17eme journée Bordeaux - Strasbourg

Aller en bas

17eme journée Bordeaux - Strasbourg

Message  67120 le Sam 2 Déc - 19:24

FC Girondins de Bordeaux-RCSA le vendredi 8 décembre à 20h45
La Ligue de Football Professionnel a fixé la programmation de la 17e journée de Ligue 1 Conforama.
La rencontre entre les Girondins de Bordeaux et le RCSA se déroulera le vendredi 8 décembre à 20h45 et sera diffusée sur Canal + Sport. La première du Racing au Matmut Atlantique aura donc lieu en ouverture de la 17e journée de Ligue 1 Conforama.
SO
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 4620
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 71
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 17eme journée Bordeaux - Strasbourg

Message  67120 le Mer 6 Déc - 5:41

« Paris, c’est fini »
S’ils ont savouré sans excès leur inoubliable succès de samedi face au PSG à la Meinau (2-1), les Strasbourgeois sont déjà redescendus sur terre. Pour eux, la fête ne sera complète que s’ils négocient bien leurs trois derniers rendez-vous 2017 en Ligue 1. Ça commence vendredi (20h45) à Bordeaux.
Il est 10h30 hier à la Meinau. Voilà 62 heures que le bus du Paris Saint-Germain, qui arbore fièrement le slogan du club de la capitale « Rêvons plus grand », l’a quittée, emportant avec lui des Parisiens défaits et un brin vexés.

Après deux jours de repos, les Strasbourgeois reprennent le chemin de l’entraînement. À leur entrée sur le terrain annexe, le carré des supporteurs les plus fidèles les applaudit, en remerciements de l’exploit réalisé samedi dans un stade en extase : être les premiers à terrasser un PSG invaincu depuis le 30 avril (2-1).
« Un exploit, mais il faut redescendre sur terre  »


Un peu après ses troupes, Thierry Laurey apparaît et lance à la poignée d’irréductibles : « Qui avait misé sur le Racing ? » Une voix s’élève : « Moi ! 50 euros… » Le coach rebondit : « A 16 contre 1, pas mal ! Franchement, je vous aurais bien prêté ces 50 euros avant le match, mais j’aurais été le premier à les considérer perdus. »

Avec le gros lot touché face au PSG, l’entraîneur est d’excellente humeur. Un peu plus tard, avant de regagner les vestiaires, il apostrophe Dimitri Lienard en riant : « Dis donc, t’es allé boire une bière après le match comme je te l’avais dit ? » Le Belfortain acquiesce d’un mouvement de tête.

Après leur fabuleuse victoire face aux stars parisiennes, les Bleus ont rêvé plus grand. Juste un peu. Sans excès. « Mon fils et sa compagne étaient à la maison, avec ses beaux-parents, confie Thierry Laurey. Nous sommes simplement allés visiter Guebwiller et Colmar. Mais aujourd’hui, Paris, c’est fini. »

Euphorie, Champagne et Crémant d’Alsace ont donc été consommés avec modération. Car aux yeux des Bleus, qu’importe le flacon parisien pourvu qu’ils aient l’ivresse d’un bon coup de Bordeaux vendredi !

Jérémy Grimm a lui aussi vécu un week-end tout en sobriété, dans tous les sens du terme : « On a fêté cette victoire comme n’importe quelle autre. Certes, elle sortait de nulle part et de l’ordinaire parce que personne n’aurait misé sur nous. Même si on était très heureux, on a quand même été sage. Tout le monde s’est dit en rentrant chez lui qu’on avait réussi un exploit, mais il faut redescendre sur terre. »

Passeur décisif pour la quatrième fois, “Dim” Lienard reconnaît avoir eu la tête dans les nuages et, surtout, éprouvé un grand soulagement.

« Le jour du match, mon beau-père fêtait ses 52 ans et j’avais peur de gâcher la fête en rentrant à la maison avec une valise. On n’a parlé que de ça autour de moi. J’ai reçu 60 000 messages. Battre le PSG, c’était presque impossible. C’était extraordinaire, magnifique, mais c’étaient surtout trois points hyper importants que l’on n’avait pas réussi à prendre contre Caen le mardi (0-0). J’espère que ces points bonus nous serviront pour nos trois derniers matches de l’année en Ligue 1. Il serait malheureux, après avoir fait chuter Paris, de se ramasser à Bordeaux (vendredi) , contre Toulouse (le samedi 16) et à Metz (le mercredi 20). »

Son entraîneur acquiesce. « Le PSG, on le reverra dans huit jours (le mercredi 13 à 21h05 à la Meinau en 8e de Coupe de la Ligue) et on peut s’attendre à ce qu’il revienne plus fort. Mais nos rencontres vraiment importantes avant la trêve, ce sont Bordeaux, Toulouse et Metz. »
« On sait la réussite que l’on a eue »

Pas du genre à danser la gigue sur la table après un verre de vin chaud, Thierry Laurey avoue tout de même avoir goûté ces moments rares. « Être accueillis à l’entraînement comme ce matin (hier) , ça fait plaisir. Battre Paris, c’est une surprise, extraordinaire d’un point de vue comptable. Mais on sait la réussite que l’on a eue. Le propre de l’exploit, c’est que ça n’arrive pas toutes les semaines. Mais je crois que nous avons désormais pleinement pris la température de la L1. Sur les 8 dernières journées, nous sommes sixièmes ex aequo (*) , sans oublier la qualification en Coupe de la Ligue contre Saint-Etienne. »

Deux jours durant, les Racingmen ont apprécié d’avoir su mettre Paris en bouteille. Mais ils savent bien que pour faire vraiment la fête à Noël, il serait bon, avant, de faire le boulot contre Bordeaux, Toulouse et Metz.

(*) Avec 13 points (3 succès, 4 nuls, 1 revers), comme Monaco, Montpellier et Lille.
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 4620
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 71
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 17eme journée Bordeaux - Strasbourg

Message  67120 le Jeu 7 Déc - 16:15

Bingourou Kamara forfait contre Bordeaux
 Le gardien du RC Strasbourg a une douleur à un genou persistante. Il ne jouera pas vendredi (20h45) contre Bordeaux.
«Bingourou Kamara ne s'est pas entraîné pendant deux jours. Il a une douleur à un genou persistante», a indiqué jeudi en conférence Thierry Laurey, l'entraîneur de Strasbourg. Le gardien avait déjà cédé sa place à Alexandre Oukidja samedi dernier, à la 72e minute de la rencontre contre le PSG (victoire 2-1). Il avait été pris de vertige. Entré à sa place, Oukidja va poursuivre son intérim. «Il le remplacera à Bordeaux», a précisé Laurey, où le RCSA se rend vendredi (20h45) en ouverture de la 17e journée de Ligue 1.
equipe
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 4620
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 71
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 17eme journée Bordeaux - Strasbourg

Message  67120 le Ven 8 Déc - 6:00

Attention danger
Même si Bordeaux n’est pas au mieux, le Racing, avec une défaite en onze semaines, aborde avec méfiance une échéance que la retentissante victoire face au PSG ne rendra pas plus aisée.
S’il a parfois brillé face aux clinquants, Marseille ou le PSG, le Racing n’a pas toujours été d’une efficacité irrésistible face aux souffrants de la L1. Avec du recul, les matches nuls face à Angers (2-2), à la Meinau, à Saint-Étienne (2-2), il y a deux semaines, ou à Guingamp (2-0) à la fin de l’été n’apparaissent pas comme les affaires du siècle. Peu avare d’efforts parfois inutiles, le promu ne constitue pas un gestionnaire hors pair, notamment dans la difficulté quand il s’agit de s’économiser ou de préserver une avance.
« Continuer à provoquer la réussite »

En voyage en Gironde, les Strasbourgeois se frottent à un club qui brille généralement en Ligue 1 mais où la lumière est un peu éteinte depuis quelques semaines. Le groupe bordelais recèle quelques joueurs qui font envie – De Préville, Malcolm, toutefois forfait –, mais n’est pas rayonnant de santé et vogue assez loin de ses objectifs de début de saison: une qualification européenne.

Ainsi, son entraîneur, Jocelyn Gourvennec, un technicien qui a longtemps eu la cote dans le milieu, traverse un gros grain. Néanmoins, Jérémy Toulalan et ses coéquipiers affichent une expérience de briscards bien utile quand il faut se sortir de l’ornière ou enfumer un naïf enjoué.

« C’est un adversaire avec du talent, de la vitesse, cohérent à domicile, constate Thierry Laurey. Il y a tout dans cette équipe. Pour s’en sortir, il faudra surtout être efficace, faire du jeu, continuer à provoquer la réussite. » Les quatre points tombés dans l’escarcelle alsacienne la semaine passée ont été aussi peu mérités que certains points injustement envolés à l’été.

C’est peut-être que le Racing a franchi un palier sans jamais se renier. Sa dernière sortie retentissante peut servir de déclic. Elle peut également faire perdre la tête.

Par ici, nombreux sont ceux qui ont passé la semaine avec un sourire collé au coin des lèvres, la mine un peu hébétée, réjouis, avec la conviction que moult rencontres un peu improbables vécues en six ans et que les saisons passées à s’extirper des profondeurs avaient finalement servi à quelque chose. Ils ne sont pas acteurs du jeu en bleu et c’est tant mieux.
« Quand tu es dans une bonne période, il faut en profiter »

L’entraîneur du Racing, lui, ne risque pas de faire baisser son niveau d’exigence après l’exploit face à Paris et ce n’est pas plus mal. « Quand les joueurs ont mis le curseur haut, ils sont dans l’obligation morale de ne pas le faire descendre, indique encore Laurey. Ils ne connaissent pas leurs limites et il faut en profiter quand tu es dans une bonne période. »

Avec une défaite en neuf matches quand leur adversaire du jour en est à une victoire en huit, c’est presque comme si le Racing apparaissait comme un paradoxal favori, si peu établi en Ligue 1, dans l’antre d’un de ses barons.

Le pronostic est vraiment incertain. Comme c’est de saison, la convocation de la défunte idole des jeunes ne serait pas loin d’embrouiller l’anticipation. Le chanteur, qui a pu confondre Zizou et Zazie, se souciait de la chose sportive comme de son premier pantalon en cuir. Interrogé un jour par un journaliste sur ce qu’il pensait de Toulouse Lautrec, il avait répondu : « Je pense que Toulouse va gagner ».

Pour le Racing, Toulouse c’est dans une semaine et pour illuminer sa fin d’année d’une jolie lumière, il lui convient de ne pas céder à la peur liée à un vrai danger. Après tout, en un peu plus de deux mois, les Strasbourgeois ont remonté neuf points aux Bordelais. Il ne lui est pas interdit de poursuivre sa route sur ce si bon chemin.
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 4620
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 71
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 17eme journée Bordeaux - Strasbourg

Message  67120 le Ven 8 Déc - 6:02

Mendy monte en flèche
L’éphémère attaquant du Racing en National, Alexandre Mendy, poursuit, à 23 ans, son ascension à Bordeaux où il est la bonne surprise de ces dernières semaines.
L’heure n’est pas à la franche rigolade du côté de Bordeaux, pas plus qu’à Saint-Étienne il y a deux semaines.

Alors que le club au scapulaire patine en L1 (1 succès, 2 nuls, 6 revers et 5 points sur 27 depuis 9 journées contre 14 au Racing), les joueurs ont été priés d’observer un silence radio dont ils ne sortent  guère, à toute petite dose, qu’en zone mixte les soirs de match.
Au Racing, il avait éclipsé Ribas

L’ancien Strasbourgeois Alexandre Mendy est soumis à la même obligation de réserve. Prêté par Nice au Racing au mercato d’hiver de la première année de National (2013-2014), le gamin né à Toulon (19 ans alors) a signé cet été pour quatre ans en Gironde, transféré de Guingamp contre 600 000 euros.

Il était arrivé en Bretagne en 2016, en principe pour trois saisons, en provenance de Nice. De la transaction, le “Gym” avait tiré quelque 500 000 euros.

Mais le coach à l’origine de sa venue à En Avant, Jocelyn Gourvennec, était aussitôt parti chez les Girondins. Sous les ordres de son successeur, Antoine Kombouaré (entraîneur du Racing en 2003-2004), Alex Mendy a peu joué en 2016-2017 (22 matches de L1, dont 5 titularisations, 3 buts).

À l’intersaison, Gourvennec a donc tout fait pour le “rapatrier”. L’ex-Niçois, qui a inscrit 4 buts en 15 matches, dont 7 comme titulaire, est la bonne affaire du recrutement bordelais, selon un confrère du journal “Sud-Ouest”. « C’est un pari de Gourvennec avec qui il entretient une vraie relation de confiance. Au départ, il partait à la queue dans la hiérarchie des attaquants, derrière Gaëtan Laborde et Nicolas De Préville, arrivé fin août de Lille. Mais c’est une bonne surprise. Il devrait même compter un but de plus si la goal-line technology avait fonctionné à Dijon vendredi dernier. Sa frappe avait franchi la ligne quand elle a été repoussée, puis reprise victorieusement par Cafu. Il a du déchet à la finition, est perfectible, mais pèse sur une défense. Ceci dit, dans tous ses clubs, il a toujours su tirer profit de son faible temps de jeu. »

Le Racing est bien placé pour le savoir. Quand il débarque à la Meinau en janvier 2014, prêté par Nice où il évolue en réserve, c’est un parfait inconnu. En cinq mois, il va inscrire 6 buts et délivrer 1 passe décisive en National.
« Quelle puissance ! »

Dans l’effectif actuel ne figurent plus que deux de ses ex-coéquipiers, Dimitri Lienard et Jérémy Grimm. « Je ne suis pas surpris de le retrouver dans un grand club français parce qu’il a toutes les qualités pour faire une grosse carrière, démarre “Dim” Lienard. Quand il est venu ici, tout jeune, c’était juste, à la base, pour donner un coup de main devant, car la grosse recrue du mercato d’hiver était Sebastian Ribas. Mais Alex, quelle bête incroyable ! Quelle puissance ! Impossible de lui prendre la balle dos au but. Un roc ! Son chemin était tracé. Il est rapide, adroit, explosif et frappe fort. Il nous avait fait énormément de bien. »

Au mot près, “Jérèm” Grimm reprend à son compte ce compliment : « Je garde de lui un très bon souvenir. Il s’est tout de suite bien senti à Strasbourg. Il aurait d’ailleurs aimé rester, mais ça ne s’est pas fait. C’est un très bon joueur, costaud, physique, dur à rattraper. Il mérite d’être là aujourd’hui. On ne lui souhaite que du bonheur pour la suite. Mais il va falloir que contre nous, il se montre gentil et respectueux (sourire). »

Pas sûr qu’à 23 ans seulement, la nouvelle gâchette girondine manifeste une telle déférence à l’égard du club qui lui a permis de faire ses armes.
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 4620
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 71
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 17eme journée Bordeaux - Strasbourg

Message  67120 le Ven 8 Déc - 20:34

Le temps est doux et pluvieux au stade Atlantique dont la pelouse est impeccable.
.

Néanmoins, les Girondins assurent le minimum à la maison où ils n'ont concédé qu'une défaite, face à Monaco.

Ils affrontent des Bordelais pas au mieux avec leur série à une victoire en neuf matches.
.

Les joueurs de Thierry Laurey sont à l'échauffement.
.

Le Racing se sera-t-il remis de son formidable exploit réalisé face au PSG, voilà six jours ? La réponse est pour ce soir, face à Bordeaux.
.
L'ambiance est aux fêtes de fin d'année, entre un affreux yéti, le père Noël et des noms entourant un traineau pour mettre de l'ambiance dans l'enceinte inaugurée pour l'Euro 2016.
.
C'est la première fois de son histoire que le Racing évolue dans ce stade.
.
Des standards de Johnny Hallyday sont diffusés dans la sono du stade. Visiblement "que je t'aime" est celui qui a le plus la cote.
.
Pour revenir au sportif, Thierry Laurey doit composer avec l'absence de deux titulaires : Bingourou Kamara, a priori en délicatesse avec un genou, et Jonas Martin, qui soigne un pépin à l'adducteur.
.
Voilà le onze aligné côté strasbourgeois : Oukidja - Lala, Mangane (cap.), Koné, Seka - Da Costa, Aholou, Grimm, Lienard, Terrier - Bahoken. Confiance a été logiquement accordée aux vainqueurs du PSG
.
le onze bordelais : Costil - Carrique, Toulalan, Jovanovic, Sabaly - Cafu, Otavio, Lerager, Vada, De Preville - Mendy.
.
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 4620
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 71
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 17eme journée Bordeaux - Strasbourg

Message  67120 le Ven 8 Déc - 20:50

BUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUT 0-1
.
Cela n'a pas tardé à tourner dans le bon sens pour les protégés de Thierry Laurey qui démarrent sur les chapeaux de roue.
.
Sur un dégagement de Oukidja, Otavio n'est pas impérial, plein axe. Terrier en profite pour lancer Bahoken qui réussit un grand pont sur Joavanovic à l'entrée de la surface. L'attaquant ajuste Costil d'un intérieur du gauiche. C'est précis et c'est parfait !
.
On notera tout de même que Bahoken en est à quatre titularisations cette saison pour la bagatelle de quatre buts.
.
Le Racing est parfaitement bien entré dans son match. Bien en place, il ne laisse pas à l'adversaire la possibilité de réagir.
.
Bordeaux ne s'en sort pas et Otavio est obligé de faire une vilaine faute et récolte un carton jaune.
.
Le Racing enquiquine véritablement Bordeaux. Otavio est l'auteur d'une frappe cadrée, des 30 mètres. Plutôt le signe d'une forme d'impuissance que d'une réelle inspiration.
.
C'est Ernest Seka qui vient de voir jaune pour avoir séché Cafu.
.
A part sur quelques corners, le Racing ne tremble vraiment pas.
.
Une centaine de supporters strasbourgeois encourage leurs favoris qui font très bonne figure bien organisés autour de leur milieu à 5 qui empêche les locaux de s'exprimer.
.
Première véritable occasion bordelaise : Une une-deux Cafu-Mendy place le premier en position idéale. Le Brésilien dévisse complètement sa reprise.
.
Lerager décoche une frappe croisée du droit depuis l'entrée de la surface, mais sans conviction. Accessoirement, le tir passe cinq bons mètres à côté.
.
Oukidja vient d'être secoué sur un ballon aérien. Cela donne lieu à un arrêt de jeu de deux minutes mais le gardien semble s'être remis.
.
Alexandre Mendy, en solitaire, est l'auteur d'une tentative depuis l'entrée de la surface. L'attaquant se démarque du marquage de Koné en pivotant et frappe au but. A côté.
.
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 4620
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 71
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 17eme journée Bordeaux - Strasbourg

Message  67120 le Ven 8 Déc - 21:25

Gourvennec se consacre à un judicieux changement puisque le catatrophique Otavio cède sa place à Sankhare.
.

BUTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTT  0-2 Lienard
.
Et ça fait 2-0 oui messieurs mesdames. Deuxième tir cadré et deuxième but pour le Racing qui confirme son irrésistible efficacité. C'est Dimitri Lienard qui provoque la bronca du stade Atlantique sur un splendide coup franc du gauche, pleine lulu. Le Racing est épatant, une nouvelle fois.
.
Les événements se succèdent à Bordeaux. Koné, visiblement touché à la cuisse, cède sa place à Salmier. Ce remplacement intervient après une énorme occasion girondine. Sur le côté droit de la surface, De Preville adresse un centre au six mètres où Mendy, complètement esseulé et devant le but vide, rate le ballon. Juste avant, c'est Da Costa, sur son côté droit, a enfumé quatre Bordelais avant de servir Bahoken en profondeur. Costil sort avec autorité.
.
Et encore une petite occasion strasbourgeoise avant la pause pour faire bonne mesure. Sur un corner, alors que la défense bordelaise ne s'en sort pas, c'est Mangane qui tente d'ajuster Costil. Il rate sa reprise du plat du pied droit. Le ballon file hors cadre.
.
L'ambiance devient hostile aux locaux, les Ultramarines en appellent à la démission de leur entraîneur. Les joueurs au scapulaire ne réussissent pas grand-chose de bien et ce sont les joueurs du Racing qui peuvent se frotter les mains.
.
C'est la pause à Bordeaux et le Racing fait une belle course en tête, efficace, opportuniste et intelligent face à un adversaire qui fait un peu peine à voir. Le voilà amené à gérer une avance de deux buts après la pause. On a connu position moins enviable.
.
Les Ultramarines ont déserté leur tribune derrière les buts. L'ambiance est assez lunaire au stade Atlantique.
.
Et encore une jolie escarmouche dont les Strasbourgeois sont les auteurs. C'est Terrier, lancé côté gauche, qui réussit un rush inspiré. Depuis l'entrée de la surface, il s'essaye à un intérieur du pied qui n'est pas loin de trouver le petit filet opposé.
.
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 4620
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 71
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 17eme journée Bordeaux - Strasbourg

Message  67120 le Ven 8 Déc - 21:58

Cafu est remplacé par Kamano.
.
Si le Racing souffre en ce début de seconde période, il cherche à insister sur quelques contre-attaques. Da Costa vient de provoquer Toulalan qui récolte un carton jaune au passage.
.
C'est Sankhare qui vient de voir jaune pour avoir secoué Da Costa.
.
Sur un coup franc de Vada, Lerager s'impose dans les airs, au deuxième poteau, mais ne trouve pas le cadre d'Oukidja.
.
BUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUT 0-3 Terrier
.

La messe est dite ou presque. Le Racing avait tendance à voler comme un papillon, pas toujours autoritaire dans les duels défensifs mais c'était pour mieux piquer comme une abeille.
.
Terrier a fait mouche au terme d'un splendide rush, quasiment un coast-to-coast, cher aux basketteurs. L'international espoirs est parti de ses 35 mètres, a accéléré, a déposé le milieu bordelais, puis la défense pour finir par ajuster Costil. Le break est fait. En plus, le Racing s'est mis le public dans la poche. Les spectateurs applaudissent chaque passe alsacienne et sifflent toutes les initiatives de leurs habituels favoris.
.
Plasil remplace Vada.
.
Le Racing semble en mesure de gérer son avance en père peinard, Bordeaux s'avérant fantomatique. Sacko vient de remplacer Terrier avant que Bahoken, excentré côté gauche. Dans un angle fermé, Costuil repousse.
.
Quasiment dans la continuité, Bahoken enrhume tout l'axe girondin et Lienard se retrouve en bonne position pour un centre depuis la gauche. Da Costa est à la réception mais le ballon qu'il reprend de la tête trouve la transversale.
.
Sur la contre-attaque, Mendy se retrouve au point de penalty et déclenche une frappe en pivot. Oukidja plonge vite au sol, sur son côté gauche, pour détourner en corner.
.
Un père Noël entre sur la pelouse mais il n'a pas l'autorisation de prêter main forte à l'une ou l'autre équipe. Il est reconduit à la sortie.
.
Il ne peut rien arriver au Racing qui joue bien et a la baraka. A l'instant, De Preville a su s'infiltrer dans la surface alsacienne, côté droit pour centrer. Au premier poteau, Oukidja a détourné juste ce qu'il fallait pour donner une trajectoire aérienne au ballon. Au second poteau, les deux Bordelais ne peuvent pas exploiter le ballon sans le mettre en retrait. Plasil est contré.
.
Dernier changement au Racing où Saadi prend la place de Bahoken.
.
FINI 0-3
.

avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 4620
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 71
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 17eme journée Bordeaux - Strasbourg

Message  67120 le Ven 8 Déc - 22:39

Le Racing s'est forgé un succès impressionnant, aujourd'hui à Bordeaux, lançant sa rencontre sur les meilleures bases, faisant preuve d'une autorité époustouflante pour donner la leçon aux Girondins en Aquitaine.
.
Il décroche ainsi son deuxième succès de rang après avoir battu le PSG, il y a une semaine. Bahoken, Lienard et Terrier ont été les buteurs du soir, mais la défense a également été redoutable et toute l'équipe, au final, a été au diapason.
.
Le Racing fait un bon au classement, se retrouvant 11e, dépassant son adversaire du jour, affichant un niveau de jeu impressionnant pour un promu. Il s'est mis le stade Atlantique dans la poche, a virevolté, a joué et a frappé fort.
La bande à Laurey peut préparer en toute sérénité la venue du PSG à la Meinau, mercredi, sachant que la coupe de la Ligue est tout sauf un objectif majeur, d'autant que les Parisiens risquent de débarquer tout fâché en Alsace.
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 4620
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 71
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 17eme journée Bordeaux - Strasbourg

Message  67120 le Ven 8 Déc - 22:49

Strasbourg plonge Bordeaux dans la crise

Six jours après avoir réalisé l'exploit de battre le Paris Saint-Germain, Strasbourg a enchaîné un nouveau succès en Ligue 1, cette fois à Bordeaux (0-3). Les Girondins, impuissants, se retrouvent en danger au classement.

Le match : 0-3

Plus rien n'arrête Strasbourg. Six jours après avoir réalisé l'exploit de battre le Paris Saint-Germain, le Racing l'a une nouvelle fois emporté, à Bordeaux ce vendredi soir (0-3). «Quand tu arrives à élever ton niveau de jeu et à repousser tes limites contre Paris, tu peux aussi le faire contre les autres. En termes d'exigence, on a mis la barre haut. Il ne faut plus la redescendre», avait demandé Thierry Laurey dans nos colonnes. Ses joueurs ont répondu présent sur le terrain. Avec réalisme.
Deux tirs cadrés, deux buts : c'était leur bilan à la mi-temps. Stéphane Bahoken s'est chargé de débloquer la situation dès la 2e minute (0-1). Auteur du but vainqueur face au PSG, l'ancien Niçois, lancé par Terrier, a éliminé Jovanovic d'un grand pont avant d'ajuster Costil d'une frappe croisée dans le petit filet. Net et sans bavure. Comme le coup franc de Dimitri Liénard (0-2, 38e). Des 30 mètres, l'ex-amateur a nettoyé la lucarne de l'international français. Et que dire de la chevauchée de Martin Terrier, parti de son camp pour dribbler trois adversaires, en seconde période (64e) ?
En l'absence de Malcom, touché à la cheville, les Girondins ont, eux, livré une prestation médiocre, poussant les supporters à quitter leur tribune à la mi-temps. Des slogans «Gourvennec, démission» sont descendus des gradins. Sur la pelouse, les Bordelais ont illustré leur manque de confiance, dans le premier acte notamment. Que ce soit par Cafu (26e et 30e) ou Mendy (40e), qui a raté le ballon à bout portant. Leur réaction au retour des vestiaires n'a rien changé. Au classement, ils se font dépasser par les Strasbourgeois, désormais invaincus depuis un mois en Championnat.
1
Les Girondins de Bordeaux n'ont remporté qu'une seule de leurs dix dernières rencontres de Ligue 1. C'était face à Saint-Etienne (3-0), il y a dix jours. Une victoire sans lendemain.

Le changement : Otavio, sorti dès la 35e minute

Otavio n'est jamais vraiment entré dans son match. Le milieu brésilien, associé à Lerager devant la défense bordelaise, a d'abord été à l'origine de l'ouverture du score strasbourgeoise, en contrôlant mal le ballon dans son camp (2e). Puis il a été averti d'un carton jaune dix minutes plus tard, pour un tacle dangereux sur Bahoken. L'expulsion n'était même pas loin à la demi-heure de jeu. Si bien que son entraîneur a décidé de le remplacer par Sankharé dès la 35e minute. Lequel a provoqué, dans la foulée, le coup franc amenant le break.
equipe
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 4620
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 71
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 17eme journée Bordeaux - Strasbourg

Message  67120 le Sam 9 Déc - 5:50

Toujours plus haut !
En signant hier à Bordeaux, face à des Girondins en chute libre, sa deuxième victoire d’affilée – une série inédite cette saison –, le Racing a confirmé sa forme éclatante (3-0). Son deuxième succès à l’extérieur, le plus large avec celui contre Lille le 13 août à la Meinau, le propulse au milieu de tableau.
C’est moche, un beau stade qui râle la nuit ! Le public de la Meinau l’a trop vécu dans un passé pas si lointain pour se gausser des déboires de Bordelais au bord de la crise de nerfs.

Mais après tout, il s’en moque ! Car “son” Racing, lui, est sur la pente ascendante. Celle qui le rapproche ce matin de la première moitié de tableau.

Son quatrième succès lui permet de prolonger sa belle passe actuelle (une défaite en onze matches officiels). « C’est une très bonne opération comptable », resplendit un Thierry Laurey qui ne se gargarise cependant pas : « Ça nous permet de garder une certaine dynamique et ça ne peut donner que des choses positives, à condition de garder la tête sur les épaules. On est en progression depuis le début. »
Entre ses deux buts, le Racing a géré en père peinard

Lorsque M. Brisard renvoie les deux équipes aux vestiaires à la pause, il y a belle lurette que le kop girondin a perdu patience. Le Racing mène déjà 2-0. Comme face au PSG huit jours plus tôt, il a fait mouche sur ses deux premières frappes cadrées. D’abord par l’inévitable Stéphane Bahoken, auteur de son quatrième but en quatre titularisations (16e de Coupe de la Ligue contre Saint-Étienne compris).

Sur une longue relance de Mangane, Otavio se déchire et Terrier sert instantanément son avant-centre qui, après avoir enrhumé Jovanovic d’un grand pont, ne laisse aucune chance à Costil (2e ). L’ancien Aiglon niçois se sent décidément pousser des ailes ces temps-ci.

Ensuite sur un magistral coup franc de Dimitri Lienard, après une faute de Sankharé sur Aholou. La patte gauche du Belfortain caresse le ballon pour le déposer dans la lucarne gauche (38e ).

Entre ses deux buts, le Racing a géré en père peinard, guère embêté par des Girondins qui ne proposent rien ou presque et transpirent la peur de mal faire. L’ex-Strasbourgeois Alex Mendy se démène tant bien que mal, malgré un genou en vrac, pour exploiter les rares ballons qu’il touche.
Pour Bordeaux, ça sent le bouchon

Mais il manque de précision à la finition (35e et surtout 40e quand, seul aux 6 mètres, il rate sa reprise et un but tout fait).

Ces rares soubresauts ne suffisent pas à calmer la colère des supporters bordelais. « Gourvennec démission ! », ont-ils entonné depuis un bail, avant de fleurir leurs chants par un plus prosaïque « On se fait ch…, on se fait ch… »

Pour Bordeaux, cette saison 2017-2018 commence à sentir le bouchon et avoir un vilain goût de piquette. À la mi-temps, son kop va même quitter son emplacement, monter plus haut en tribune et cesser ses encouragements.

Parallèlement, le Racing recule aussi d’un cran. Il subit davantage, mais tente, sur des contres piquants, d’avaler définitivement et goulûment ce cru bordelais liquéfié.

Martin Terrier, qui a échoué d’un rien à la 49e d’une frappe enroulée juste à côté, va inscrire le but de la soirée – et peut-être de l’année – en partant de ses 30 m et en slalomant entre les poteaux défensifs girondins pour battre un Costil abandonné d’un impeccable intérieur du droit (65e ).

Le voilà lui aussi à trois buts en L1, comme les deux autres buteurs du soir. Da Costa, d’une tête sur la barre après un centre de Lienard, sera même tout près de parachever un triomphe déjà complet (75e ).

« Olé ! Olé ! », raille le perfide public aquitain à chaque passe des Bleus qui filent vers leur deuxième victoire de rang, après leur exploit face au PSG samedi dernier (2-1).

Une série inédite qui les propulse à la 9e place ex aequo devant Bordeaux, originellement candidat déclaré à l’Europe, avant la suite et la fin de la 17e journée aujourd’hui et demain.

Avant, surtout, d’affronter d’ici à Noël deux autres équipes en difficulté, Toulouse samedi prochain à la Meinau, puis Metz à Saint-Symphorien le 20 décembre. De quoi espérer passer sinon l’hiver, du moins les fêtes au chaud. Thierry Laurey y songe évidemment : « On est contents d’avoir 21 points et on espère en avoir un peu plus à la trêve. Mais le championnat ne s’arrêtera qu’au mois de mai. Pour l’instant, on n’a rien gagné, pas même le droit de se maintenir. » Peut-être pas. Mais le droit d’y croire, oui.
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 4620
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 71
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 17eme journée Bordeaux - Strasbourg

Message  67120 le Sam 9 Déc - 5:53

Trio infernal
Le trio Bahoken – Lienard – Terrier a fait parler la poudre pour sceller la victoire strasbourgeoise, face à des Bordelais apathiques, puis résignés. Quant à la défense alsacienne, elle a parfaitement tenu la route, tout comme le milieu de terrain.
OUKIDJA (6). – Titulaire pour la première fois de la saison en Ligue 1, le portier s’est chauffé les gants passé le premier quart d’heure, sur un tir lointain d’Otavio. A ensuite eu quelques hésitations lors de ses sorties aériennes, mais sans conséquences. Sauve son but du bout des doigts face à Sankharé (76e ) puis face à De Preville (84e ).

MANGANE (6). – Le roc sénégalais a été serein, comme à son habitude, dans une première mi-temps où il a rarement été mis dans le rouge. S’est ensuite échiné à défendre proprement et a replacé ses troupes, notamment lors de la bonne période bordelaise, en début de seconde période.
Aholou, le précieux

  KONÉ (non noté). – En difficultés en début de rencontre face au très puissant Mendy, pas très rassurant en relance, le Burkinabé a bien fermé l’angle à la 26e , sur une percée de Cafu. Blessé, il a été remplacé par Salmier juste avant la mi-temps (41e ), qui s’est montré sérieux, sobre et efficace face aux innombrables vagues bordelaises après la pause.

  SEKA (6).
– Averti dès la 18e pour une obstruction sur Lerager (avec qui le Sarcellois de Strasbourg a livré un duel viril), le latéral gauche sera du coup suspendu à Metz. Cela ne l’a pas empêché de livrer un match sérieux et plein, quitte à dégager en tribunes pour ne prendre aucun risque.

  LALA (6). – Le latéral a commencé par bien défendre, comme lorsqu’il a coupé in extremis une louche de Cafu pour De Préville (30e ). Moins porté à l’offensive, mais solide derrière… Lala a fait le job. Surtout en deuxième mi-temps, où il a joué les pompiers de service.

u GRIMM (5). – Le récupérateur, titularisé en sentinelle en l’absence de Martin, a commis quelques interventions un peu limites en début de match. A souvent été pris de vitesse sur les contres bordelais en première mi-temps, mais a bien aidé sa défense a colmaté les brèches ensuite.

AHOLOU (7). – Excentré côté droit en l’absence de Martin, le milieu a fait du très bon boulot, notamment de la tête, en sortant à lui seul tous les corners adverses. Aholou a en plus l’art de garder le ballon et de provoquer de nombreuses fautes adverses, comme celle qui amène le deuxième but strasbourgeois, quand il se fait sécher par Sankharé (37e ). Ô combien précieux.

LIENARD (7). – Précis sur coup de pied arrêté, hargneux en récupération, «Dim» n’a pas laissé sa part aux chiens. Auteur d’une grosse première mi-temps, défensivement parlant, il a en plus nettoyé la lucarne gauche de Costil pour inscrire le 2e but alsacien sur coup franc, son 3e de la saison. Belle prestation aussi en seconde période, où il s’est dépouillé pour garder les buts alsaciens inviolés.

TERRIER (7). – Sa vista et sa technique sont toujours aussi précieuses, comme il l’a prouvé d’emblée en offrant une passe millimétrée à Bahoken sur l’ouverture du score, en récupérant (en renard) un ballon mal contrôlé par Otavio. Rate d’un rien le cadre en tout début de seconde période, où sa frappe enroulée passe juste à côté des buts de Costil, mais sa deuxième occasion sera la bonne, sur un contre solo où il met un vent à Toulala pour le 3-0 (64e ). Remplacé par Sacko (74e ).
DA COSTA (6). – Percutant côté droit, mais pas très en réussite en première mi-temps, le Cap-verdien a été plus en retrait que face au PSG, étant souvent pris par Sabaly en première mi-temps. Mais il s’est remis dans le bon sens ensuite, obligeant Toulalan, puis Sabaly à prendre jaune pour l’arrêter. Manque de réussite, sur un centre de Lienard, quand son coup de boule heurte la transversale de Costil (79e ).

 BAHOKEN (7)
. – D’une efficacité clinique ces dernières semaines, Stéphane Bahoken a continué sur sa bonne lancée en ouvrant le score sur sa première occasion, son 3e en autant de titularisations en Ligue 1. N’a ensuite pas cessé de peser sur une défense bordelaise fébrile. Dommage qu’il rate sa frappe à la 52e , sous la pression de Costil, avant de buter sur le gardien (75e ). Remplacé par Saadi (88e ).
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 4620
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 71
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 17eme journée Bordeaux - Strasbourg

Message  67120 le Dim 10 Déc - 5:37

«Ils ont marché sur l’eau»
A l’instar de l’entraîneur bordelais Jocelyn Gourvennec, bluffé par la prestation des Bleus avant-hier en Gironde (0-3), le monde du foot s’étonne et s’ébahit des performances d’un Racing qui vient de récolter 17 points en 10 journées de Ligue 1.
Quatre victoires, cinq nuls et un revers lors des dix dernières journées de Ligue 1, plus la qualification en Coupe de la Ligue contre Saint-Étienne (1-1, 5-4 aux tirs au but) : quand d’autres souffrent – notamment Bordeaux, Toulouse et Metz, ses trois derniers adversaires de l’année en championnat –, le Racing, lui, pète la forme et le feu.
« À Bordeaux, on était un peu inquiet »


Avant-hier à Bordeaux, son quatrième succès dans cette série de quasi-invincibilité – son cinquième de la saison après celui contre Lille à la Meinau dès la 2e journée (3-0 le 13 août) – a été construit avec la maîtrise exponentielle qui transpire de tous ses pores depuis deux bons mois, malgré quelques coups de moins bien, comme lors du 0-0 heureux contre Caen le 28 novembre à la maison.

Aujourd’hui, tous les voyants sont au vert, même ceux qui clignotaient rouge il y a peu encore. Exemple le plus marquant : la défense, dernière après 14 journées (26 buts encaissés), a serré les rangs et resserré les boulons, avec un ‘‘petit’’ but concédé en trois rencontres, face au PSG et à Mbappé. Elle a certes connu un peu de réussite, puisque Caennais – deux – et Parisiens – une – ont touché trois fois les montants. Mais elle est moins sujette aux erreurs individuelles qui la plombaient durant les deux premiers mois de compétition. Elle a ainsi rendu deux ‘‘clean sheets’’ contre Caen et à Bordeaux, plus d’un trimestre après la première face au LOSC.

Cette embellie se matérialise forcément au classement : après avoir récolté 4 points lors des 7 premières journées (0,57 de moyenne), l’équipe de Thierry Laurey vient d’en rafler 17 au cours des 10 suivantes (1,7). La zone rouge est maintenant repoussée à distance respectable, ce qui ne garantit rien, mais ouvre toutes les perspectives. Surtout avant les deux derniers rendez-vous de l’année samedi à domicile contre Toulouse, puis le mercredi 20 à Metz, deux adversaires mal en point(s).

Auparavant, Kader Mangane et ses potes se frotteront dès mercredi (21h05) à des Parisiens hôtes de la Meinau pour la deuxième fois en douze jours. Après leur succès inattendu face à Neymar et consorts le 2 décembre en L1 (2-1), ce 8e de finale de Coupe de la Ligue est jugé accessoire par le coach strasbourgeois. « Contre Paris, trois points nous sont tombés du ciel, même si on a cherché à les faire tomber. À Bordeaux, on a pris le match par le bon bout. Pour moi, c’est une victoire importante à l’extérieur chez un gros en perte de confiance. Maintenant, on va vite penser au match suivant. Le PSG va revenir mercredi légèrement énervé. Mais Paris en Coupe, ce n’est pas un objectif. Les deux matches de championnat priment. »

Avant-hier au stade Atlantique, « les Strasbourgeois ont marché sur l’eau du début à la fin », à écouter le coach girondin, Jocelyn Gourvennec, un peu tourneboulé et qui reconnaît même « qu’ils auraient pu aggraver le score. Ils ont les jambes pour ça avec leurs trois attaquants. »
« C’est quand même de mieux en mieux »

Indiscutablement, le jeu des Bleus continue à gagner en constance et consistance. La patte du pragmatique Laurey, qui expérimente depuis deux rencontres son troisième schéma tactique de la saison, s’imprime. « À Bordeaux, on était un peu inquiet, car quelques joueurs n’évoluaient pas dans leur registre. C’est pour ça qu’on a adopté le même système que contre Paris ( un 4-5-1 en phase défensive qui se mue en 4-3-3 ). Le spectacle, c’est bien, mais par moments, il faut être capable de verrouiller. C’est parfois assez difficile pour nous, mais c’est quand même de mieux en mieux et c’est à porter au crédit des garçons. »

Spectacle et réalisme : en Gironde, le RCS a su allier les deux. Désormais, dans le regard de ses rivaux pour le maintien, il ne renvoie plus l’image du promu sans grade. Il pourrait même vite prendre du galon s’il suit jusqu’à Noël son assez sensationnelle trajectoire ascensionnelle.
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 4620
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 71
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 17eme journée Bordeaux - Strasbourg

Message  67120 le Lun 11 Déc - 5:08

Le bon plaisir
Ravis de proposer du jeu cette saison, les Strasbourgeois, qui ont souvent péché derrière pendant près de quatre mois, prennent plaisir à mieux défendre depuis trois journées. Avec un seul échec lors de ses onze derniers matches officiels, le Racing a peut-être trouvé son équilibre.
Il faut être un cinéphile averti ou, plus exactement, d’un certain âge pour saisir l’allusion du titre ci-dessus au film de Francis Girod, « Le bon plaisir », sorti en 1984 avec Catherine Deneuve, Michel Serrault et Jean-Louis Trintignant. L’intrigue n’a – on vous l’accorde – pas grand-chose à voir avec le palpitant scénario que déroule le Racing cette saison pour son grand retour en Ligue 1 après presque une décennie d’absence.

Mais depuis le 5 août et une raclée inaugurale à Lyon (4-0), le double promu strasbourgeois procure bien du plaisir à ses supporters. Il a parfois raté des matches et des marches, à Lyon donc, mais aussi contre Amiens (0-1), à Monaco (3-0), à Troyes (3-0), et devant Caen (0-0) quand, ballotté par les Normands, il a eu le bonheur de préserver un point précieux. C’est le lot commun de toute saison, spécialement lorsque l’on a gravi deux échelons en un an.
« On a fait un match magnifique »

Mais bons ou moins bons, les Bleus proposent du jeu. Ils ont d’ailleurs souvent payé le prix de cette hardiesse à cause d’une ‘‘légèreté’’ défensive qu’ils commencent à peine à corriger. Avec un seul but encaissé lors des trois dernières journées, ils ont stoppé l’hémorragie et fait sensiblement baisser leur moyenne de près de deux buts encaissés par match.

Vendredi à Bordeaux, Jérémy Grimm, titularisé pour la deuxième fois en L1, ne s’est pas contenté de louer le réalisme offensif de son équipe, victorieuse 3-0. Il a aussi insisté sur la coopération défensive efficace des Racingmen, teintée – on y revient – de plaisir. « Tout le monde s’est battu pour tout le monde, a défendu ensemble, a pris du plaisir. Le premier but marqué d’entrée a rendu les choses plus faciles, mais on a fait un match magnifique. Devant, les trois étaient en mode accélération. On est resté sur la lancée de Paris. Mais ne nous enflammons pas. Il faut garder les pieds sur terre. »

Depuis les trois coups de la saison, Thierry Laurey reste fidèle à sa philosophie naturelle : offrir du spectacle. Mais le technicien n’est pas suicidaire. Que son équipe ait longtemps pris l’eau le chagrinait. Alors, il n’a pas hésité à changer deux fois de système de jeu pour tenter d’inverser la tendance. Le 4-5-1 (ou 4-3-3 en possession du ballon) appliqué depuis deux rencontres, a permis de signer un exploit historique contre le PSG (2-1), puis de neutraliser assez tranquillement au stade Atlantique des Bordelais « dans une soirée sans », selon leur entraîneur Jocelyn Gourvennec (0-3).

Lorsqu’on l’interroge sur les indisponibilités qui amoindrissent son effectif depuis des mois, le coach alsacien répond invariablement, sans se plaindre, que les autres clubs sont soumis aux mêmes aléas. « On s’adapte. » En Gironde, son choix de reconduire le 4-5-1 était guidé par le profil des hommes à sa disposition : « Sans Jonas Martin et Anthony Gonçalves ( blessés ), on voulait être capable de poser des problèmes à Bordeaux en étant bien organisé. »
24 252 spectateurs de moyenneà la Meinau

Dans cette aptitude à remporter les parties d’échecs auxquelles les convient leurs adversaires (3 succès, 2 nuls lors des 5 dernières journées), les Racingmen tirent donc leur bon plaisir. Et le transmettent à un public qui ne serait pas aussi fidèle s’il devait entonner à chaque match à domicile les refrains des Ultramarines bordelais qui ont exprimé leur ennui sans détours vendredi.

Le spectacle est au rendez-vous, les supporters aussi. En huit réceptions en L1, la Meinau a accueilli en moyenne 24.252 spectateurs. Pour la quatrième fois, elle sera à guichets fermés après-demain contre Paris en 8es de finale de Coupe de la Ligue. À Strasbourg, que la fréquentation ne baisse pas quand dégringolent les températures a toujours été signe de bonne santé.
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 4620
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 71
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 17eme journée Bordeaux - Strasbourg

Message  67120 le Lun 11 Déc - 5:10

En mode canal historique
La vieille garde conserve de beaux restes au sein des équpes alignées par le Racing. Sans évidemment tourner le dos à ses recrues de l’été, Thierry Laurey s’appuie allègrement sur les joueurs qui ont contribué à la montée.
Ils sont quelques-uns à ne pas connaître leurs limites, leur entraîneur n’arrête pas de leur répéter et cela contribue follement au charme de cette équipe. À l’origine, la présence de nombreux anciens dans le onze de Thierry Laurey n’avait rien d’une évidence.

Avec dix recrues, des investissements conséquents pour un promu, des références en Ligue 1, les places semblaient chères dans l’équipe du Racing qui s’était délesté plus ou moins volontairement de forces vives au moment de son retour parmi l’élite. Khalid Boutaïb, Baptiste Guillaume, Éric Marester, Felipe Saad, Laurent Dos Santos, Vincent Gragnic et enfin Mayoro Ndoye avaient quitté le navire, dont quatre – les premiers cités – titulaires en puissance.
À Guingamp, la plus grosse proportion de recrues


Il y a eu, de la part du staff et de la direction une volonté de renouveler un peu son groupe, de se garder quelques coudées franches pour le renforcer. Et cela a donné lieu aux allées et venues de l’été. Néanmoins, à la fin du marché, lors d’un match à Guingamp, les « anciens » pouvaient faire grise mine. Au coup d’envoi au Roudourou, huit nouveaux défendaient les couleurs du promu, seuls Mangane, Aholou et Sacko préservant la présence de la « old school ». Et encore, Bakary Koné et Dimitri Foulquier venaient-ils seulement de signer, étant dans l’impossibilité de jouer en Bretagne.

Thierry Laurey a tout de même veillé à ne pas perdre en route la plupart des artisans de la montée, restés sous la bannière alsacienne. En fait, ce soir de défaite dans les Côtes d’Armor (2-0) a correspondu à la plus grosse proportion de recrue dans son équipe. L’entraîneur a relégué Terrier sur le banc après l’échec face à l’En Avant. Idriss Saadi n’a pas tardé à lui emboîter le pas.

Lienard, lui, est bientôt sorti du placard puis Gonçalves, puis Salmier puis quasiment tous les autres. Il faut aussi constater que les blessures ont fait leur œuvre pour rééquilibrer l’équipe en faveur des anciens. Pablo Martinez est out depuis la mi-septembre, Benjamin Corgnet depuis octobre et Dimitri Foulquier depuis quasiment toujours.

Face à Rennes, il y a trois semaines, la vieille garde était largement majoritaire, seuls quatre arrivés de l’été apparaissant au coup d’envoi et le résultat s’est révélé satisfaisant (2-1).

Au final, parmi les onze bénéficiant du plus fort temps de jeu depuis le début de la saison, cinq étaient déjà là en 2016-2017, Ernest Seka, Dimitri Lienard, Kader Mangane, Yoann Salmier et Jean-Eudes Aholou. On notera d’ailleurs que trois d’entre eux – les trois derniers – n’appartenaient pas au onze type de la saison passée, preuve que la hiérarchie d’un jour n’est pas assurément celle du lendemain.

Si sans parler d’Abdallah Ndour qui n’en finit plus de se soigner, Alexandre Oukidja, Jérémy Grimm, Vincent Nogueira, Anthony Gonçalves en ont été, pour l’heure, éjectés, ils peuvent nourrir l’espoir de revenir en grâce, à un moment ou un autre dans la saison. Et peut-être pas plus tard qu’après-demain.

Pour les débuts du Racing en coupe de la Ligue, face à Saint-Étienne, ils étaient six à connaître leur première titularisation de la saison. Cela avait ressemblé à quelque chose, cela n’avait pas empêché de se qualifier, un soir où Stéphane Bahoken a presque ressuscité. Mercredi, pour le tour suivant, face au PSG, alors que l’infirmerie reste bien remplie et que les cadences sont toujours infernales, cela ressemble une occasion rêvée de briller.
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 4620
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 71
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 17eme journée Bordeaux - Strasbourg

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum