée : Toulouse -Strasbourg

Message  67120 le Dim 18 Mar - 7:22

Sentiments partagés
Devant au score jusqu’à la 89e , puis mené dans le temps additionnel, le Racing a arraché un nul précieux à la toute dernière seconde hier à Toulouse (2-2). S’il ne s’éloigne pas de la zone rouge, au moins n’y tombe-t-il pas avant d’accueillir la lanterne tout aussi rouge Metz le 1er avril.
C’est le genre de match dont on ressort à la fois frustré et soulagé. Animé, en tout cas, de sentiments aussi partagés que les points qui étaient en jeu sur le terrain. Oui, le Racing a partagé les points à Toulouse hier soir. Oui, il est heureux d’avoir interrompu sa série de cinq défaites à l’extérieur, en arrachant le nul à la toute dernière seconde du temps additionnel. Mais non, il ne peut s’en satisfaire, car il menait encore 1-0 à la 89e.

Tout, en fait, s’est joué en 2e période, car la première avait surtout confirmé que les deux équipes n’affichent pas une confiance à tout crin ces derniers temps. Entre un Téfécé certes en progrès depuis son changement d’entraîneur et un Racing dernier de la phase retour au coup d’envoi de cette 30e journée, personne n’était vraiment enclin à se livrer sans retenue.
«Le but de Bahoken valable?»

Les premières accélérations strasbourgeoises, souvent initiées par Benjamin Corgnet, font bien souffler un léger vent de panique dans le dos de l’arrière-garde toulousaine. Les mouvements des Bleus ne sont pas inintéressants. Mais ils manquent de tranchant ou de précision.

Soyons justes : Toulouse n’enthousiasme pas non plus les foules. Les deux escarmouches de Sylla (17e ) et Mubele (38e ) étaient bien trop timides pour inquiéter Oukidja, protégé juste avant la pause par Ndour revenu taclé in extremis un Gradel qui s’était infiltré plein axe dans les 16 mètres alsaciens (44e ).

Bref, le match est sinon totalement verrouillé, du moins fermé. Mais en tout début de 2e période, Jérémy Blayac va faire sauter la serrure haut-garonnaise et jouer un bien vilain tour à son club formateur. L’Aveyronnais, pas loin d’être le régional de l’étape, jaillit sur un centre subtilement distillé côté droit par le chef d’orchestre Corgnet et, du genou gauche, devance Diop pour glisser le ballon entre les jambes de Lafont (46e ).

Ce but, c’est de l’or en barre pour un Racing qui reste sur cinq échecs hors de son cocon meinovien. Toulouse tente bien de pousser, mais de façon assez désordonnée. Le promu alsacien regrettera sûrement, surtout quand on connaît l’épilogue, un 2e but refusé à Stéphane Bahoken pour un hors-jeu loin d’être évident, alors que l’attaquant bas-rhinois avait, d’une tête parfaite, propulsé au fond un centre ciselé par un Ndour entreprenant (62e ).

Le Téfécé insiste. Les Bleus résistent. Leur troisième victoire à l’extérieur leur tend les bras. Et puis, en deux minutes, dans les tout derniers instants, la cabane va tomber sur le chien alsacien.

Sanogo rime alors avec bourreau. L’Ivoirien jaillit deux fois en deux minutes. Sa tête décroisée sur un centre de Sylla trompe Oukidja (89e ). Puis son autre coup de boule, après un cafouillage dans la surface, heurte le poteau avant de lui revenir dans les pieds (90e +1). Son doublé semble avoir crucifié les Bleus. Mais dans un dernier sursaut, d’orgueil peut-être, leur capitaine Bakary Koné, d’une tête plongeante à la réception d’un centre de Gonçalves, leur offre, avec la complicité de Yago, un point au bout du temps additionnel (90e + 5).
«Je n’ai pas souvenir d’un final pareil»

Le Racing enchaîne, c’est vrai, un 5e match sans victoire, mais prolonge en même temps la série d’insuccès des Violets haut-garonnais (six rencontres). Partagés, les Strasbourgeois le sont effectivement, à l’image de leur entraîneur Thierry Laurey : « Je n’ai pas le souvenir d’un final pareil. Ça fait quand même beaucoup de buts en peu de temps, mais ce qui est rassurant, c’est que ça ne se termine pas trop mal. On va se contenter de ça. On est frustrés, au même titre que les Toulousains doivent l’être d’avoir pris un but à la 95e. On aurait dû l’emporter 1-0. On pouvait le faire. On sauve un point, on en enlève deux à Toulouse. Ce n’est pas une mauvaise performance, mais c’est rageant dans un duel face à un concurrent direct de laisser échapper deux points qui nous tendaient les bras. Si on continue à faire des matches comme ça, on va se maintenir. »

Que les Bleus en aient le potentiel, personne n’en doute. Mais leur récent bilan comptable (2 points sur 15) invite forcément à la prudence..
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 4390
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 71
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 30ème journée : Toulouse -Strasbourg

Message  67120 le Dim 18 Mar - 7:26

Ndour, comme si de rien n’était
Le latéral sénégalais a parfaitement tenu son couloir et peut légitimement revendiquer une part du point récolté à Toulouse, qui met fin à cinq revers de rang à l’extérieur en Ligue 1
Il faut croire que les innombrables encouragements reçus une semaine plus tôt, un soir de défaite, ont eu une résonance jusqu’en Midi-Pyrénées. Car en dépit de sa longue traversée du désert, imposée par sa fracture de la jambe le 3 mai 2017, Abdallah Ndour a bien tenu la baraque dans un Stadium frigorifique. Max-Alain Gradel et Firmin Mubele ne sont pas passés souvent sur leur côté droit et le latéral gauche n’y a pas été pour rien.
Énergique et autoritaire

C’est comme si ses mois passés à se réparer étaient définitivement relégués au rayon des mauvais souvenirs. La fin du tunnel était donc intervenue face à Monaco, à la Meinau, en un soir de défaite. L’ancien de Metz avait relayé Kenny Lala, blessé. Et au moment de débriefer, le joueur de 24 ans l’avait joué perso.

Oui, l’échec du Racing face au champion de France était une victoire individuelle pour celui qui n’avait pu profiter que de trois matches avec la réserve pour relancer la machine, dont un arrêté au bout de 30 minutes de jeu en raison des conditions climatiques. Hier, propulsé dans le onze de départ, un peu parce que Dimitri Foulquier et Kenny Lala n’étaient pas là, il n’a pas fait tâche, mais alors vraiment pas.

Energique, autoritaire, volontaire, Ndour a participé avec Dimitri Lienard à l’efficacité d’un côté «made in National». Les deux larrons évoluent souvent ensemble sous le maillot bleu depuis septembre 2014 et une victoire face à Marseille Consolat. Cela a pu servir quand il s’est agi de se serrer les coudes après la pause et l’ouverture du score.

Le Sénégalais n’a, et ça se comprend, pas tout bien fait. Il a été l’auteur d’un gros oubli sur un centre d’Imbula au deuxième poteau, mais Mubele a tiré au-dessus (50e’ ). Il s’agissait d’être un peu plus prudent dans la dernière ligne droite. C’est que huit mois à se rééduquer, à rechuter aussi, ne s’effacent pas qu’avec la seule volonté.
Son 100e  match pro

D’autant que Michaël Debève, le coach toulousain, a décidé de lui mettre le petit Corentin Jean dans les pattes dans le dernier quart d’heure. Ndour a veillé à ne plus trop se livrer. La lucidité a alors pu manquer et il n’a pas évité le jaune sur une intervention un peu trop vigoureuse, destinée à refroidir les ardeurs locales.

Il a paru au bord de la rupture, comme certains de ses coéquipiers quand les Violets se sont fâchés tout rouge. Grâce à son capitaine mais aussi grâce à lui, le latéral gauche a néanmoins pu quitter le Stadium la tête haute. Le retour en Alsace ne s’est pas effectué à vide. Le 32e point strasbourgeois a une saveur collective et, pour son 100e match pro en championnat, Ndour a quelques raisons de le trouver délicieux.
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 4390
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 71
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 30ème journée : Toulouse -Strasbourg

Message  67120 le Dim 18 Mar - 7:29

Les anciens vous saluent bien
Si le Racing n’a pas été loin du KO dans les derniers instants, Bakary Koné s’est refusé à l’inéluctable, après que Benjamin Corgnet et Jérémy Blayac ont parfaitement lancé une rencontre au final incroyable.
OUKIDJA (6). – Vigilant sur le premier tir cadré de la rencontre, une tentative de Sylla (17e’ ), le gardien a su dégager quelques ballons chauds du poing ou encore stopper une tête de Mubele au deuxième poteau (38e’ ). Sûr et précis dans ses interventions, l’ancien numéro deux a permis à l’affaire de bien tourner. Accessoirement, il a su manger le chronomètre. Dans les derniers instants, il ne peut rien sur le doublé de Sanogo, détournant la tête du géant sur son poteau, pour rien, sur le second but toulousain, et a su entretenir les ultimes flammes par de derniers dégagements.

SEKA (4). – Placé côté droit de la défense, l’ancien capitaine a paru en grosse difficulté face à Somalia ou Sylla. Il a manqué de jambes quand le TFC a poussé fort pour égaliser puis prendre l’avantage. Malgré une bonne période en seconde mi-temps, l’enfant de Clichy n’a pas été impérial.

KONÉ (6)
. – Le capitaine a d’abord rattrapé une action un peu foireuse de Mubele (16e’ ), et coupé quelques ballons aériens pour inspirer un état d’esprit communicatif. Royal dans les duels aériens, le capitaine du Burkina Faso a eu le bon goût de distiller quelques relances précises qui ont soulagé toute son équipe. Cinq minutes d’absence ont pu ternir sa partition, quand Sanogo et ses copains se sont envolés, mais l’homme aux dreadlocks a eu la réaction salvatrice en plongeant sur le centre de Gonçalves et en égalisant d’une tête rageuse et détournée sur le gong.

MARTINEZ (5). – Auteur d’un dégagement douteux pour commencer, le défenseur central a veillé à ne pas se mettre à la faute, se chargeant du dossier Sanogo. Propre et attentif en général, comme ses partenaires d’une défense coupable cinq minutes seulement, il a cherché à accompagner au mieux son voisin de la défense, qui a empêché la catastrophe.

NDOUR (6). – 

MARTIN (5). – Le tenancier du côté droit de l’entrejeu a mis un peu de temps à se mettre en route, assez discret en première période. L’ancien Montpelliérain a été plus en vue après la pause, à l’origine de contre-attaques qui ont mis les Toulousains sur le gril. Remplacé par Yoann Salmier (78e’ ), qui a subi Sanogo de plein fouet sur le deuxième but toulousain.

AHOLOU (5). – Au cœur du dispositif strasbourgeois, le joueur qui vient d’être appelé par la Côte d’Ivoire s’est consacré à un travail de l’ombre, loin d’être inutile. Protégeant bien sa défense centrale, se projetant de temps en temps vers l’avant, il a été l’auteur d’un match satisfaisant.

LIENARD (5). – Auteur d’un tir qui s’envole (21e’ ), l’ailier gauche n’a pas ménagé son énergie pour enfoncer le couloir toulousain. S’il a offert des solutions à l’heure d’envisager les contre-attaques, il a eu un peu de déchet dans son jeu.

CORGNET (7). – Secoué d’entrée par Cahuzac KO sur le coup, rudement taclé par Diop, le meneur de jeu s’en est parfaitement remis, réussissant un magnifique service vers Bahoken (21e’ ). L’ancien Dijonnais a éclairé le jeu alsacien de régulières inspirations, bon dans ses contrôles, inspiré dans ses idées de jeu. Son tir cadré a constitué une vraie occasion alsacienne (32e’ ). Et son centre vers Blayac a presque fait sauter la banque occitane en même temps qu’il lui permet de déflorer son compteur statistique, riche désormais d’une passe décisive avec le Racing.

BLAYAC (7). – Il marque de sa présence physique les premiers ballons qui passent à sa proximité avec une tête au-dessus (15e’ ). Sans rechigner à dégager parfois le danger dans la surface alsacienne sur coups de pied arrêtés pour soulager la défense, l’enfant presque du pays a été un point de fixation décapant, contrariant à souhait l’axe défensif local. L’Aveyronnais a poussé le brio jusqu’à ouvrir la marque pour son troisième but de la saison. Son œuvre majeure s’est achevée quand il a été remplacé par Idriss Saadi (88e’ ).

BAHOKEN (5). – Un bel appel pour lancer sa rencontre (21e’ ) et une débauche d’énergie soutenue rendent sa production individuelle satisfaisante. Le néo-international camerounais a multiplié les appels et donc offert des solutions à ses copains. Il est dans le coup du but en s’arrachant sur un ballon alors qu’il avait entamé son action sur une… glissade. Privé d’un but a priori valable (62e’ ), remplacé par Anthony Gonçalves (67e’ ), qui a eu le mérite d’être l’auteur de la passe décisive des tout derniers instants, il peut donc rejoindre les Lions indomptables pour une dizaine de jours avec le sentiment du devoir accompli.
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 4390
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 71
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 30ème journée : Toulouse -Strasbourg

Message  67120 le Dim 18 Mar - 7:33

DIMITRI LIENARD, ailier du Racing

❏ DIMITRI LIENARD, ailier du Racing.
– «Si j’étais président ou entraîneur sur un match comme ça, je ferais une crise cardiaque. On a l’impression que ça ne peut arriver qu’à nous. Tu mènes, tu peux jouer tranquillement les coups à fond et puis tu te fais égaliser. Au multiplex, ils ont dû dire «but à Toulouse!», «but à Toulouse!», «but à Toulouse!». Comment peut-on en arriver là? Après, on sait que Monaco s’est cassé les dents ici. On avance, on aurait signé pour prendre un point ici avant le match. L’important est de bien récupérer. Il y a un sacré match ( face à Metz, NDLR ) qui nous attend dans deux semaines. Emotionnellement, notre égalisation est aussi dure pour Toulouse. Pour nous, ça aurait été vraiment très dur de perdre. On a été pris de panique, de stress, on a trop reculé. En fait, rien ne nous sera donné.»

❏ BAKARY KONÉ, capitaine du Racing. – «Dans le contenu, on n’a pas fait un match parfait puisqu’on a encaissé deux buts en fin de match. Une fois mené, je me suis dit que ce n’était pas possible de baisser la tête. Je suis allé devant, parce que Jérémy Blayac et Stéphane Bahoken étaient sortis et qu’il n’y avait qu’Idriss Saadi en attaque. J’ai tenté le coup, ça a marché. Prendre un point à l’extérieur, ça fait du bien. Mais je vois aussi qu’on a lâché et, dans notre situation, on n’a pas le droit. On a le mérite de prendre ce point, mais il faudra rester rigoureux jusqu’au bout lors des matches qui nous attendent. L’égalisation va peut-être faire mal aux Toulousains aussi.»
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 4390
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 71
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 30ème journée : Toulouse -Strasbourg

Message  67120 le Dim 18 Mar - 17:50

Thierry Laurey, entraîneur de Strasbourg : «Cela fait beaucoup de buts en peu de temps mais on va se consoler en se disant que ça ne se termine pas trop mal pour nous (2-2). On va se contenter de ça même si je pense que nous aurions mérité de l'emporter. On a eu deux minutes d'égarement qui nous coûtent cher. Il y a de la frustration comme il doit y en avoir pour les Toulousains qui ont été rejoints à la 95e minute. Ce n'est pas une mauvaise performance. J'ai dit aux gars que si on continue comme ça on va se maintenir.»
equipe
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 4390
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 71
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 30ème journée : Toulouse -Strasbourg

Message  67120 le Lun 19 Mar - 5:17

« On ne lâchera pas »
La victoire a filé sous le nez du Racing, avant-hier à Toulouse, mais d’un autre côté, la défaite lui a aussi pendu au nez. Au Stadium, les Bleus ont fait la course en tête jusqu’à la 89e , été menés deux minutes plus tard puis, dans un ultime sursaut, ont égalisé pour arracher le nul (2-2).
Plus que le point pris en Haute-Garonne qui, finalement, ne change pas grand-chose à leur situation comptable, mais constitue un joli bonus psychologique, ce sont les deux piqués sur le fil au “Téfécé” qui risquent de peser lourd dans la balance au moment du décompte final.

Psychologiquement, en effet, « il était important de stopper la mauvaise série à l’extérieur (cinq défaites d’affilée)  », a reconnu Thierry Laurey en conférence de presse. L’entraîneur a pourtant cru que les carottes étaient cuites quand Sanogo a doublé la mise à l’amorce du temps additionnel.
« On a fait les efforts ensemble »

« On a eu deux minutes d’égarement et ça nous coûte cher. Jusqu’alors, on avait plutôt fait un bon match. Je pense en toute logique qu’on aurait dû l’emporter. Quand tu prends deux buts en deux minutes, tu te dis que ce n’est pas possible de perdre un match comme ça. Tu demandes à tes joueurs d’y croire jusqu’au bout, d’allonger. Tu fais monter (Bakary) Koné pour essayer d’inverser la tendance de la tête. Il l’a bien fait. »

Juste avant le coup de sifflet final, le capitaine a en effet offert aux siens un point précieux, même si la Ligue de Football Professionnel a finalement attribué le but à Steeve Yago contre son camp, après avoir considéré que la tête plongeante et rageuse du Burkinabé n’aurait pas été cadrée sans la déviation du défenseur toulousain.

Dans l’affaire, le Racing n’a pas seulement gratté deux points aux Toulousains, il en a aussi gagné un sur la zone rouge : le 19e et premier relégable, Lille, battu 2-1 à Monaco vendredi, est rejeté à quatre longueurs. La marge des Bleus sur le barragiste virtuel, Troyes, qui a récolté le nul à Amiens (1-1), n’a en revanche pas varié (3 unités).

« On avait envie de frapper un grand coup, lâche Thierry Laurey en repassant le film du match.  Ce qui s’est passé ce soir (samedi) prouve qu’il y a encore des efforts à faire. On ne maîtrise pas grand-chose quelquefois. C’est compliqué, mais on le savait quand on a attaqué la première journée à Lyon. On savait aussi que ça le serait jusqu’à la dernière. »

S’ils restent derniers ex aequo avec Troyes sur la phase retour (2 victoires, 2 nuls, 7 défaites, 8 points sur 33) et 17es à l’extérieur (10 points sur 45), les Strasbourgeois sont toujours moins tributaires des résultats des autres que des leurs.

Thierry Laurey continue de fait de marteler son discours positiviste, plutôt content quand même d’avoir pris au Stadium un point pour lequel il aurait sans doute signé avant le coup d’envoi.

« Je n’ai rien à reprocher aux garçons. L’état d’esprit était bon, on a fait les efforts ensemble. On a manqué un peu de coffre, mais on a fait ce qu’il fallait. On est un peu dans le dur parce qu’il nous manque des solutions (allusion notamment aux six absents Mangane, Foulquier, Terrier, Lala, Da Costa et Grimm) , mais je félicite les garçons des efforts qu’ils ont faits et je leur dis encore une fois : “Si vous continuez comme ça, on va se maintenir”. S’il y a un message qu’on envoie après ce nul, c’est que jusqu’au bout, on ne lâchera pas. »

Tous les rivaux du Racing, même les plus mal en point(s), peuvent peu ou prou tenir le même discours. Dans une fin de saison où les confrontations directes seront nombreuses, avec notamment le derby Strasbourg-Metz de la prochaine journée le dimanche 1er  avril à 17h à la Meinau ou encore Lille – Amiens, la bouteille n’a pas fini de déverser son encre. Il reste aux Bleus huit chapitres à écrire, en prélude à l’épilogue qu’ils espèrent heureux.
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 4390
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 71
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 30ème journée : Toulouse -Strasbourg

Message  67120 le Lun 19 Mar - 5:21

« À la lutte avec beaucoup d’équipes »
Le meneur de jeu a sans doute été l’auteur de son meilleur match sous le maillot strasbourgeois au Stadium. S’il ne se satisfait pas du verdict final, Benjamin Corgnet décèle quelques motifs d’espoir dans l’opération maintien à mener à bien.
Absent depuis sa dernière titularisation à Dijon fin septembre et opéré du genou gauche, Benjamin Corgnet revient à son meilleur niveau. Samedi au Stadium, l’ancien Dijonnais a en tout cas éclairé le jeu du Racing. Interview express.

– Quel sentiment a dominé au coup de sifflet d’un match qui a basculé dans l’irrationnel ?


– Il y a un sentiment de déception. On a fait un match complet, on a longtemps su faire ce qu’il fallait même si on savait qu’on n’était pas à l’abri. On prend deux buts en cinq minutes et ce n’est pas normal. Notre égalisation est miraculeuse et ce match nous rappelle que ça va être difficile jusqu’au bout.
« Une grosse force de caractère »

D’un autre côté, on a montré une grosse force de caractère. Malgré la fin de la rencontre, on a aussi montré qu’on pouvait être dur à manœuvrer. On a juste trop reculé dans les derniers instants, on s’est montré moins lucide, en regardant le chronomètre. C’est compréhensible mais ça ne doit pas arriver. Toulouse n’a rien lâché non plus et il faut se satisfaire de ce nul…

– Avez-vous déjà vécu une telle fin de match dans votre carrière ?


– Trois buts en quatre minutes, c’est assez incroyable et c’est épuisant. On doit redescendre, se remettre rapidement au calme pour préparer la suite. On va surtout retenir notre force de caractère pour l’envisager.

– Considérez-vous avoir réalisé votre meilleur match avec le Racing ?


– Je me suis bien senti et je me retrouve à un poste et dans un schéma que j’affectionne. Je peux me placer dans les intervalles, chercher l’ouverture dans le dos de l’adversaire et m’appuyer sur les deux joueurs de devant (en l’occurrence Stéphane Bahoken et Jérémy Blayac samedi).

J’aurais pu faire mieux, c’est sûr, mais il est important pour moi de bien me sentir physiquement, après une tendinite qui m’a plombé une bonne partie de la saison.

J’ai l’impression qu’on a dans l’ensemble réalisé un travail d’équipe cohérent. En fait, c’est ce qui est rageant et frustrant par rapport au résultat final.

– Le fait d’apparaître dans les statistiques de l’équipe grâce à votre passe décisive sur l’ouverture du score est-il important ?


– Cela me donne envie de rééditer ce genre de performances. Je suis quelqu’un qui peut apporter dans ce collectif. Il faut encore se mettre au boulot.

– Que vous inspire l’ultime ligne droite qui vous attend après la trêve internationale, avec le seul maintien en ligne de mire ?


– De toute façon, on était au courant dès le départ que cela allait être une saison compliquée. On va être à la lutte avec beaucoup d’équipes et cela va durer jusqu’au bout. On se fout d’être dixième ou à une autre position. On veut juste se maintenir.
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 4390
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 71
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 30ème journée : Toulouse -Strasbourg

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum