32ème de CDF : Strasbourg / Dijon

Aller en bas

32ème de CDF : Strasbourg / Dijon

Message  67120 le Mer 20 Déc - 13:53

Dimanche 7 janvier à 14h15, le Racing accueille le Dijon FCO dans le cadre des 32èmes de finale de la Coupe de France.
.
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 3779
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 71
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 32ème de CDF : Strasbourg / Dijon

Message  67120 le Mer 20 Déc - 13:54

La réaction de Dijon lors du tirage vue par Eurosport
.


avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 3779
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 71
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 32ème de CDF : Strasbourg / Dijon

Message  67120 le Jeu 4 Jan - 5:13

« Un match ouvert »
Olivier Dall’Oglio, l’entraîneur de Dijon, dresse le bilan de la première moitié de saison de son club. Un bilan que l’ancien défenseur strasbourgeois espère agrémenter d’une qualification pour les 16es de finale.
Olivier Dall’Oglio n’a pas oublié la Meinau. L’entraîneur de Dijon, 53 ans aujourd’hui, a en effet arpenté le couloir droit de la défense alsacienne durant trois saisons.

Et entre 1989 et 1992, celui qui arborait à l’époque une longue crinière a vécu quelques moments magiques sous les couleurs du Racing.

« La montée en Ligue 1 (en 1992) , c’est l’apothéose, même si je n’ai pas vécu que des bons moments en Alsace (*). Il y avait de supers joueurs comme Leboeuf, Djorkaeff, Cobos », se remémore Olivier Dall’Oglio.

Mais si l’ancien défenseur est content de revoir ses amis alsaciens – et notamment Marc Keller, qu’il a côtoyé sur le pré –, pas question de faire des cadeaux en ce début d’année 2018. Car du côté de Dijon, on prend la Coupe de France au sérieux. Très au sérieux, même…
Philosophie offensive

« La Coupe de France est une compétition, assène le natif d’Alès. Je n’aime déjà pas perdre les matches amicaux, alors je peux vous assurer qu’on va prendre cette rencontre au sérieux. Bien sûr, la Ligue 1 est la priorité pour nous, mais la Coupe est très importante pour le club, car jusqu’à présent, on n’a jamais réussi à faire un bon parcours. »

En effet, le Dijon FCO n’est pas encore entré dans la grande légende de la Vieille Dame. Et cela chagrine quelque peu Olivier Dall’Oglio. Mais le coach a de quoi se consoler.

Car à défaut de briller en Coupe de France, Dijon commence à s’inscrire pour de bon dans le top-20 des meilleurs clubs de France.

Et pourtant, le club revient de loin. « Quand j’ai repris l’équipe (en 2012, deux ans après son arrivée au club) , j’ai proposé un projet au nouveau président (Oliver Delcourt, arrivé en mai 2012). Le club allait mal financièrement et sportivement, car  on venait de descendre de Ligue 1. Mais on avait dans l’idée de reconstruire progressivement, de donner une vraie identité au club. On est reparti avec des bases “locales”, des gens qui connaissaient parfaitement le club, comme Stéphane Jobard (son adjoint) qui n’a connu que Dijon dans sa carrière. »

Olivier Dall’Oglio, lui, est passé par la réserve (comme coach) puis par le centre de formation (comme dirigeant) avant de prendre les rênes du groupe pro.

« Quand j’ai pris l’équipe première, cela m’a aidé, car j’avais une vue d’ensemble de tout l’environnement du club. »

Le pari de faire confiance à un coach “maison” s’est vite révélé payant, puisque le club bourguignon a retrouvé la Ligue 1 et s’y est maintenu l’an passé.

Le tout, avec une philosophie de jeu très offensive pas vraiment habituelle pour une équipe qui joue le maintien (**).

« C’était notre façon de jouer en Ligue 2 et on a décidé de la garder en Ligue 1, raconte simplement Dall’Oglio. Alors bien sûr, on a pris des risques. L’an passé, on s’est maintenu à la dernière journée et il y a eu des périodes difficiles, mais on a tenu bon. »

Et l’expérience acquise l’an passé par le groupe dijonnais s’avère précieuse pour l’exercice en cours. À la trêve, le DFCO pointe en effet à la 10e place avec 24 points au compteur. Comme le Racing, 11e avec le même nombre de points, mais un goal-average défavorable.

Au-delà du classement, Olivier Dall’Oglio voit d’ailleurs de nombreuses « similitudes » dans le parcours des deux clubs depuis cet été.

« Les parcours sont un peu similaires. Sans oublier cette envie de jouer, d’aller vers l’avant. Après, quand on s’est rencontré (le 30 septembre dernier, à Dijon, score final 1-1) , les deux équipes n’étaient pas au top, le match n’était pas terrible, mais depuis les deux équipes sont plus en confiance », avance l’entraîneur.

Du coup, Olivier Dall’Oglio s’attend à un match « plus ouvert » dimanche, à la Meinau, qu’il ne l’a été en Côte-d’Or il y a trois mois.

« On va essayer de faire du spectacle pour réchauffer l’ambiance », ajoute même le coach dijonnais, qui avoue être « bien content de retrouver la Meinau ».

« Ce n’est pas le tirage dont je rêvais, j’aurais préféré jouer chez nous. Mais à tout prendre, je préfère affronter une équipe de Ligue 1 pour être tout de suite dans le bain du championnat, plutôt que d’aller affronter une petite équipe, sur un terrain limite jouable et tomber dans le piège », souligne encore Dall’Oglio.

Dimanche, ce sera surtout aux Strasbourgeois d’éviter le piège. Car on l’aura compris, les Dijonnais ne seront pas là pour rigoler…

(*) Le courant ne passait pas avec Gilbert Gress, arrivé en juin 1991 et il a peu joué lors de sa dernière saison à Strasbourg

(**) Dijon est la 5e meilleure attaque de Ligue 1 à la trêve
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 3779
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 71
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 32ème de CDF : Strasbourg / Dijon

Message  67120 le Sam 6 Jan - 18:12

Oukidja titulaire dans les buts
Blessé en fin d’année 2017, l’habituel portier n°2 Alexandre Oukidja gardera, demain (14h15) à la Meinau en 32es de finale de Coupe de France contre Dijon (Ligue 1), la cage du RCSA, à la place du titulaire Bingourou Kamara, convalescent.
Rentrés vendredi après-midi de leur stage de cinq jours en Espagne, les Strasbourgeois se sont entraînés il y a quelques minutes à la Meinau pour préparer la réception de Dijon (Ligue 1) demain (14h15) en 32es de finale de la Coupe de France.

Vingt-trois joueurs ont participé à cette séance de veille de match à l’issue de laquelle le coach du RCSA Thierry Laurey en a écarté cinq : Yoann Salmier, Vincent Nogueira, Anthony Caci, Ismaël Aaneba et Kevin Zohi. Les deux derniers relèvent de longues blessures.

Eux aussi blessés avant la trêve de Noël – pour certains depuis très longtemps -, le gardien Bingourou Kamara, le latéral gauche Abdallah Ndour, le milieu offensif Benjamin Corgnet et l’attaquant international espoirs Martin Terrier sont en phase de reprise et toujours absents. Au sujet de ce dernier, touché à l’ischio-jambier gauche le 20 décembre à Metz (défaite 3-0) et dont l’indisponibilité avait été évaluée à trois semaines, l’entraîneur bas-rhinois a indiqué ne pas vouloir prendre de risque : « S’il est prêt contre Guingamp vendredi prochain, tant mieux. Mais s’il le faut, il patientera jusqu’au déplacement à Marseille (le mardi 16), voire jusqu’à la réception de Dijon en Ligue 1 (le samedi 20), même si j’espère qu’on n’en arrivera pas là. »

Le latéral Dimitri Foulquier, victime d’une déchirure du quadriceps droit fin août, quelques jours après son arrivée, et qui avait rechuté après avoir joué deux matches fin octobre, réapparaît dans le groupe de 18. T. Laurey a toutefois indiqué qu’il serait « trop juste » pour débuter la rencontre face aux Dijonnais.

Le technicien a par ailleurs confirmé qu’en l’absence du titulaire Bingourou Kamara, le gardien n°2 Alexandre Oukidja serait aligné d'entrée, après l’intérim réussi assuré par le n°3 Landry Bonnefoi en fin d’année 2017 lorsque ‘’Ouki’’ était lui aussi sur le flanc. A noter que le latéral gauche Ernest Seka, suspendu à Metz avant la coupure de Noël, effectue son retour.

Comme à chaque tour de Coupe ou presque, le onze de départ devrait être sensiblement remanié.

Le groupe : Oukidja, Bonnefoi – Lala, Mangane, Koné, Martinez, Foulquier, Seka, Grimm, Aholou, Gonçalves, Martin, Lienard, Da Costa, Blayac, Bahoken, Saadi, Sacko.

Absents : Kamara, Terrier, Corgnet, Ndour, Zohi (reprise), Tchamba (bassin), Nogueira, Salmier, Aaneba, Caci, Othon (choix).
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 3779
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 71
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 32ème de CDF : Strasbourg / Dijon

Message  67120 le Dim 7 Jan - 5:05

Comme on se retrouve
Le Racing et Dijon se sont déjà affrontés et neutralisés deux fois cette saison. Le 3e  round a lieu à 14h15 à la Meinau pour le compte des 32es de finale de la Coupe de France, deux semaines avant le 4e , toujours en Alsace, mais en Ligue 1 cette fois.
Ils ne se quittent plus. Le Racing Strasbourg et le Dijon FCO ne sont pas devenus inséparables, mais presque. En cette saison 2017/2018, les joueurs de Thierry Laurey et Olivier Dall’Oglio se seront affrontés à quatre reprises. Les deux premières ont déjà eu lieu au stade Gaston-Gérard. Elles se sont soldées par deux nuls : 0-0 le 29 juillet en amical et 1-1 le 30 septembre lors de la 8e journée de Ligue 1. En ce début d’automne, l’international espoirs du Racing Martin Terrier avait répondu à la 92e au Sud-Coréen Kwon.
« Il va falloir faire un gros match pour se qualifier »

Cet après-midi (14h15) en 32es de finale de la Coupe de France, la Meinau servira de cadre au 3e round entre deux équipes « qui présentent des similitudes », comme l’ont noté les deux coaches ces jours-ci.

« Avec Dijon, on a un profil assez similaire, au nombre de points, puisqu’on est ex aequo (10e et 11e de L1 avec 24 unités, ndlr) , de buts marqués (24 pour le Racing, 28 pour le DFCO, ndlr) , encaissés (31 contre 33) , mais aussi dans le style de jeu, tourné vers l’avant, avec des arguments différents, énumère Thierry Laurey. On peut s’attendre à voir des occasions, même si à l’aller, il n’y en avait pas eu des tonnes. Les deux équipes traversaient alors un moment délicat. Ce nul arraché là-bas a marqué le début de notre réveil. Pour Dijon, ç’a été la même chose (6 succès, 4 revers lors des dix dernières rencontres aller, ndlr). Il va falloir faire un gros match pour se qualifier. Le DFCO est en forme. Il faudra s’en méfier. »

Le Racing l’est aussi. Il est rentré avant-hier d’un stage « parfait » – dixit Laurey – près de Valence (Espagne) et n’est pas mécontent de disputer dans son fief meinovien son premier match de l’année 2018. Le technicien bas-rhinois aurait préféré un tirage moins ardu, il ne fait pas trop la grimace pour autant. À quinze jours d’accueillir à nouveau les Dijonnais pour la 4e manche (le samedi 20 lors de la 22e journée de L1), ses troupes et lui savent « à quoi s’attendre en termes d’opposition ».
« C’est un match intéressant, mais pas capital »

« On reçoit, c’est important, une Ligue 1 qu’on connaît très bien. A priori, c’est moins piégeux. C’est sûr, il y aura un degré de concentration et d’investissement supérieur à ce qu’on aurait pu voir si on était tombé contre un adversaire d’une division largement inférieure. L’objectif numéro un, vous le connaissez (le maintien, ndlr) , mais ce n’est pas pour autant qu’on va brader la Coupe. »

Malgré leurs accrocs respectifs avant Noël (échecs 3-0 à Metz pour le Racing et 2-1 à Angers pour le DFCO), Strasbourgeois et Dijonnais ont bouclé 2017 sur une dynamique ascensionnelle qu’ils entendent prolonger, alors qu’après sept journées, ils ne comptaient respectivement que quatre et cinq points.

« Leurs débuts ont été aussi difficiles que les nôtres, se souvient le coach alsacien. Mais Dijon a beaucoup de bons joueurs de ballon. »

Sa division offensive, la 5e de L1 (5 buts pour Kwon et Saïd, 4 pour Jeannot et Tavares), compense souvent la friabilité de sa défense, 18e ex aequo. Mais les hommes de Dall’Oglio souffrent hors de leurs bases (19es avec 1 victoire, 2 nuls et 6 revers) et restent obnubilés par un maintien arraché in extremis l’an passé. Ils ont d’ailleurs déjà en tête la réception samedi prochain de la lanterne rouge messine contre laquelle ils ont signé leur unique succès à l’extérieur du cycle aller (2-1).

« C’est un match intéressant, mais pas capital. On a l’ambition de passer ce tour, comme Dijon sans doute », reprend Thierry Laurey au sujet du duel dominical. Tout à l’heure, entre les frères siamois de la L1, il devra en effet y avoir un vainqueur.
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 3779
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 71
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 32ème de CDF : Strasbourg / Dijon

Message  67120 le Dim 7 Jan - 14:07

Bienvenue au stade de la Meinau où, dans quelques minutes, va débuter le 32e de finale de Coupe de France entre le Racing Strasbourg, 11e de Ligue 1 à la mi-saison, et le Dijon FCO, 10e avec le même nombre de points (24).
.
Voici la composition des deux équipes. Contrairement aux précédentes rencontres de Coupe de la Ligue, l'entraîneur strasbourgeois Thierry Laurey a choisi d'aligner son équipe type ou presque.
Strasbourg : 1. Oukidja – 2. Lala, 5. Mangane (cap), 4. Koné, 3. Seka – 6. Gonçalves, 8. Aholou, 11. Lienard – 10. Martin – 9. Da Costa, 7. Bahoken. Remplaçants: 12. Foulquier, 13. Blayac, 14. Martinez, 15. Saadi, 16. Grimm, 17. Sacko, 18. Bonnefoi (g). Entraîneur : Thierry Laurey.
Dijon : 1. Leroy – 2. Rosier, 5. Varrault (cap), 4. Djilibodji, 3. Haddadi – 6. R. Amalfitano, 8. Marié – 10. Kwon, 9. Saïd, 7. Sammaritano – 11. Tavares. Remplaçants : 12. Chafik, 13. Massouema, 14. Balmont, 15. Sliti, 16. Jeannot, 17. Bouka Moutou, 18. Allain (g). Entraîneur : Olivier Dall’Oglio.
.
On l'a dit: Thierry Laurey n'a finalement que très peu modifié son équipe, sans doute parce qu'il entend la préparer pour le premier match du cycle retour vendredi (20h45) à la Meinau contre Guingamp.
.
Un mot sur les conditions de jeu: la pelouse est moyenne, il souffle en tribunes un petit vent frais assez désagréable, mais un vent qui n'est pas vraiment perceptible au bord du terrain. Environ 15000 spectateurs, peut-être un peu moins, ont pris place dans les gradins.
.
Le coup d'envoi fictif du match est donné par Denis Hildenbrand, le président du FC Still, qui accueille à 17h30 à Molsheim Troyes (Ligue 1), toujours pour le compte de ces 32es de finale. Sa société est en charge de l'entretien des terrains de la Meinau.
.
C'est parti à l'instant à la Meinau. Les débats seront dirigés par l'arbitre Benoit Millot.
.
Il aura fallu attendre un peu plus de cinq minutes pour assister à la première véritable occasion. Elle est dijonnaise et initiée par le latéral droit Valentin Rosier, déjà excellent lors du match aller entre les deux équipes en L1, le 30 septembre au stade Gaston-Gérard (1-1). Son tir tendu et puissant de 25 mètres a frôlé le poteau gauche d'Alexandre Oukidja et raté la cible d'une poignée de centimètres.
.
La réplique du Racing est immédiate. Sur un service de Nuno Da Costa qui était allé gratter le ballon côté droit, Stéphane Bahoken a armé une reprise instantanée, à l'angle droit des 5,50 m, que Benjamin Leroy, bien sorti, a détournée en corner. Le corner n'a rien donné.
.
Après un début de partie un peu timide, les hommes de Thierry Laurey ont clairement pris la direction des opérations. Ils viennent, à deux ou trois reprises, de faire souffler un vent de panique au sein d'une défense dijonnaise obligée de parer au plus pressé et de se dégager à la ''sauve-qui-peut".
.
L'illustration par l'exemple de ce que l'on vous disait à l'instant: ce nouveau missile de Bahoken, légèrement sur la droite à l'intérieur de la surface, claqué en corner par un Leroy bien campé sur ses appuis et bien placé.
.
Et une tentative de plus à porter au crédit des Bleus! Sur un renversement de jeu d'Anthony Gonçalves, Dimitri Lienard, décalé côté gauche à une vingtaine de mètres des buts dijonnais, a tenté sa chance du gauche, mais expédié le ballon nettement au-dessus.
.

Ca faisait un moment que Dijon n'avait plus mis le nez à la fenêtre. C'est fait et ça aurait très bien pu faire mouche. Sur un contre amorcé par le latéral gauche Haddadi que Gonçalves avait laissé filer, puis un cafouillage, Tavares s'est retrouvé idéalement placé plein axe à l'entrée de la surface. Mais l'avant-centre dijonnais a totalement dévissé sa frappe du droit, laquelle est passée largement à côté de la cage d'Oukidja.
.
Quelle double occasion pour les Strasbourgeois!!! Sur un contre amorcé par Da Costa dans son propre camp, le long de la ligne de touche côté droit, Lienard a décalé Gonçalves, totalement esseulé à gauche après avoir temporairement permuté. L'ancien Lavallois est parti défier Leroy, mais a perdu son duel. Sur le ballon renvoyé par le portier bourguignon, Bahoken a placé à l'entrée de la surface une reprise du gauche un peu molle qu'Amalfitano a dégagée sur sa ligne.
.
Même s'ils n'ont pas trouvé l'ouverture alors qu'ils dominent largement les débats, les Bleus montrent en tout cas depuis une bonne demi-heure qu'ils se sont tout de suite remis dans le bain et que la trêve n'a pas entravé les automatismes qui leur ont permis de trouver la bonne carburation, à une ou deux exceptions près, lors du dernier trimestre 2017.
.
Attention tout de même à ces Dijonnais qui restent dangereux en contre! Haddadi n'y est pas étranger. Il vient de mystifier Lala à l'entrée gauche des 16 mètres et de placer une frappe du gauche entre les jambes de Mangane qu'un Oukidja battu a regardée avec soulagement filer d'un rien à côté de son poteau gauche.
.
Le combat rapproché entre Bahoken et Leroy se poursuit. Alerté dans la profondeur par Seka, l'attaquant strasbourgeois n'a une nouvelle fois pas réussi à tromper le dernier rempart du DFCO. ''Steph'' Bahoken est dans tous les bons coups. Il ne lui manque pour l'instant que la finition.
.
Le premier avertissement est distribué à Aholou pour une faute sur Amalfitano.
.
C'est la mi-temps
.
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 3779
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 71
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 32ème de CDF : Strasbourg / Dijon

Message  67120 le Dim 7 Jan - 15:20

C'est reparti
.
Un changement du côté du Racing: Jérémy Grimm remplace Jean-Eudes Aholou, averti juste avant la pause.
.
Thierry Laurey vient d'envoyer Ihsan Sacko, Jérémy Blayac et Pablo Martinez à l'échauffement.
.
La défense de Dijon flotte un peu en ce début de 2e période. Sur une passe en retrait de Haddadi pressé par Bahoken, Leroy a raté son intervention. Le DFCO n'est pas passé si loin du but contre son camp.
.
BUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUU T 1-0
Anthony Gonçalves!!!!!.
.

Le Racing est enfin récompensé et ce n'est que justice. Sur un mouvement initié par Seka côté gauche et un mauvais renvoi de la défense dijonnaise, Bahoken a remisé en retrait pour Lienard dont le centre du gauche instantané a été repris sans contrôle au 2e poteau par Anthony Gonçalves d'une parfaite demi-volée de l'extérieur du droit. Imparable, cette fois, pour Leroy.
.
Premier changement à Dijon, avec la sortie de Wesley Saïd, remplacé par Naïm Sliti.
.
But 1-1
.
L'égalisation de Dijon cinq minutes après l'ouverture du score strasbourgeoise! Elle est signée Papy Djilobodji!!!!
.
Sur un corner de la gauche ajusté par Sliti, le massif défenseur central dijonnais s'est retrouvé totalement seul au 2e poteau et a fusillé Oukidja d'un coup de tête puissant.
.
Juste avant l'égalisation, à la 65e, Olivier Dall'Oglio avait procédé à son deuxième changement et lancé Florent Balmont à la place de Jordan Marié.
.
On notera au passage que l'entraîneur dijonnais s'est montré inspiré avec l'entrée de Naïm Sliti qui, par le passé, a souvent fait des misères au RCSA (avec le Paris FC et le Red Star) et a donc été passeur décisif sur l'égalisation voici quelques minutes.
.
L'égalisation a précisément requinqué le DFCO et jeté un léger trouble dans les rangs alsaciens. Il a fallu, il y a quelques secondes, un Oukidja attentif pour mettre en échec un Kwon qui avait dévié à bout portant un tir raté de son latéral droit Valentin Rosier.
.
Au tour de Thierry Laurey d'injecter du sang frais dans son équipe. Le technicien bas-rhinois rappelle sur le banc un Bahoken remuant, mais malheureux à la finition, et offre dix grosses minutes à Jérémy Blayac. Peut-être plus en cas de prolongation.
.
Indiscutablement, les Dijonnais finissent mieux, comme en témoigne encore cette belle frappe tendue du gauche de Balmont à 25 m. Oukidja l'a cependant assez tranquillement captée dans la niche.
.
Troisième et dernier changement à Dijon: Benjamin Jeannot relaie le Sud-Coréen Kwon.
.
Au RCSA aussi, Thierry Laurey décide d'intégrer son troisième et dernier remplaçant: Ihsan Sacko supplée Jonas Martin.
.
Le Racing a failli avoir le dernier mot. Mais sur un ballon dans l'axe profond, la tentative instantanée de Da Costa a été contrée in extremis par le capitaine bourguignon Cédric Varrault.
.
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 3779
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 71
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 32ème de CDF : Strasbourg / Dijon

Message  67120 le Dim 7 Jan - 16:09

Le temps réglementaire est terminé. Le public de la Meinau va donc avoir droit à une prolongation de 30 minutes, voire plus si affinités.
.
BUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUT  2-1 Blayac
.
BUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUT 3-1 Da costa
.

Et dans la foulée, le 3e but des Bleus!!! Un bijou de Nuno Da Costa!!!!!
.
On va quand même prendre le temps de vous décrire les deux buts que le RCSA vient de marquer coup sur coup. Le premier est l'oeuvre de deux des remplaçants. Sur une accélération côté droit et un centre en retrait d'Ihsan Sacko, Jérémy Blayac est venu couper au premier poteau, d'une talonnade un peu heureuse, le ballon qui a fini sa course dans le petit filet opposé, avec la complicité du poteau droit rentrant.
.
Le second, Nuno Da Costa l'a construit tout seul, sur une remontée de balle côté droit qu'il a conclue d'une fusée du droit à 20 bons mètres dans le petit filet opposé. Un but somptueux qui permet aux Bas-Rhinois de faire le break et d'entrevoir la qualification pour les 16es de finale.
.
But 3-2
.
Ce match fou est relancé par la réduction du score des Dijonnais après une grosse erreur de Kenny Lala dont Julio Tavares vient de profiter!!!!
.
Sur un ballon assez anodin, le latéral droit strasbourgeois a adressé une tête en retrait trop molle sur laquelle s'est précipité l'attaquant du DFCO. Malgré une jolie parade d'Oukidja, le Cap-Verdien, qui avait suivi le renvoi du gardien alsacien, a donc relancé Dijon d'une magnifique talonnade dans un angle fermé.
.
La première partie de la prolongation est terminée. Les Bleus vont devoir tenir 15 minutes.
.
Encore un quart d'heure à jouer donc. Rien n'est fait. Dijon est loin d'avoir renoncé.
.
Dijon a failli égaliser pour la 2e fois du match. Sur un coup franc travaillé de Sliti à 30 m sur le flanc droit, le capitaine Cédric Varrault a sauté plus haut que tout le monde aux 6 mètres, mais a un peu trop croisé sa tête.
.
Les Bleus ont été tout près de refaire le break sur un bon centre en retrait de Gonçalves, mais la reprise à bout portant de Da Costa, freinée par un défenseur dijonnais, a fini dans les gants de Leroy.
.
Deuxième avertissement au Racing, pour Dimitri Lienard cette fois.
.
Troisième jaune du côté strasbourgeois, attribué à Nuno Da Costa.
.

C'est fini! Le Racing vient de se qualifier très difficilement pour les 16es de finale de la Coupe de France.
.
On s'attendait à un match serré entre deux équipes à égalité au classement de la Ligue 1, Strasbourg (11e) et Dijon (10e). Il l'a été. Les Bleus réussissent donc leur entrée dans la compétition, mais le DFCO leur a causé des soucis jusqu'au bout. Au terme d'une spectaculaire prolongation, le RCSA franchit l'obstacle (3-2 a-p). Il connaîtra le nom de son adversaire en 16es après le tirage au sort de demain soir.
.
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 3779
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 71
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 32ème de CDF : Strasbourg / Dijon

Message  67120 le Lun 8 Jan - 5:16

Le Racing à la cravache
Hier à la Meinau, les Strasbourgeois ont dû batailler jusqu’à l’ultime seconde pour écarter de leur route une équipe de Dijon qui a touché du bois dans le temps additionnel de la prolongation (3-2 a-p). Ils connaîtront ce soir leur adversaire en 16es de finale.
Cette fois, il y a eu un vainqueur. Mais à quelques centimètres près, ceux qui ont manqué à une tête de l’attaquant bourguignon Julio Tavares sur le poteau dans le temps additionnel de la prolongation (121e ). Sinon, Strasbourgeois et Dijonnais auraient tout aussi bien pu se séparer sur un troisième nul cette saison (0-0 en juillet en amical et 1-1 en septembre en Ligue 1).

Hier à la Meinau en 32es de finale de la Coupe de France, les Bleus ont, comme leur montant droit, tremblé jusqu’à la fin. Mais ils ont assuré l’essentiel : leur qualification pour les 16es de finale. Ils connaîtront leur adversaire ce soir lors du tirage au sort effectué à partir de 20h au stade Bollaert à Lens.

Au bout du suspense et d’un match aussi enlevé qu’indécis, le Racing est donc resté maître chez lui. Mais son coach Thierry Laurey est le premier à admettre que l’affaire aurait pu tourner sinon à la moutarde dijonnaise, du moins au vinaigre. « Je ne sais pas si on peut dire qu’on s’est qualifié logiquement. La première mi-temps était plutôt pas mal, mais on a eu du mal à la finir, comme souvent. Après, il y a eu pas mal d’espaces, de contres et d’attaques rapides. On aurait pu marquer, eux aussi. Je trouve dommage d’inscrire rapidement deux buts en prolongation et de se faire peur jusqu’au bout. À 3-1, on leur a redonné de l’oxygène en encaissant le deuxième but. »

Avant d’en arriver là et à cette tête de Tavares qui aurait pu envoyer les deux clubs aux tirs au but, les Racingmen avaient réussi une très bonne entame. Pourtant, à l’image d’un Stéphane Bahoken dans tous les bons coups, mais malheureux à la finition, ils n’avaient pas su faire la différence.

Dans son habituel schéma en 4-4-2 avec un milieu en losange, le onze bas-rhinois aurait pu profiter du premier acte manqué des Dijonnais, secoués par Olivier Dall’Oglio au repos. Mais l’ancien Niçois avait perdu trois duels face à l’impérial Benjamin Leroy (8e , 13e et 41e ) et eu la déveine de voir son tir du gauche repoussé sur la ligne par Amalfitano, dans la continuité d’un nouveau face-à-face remporté par le portier bourguignon devant Gonçalves (26e ).

À l’heure de jeu, les hommes de Thierry Laurey finirent tout de même par prendre l’avantage sur un centre instantané de Lienard, encore une fois passeur décisif, repris victorieusement par Gonçalves d’une superbe demi-volée de l’extérieur du droit (60e ).

Mais cinq minutes plus tard, un oubli défensif collectif permit au défenseur Papy Djilobodji de remettre les compteurs à zéro. Sa tête à bout portant sur un corner de Sliti ne laissa aucune chance à Oukidja (65e ).

Les Dijonnais confisquèrent alors le ballon et en privèrent des Bleus à bout de souffle et en apnée jusqu’à la prolongation. Des Alsaciens à qui Jérémy Blayac, d’une talonnade un brin chanceuse après un centre en retrait de Sacko (92e ) et Nuno Da Costa, d’un obus de 25 mètres dans le coin opposé (93e ), redonnèrent de l’air en une minute.
« Un petit parcours peut être sympathique »

Les troupes de Dall’Oglio étaient toutefois loin d’être asphyxiées. Après la réduction du score signée Tavares à la 103e , d’une talonnade inspirée, la Meinau dut même retenir sa respiration. Elle frôla carrément l’apoplexie lorsque la tête du Cap-Verdien se fracassa sur la base du poteau à la 121e.

« C’était un bon match de reprise malgré tout. Quand la qualification est au bout, c’est intéressant, se satisfait Thierry Laurey. On verra ce que le tirage nous réserve. Même si ce n’est pas l’objectif n°1, un petit parcours en Coupe de France peut être sympathique pour les garçons. À eux de se faire plaisir dans ces matches de Coupe, sachant qu’en championnat, nous viserons surtout l’efficacité et la rigueur pour prendre les points et essayer de nous maintenir. »

Le gâteau de la Ligue 1 est en effet indispensable si on veut pouvoir y poser la cerise de la Coupe.
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 3779
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 71
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 32ème de CDF : Strasbourg / Dijon

Message  67120 le Lun 8 Jan - 5:19

Un onze dans le tempo
Thierry Laurey a décidé de titulariser son onze de base pour affronter Dijon, histoire de remettre la machine “Racing” en route…
La Coupe, qu’elle soit “de la Ligue” ou “de France” est souvent l’occasion, pour les entraîneurs de Ligue 1, de faire souffler les habituels titulaires.

Ces rencontres à élimination directe permettent de relancer des blessés, ou encore de donner un peu de temps de jeu à ceux qui en ont moins en championnat.

Thierry Laurey n’avait pas dérogé à la règle en Coupe de la Ligue cette saison, que ce soit face à Saint-Etienne ou Paris-SG. À deux reprises, ces rencontres avaient permis aux Nogueira, Blayac et autres Grimm de jaillir du banc.

Mais hier, l’entraîneur strasbourgeois a préféré lancer son onze type dans le bain. Hormis Alexandre Oukidja, titularisé dans les buts, et Stéphane Bahoken, qui a profité de l’absence de Martin Terrier, tous les hommes de base du Racing étaient sur le pré.

Y compris ceux qui ont le plus de temps de jeu dans les pattes, comme le milieu Jean-Eudes Aholou ou encore le latéral droit Kenny Lala.

Un choix qui peut sembler surprenant, mais qui s’est avéré payant. Rapidement en place, les Bleus ont croqué dans ce match comme s’il n’y avait pas eu de trêve. Impeccables à l’arrière, malgré quelques alertes, audacieux devant, avec quelques combinaisons intéressantes, les Alsaciens ont entamé 2018 de la meilleure des façons.
« On sait que ça va tourner en janvier/février… »

« En Coupe de la Ligue, les matches étaient en milieu de semaine, exposait Thierry Laurey après coup. Là, c’était la reprise et c’était important que les garçons aient du temps de jeu pour préparer le match important face à Guingamp. Mais on sait que ça va tourner en janvier/février. Et notamment lors du prochain tour de Coupe de France, qui aura lieu en semaine. Il y aura forcément de la gestion d’effectif, mais aujourd’hui (hier) , on a simplement voulu mettre la meilleure équipe possible. »

Et Thierry Laurey n’est pas une exception, comme il le dit lui-même. « J’ai vu des matches hier (samedi) et il y avait beaucoup d’équipes qui avaient leur meilleure “compo” du moment ».

Mais pas question, pour autant, de faire n’importe quoi. Le coach n’a ainsi pas hésité à sortir Aholou dès le début de seconde période, pour le préserver quelque peu. « Il a ressenti une gêne et on n’a pas voulu prendre de risque », exposait l’entraîneur. Après l’entrée de Grimm en récupération, il faut attendre la 79e minute de jeu pour voir un deuxième remplaçant faire son entrée, Blayac relayant un Bahoken très remuant.

Et il faut ensuite patienter jusqu’aux toutes dernières minutes du temps réglementaire pour que le troisième changement se fasse, Sacko entrant à la place de Martin. Du sang neuf qui fait du bien à des Strasbourgeois un peu “carbonisés”, passée l’heure de jeu.

Mais si le onze de base a plutôt fait le boulot correctement durant 90 minutes, la prolongation est l’occasion pour les joueurs issus du banc de s’illustrer. Sacko centre pour Blayac, et voilà le Racing qui prend l’avantage grâce à l’efficacité de ses “seconds couteaux”.

« C’est positif. Jérémy (Blayac) apporte beaucoup dans la surface et l’a encore prouvé aujourd’hui (hier) et Ihsan (Sacko) a apporté sa vivacité. Je suis content pour lui, car il ne ménage pas ses efforts et il a été récompensé par une passe décisive », avançait encore Laurey.

Mais comme toujours, le coach refusait de parler de « titulaires » ou de « remplaçants » à l’issue de la qualification. « Je l’ai déjà dit et je le répète : l’équipe qui commence le championnat n’est pas forcément celle qui le termine. C’est un chemin de longue haleine ». Et le Racing aura besoin de toutes ses forces vives pour en voir le bout…
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 3779
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 71
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 32ème de CDF : Strasbourg / Dijon

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum