27ème journée: Strasbourg - Montpellier

Aller en bas

27ème journée: Strasbourg - Montpellier

Message  67120 le Sam 17 Fév - 19:03

Racing-Montpellier HSC le vendredi 23 février à 20h45
La Ligue de Football Professionnel a fixé la programmation de la 27e journée de Ligue 1 Conforama.
La rencontre entre le Racing et le Montpellier HSC se déroulera le vendred 23 février à 20h45 à la Meinau en ouverture de la 27e journée de Ligue 1 Conforama. Elle sera diffusée sur Canal + Sport.
SO
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 4734
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 71
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 27ème journée: Strasbourg - Montpellier

Message  67120 le Mer 21 Fév - 5:32

Fabien, sang montpelliérain
Fabien Lefèvre, adjoint de Thierry Laurey, a passé plus de vingt ans à Montpellier, en tant que joueur puis entraîneur. À quelques jours de recevoir le MHSC à la Meinau, il ouvre la boîte à souvenirs.
Fabien Lefèvre est bien placé pour parler de Montpellier, prochain adversaire du Racing. L’ancien milieu offensif a en effet œuvré onze ans sous le maillot du MHSC, avant d’enchaîner par onze autres années, cette fois en tant qu’entraîneur au centre de formation. Sans oublier les saisons passées, plus jeune, dans la pépinière héraultaise…
«Si Montpellier est sixième, ce n’est pas un hasard»

«Montpellier, j’y suis né, c’est ma ville, tout simplement», lance dans un sourire l’ancien pro âgé de 46 ans. Alors, forcément, l’adjoint à l’accent chantant a un paquet de souvenirs à raconter. Et même si certains ont plus de vingt ans, ils sont encore très frais dans son esprit.

«Mon pire souvenir, c’est cette défaite à Nîmes, en Coupe de France, en 1996 (en demi-finale, 1-0, but de Ramdane). C’était la double peine, car on ne va pas en finale et en plus, on perd un derby, en soupire-t-il encore. Cette défaite, elle a fait très mal.»

Ce d’autant plus que Fabien Lefèvre a toujours eu un petit coup de cœur pour cette Coupe de France parfois mal aimée des joueurs pros. «Le championnat, c’est différent, c’est le quotidien. Mais la Coupe, ce sont les matches couperet et je garde de très bons souvenirs de certaines demi-finales et de certains quarts», lance-t-il.

Mais le meilleur souvenir du milieu de terrain aux plus de 200 matches sous le maillot montpelliérain correspond tout de même à une soirée de Ligue 1. «C’était contre Bastia. J’avais mis un triplé dans un match fou, qu’on avait gagné 4-3 (le 19 octobre 1995, NDLR)  », se marre encore Lefèvre.

D’une manière générale, le milieu des années 1990 est synonyme de grand bonheur pour “Fabi” au sein de son club formateur. «En 1994, on était une bande de sept à huit jeunes formés au club et à intégrer le groupe pro. C’est l’année où j’explose, en plus. On était vraiment une bande de potes, avec quelques anciens, comme Der Zakarian, Baills ou Thierry (Laurey) qui nous encadraient. Débuter comme cela, c’était l’idéal», se remémore l’adjoint.

En 1997, Fabien Lefèvre signe à Monaco, où il reste deux ans, avant de filer à Nancy. Mais en 2000, il retourne au MHSC, descendu en D2. «Ce deuxième passage à Montpellier, j’en ai un souvenir plus mitigé. J’étais devenu l’ancien, c’était complètement différent», évoque-t-il.

Fin 2004, il raccroche les crampons et intègre dans la foulée le centre de formation. Jusqu’en 2015, année où il rejoint Laurey sur le banc du Gazelec d’Ajaccio.

Mais il a toujours un œil avisé sur le club sudiste. Et ce qu’il voit, c’est une équipe qui s’annonce «très difficile à manœuvrer». «Les chiffres parlent d’eux-mêmes: Montpellier, c’est la meilleure défense de Ligue 1 derrière le PSG. S’ils sont sixièmes, ce n’est pas un hasard. C’est très solide avec cette défense à cinq bien huilée. Les deux latéraux (Roussillon et Aguilar) sont très performants. C’est une équipe qui reste derrière et aime contrer… Franchement, c’est presque plus simple de les jouer à la Mosson.»

À l’aller, dans l’Hérault, le Racing avait réalisé un match intéressant, récoltant un point précieux (1-1). La manche retour s’annonce donc tout aussi disputée. Fabien Lefèvre, lui, voudrait surtout qu’elle débouche sur un succès.

«Ça va me faire plaisir de revoir le président, l’entraîneur et tous mes amis de là-bas, conclut “Fabi”. Mais après, je ne ferai pas de sentiment. Au match aller, quand Idriss (Saadi) a marqué, j’étais debout», lance-t-il. Et il espère bien avoir l’occasion de surgir du banc, bras levés, vendredi à la Meinau…
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 4734
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 71
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 27ème journée: Strasbourg - Montpellier

Message  67120 le Mer 21 Fév - 11:46

Fabi, Loulou et Montpellier


Pour Fabien Lefèvre, dit « Fabi », l’un des adjoints de Thierry Laurey, Montpellier représente 32 années de sa vie sportive. Il en retrace ici quelques tranches.

LES JUMEAUX DE LATTES

« Je suis né à Montpellier le 14 novembre 1971. J’avais huit ans lorsque les dirigeants de Montpellier sont venus me chercher, avec Laurent, mon frère jumeau, à Lattes, mon premier club. J’ai fait toutes les catégories d’âge avec des coaches comme Jean-Louis Gasset, Serge Delmas ou Régis Durand. C’était la belle vie. Mes parents tenaient un café en ville. Je vivais mon rêve de devenir professionnel, chez moi, dans le club de mon cœur ».

« LE SEUL TRIPLÉ DE MA CARRIÈRE »

« C’est Henri Kasperczak qui m’a fait disputer mon premier match en pro contre Nantes en 1992. Avec une bande de jeunes comme Christophe Sanchez, Bruno Carotti ou Jérôme Bonnisel, on a peu profité des difficultés financières du club pour avoir notre chance. J’étais un milieu travailleur toujours au service des autres, plutôt discret dans mon attitude. Je courais pour tout le monde. Mes souvenirs marquants ? Un triplé contre Bastia, le seul de ma carrière mais aussi la défaite en finale de la Coupe de France 1994 contre Auxerre (0-3). Et surtout l’élimination en demi-finale face à Nîmes, le voisin alors en National ».

LAUREY ET DER ZAKARIAN, LES LEADERS

« J’ai évidemment joué avec Thierry Laurey et Michel Der Zakarian, les deux entraîneurs qui s’affrontent ce vendredi. Ils étaient associés en défense centrale. Ils avaient tous deux une âme de chef. Michel avait le don de soi. Thierry aussi mais en plus réfléchi. Il parlait beaucoup. J’étais un peu plus proche de Der Zakarian. C’était une belle période. Je ne me projetais pas, je n’envisageais pas, alors, une carrière d’entraîneur. Avec Thierry, on s’est retrouvé au Gazelec d’Ajaccio. On a appris à mieux se connaître. Rester dans l’ombre ne me gêne pas. Je ne suis pas obsédé par l’idée d’être numéro un, un jour. Je suis entraîneur comme j’étais joueur. Je suis au service ».

LES MILLE FRANCS DE LOULOU

« Louis Nicollin ? C’était mon deuxième père, le deuxième père de tout le monde d’ailleurs. Il était tellement proche. Il nous a parfois traités de ‘petits cons’ mais il avait un cœur énorme. Je me souviens d’une finale de Coupe du Languedoc, en juniors, j’avais 18 ans, contre Frontignan. On avait été insultés, on nous crachait dessus. Une ambiance horrible. Mais on avait été solides. Après notre victoire, Loulou, pour nous féliciter, nous a donné à tous une prime de mille francs. La première de ma carrière. Je l’ai vu une dernière fois trois mois avant son décès. Je lui ai offert un maillot du Racing pour son musée personnel. C’était un homme chaleureux, attentif ».

LE MACARON SUR LE MAILLOT

« Affronter Montpellier ? C’est forcément un peu spécial. Il y a le macaron sur le maillot, le mien pendant si longtemps. Et tous ces gens que je suis heureux de revoir. Après, il y aura le match et surtout une équipe très difficile à contourner, qui encaisse très peu de buts et maîtrise parfaitement son système de jeu. Montpellier ou pas, nous avons trois points à conquérir ».

SES ANNÉES MONTPELLIÉRAINES


  • 1980-1991 : Centre de formation et équipes de jeunes.
  • 1991-1997 : Equipe professionnelle (176 matches, 25 buts). Trois sélections en Equipe de France espoirs lors de la saison 1993/94.
  • 2000-2004 : Retour au bercail après des passages à Monaco et Nancy.
  • 2004-2013 : Entraîneur des équipes de jeunes (U15, U17, U19). Il remporte le trophée des centres de formation en 2010.
  • 2013-2015 : Entraîneur de l’équipe réserve avec laquelle il monte en CFA en 2014.SO

SO
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 4734
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 71
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 27ème journée: Strasbourg - Montpellier

Message  67120 le Jeu 22 Fév - 5:52

Gonçalves forfait ?

Anthony Gonçalves , touché au mollet lundi à l’entraînement et ménagé mardi, ne s’est pas non plus entraîné hier. Sa participation au match de vendredi est compromise, si l’on en croit Thierry Laurey. « Il va encore faire des examens, mais pour affronter Montpellier ça risque d’être trop juste. On ne prendra pas de risques », a souligné le coach.

Martin Terrier , victime d’une entorse à la cheville, s’est contenté d’un footing et d’un travail d’appuis, hier matin. Mais l’attaquant pourrait faire son retour pour la réception de Montpellier. Laurey devrait prendre sa décision après le dernier entraînement, fixé cet après-midi (15h30).
dn,a
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 4734
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 71
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 27ème journée: Strasbourg - Montpellier

Message  67120 le Jeu 22 Fév - 15:51

Gonçalves et Nogueira out, Terrier apte, Zemzemi qualifié
 Moataz Zemzemi, la recrue hivernale du Racing. 
Anthony Gonçalves, touché au mollet lundi à l'entraînement et ménagé mardi et mercredi, a dû déclarer forfait pour la réception de Montpelier, demain (20h45) à la Meinau. Vincent Nogueira, victime d'une petite entorse à la cheville, ne sera pas apte lui non plus. En revanche, Martin Terrier, qui se remet du même mal que Nogueira, devrait a minima, sauf contre-indication durant l'entraînement de cet après-midi, faire son retour dans le groupe. Groupe que pourrait intégrer pour la première fois Moataz Zemzemi, la recrue hivernale du Racing, enfin qualifiée.
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 4734
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 71
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 27ème journée: Strasbourg - Montpellier

Message  67120 le Jeu 22 Fév - 17:25

Seka: "On est prêts mentalement"
Ernest Seka estime que le Racing ne s'est pas dérobé sur la pelouse du Parc des Princes face au PSG, malgré la large défaite (5-2). Une attitude qui lui a plu et qui devrait permettre à son équipe de rivaliser avec Montpellier. L'équipe héraultaise n'est pourtant pas un cadeau à en croire Thierry Laurey. L'entraîneur strasbourgeois se méfie d'une formation bien campée sur son schéma à trois défenseurs centraux. Pour autant, il entend imposer sa façon de penser aux visiteurs d'un soir.
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 4734
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 71
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 27ème journée: Strasbourg - Montpellier

Message  67120 le Jeu 22 Fév - 19:08

Martin Terrier dans le groupe pour affronter Montpellier
 Strasbourg recevra Montpellier avec son jeune attaquant Martin Terrier vendredi (20h45).
Un temps incertain en raison d'une douleur à la cheville contractée contre Paris, Martin Terrier fait bien partie du groupe strasbourgeois qui accueillera Montpellier vendredi soir. En revanche, Benjamin Corgnet, absent depuis la 9e journée, est encore trop juste et jouera avec la réserve. Anthony Gonçalves et Vincent Nogueira sont eux blessés et ne figurent pas dans le groupe de 18 joueurs retenus par l'entraîneur Thierry Laurey.
Le groupe strasbourgeois

Oukidja, Kamara - Seka, Salmier, Koné, Foulquier, Martinez, Lala - Aholou, Grimm, Martin, Lienard, Terrier, Blayac - Bahoken, Da Costa, Saadi, Zohi
equipe
.
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 4734
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 71
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 27ème journée: Strasbourg - Montpellier

Message  67120 le Jeu 22 Fév - 19:16

l'état des lieux au Racing Terrier et Blayac d'entrée?
Thierry Laurey devrait revenir demain à son schéma préférentiel, à savoir un 4-4-2 en losange, au sein duquel Jérémy Blayac et Martin Terrier devraient être alignés d'entrée.
Thierry Laurey a beau ne pas choisir sa composition d'équipe en fonction de son adversaire, il avait fait une exception samedi dernier pour le déplacement au Parc des Princes en modulant son 4-4-2 en un 4-1-4-1 censé offrir plus de garanties pour résister autant que faire se peut à la puissance de feu du PSG.

Contre Montpellier, demain soir, c'est bien dans son schéma tactique traditionnel, avec milieu en losange, que devrait jouer le Racing. Remis de son entorse, Martin Terrier pourrait bien débuter en soutien de la paire d'attaquants composée de Stéphane Bahoken et Jérémy Blayac dont se serait la quatrième titularisation de la saison. Ce sont Ernest Seka et Nuno Da Costa, qui n'a pas terminé l'entraînement cet après-midi après que Thierry Laurey lui a demandé de regagné le vestiaire en raison de son manque d'écoute, qui sortiraient du onze de départ.

Bien que qualifié depuis cette semaine, le Tunisien Moataz Zemzemi n’a pas été retenu dans le groupe. Un groupe que réintègre Kevin Zohi pour la troisième fois, après Grenoble et… Montpellier, en raison des absences cumulées d’Anthony Gonçalves (mollet) et Vincent Nogueira (entorse cheville).

L'équipe probable: Oukidja - Foulquier, Koné (cap.), Martinez, Lala - Martin, Aholou, Terrier, Lienard - Bahoken, Blayac. Remplaçants: Seka, Salmier, Grimm, Da Costa, Saadi, Zohi, Kamara (g).
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 4734
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 71
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 27ème journée: Strasbourg - Montpellier

Message  67120 le Ven 23 Fév - 5:32

Une affaire en or ?
En s’imposant face à Montpellier, ce soir à la Meinau, le Racing pourrait réaliser une superbe opération au classement. Mais sa mission s’annonce ardue face à une équipe héraultaise très à l’aise dans son costume de trouble-fête à la défense de fer et au moral d’acier.
C’est un temps que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaître. Et pour cause ! Montpellier n’a plus gagné à la Meinau depuis le 5 avril 1994 (1-0). Ce jour-là figuraient dans les rangs héraultais Michel Der Zakarian, l’actuel coach du MHSC, mais aussi l’entraîneur strasbourgeois Thierry Laurey et son adjoint Fabien Lefèvre. Trois hommes qui se retrouveront face à face dans l’enceinte bas-rhinoise.

Depuis donc, jamais le club pailladin ne l’a emporté en Alsace. Il y reste carrément sur neuf revers, même si le dernier date un peu, pour cause de descente aux enfers du Racing (1-0, le 4 août 2008 en Ligue 2). Un Racing qui se verrait bien infliger une “decima” aux protégés de Der Zakarian en ouverture de la 27e journée de Ligue 1.
« Il ne faut pas trop musarder »

Seul hic : Vitorino Hilton et ses coéquipiers se sont forgé de nouvelles ambitions, échafaudées sur une défense de fer, certes un peu moins imperméable depuis quelque temps (13 buts encaissés lors de leurs 7 derniers matches, toutes compétitions confondues).

Le hasard du calendrier fait qu’en sept jours, le Racing va se mesurer aux deux meilleures arrière-gardes de L1. Au Parc des Princes, il a transpercé deux fois – défaite 5-2 – celle du PSG (19 buts concédés). Et voilà que ce vendredi débarque à la Meinau un bloc défensif héraultais qui n’a cédé qu’à 21 reprises en 26 journées.

« Je ne suis pas surpris de la bonne saison de Montpellier, avoue Thierry Laurey, grand ancien de la maison pailladine. Les Montpelliérains ont changé de système contre Paris (0-0 le 23 septembre). Ils ont poursuivi dans cette voie à Monaco la semaine suivante (1-1 le 29). Et depuis qu’ils jouent à trois centraux derrière, ça leur sourit. C’est tout à leur honneur d’avoir modifié leur schéma. Même quand ils sont moins performants, ils peuvent s’appuyer sur leur solidité pour gratter des points. Résultat : ils possèdent l’une des deux meilleures défenses et sont en course pour la cinquième place. »

À l’aller le 19 août, lorsque le Racing est allé gratter le point du nul à la Mosson (1-1), personne ne pouvait prédire que le MHSC accomplirait un tel parcours. À l’époque, le promu strasbourgeois avait ouvert le score, avant de souffrir dans les vingt dernières minutes et de concéder l’égalisation. « Je n’oublie pas que sans un but valable refusé à Sio, Montpellier l’aurait emporté », relativise d’ailleurs Thierry Laurey, lui qui pressent que la mission des Bleus ne sera pas plus aisée tout à l’heure.

« Depuis qu’il évolue avec ce système à trois axiaux, Montpellier a très peu été tordu à l’extérieur, hormis à Paris (4-0) et Monaco (2-0 en demi-finale de la Coupe de la Ligue). À nous de nous faire respecter chez nous, même si on sait que ce sera très difficile face à une équipe très réaliste. »
Ce 27e acte pourrait profiter au Racing en cas de victoire


La victoire contre Troyes il y a douze jours, synonyme de bouffée d’oxygène au classement, n’a pas été anéantie par la sortie de route, finalement assez bien contrôlée, de samedi au Parc. Du coup, les Bleus abordent ce 27e épisode 2017-2018 sans angoisse. « Nous sommes dans une position correcte, considère leur coach. Mais il ne faut pas trop musarder. Nous sommes sereins. Il n’y a aucune inquiétude. Si nous devons attendre la dernière journée (pour assurer le maintien, ndlr) , nous attendrons. Il n’y a pas de pression par rapport à ça. On trace notre chemin, on essaie de faire du mieux possible. Les garçons s’accrochent. »

En battant Montpellier, ils pourraient même décrocher quelques-uns de leurs concurrents directs au terme d’un 27e acte au cours duquel certains pourraient laisser des plumes.
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 4734
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 71
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 27ème journée: Strasbourg - Montpellier

Message  67120 le Ven 23 Fév - 5:35

L’ambition est revenue
Souvent cantonné à la deuxième moitié de tableau depuis son unique titre de champion de France en 2012, Montpellier ne cache plus viser désormais la 5e place, distante d’un point seulement.
Voilà déjà quelque temps que Michel Der Zakarian n’élude plus la question. Ni ses joueurs non plus. Et l’entraîneur montpelliérain l’a répété mercredi en conférence de presse : « J’espère que mes joueurs ont l’ambition de jouer la cinquième place et de combattre jusqu’au bout pour ça. Ça fait deux-trois ans que le club lutte pour se sauver. Aujourd’hui, nous sommes sixièmes. Il vaut toujours mieux jouer en haut qu’en bas. »
« Les copains ? Ça fait surtout plaisir de les taper »


Malgré le décès de son emblématique président Louis “Loulou” Nicollin le 29 juin, Montpellier a gardé sa ligne directrice, incarnée par son fils Laurent, qui avait déjà pris la direction opérationnelle ces dernières années.

Au fil de performances régulières et souvent de qualité, l’indémodable Vitorino Hilton (40 ans) et ses partenaires se sont invités au bal des prétendants à l’Europe et comptent bien ne pas quitter la piste alors que les deux tiers du championnat ont été franchis.

Appelé à s’exprimer avant-hier devant les médias, le latéral droit Ruben Aguilar, arrivé d’Auxerre l’été dernier et crédité d’une convaincante saison personnelle, résume lui aussi le sentiment général qui prévaut ces temps-ci dans les coursives de la Mosson : « Notre objectif est de jouer le haut du tableau. Nous pouvons postuler à une place européenne. Donc oui, nous avons envie d’aller la chercher. Dans la carrière d’un joueur pro, les compétitions européennes, c’est toujours excitant, surtout quand on n’en a jamais joué ».

Aussi, après avoir poussé une colère au terme du nul domestique concédé contre Guingamp samedi (1-1), Michel Der Zakarian a vite tourné la page. « J’ai dit ce que j’avais à dire et les gars ont vu les vidéos. On est en droit de manquer un match, mais aussi d’attendre une réaction. Le foot est un éternel recommencement. Il faut toujours se remettre en question, désamorce l’entraîneur héraultais. On va à Strasbourg avec l’ambition de ramener les trois points, de gagner. »
« Un public extraordinaire »

Ne voyez cependant aucune forfanterie dans ses propos. Loin de lui l’idée de sous-estimer le Racing venu chercher le nul à la Mosson le 19 août (1-1, 3e journée). « On va jouer une équipe strasbourgeoise très difficile à manœuvrer chez elle, avec un public extraordinaire qui sublime ses joueurs. Si nous avions un tel public à la Mosson, ce serait un peu plus facile. Je pense que nous aurions quelques points de plus. »

Comme Thierry Laurey qui retrouvera « de nombreux visages connus » dans les rangs de Montpellier dont il a longtemps porté les couleurs, le technicien montpelliérain croisera ce soir tous ses anciens coéquipiers des années 1980-1990.

« Je connais tout le staff, Thierry (Laurey), Fabien (Lefèvre, l’adjoint) , Jean-Yves (Hours, le coach des gardiens). On a joué un petit moment ensemble. Les copains, ça fait plaisir de les revoir, mais ça fait surtout plaisir de les taper (sourire). »
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 4734
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 71
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 27ème journée: Strasbourg - Montpellier

Message  67120 le Ven 23 Fév - 20:47

En réalité, on en est à zéro et ça pourrait être pire. Félicitation dès à présent aux 20000 spectateurs attendus. Ce sera en gros le chiffre officiel, mais il n'est pas garanti que 15600 abonnés soient tous présents.
.
Le Racing aura pourtant bien besoin du soutien inconditionnel des siens, ce dont se chargera le kop envié de la France entière. On sait enfin que face à la forteresse montpelliéraine, les Strasbourgeois vont souffrir. L'occasion est néanmoins belle de se donner un peu plus d'air, comme il y a deux semaines à l'occasion de la réception de Troyes.
.
Voici la composition des équipes, copie conforme de ce que nous vous annonçions ce matin dans votre quotidien préféré.
RACING : Oukidja ; Foulquier, Martinez, Koné (cap.), Lala ; Aholou, Lienard, Martin, Terrier ; Bazhoken, Blayac.

MONTPELLIER : Lecomte ; Aguilar, Congré, Hilton (cap.), Mendes, Mukiele ; Skhiri, Lasne ; Sambia, Mbenza ; Sio.

Le milieu en losange strasbourgeois avec Terrier en soutien de la doublette d’attaquants Bahoken/Blayac est bien là. Tout comme, côté Montpelliérain, cette redoutée défense à cinq avec trois défenseurs centraux et deux latéraux prompt à créer le danger dans leur couloir respectif.

La rencontre sera arbitrée par Amaury Delerue. La 13e de Ligue 1 pour lui cette saison, la première du Racing.
.

C'est parti, malgré les quelques volutes de fumée engendrées par les fumigènes utilisés par la quarante de supporters de La Paillade présents.
.
Une première inattention de la défense strasbourgeoise aurait pu servir les desseins de Paul Lasne, mais Alexandre Oukidja, lui, était sur ses gardes.
.
On le savait et c'est bien le cas. Il va falloir se montrer sacrément patient, mais aussi vigilant et autoritaire sur les montées de balle visiteuse.
.
Une ouverture de Lienard pour Bahoken provoque le courroux du kop et de Thierry Laurey. Mais il n'y avait absolument rien sur l'attaquant des Bleus.
.
Le kop y va de son habituel message à la Ligue. Visiblement, la longueur des banderoles à confectionner ne l'effraie pas.
"Clubs rackettés pour quelques fumis, tribunes fermées, sanctions aveugles et arbitraires: dirigeants des clubs, quand dénoncerez-vous la mafia qui vous représente?" Le tout accompagné des immuables "La ligue, on t'enc..." repris en cœur par les supporters montpelliérains!
.
Bon, tant qu'on peut disserter sur l'animation en tribune, vous l'aurez compris, c'est qu'il ne se passe pas grand chose sur le pré...
.
Le tacle de Sambia sur Aholou est sanctionné à 30m dans l'axe. Lienard frappe le coup franc en servant Lala sur la droite, dont le centre ne donne rien.
.
Sur un corner de la droite de Dimitri Lienard, la tête de Jérémy Blayac passe au-dessus. Dans un match aussi fermé, il faudra pourtant profiter au mieux des coups de pied arrêtés.
.
En football, seul le gardien peut se servir de ses mains. Hilton est averti pour ne pas s'en être souvenu.
.
Le Racing peine face au double rideau héraultais, une ligne de cinq, une ligne de quatre. Thierry Laurey vocifère, réclame du mouvement, des décrochages. Il ne ménage pas ses hommes mais sait à quel point il faut être rigoureux et mobile ce soir.
.
Au tour de Giovanni Sio, un brin trop râleur, de voir jaune.
.
M. Delerue est chaud. Troisième carton en six minutes. Bahoken y a droit pour un excès d'engagement sur Hilton.
.
Y aurait-il concours entre les arbitres? Et de quatre en un rien de temps. Mendes est averti à don tour pour un tacle appuyé sur Terrier.
.
Sur le coup franc, Lienard dépose le cuir sur la tête de Blayac qui cherche Koné au second poteau. Lecomte s'interpose.
.
Le plus gros frisson juste avant la pause. Martinez, impeccable jusque-là, se troue sur une ouverture de Mukiele. Quelque peu surpris, Sio, seul au point de penalty, n'en profite pas.
.
C'est donc la mi-temps. Un match compliqué, guère enthousiasmant et un bon vieux 0-0: après tout, devant Montpellier, c'est un peu ce à quoi on s'attendait.
.
0-0
.

avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 4734
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 71
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 27ème journée: Strasbourg - Montpellier

Message  67120 le Ven 23 Fév - 21:48

C'est reparti. A 20h46, quasiment à l'heure. Il est vrai qu'il n'y avait pas eu d'arrêt de jeu.
.
Après tout, pour forcer un tel verrou, pourquoi pas? Pablo Martinez tente sa chance de 40m dans l'axe. Le rebond contraint Benjamin Lecomte à pousse le ballon en corner.
.
Jean-Eudes Aholou, actif comme à son habitude.
.
Benjamin Lecomte, le Gardien de Montpellier, épisodiquement mis à contribution.
.
La frappe d'Isaac Mbenza des 18m n'inquiète pas Alexandre Oukidja.
.
Pour la première fois, le Racing parvient à construire durablement aux abords de la surface adverse. Mais à trop tergiverser, l'action avorte sur une position de hors jeu de Jérémy Blayac.
.
Jérémy Blayac, comme toujours au coeur du combat.
.
Pas simple comme match pour les attaquants, ici Jérémy Blayac, qui doivent se contenter de miettes et faire au mieux avec.
.
Un dégagement de Mendes martyrise la tempe de Martin Terrier, quelque peu sonné dans l'affaire.
.
Lienard joue rapidement un coup franc pour Jonas Martin sur l'aile droite. Le centre pour Bahoken est bien vu, mais Mendes intervient un poil plus tôt.
.
Double changement à Montpellier: Casimir Ninga pour Giovanni Sio et >Jonathan Ikoné pour Salomon Sambia.
.
Le chiffre officiel vient de tomber: 23305 spectateurs! Une fois de plus fabuleux. Par cette température, chapeau! Et à vu d'œil, les abonnés restés chez eux ne sont pas si nombreux.
.
Milles excuses. Ce n'est pas Giovanni Sio mais bien Isaac Mbenza qui est sorti tout à l'heure.
.
Sur une action anodine, Giovanni Sio, justement, fait quelque peu trembler la Meinau. Son pointu frise le second poteau d'Oukidja.
.
A ce rythme là, sans accélération, sans décalage, le Racing n'y arrivera pas. En revanche, à 20 minutes de la fin, Montpellier semble enclin à pousser ses contres au maximum. Méfiance! Resserrons les rangs!:
.
Sur coup franc, Lienard trouve la tête de Blayac. Légèrement contrée par Congré, celle-ci contraint Lecomte à une belle claquette. Sur le corner, le gardien visiteur enlève le cuir de la tête de Blazyac.
.
Stéphane Bahoken, actif mais guère en réussite dans ce contexte difficile, cède sa place à Nuno Da Costa.
.
Le gros surnombre pour Montpellier. Ninga a tout le temps de centrer à ras de terre pour Sio face à qui Koné est livré à lui-même. La sortie à ras du sol d'Oukidja est décisive.
.
Pablo Martinez est averti pour on ne sait quoi.
.
Idriss Saadi prend le relais de Stéphane Bahoken.
.
Cette fois, Sio cède bien sa place. A Souleymane Camara en l'occurrence.
.
Après un gros mic-mac, la frappe de Lienard trouver les gants de Lecomte.
.
Un nouveau coup franc de Lienard sème le trouble dans la surface visiteuse. Mais il y a décidément trop de rouges devant la cage pour espérer percer ce mur.
.
Nous entrons dans le temps additionnel, à savoir trois minutes minimum;
.
Lucien Zohi goûte à la Ligue 1, Jonas Martin sort.
.
C'est fini. Une heure plus tard, on fait le même constat: pouvait-on espérer, pouvait-on attendre autre chose face au coffre-fort montpelliérain?
.
   0-0
.
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 4734
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 71
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 27ème journée: Strasbourg - Montpellier

Message  67120 le Sam 24 Fév - 5:38

Le retour des grognards
Pour enquiquiner une équipe de Montpellier qu’il savait difficile à bouger, Thierry Laurey a titularisé en attaque, hier soir, sa vielle garde composée de Stéphane Bahoken et Jérémy Blayac. Dont le combat a été vain.
Ce n’était de loin pas une première à la Meinau. Enfin presque, cette saison, en championnat. Pour peser sur la défense à cinq de Montpellier, Thierry Laurey avait décidé de titulariser sa doublette “classique” Bahoken-Blayac, celle qui a accompagné la montée en puissance du Racing du National jusqu’en Ligue 1.

Du reste, pour la seule fois où les deux “grognards” avaient débuté ensemble dans l’élite, contre Rennes le 18 novembre dernier, déjà à domicile, le technicien bas-rhinois n’avait pas eu à s’en plaindre, ses deux attaquants lui facturant un but chacun pour un important succès (2-1).

Et malgré un temps de jeu réduit comparé à leurs stats en L2 et en National, Blayac (4 buts toutes compétitions confondues) et Bahoken (6) se sont montrés suffisamment efficaces depuis l’automne, notamment en coupe, pour faire évoluer une ligne offensive au sein de laquelle Idriss Saadi n’a pas encore donné sa pleine mesure alors que Nuno Da Costa apparaît plus en retrait depuis quelques sorties.
Joue-la comme Arsène Lupin


La mission des deux compères n’avait rien d’évident face à la deuxième défense la plus imperméable de la L1 (21 buts encaissés). Et le début de match des “BB” a donné le ton d’une soirée “portes fermées”. Les deux Racingmen ne se sont pas économisés, dans des styles différents, pour toucher un ballon qu’ils n’ont vu que de loin durant la première demi-heure. Blayac, prompt à décrocher ou à se fader des courses défensives de 30 mètres, a essayé de tenir son rôle de pivot tandis que Bahoken a cherché à résoudre le problème de son isolement par des déplacements (souvent) latéraux.

Jouer face à un bloc regroupé, plutôt inhabituel pour le promu strasbourgeois en L1, a dû rappeler quelques souvenirs aux duettistes. Aux étages inférieurs, il n’était pas rare qu’ils aient à fracturer un coffre-fort lorsque le Racing faisait figure de cador. Un autre temps… Hier, pour trouver la bonne combinaison face aux Héraultais, il fallait se muer en Arsène Lupin.

En première période, ils ne se seront trouvé que deux fois, dans le dernier quart d’heure, aux abords de la cage de Lecomte. Bien maigre mais révélateur d’une partie fermée à double tour. Leur envie de montrer, de démontrer – parfois un peu trop comme sur cet excès d’engagement de Bahoken sur Hilton qui lui a valu un carton jaune (36e ) – qu’ils étaient à la hauteur ne s’est pas tarie tout au long du match. Et c’est méritoire dans ce type de rencontre.
Les coups de pieds arrêtés sur la tête de Blayac

Pour trouver l’ouverture dans un bloc montpelliérain parfaitement organisé, il aurait cependant fallu un exploit personnel ou une plus grande réussite sur les coups de pied arrêtés qui ont souvent atterri sur la tête de Blayac. Comme sur ce coup franc de Lienard où le natif de Saint-Affrique, avec la complicité de Congré, a obligé Lecomte à une claquette (73e ). Mais dans la froidure alsacienne, aucun coup d’éclat n’est venu réchauffer les cœurs strasbourgeois. Ce qu’ils ont pu constater du banc après leur remplacement par Da Costa (76e ) et Saadi (82e ) qui n’auront pas eu plus de réussite.
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 4734
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 71
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 27ème journée: Strasbourg - Montpellier

Message  67120 le Sam 24 Fév - 5:40

Fermé à double tour
Le Racing n’a pas réussi à trouver la faille face à une équipe montpelliéraine bien en place. Sur une pelouse à la limite du praticable, les Strasbourgeois se contentent de ce point du match nul.
Quinze jours après avoir battu Troyes (2-1) dans un duel de promus, le Racing retrouvait la Meinau. Cette fois pour y affronter un sociétaire du top-10, en l’occurrence Montpellier.

Côté pile, les Strasbourgeois étaient en quête des trois points, histoire de garder une petite marge sur la zone rouge. Côté face aussi, puisque Montpellier pouvait s’installer provisoirement à la 5e place du classement de la Ligue 1 en cas de succès en Alsace.
« Aucune équipe ne mérite de gagner plus que l’autre »


Mais au final, les deux équipes en sont quitte pour un partage des points, plutôt mérité eu égard à leur prestation respective. « Sur l’ensemble du match, aucune équipe ne mérite de gagner plus que l’autre », soulignait ainsi Thierry Laurey à l’issue des débats. « Le partage des points est équitable », avançait aussi Michel Der Zakarian, le coach du MHSC.

En effet. Montpellier s’est montré solide à défaut d’être génial et les Alsaciens ont, de leur côté, quelque peu manqué d’inspiration offensive pour bousculer le bloc héraultais.

« Il n’y a pas eu beaucoup d’occasions et on aurait aimé faire mieux, analysait encore Thierry Laurey. Il y a eu de l’investissement, de l’abnégation… On a tenté des choses sans avoir la réussite voulue, sur un terrain difficile. »

Le onze sudiste, parfaitement organisé sur une base d’une défense à cinq, est le premier en action. Mais Oukidja est plus rapide que Sio (2e ). Et Montpellier se montre dangereux via trois flèches nommées Sambia, Sio et Mbenza.

Comme à la 12e , quand le gardien alsacien est tout heureux de ne voir personne à la réception d’un centre fuyant de Sambia, parti côté droit.

En face, le Racing tente patiemment de construire le jeu, mais les Montpelliérains coulissent à merveille. Aholou, Martin et Lienard ont beau faire tourner le ballon, s’approcher du but de Lecomte s’avère plus problématique.

Il y a bien ce contre, lancé par Lala, dont la passe en profondeur est trop appuyée pour Bahoken (10e ). Ou les coups de boule de Blayac, dans le jeu comme sur coups de pied arrêtés (30e , 32e , 45e ). Mais globalement, les Alsaciens peinent à passer le rideau défensif héraultais.

Et les hommes de Laurey sont même tout près de voir Sio ouvrir la marque, juste avant la pause, après une relance manquée de Martinez (45e ).

Après cette première mi-temps fermée, où les deux équipes ont laissé beaucoup d’énergie dans les duels, les espaces vont-ils s’ouvrir ? Pas vraiment. Martinez est le premier à s’illustrer au retour des vestiaires, avec une frappe des… 35m. Signe, s’il en est, que les Alsaciens peinent toujours à s’approcher de la cage adverse.
Une possession stérile

La pelouse, glacée et très abîmée par endroits, n’aide en rien les tripoteurs de ballon. Et même si le Racing monopolise le ballon, cette possession reste stérile face à une arrière-garde sudiste expérimentée, où Hilton, Mendès ou Congré font le ménage sans trembler.

À l’image de ce centre de Martin, où Bahoken voit sa frappe contrée in extremis (60e ).

À l’entame du dernier quart d’heure, le Racing s’offre une nouvelle opportunité, Congré manquant de tromper son propre gardien après une tête de Blayac. Mais Montpellier n’a pas non plus dit son dernier mot.

Sur une accélération de Ninga, “Ouki” sauve le point du nul dans les pieds de Sio (76e ), avant que l’arbitre de touche ne lève son drapeau pour un hors-jeu limite de Sio (85e ).

Sur une pelouse transformée en tranchée, la fin de match est décousue. Les Alsaciens tentent quelques rushs, mais Montpellier ne rompt pas. « On n’a pas pris de but, c’est une bonne chose parce que c’est rare, mais à l’avenir il faudra être plus dangereux dans la surface », estimait Thierry Laurey.

Avant de conclure : « 0-0, ce n’est pas le résultat qu’on voulait, mais on s’en contente ».
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 4734
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 71
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 27ème journée: Strasbourg - Montpellier

Message  67120 le Sam 24 Fév - 5:47

Oukidja avait la main chaude
Peu sollicité en première période, le portier strasbourgeois a réussi les interventions qu’il fallait quand Montpellier a commencé à montrer les dents après la pause et a ainsi gardé sa cage inviolée.
OUKIDJA (7). – Le portier bas-rhinois n’a pas eu grand-chose à faire en première période. Mais il a davantage dû s’employer après le repos. Il a d’abord bondi sur sa droite pour se saisir d’un tir croisé appuyé de Mbenza (52e ), puis a détourné du bout des doigts un pointu de Sio (69e ). Il a parachevé son match abouti par un sauvetage dans les pieds de l’Ivoirien, sur un centre tendu de Ninga (76e ).

❏ FOULQUIER (5). –
Le latéral droit s’est embarqué deux ou trois fois dans des montées rageuses durant le 1er  acte pour apporter le surnombre. La plus spectaculaire, à la 20e , s’est conclue par une charge plus maladroite que méchante sur Pedro Mendes. Beaucoup plus discret par la suite, comme l’ensemble d’une arrière-garde bas-rhinoise contrainte de veiller au grain.
Martinez ne s’est pas rassuré

❏ KONÉ (6). –
Le capitaine n’a pas donné dans les grandes envolées lyriques. Il s’est juste appliqué à bien faire ce qu’il avait à faire, en multipliant les sorties décidées sur le porteur. Il n’a jamais vraiment été mis en difficulté, même s’il couvre sans doute Giovanni Sio lorsque celui-ci marque un but refusé pour hors-jeu (84e ). Pas flamboyant, mais solide.

❏ MARTINEZ (4). – Mécontent de sa prestation à Paris, le défenseur axial ne s’est de nouveau pas montré sous son meilleur jour. Il a souvent peiné à museler Sio. L’ex-Angevin, qui a fini par écoper d’une biscotte (80e ), s’est aussi troué sur un tacle glissé qui aurait pu coûter cher (76e ). Ses jaillissements dans les pieds de Mbenza (29e , 44e ), Sio ou Aguilar (68e ) et son tir de 35 m (47e ) n’ont pas suffi à rétablir une balance globalement négative.

❏ LALA (5).
– De nouveau aligné sur le flanc gauche de la défense, l’habituel latéral droit a alterné le bon et le moins bon. Il a, surtout en début de partie, perdu quelques ballons. On le sent moins à l’aise dans ce registre. Un sentiment qu’à l’évidence, il partage, puisqu’il a régulièrement permuté avec Foulquier. Un match honnête, sans plus.

❏ MARTIN (5). – Repositionné sur le côté droit du losange, l’ancien Sévillan a retrouvé le rôle qu’il affectionne. Mais comme ses partenaires de l’entrejeu, il a, malgré sa bonne volonté, eu du mal à s’extraire de la toile d’araignée tissée par le MHSC. En sortant à la 90e +2, il a permis à Kevin Zohi d’effectuer ses grands débuts avec les pros.

❏ AHOLOU (5). – Très présent en première période dans son rôle de métronome, l’homme en forme de ce début d’année a été moins influent après le repos. Sans doute parce qu’il a lui aussi donné priorité à sa tâche défensive, devenue indispensable à mesure que Montpellier s’enhardissait.

❏ LIENARD (6). – Le milieu gauche n’a, comme d’habitude, pas ménagé sa peine. Son influence ne s’est pas limitée à la justesse de sa patte gauche sur coups de pied arrêtés. S’il n’a rien réussi de décisif, malgré une jolie tentative dans la niche du gardien héraultais (86e ), il n’a jamais cessé de se rendre disponible pour ses partenaires.

❏ TERRIER (4). – Replacé en pointe haute du losange comme il l’avait parfois été cette saison, l’international espoirs a peiné à trouver ses marques. Les conditions hivernales ne favorisent pas son expression footballistique. Il attend des jours meilleurs, dans tous les sens du terme.

❏ BLAYAC (6). – Titularisé pour venir troubler la défense à trois têtes de Montpellier, l’avant-centre s’est parfaitement acquitté de sa mission. Son travail en déviation et sa protection du ballon dos au but ont encore été précieux pour un Racing qui a souvent sauté les lignes. Ses deux bons coups de tête, le premier au-dessus (30e ), le second difficilement repoussé par Lecomte (40e ), auraient pu donner plus de relief encore à sa performance. Il s’est “éclipsé” à la 82e , remplacé par Idriss Saadi.

❏ BAHOKEN (5). – Lui non plus ne s’est pas économisé. Dans son style caractéristique, ‘’Steph’’ est allé au charbon. Mais il lui a toujours manqué un petit quelque chose pour échapper à la surveillance étroite de ses gardes du corps successifs, Hilton (16e ) et Mendes (60e ) se chargeant de le contrer in extremis. Il n’a jamais levé le pied, ce qui lui a d’ailleurs valu d’être averti pour un excès d’engagement sur Hilton (37e ). À la 76e , il a cédé sa place à Nuno Da Costa.
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 4734
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 71
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 27ème journée: Strasbourg - Montpellier

Message  67120 le Dim 25 Fév - 5:36

Toujours ça de pris…
Le Racing n’a pas réalisé un grand match, vendredi soir à la Meinau, face à Montpellier. Mais les hommes de Thierry Laurey ont tout de même pris un point sur leur terrain. Mieux que rien…
On ne va pas se mentir. Vendredi soir, les spectateurs de la Meinau n’ont pas assisté à un grand spectacle.

Dans une enceinte glaciale à la pelouse souffreteuse – qui a terminé la soirée éparpillée façon puzzle –, les plus de 23 000 spectateurs présents ont même fini par s’ennuyer ferme.

Hormis peut-être les quelques milliers de fans du “mur bleu”, qui se sont désintéressés du carré vert pour régler leurs comptes avec une Ligue Professionnelle de Football (LFP) jugée trop répressive (*).
« Il nous a manqué quelques détails »

Mais sinon, il faut bien avouer que ce match entre le Racing et Montpellier n’a pas vraiment donné des raisons de s’enthousiasmer.

Entre une équipe de Strasbourg qui a tourné en rond, en cherchant en vain la faille dans la défense adverse, et une équipe de Montpellier solide, mais qui n’a quasiment rien proposé offensivement parlant, le score final, nul et vierge, est somme toute logique.

« On a eu du mal à bien sortir le ballon face à une équipe athlétique, qui a un peu plus l’habitude de jouer sur cette pelouse, analysait Michel Der Zakarian, le coach montpelliérain. Et quand on n’a pas le ballon, il faut savoir bien défendre. »

Dans ce secteur, les Strasbourgeois ont pris une leçon d’efficacité vendredi soir. Le trio Hilton - Mendes - Congré s’est en effet montré d’une solidité sans faille face aux attaquants strasbourgeois.

« On n’a pas eu des tonnes d’occasions et les tirs n’ont pas toujours été cadrés, reconnaissait Thierry Laurey. On va dire que l’on a eu des situations, mais pas de grosses occasions. »

Mais si le secteur offensif strasbourgeois a semblé en panne de solutions face à un quintette défensif bien huilé, les coéquipiers de Bakary Koné peuvent tout de même tirer quelques motifs de satisfaction de cette rencontre.

Eux qui pointent à l’avant-dernière place du classement des défenses de Ligue 1 – avec 47 buts encaissés en 27 journées – ont gardé leur but inviolé. Mine de rien, « c’est assez rare et ça fait du bien », comme le soulignait Thierry Laurey.
« Il faudra être plus dangereux devant le but »

En effet. Avant ce 0-0 face à Montpellier, les Strasbourgeois avaient seulement terminé trois rencontres sans encaisser de but (**).

L’autre motif de satisfaction est l’état d’esprit affiché par le onze alsacien. Certes, les Strasbourgeois, on l’a déjà dit, n’étaient pas dans un grand soir. Mais ils se sont accrochés pour ne pas laisser filer un point qui risque de s’avérer important en fin de saison.

« Dans l’ensemble, on ne peut pas reprocher aux gars de ne pas se battre, avançait Thierry Laurey. On n’a pas tout maîtrisé non plus, loin de là, et il nous a manqué quelques détails. Sur ce terrain, c’est dur d’aller vite, d’accélérer le jeu vers l’avant. Mais les joueurs ont fait beaucoup d’efforts et prendre un point est le minimum. »

Sûr que des attaquants aux défenseurs, les Strasbourgeois n’ont pas ménagé leurs courses pour couper court aux tentatives de contres montpelliérains. Reste désormais à conserver cette solidité tout en retrouvant plus de tranchant.

« Il faudra être plus dangereux devant le but, c’est évident », a souligné Thierry Laurey. Et si possible dès mercredi soir, à Beauvais, face à Chambly. Car en Coupe, il est fortement conseillé de marquer pour passer…

(*) Une banderole a été déployée dans le kop en première période. « Clubs rackettés pour quelques fumis, tribunes fermées, sanctions aveugles et arbitraires/Dirigeants de clubs : quand dénoncerez-vous la mafia qui vous représente ? » (**) Face à Lille (3-0) et Caen (0-0) à la Meinau et à Bordeaux (0-3)
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 4734
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 71
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 27ème journée: Strasbourg - Montpellier

Message  67120 le Dim 25 Fév - 5:39

Zoom sur Jérémy Blayac Vaines tentatives
Même s’il est le premier à admettre que le Racing aurait dû « faire un peu plus » pour l’emporter avant-hier, l’attaquant Jérémy Blayac loue les bonnes intentions des Bleus, qui se sont fracassées sur un mur héraultais en béton armé.
Pour Jérémy Blayac, la série continue. Avant-hier à la Meinau contre Montpellier, l’avant-centre du Racing a aligné une quatorzième titularisation sans défaite en championnat (0-0). Le dernier revers du Racing lorsqu’il figurait dans le onze de départ remonte au 18 novembre 2016 à l’AC Ajaccio en Ligue 2 (2-0).

Samedi, le natif de Saint-Affrique s’est échiné à chercher la faille dans la carapace héraultaise.

« Les trois de derrière sont costauds et sont de bons joueurs. J’ai essayé, mais ce n’était pas facile. Je suis toujours content de jouer. À chaque fois que j’avais pu le faire cette saison, ça s’était bien passé. “Baho” (Stéphane Bahoken, à qui il était associé en pointe) mérite aussi. Il a marqué régulièrement, a été efficace. Tout le monde tient son rôle. J’ai essayé de peser, de poser des problèmes aux Montpelliérains par mon jeu en déviation, ma façon de bien garder la balle, d’être présent sur les centres dans la surface. Mais ils ont aussi beaucoup de présence dans le cœur du jeu. Bravo à eux. »
« Nous prenons volontiers ce point »

Essayer : le mot revient à intervalles réguliers dans son discours. Les Bleus ont effectivement tenté de déstabiliser le bloc montpelliérain. Mais ils ont surtout tourné en rond devant la deuxième défense de Ligue 1 (21 buts encaissés), à la manière de handballeurs se brisant le nez sur l’adversaire sans trouver l’ouverture.

« On a essayé, on a essayé, insiste l’Aveyronnais. Mais nous sommes tombés sur une équipe très solide qui défend vraiment bien. Les Montpelliérains ont réduit les espaces. Même quand, par moments, nous parvenions à nous installer dans leur camp et à avoir beaucoup de possession, nous n’arrivions pas à créer des décalages. Nous tentions de les contourner en faisant naviguer le ballon de droite à gauche, mais nous avions du mal à être dangereux. Nous ne nous sommes procuré des occasions que sur coups de pied arrêtés. »

L’attaquant strasbourgeois le sait : le Racing aurait même pu tout perdre sur la fin. Comme à l’aller (1-1), Giovanni Sio s’est en effet vu refuser un but qui semblait valable (lire par ailleurs).
« Pas fait un grand match, pas un mauvais non plus »

« Tant mieux pour nous si l’arbitre a refusé ce but, respire le grand Jérémy. Ç’aurait été un peu dur de perdre. Le nul est assez logique. Nous n’avons pas fait un grand match, pas un mauvais non plus. Nous avons réalisé un match correct. Mais pour gagner, il aurait fallu faire un peu plus. »

« Montpellier a la deuxième défense de Ligue 1 et a prouvé pourquoi, estime encore l’attaquant alsacien. Il est sixième et le mérite. Alors, quand on ne peut pas gagner, il faut savoir ne pas perdre. Nous n’avons pas perdu et prenons volontiers ce point. Nous n’avons pas encaissé de but non plus. Si nous renouvelons cette performance, nous gagnerons plus souvent, c’est clair. »

À onze étapes de la ligne d’arrivée, il ne perd naturellement pas de vue que ce petit pas comptable face aux Héraultais devra être suivi d’autres. S’il aurait préféré gagner, il se satisfait de ce point qui permet au Racing de se mettre sur son 31.

« On a connu une période un peu difficile en janvier. Là, on vient de prendre quatre points lors des trois dernières journées. Bien sûr, on avance plus vite quand on gagne. Mais si on doit atteindre notre objectif de 42-43 points en faisant des nuls de temps en temps, ça nous va aussi. On va quand même essayer de remporter quelques matches pour nous mettre à l’abri. »

Tenir le rythme des 31 premières journées (1,15 point de moyenne) suffirait au bonheur du promu.
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 4734
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 71
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 27ème journée: Strasbourg - Montpellier

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum