25ème journée: Strasbourg - Troyes

Aller en bas

25ème journée: Strasbourg - Troyes

Message  67120 le Sam 3 Fév - 22:04

Dimanche le 11/02/2018 à 15h

La Ligue de Football Professionnel a fixé la programmation de la 25e journée de Ligue 1 Conforama.
La rencontre entre le Racing et l’ESTAC Troyes se déroulera le dimanche 11 février à 15 heures au stade de la Meinau. Le match sera diffusé sur BeIN SPORTS.
SO
.
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 4620
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 71
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 25ème journée: Strasbourg - Troyes

Message  67120 le Sam 10 Fév - 21:09

Retour au classicisme?
Pour affronter Troyes demain (15h) à la Meinau lors de la 25e journée de Ligue 1, Thierry Laurey a rappelé les quatre joueurs laissés au repos contre Grenoble jeudi en Coupe de France et récupéré Idriss Saadi, forfait en Isère. Son onze de départ devrait être proche de son équipe type du moment.
Tous absents jeudi à Grenoble lors de la qualification du Racing pour les quarts de finale de la Coupe de France (3-0), Kader Mangane, Dimitri Foulquier, Jonas Martin, Bingourou Kamara et Idriss Saadi ont été rappelés par Thierry Laurey pour la réception de Troyes demain (15h) lors de la 25e journée de Ligue 1.

Les quatre premiers avaient été dispensés du voyage en Isère, précisément pour préparer cette échéance importante en championnat. Le cinquième, lui, avait fait l’impasse après avoir ressenti une petite douleur à l’adducteur gauche contre Bordeaux samedi dernier (0-2).

Le ‘’quintette’’ remplace numériquement le jeune défenseur Ismaël Aaneba, qui a fait ses grands débuts en pros avant-hier à Grenoble, Kevin Zohi, qui a joué tout à l’heure avec la réserve à Biesheim (Ndlr : il y a raté un penalty et l’ASCB s’est imposée 1-0), Vincent Nogueira, Yoann Salmier et le 3e gardien Landry Bonnefoi, tous trois non-retenus après la séance de cet après-midi.

Même si les mises en place de veille de match ne préfigurent pas toujours ce qui va se passer le lendemain, l’entraîneur strasbourgeois devrait revenir à une composition très classique, conforme à son équipe type du moment.

Par rapport au 8e de Coupe à Grenoble, la défense devrait ainsi être remaniée à 100 %. Jean-Eudes Aholou, Martin Terrier, Nuno Da Costa, tous trois remplaçants au Stade des Alpes (Ndlr : les deux premiers y sont entrés en jeu et Martin Terrier a même inscrit le but du break à la 79e), et Jonas Martin figureront eux aussi en principe dans le onze de départ.

Une incertitude demeure : le poste de gardien. Qui, d’Alexandre Oukidja, l’habituelle doublure, ou Bingourou Kamara, le titulaire désigné en début de saison, jouera ce dimanche ? Thierry Laurey a refusé d’en dire plus en conférence de presse : « Vous verrez demain. La nuit porte conseil. » Dans son esprit, la hiérarchie ne semble cependant plus aussi nette. « Il n’y a pas de blanc-seing pour qui ce soit, y compris pour les gardiens », a-t-il lancé.

Le maintien d’Oukidja, performant jeudi à Grenoble et, plus généralement, à chacune de ses apparitions, pourrait être pour le coach une façon de préserver Kamara, récemment malmené par le public et sur les réseaux sociaux - de manière assez indigne et inique - après quelques prestations compliquées.
Les équipes possibles
Strasbourg : Oukidja – Foulquier, Mangane (cap), Martinez, Lala – Gonçalves, Aholou, Lienard – Martin – Da Costa, Terrier.

Remplaçants : Blayac, Bahoken, Saadi, Koné, Grimm, Seka, Kamara (g).

Absents : à Strasbourg, Corgnet (genou), Ndour, Tchamba (reprise), Zemzemi (non-qualifié), Aaneba (repos), Salmier, Nogueira, Bonnefoi (g), Zohi, Caci, Othon (choix) ;

Troyes : Zelazny – Deplagne, Hérelle, Giraudon, Cha. Traoré – Walter, Bellugou ou Azamoum – Grandsir, Nivet (cap), Khaoui – A. Niane. Remplaçants : Azamoum ou Bellugou, Obiang, Confais, Vizcarrondo, Tinhan, Ben Saada, Samassa (g).

à Troyes, Dingomé, Suk, Darbion, B. Pelé (blessés), Cordoval, Gabriel, Sissako, Caceres (choix).
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 4620
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 71
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 25ème journée: Strasbourg - Troyes

Message  67120 le Dim 11 Fév - 5:24

L’heure du dégel ?
Le Racing n’a guère le choix : pour éviter de plonger dans la crise et de s’enfoncer au classement de Ligue 1, il doit venir à bout de Troyes, une équipe elle aussi en quête de points pour son maintien.
Jusqu’à présent, l’hiver est rude, du côté de la Meinau. Très rude, même. Arrivés à la trêve hivernale avec un matelas de points conséquent pour un promu, et une confiance gonflée à bloc, les Strasbourgeois ont déchanté depuis la reprise.

En ce début d’année 2018, les chiffres sont assez cruels pour les hommes de Thierry Laurey : en cinq sorties en Ligue 1, les Bleus ont récolté trois petits points. C’était le 20 janvier dernier, face à Dijon (3-2). Les quatre autres rencontres de championnat, face à Guingamp (0-2), à Marseille (2-0), à Lille (2-0), puis face à Bordeaux (0-2), se sont toutes soldées par des zéros pointés.
« Ce serait préférable de ne pas perdre ce match »


Alors forcément, tout autre résultat qu’une victoire à domicile, qui plus est face à Troyes, 19e de Ligue 1, risque de refroidir un peu plus l’ambiance glaciale qui règne déjà en Alsace.

« Ce serait préférable de ne pas perdre ce match, c’est évident, avance Thierry Laurey. Un tournant ? Je ne sais pas, car il reste encore pas mal de rencontres. Mais il va falloir commencer à prendre des points quand même pour avancer un peu. »

Pour y arriver, le Racing pourra compter sur le petit brin de confiance acquis après la qualification à Grenoble jeudi soir, en Coupe de France (0-3), assortie d’un “clean-sheet” bienvenu.

« La victoire nous a fait du bien, c’est sûr, argue Thierry Laurey à ce sujet. Mais il faut quand même rappeler que l’on a eu de la réussite lors de cette rencontre. On n’a pas pris de but, mais on a concédé des occasions. Sans manquer de respect aux Grenoblois, face à une attaque de Ligue 1, on aurait peut-être encaissé un but au bout de 30 secondes de jeu. » En effet, en Isère, le Racing a été ballotté au milieu durant une bonne partie de la rencontre, et n’a pas toujours semblé d’une sérénité absolue à l’arrière.

Cet après-midi face à Troyes, équipe qui joue sa survie en Ligue 1, le Racing devra forcément monter son curseur d’un cran. Et montrer un visage plus conquérant et plus solide s’il veut l’emporter.

« Il faut être concentré, bien entamer la rencontre en mettant de l’impact et de l’engagement, souligne Thierry Laurey.  Mais après, les Troyens seront dans le même état d’esprit que nous… »

Comprendre : la bataille sera évidemment acharnée entre les deux équipes promues, toutes deux en quête de points en vue du maintien. Deux équipes, qui, par ailleurs, se connaissent par cœur. Ou presque.

« Ça sera un match passionnant, une belle bataille, entre deux rivaux de la saison dernière », soulignait ainsi Jean-Louis Garcia, le coach de l’ESTAC, à la veille de cette 25e journée de Ligue 1.

Au match aller, dans l’Aube, l’entraîneur troyen avait gagné la première manche (3-0) face à une équipe strasbourgeoise rapidement (et injustement) réduite à dix après l’expulsion prématurée de Nuno Da Costa. Aux Strasbourgeois de se mettre en mode “combat” pour rétablir la parité cet après-midi, dans leur antre.

« Lors d’un match face à un concurrent direct, il faut être le plus concentré possible, avançait encore Laurey hier. Le moindre fait de jeu, la moindre erreur, peut faire basculer la rencontre. Mais il ne faut pas oublier que si ça ne sourit pas en ce moment, c’est qu’il manque quelque chose. À nous d’en faire un peu plus pour que les choses s’inversent. »

Il est temps, en effet, pour le Racing, de reprendre sa marche en avant. Et de faire souffler un peu le chaud dans une Meinau qui n’attend qu’une étincelle pour lancer la période de dégel.
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 4620
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 71
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 25ème journée: Strasbourg - Troyes

Message  67120 le Dim 11 Fév - 5:30

«Programmé pour »
L’ex-Racingman Gharib Amzine, coach de la réserve auboise, assure que l’ESTAC (19e ) est préparée à lutter jusqu’à la dernière journée pour se sauver.
Trois victoires, trois nuls, trois défaites : le promu troyen avait ouvert sa saison sur un bilan équilibré et pointait au 12e rang (10e ex aequo en fait) après neuf journées, avec une marge de six points sur la zone rouge.

Mais depuis, tout s’est compliqué pour les partenaires de l’ancien Colmarien Christophe Hérelle, blessé au mollet mi-janvier contre Bordeaux (0-1) et qui effectuera son grand retour cet après-midi en défense centrale.
« Troyes est moins efficace »

Malgré un succès domestique début novembre face au Racing (3-0), les joueurs de Jean-Louis Garcia n’ont remporté que quatre de leurs 14 dernières rencontres de L1. Ils ont surtout perdu les 10 autres. Avec 12 points sur la période, ils sont derniers, même s’ils comptent un match de moins après le report de leur rencontre à domicile contre Dijon.

D’ailleurs, sitôt leur visite à la Meinau, ils enchaîneront deux nouvelles sorties capitales, toutes deux à la maison, face à d’autres candidats au maintien : Metz le samedi 17 et Dijon le mardi 20, en match en retard donc.

Éliminée mercredi en 8es de finale de la Coupe de France à Lens (1-0), l’ESTAC, 19e et relégable, marche sur des œufs. « Je ne dirai pas que l’équipe est touchée et entamée moralement », dédramatise Gharib Amzine, l’ancien joueur du FC Mulhouse (dont il a aussi été le coach) et du Racing qui, depuis 2015, entraîne la réserve auboise, en visite hier à Sarre-Union. « La situation est délicate. Ce Strasbourg - Troyes n’est pas décisif, car après, il restera beaucoup de matches. Mais le vainqueur, s’il y en a un, aspirera une bonne bouffée d’oxygène. Les deux clubs ont besoin de points et de confiance. »

Le Franc-Comtois de naissance et Alsacien de cœur, qui « navigue régulièrement entre Mulhouse et Strasbourg », ne sera pas à la Meinau. « Trop pris. » Il suivra donc à la fois de près et de loin le duel entre deux des trois clubs de sa carrière.
«L’ESTAC et le Racing sont dans une période basse»

« Les deux équipes vivent à peu près la même chose, même si le Racing vient, lui, de se qualifier en Coupe. Tu es toujours heureux de gagner en Coupe. Le championnat, c’est une tout autre pression, ton pain quotidien. Troyes est moins efficace offensivement. C’est surtout cela qu’il lui faut changer. Sa force reste son organisation. Le coach insistera là-dessus, d’autant qu’avec les retours de blessures et suspensions, il disposera d’un effectif plus étoffé et, donc, de davantage de choix. »

L’ex-international marocain assure que le club aubois n’est pas aux abois. « Quand tu es promu, tu te doutes bien que tu vas jouer le maintien. C’est aussi le cas de Strasbourg. Je reste persuadé que cinq ou six équipes vont être concernées très longtemps. Je ne sais pas si ça se jouera à l’ultime journée, mais Troyes est programmé pour. Pour ces cinq ou six équipes, la saison est faite de cycles. L’ESTAC et le Racing sont dans une période basse et vont vouloir inverser la tendance. Pour Troyes, les échéances face à des concurrents directs vont se multiplier. À nous de récolter un maximum de points pour nous extraire de la zone rouge. »
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 4620
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 71
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 25ème journée: Strasbourg - Troyes

Message  67120 le Dim 11 Fév - 14:48

Voilà le onze au coup d'envoi : Oukidja - Foulquier, Mangane, Martinez, Lala - Gonçalves, Aholou, Lienard - Martin - Da Costa, Terrier.
.
Il fait relativement doux pour la saison à Strasbourg. En revanche, la pelouse apparaît éprouvée par les derniers matches disputés à la Meinau.
.
A Troyes, l'équipe concoctée par Jean-Louis Garcia ne comporte pas non plus de grande surprise. Voilà le onze aubois qui sera soutenu par une centaine de supporters visiteurs : Zelazny - Deplagne, Hérelle, Giraudon, Traoré - Walter, Bellugou - Grandsir, Nivet, Khaoui - Niane.
.
Côté strasbourgeois, le choix fort du coach tient dans la titularisation d'Oukidja dans le but. Bingourou Kamara prend place sur le banc après son match quelconque face à Bordeaux.
.
La Meinau se remplit tranquillement. Une jolie chambrée, pour une joute entre promus, est à prévoir. Mais les UB, eux, ont bien conscience de l'importance comptable de la rencontre entre deux adversaires qui ne sont pas dans une forme éblouissante.
.
Rappelons que le Racing reste sur une série de cinq défaites en six matches de championnat. Il a su panser ses plaies en Coupe de France, notamment à Grenoble où il a pris son billet pour les quarts de finale, jeudi. La sortie dans l'Isère n'a pas été complètement rassurante, néanmoins. Les Strasbourgeois ont été chahutés par les pensionnaires de National avant de prendre le large dans le dernier quart d'heure (0-3).
.
L'Estac n'est pas dans une forme éblouissante, concédant quatre défaites sur ses cinq derniers matches. Les hommes de Jean-Louis Garcia ont été éliminés à Lens, en Coupe de France (1-0) en milieu de semaine.
.
Les Troyens débutent le match en prenant position dans le camp strasbourgeois. Au match aller, ils avaient fait preuve d'efficacité en se construisant une large victoire dans le sillage d'une expulsion sévère de Da Costa à la demi-heure de jeu (3-0).
.
Lienard vient de botter un coup franc dangereux, d'une position excentrée. Le ballon rentrant file à un mètre du cadre.
.
Mangane est blessé et demande à sortir.
.
Kone le remplace dans l'axe de la défense.
.
Le Racing n''est pas impérial pour l'instant. Il se montre énergique mais Troyes parvient à déstabiliser l'organisation alsacienne régulièrement.
.
Petite escarmouche strasbourgeoise avec un centre-tir de Gonçalves. Zelazny bloque sans difficulté.
.
Quasiment sur le contre, Grandsir lance dans la profondeur Khaoui dont le centre en retrait est repris, du plat du pied, par Walter. Oukidja bloque en deux temps.
.
Pour une charge à retardement sur Gonçalves, Bellugou récolte un carton jaune.
.
Petite escarmouche strasbourgeoise avec un centre-tir de Gonçalves. Zelazny bloque sans difficulté.
.
Quasiment sur le contre, Grandsir lance dans la profondeur Khaoui dont le centre en retrait est repris, du plat du pied, par Walter. Oukidja bloque en deux temps.
.
Pour une charge à retardement sur Gonçalves, Bellugou récolte un carton jaune.
.
C'est Gonçalves qui vient de voir jaune pour une charge sur Traoré.
.
Le Racing est sur le reculoir. Troyes enchaîne à nouveau les mouvements vers l'avant et la défense strasbourgeoise doit faire preuve de la plus grande vigilance.
.
Grosse occasion pour Troyes avec Nivet qui prend le contrôle du ballon sur le côté droit de la surface du Racing. Il centre en retrait pour Hérelle qui reprend du plat du pied droit. Foulquier repousse le ballon devant sa ligne. Ouf !
.
Le public a donné de la voix sur l'une des rares occasions strasbourgeoises de cette première période. Le corner de Lienard a semé un timide vent de panique.
.
Mi-temps 0-0
.
le Racing a souffert dans l'ensemble, sans concéder trop d'occasions. Mais Troyes a développé plus régulièrement des mouvements intéressants, face à des Strasbourgeois empruntés en attaque. La bande à Laurey se doit de réagir dans ce match important dans la lutte pour le maintien.
.
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 4620
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 71
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 25ème journée: Strasbourg - Troyes

Message  67120 le Dim 11 Fév - 16:06

C'est reparti à la Meinau pour une seconde période où le Racing doit montrer un autre visage.
.
Martin vient de prendre jaune après un duel aérien avec Bellugou
.
La défense strasbourgeoise vient encore d'être mise à rude épreuve. Niane a été servi sur le côté gauche de la surface et a remis en retrait à Traoré qui bute finalement sur Oukidja en bout de course.
.
La tendance ne s'est pas inversée avec la pause. Le Racing reste peu inspiré et est contraint de défendre son but, notamment sur les corners obtenus par l'Estac.
.
Thierry Laurey procède à son premier changement. Blayac prend la place d'un Martin assez discret.
.
Et voilà la première occasion de s'enflammer pour le public strasbourgeois. A partir d'un changement d'aile de Lala, Gonçalves remise de la tête à l'entrée de la surface où les attaquants strasbourgeois se consacrent à trois tentatives. Sur la dernière, Blayac, excentré sur la droite, trouve le cadre mais Traoré détourne en corner.
.
BUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUT 1-0 Aholou
.
Le milieu de terrain, accessoirement le meilleur Strasbourgeois du jour, a été l'auteur d'une action de classe. Sur le côté gauche, il s'appuie sur un relais avec Terrier pour repiquer vers le centre et, depuis l'entrée de la surface, décoche une frappe de l'intérieur du droit qui envoie le ballon dans la lucarne.
.
BUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUT 2-0 Blayac
.
Le Racing est clairement monté en intensité avec l'entrée de Blayac qui donne du poids à l'attaque alsacienne et permet au bloc de remonter d'un cran.
.
Et voilà que tout marche comme sur des roulettes à la faveur d'un remplacement. Blayac vient de doubler la mise et Troyes n'est pas loin du KO.
.
L'Estac procède à son deuxième changement, Tinhan relayant Nivet.
.

.
Il s'agit de vous décrire le but de Blayac qui a profité d'une remise plein centre de Terrier, de la tête. L'attaquant a remporté son duel avec Giraudon et n'a pas gâché la situation avantageuse à l'entrée de la surface en trompant Zelazny d'un tir croisé, du droit, à ras de terre.
.
La Meinau chante de voir ses favoris en si bonne position après une heure de jeu bien poussive. Le Racing est en train de donner une leçon d'efficacité dans le duel des promus et semble en mesure de maîtriser le dernier quart d'heure.
.
La Meinau chante de voir ses favoris en si bonne position après une heure de jeu bien poussive. Le Racing est en train de donner une leçon d'efficacité dans le duel des promus et semble en mesure de maîtriser le dernier quart d'heure.
.
Attention tout de même à ne pas se relâcher. Lala vient de perdre un ballon devant sa surface. Khaoui a essayé d'en profiter en décochant une frappe du gauche sur laquelle Oulidja se détend.
.
Grimm .prend la place de Da Costa
.
But 2-1
.
L'Estac relance (un peu) le suspense au bout des arrêts de jeu. Un centre de Traoré est repris au premier poteau par Niane.
.
Victoire du Racing, ô combien précieuse dans la lutte pour le maintien. Avant de se rendre à Paris, les hommes de Laurey ont remis la marche avant à la faveur d'une grosse séquence au terme d'une première heure de jeu médiocre de leur part. Blayac a été décisif puisque son entrée en jeu a tout changé. L'attaquant a été l'auteur du deuxième but alsacien tandis qu'Ahoulou, le meilleur Strasbourgeois de la rencontre, avait montré le chemin.
.
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 4620
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 71
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 25ème journée: Strasbourg - Troyes

Message  67120 le Lun 12 Fév - 5:11

Si précieux !
Ballottés durant une heure hier à la Meinau par un relégable troyen en panne d’efficacité, les joueurs du Racing ont su faire le dos rond et mettre au fond deux de leurs rares tirs cadrés pour s’imposer. Un succès précieux qui leur redonne de l’air au classement.
Bakary Koné n’a pu réprimer un sourire. Interrogé hier après le succès du Racing contre Troyes à la Meinau (2-1), le défenseur burkinabé, entré dès la 9e minute en remplacement du capitaine Kader Mangane, blessé à la cuisse, a soupiré d’aise.

Avant d’aller à Paris samedi, les Strasbourgeois ont effectivement bien fait de renouer avec la victoire en Ligue 1, après deux échecs à Lille (2-1) et contre Bordeaux (0-2). Ce succès les soulage d’autant plus qu’il a quelque peu été tiré par les cheveux, notamment après une première période poussive.
« Du bien au classement et moralement »

Pour la résumer, rien de plus simple d’ailleurs : il suffit de disséquer les sollicitations dont ont fait l’objet les deux gardiens, le Strasbourgeois Alexandre Oukidja, promu à la place de Bingourou Kamara, et le Troyen Erwin Zelazny qui a, lui, supplanté le n°1 Mamadou Samassa le 20 janvier.

Le portier aubois a dû regretter d’avoir enfilé un maillot à manches courtes par un temps aussi frisquet, car il n’a guère eu le loisir de se réchauffer durant ces 45 minutes initiales. Un centre tir de Gonçalves (21e ) et un coup franc dans la boîte de Lienard (45e ) aisément captés, voilà à peu près tout ce qu’il a eu à faire.

En face, sans être mis à contribution toutes les deux secondes, Oukidja n’a jamais pu relâcher sa vigilance. Le portier bas-rhinois a coupé quelques centres, comme celui, puissant et vicieux, de Grandsir (18e ), joué les liberos en anticipant nombre de ballons en profondeur, capté dans la niche un tir du gauche de Walter, idéalement mis sur orbite à l’entrée des 16 mètres par le duo Grandsir-Khaoui (22e ), et, accessoirement, remercié Foulquier de l’avoir suppléé alors que la reprise de l’ex-Colmarien Hérelle, servi par un centre en retrait d’un Nivet plus prompt que Lala, prenait la direction de sa cage (41e ). Autrement dit : la maîtrise des Troyens a été totale ou presque, mais n’a pas été récompensée, au grand dam de leur entraîneur Jean-Louis Garcia.

Elle ne le sera pas davantage à la reprise sur un duel perdu par Traoré devant Oukidja (51e ) ou deux missiles de Deplagne (63e ) et Niane (66e ) dans les nuages. Mais dans l’intervalle, l’entrée de Jérémy Blayac a tout changé chez les Bleus. Deux minutes après son apparition, l’avant-centre s’est procuré sa première occasion, déviée en corner par Traoré (62e ). Il offre des solutions à ses partenaires en aimantant un ballon qui leur a jusqu’alors trop souvent échappé.

Mais la lumière va venir du meilleur Strasbourgeois de la rencontre, Jean-Eudes Aholou, qui, après un une-deux avec Terrier, se lance dans un slalom vraiment spécial à l’entrée de la surface pour ajuster Zelazny d’un parfait intérieur du droit (65e ). Avec son quatrième but, le milieu récupérateur rejoint Nuno Da Costa à la première place des buteurs alsaciens en L1.
« Voir comment ça se passe au Parc des Princes »

L’ESTAC n’aura pas le temps de se relever de ce knock-down que Blayac va lui asséner le coup fatal. L’attaquant vole le ballon à Giraudon avant d’exécuter Zelazny des 16 mètres d’un tir croisé du droit (69e ).

En quatre minutes, le Racing vient de ficeler sa huitième victoire de la saison que le but tardif de Niane, d’un plat du pied droit à bout portant à la réception d’un centre de Traoré, ne remettra pas en cause. Ce n’est sûrement pas la plus aboutie, mais dans la passe délicate qu’il traversait depuis son revers 3-0 à Metz le 20 décembre (cinq échecs en six journées de L1), il ne boude pas son plaisir, ravi qu’il est de creuser un petit fossé avec la zone rouge (cinq points d’avance sur le 18e et barragiste Angers).

« On ne fanfaronne pas, mais on est content d’être allés chercher cette victoire, commente un Thierry Laurey mesuré et lucide. C’était un match important. C’est bien de l’avoir remporté. Ces trois points nous font du bien au classement et moralement. »

En estoquant l’ESTAC, les Strasbourgeois se sont donné de l’air. Comme le suggère Dimitri Lienard, ils vont pouvoir aller l’esprit libre « voir comment ça se passe au Parc des Princes » samedi.
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 4620
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 71
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 25ème journée: Strasbourg - Troyes

Message  67120 le Lun 12 Fév - 5:13

Blayac, le détonateur
L’attaquant a été le facteur « X » de cette rencontre face à Troyes. Entré à l’heure de jeu, Jérémy Blayac a été essentiel dans le succès du Racing face à Troyes hier.
Jérémy Blayac est certainement sorti un peu frustré du terrain, jeudi dernier, à Grenoble. Titulaire à la pointe de l’attaque en compagnie de Stéphane Bahoken, le longiligne avant-centre n’a pas eu beaucoup de ballons à se mettre sous le pied, pris en tenaille par le solide duo Bengriba/Mayembo.

Mais hier après-midi, le natif de Saint-Affrique, dans l’Aveyron, a retrouvé le sourire. Et toute son efficacité. Il lui a fallu moins de dix minutes de jeu pour inscrire le deuxième but alsacien, celui du break. Et plus globalement, son entrée sur le terrain, en lieu et place de Jonas Martin, à l’heure de jeu, a totalement changé la donne côté strasbourgeois.

Le duo Da Costa/Terrier, plutôt impuissant jusqu’alors, a pu s’appuyer sur le pivot Blayac pour créer enfin le danger devant Zelazny. Et à peine sur le pré, Jérémy Blayac s’est montré dangereux, avec cette reprise contrée in extremis par Traoré au terme d’un cafouillage dans la surface (62e ).
« On voulait souffler un peu par rapport au classement »


Et à la 69e , alors que le Racing venait de prendre l’avantage grâce à un joli tir enroulé d’Aholou, Blayac a su faire le break en remportant un duel avec Giraudon. Il a filé seul au but, puis aligné Zelazny d’un tir croisé imparable dont il a le secret.

« J’ai essayé d’apporter un petit plus, comme le coach le demande à chaque remplaçant quand il entre, exposait simplement l’attaquant à l’issue de la rencontre. Après, je suis content d’avoir marqué, car ça nous a permis de gagner ».

L’avant-centre, auteur hier de son 29e but en championnat pour les Bleus (*), n’aime pas trop tirer la couverture à lui. Alors au lieu de parler de son entrée en jeu, qui a tout changé à la physionomie de la rencontre, il préfère évoquer la suite. « On était sur une mauvaise série en championnat et retrouver la victoire fait du bien, soulignait-il ainsi. On voulait souffler un peu par rapport au classement et mettre notre adversaire du soir à six points. Samedi, il y a eu beaucoup de résultats favorables et il fallait les bonifier ».

Si l’attaquant de 34 ans, formé à Toulouse, ne veut pas trop évoquer son apport personnel dans cette victoire, ses coéquipiers savent qu’ils lui doivent une fière chandelle. « L’entrée de Jérémy a fait beaucoup de bien, avançait ainsi Bakary Koné, capitaine par intérim. Le coach a demandé un jeu direct, car le terrain était vraiment en mauvais état. Il fallait allonger pour essayer de jouer les deuxièmes ballons. Jérémy et son excellent jeu de tête nous ont permis de mettre cette stratégie en place. »
« Un garçon qui ne se pose pas de question »

Même constat du côté de Thierry Laurey. « Le terrain étant de plus en plus difficile, on voulait éviter de jouer trop court, au cœur du jeu. On a cherché à allonger un peu. Il était important de faire entrer quelqu’un qui puisse nous servir d’appui, lançait le coach après cette huitième victoire de la saison. Jérémy l’a très bien fait. Il l’a tellement bien fait qu’il a marqué. On n’était pas inquiet à son sujet. C’est un garçon qui ne se pose pas de questions et donne toujours le meilleur de lui-même. » Et il l’a encore prouvé hier…

(*) En trois saisons et demie, Blayac a inscrit 20 buts en National, 7 en Ligue 2 et 2 en Ligue 1 sous les couleurs du Racing. Cette saison, il a aussi marqué face à Paris en Coupe de la Ligue et Dijon en Coupe de France
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 4620
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 71
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 25ème journée: Strasbourg - Troyes

Message  67120 le Lun 12 Fév - 5:18

Le jeu et les joueurs Aholou au four et au moulin
Après une première mi-temps où les Strasbourgeois, dominés, se sont avant tout échinés à bien défendre, le Racing a pris l’avantage grâce à un Jean-Eudes Aholou de gala et l’entrée déterminante de Jérémy Blayac.
ALEXANDRE OUKIDJA (7). – Titulaire à la place de Kamara, « Ouki » a réalisé une belle partition. Lancé dans son match sur une frappe de Niane contrée par Mangane (6e ), il s’est ensuite montré rassurant dans les airs, comme au sol. Notamment sur un coup franc de Nivet (12e ), un centre tir de Grandsir (18e ) ou encore sur un tir lointain de Walter (22e ).

Il sauve encore les siens du pied, face à Traoré (51e ) et se montre rassurant jusqu’au bout, comme sur cette frappe de Kaoui détournée en corner (82e ). Ne peut rien sur la réduction du score dans les arrêts de jeu.

DIMITRI FOULQUIER (5)
. – Entreprenant et porté vers l’avant, le Guadeloupéen a surtout eu un sacré boulot défensif, face à un Grandsir des grands soirs. Parfois pris de vitesse en première mi-temps, il a pu compter sur l’aide de Gonçalves dans son couloir et s’est montré sérieux jusqu’au bout.

KADER MANGANE (NON NOTÉ). – Touché à la cuisse, il a quitté le terrain dès la 9e place. Remplacé par BAKARY KONÉ (5) , qui est entré dans son match de manière convaincante et qui a réalisé une prestation plutôt solide, sur la lancée de sa sortie à Grenoble.

PABLO MARTINEZ (6). – Sobre et efficace, le défenseur central s’est montré serein en première mi-temps et a apporté son écot offensivement, comme sur cette longue ouverture à destination de Da Costa, conclue par Terrier d’une volée (29e ). Solide en deuxième mi-temps. À créditer d’un bon match.

KENNY LALA (5). – Pas énormément sollicité en début de rencontre, l’ancien Lensois est monté en régime en fin de première mi-temps, comme en témoigne cette montée rageuse dans les arrêts de jeu. Plus actif en deuxième mi-temps, offensivement parlant et bien en place défensivement, même après l’entrée du remuant Tinhan.

JEAN-EUDES AHOLOU (8). – Franchement pas à son meilleur niveau depuis début janvier, l’ancien Orléanais a fait taire les critiques hier. Toujours bien placé, le milieu de terrain a récupéré un nombre incalculable de ballons et a fait le ménage devant sa défense en première mi-temps. Inscrit un but de toute beauté d’un tir enroulé (65e ). Il a même failli réussir le doublé de la tête en fin de match sur un centre de Lala (86e ). Le meilleur Strasbourgeois sur le terrain hier, tout simplement.

ANTHONY GONÇALVES (6). – Comme d’habitude, « Gonzo » n’a pas ménagé sa peine dans son couloir droit. Défensivement, comme lors de ce retour impeccable sur Grandisr (20e ), mais aussi offensivement. C’est simple, le milieu a été dans tous les bons coups en première mi-temps. Averti pour un tacle viril sur Traoré, après avoir été lui-même séché par Bellugou dix minutes avant (37e ).

DIMITRI LIENARD (5). – Le milieu s’est d’abord évertué à bien défendre, dans une première mi-temps où les Troyens se sont montrés plus saignants que les Strasbourgeois. L’ailier gauche n’a pas réussi à trouver la faille sur les quelques coups francs et autre corners. Correct, sans plus.

JONAS MARTIN (4). – Pas dans un grand jour, le meneur alsacien a perdu beaucoup de ballons durant les 45 premières minutes, où il a souvent couru dans le vide. Averti au retour des vestiaires pour une faute sur Bellugou (47e), il a été remplacé par Blayac (61e ), dont l’entrée s’est avérée déterminante ( lire ci-dessus ).

NUNO DA COSTA (5).
– Même s’il a du déchet, Da Costa a été le seul élément offensif à essayer des choses en première mi-temps. Mais ses rushes et autres appels ont souvent été vains, bien serré qu’il était par la paire Hérelle/Traoré. Reparti à 100 à l’heure au retour des vestiaires, il voit sa volée contrée par Traoré (47e ). Il a aussi apporté son écot dans le travail défensif avant d’être remplacé par Grimm (88e ).

MARTIN TERRIER (5). – Peu en vue lors du premier acte, si ce n’est sur cette volée trop croisée (29e ), Terrier a failli trouver la faille dès le retour des vestiaires. Il ne cadre pas sa volée sur un service de Gonçalves (60e ), mais donne le ballon dans le tempo à Aholou, pour l’ouverture du score (65e ). Peut mieux faire.
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 4620
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 71
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 25ème journée: Strasbourg - Troyes

Message  67120 le Mar 13 Fév - 5:20

Un coin de ciel bleu
Après la grisaille des dernières semaines en Ligue 1, le Racing a quelque peu dégagé son horizon en signant un succès un brin tiré par les cheveux, mais ô combien précieux, dimanche à la Meinau contre Troyes (2-1). Avant son grand défi de samedi à Paris, c’était presque indispensable.
Le Racing a donc conclu sa série de duels avec quatre concurrents directs comme il l’avait commencée : par une victoire.

Il l’avait lancée sur de bonnes bases contre Dijon le 20 janvier à la Meinau (3-2), avant de lâcher un point dans le temps additionnel le 28 à Lille (revers 2-1), puis de dévisser devant Bordeaux (*) à domicile le 3 février (0-2), comme en début d’année face à Guingamp (0-2 le 12 janvier).

Avec six points qu’il n’a pas volés au cours de deux matches pourtant pas vraiment maîtrisés, notamment celui d’avant-hier devant Troyes (2-1), le promu strasbourgeois s’est honorablement sorti de cette saga en quatre actes.
« Ça va être dur jusqu’à la fin »

Assez, en tout cas, pour en tirer profit. Son classement ne varie guère puisqu’il était 12e avant le 22e épisode et pointe ce matin au 13e rang. Mais sur un plan purement comptable, sa marge de sécurité sur le 18e et barragiste est passée de trois à cinq unités en quatre journées et c’est tout bénéfice à treize étapes de l’arrivée.

Les Bleus viennent d’aligner deux victoires en quatre jours, sans nécessairement briller, mais avec une bonne dose de réalisme. Au bout, une qualification pour les quarts de finale de la Coupe de France (3-0 jeudi à Grenoble), mais aussi le repositionnement en Ligue 1 qu’ils espéraient, à l’instar de Dimitri Lienard : « Depuis le début de l’année (2018) , nous avions perdu ici contre Guingamp et Bordeaux. Nous avions à cœur de faire quelque chose de bien devant un public que j’ai vraiment senti derrière nous face à Troyes. Nous aurons besoin de lui, parce que ça va être très dur jusqu’à la fin ».

Thierry Laurey était rentré d’Isère avec la satisfaction de la mission accomplie, mais aussi la frustration d’avoir vu son équipe concéder trop d’occasions à une formation de National. Dimanche après-midi, le coach du Racing ne s’est pas extasié non plus sur la performance de ses troupes contre Troyes, mais ne l’a évidemment pas boudée : « À Grenoble, on n’a pas eu cinquante occasions, ni fait un match qui restera dans la légende. Pourtant, on a gagné 3-0. Dans une saison, on fait tous des matches où on cadre deux tirs et où on gagne. Parfois, on en bénéficie. Parfois, c’est l’adversaire. Je veux bien entendre que ce dimanche, ça a tourné en notre faveur et en défaveur des Troyens. C’est malheureux pour eux. Mais c’est le football. »

Sous-entendu : c’est heureux pour le Racing, au sens premier du terme. Les Strasbourgeois ont pu se délecter du bonheur simple d’avoir renoué avec le succès face à une Estac loin d’être enterrée, en dépit de sa 19e place.

« Ce n’était pas évident, on le savait, rappelle l’entraîneur bas-rhinois. Pour avoir vu ses matches chez les gros, à Paris ou Marseille (échecs 2-0 et 3-1) , on savait qu’à l’extérieur, Troyes est une équipe très respectueuse d’un schéma bien en place, d’un système bien huilé, contre laquelle il est difficile de trouver des solutions. On a eu du mal à se créer des situations face à un bloc troyen très homogène. Mais on défendait plutôt bien. À la pause, on n’était pas inquiet. On s’est simplement dit qu’il fallait continuer à défendre correctement et qu’avec un peu plus de lucidité et en utilisant davantage la largeur du terrain, on y parviendrait. Il fallait étirer cette équipe auboise pour trouver des espaces. »
Six équipes rejetées à quatre points ou plus

Pour compliqué qu’il ait été, ce huitième succès en 25 journées permet au Racing de repousser six équipes à quatre points ou plus. Les Strasbourgeois possèdent ce matin un gros joker. Mais ils sont bien conscients que leurs deux prochaines sorties à Paris samedi, puis contre Montpellier, 6e , le vendredi 23 à la Meinau peuvent annihiler ce bel atout.

Il n’en reste pas moins qu’après une période aussi négative qu’inquiétante – cinq échecs lors des six journées précédentes –, les trois points glanés contre Troyes viennent opportunément de mettre du beurre dans leurs épinards.

(*) Bordeaux s’est, grâce à quatre succès d’affilée, hissé au 7e rang et éloigné de la zone rouge.
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 4620
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 71
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 25ème journée: Strasbourg - Troyes

Message  67120 le Mar 13 Fév - 5:23

Le milieu de terrain, artisan majeur de la huitième victoire du Racing Aholou y était
Le milieu de terrain a été l’auteur d’une sortie éblouissante face à Troyes, avant-hier. En ouvrant la marque, en contribuant à renverser la tendance lors d’une rencontre compliquée, Jean-Eudes Aholou a confirmé que dans l’effectif strasbourgeois, il savait compter.
L’affaire était mal embarquée et heureusement qu’il était là. Dans un duel de la deuxième partie de tableau, entre deux adversaires qui ne respiraient pas une immense forme – le Racing et l’Estac cumulaient neuf défaites sur leurs onze dernières sorties en championnat –, le promu alsacien s’en est sorti et doit une fière chandelle à son milieu récupérateur.
« Dans une série qu’on voulait arrêter »

Jean-Eudes Aholou n’a pas été le moins efficace pour protéger sa défense quand Troyes a dominé. Il a porté l’estocade quand le Racing a renversé la table, la tendance et son adversaire.

Les statistiques ne disent pas tout de son match, mais leur aspect replet traduit bien son activité. Le joueur débarqué d’Orléans il y a un peu plus d’un an a notamment récupéré 28 ballons sur la rencontre et fini par tordre les joueurs de l’entrejeu troyen qui ont fini par perdre leur football. Et en assurant plus de 80% de ses passes sur la petite cinquantaine de ballons qu’il a joués, il n’a pas donné l’occasion à l’adversité de se relancer.

Ainsi, le garçon né il y a 23 ans à Abidjan a confirmé certaines sorties pour en effacer d’autres. Il prend la mesure d’un championnat qu’il découvre, n’est pas à l’abri de quelques ratés, comme face à Bordeaux il y a dix jours, mais, à chaque fois a su se relever. Titulaire indiscutable en tant que récupérateur ou relayeur, le voilà de plus en plus observé par quelques écuries de l’Hexagone et même d’ailleurs.

L’intéressé ne risque pas pour autant de s’enflammer. Il garde un visage quasiment impassible en toutes circonstances. Marquer dimanche ne l’a pas conduit à esquisser le moindre sourire. Il a fait mine de regarder au loin, derrière le kop strasbourgeois, comme pour indiquer que son regard se focalise sur l’étape d’après.

Après coup, Jean-Eudes Aholou ne s’est pas déversé dans un torrent d’autosatisfaction. Il a fait aussi sobre au moment de commenter que sur le terrain. « On avait à cœur de gagner après cinq défaites en six matches de championnat, on était dans une série qu’on voulait arrêter, l’a-t-il joué collectif. C’est chose faite et on est très content, en plus, face à un concurrent direct. »

En laissant Troyes six points derrière, le Racing se frotte les mains. D’autant qu’il a fallu batailler. « C’était un match serré au début, a-t-il poursuivi. Les deux équipes n’osaient pas se livrer. On n’a pas réussi à prendre la mesure de l’adversaire en première période. À la pause, le coach a dit de continuer à pousser, de pas lâcher. C’est ce qu’on a essayé de faire et ça a payé. »

Le numéro 8 a parfaitement reçu le message et a encore su monter en intensité. Son ouverture du score a été splendide, réussie au terme d’un double une-deux avec Lala puis Terrier pour s’ouvrir le chemin du but passé par une impeccable frappe du droit depuis l’entrée de la surface et la lucarne de Zelazny.
Le meilleur buteur strasbourgeois en championnat

Jean-Eudes Aholou a confirmé ses capacités à ne pas se limiter à un rôle de l’ombre. Il avait fait mouche face à Marseille (3-3), à Saint-Étienne (2-2) en 2017, pour d’appréciables nuls. En 2018, il a marqué face à Dijon (3-2) et donc Troyes et le Racing a, en ces occasions, décroché de délicieuses victoires. En L1, il se retrouve meilleur buteur du Racing ex aequo avec Nuno Da Costa. Mais sur son importance individuelle, il n’est guère enclin à développer. Dans le sillage d’une question sur le sujet, il a préféré s’éclipser dans un sourire tout de même.
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 4620
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 71
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 25ème journée: Strasbourg - Troyes

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum