21ème Journée: Marseille - Strasbourg

Aller en bas

21ème Journée: Marseille - Strasbourg

Message  67120 le Dim 7 Jan - 5:30

Olympique de Marseille-Racing le mardi 16 janvier à 19h00
La Ligue de Football Professionnel a fixé la programmation de la 21e journée de Ligue 1 Conforama.
La rencontre entre l’Olympique de Marseille et le Racing se déroulera le mardi 16 janvier à 19 heures à l’Orange Vélodrome en ouverture de la 21e journée de Ligue 1 Conforama. Elle sera diffusée sur Canal + Sport.
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 4620
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 71
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 21ème Journée: Marseille - Strasbourg

Message  67120 le Lun 15 Jan - 5:12

« Heureux pour le Racing »
Adjoint de Rudi Garcia depuis 2009, de Lille à l’OM en passant par l’AS Rome, le Sigolsheimois Claude Fichaux, grand ami de la famille Keller, se félicite de la résurrection d’un Racing que le club phocéen accueille demain au Vélodrome pour la 21e journée de Ligue 1.
Hier matin, Claude Fichaux a appelé Marc Keller, son ami d’enfance et ancien coéquipier à Colmar et Mulhouse. Il a souhaité au président du Racing un bon 50e anniversaire. « On se connaît depuis 40 ans. Bref, on vieillit », en souriait dans l’après-midi l’adjoint de Rudi Garcia depuis bientôt neuf saisons, à Lille de 2009 à 2013, à l’AS Rome de 2013 à 2016 et à l’OM ensuite.

Les deux hommes ont pris des nouvelles, de leurs familles notamment. Ils ont aussi évoqué la défaite du Strasbourgeois vendredi à la Meinau contre Guingamp (0-2) et le net succès olympien le lendemain à Rennes (0-3). « Assez brièvement, précise le Sigolsheimois d’origine et Colmarien de naissance. Nous aurons sans doute l’occasion de discuter plus longuement mardi après le match. »

En attendant, chacun va préparer de son côté le duel de demain au Vélodrome. Le Racing tentera d’y rompre la spirale négative dans laquelle il est aspiré depuis deux journées et autant de revers à Metz (3-0 le 20 décembre) et face au club breton. L’OM, lui, s’efforcera de « confirmer la belle perf » - dixit Fichaux - réalisée au Stade rennais, mais pas seulement.
« Nous serons en alerte »

Depuis quinze journées, les partenaires de Dimitri Payet mènent un train d’enfer (10 victoires, 4 nuls, 1 défaite, 34 buts pour, 12 contre). Un rythme presque aussi soutenu que celui du PSG qui fait d’eux le dauphin des Parisiens sur la période et des candidats plus que crédibles au podium final.

Mais Claude Fichaux ne s’en méfie pas moins des retrouvailles avec un Racing qui avait donné du fil à retordre aux Phocéens à l’aller (3-3). Le 15 octobre à la Meinau, l’OM avait mené deux fois avant d’arracher le nul à la 88e. « Nous aurions dû gagner le match en première mi-temps et pu le perdre sur la fin ( Stéphane Bahoken avait notamment trouvé le poteau à 3-2 pour le Racing ). On aborde ce retour avec confiance et crainte. Strasbourg a des armes offensives et est capable de marquer des buts, d’en prendre aussi. Vendredi, Guingamp était bien, le Racing, un peu moins. Mais quand trois pièces maîtresses, Terrier, Aholou et Lienard, te manquent, ça change la donne. Sans Thauvin, Payet et Luiz Gustavo, l’OM ne serait pas la même équipe non plus. »

L’adjoint de Garcia assure même que la passe délicate des Bleus en championnat va maintenir Marseille en éveil. « Il n’y a pas de match facile. Chaque semaine, des gros sont accrochés par des équipes supposées moins fortes. Entre ses deux échecs en L1, Strasbourg s’est qualifié en Coupe de France contre Dijon (3-2 ap). Mardi, nous serons évidemment en alerte. »

Exception faite du rendez-vous au Vélodrome, l’Alsacien souhaite d’ailleurs le meilleur à un club où il a achevé sa carrière de joueur. Arrivé en 2002, à 33 ans, pour y encadrer les jeunes de la réserve, il a disputé deux matches de L1 cette saison-là avant de ranger ses crampons et d’entamer sa reconversion d’éducateur.
« Voir une Meinau pleine à chaque match fait chaud au cœur »

Comme coach n°1, il a mené les U18 strasbourgeois au sacre en Coupe Gambardella en 2006. « Je ne peux pas oublier que Marc ( alors directeur général ) m’a tendu la main et que c’est aux côtés de François ( Keller ) et Jean-Marc ( Kuentz, l’ex-directeur du centre de formation aujourd’hui adjoint de Sabri Lamouchi à Rennes ) que j’ai appris ce métier*. Autant j’ai été peiné par la liquidation judiciaire de 2011, autant je suis heureux de la renaissance d’aujourd’hui, pour le club, la région et mes amis qui y sont toujours, Marc et François, mais aussi l’intendant Guy Feigenbrugel. En tant qu’Alsacien, c’est une fierté. Je suis vraiment content de l’engouement qui accompagne cette résurrection. Voir une Meinau pleine à chaque match ou presque fait chaud au cœur. Elle vibre et est à sa place en Ligue 1. Et je ne suis pas le seul à le penser : tous les gens du foot que je croise m’en parlent. »

Il en parlera probablement aussi avec Marc Keller demain vers 21h. Pas sûr cependant que son équipe et lui auront fait, juste avant, le moindre cadeau au nouveau quinquagénaire.

* Entraîneur des U16 en 2003-2004 et des U18 de 2004 à 2009.
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 4620
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 71
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 21ème Journée: Marseille - Strasbourg

Message  67120 le Lun 15 Jan - 5:15

Indiscrétions
Sans Lienard ni Mangane

Alors que l’optimisme était de rigueur ces derniers jours pour Dimitri Lienard, l’ailier ne devrait pas faire partie du groupe concerné par le déplacement à Marseille. Il ne s’est pas entraîné, hier, et le staff technique et médical n’entend pas prendre de risque avec celui qui soigne un problème au mollet. « Ce n’est pas grave, parce qu’on devrait pouvoir l’aligner face à Dijon ( samedi ) », positive Thierry Laurey. L’entraîneur du Racing a également enregistré la désaffection probable de son capitaine, Kader Mangane. Le défenseur a été victime d’une entorse à la cheville vendredi, et n’a pas pu s’entraîner depuis. Ils seront a priori deux en concurrence pour le poste à pourvoir aux côtés de Bakary Kone, Pablo Martinez ou Yoann Salmier.

Néanmoins, le coach strasbourgeois n’a pas enregistré que des mauvaises nouvelles dans le sillage de la défaite face à Guingamp. En effet, deux joueurs ont confirmé ces dernières heures leur capacité à pleinement réintégrer l’effectif. Pour Jean-Eudes Aholou ( ci-dessus ), ce n’est qu’une confirmation puisque la sentinelle habituelle au milieu de terrain avait inspiré l’optimisme ces derniers jours à propos de son pépin à la cuisse. Plus surprenant, Martin Terrier est apparu en pleine possession de ses moyens alors qu’il devait initialement se consacrer à un retour progressif après sa blessure à la cuisse intervenue à Metz, avant la trêve. L’attaquant prêté par Lille s’est dit « prêt pour le match de Marseille », ne ressentant plus la moindre appréhension. Son entraîneur décidera-t-il pour autant de le lancer d’entrée au Vélodrome ? Lors de la séance d’hier, la plupart des titulaires de Guingamp se sont consacrés à un programme allégé quand les remplaçants et ceux susceptibles de réintégrer le groupe ont enchaîné les actions collectives.
Quatre absents à l’OM

De son côté, l’OM sera privé de quatre joueurs. Le défenseur Rolando et le milieu de terrain Maxime Lopez sont suspendus. Opéré d’un genou, le milieu Grégory Sertic est en phase de reprise. Le latéral Jordan Amavi, brillant à l’aller à la Meinau, il s’est blessé à la cuisse à l’entraînement et est indisponible trois à quatre semaines.
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 4620
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 71
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 21ème Journée: Marseille - Strasbourg

Message  67120 le Lun 15 Jan - 19:01

Olympique de Marseille-Racing : 
Thierry Laurey a retenu 19 joueurs pour affronter l’Olympique de Marseille à l’Orange Vélodrome ce mardi 16 janvier à 19 heures. Blessé au mollet, Dimitri Lienard est encore trop juste pour réintégrer le groupe. Jean-Eudes Aholou effectue lui son retour tout comme Martin Terrier. Kader Mangane est forfait.
Le groupe :

Alexandre Oukidja, Landry Bonnefoi, Dimitri Foulquier, Ernest Seka, Bakary Koné, Yoann Salmier, Pablo Martinez, Kenny Lala, Jean-Eudes Aholou, Jérémy Grimm, Anthony Gonçalves, Vincent Nogueira, Jonas Martin, Martin Terrier, Ihsan Sacko, Jérémy Blayac, Stéphane Bahoken, Idriss Saadi et Nuno Da Costa.

En phase de reprise / Blessés : Bingourou Kamara, Kader Mangane, Dimitri Lienard, Abdallah Ndour, Benjamin Corgnet, Duplexe Tchamba.

Choix de l’entraîneur : Anthony Caci, Kevin Zohi.
SO
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 4620
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 71
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 21ème Journée: Marseille - Strasbourg

Message  67120 le Lun 15 Jan - 20:33

Dimitri Payet et Hiroki Sakai opérationnels pour la réception de Strasbourg
 L'OM peut compter sur Payet et Sakai pour affronter Strasbourg, mardi soir.
Un temps incertains, Dimitri Payet et Hiroki Sakai font finalement partie du groupe de l'OM, qui affrontera Strasbourg, mardi soir. Rolando, Lopez (suspendus) et Amavi (blessé) sont absents.
equipe
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 4620
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 71
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 21ème Journée: Marseille - Strasbourg

Message  67120 le Mar 16 Jan - 5:38

Dans l’antre du monstre
Le Racing rend visite à un Olympique de Marseille impressionnant depuis trois mois. En quête de rachat après son raté face à Guingamp, il doit envisager un exploit pour ne pas rentrer à vide.
Drôle d’endroit pour se relancer… Le Racing a affiché un bien vilain visage pour sa première de 2018 en Ligue 1, face à Guingamp (0-2), vendredi. Il a nourri l’idée d’une funeste série, après sa défaite face à Metz pour la “der” de l’année d’avant (3-0) et il peut se faire du souci à l’heure de défier un Olympique de Marseille en grande forme.

Thierry Laurey n’a pas eu besoin de noircir le tableau, en évoquant l’adversaire phocéen. Il n’y a qu’à observer objectivement les forces en présence pour se rendre compte de l’énormité de la tâche. « Marseille a montré à Rennes (lors d’une victoire dans les grandes largeurs 0-3) sa capacité à développer du jeu, à être efficace, a considéré l’entraîneur strasbourgeois hier. Ça peut aller très vite. On va essayer de mettre quelque chose en place pour calmer les ardeurs marseillaises. Mais c’est vrai, ce sera difficile. »

Les Strasbourgeois ont toutes les raisons d’arriver sur la pointe des pieds en un antre d’où les quatre derniers invités sont repartis battus. Il semble loin le temps où la bande à Garcia était moquée par la France du foot en raison d’ambitions démesurées. Le “Champion’s Project” marseillais est redevenu crédible avec les dix victoires, pour une défaite, sur les quinze derniers matches disputés en championnat. Pour le partisan strasbourgeois du “Maintien’s project”, le match du jour peut avoir quelques allures angoissantes.

Il ne faut pas non plus se bercer des illusions du match aller quand les Bleus d’Alsace avaient été à deux doigts – le poteau repoussant une tentative de Bahoken à 3-2 – ou à cinq minutes – Mitroglou égalisant à la 88e  – de renverser le onze phocéen (3-3). Le nul avait semblé comme un déclic pour les Strasbourgeois, conscients depuis de leur capacité à se mettre au niveau de l’élite. « Il y a eu des événements qui nous ont été favorables, même si on a provoqué la réussite », juge ainsi un Laurey lucide.

Depuis, les deux adversaires du soir ont bien avancé, mais les Marseillais ont eu la faculté à se construire en machine infernale, d’une solidité avérée en défense, d’un brio parfois époustouflant en attaque. « Il y a quand même Ocampos, Thauvin, Njie, Payet, Sanson, Mitroglou, énumère Thierry Laurey. Quand un mec (Mitroglou) à ce tarif-là (15 millions d’euros) se retrouve sur le banc, c’est qu’il y a de la qualité sur le terrain. Il y a des joueurs de talent et maintenant il y a un très bon collectif. »

Le défi s’annonce coton. Mais dans le fond, le résultat est-il le premier enjeu du rendez-vous en Provence ? Bakary Koné et ses coéquipiers sont dans l’idée d’abord de renouer un fil qui leur a complètement échappé vendredi contre Guingamp. L’écart entre ce qui a pu être produit ce jour-là et nombre de productions précédentes est trop gros pour être significatif.
« Si on pense à jouer au foot plutôt qu’à regarder les tribunes… »

« Malgré Guingamp, la journée n’a pas été catastrophique, souligne encore l’entraîneur du Racing, qui a pu apprécier les points laissés sur le bord de la route par de nombreux concurrents. On peut garder un état d’esprit serein. Il n’y a pas à paniquer parce qu’on va à Marseille. Si on pense à jouer au foot plutôt qu’à regarder les tribunes, on est capable de faire quelque chose. Le résultat découle souvent de ce qu’on met en place sur le terrain. Commençons par mettre en place quelque chose sur le terrain. »

Cela pourrait ne pas suffire, mais cela permettrait au moins de ne pas entretenir les idées noires dans un championnat si dense dans le sillage du monstrueux top-4 dont l’OM fait partie. Vu de l’extérieur, le match face à Dijon, samedi, est peut-être le plus important.

Mais le Racing a su tellement surprendre depuis l’été dernier qu’il n’a aucune raison de faire l’impasse sur la possibilité d’un exploit. En déplacement, une énorme sensation n’a jamais été au rendez-vous et le promu a pris la leçon à Lyon (4-0) comme à Monaco (3-0). Il n’est jamais trop tard pour se montrer énorme même loin de la Meinau.
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 4620
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 71
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 21ème Journée: Marseille - Strasbourg

Message  67120 le Mar 16 Jan - 5:42

Marseille à grandes enjambées
Quatrième de Ligue 1 à un point du tandem Monaco-Lyon, qualifié pour les 16es de finale de la Coupe de France et de l’Europa League, l’OM fait de nouveau figure d’épouvantail.
Après un démarrage à allure modérée – deux succès, un nul et deux défaites lors des cinq premières journées –, l’OM a incontestablement enclenché la vitesse supérieure.

Cinquième la saison passée, la première du nouveau propriétaire américain Frank McCourt et du coach Rudi Garcia, le club phocéen s’est fixé cette année pour objectif « de faire mieux », selon l’adjoint alsacien, Claude Fichaux, qui assiste le technicien depuis 2009. « Si nous terminons quatrièmes, nous serons dans les clous. »
L’évolution tactique de Garcia

Dimitri Payet et les siens avaient plutôt bien lancé cet exercice 2017-2018 : deux victoires contre Dijon (3-0) et à Nantes (1-0), puis un nul domestique face à Angers (1-1). Mais deux fessées d’affilée, à Monaco le 27 août (6-1) et à domicile contre Rennes le 10 septembre (1-3), ont semé le doute dans l’environnement du club et provoqué l’ire des supporters.

Le 14 septembre contre Konyaspor (Turquie) en Europa League, 8 649 “malheureux” spectateurs ont rallié le Vélodrome, les associations de fans ne pénétrant même dans les gradins qu’après dix minutes de jeu.

« Ces deux défaites ont généré une crise que nous n’avons pas du tout vécue en interne, assure Claude Fichaux. À aucun moment, il n’y a eu de panique au club. Il fallait juste rester sereins et travailler. Nous savions qu’avec la signature de pas mal de recrues durant l’été, il fallait un peu de temps. Un Adil Rami retrouvait la L1 après une longue absence et avait besoin de s’y réadapter. Il est devenu le patron de notre défense (la sixième de L1 avec 22 buts encaissés, dont 9 lors des deux revers cités ci-dessus). Luiz Gustavo découvrait le foot français et devait assimiler la façon d’y jouer. On connaît tous son influence désormais. Tout le monde pense que notre début de saison a été catastrophique. En réalité, nous n’avons perdu que deux fois en championnat. »

Ces deux spectaculaires revers ne sont cependant pas restés sans conséquences. Rudi Garcia, qui avait opté pour un système en 4-3-3, l’a abandonné après Rennes au profit d’un 4-2-3-1.

« Évoluer avec deux récupérateurs a soulagé et sécurisé notre défense, décode le Sigolsheimois. Le puzzle s’est mis en place. Ç’a pris quelques semaines. Les joueurs, qui étaient arrivés à des degrés de préparation divers, se sont hissés à un niveau de performance suffisamment élevé pour enchaîner les bons résultats (34 points sur 45 lors des quinze journées suivantes). »

Cinq mois ont passé et l’OM, qui s’apprête à disputer les 16es de finale de l’Europa League contre les Portugais de Braga et de la Coupe de France à Épinal, n’a chuté qu’une seule autre fois en championnat (2-0 à Lyon le 17 décembre).

Depuis son faux pas rennais, il est intraitable au Vélodrome (5 victoires, 1 nul en L1). Samedi, il a effacé le double affront subi contre Rennes cette saison (avec l’élimination aux tirs au but en Bretagne en 8es de Coupe de la Ligue le 13 décembre, 2-2, 4-3).
« Continuer à chatouiller Lyon et Monaco »


Le voilà revenu dans le sillage des dauphins Monaco et Lyon qu’il se verrait bien harponner.

« Dans le foot, il y a d’un côté l’objectif et de l’autre, l’ambition, distingue Claude Fichaux. L’ambition des joueurs, du coach, du staff, des dirigeants et du club est de continuer à chatouiller Lyon et Monaco. Tant que nous serons en mesure de le faire, nous pourrons viser mieux qu’une quatrième place. »
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 4620
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 71
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 21ème Journée: Marseille - Strasbourg

Message  67120 le Mar 16 Jan - 18:53

Un temps pressenti, Martin Terrier ne sera pas titulaire finalement. C'est bien Sacko qui est à nouveau titularisé sur le côté gauche avec Da Costa côté droit et Bahoken en pointe.
.
Un petit mot des compos. Blayac est 19e homme côté strasbourgeois. Aholou fait son retour, Martinez se retrouve enfin défenseur central et Foulquier connaît sa première titularisation.
RACING: Oukidja - Foulquier, Koné, Martinez, Lala - Da Costa, Gonçalves, Aholou, Martin, Sacko - Bahoken.
.
A Marseille, Sakaï sera bien fidèle au poste mais Payet est laissé sur le banc.
OM! Mandanda - Sarr, Rami, Abdennour, Sakai - Luiz Gustavo, Anguissa - Thauvin, Sanson, Ocampos - Germain.
.
Le Velodrome se remplit tout doucement. Il en fera pas le plein ce soir. Les matches en semaine, sauf exception, ne font jamais recette.
.
Les Marseillais restent sur quatre succès consécutifs à la maison alors que le Racing n'a plus pris de points loin de la Meinau depuis sa victoire à Bordeaux le 2 décembre. D'un autre côté, il n'a joué qu'un match à Metz dans l'intervalle!
.
Les accords de Van Halen retentissent. Le match va bientôt commencer.
.
Le RAcing évolue en 4-5-1 comme il avait déjà pu le faire face à un autre gros du championnat; le PSG. Le but est de bien rester compact tout en assurant des transitions rapides vers l'avant à la récupération du ballon.
.
Centre de Thauvin, personne ne touche le ballon alors Ocampos est surpris au deuxième poteau.
.
Nouvelle petite frayeur dans la surface alsacienne. Sur un centre de Germain, Thauvin remet de la tête dans els six mètres mais la défense parvient à se dégager.
.
Le Racing met enfin le pied sur le ballon et fait tourner jusqu'à obtenir le premier corner de la rencontre.
.
Le corner, mal exécuté par Gonçalves, est dégagé par Germain.
.
Beaucoup de ballons passent par Luiz Gustavo à l'OM. C'est le métronome de cette équipe olympienne depuis le début de la saison.
.
Les Alsaciens essaient de ne pas trop reculer et vont au pressing à tour de rôle pour empêcher les Marseillais de poser le jeu.
.
Sur un débordement de Thauvin, Germain, à la lutte avec Foulquier, s'écroule au point de penalty. M. Buquet laisse jouer.
.
Gonçalves est très bien entré dans son match. Volontaire dans les duels, il récupère un paquet de ballons.
.
Les prises de risque sont minimales côté strasbourgeois. Si on ne sait pas quoi faire, on balance en touche plutôt que de tenter une relance farfelue!
.
Au quart de cette rencontre, on peut dire sans exagérer que le Racing gêne bien les Marseillais qui ne se sont encore créés aucune situation dangereuse.
.
Nouveau corner pour le Racing. Cette fois-ci Gonçalves s'applique et le ballon atterrit dans la boîte. Mais personne ne peut le reprendre. Le contre olympien ne donne rien.
.
Le jaune pour Gonçalves sur cette obstruction sur Sanson. Au départ, le Strasbourgeois tire mal un coup franc et le contre phocéen se développe immédiatement Il est alors obligé de faire faute pour annihiler l'action..
.
La tête de Rami au-dessus. Le coup franc est envoyé au deuxième poteau. Rami saute plus haut que tout le monde mais ne cadre pas son coup de boule.
.
Anguissa et Sacko restent au sol après un contact dans le camp marseillais.
.
Merci Lala! Sur une tête manquée d'Aholou, Ocampos écarte sur Thauvin qui voit débouler Sarr dans le dos de Lala. Heureusement que le latéral gauche arrive du bout du pied à envoyer le ballon en corner.
.
Deux corners à suivre pour l'OM, la défense strasbourgeoise veille.
.
Les Marseillais sont à nouveau plus mordants et obtiennent un nouveau corner. Toujours tiré au premier poteau et toujours dégagé de la tête.
.
Le jaune pour Rami pour un tacle les deux pieds décollés sur Lala. Plus spectaculaire que dangereux.
.
Corner marseillais, Luiz Gustavo coupe au premier poteau mais sa tête file largement au-dessus.
.
Le corner de Gonçalves est repoussé de la tête par Rami.
.
Gonçalves obtient un coup franc excentré côté droit. Martin est à la baguette mais envoie directement le ballon dans le mur. Dommage de gâcher une bonne munition.
.
Il y aura trois minutes de temps additionnel.
.
La tête d'Ocampos! Sur un débordement de Thauvin, Ocampos est trouvé dans les six mètres. En pleine extension, l'Argentin dépose le cuir juste au-dessus du but d'Oukidja. Ouf!
.
Mi-temps 0-0
.
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 4620
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 71
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 21ème Journée: Marseille - Strasbourg

Message  67120 le Mar 16 Jan - 20:06

C'est reparti à Marseille.
.

Sanson obtient un bon coup franc, sorte de corner ouvert sur la gauche.Martinez veille au grain.
.
Depuis le début de la rencontre, le Racing ne parvient pas à profiter de ses balles de contre. Il y a trop d'imprécision pour aller au bout et inquiéter Mandanda.
.
Premier tir cadré du Racing. Da Costa fait tourner Sarr en bourrique avant de trouver Bahoken. L'avant-centre bas-rhinois retrouve le Cap-Verdien dont la tête, trop molle, est captée sans aucun problème par Mandanda.
.
La frappe de Martin, après un bon travail défensif de Sacko, prend la direction de la niche de Mandanda. C'est bien, le Racing tente un peu plus qu'en première période.
.
Rudi Garcia voit bien qu'il manque une étincelle à son équipe pour qu'elle passe devant au score. Il fait donc rentrer Payet à la place d'Ocampos.
.
Le raid de Dimitri Foulquier s'interrompt juste devant la surface. Il y avait de l'idée.
.
Attention à ne pas trop s'enflammer du côté du Racing. L'Om part en contre et Sarr rentre dans la surface côté droit. Heureusement que sa passe en retrait est donné dans le dos de ses attaquants. Il y avait danger!
.
Aholou prend jaune pour une intervention qui semblait pourtant tout à fait licite sur Sanson.
.
Lala cherche Gonçalves au deuxième poteau qui remet instantanément vers Da Costa. La défense marseillaise intervient au dernier moment.
.
Sanson est une nouvelle fois au sol après un contact avec Aholou.
.
Ca semble sérieux pour Sanson qui est remplacé par Njié.
.
Sacko prend appui sur un partenaire avant de s'amener le ballon. Son tir de 25 bons mètres file à côté.
.
Oukidja exceptionnel. Sur un débordement de Thauvin,Germain est trouvé en retrait. Le portier strasbourgeois se couche bien sur cette frappe en première intention avant de remettre ça devant Njié seul face à lui. Le Camerounais est signalé en position de hors-jeu.

Pénalty pour Marseille.
.
Arrêt d'Oukidja
.
Penalty pour l'OM sur une intervention non maîtrisée de Da Costa sur Payet!
.
L'arrêt d'Oukidja. Le gardien strasbourgeois part du bon côté et dévie le ballon en corner. Magnifique!
.
Premier changement côté Racing: Bahoken cède sa place à Terrier.
.
Sur le corner, Luis Gustavo est tout proche de tromper Oukidja à bout portant. Ca chauffe sur le but du Racing...
.
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 4620
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 71
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 21ème Journée: Marseille - Strasbourg

Message  67120 le Mar 16 Jan - 20:38

L'OM est en train de mettre une énorme pression sur le but alsacien. Il va encore falloir tenir un gros quart d'heure. Courge les Ciel et Blanc!
.

But 1-0
.
But de Njié. On le sentait venir malheureusement. Nouveau débordement de Thauvin pour Germain dont la frappe contrée revient dans les pieds de Njié qui fusille Oukidja au point de penalty.
.
Deuxième changement au Racing. Da Costa est remplacé par Saadi.
.
Jaune pour Martin.
.
Dernier changement marseillais: Germain out, Bedimo in.
.
 But 2-0
.
Payet met fin au "suspense". Bien lancé par Njié, l'international français dribble Oukidja et double la mise pour l'OM.
.
Oukidja s'est blessé sur le dribble de Payet. Il sort sur une civière et c'est Bonnefoi qui rentre pour les derniers instants de la rencontre.
.
C'est terminé au Vélodrome. Le Racing s'incline logiquement après avoir pourtant bien tenu la baraque durant 70 minutes. Mais les individualités de l'OM ont fait la différence lorsque les Olympiens ont accentué leur pression. Voilà le Racing nanti d'un troisième revers de suite en Ligue 1.
.
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 4620
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 71
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 21ème Journée: Marseille - Strasbourg

Message  67120 le Mer 17 Jan - 5:26

Un quart d’heure de trop
Le Racing a longtemps résisté hier au Vélodrome. Mais les entrants de l’OM Clinton Njie, auteur du premier but à la 79e , puis passeur décisif, et Dimitri Payet, qui a scellé le sort du match à la 87e , ont eu raison de lui (2-0). Sa 3e défaite de suite en Ligue 1 n’est cependant pas la plus inquiétante.
Ce ne sera pas encore pour cette fois. En trois déplacements chez les ‘’monstres’’ du Top 4 cette saison, le promu strasbourgeois s’est fait croquer à trois reprises: 4-0 à Lyon le 5 août, 3-0 à Monaco un gros mois plus tard et 2-0 hier à Marseille. Au stade Vélodrome, l’addition a néanmoins été moins lourde, ce qui tend à dénoter une certaine progression.

Il n’a même manqué qu’un quart d’heure aux joueurs de Thierry Laurey pour freiner l’avancée fulgurante des Olympiens, notamment dans leur antre où les visiteurs ne repartent depuis des mois qu’avec des miettes. Ou pas (six succès, un nul lors de leurs sept dernières sorties domestiques).
«Notre plan de jeu a failli fonctionner»

Le schéma en 4-5-1 de Thierry Laurey (4-1-4-1 plutôt, puisque Aholou évoluait un cran en retrait du quatuor Da Costa – Gonçalves – Martin – Sacko) a longtemps contrarié les desseins olympiens. « Jusqu’aux deux buts, on avait, dans les grandes lignes, plus ou moins fait ce qu’on voulait faire, analysera le technicien alsacien après-coup. On avait bien verrouillé. Notre plan de jeu a failli fonctionner. Malheureusement, quand tu perds des ballons dans des zones où tu offres des espaces à un adversaire comme l’OM, tu as des chances d’être puni. »

Lors des 45 minutes initiales, Alexandre Oukidja n’a d’ailleurs guère été mis à contribution. Sa seule intervention vraiment décisive, il l’a réalisée dès la 5e : une extension horizontale pour éloigner le danger devant Ocampos, après un centre de la gauche de Germain remisé de la tête par Thauvin. Ça ne signifie évidemment pas que les joueurs de Rudi Garcia ne se sont pas montrés menaçants. Mais ils ont globalement été imprécis.

Depuis les premières minutes, le Racing, à qui beaucoup promettaient de rester sur le carreau au Vélodrome, quadrille parfaitement le terrain. Il va même mettre le nez à la fenêtre en cadrant deux tentatives sitôt le repos : une tête un peu molle de Da Costa (51e ) et un tir lointain un brin écrasé (55e ).

Honnêtement, les genoux de Mandanda n’ont pas joué des castagnettes sur ces deux embryons d’occasions. Mais enfin, les Bleus ont prouvé qu’ils pouvaient se montrer piquants.

Seulement, Rudi Garcia, qui lance Dimitri Payet et Clinton Njie, et ses joueurs vont sonner la fin de la ‘’récré’’. Marseille fait désormais feu de tout bois et Oukidja sauve les meubles. En deux minutes, il va – presque - écœurer Germain. D’abord en écartant la frappe en pivot à bout portant du Marseillais (69e ). Ensuite en bondissant sur son côté gauche pour détourner un penalty que l’ex-Monégasque avait frappé d’un pied droit ouvert un chouia mollasson (71e ).

On se dit alors que le RCSA a fait le plus dur. Mais Germain n’est pas du genre à se décourager. Il remet ça à la 79e et son tir contré se transforme en passe décisive pour Njie qui, embusqué au 2e poteau, ne laisse pas passer l’occasion d’inscrire du droit son 6e but. Le Camerounais va enfoncer le clou huit minutes plus tard d’une passe décisive pour Dimitri Payet qui mystifie Oukidja et double la mise dans le but vide (87e).

Forcément un peu déçu, Thierry Laurey s’efforce de positiver.
« Embêter l’OM chez lui, c’est encourageant »


«Il nous a manqué un petit quart d’heure. Mais on ne va pas se suicider parce qu’on a perdu à Marseille. On ne peut pas reprocher aux garçons de ne pas y avoir pas gagné. Il y a tellement peu d’équipes qui l’ont fait. Ça n’a rien d’infâmant de perdre face à un OM qui a la capacité réelle de terminer 2e. Il ne faut pas se laisser perturber par une défaite ici qui peut sembler logique parce que les Marseillais ont eu la possession. Mais on les a pas mal embêtés. Et embêter Marseille au Vélodrome, c’est plutôt encourageant. »

Comme le genou gauche du portier alsacien, victime d’un mauvais appui sur le dribble de l’international, touché au ligament latéral interne du genou gauche et remplacé par Landry Bonnefoi, le Racing a fini par lâcher. Son 3e revers de rang en Ligue 1 n’est pas le moins méritoire. Mais il va l’obliger à redresser la barre samedi (20h) à la Meinau contre Dijon qui se déplace ce soir à Paris.
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 4620
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 71
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 21ème Journée: Marseille - Strasbourg

Message  67120 le Mer 17 Jan - 5:31

un homme dans le match - Alexandre Oukidja Dans tous ses états
Tour à tour tranquille, héroïque, battu et blessé, le gardien strasbourgeois a vécu un match où il a soufflé le chaud et le froid. Comme le Racing, il devra se relever.
Il a été le dernier à quitter le vestiaire alors qu’il n’avait pas été le dernier à le rejoindre. Alexandre Oukidja avait néanmoins des circonstances atténuantes pour provoquer l’impatience du chauffeur du bus qui devait emmener la délégation strasbourgeoise à Marignane, dans la nuit provençale : le gardien se déplaçait alors avec des béquilles, ayant sacrifié son genou dans le face-à-face avec Dimitri Payet qui a conduit au second but de l’OM.

L’habituel remplaçant, au relais de Bingourou Kamara en délicatesse avec un… genou depuis plus de deux mois, était encore dans le feu de l’action et a lâché les détails de son clap de fin au Vélodrome.

Touché au ligament latéral du genou

« Je me retrouve avec deux joueurs en face de moi, sur la contre-attaque, Njie et Payet, a-t-il lâché juste avant de s’en aller. Et Dimitri Payet, je le connais puisque je me suis entraîné avec lui à Lille (de 2010 à 2012). Sur l’action, j’attends le plus tard possible. Mais il me fait sa feinte classique, en passant sa jambe au-dessus du ballon. Mon corps a suivi la feinte. Mon genou est parti de l’autre côté. »

Les dégâts ne semblaient, après coup, pas trop conséquent. En dépit de la douleur, « Ouki » n’a pas été trop alarmiste évoquant un « ligament latéral du genou touché », mais a priori pas rompu. Un moindre mal pour l’ancien n°1 qui avait réussi une prestation de haut vol dans l’ensemble.

Et pour sa quatrième de la saison (et de sa carrière) en Ligue 1, le gardien est passé par tous les états. Tranquille, puis décisif avant de s’avouer battu, « Ouki » aurait pu être l’incontestable héros de la soirée. Il a manqué un quart d’heure au Racing pour gratter un point qui lui aurait fait du bien.

Pendant les deux tiers de sa soirée, le gardien a pu fumer la pipe, jamais inquiété, précis dans ses dégagements, première rampe de lancement alsacienne, rassurant par son jeu au pied.

Mais passée l’heure de jeu, la tempête a commencé à souffler. Le garçon de 29 ans, dans sa quatrième saison au Racing, s’est employé sur une tentative de Germain au premier poteau (69e ), sur un penalty mollasson de l’attaquant olympien (72e ) ou encore sur le corner qui a suivi quand Luiz Gustavo a traîné devant son but pour détourner un ballon de Rami.

Oukidja confirmait alors son goût pour les sommets, sa capacité à se transcender comme il avait su le faire, début décembre, au moment de prendre la place de Kamara face au PSG alors qu’il s’agissait de préserver un petit but d’avance face à l’ogre parisien.

Après la victoire qui a suivi, à Bordeaux, le n°2 s’était déjà blessé, à la cuisse, face au… PSG, en coupe de la Ligue, comme l’esquisse d’une malédiction qui frapperait les portiers d’Alsace. L’impression ne s’est évidemment pas envolée hier, Landry Bonnefoi étant appelé à entrer pour les dernières minutes de la rencontre alors que le score était acquis. Njie avait ouvert la marque sur une splendide reprise de volée qu’aucun gardien n’aurait pu arrêter (79e ) et Payet avait donc fait si mal dans la foulée (87e ).
Et revoilà Bonnefoi !

Pour le Racing, il est l’heure de se relever, sans doute sans Oukidja samedi, face à Dijon. A Bonnefoi de montrer, comme il a déjà su le faire face à Toulouse par exemple, que lui aussi peut être à la hauteur d’un poste si exposé cette saison dans l’effectif alsacien.
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 4620
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 71
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 21ème Journée: Marseille - Strasbourg

Message  67120 le Mer 17 Jan - 5:36

Des attaquants atones
Les défenseurs n’ont pas été impériaux mais les attaquants ont tout de même été trop transparents dans le camp marseillais pour que la victoire de l’OM n’apparaisse pas en quelque sorte inéluctable.
A LEXANDRE OUKIDJA (7): 

 DIMITRI FOULQUIER (6). – Pour sa première titularisation en championnat, le latéral droit a été un brin inattentif sur une première action mais a tout de suite repris ses esprits pour accompagner les montées tout en verrouillant son côté.

  BAKARY KONE (5). – Le capitaine a tenu fermement la barre pour inspirer une solidité perdue de vue à l’ensemble strasbourgeois. Le Burkinabé a réussi dans sa mission jusqu’au dernier quart d’heure, dans le vent sur l’éclair de Njie qui a envoyé Payet doubler la mise.
Combativité mais balles perdues

  PABLO MARTINEZ (5).
– Pour sa première dans l’axe en Ligue 1, l’ancien du Gazélec s’est efforcé d’abord de ne pas prendre de risque, repoussant quelques ballons de la tête notamment. Devancé par Ocampos sur le centre de Thauvin (45e +1), il est monté en régime après la pause, plus fort dans les duels, énergique quand il s’est agi de monter sur une reprise de Payet (76e ). Comme son compère Kone, le défenseur central a une part de responsabilité sur le deuxième but.

KENNY LALA (5). – Replacé à gauche, l’ancien Lensois a coupé quelques ballons en profondeur avant la pause, sans prendre trop de risque. Il a joué ensuite sur un fil, tentant de mener à bien quelques mouvements, perdant des ballons dangereux qui ont donné lieu à des contre-attaques phocéennes, créant aussi des ouvertures dans l’organisation marseillaise.

 ANTHONY GONÇALVES (5). – Combatif à souhait comme galvanisé par les ambiances comme celle qui caractérise le Vélodrome, l’ancien de Laval a donné, à Sanson ou à Ocampos, et a reçu. S’il a toujours du déchet, notamment sur coup de pied arrêté, le milieu ne s’est pas caché même s’il a un peu baissé de pied en seconde période.

JEAN-EUDES AHOLOU (6). – Il n’était pas là face à Guingamp, vendredi, et c’est souvent en son absence qu’on mesure son utilité. Le milieu récupérateur a été sobre, attentif, judicieux dans ses placements. Averti injustement à la 61e mais précieux dans l’ensemble.

  JONAS MARTIN (5). – Extrêmement prudent en première période, le meneur de jeu est remonté d’un cran pour initier et accompagner les offensives et décocher le deuxième tir cadré des Bleus.

  IHSAN SACKO (5). – En appel après sa catastrophique sortie face à Guingamp, le jeune milieu offensif a été placé à gauche de l’entrejeu alsacien et a tenté de contrarier Sarr dans l’impossibilité de monter. En deuxième période, il a tenté, assez vainement, de mener quelques offensives.

  NUNO DA COSTA (3). – Le Cap-Verdien devait se décarcasser face au solide Sakaï et a tenté de créer des brèches en déséquilibre. Auteur d’une tête cadrée au cœur du bon quart d’heure strasbourgeois (51e ), il aurait pu ruiner sa sortie en fauchant Payet dans la surface (72e ) mais son gardien a sauvé le coup une première fois. Pas une seconde quand il perd le ballon à l’origine de l’ouverture du score de l’OM. Remplacé par Saadi (82e ).

 STÉPHANE BAHOKEN (4). – Entre Rami et Abdennour, l’attaquant de pointe strasbourgeois devait se coltiner deux golgoths». Il a touché son premier ballon après la pause, le deuxième aurait pu donner lieu à une passe décisive mais l’ancien Niçois a été tout de même assez discret avant d’être remplacé par Terrier (73e ).
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 4620
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 71
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 21ème Journée: Marseille - Strasbourg

Message  67120 le Mer 17 Jan - 5:37

Blayac en tribune et en famille

Hier, Jérémy Blayac était 19e pour la première fois de la saison. Son entraîneur est venu le lui signifier après la collation. L’expérimenté avant-centre du Racing était logiquement un peu déçu et a donc assisté depuis la tribune à la rencontre, en compagnie de son père et son frère initialement venus… le voir jouer.

Gonçalves bientôt suspendu

Averti à la 30e , le milieu droit du Racing Anthony Gonçalves, qui l’avait déjà été le 13 décembre contre le PSG (Coupe de la Ligue) et vendredi contre Guingamp, purgera un match de suspension, soit le 25 janvier face à Lille en 16es de Coupe de France si son cas est étudié dès ce jeudi en commission de discipline, soit le 3 février contre Bordeaux s’il ne l’est que le jeudi suivant.

Bakary Kone

« Il y a beaucoup d’amertume parce que pendant plus d’une heure, on a respecté ce que le coach nous avait demandé, estime le défenseur du Racing. Il y a eu un petit relâchement sur la fin qui nous a coûté cher. Il y a eu un manque de lucidité, des pertes de balle trop tôt, on a trop subi. Nous voilà avec deux défaites en deux matches. On est frustré par le résultat, il y avait moyen de repartir avec un match nul de Marseille ».

Stéphane Bahoken

«On a tenu jusqu’à la 79e. On a fourni beaucoup d’efforts, notamment défensifs, analyse l’avant-centre du Racing. Malheureusement, on a commis deux erreurs d’attention qui ont amené les deux buts. On perd ce soir, mais on n’a pas été nuls. On va essayer de garder le positif, d’aller de l’avant et d’engranger des points dès samedi (20h à la Meinau, ndlr) contre Dijon. On a bien embêté les Marseillais, même si nous ne nous sommes pas procuré beaucoup d’occasions. Nous étions bien en place. Mais l’OM a marqué sur deux éclairs. C’est le très haut niveau. En ce moment, on est dans une spirale un peu négative. Ça arrive dans une saison. Mais aujourd’hui, il y a moins d’abattement que contre Guingamp vendredi, car nous avons fourni une prestation un peu plus aboutie. On a davantage joué ensemble, plus unis. »
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 4620
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 71
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 21ème Journée: Marseille - Strasbourg

Message  67120 le Jeu 18 Jan - 5:39

Sans points, point d’espoir
Après trois revers de rang, dont le dernier porteur d’espoir mardi à Marseille (2-0), le Racing doit relever la tête et prendre des points samedi contre Dijon à la Meinau, le 28 janvier à Lille, puis face à Bordeaux et Troyes les 3 et 10 février à domicile. Autrement dit, quatre concurrents directs.
Thierry Laurey le disait mardi soir au Vélodrome : « On n’avait rien à perdre et pas de pression ». Mais le Racing a quand même perdu (2-0), pour la 3e fois d’affilée en Ligue 1. Sans être alarmante, sa situation est évidemment plus préoccupante qu’après son dernier succès contre Toulouse le 16 décembre à la Meinau (2-1).

Avant-hier, les Bleus ont pourtant joué les yeux dans les yeux – les crampons dans les crampons plutôt, lors d’un match viril – avec un OM sur un nuage chez lui en championnat : 11 succès, 3 nuls et 1 défaite en 15 réceptions à cheval sur la saison passée et celle en cours.

Il a même cru pouvoir signer un exploit qu’il n’avait que très fugacement entrevu lors de ses deux précédents voyages chez les cadors, à Lyon le 5 août (4-0), puis Monaco le 16 septembre (3-0).
« Une petite différence » avec l’OM

Quand Alexandre Oukidja a détourné à la 72e le penalty de Valère Germain, les Bleus ont pu penser que « c’était (leur) jour », comme le dit leur coach. « On y a cru quand Alex a arrêté le penalty. On s’est dit que c’était peut-être notre bonne étoile. Mais on a encore commis quelques erreurs. Je suis malheureux qu’on n’ait pas pu gratter un point. »

Le Racing a ainsi concédé sa 6e défaite à l’extérieur (contre 2 victoires et 3 nuls). Point commun à ces six échecs : son attaque est restée muette (*). Dix-sept buts encaissés, aucun marqué : le différentiel plombe naturellement la différence de buts du promu (- 11). Tout comme ses trois derniers rendez-vous en L1 au cours desquels il a rompu à sept reprises sans trouver l’ouverture (3-0 à Metz, 0-2 contre Guingamp et 2-0 à Marseille).

S’il ne fait pas l’autruche, Thierry Laurey prend soin de relativiser cette funeste série. « À la reprise, on a battu Dijon en Coupe de France (3-2 a.p. le 7 janvier à la Meinau). Ce jour-là, on n’a pas affronté une Régional 3 et on y a d’ailleurs laissé beaucoup de forces. Au Vélodrome, on a fait plus que bonne figure. Le problème, c’est plus la défaite de vendredi contre Guingamp. Je n’ai rien à reprocher aux garçons. Ils ont fait un match plus que correct à Marseille, se sont battus jusqu’au bout et ont consenti une grosse débauche d’énergie. Nous ne sommes pas abattus. Quand tu joues tous les trois jours, tu n’en as pas le temps. Dès maintenant, Dijon nous accapare. On oublie Marseille et on repart de l’avant parce qu’il y a plus de choses positives que négatives à retenir de cette défaite. »
« On n’est jamais satisfait d’une défaite, mais le contenu a été cohérent »


Le résultat excepté, bien sûr. Le technicien considère à ce sujet que son équipe n’a pas fait la meilleure utilisation du ballon. « Il y avait matière à poser plus de problèmes à cette défense marseillaise. On aurait dû mieux exploiter leurs pertes de balle au milieu, comme eux ont su le faire avec les nôtres. Après, nous sommes promus et eux, européens chaque année ou presque. Il y a certainement une petite différence ! »

Elle est ce matin de 20 points. Mais quand le vent est moins porteur, le capitaine du navire bleu ne se laisse pas déstabiliser par la houle. Il garde la tête froide et maintient le cap, en espérant que le grain qui secoue son équipage en ce moment lui permettra de récolter quelques fruits sous peu.

« On n’est jamais satisfait d’une défaite, mais le contenu a été cohérent, appuie Thierry Laurey. Si on avait été concentrés comme ça dès le début contre Guingamp (0-2) , on n’aurait pas connu tous ces déboires. On apprend de nos matches, mais il y a encore des petits bugs. Il va falloir corriger certaines choses récurrentes dans notre jeu. »

Dans la partie d’échecs qu’il livre depuis un mois, le Racing serait effectivement bien inspiré d’avancer ses pions – plutôt que d’en prendre – lors de ses quatre prochains duels contre des concurrents directs, devant Dijon (samedi à la Meinau), à Lille (28 janvier), puis face à Bordeaux et Troyes (3 et 10 février à domicile).

(*) Lyon (4-0), Guingamp (2-0), Monaco (3-0), Troyes (3-0), Metz (3-0) et Marseille (2-0).
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 4620
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 71
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 21ème Journée: Marseille - Strasbourg

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum