20ème journée: Strasbourg - Guingamp

Aller en bas

20ème journée: Strasbourg - Guingamp

Message  67120 le Dim 7 Jan - 5:27

Racing-EA Guingamp le vendredi 12 janvier à 20h45
La Ligue de Football Professionnel a fixé la programmation de la 20e journée de Ligue 1 Conforama.
La rencontre entre le Racing et l’En Avant Guingamp se déroulera le vendred 12 janvier à 20h45 à la Meinau en ouverture de la 20e journée de Ligue 1 Conforama. Elle sera diffusée sur Canal + Sport.
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 4390
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 71
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 20ème journée: Strasbourg - Guingamp

Message  67120 le Mar 9 Jan - 5:38

Un nouveau marathon
La qualification de dimanche en Coupe de France contre Dijon à la Meinau (3-2 a.p.) alourdit le programme du Racing en janvier, avec cinq matches en quinze jours. Les Bleus savent qu’ils joueront gros lors des deux premiers mois de l’année.
La trêve a fait du bien, mais le terrain gras de la Meinau, assoupli par les fortes précipitations de ces derniers jours, et la prolongation d’avant-hier contre Dijon en ont déjà atténué les bienfaits. « Les deux équipes ont été gênées par l’état du terrain », disait d’ailleurs au coup de sifflet final le coach dijonnais Olivier Dall’Oglio, ancien joueur de la maison bleue (1989-1992).
« Ça va s’enchaîner très vite »

Les 120 minutes n’ont évidemment rien arrangé. Mais même si le Racing rejouera dès vendredi (20h45), toujours dans son stade, contre Guingamp lors de la 20e journée de Ligue 1 – la première du cycle retour –, Thierry Laurey ne doute pas que ses joueurs, à qui l’entraîneur strasbourgeois a accordé leur lundi de repos, auront retrouvé de la fraîcheur.

Il le faudra, car avec cette qualification en Coupe de France, les Alsaciens se préparent à courir en ce début d’année un marathon de cinq matches en quinze jours.

C’est bien connu : la récupération est souvent plus facile après un succès. La qualification de dimanche en Coupe a, de fait, permis de se (re)lancer avant les prochaines échéances. C’était aussi le but avoué du stage de la semaine passée en Espagne. « On y a trouvé de bonnes pelouses et de très bonnes conditions d’entraînement, s’en félicite encore le technicien alsacien. L’objectif était de bien se préparer pour ce premier rendez-vous contre Dijon, mais aussi de se projeter sur les autres rencontres de janvier. On va notamment avoir des duels difficiles à la Meinau, face à Guingamp, Dijon qui reviendra en championnat et Bordeaux début février. Ça va s’enchaîner très vite. On espère qu’avec le soutien du public, on parviendra à nos fins vendredi contre Guingamp qui s’est lui aussi qualifié (1-0 contre Niort, ndlr). Mais rien ne va nous être donné dans la deuxième partie de saison. Il faudra être encore plus concentrés, rigoureux et aussi talentueux par moments. Ce sera la condition pour obtenir le maintien le plus rapidement possible. »

Guingamp, le premier, ne donnera sûrement rien aux Bleus en cette fin de semaine. En éliminant les Chamois, les joueurs d’Antoine Kombouaré ont enchaîné un sixième match sans défaite. Avant la trêve de Noël, ils avaient engrangé 11 points sur 15 (3 victoires, 2 nuls) pour se hisser au 7e rang, ex aequo avec Montpellier, de la L1, avec 26 points, soit deux de plus que le Racing. C’est aussi pour cette raison que bien entamer 2018 contre Dijon en Coupe était sinon capital, du moins important pour des Strasbourgeois victimes d’un vilain coup de froid à Metz juste avant la coupure hivernale (revers 3-0 le 20 décembre).
« C’est bien d’avoir relancé la dynamique cassée à Metz »

Appelé au relais de Stéphane Bahoken à une dizaine de minutes de la fin du temps réglementaire avant-hier, Jérémy Blayac sait que les deux prochains mois seront cruciaux. « C’est bien d’avoir relancé une dynamique qu’on avait cassée à Metz , met en lumière l’avant-centre, auteur de son 3e but officiel de la saison malgré un temps de jeu réduit.  Il fallait bien débuter l’année. Maintenant, place au championnat. Les deux mois qui arrivent seront très importants pour nous dans l’optique du maintien. Nous avons fait un gros effort et pris beaucoup de points en novembre et décembre. Il va falloir en refaire un autre en janvier et février. » Avec cinq réceptions en huit journées jusque fin février, le Racing, invaincu à la Meinau en championnat depuis le 24 septembre (1-2 contre Nantes), a effectivement un gros coup à jouer.
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 4390
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 71
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 20ème journée: Strasbourg - Guingamp

Message  67120 le Mer 10 Jan - 5:37

Terrier espéré contre Guingamp

Des Strasbourgeois qui émargent encore à l’infirmerie, un seul est susceptible d’être rétabli pour la réception de Guingamp ce vendredi : Martin Terrier. L’attaquant international espoirs, victime d’une lésion à l’ischio-jambier gauche le 20 décembre à Metz où il reprenait tout juste la compétition après une blessure à l’ischio droit à Bordeaux douze jours plus tôt, est en reprise – très - active. « On doit faire encore le point avec le staff médical, mais je me sens bien. Maintenant, il y a une différence entre l’intensité des séances individualisées et celle d’un match. On va voir. »

En revanche, le joueur prêté cette saison par Lille ne pourra pas jouer face au LOSC que le Racing se prépare à affronter deux fois en quatre jours : le 23 ou 24 janvier en 16es de finale de Coupe de France à la Meinau, puis le 27 dans le Nord en Ligue 1 (date à confirmer). Une clause dans son contrat de prêt l’empêche en effet d’être aligné contre le club auquel il appartient jusqu’en 2021, toutes compétitions confondues.
Kamara sans doute encore absent lors des deux prochains matches.

Eloigné des terrains depuis le 2 décembre à cause d’une tendinite au genou droit, Bingourou Kamara a lui aussi entamé une préparation physique individuelle. Mais l’habituel gardien titulaire a laissé entendre hier qu’il ne serait prêt ni pour la venue de Guingamp vendredi, ni pour le déplacement à Marseille mardi prochain. « On ne sait jamais, mais ça ne devrait pas être bon. »

Le portier international espoirs espère donc être opérationnel pour la réception de Dijon le samedi 20 janvier. Si ce pronostic se confirme, Alexandre Oukidja sera reconduit dans la cage alsacienne face à Guingamp et au Vélodrome.
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 4390
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 71
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 20ème journée: Strasbourg - Guingamp

Message  67120 le Jeu 11 Jan - 6:00

L’exotique rencontre
En vacances à la Martinique, l’actionnaire du Racing Paul Adam et le milieu guingampais Nicolas Benezet ont suivi ensemble l’accession des Bleus en National le 2 juin 2013 contre Raon à Épinal (3-2). Restés en contact depuis, ils ne se sont jamais revus. Les retrouvailles auront lieu demain à la Meinau.
Au printemps 2013, Paul Adam avait – presque – tout prévu. « J’avais réservé mes vacances en Martinique juste après le dernier match du Racing à Raon-l’Étape. C’était la première fois depuis très longtemps que je m’accordais quinze jours. Malheureusement pour moi, la rencontre a été repoussée d’une semaine et délocalisée à Épinal ( le 2 juin ). Je suis parti quand même. Mais il était hors de question que je rate cette ‘’finale’’. »

À l’hôtel où il réside, dans la petite commune du François, celui qui, un an plus tôt, a accepté de devenir actionnaire du Racing aux côtés de Marc Keller se lance dans la quête frénétique d’une télé ou d’un ordinateur. « Je n’avais pas pris mon PC. Il me fallait absolument trouver un écran. »
«J’ai accepté parce que c’était Strasbourg.»


Le matin de la rencontre, il croise au petit déjeuner deux jeunes garçons à casquette. « Ils avaient une dégaine de footballeurs. J’ai engagé la conversation. » Ses deux interlocuteurs ne sont autres que Nicolas Benezet, le milieu de terrain nîmois, alors en partance pour Évian-Thonon-Gaillard, et son jeune frère Lucas, qui évolue cette saison chez les U19 d’Orléans.

« Je leur ai proposé de regarder le match ensemble. » À l’heure dite, le trio s’installe devant un écran à la connexion défaillante. « Il y avait un décalage entre le son et l’image. Les buts étaient annoncés avant même que l’action n’ait lieu. Surtout, il y avait des coupures incessantes. C’était un supplice pour moi. Parfois, on voyait David Ledy partir au but et l’image coupait. On ne savait pas s’il était allé au bout. »

« Disons qu’on n’était pas dans des conditions optimales pour regarder un match de foot pour la montée en National », en sourit rétrospectivement Nicolas Benezet, Guingampais depuis 2015 et visiteur de la Meinau demain pour la 20e journée de Ligue 1.

À 3-0 pour le Racing après un but de Ledy à la 88e , Paul Adam est tout près de sabrer le champagne. Mais la retransmission s’interrompt à nouveau brutalement. «J’ai dit : ‘’C’est bon !’’. Mais Nicolas, qui m’a commenté toute la rencontre, m’a répondu qu’un match n’était jamais scellé avant le coup de sifflet final et qu’il fallait attendre. Quand l’image est revenue, le score n’était plus que de 3-1 et Raon l’a tout de suite réduit à 3-2 sur penalty (92e ). J’ai tremblé jusqu’au bout. Finalement, Strasbourg a gagné. On a fêté ça tous les trois devant un cocktail et un bon repas. »
Benezet a dérogé
à sa règle d’or


Et voilà comment, au fin fond d’une Martinique qu’il affectionne (« j’y suis retourné pour la quatrième fois à Noël, je change systématiquement d’endroit pour mieux la découvrir »), Nicolas Benezet a dérogé à sa règle d’or.

« Je ne visionne jamais un match quand je suis en vacances. Paul a réussi à m’en faire regarder un pour la première fois, de CFA en plus ! Il a vraiment été très fort ( rires ). Mais j’avoue que j’ai accepté parce que c’était Strasbourg. J’ai toujours aimé ce club et l’ambiance de la Meinau. À Épinal aussi, les supporters strasbourgeois ont mis une sacrée ambiance.»

L’ex-international des moins de 20 ans, Étoile d’or France Football en 2012-2013 (meilleur joueur de Ligue 2), et l’actionnaire strasbourgeois ne se sont plus revus depuis. Mais ils sont restés en contact via les réseaux sociaux où le Guingampais est très actif. « Paul m’envoie de temps à autre un message, je lui réponds. C’est une personne très sympa, un passionné de son club et de foot. Ce serait bien si on avait le temps de se revoir vendredi à la Meinau. »

Sauf contretemps, les retrouvailles auront bien lieu demain. « Quand nous nous sommes quittés à la Martinique, nous nous sommes dit que nous nous recroiserions peut-être un jour sur un terrain », se remémore Paul Adam qui n’a pu se rendre à Guingamp au match aller le 27 août (2-0 pour En Avant). « Nicolas vient à la Meinau. J’irai l’accueillir à la descente du bus. J’espère que nous aurons le temps d’échanger quelques mots.»

Pas sûr, cependant, que la conversation tourne autour de la tactique élaborée par le club costarmoricain pour tenter de s’imposer à Strasbourg.
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 4390
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 71
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 20ème journée: Strasbourg - Guingamp

Message  67120 le Jeu 11 Jan - 16:19

Racing: trois forfaits contre Guingamp
Martin Terrier (cuisse), Jean-Eudes Aholou (cuisse) et Dimitri Lienard (mollet) ne joueront pas demain (20h45) à la Meinau face aux Bretons pour la 20e journée de Ligue 1. Pour ce dernier, l'information sera confirmée après l'entraînement de veille de match qui vient de débuter.
Avant l’entraînement qui a débuté voici quelques minutes, l’entraîneur du Racing Thierry Laurey a annoncé en conférence de presse qu’il composerait son groupe pour la réception de Guingamp demain (20h45) à la Meinau à l’issue de cette ultime séance. Mais le technicien bas-rhinois a déjà officialisé trois forfaits pour la venue des Bretons.
L’attaquant international espoirs Martin Terrier, en phase de reprise après sa blessure à l’ischio-jambier gauche à Metz le 20 décembre, a été jugé trop juste. Le milieu récupérateur Jean-Eudes Aholou, touché, lui, à l’ischio-jambier droit dimanche en Coupe de France contre Dijon, n’est pas totalement rétabli. Quant au milieu gauche Dimitri Lienard, il souffre « d’une petite douleur au mollet » et « ne devrait pas jouer », selon le coach. « On ne va pas prendre de risque. »
Ces absences s'ajoutent à celles déjà connues du gardien Bingourou Kamara, du latéral gauche sénégalais Abdallah Ndour et du milieu offensif Benjamin Corgnet, tous trois en phase de reprise.
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 4390
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 71
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 20ème journée: Strasbourg - Guingamp

Message  67120 le Jeu 11 Jan - 18:53

Nogueira et Salmier reviennent
Ecartés dimanche en Coupe de France contre Dijon (3-2 a-p), Vincent Nogueira et Yoann Salmier succèdent à Dimitri Lienard et Jean-Eudes Aholou, blessés, dans le groupe de 18 qui accueillera Guingamp demain (20h45) à la Meinau pour la 20e journée de Ligue 1.
En début d’après-midi, lors de sa conférence de presse de veille de match, Thierry Laurey avait annoncé les forfaits de ses milieux de terrain Dimitri Lienard et Jean-Eudes Aholou, touchés respectivement au mollet et à l’ischio-jambier droits. Il avait aussi confirmé que son attaquant international espoirs Martin Terrier, éloigné des terrains depuis sa sortie à Metz le 20 décembre pour une lésion à l’ischio-jambier gauche, ne serait finalement pas prêt pour la réception de Guingamp demain (20h45) à la Meinau, en ouverture du cycle retour de la Ligue 1.
A l’issue du dernier entraînement qui s’est achevé il y a quelques minutes, l’entraîneur strasbourgeois a indiqué que le milieu relayeur Vincent Nogueira et le défenseur axial Yoann Salmier remplaceraient Lienard et Aholou dans le groupe de 18 retenu pour affronter les Guingampais. Les jeunes Kevin Zohi, Anthony Caci et Ismaël Aaneba, qui ont participé à cette ultime séance, n’ont pas été convoqués. Le dernier jouera dimanche à 14h30 à Eschau avec les U19 en 64es de finale de Coupe Gambardella contre Belfort.
Thierry Laurey n’a pas procédé à la moindre mise en place avant la venue d’un En Avant dont il craint l’impact physique. Une chose est sûre : il va devoir remplacer Aholou et Lienard dans l’entrejeu. En sentinelle, Jérémy Grimm est évidemment un recours naturel. Jonas Martin pourrait, lui, descendre d’un cran si le technicien abandonnait son schéma en 4-4-2 en losange pour revenir au 4-3-3 (ou 4-5-1 en phase défensive) qu’il a déjà utilisé cette saison. Dans ce cas, Nuno Da Costa (à droite) et Stéphane Bahoken (à gauche) pourraient couvrir et arpenter les couloirs autour d’une pointe, peut-être Jérémy Blayac.
En l’absence du gardien n°1 Bingourou Kamara, Alexandre Oukidja a été confirmé dans la cage.
Le groupe : Oukidja – Lala, Mangane, Koné, Seka – Gonçalves, Grimm, Martin – Da Costa, Blayac, Bahoken. Remplaçants : Martinez, Sacko, Foulquier, Saadi, Nogueira, Salmier, Bonnefoi (g).
Les absents : Aholou (cuisse), Lienard (mollet), Terrier, Kamara, Ndour, Corgnet (reprise), Tchamba (bassin), Zohi, Aaneba, Caci, Othon (choix).
Alsace
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 4390
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 71
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 20ème journée: Strasbourg - Guingamp

Message  67120 le Ven 12 Jan - 5:52

Frapper d’entrée
Après avoir réussi ses débuts en Coupe de France, le Racing veut repartir du bon pied en championnat, aujourd’hui, face à Guingamp, à l’entame d’un cycle intense dans sa saison.
En un championnat dont les trois quarts des participants se tiennent un peu par la barbichette, le Racing a tout intérêt à remettre la marche avant, dès aujourd’hui, lors du premier match de Ligue 1 en 2018. Ce n’est pas qu’il a pris du retard jusqu’à présent, loin de là. Avec la 11e place à mi-parcours et ses 24 points au compteur, il est même en avance, dans des temps de passage fort respectables pour un promu, et peut faire envie à quelques novices dans un championnat.
« Envie de faire aussi bien, voire mieux »

Mais puisque la réalité d’un match n’est jamais celle du précédent ou du suivant, le rendez-vous du jour doit contribuer à chasser quelques craintes et entériner quelques obsessions. En mai prochain, à l’heure du bilan, cela fera une belle jambe à Laurey et à ses hommes d’avoir été méritants jusqu’en décembre, si c’est pour se gaufrer dans les grandes largeurs jusqu’au printemps. Or Kader Mangane et ses coéquipiers entament une séquence qui devrait bigrement conditionner la suite. « On a envie de faire aussi bien voire mieux que sur la première moitié de saison, indique l’entraîneur du Racing. Pour y parvenir, à nous de nous relever les manches. On aborde une série de matches assez importants par rapport au nombre de rencontres, mais également au classement. »

Le programme s’annonce effectivement conséquent, un enchaînement de huit matches en 29 jours en cas de qualification en Coupe de France face à Lille. Mais le Racing a fait montre d’une certaine habileté à se mettre au niveau de l’élite, à faire preuve d’efficacité en quelques occasions, à progresser, pas à pas, si l’on excepte la baffe prise en terre messine.

C’était le dernier match en date en championnat et il serait de bon ton de l’effacer ici et aujourd’hui. Avec des clients comme Bordeaux, Saint-Étienne ou Lille dans son sillage au classement, qui n’auront peut-être pas toujours la tête à l’envers jusqu’au bout, l’équipe strasbourgeoise a une occasion de prendre un peu de marge sur Metz, Angers et encore un autre, dans l’idéal, en accueillant l’un des poils à gratter de la Ligue 1.

A priori, Guingamp peut avoir des allures de mise en bouche au regard de ce qui suit, un déplacement à Marseille dès mardi. Mais l’impression relève justement de l’a priori. En ne faisant guère de bruit, s’appuyant sur son identité singulière, l’En Avant reste un empêcheur de jouer entre gros.
« Capable de marquer sur une demi-occasion »


Le Racing l’a appris à ses dépens. En 2011, les Guingampais de Jocelyn Gourvennec avaient coiffé les Strasbourgeois de Laurent Fournier au poteau, pour prendre place sur le podium de National, monter en Ligue 2 et envoyer un club centenaire dans une longue parenthèse qui a pris fin l’été dernier.

Depuis, surtout au Roudourou – deux victoires, six défaites en neuf déplacements –, les Bretons se plaisent à faire la nique à la logique, à s’ancrer dans un panorama où finalement ils finissent par ne pas dépareiller.

À l’aller, les Strasbourgeois en avaient été quittes pour une leçon de réalisme, dans les Côtes-d’Armor (2-0). Dominateurs, ils étaient repartis battus, dans le doute à ne pas avoir su concrétiser, pour le début d’une série de quatre défaites de rang. « Guingamp, c’est un mélange entre joueurs d’expérience et des jeunes, une équipe embêtante à affronter, capable de marquer sur une demi-occasion, constate Thierry Laurey. Mais pour nous, ce serait bien de relancer la machine de suite, même face à un adversaire hyper-réaliste, en étant prêt, d’entrée de jeu, aussi bien physiquement que mentalement. »

Ce serait bien en effet. Le Racing ferait la démonstration que la fatigue liée à la qualification face à Dijon, en Coupe, il y a cinq jours, est évacuée. Et que depuis fin août, quand il avait subi la loi des Guingampais, il a réellement progressé. Il est l’heure de frapper un joli coup dès l’entrée en 2018.
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 4390
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 71
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 20ème journée: Strasbourg - Guingamp

Message  67120 le Ven 12 Jan - 5:54

Guingamp en marche avant
Après un mois de novembre compliqué, l’En Avant a opéré un rétablissement spectaculaire depuis pour se hisser au 8e  rang. Il vient à la Meinau pour gagner..
Inutile de lui poser la question. À l’autre bout du fil, le milieu guingampais Nicolas Benezet la devance.

« Honnêtement, à l’aller, nous n’aurions jamais dû gagner contre Strasbourg. Ce jour-là, nous nous sommes fait peur. »

Le dimanche 27 août, pour la 4e  journée de Ligue 1, l’En Avant Guingamp dispose chez lui d’un RCSA malheureux (2-0).
« On arrive en confiance »

À trois reprises lorsque le score était vierge, les Strasbourgeois ont touché les montants, par Jean-Eudes Aholou (5e ), Martin Terrier (51e ) et Ihsan Sacko (56e ). Cet échec à Roudourou avait été le premier d’une série de quatre qui avait conduit le promu alsacien dans les bas-fonds du classement (19e ).

À l’époque, les Guingampais sont, eux, confortablement calés en milieu de tableau. Mais alors que le RCSA amorce son redressement, le club breton va à son tour traverser un gros mois de dépression, de la fin octobre à la fin novembre : trois revers, trois nuls en six journées et une reculade à la 16e place.

« Ce creux nous a fait ralentir , concède Nicolas Benezet. Toutes les équipes en connaissent dans une saison. Strasbourg l’a expérimenté avant nous. Quand on est ainsi dans le dur, il faut tout faire pour rebondir et changer d’air. Sinon, le doute peut s’installer. »

Ce doute, l’EAG l’a chassé en fin d’année en enchaînant cinq matches sans défaite (trois victoires, deux nuls) et en raflant 11 points sur 15 qui l’ont ramené au 8e rang. Comme le Racing, il s’est qualifié le week-end dernier pour les 16es de finale de la Coupe de France en disposant difficilement 1-0 de Niort (Ligue 2).

« Il n’est jamais évident de débuter l’année contre une équipe de L2 qui défend très bas », commente le Montpelliérain de naissance, recalé en 2004 au centre de formation de Montpellier à cause de sa petite taille.

Le fils de l’ancien coach adjoint de Nîmes et du Paris FC Michel Benezet venait pourtant d’y passer neuf ans.

Lundi, le tirage au sort de la Coupe de France n’a pas épargné les joueurs de l’ex-coach du Racing, Antoine Kombouaré, qu’assiste le préparateur physique Michel Dufour (ndlr : les deux hommes ont collaboré au RCS de juillet 2003 à octobre 2004). Pour les 16es , les Costarmoricains seront conviés à un voyage au PSG.

Sur son compte twitter, le club breton a accueilli la nouvelle avec humour : « Merci. Au revoir. » Le tout illustré d’un émoticône pleurant à chaudes larmes.

Mais avant d’aller défier un PSG où Antoine Kombouaré a vécu quelques-unes de ses plus belles années de joueur (1990-1995), puis d’entraîneur (2009-2011), Benezet et ses potes viendront ce soir à la Meinau pour y garder le sourire. « On arrive en confiance. À domicile, nous sommes costauds, mais nous devons l’être davantage à l’extérieur, notamment défensivement (14e équipe en déplacement avec 2 victoires, 1 nul et 6 revers, 7 buts pour, 17 contre). La zone critique n’est pas très loin (7 points) , mais le haut de tableau non plus. En début de saison, l’objectif du club était un Top 10. C’est toujours d’actualité. Nous pouvons même viser un Top 7 ou Top 8. Nous avons envie d’aller le plus haut possible et venons à Strasbourg pour gagner. »
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 4390
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 71
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 20ème journée: Strasbourg - Guingamp

Message  67120 le Ven 12 Jan - 10:52


dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 4390
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 71
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 20ème journée: Strasbourg - Guingamp

Message  67120 le Ven 12 Jan - 20:05

Ihsan Sacko titulaire en pointe de Strasbourg, plutôt que Blayac
Strasbourg débutera avec Sacko en attaque contre Guingamp.
En l'absence de Martin Terrier, Ihsan Sacko a été préféré à Jérémy Blayac pour occuper la pointe de l'attaque de Strasbourg, ce vendredi (20h45) contre Guingamp. Le reste de l'équipe de départ composée par Thierry Laurey est classique. Côté breton, Antoine Kombouaré a aussi opté pour onze traditionnel avec Jimmy Briand en pointe, plutôt que Marcus Thuram.
 Le onze de départ strasbourgeois
Oukidja - Lala, Mangane, Koné, Seka - Gonçalves, Grimm, Martin - Bahoken, Sacko, Da Costa

Le onze de départ guingampais
Johnsson - Eboa Eboa, Kerbrat, Sorbon, Rebocho - Diallo, Deaux - Salibur, Benezet, Coco - Briand
equipe
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 4390
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 71
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 20ème journée: Strasbourg - Guingamp

Message  67120 le Ven 12 Jan - 20:41

Par rapport aux équipes que nous vous annoncions ce matin, Thierry Laurey titularise Ihsan Sacko au lieu de Jérémy Blayac, sans doute en tête du losange du milieu, en soutien du duo d’attaquants de pointe Stéphane Bahoken-Nuno Da Costa. A Guingamp, c’est Diallo qui apparaît à la place de Phiri en tant que récupérateur côté gauche dans le 4-2-3-1 d’Antoine Kombouaré, avec le capitaine Jimmiy Briand seul en pointe.
.
L’arbitre de ce soir, Sébastien Moreira, présente la particularité de n’officier que pour la 4e fois de la saison après deux matches de Ligue 2 et un de Ligue 1, Toulouse – Caen (2-0) lors de la 17e journée. A chaque fois, l’équipe évoluant à domicile s’est imposée. Suivez notre regard…
Le Franc-Comtois de 40 ans n’est pas trop leste au moment de sortir les cartons (moins de trois de moyenne sur ses trois sorties), ce dont on ne se plaindra pas.
.
La Meinau devrait encore accueilir plus de 20000 spectateurs ce soir. Le stade est bien garni exceptés quelques trous dans la tribune famille et évidemment un quart de virage visiteur presque désert, une vingtaine de courageux Bretons y prenant leurs aises.
.
Petit trait d'humour avant le coup d'envoi: le dernier chant qui s'est élevé du tram à la station Krimeri-Stade de la Meinau: "Qui ne sort pas n'est pas Strasbourgeois!"
.
Le Racing joue en direction du kop en première période, ce qui n'est pas du goût de ce dernier qui l'a fait savoir aux Bretons lorsque ceux-ci ont pris place avec les échanges de fanions.
.
Premier et terrible contre guingampais. Lancé à la limite du hors-jeu par Bénezet, Briand adresse une frappe croisée à ras de terre sur laquelle Oukidja se détend parfaitement.
.
But 0-1
.
Salibur ouvre la marque au cœur d'une défense prise par la vivacité et la technique bretonne.
.
Servi dans la surface par une talonnade de Bénezet, Briand remet pour Coco qui lui même sert Salibur, lequel se présente seul face à Oukidja au prix d'un dribble déterminant, le tout dans un petit périmètre. Salibur n'a plus qu'à soulever le ballon au-dessus du gardien strasbourgeois, livré à lui-même.
.
Da Costa se lance dans un solo côté gauche et est stoppé irrégulièrement par Diallo aux abords de la surface. Jaune inévitable pour le milieu breton. Le coup franc ne donne rien.
.
But 0-2
.

Sur un mauvais dégagement de Mangane, Bruand sert Benezet qui accourt dans l'axe et trompe Oukidja sur ce qui s'apparentait presque à un penalty. Prise de vitesse, la défense strasbourgeoise!
.
Auparavant, Gonçalves avait vu jaune pour une charge à retardement sur Briand.
.
Sur un coup franc de Gonçalves, la tête de Mangane frise la lucarne. La première action alsacienne qui va au bout.
.
Lala, en difficulté en ce début d'année, perd un ballon qui a failli coûté cher à nouveau. Dans la foulée, Oukidja manque sa relance. Quand ça ne veut pas...
.
Da Costa est bien le meilleur Strasbourgeois. Du moins le seul pour l'heure qui parvient à faire des différences. Il s'extirpe encore de l'aile gauche pour servir Gonçalves dans l'axe. Celui-ci remet pour Martin dont la frappe est trop molle pour inquiéter Johnsson.
.
Les Strasbourgeois sont battus dans les duels et semblent manquer d'idées. On pouvait le craindre avec l'absence conjuguée de Lienard et de Terrier.
.
Sauvetage de Lala sur un nouveau contre fulgurant avec Salibur à la conclusion.
.
Fidèle à lui-même, le kop ne se décourage pas et tente d'obtenir le soutien du stade dans son ensemble. Et ça prend!
.
Deux corners en trois minutes, plutôt bien frappés par Martin. La Preuve que le Racing cherche à forcer le destin, même si c'est encore désordonné.
.
Sacko déborde sur la droite et est fauché par Rebocho qui a aussi droit à sa biscotte. Logique.
.
Un but avant la pause relancerait le Racing. Pas impossible, mais il en faudrait un peu plus. Plus de justesse technique surtout.
.
Après une dizaine de minute de tentative de révolte strasbourgeoise, Guingamp maîtrise à nouveau les débats.
.
Jamais bon pour le moral d'un joueur lorsqu'il est remplacé avant même la pause. Hélas, la sortie de Sacko se conçoit tout à fait. Trop de déchet technique. Jérémy Blayac vient à la rescousse de l'avant-garde du Racing.
.
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 4390
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 71
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 20ème journée: Strasbourg - Guingamp

Message  67120 le Ven 12 Jan - 21:48

Les Strasbourgeois reviennent sur la pelouse. Mangane harangue ses troupes réunies en cercle.
.
Sur débordement parfait de Gonçalves, Da Costa est un poil, ou plutôt un cheveu trop court pour catapulter la balle au fond. Dommage. Celle-là, elle était belle.
.
La demi-volée de Grimm, de plus de 20m, file à côté.
.
Le Racing est clairement plus entreprenant. Mais il manque toujours de précision.
.
Mais ça pousse, ça pousse de plus en plus. Avec le coeur et les tripes, tout est possible.
.
Encore une très belle affluence, ce soir à la Meinau: 22578 spectateurs! Le phénomène Racing, quelles que soient les circonstances.
.
Martin décale Seka sur la gauche, dont le centre trouve la tête de Da Costa au 2e poteau. Un peu trop enlevée, la tête.
.
Il en est tout de même certains qui multiplient les approximations ce soir.
.
Il en est tout de même certains qui multiplient les approximations ce soir.
.
La frappe appuyée de Bahoken est déviée au-dessus par un Guingampais. Le corner reste improductif.
.
Dimitri Foulquier remplace Ernest Seka au poste de latéral gauche.
.
Jérémy Grimm prend un coup involontaire au visage et s'écroule. Les Guingampais jouent. Il faut que Kombouaré lui-même les somment de sortir le ballon pour que le jeu s'arrête.
.
Il reste moins d'une demi-heure. Malgré leur volonté, on ne voit pas comment le Racing pourrait revenir. Les Bretons maîtrisent tranquillement le peu de houle à laquelle ils doivent faire face par intermittence.
.
Nicolas Bénezet cède sa place à Ludovic Blas dans l'entrejeu des visiteurs.
.
Sur une mauvaise relance bretonne, Blayac hérite du ballon dans l'axe, à l'entrée de la surface. Sa frappe est détournée... par le coude de Kerbrat sans que M. Moreira ne bronche.
.
Non pas Mama Coco mais Martins Coco, blessé, ce qui ne l'oblige pas à prendre plus que tout son temps, est remplacé par Thuram fils, Marcus en l'occurrence.
.
Thuram se signale immédiatement par un débordement sur la gauche puis un centre au premier poteau pour Blas dont la remise rate le cadre. Les deux entrants en action.
.
Beaucoup trop discret ce soir, comme sur la frappe qu'il vient de manquer alors qu'il était idéalement placé, Stéphane Bahoken laisse le champ libre à Idriss Saadi.
.
Le soufflé du début de seconde période est définitivement retombé. Sans ressort, le Racing ne peut s'en sortir.
.
La tête de Saadi sur un centre de la gauche de Lala ne perturbe pas Johnsson.
.
Le dernier changement de la soirée. Il concerne Pedro Miguel Rebocho et Franck Tabanou. Pour la destination de l'un et de l'autre, si vous avez bien suivi depuis le début, vous aurez compris...
.
Subtile remise en retrait de Blayac pour Gonçalves à l'entrée de la surface. la frappe puissante de l'ex-Lavallois contraint cette fois Johnsson à un arrêt décisif.
.
C'eut été trop. Mais on se demande encore comment Salibur et Briand ne sont pas parvenus à porter le coup de grâce. Sauvetage aussi heureux que miraculeux de Koné, pourtant à terre.
.
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 4390
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 71
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 20ème journée: Strasbourg - Guingamp

Message  67120 le Sam 13 Jan - 5:46

La Meinau s’enrhume
Pour cette première en championnat en 2018, la Meinau a assisté à la troisième défaite à domicile de ses protégés. Un manque  global de maîtrise comme la qualité de l’opposition guingampaise sont à l’origine de ce coup de froid.
OUKIDJA (5). – Sur sa première intervention, il se couche comme il faut sur la frappe de Briand (4e ). En revanche, sur les deux buts guingampais, “Ouki” ne peut pas grand-chose : sa sortie dans les pieds de Salibur est prompte, mais la pichenette est bien exécutée (8e ); la frappe de Benezet, elle, est trop bien placée pour qu’il se reproche quoi que ce soit (16e ). Peu sollicité par la suite.

  LALA (3). – Plutôt à l’aise balle au pied en général, le latéral a accumulé les approximations dans sa moitié de terrain. Résultat : les pertes de balles dans les zones dangereuses se sont multipliées.

Sur le premier but, il est pris sur la feinte de corps de Salibur (8e ). Pas non plus à son avantage dans le domaine aérien. Son apport offensif a été trop neutre.

   MANGANE (3). – Le capitaine est mangé sur la talonnade de Coco en pleine surface sur l’action du premier but (8e ). Sa relance dans les pieds de Coco sur une longue ouverture amène le but de Benezet (16e ).

Il aurait pu se rattraper immédiatement en cadrant sa tête (18e ). On l’a connu plus saignant.

   KONÉ (4). – Au sein d’une arrière-garde plutôt secouée, le Burkinabé a taché de faire sobre dans ses interventions, préférant mettre le ballon en touche que de se hasarder à des relances mal maîtrisées.

   SEKA (4). – Il a rapidement ressenti l’appel du large dans son couloir gauche, mais la réussite guingampaise l’a rappelé à ses devoirs défensifs.

Sur le jeu en triangle qui amène le but de Salibur, il est trop loin de Briand pour intervenir (8e ). Plus offensif après la pause, mais sans grande réussite.

●  Remplacé par la 64e par DIMITRI FOULQUIER qui a renoué avec la L1 après son unique apparition à Nice (10e journée).
Les initiatives
de Da Costa

  GONÇALVES (4). – En l’absence de Lienard, il a été chargé d’offrir des munitions dans la surface à ses partenaires sur les coups de pied arrêtés. Son carton jaune (13e ) ne l’a pas empêché de se montrer vindicatif.

Un engagement qui s’est également vu à travers ses courses. Plus en vue après le repos, notamment sur ses débordements et cette frappe repoussée par Johnsson (89e ).

    GRIMM (3). – Pour sa troisième titularisation en L1, en remplacement d’Aholou, le milieu récupérateur n’a pas été ménagé. Dans sa zone, Benezet et Salibur, en jouant entre les lignes, l’ont souvent pris à défaut dans son placement.

Sur le second but guingampais, il n’arrive d’ailleurs jamais à revenir sur Benezet (16e ). Un excès de grinta est venu parfois compenser un léger retard dans les duels. Sa frappe lointaine de l’extérieur du droit n’a pas trouvé le cadre (52e ).

    SACKO (non noté). – Sa huitième titularisation, la dernière remontait au 24 septembre face à Nantes, n’a pas été un plaidoyer en sa faveur. Entre l’axe et l’aile droite, le jeune Strasbourgeois n’a jamais su trouver sa place. Ses choix ont rarement été les bons et son manque de justesse l’a empêché de s’exprimer.

●  Remplacé à la 41e par BLAYAC (4) qui s’est positionné à la pointe de l’attaque alsacienne pour faire parler son jeu de tête. Sa frappe à l’entrée de la surface a été contrée par le coude de Kerbrat (69e ).

  MARTIN (5). – Il a essayé d’apporter sa touche technique au milieu de terrain. Pas ménagé dans les duels, cela ne l’a pas aidé à apporter plus de maîtrise au jeu strasbourgeois.

Son plat du pied sur une remise de Gonçalves a manqué de puissance alors qu’il se trouvait en position favorable (24e ). Sa tête, elle, était trop croisée pour réduire la marque (75e ).

    DA COSTA (5). – Des initiatives, comme toujours, des dribbles chaloupés, comme souvent, et un pressing sur les relances guingampaises, comme demandé, qui lui a permis de récupérer quelques ballons.

Un peu court pour convertir de la tête le centre de Gonçalves (49e ), il a incarné la principale menace sur le front offensif du Racing.

  BAHOKEN (4). – D’abord esseulé en pointe, il n’a quasiment jamais eu un ballon dans les pieds à négocier. Son centre vers Da Costa a amorcé la poussée strasbourgeoise du dernier quart d’heure de la première période (31e ).

Son passage à gauche du trident offensif bas-rhinois ne lui a pas été plus favorable.

●  Remplacé à la 77e par SAADI dont la tête a trouvé les gants de Johnsson (83e ).
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 4390
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 71
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 20ème journée: Strasbourg - Guingamp

Message  67120 le Sam 13 Jan - 5:52

La douche froide
Le Racing a entamé son année comme il avait achevé la précédente. La défaite face à Guingamp a relevé d’une logique pour des Strasbourgeois impuissants. Il vaudrait mieux réagir vite.
Les meilleures choses ont une fin. La série de six matches sans défaite, à domicile, s’est achevée hier, avec la visite de Guingamp et l’atterrissage est plutôt douloureux.

Le Racing avait souvent habitué au caviar ces derniers temps, du football champagne avec la chute du leader au passage. Pour le premier match du cycle retour, il a fallu se contenter d’un sandwich au jambon. C’est bien plus fade.
Acteur passif et sans mordant

Thierry Laurey se méfiait comme de la peste de l’équipe en provenance des Côtes-d’Armor, d’un bled de 8000 habitants, qui ne fait pas de bruit mais s’installe dans l’élite hexagonale depuis cinq ans. Il avait bien raison.

Il s’agissait de voler comme un papillon pour piquer comme une guêpe un adversaire solide comme un videur de boîte de nuit. Le Racing a volé comme une guêpe agonisante, sans idée, se heurtant invariablement au carreau noir et rouge, pour le piquer comme un papillon. Et il est demeuré sur le seuil d’une rencontre, acteur assez passif, sans mordant, décevant par rapport à ce à quoi il avait habitué jusqu’ici.

L’En Avant a donc passé une paisible soirée pour ses retrouvailles avec la Ligue 1 en 2018. Autant, à l’aller, au Roudourou, les Strasbourgeois n’avaient pas mérité ce qui leur était arrivé (une défaite 2-0 après avoir touché trois fois les montants) autant ils n’ont rien fait pour éviter un faux départ cette année dans leur championnat.

Briand l’a rappelé d’entrée de jeu en étant l’auteur du premier tir cadré au terme d’une contre-attaque déclenchée dare dare (4e ). Loin de l’école Barça ou Guardiola, l’En Avant ne s’embarrasse pas d’une virevoltante possession, il va vite aussi, mais direct et tout droit ou presque.

Et la deuxième alerte a mis les Bleus dans la panade, Benezet, Briand et Coco bonifiant une ruade de Salibur au départ et à la conclusion d’un mouvement magnifique, à la faveur d’un ballon piqué au-dessus d’Oukidja (8e ). Laurey gesticulait comme un vainqueur du gros lot au moment du tirage mais il sentait bien qu’il était en train de perdre la mise.
«On n’était pas dans le tempo»

Plus fort dans l’impact, plus précis dans ses transmissions et plus impeccable dans son organisation, Guingamp a bientôt pu donner la leçon. Car sur une mauvaise relance de Mangane, les « paysans bretons » ont puni une équipe aux abois, Briand servant Benezet à l’entrée de la surface qui a fait mouche.

A 0-1, on ne voyait pas comment le Racing pouvait s’en sortir. A 0-2, et en dépit du temps restant, c’est comme si la messe avait été dite même si le public de la Meinau ne s’est pas résigné à un silence de cathédrale.

Mangane, d’une tête au-dessus (18e ), et Martin, sur une remise de Gonçalves, d’un tir de l’entrée de la surface bloqué par Johnsson (24e ), ont nourri quelques éclats de voix. En termes d’occasions, ce fut à peu près tout avec une frappe de Gonçalves en fin de match et ce fut bien peu. La rencontre a ressemblé à un jour sans pain, un vrai raté, une soirée à oublier.

« Pendant toute la première période, on a été à l’arrache, on n’était pas dans le tempo, il y a eu beaucoup de déchet. Je ne sais pas si on a perdu autant de ballons sur une mi-temps depuis le début de la saison, a constaté l’entraîneur du Racing après coup. Toute l’équipe a failli avec son entraîneur et son staff. Le fait de perdre n’a rien d’illogique. »
Se relancer à Marseille

Car en seconde période, le Racing s’est heurté à un problème qu’il n’a jamais su résoudre : déséquilibrer un bloc bas au ciment endurci par un avantage au score. Amiens et Nantes l’avaient emporté en un même mode, dans l’enceinte strasbourgeoise, au mois de septembre.

Au moins, pour se rattraper, Mangane et ses coéquipiers sous la menace de leurs poursuivants, Caen, Amiens et Troyes tout au long du week-end, n’auront pas à se plonger face à un casse-tête inextricable de ce type, dans trois jours : c’est à Marseille qu’ils chercheront à se relancer. La perspective n’a néanmoins rien d’une évidence.
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 4390
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 71
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 20ème journée: Strasbourg - Guingamp

Message  67120 le Sam 13 Jan - 5:52

Le fait du match
Guingamp donne la leçon

Très en jambes et parfaitement organisés, les joueurs d’Antoine Kombouaré ont tué le match dès le premier quart d’heure. Menés 2-0 d’entrée, les Bleus ne s’en sont jamais relevés.
On joue la 41e minute hier à la Meinau. Thierry Laurey adresse une petite tape amicale à Ihsan Sacko qu’il a choisi de sortir prématurément pour lancer Jérémy Blayac.

Le jeune attaquant strasbourgeois vient de vivre une première mi-temps si compliquée qu’il pourrait ouvrir un compte pénibilité, liée notamment au remaniement tactique opéré par son entraîneur alors que Guingamp menait 2-0 depuis la 16e minute.

Au coup d’envoi, le coach du Racing est finalement resté fidèle à son schéma en 4-4-2, avec un milieu en losange dont Sacko anime la pointe, en soutien du duo d’attaquants Stéphane Bahoken - Nuno Da Costa. Un rôle qu’il a déjà tenu par le passé.
Les milieux de l’EAG semblent deux fois plus nombreux

On se souvient de la victoire 3-1 à Tours le 12 août 2016 (3e journée de Ligue 2) où il avait assisté les duettistes Khalid Boutaïb, auteur d’un triplé ce jour-là, et Bahoken. Mais quand l’ancien Valenciennois, irrésistiblement porté vers l’attaque, évolue en meneur de jeu au sein du losange, le schéma se transforme vite en 4-3-3.

Pour autant, il serait inique d’expliquer le déséquilibre du jeu alsacien en début de partie par son seul positionnement.

D’autant que très vite, Thierry Laurey va l’en faire changer. Il l’excentre côté droit et en fait de même avec Da Costa à gauche pour laisser Bahoken seul dans l’axe.

L’entrejeu en sapin de Noël, dans un système en 4-5-1 – en phase défensive – qui a si bien fonctionné contre le PSG (2-1) et à Bordeaux (3-0), retrouve droit de cité.

Mais cantonné le long de la ligne, le jeune Ihsan disparaît de la circulation quand il ne multiplie pas les mauvais choix sur les rares ballons qu’il touche.

Dès la demi-heure, un Laurey frustré envoie Blayac à l’échauffement, avant de l’envoyer au feu dix minutes plus tard dans un contexte brûlant.

Car on l’a dit : le mal est fait. Comme Jean-Eudes Aholou, blessé, à qui il succède en sentinelle et à qui c’est aussi parfois arrivé, Jérémy Grimm a souffert de trop de solitude.

Les milieux de l’EAG semblent deux fois plus nombreux que leurs vis-à-vis strasbourgeois. Les contres bretons sont aussi incisifs que les avaient décrits l’entraîneur alsacien la veille en conférence de presse.
Benezet leur a faitla musique

Nicolas Benezet se faufile dans les intervalles, entre les lignes, et le trio Salibur-Briand-Coco se régale de ses astucieux coups de patte.

Parti dans le dos de l’Ostheimois à qui il a faussé compagnie, le meneur costarmoricain n’a d’ailleurs eu besoin de personne pour inscrire le but du break sitôt le quart d’heure franchi (16e ).

Les Guingampais ne se sont pas non plus fait prier pour exploiter les erreurs de relance de Racingmen longtemps dépassés tactiquement, physiquement et techniquement.

Les Bleus ne s’en remettront jamais, malgré une bonne volonté manifeste en deuxième période, illustrée, entre autres, par cette dernière bonne frappe de Gonçalves (89e ).

À l’aller, au stade de Roudourou, ils avaient touché trois fois les montants et s’étaient quand même inclinés 2-0. Hier, même l’entrée de Blayac en point d’appui n’a pas fait office de remontant. K-O en deux rounds, le Racing n’aura pas su, cette saison, relever le gant contre Guingamp.
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 4390
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 71
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 20ème journée: Strasbourg - Guingamp

Message  67120 le Dim 14 Jan - 5:41

Panne générale
Le Racing a raté dans les grandes largeurs son premier match de l’année 2018 en championnat. Face à Guingamp, qui a su appuyer là où ça fait mal, il a été trop mauvais pour avoir exprimé son vrai niveau.
Des passes ratées, des glissades en cascades, des corners au premier poteau, des joueurs statiques ou dominés dans les duels: le Racing a présenté un bien vilain visage vendredi à la Meinau, et la troisième défaite à domicile qui a résulté de sa sortie face à Guingamp a relevé d’une logique implacable.
«C’est un match raté, ça peut arriver, mais il ne faut pas s’arrêter à ça, il en reste 18 derrière»

Il a manqué de tout, dans toutes les lignes, à chaque coin du terrain, sur chaque action pour espérer autre chose face à un adversaire en forme – l’En Avant a désormais récolté 13 des 15 derniers points mis en jeu – et qui a l’expérience et le talent suffisant pour ramasser la mise quand on est prêt à lui céder. Antoine Kombouare n’a peut-être pas une mémoire infaillible puisqu’il a évoqué des retrouvailles inédites avec la Meinau depuis son limogeage du Racing, avant-hier, alors qu’il y était revenu à la tête de Valenciennes lors de la saison 2007-2008.

Mais il a su apprécier la belle victoire décrochée en terre alsacienne. «Depuis notre victoire à Troyes, on est solide, considère-t-il en prenant du recul sur la bonne période vécue dans les Côtes-d’Armor sur cinq journées de Ligue 1, à quatre victoires et un nul. On a fait ce qu’il fallait même si on a eu des situations pour marquer encore.»

Sur le coup, il n’a pas tort. Passés les 20 premières minutes, les deux buts inscrits par les Bretons et quelques rares réactions sporadiques alsaciennes, il n’a jamais été question pour les Strasbourgeois de légitimement croire en un vendredi autre que noir.

Dominés physiquement, brouillons techniquement, douteux tactiquement, les Bleus sont, tout du long, passés à côté de leur sujet. «On n’a pas été à la hauteur de ce qu’on voulait faire, a regretté l’entraîneur du Racing. On n’a pas été rigoureux défensivement, on s’est compliqué la tâche et Guingamp n’a pas hésité à jouer haut.» La fébrilité du Racing et sa maladresse n’ont pas mis longtemps à être punies.

Une irrésistible séquence du quatuor offensif guingampais – Salibur pour Benezet pour Briand pour Coco pour Salibur sur l’ouverture du score – et une relance coupable de Mangane punie par un centre de Briand pour Benezet ont tué le suspense. Les Strasbourgeois ont surtout fait alors montre d’une impuissance manifeste.

Thierry Laurey en a été quitte pour chercher quelques explications, qui n’ont aucune valeur d’excuse dans son esprit. Ses protégés avaient lutté, cinq jours avant pour arracher une qualification en Coupe de France, après prolongation, face à Dijon (3-2). Dimitri Lienard et Jean-Eudes Aholou avaient dû déclarer forfait pour le 20e match de Ligue 1, en raison de pépins physiques. Et un soir sans est devenu un cauchemar de reprise en Ligue 1, la fin d’une série de six matches d’invincibilité à domicile (trois victoires, trois nuls).

«Quand tu n’es pas bien physiquement, techniquement, ça s’en ressent, relève encore l’entraîneur du Racing. Guingamp a eu deux occasions d’entrée, les a concrétisés et s’est libéré. Il y a de la déception. Toute l’équipe a failli, c’est un match raté, ça peut arriver, mais il ne faut pas s’arrêter à ça, il en reste 18 derrière. Des garçons vont revenir, d’autres, qui étaient sur le banc, vont beaucoup nous apporter.»
Se relever à Marseille

Il s’agit bel et bien de songer au coup d’après, car en ce début d’année les matches s’enchaînent: six ou sept en cas de qualification en Coupe de France face à Lille, le 25, en quatre semaines.

«On ne va pas s’appesantir, on doit trouver les problèmes et y apporter les bonnes solutions.» Le prochain à l’horizon est clairement identifié: il s’appelle Olympique de Marseille, au stade Vélodrome, où le défi, de taille, est d’éviter une troisième défaite de rang en championnat.
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 4390
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 71
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 20ème journée: Strasbourg - Guingamp

Message  67120 le Dim 14 Jan - 5:46

Le coup de semonce du capitaine «Les mecs, on fait de la m… e!»
Vendredi, à la mi-temps, le capitaine strasbourgeois Kader Mangane a pris la parole dans le vestiaire pour tenter de réveiller, propos imagés à l’appui, un groupe amorphe durant les 45 premières minutes face à Guingamp.
Il est allésaluer quelques amis autour du bus guingampais, puis est revenu vers la zone mixte. Tranquillement, Kader Mangane a pris le temps d’analyser le jour sans du Racing face à un En Avant qui, depuis quelques semaines, porte parfaitement son nom: 4 succès, 2 nuls et une invincibilité de six journées en Ligue 1, sans oublier une qualification contre Niort (1-0) pour les 16es de finale de la Coupe de France.

Le capitaine strasbourgeois est resté zen, mais pas une seconde, il n’a cherché à manier la langue de bois pour dédouaner le collectif strasbourgeois de sa piteuse entame. «On a fait une sale première mi-temps, indigne de ce que l’on peut représenter, a-t-il lâché. Nous n’avons pas été à la hauteur. Nous avons été catastrophiques dans tous les domaines. Guingamp n’attendait qu’une chose: nous presser, nous mettre en difficulté. Après, quand tu pars avec deux buts de handicap, c’est très difficile de revenir.»

Les absences de trois cadres, Martin Terrier, Jean-Eudes Aholou et Dimitri Lienard, ne sauraient, à elles seules, expliquer ce premier acte hors sujet. «On ne va pas s’en servir comme excuse. Si le coach a mis sur le terrain les onze qu’il a alignés, c’est parce qu’ils méritent de jouer. Mais ces onze-là n’ont pas répondu présent. Ça nous a coûté le match. Nous ne pouvons nous en prendre qu’à nous-mêmes. C’est mentalement surtout que nous n’avons pas été bons. Nous avons subi et, du coup, n’avons pas été physiquement au top.»
«Le maintien est encore loin»

Sans trahir l’intimité du vestiaire, le Sénégalais ne cache pas qu’un sévère recadrage a eu lieu à la pause. Par Thierry Laurey d’abord. «Le coach nous a dit qu’il ne pouvait pas accepter de voir des Guingampais de 60kg nous bouger comme ça. Ce n’est pas normal. Moi, j’ai dit aux autres: ”Les mecs, on fait de la m… e, tous, du gardien au numéro 9. Qu’on relève la tête et qu’on se bouge en deuxième mi-temps parce qu’on ne peut pas continuer ainsi!”»

Même s’il reconnaît qu’un raté dans de si grandes largeurs fait partie «des choses qui arrivent», le défenseur axial avoue espérer: «c’est la dernière fois que nous faisons une telle entame car si nous voulons nous maintenir le plus rapidement possible, nous ne pouvons pas nous le permettre. On va essayer d’oublier ça. Les matches s’enchaînent et ça tombe bien. À Marseille, il faudra offrir un autre visage si nous voulons espérer un point.»

Depuis sa triste série de quatre revers entamée le 27 août à… Guingamp (2-0 déjà), le Racing n’avait plus enchaîné deux échecs en championnat (3-0 à Metz le 20 décembre, 0-2 contre l’EAG). « Nous avions, entretemps, bien débuté l’année en Coupe contre Dijon ( 3-2 a.p. dimanche dernier , NDLR ) et voulions continuer sur cette lancée. Hélas, en L1, nous restons sur deux défaites. Il va falloir stopper l’hémorragie dès mardi. On ne peut pas être fier d’une mi-temps pareille. Dans la tête de tout le monde, ç’a été dur. Le mot d’ordre pour Marseille, c’est de ne pas perdre. On va surtout essayer de montrer un autre état d’esprit. Quand tu as 5-6m de retard sur tous les ballons face à des joueurs d’expérience et habiles comme les Guingampais, tu paies cash.»

Ce premier revers à la Meinau en L1 depuis celui contre Nantes le 24 septembre (1-2) n’a en définitive qu’un mérite: replacer les Bleus face à leurs responsabilités et une réalité qu’ils n’avaient perdues de vue ni les unes, ni l’autre. «Le maintien est encore loin, prévient ”Kadou” Mangane. Il faut se mettre en tête que lors de la deuxième partie de saison, les matches qu’on perd ne se rattrapent plus.»

Le capitaine ne tire pas encore la sonnette d’alarme, mais ses mots incisifs s’apparentent à une vraie piqûre de rappel.
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 4390
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 71
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 20ème journée: Strasbourg - Guingamp

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum