12ème journée : Troyes - Strasbourg

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

12ème journée : Troyes - Strasbourg

Message  67120 le Sam 28 Oct - 22:07

ESTAC Troyes-RCSA le samedi 4 novembre à 20h
La Ligue de Football Professionnel a fixé la programmation de la 12e journée de Ligue 1 Conforama.
La rencontre entre l’ESTAC Troyes et le RCSA se déroulera le samedi 4 novembre à 20 heures au stade de l’Aube. Elle sera diffusée sur BeIN SPORTS.
SO
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 3332
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 70
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 12ème journée : Troyes - Strasbourg

Message  67120 le Jeu 2 Nov - 5:47

Hérelle à tire-d’aile
À l’image de certains joueurs du Racing, Christophe Hérelle est passé en deux ans du National à la L1. Le défenseur troyen, vu aux SR Colmar, savoure sa progression fulgurante mais n’entend pas en rester là.
Tout n’est pas allé trop vite dans la carrière de Christophe Hérelle. Mais tout s’est accéléré depuis 2015 et son départ des SR Colmar : découverte du statut professionnel et de la Ligue 2, montée en Ligue 1 et aujourd’hui sorties hebdomadaires dans les stades de l’élite.
Reconnaissant envers les SRC

De quoi faire mentir un des dirigeants sochaliens qui ne croyait pas en lui alors que le défenseur aspirait à mieux que jouer en CFA avec la réserve doubienne.

« J’avais une grosse volonté de réussir et j’ai vite senti qu’à Sochaux, j’étais loin dans la hiérarchie, raconte le Martiniquais de 25 ans. Je n’en veux pas au club qui m’a quand même formé. Chacun a fait son chemin depuis. C’est aussi grâce à lui (le fameux dirigeant) que j’en suis là aujourd’hui. J’avais envie de lui donner tort. »

Et Christophe Hérelle s’y est bien appliqué en franchissant les paliers un à un. Et si aujourd’hui, il est en haut de l’escalier, il n’oublie pas la première marche sur laquelle il s’est appuyé pour s’élancer vers les sommets. « Mon passage par Colmar (2013-2015) est pour beaucoup dans ce qui m’arrive. Si Damien Ott (l’entraîneur aujourd’hui à Avranches) n’avait pas accepté ce prêt (la première saison) , j’aurais dû rester en réserve à Sochaux », explique celui qui a été touché par la déconfiture des Sports Réunis.

« J’ai beaucoup appris avec les anciens. Quand je suis arrivé à Colmar, j’étais encore un gamin (21 ans). J’ai grandi et mûri là-bas. On a gardé le contact (avec ses anciens coéquipiers) , on communique beaucoup sur notre groupe WhatsApp. »

S’il fait la fierté des ex-Colmariens – « C’est aussi pour eux que je me bats après ce qui est arrivé aux SRC » –, il a logiquement pris de la hauteur à mesure que le National devenait trop petit pour lui. Son apprentissage de la Ligue 2 s’est fait dans la douleur, même si l’amitié prévalait au sein d’une équipe de Créteil aux abois en championnat. L’agression de son entraîneur d’alors, Thierry Froger, et la descente en fin de saison lui ont laissé un goût amer.

« Mentalement, c’était difficile. Je n’avais encore jamais vécu ça », appuie celui qui est sous contrat à l’ESTAC jusqu’en 2020. Troyes, justement, est allé le chercher chez les Lusitanos. Et la belle histoire a pu commencer à s’écrire.

Dans l’Aube, comme dans ses précédents clubs, il est vite devenu une pièce maîtresse de la défense de Jean-Louis Garcia. Les nombreux changements au sein d’un groupe bouleversé par sa relégation en L2 lui ont aussi facilité la tâche.

La suite s’est passée « comme dans un rêve ». Avec une 3e  place arrachée lors de la 38e journée et un barrage victorieux contre Lorient pour décrocher une remontée immédiate.

« C’était la meilleure accession possible, ça restera gravé à jamais, confie Christophe Hérelle. On a quand même réalisé un truc de fou. Dans le vestiaire (au Moustoir) , il y avait beaucoup d’ambiance. »
Continuer à grandir

Le voilà désormais joueur d’élite. Et le natif de Nice s’est fort logiquement fixé de nouveaux objectifs. Déjà, il souhaite maintenir l’ESTAC en L1. Ensuite, il s’agit de continuer à progresser puisqu’il estime ne pas avoir atteint sa pleine mesure. Enfin, à moyen terme, pourquoi pas intégrer un club plus huppé.

Les performances de l’ancien du Stadium, systématiquement titularisé cette saison, ne passent pas inaperçues. Cet été, l’OGCN avait essayé de l’attirer dans ses filets. « Je ne m’y attendais pas, assure celui dont la famille est installée sur la Côte d’Azur. J’étais partant, mais mon président (Daniel Masoni) n’était pas d’accord. Aujourd’hui, je suis à Troyes et je continue à donner le meilleur de moi-même. »

C’est encore le plus sûr moyen de continuer à grandir.
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 3332
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 70
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 12ème journée : Troyes - Strasbourg

Message  67120 le Jeu 2 Nov - 5:57

Au Racing

Grimm ménagé

Jérémy Grimm ne s’est pas entraîné hier matin, lors de la seule séance au programme de ce jour férié, qui s’est déroulée devant un public nombreux. Rien de grave selon le coach Thierry Laurey, qui a indiqué que le joueur était simplement ménagé. Le milieu récupérateur postule évidemment pour une place dans le groupe des 18 pour le déplacement à Troyes.

Othon et Makuntugu en renfort

Vu le nombre de blessés, deux joueurs de la réserve ont participé à l’opposition hier matin : l’ancien pro Quentin Othon, 19e homme face à Angers, et le jeune arrière gauche Cédric Makutungu, qui participe de temps en temps aux entraînements du groupe pro.

Lienard suspendu, Nogueira titulaire ?

Dimitri Lienard étant suspendu après avoir pris trois cartons jaunes en autant de rencontres, le onze de départ du Racing sera forcément modifié dans l’Aube. L’option la plus probable est que le coach conserve un milieu en losange, avec Vincent Nogueira à gauche, à la place de Lienard, en compagnie d’Aholou, Gonçalves et Martin. Derrière, Thierry Laurey n’a pas le choix (Foulquier, Mangane, Ndour et Martinez n’étant pas opérationnels) et il devrait reconduire le même quatuor (Lala, Salmier, Koné, Seka) que face à Angers. Devant, le duo Da Costa/Terrier tient la corde.

Azamoum forfait

Il était très incertain en début de semaine après un choc violent avec son coéquipier Christophe Hérelle. Le Troyen Karim Azamoum (commotion cérébrale) est officiellement forfait pour samedi.
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 3332
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 70
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 12ème journée : Troyes - Strasbourg

Message  67120 le Ven 3 Nov - 13:19

19 à Troyes
Thierry Laurey,, l'entraîneur du Racing, a donné son groupe pour le déplacement du Racing à Troyes, samedi soir. Il a conservé 19 joueurs pour ce court voyage dans l'Aube.

Thierry Laurey va emmener 19 joueurs pour le déplacement à Troyes, dans le cadre de la 12e journée de Ligue 1.
Dimitri Lienard, suspendu, cède sa place dans le groupe à Idriss Saadi, revenu de maladie. Le coach Ciel et Blanc a aussi décidé de prendre Quentin Othon dans ce groupe élargi, lui qui était déjà 19e homme samedi dernier face à Angers à la Meinau.
Pour le reste, le groupe est inchangé, les nombreux blessés, côté alsacien, n’étant toujours pas de retour. Kader Mangane, le capitaine, est toujours aux soins. Idem pour Benjamin Corgnet, Dimitri Foulquier, Pablo Martinez, Abdallah Ndour, Ismaël Aaneba et Kevin Zohi.
A priori, Thierry Laurey ne devrait pas modifier son organisation (4-4-2 en losange). La seule inconnue réside dans le nom de celui qui va remplacer Dimitri Lienard à gauche du losange. Le milieu Vincent Nogueira tient la corde, mais le coach pourrait aussi relancer Ihsan Sacko ou Stéphane Bahoken, auteur d’un match probant face à Saint-Etienne en Coupe de la Ligue la semaine dernière.
Autre choix possible, mais moins probable : celui de titulariser Grimm à côté de Aholou, pour renforcer le secteur de la récupération, et passer dans un système en 4-4-2 à plat, avec deux ailiers.
Le groupe Racing : Kamara, Oukidja – Salmier, Koné (cap), Lala, Seka – Othon, Nogueira, Grimm, Martin, Caci, Gonçalves, Aholou – Saadi, Bahoken, Da Costa, Terrier, Blayac, Sacko.
Absents : Mangane, Corgnet, Foulquier, Martinez, Zohi, Aaneba, Ndour (blessés). Lienard (suspendu

dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 3332
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 70
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 12ème journée : Troyes - Strasbourg

Message  67120 le Sam 4 Nov - 5:40

En voyage d’affaires
Guère récompensé de ses efforts récents, le Racing est sur la pelouse d’un promu, comme lui, à Troyes avec la ferme intention de rapprocher son bilan comptable de son niveau de jeu.
Puisque les politiques décrètent parfois de drôles d’associations, le 12e match du Racing cette saison en championnat s’apparente à une rencontre entre lointains voisins de la Grande Région.

Il n’y en aura guère d’autres au programme, jusqu’à la fin de saison. Une virée à Metz juste avant Noël et puis c’est tout.

Et le constat d’un foot plutôt souffreteux par ici s’impose. Quelques institutions d’Alsace, de Lorraine et de Champagne-Ardenne – Nancy, Reims sans parler de Sedan ou de Mulhouse – ne sont pas au mieux. Mais les deux porte-étendard aux prises aujourd’hui ne font pas les malins non plus.
« Les points, ça ne se rattrape pas »

Le Racing comme l’Estac, viennent d’arriver de l’étage inférieur. Ils cherchent, l’un comme l’autre, à se faire une place au soleil au sein d’un top-20 français implacable. Le match du jour est un duel entre mal classés. Mais une autre position aurait relevé de la surprise.

« Quand tu montes, tu es condamné, a souligné Thierry Laurey avec ironie hier. Mais si je regarde le classement, d’autres sont moins bien que nous. »

En position de barragiste, les Strasbourgeois ont Lille et Metz, qui s’affrontent ce soir, dans leur dos. Ils se savent en danger – cela risque de durer –, mais peuvent déceler dans le voyage à Troyes quelques occasions d’effacer de récents regrets.

Le Racing aurait très bien pu l’emporter face à Marseille (3-3) ou Angers (2-2). Il a dû se contenter de deux nuls et les points envolés empêchent de se sentir dans l’élite comme dans un fauteuil.

« Le nombre de points n’est pas à la hauteur de ce qu’on a produit, considère ainsi Laurey. L’équipe se trouve de mieux en mieux, se crée de plus en plus d’occasions. Mais c’est dommageable de ne pas avoir pris les points qui nous tendaient les bras. Les points, ça ne se rattrape pas. »

Mais une situation dans la zone rouge, ça s’améliore. En joignant l’agréable jeu à une certaine efficacité, le Racing serait l’auteur d’un grand bond en avant.

Autant que cela soit à la veille d’une trêve internationale de deux semaines au cours de laquelle des points inviteraient à siffler en travaillant, sans pression, jusqu’à la lointaine venue de Rennes qui suit. Pour y parvenir, il s’agit de gommer quelques défauts.
« On n’est pas dans le couloir de la mort »

« On ne peut pas reprocher aux garçons de ne pas tout donner, apprécie l’entraîneur. Mais après, on commet des erreurs au milieu du chantier. On travaille, on essaye de faire comprendre les choses. »

En vérité, une série de quatre matches sans défaite matérialise des progrès après un mois de septembre noir. Octobre a ressemblé à un rayon de soleil. Il s’agit d’éviter le coup de froid pour entamer novembre.

Quelques défauts contrariants, comme dans l’ADN d’une équipe spectaculaire et joueuse, risquent toujours d’avoir cours, ce naturel déséquilibre offensif, ces difficultés à verrouiller à double tour l’accès au but de Kamara.

Il faut remonter au mois d’août pour trouver le seul match que le Racing a achevé sans prendre de but –  face à Lille (3-0). Néanmoins, les torts sont collectifs dans la faiblesse de la récolte comptable et cette moyenne de moins d’un point par match qui risque de laisser longtemps le Racing sous la menace.

« On n’arrive pas non plus à se mettre vraiment à l’abri, considère l’entraîneur. Les points, on les prend où on peut. Après, on n’est pas non plus dans le couloir de la mort. »

Sans sortir le parapluie, Thierry Laurey, qui sera un peu chez lui puisqu’il est né dans la cité champenoise et a grandi dans sa campagne, se méfie.

Son adversaire du jour reste sur une série de trois défaites entamée par une leçon administrée au stade de l’Aube par Lyon (0-5) ? L’Estac est encore deux points devant et l’histoire récente n’incite pas à l’optimisme.
Mauvais souvenir

La saison passée, le Racing en avait pris une bonne au stade de l’Aube, pour sa plus lourde défaite de sa saison de Ligue 2 (4-0).

Et au match aller, quelques mois avant, si la bande à Laurey l’avait emporté, elle en avait franchement bavé, plutôt dominée dans les débats alors qu’elle a évolué en supériorité numérique pendant une bonne partie de la rencontre (2-0).

Autant dire que le Racing ne serait pas vraiment inspiré de jouer les fiers à bras au moment d’aborder ce duel de promus. Cela n’a jamais été dans ses habitudes jusqu’ici.

Soutenu par plus de 700 supporters, il doit juste garder en tête que le rendez-vous du week-end, dans la capitale de la démarque hexagonale, peut s’apparenter à un fructueux voyage d’affaires.
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 3332
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 70
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 12ème journée : Troyes - Strasbourg

Message  67120 le Sam 4 Nov - 5:42

En terrain connu
C’est un peu la surprise du chef ces derniers jours au Racing. Chômeur cet été, Quentin Othon, longtemps à Troyes, pourrait être sur le banc au stade de l’Aube
Avec les nombreuses absences (voir page précédente) , ils sont quelques-uns à avoir leur chance, ces temps-ci, au Racing, et à en profiter pour la plupart. Et comme quelques ‘‘coiffeurs’’ sont lancés sur le pré, voilà que se libèrent autant de places sur le banc.

Dans ce cadre, Anthony Caci découvre des stades de Ligue 1 avec, à ses côtés, un élément plus expérimenté qui s’y est dégourdi les jambes plus d’une fois.
« Je ne m’y attendais pas du tout »

Quentin Othon humera l’ambiance du stade de l’Aube, ce soir, et c’est un sacré clin d’œil pour celui qui a effectué les neuf dixièmes de sa carrière pro sous les maillots du Racing et… de Troyes.

La dure loi de la jungle qui régit le foot pro l’a contraint de mettre quelques ambitions en sourdine. Mais le petit milieu de terrain polyvalent n’en apprécie pas moins la chance de pouvoir, chaque jour, participer à la vie d’un club.

Du haut de ses 29 ans, avec ses 114 matches de Ligue 2, ses 44 apparitions dans l’élite, il relativise la cruauté d’une roue qui a tourné dans le mauvais sens pour lui à l’été 2015. Quentin Othon arrivait alors en fin de contrat à l’ESTAC.

Il évolue depuis en tant qu’amateur, jouant les “grands frères” au sein de la réserve du Racing où François Keller lui a toujours fait une petite place. « C’était effectivement le deal avec lui, explique-t-il. Après une première saison avec la réserve, François m’avait laissé tenter ma chance de retrouver le monde pro en me laissant jusqu’au mois de septembre pour revenir. »

L’ancien international espoir aura même disputé une rencontre face au… Racing, avec les chômeurs de l’UNFP, à Illkirch. Il y a bien eu quelques contacts mais « rien de concret, que des on-dit ». Et un peu plus de deux mois plus tard, il ne se contente plus de s’entraîner avec les jeunes pousses prometteuses du centre de formation, à l’ombre de la piscine de la Kibitzenau. Il a franchi la rue des Vanneaux pour renforcer le groupe de Thierry Laurey. « J’avais été appelé pour renforcer l’effectif après la victoire à Nice et je me suis retrouvé dans le groupe amené à affronter Saint-Étienne, en Coupe de la Ligue. Je ne m’y attendais pas du tout !, sourit-il. Ça fait chaud au cœur. Cela faisait tout de même sept ans que je ne m’étais pas retrouvé à la Meinau pour défendre les couleurs du Racing. »
« Que du bonus »

L’apparition devait être sans lendemain. Finalement, il est remonté dans le train, hier, pour être du groupe de 19 désigné pour défier Troyes.

Pour Othon, l’échéance n’a rien d’anodin mais il l’aborde avec du recul. « C’est surtout parce qu’il y a pas mal de blessés et ce n’est vraiment pas ce que l’on souhaite aux collègues, souligne-t-il en connaissance de cause puisqu’un certain Olivier Giroud lui avait cassé la jambe à la fin des années 2000. Me retrouver là, ce n’est que du bonus. Troyes, ce n’est pas rien pour moi. C’est là-bas que mon fils est né. J’y ai vécu deux montées. »

Et ce soir, sur le banc ou en tant que 19e homme, il pourra volontiers échanger avec quelques vieilles connaissances, les Darbion ou Nivet, avec lesquels il a usé tant de paires de crampons. Histoire de se remémorer quelques bons souvenirs à décliner en un truculent présent.
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 3332
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 70
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 12ème journée : Troyes - Strasbourg

Message  67120 le Sam 4 Nov - 19:40

Les compos sont tombées:
ESTAC: Samassa - Deplagne, Hérelle, Traoré - Bellugou, Dingomé - Grandsir, Khaoui, B. Pelé - Suk.
RACING: Kamara - Seka, Koné, Salmier, Lala - Gonçalves, Aholou, Martin, Nogueira - Da Costa, Terrier.
.
Pour mémoire, les Troyens restent sur deux défaites en championnat (Lyon et Caen) ainsi qu'un revers un Coupe de la Ligue (Amiens) tandis que le Racing surfe sur une excellente dynamique de quatre matches sans défaite en championnat avec, intercalé, une qualification en Coupe de la Ligue aux dépens de Saint-Etienne.
.
Seul changement dans le onze du Racing, Vincent Nogueira, qui occupera le flanc gauche du losange au milieu de terrain puisque Dimitri Lienard est suspendu pour une accumulation de cartons jaunes.
.
Thierry Laurey évoluera quelque sorte à domicile puisque l'entraîneur du Racing est né à Troyes. Il a d'ailleurs été salué par le stade de l'Aube lors de la présentation des équipes. Un hommage a aussi été rendu à Steven Keller, l'enfant du Racing, qui s'est éteint récemment des suites d'une longue maladie.
.
Le stade de l'Aube sonne creux. Les vacances? Ou une affiche entre promus qui ne passionnent pas les foules? Qu'importe, ce soir, Strasbourg doit continuer sur sa lancée...
.
Salmier concède le premier coup franc de la partie après une faute sur Khaoui. Ce dernier se charge du coup de pied arrêté à 30m, dans la niche de Kamara.
.
Le Racing a démarré sur un mode piano sa rencontre. Les Troyens font le jeu mais ne se montrent pas dangereux.
.
Khaoui reste au sol après un contact avec Da Costa. Le Troyen se relève en traînant la jambe.
.
L'ESTAC insiste côté droit depuis le début du match. Seka ne va pas avoir un match facile face à l'international espoirs Samuel Grandsir.
.
On ne peut pas dire qu'il se passe grand-chose pour le moment sur la pelouse troyenne si ce n'est se télescopage entre Hérelle, l'ancien Colmarien et Charles Traoré qui restent au sol.
.
Bryan Pelé est lancé en profondeur par Dingomé. Le Troyen essaie de placer un plat du pied en extension depuis l'entrée de la surface qui passe largement à côté.
.
Troyes vient chercher très haut le Racing qui, lui, essaie de construire. Du coup, certaines relances sont à la limite de l'interception. Il va falloir éviter de se faire peur.
.
Les deux équipes sont bien en place et les espaces réduits à la portion congrue. C'est le match fermé auquel s'attendait Thierry Laurey.
.
Suk tombe dans la surface après un coup d'épaule de Salmier. M. Leonard ne bronche pas.
.
Dans la foulée Khaoui prend un jaune pour contestation.
.
Terrier pousse trop loin son ballon, tacle mais touche Traoré. L'attaquant alsacien écope d'un carton jaune logique.
.
Nogueira perd un ballon brûlant à 30m qui profite à Suk. Le Sud-Coréen accélère et cherche Grandsir au point de penalty mais Nogueria rattrape sa bévue en dégageant en corner. Celui-ci ne donnera rien.
.
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 3332
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 70
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 12ème journée : Troyes - Strasbourg

Message  67120 le Sam 4 Nov - 20:32

Le coup de massue pour le Racing!. Nuno Da Costa est exclu pour un jeu dangereux sur Hérelle. Le Capverdien ne voit pas le défenseur troyen et lève la jambe avant de toucher l'ancien Colmarien en pleine tête. M. Leonard a sanctionné la maladresse plus que la méchanceté. Da Costa a regagné le vestiaire très énervé.
.
Salmier concède un coup franc sur le flanc gauche de la défense.
.
Khaoui est à la baguette mais M. Leonard siffle une faute troyenne dans la surface alsacienne.
.
La première occasion de l'ESTAC. Dingomé n'est pas attaqué à 25m du but strasbourgeois. Il s'emmène le ballon et lâche une frappe tendue qui oblige Kamara à se détendre.
.
Forcément, le Racing subit un peu plus les événements. Sur un coup franc troyen, un cafouillage aboutit à une chute de Kamara et Hérelle dans la surface bas-rhinoise. Rien à déclarer selon l'arbitre.
.
Traoré cherche Suk dans la profondeur. Le Sud-Coréen tombe au contact de Salmier. Et se fait une nouvelle fois sanctionner par M. Leonard. Ca nous va très bien.
.
Salmier maladroit! Martin cherche le défenseur d'une louche mais celui-ci n'arrive pas à cadrer sa reprise de volée dans une position pourtant favorable.
.
La réponse de Khaoui. Le meneur troyen se promène dans l'axe jusqu'à l'entrée de la surface avant de tenter sa chance. Le cuir fuit le cadre.
.
C'est la pause au stade de l'Aube. Si la première demi-heure a été plutôt poussive, la rencontre s'est emballée après la sévère expulsion de Da Costa suite à un choc avec Hérelle. L'ESTAC a fait le forcing pour virer en tête mais les Strasbourgeois se sont montrés solides défensivement.
.
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 3332
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 70
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 12ème journée : Troyes - Strasbourg

Message  67120 le Sam 4 Nov - 21:05

But 1-0
.
But de Suk pour Troyes. Sur un centre de Traoré, Suk se retrouve entre deux défenseurs strasbourgeois pour placer une tête à bout portant. Kamara ne peut intervenir. Aïe aïe aïe
.
L'ESTAC ne desserre pas son étreinte. Khaoui est l'auteur d'une frappe qui passe à un mètre de la transversale strasbourgeoise.
.
Et de deux
.
But 2-0
.
Le deuxième but troyen signé Khaoui. Le meneur est au départ de l'action. Il trouve Grandsir sur l'aile droite qui s'infiltre dans l'axe avant de trouver Khaoui en retrait qui fusille Kamara. Le break est fait pour l'ESTAC.

.
Sur une longue touche de martin , Terrier est lancé en profondeur. L'attaquant strasbourgeois poursuit son action et frappe en bout de course mais Samassa est vigilant au premier poteau.
.
C'est très dur pour le Racing qui est puni sur les deux premières occasions troyennes de cette seconde période.
.
Nogueira est remplacé par Sacko côté strasbourgeois.
.
Deuxième changement alsacien: Grimm supplée Aholou.
.
Le Racing essaie bien d'aller de l'avant mais ce n'est pas simple. Les Troyens se replient pour mieux se projeter en contre.
.
Le Racing reste volontaire est presse les Aubois. Mais il a bien du mal à faire quelque chose avec le ballon, lorsqu'il l'a dans les pieds.
.
La volée de Grimm! Sur une bonne conduite de balle de Terrier, le bloc troyen est déséquilibré. Seka est trouvé sur l'aile gauche. Son centre aux 16m arrive jusqu'à Grimm qui tente une volée de l'extérieur du droit. Samassa se couche bien. Dommage...
.
Grimm à nouveau. Trouvé en retrait par Gonçalves, le milieu strasbourgeois place un plat du pied au-dessus.
.
Double changement à l'ESTAC: Bellugou et Khaoui sortent, Confais et Ben Saada entrent.
.
Dernier changement troyen: Suk est remplacé par Niane.
.
Le Racing ne désarme pas et investit régulièrement la moitié de terrain troyenne. Mais il manque la dernière passe, celle qui fait mal, pour faire vaciller le bloc aubois.
.
Merci Salmier! Le défenseur strasbourgeois remporte son duel face à Niane qui cherchait à s'ouvrir le chemin du but.
.
Dernier changement au Racing: Saadi remplace Gonçalves.
.
On s'achemine tout doucement vers la fin de match. Le Racing n'y croit plus vraiment...
.
Niane part seul en contre mais Kamara remporte son duel. Le corner ne donne rien.
.
Jaune pour Ben Saada pour une faute sur Terrier.
.
3-0
.
Et le dernier but de Niane. Le centre de Traoré est mal négocié par Kamara ce qui profite à Niane qui pousse le cuir au fond.
.
C'est terminé à Troyes. Le Racing, plombé par l'expulsion de Da Costa, subit une lourde défaite. C'est clairement un coup d'arrêt.
.
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 3332
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 70
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 12ème journée : Troyes - Strasbourg

Message  67120 le Dim 5 Nov - 5:42

Dur à avaler
Rapidement réduits à dix, les Strasbourgeois se sont inclinés, hier, dans l’Aube sur la pelouse de l’Estac (3-0). Une bien mauvaise affaire dans l’optique du maintien en Ligue 1…
Le Racing avait une petite idée en tête hier soir. Vaincre cette équipe de Troyes pour s’offrir un peu d’air au classement.

Mais dans un stade où les spectateurs alsaciens ont (largement) gagné le match dans les tribunes, rien ne s’est passé comme prévu. Il a suffi d’un coup de sifflet de monsieur Leonard pour piper les dés de cette confrontation entre promus.

Réduits (injustement aux yeux du clan strasbourgeois) à dix après l’expulsion de Da Costa à la demi-heure de jeu, les Strasbourgeois ont résisté avec les moyens du bord, avant de plier en deuxième mi-temps sur des buts de Suk (48e ), Khaoui (55e ) et Niane (90e ).
« À onze contre onze, on n’a pas montré assez de choses »


« Il y a souvent eu des faits de jeu ces derniers temps et souvent à notre désavantage. C’est embêtant, soulignait Thierry Laurey dans les vestiaires. Mais je ne suis pas non plus satisfait de notre début de match. À onze contre onze, on n’a pas montré assez de choses et Troyes est mieux entré dans le match. J’attendais qu’on soit plus percutant. Mais avec l’arbitrage, un vieux 0-0 stérile et fermé s’est transformé en lourde défaite».

Le début de match est en effet loin d’être flamboyant. L’équipe troyenne impose un pressing haut aux Alsaciens, qui ont bien du mal à avancer. Passé ces dix premières minutes d’observation, les Bleus se réveillent enfin. Lala, Da Costa et Terrier donnent le “la”, mais sans mettre en danger Samassa.

Dans un match fermé, l’Estac tente aussi de trouver la faille, mais ni Pelé, ni Suk, ni Grandsir n’arrivent à se procurer une occasion digne de ce nom. L’homme le plus en vue durant cette première période sera finalement Christophe Hérelle. La première fois, parce qu’il percute son coéquipier Traoré, ouvrant le but à Terrier, finalement contré (13e ).

Et la deuxième, quand sa tête, déjà bandée, rencontre le pied de Da Costa (30e ). Une faute plus maladroite que méchante du Cap-verdien, mais l’arbitre, M. Leonard, n’hésite pas : il sort un rouge et Da Costa rejoint les vestiaires (lire page suivante).

Face à une équipe alsacienne sonnée par ce coup du sort, les Troyens se montrent plus pressants en fin de première mi-temps, via Dingomé, puis Khaoui. Et trois minutes suffisent après la pause pour voir l’Estac trouver les filets de Kamara. Traoré déborde et trouve Suk, étrangement seul au point de penalty, qui place une tête imparable (1-0, 48e ).
« C’est un petit pas en arrière »

De compliquée, la mission alsacienne devient alors quasiment impossible. Surtout que les Troyens doublent la mise moins de dix minutes plus tard. Khaoui, au départ de l’action, s’appuie sur Grandsir, et achève son “une-deux” d’une frappe puissante sur laquelle Kamara ne peut rien faire (2-0, 55e ).

Les Strasbourgeois repensent-ils alors au match de l’an passé, quand ils en avaient pris quatre sur cette même pelouse en une seule mi-temps ? Pas Terrier en tout cas, qui ne baisse pas les bras. Pas Sacko, ni Grimm non plus, lancés au relais de Nogueira et Aholou.

Le récupérateur lâche une volée (70e ), puis rate le cadre d’un rien deux minutes plus tard. Idem pour Saadi, entré en toute fin de rencontre, dont la tête bute sur le transversale (90e ). Reste qu’à ce moment-là, les carottes sont cuites depuis un moment.

Le troisième but, signé Niane dans les arrêts de jeu, est finalement anecdotique. « On a fait quatre, cinq matches plutôt de bonne facture. Et là, c’est un petit pas en arrière, concluait Thierry Laurey. Je suis déçu, car on était sur une bonne série et on voulait la continuer. »

C’est raté. Les Strasbourgeois, toujours 18es ce matin, ont désormais quinze jours pour se remettre la tête (et les jambes) à l’endroit.
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 3332
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 70
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 12ème journée : Troyes - Strasbourg

Message  67120 le Dim 5 Nov - 5:45

Da Costa, l’Aube rouge
L’attaquant cap-verdien Nuno Da Costa a été expulsé dès la 31e minute pour une faute maladroite, mais involontaire, sur l’ex-Colmarien de Troyes Christophe Hérelle. Les Bleus, qui avaient résisté plus d’une demi-heure à dix il y a quinze jours à Nice, ont cette fois craqué.
Dans un drôle de match , longtemps joué sur un faux rythme, surtout en première période, il ne fallait pas être grand clerc pour sentir qu’un fait de jeu pouvait, sinon faire pencher la balance, du moins changer considérablement la donne. Malheureusement, Nuno Da Costa en a été à la fois auteur et victime hier et le Racing a payé l’addition.

On joue très exactement la 31e minute. Sur un ballon aérien qui le survole et qu’il suit du regard, l’attaquant cap-verdien tend la jambe pour tenter de le récupérer. Il y parvient, mais, dans le prolongement de son contrôle aérien, attrape le crâne de l’ancien Colmarien Christophe Hérelle qu’il n’avait pas venu venir.

Le cuir chevelu du défenseur aubois, déjà entamé dans un choc avec son partenaire Charles Traoré un quart d’heure plus tôt et enserré d’un gros élastoplast bleu, se (re)met à saigner. M. Léonard s’approche. Il hésite. Ce n’est pas la première fois de la rencontre.

Mais après quelques palabres et sous la pression de certains Troyens, l’arbitre brandit un carton rouge au nez de l’attaquant bas-rhinois (31e ).

Une expulsion inique pour un geste dépourvu d’intentions malignes, réplique parfaite de celui de Martin Terrier l’autre samedi contre Angers. L’international espoir avait alors écopé d’un avertissement déjà sévère. En ajoutant ceux reçus à Guingamp fin août et hier dans l’Aube, cela lui vaudra d’être suspendu le 18 novembre à la Meinau contre Rennes (20h).
La « colère » de Laurey


Da Costa, qui a quitté hier le terrain en frappant le banc de touche de rage, le sera donc aussi automatiquement, alors qu’après quelques instants passés sur le bord de la touche, Christophe Hérelle a fini la partie avec une double couche d’élasto – blanc et immaculé – vissée sur la tête.

« Le carton rouge est sévère », juge le coach du Racing Thierry Laurey, « en colère » et « bien obligé de parler de l’arbitrage, même si je n’en ai pas envie ».

Le technicien étaie son amertume : « Il y a la même faute en deuxième mi-temps pour un Troyen (Aloïs Confais) qui ne prend que jaune. L’arbitre se déjuge tout seul. Ce n’est pas la première fois que ça nous arrive cette saison. Hérelle saigne, c’est vrai, mais ce n’est pas parce qu’un mec saigne du visage ou s’ouvre une arcade qu’il y a un attentat. »

Pour être honnête, M. Léonard s’était montré bien plus indulgent huit minutes plus tôt avec le Racing sur une intervention pour le moins suspecte de Yoann Salmier sur l’attaquant sud-coréen de l’Estac, Hyunjun Suk, dans la surface. Le penalty non sifflé était beaucoup plus évident que le rouge distribué à l’attaquant strasbourgeois.
La troisième infériorité numérique de la saison

Évidemment, à dix contre onze pour la troisième fois de la saison, après les exclusions de Kenny Lala contre Amiens et Ernest Seka à Nice, la mission des hommes de Thierry Laurey s’est singulièrement compliquée. Ces derniers ont tenu bon jusqu’à la pause.

L’instant choisi par le technicien alsacien pour procéder à un ajustement tactique. Les Bleus avaient bouclé le premier acte dans un schéma en 4-4-1. Ils s’y sont tenus après le repos, mais le losange a laissé place à un milieu à plat, avec un Jonas Martin chargé de fermer le couloir gauche.

Les Racingmen n’auront cependant même pas eu le temps de vérifier si ce repositionnement pouvait leur permettre d’aller au bout et d’enchaîner un sixième match sans défaite toutes compétitions confondues. Deux buts encaissés en sept minutes (48e , 55e ), complétés par un troisième dans le temps additionnel, ont eu tôt fait de ruiner leurs espoirs.

Après la fessée 4-0 qu’ils y avaient reçue le 7 février en Ligue 2, le stade de l’Aube est décidément pour eux une terre bien inhospitalière.
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 3332
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 70
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 12ème journée : Troyes - Strasbourg

Message  67120 le Dim 5 Nov - 5:48

Une défense aux abois
L’arrière-garde alsacienne, qui a désormais encaissé 23 buts, le pire bilan de la Ligue 1, a été “jonglée” par les Troyens. Son inefficacité a pesé lourd, hier, très lourd comme la valise ramenée de Champagne.
K AMARA ( 4).  – Après une première intervention pour se chauffer en bloquant un coup franc de Khaoui (2e ), il doit détourner une frappe dangereuse de Dingomé (38e ). Néanmoins, le gardien strasbourgeois se “troue” sur un centre de Traoré, en partant à l’aventure et en abandonnant son but sur l’ouverture du score (48e ).

  LALA (4). – Enfumé sur un ballon en profondeur de Dingomé qui a permis à Pelé de tenter sa chance (17e ), coupable de quelques passes ratées, le latéral droit a déçu par rapport à ce à quoi il avait habitué.
Les rares éclairs de Martin

  SALMIER (3). – Il avait affaire à un Suk qui n’a rien d’allégé. Un brin en retard dans un tout premier temps, le défenseur en a bavé pour tenir le Sud-Coréen, étant contraint de recourir à plusieurs fautes. Il s’est aussi offert la plus grosse occasion alsacienne de la première période en reprenant un coup franc de Martin (45e ). En revanche, il est (très) lâche au marquage sur le premier but troyen et a eu du mal à s’en remettre. Une sortie ratée.

  KONÉ (4). – Auteur d’une transmission très douteuse vers Salmier, très en difficulté sur le coup (au point de commettre un irréparable non sanctionné dans la surface à la 23e  ?), le capitaine strasbourgeois a ensuite tenté d’organiser la résistance en infériorité numérique, mais sans se révéler convaincant. Il a raté de nombreuses transversales pour ne rien arranger.

  SEKA (4). – Transpercé sur la montée de Grandsir qui a été l’auteur de la passe décisive sur le deuxième but aubois, un peu en retard sur le troisième, l’ancien capitaine s’est néanmoins révélé le plus actif de l’arrière-garde, sur quelques montées appliquées, avec un bon centre à mettre à son crédit vers Grimm (70e ).

  GONÇALVES (5). – Teigneux comme il sait si bien l’être, l’ancien Lavallois a cherché à “manger” son couloir, mais n’a pas toujours eu le soutien pour faire aboutir ses initiatives et a été un peu imprécis dans ses centres. Remplacé par Saadi (84e ), qui a trouvé la transversale dans les arrêts de jeu.

AHOLOU (4). – Discret et avec un déchet dans ses passes, le récupérateur n’a pas brillé. Remplacé par Grimm , qui en a fait bien plus en un temps de jeu deux fois moindre (62e ).

  NOGUEIRA (5). – Pour sa première titularisation de la saison en Ligue 1, le petit milieu de terrain a opté pour la sobriété, veillant à ne pas perdre le ballon. Remplacé par Sacko , actif mais inefficace (61e ).

  MARTIN (6). – Ses premières passes, souvent en une touche, ont donné le rythme tonique dans un premier quart d’heure pas inintéressant. L’ancien Montpelliérain a été actif et inspiré, par exemple sur coup de pied arrêté en première période. Replacé sur le côté gauche de l’entrejeu après la pause, puis recentré à nouveau, il a été l’un des Strasbourgeois les plus satisfaisants.

  DA COSTA (0). – L’attaquant a laissé bien involontairement ses partenaires à dix pendant une heure après avoir vu rouge (voir par ailleurs).

TERRIER (6). – Un ballon en profondeur bien négocié pour lancer sa soirée, conclu d’un centre à l’entrée de la surface, il a été averti sur un tacle trop appuyé sur Traoré (26e ), qui lui vaudra d’être suspendu face à Rennes. Attentif à offrir des solutions, l’international espoir a bien fait son travail de l’ombre, ingrat, car il s’agissait de crapahuter seul en pointe, et a décoché l’une des seules frappes cadrées du match, détournée par Samassa (60e )
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 3332
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 70
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 12ème journée : Troyes - Strasbourg

Message  67120 le Lun 6 Nov - 5:08

La lourde valise d’un carton
Le Racing est rentré de Troyes avec des soucis plein les poches. Fessé par un concurrent direct, il voit sa situation s’assombrir en bas du classement alors qu’il devra aborder la prochaine échéance sans de nombreuses forces vives.
Il n’y a pas vraiment de surprise. Les acteurs de la montée en Ligue 1, à l’heure d’envisager la saison dans l’élite hexagonale, avaient promis du sang et des larmes en un exercice où l’objectif maintien est le seul qui vaille.

Ils ont oublié de mentionner une bonne dose de frustration et son lot de surprises. Le Racing, depuis août, est en lutte dans la seconde partie de classement, ce qui était prévu.
Bilan pas infamant mais insuffisant

Mais sa maigre récolte de 10 points est souvent intervenue quand on ne l’attendait pas. Lille (3-0) et Nice (1-2) sont ses deux victimes après 12 matches de championnat. Plus contrariant, il a subi la loi d’Amiens (0-1) ou de Troyes (3-0), samedi, deux équipes qui lui tenaient compagnie à l’échelon inférieur il y a quelques mois.

Sans être complètement infamant, son bilan, après la défaite dans l’Aube, se révèle insuffisant. Néanmoins, l’échec sur la pelouse de l’Estac ne se limite pas à trois points cédés face à un concurrent direct. Il met en lumière la porosité défensive de l’ensemble (voir ci-dessous) , qui n’incombe pas à la seule ligne arrière.

C’est peut-être aussi le fait d’une infirmerie très remplie, qui n’offre guère d’alternative au staff. Enfin, la défaite a révélé la forme d’injustice qui colle aux basques alsaciennes.

« À Nice, on nous expulse un joueur (Ernest Seka) pour avoir retenu un adversaire qui pouvait marquer. Mais contre Angers, alors que l’un de nos attaquants (Martin Terrier) part au but dès la septième minute, l’adversaire qui le tire par le maillot n’écope que d’un jaune. Ça fait beaucoup de faits de jeu qui sortent de l’ordinaire, remarque Thierry Laurey. Je n’avais pas prévu de venir à Troyes pour jouer à dix pendant une heure. On ne travaille jamais ça à l’entraînement. Je veux bien que les arbitres se trompent, mais dans une certaine mesure quand même. »

L’entraîneur d’un Racing qui avait entamé son duel de promus sur la pointe des pieds et a sombré après la pause, a tout de même eu la lucidité de ne pas faire porter le chapeau de la défaite au seul homme en noir. Au coup de sifflet final, lui et ses joueurs se sont consacrés à une autocritique, sans concession.

« Il faut qu’on soit beaucoup plus régulier dans les performances, dans l’exigence à avoir, dans toutes ces petites choses qui font qu’on a la possibilité de gagner un match ou pas », considère le coach.

La suite ne s’annonce pas tendre avec des Rennais sur une série de quatre victoires de rang au programme de la prochaine journée. Il faudra faire sans Terrier ni Da Costa, soit les deux meilleurs buteurs, suspendus, tandis que Pablo Martinez, Dimitri Foulquier et quelques autres continueront de se soigner.

Prometteurs avant, les Strasbourgeois ont donc affiché un visage inquiétant à la veille de la dernière trêve internationale de l’année. En quête d’oxygène après en avoir accordé à d’autres, le Racing a un programme tout trouvé.

« On va essayer de panser les plaies, conclut Laurey. Car le championnat n’attend pas. Quand il reviendra dans quinze jours, il faudra qu’on soit prêt et que tout le monde soit derrière nous pour nous pousser vers la victoire. »

Au moins, ses protégés ne semblent-ils pas enclins à lâcher l’affaire, décidés à repartir de l’avant.

« Les solutions viendront du banc, de ceux qui ne jouent pas aujourd’hui mais joueront demain, c’est l’attaque, c’est la défense, c’est un tout », considère Bingourou Kamara, particulièrement marqué dans les couloirs du stade de l’Aube.

Finalement, le Racing est convaincu que le salut ne passera que par un collectif irréprochable. Au vu du premier (petit) tiers de sa saison en Ligue 1, cela semble bien vu.
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 3332
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 70
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 12ème journée : Troyes - Strasbourg

Message  67120 le Lun 6 Nov - 5:26

Parce qu’il y a une goutte de sang, on croit qu’il (Christophe Hérelle) va mourir 

Parce qu’il y a une goutte de sang, on croit qu’il (Christophe Hérelle) va mourir. Franchement, il s’était blessé dans un choc avec son partenaire juste avant et ce dernier n’avait pas pris de carton pour autant. Je force le trait, mais quand même !
De Thierry Laurey, agacé par l’expulsion de Nuno Da Costa à la 31e minute pour un pied haut involontaire sur le défenseur aubois
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 3332
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 70
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 12ème journée : Troyes - Strasbourg

Message  67120 le Lun 6 Nov - 18:07

[th]1[/th][th]2[/th][th]3[/th][th]4[/th][th]5[/th][th]6[/th][th]7[/th][th]8[/th][th]9[/th][th]10[/th][th]11[/th][th]12[/th][th]13[/th][th]14[/th][th]15[/th][th]16[/th]
Club Bruges34141112301218
Sporting Charleroi281484224168
Anderlecht251474320164
Saint-Trond24147341920-1
Waasland-Beveren211463531229
Antwerp201455421201
Zulte-Waregem191461726260
Royal Excel Mouscron19145452124-3
Standard de Liège19145451518-3
Genk191447320173
La Gantoise161444617152
Lokeren16144461721-4
Ostende14144282022-2
Malines11142571724-7
Courtrai11142571322-9
AS Eupen10142482339-16
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 3332
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 70
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 12ème journée : Troyes - Strasbourg

Message  67120 le Mer 8 Nov - 17:08

[th]1[/th][th]2[/th][th]3[/th][th]4[/th][th]5[/th][th]6[/th][th]7[/th][th]8[/th][th]9[/th][th]10[/th][th]11[/th][th]12[/th][th]13[/th][th]14[/th]
Brøndby33151032301218
Midtjylland32151023362214
Nordsjælland3015933372710
Hobro231565423185
Copenhague221564526179
Horsens221557322193
OB211556415141
AaB19154741418-4
Lyngby18154652329-6
SønderjyskE151536623230
Silkeborg14154291628-12
AGF14154291527-12
Elite 3000121540111329-16
Randers11152581222-10
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 3332
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 70
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 12ème journée : Troyes - Strasbourg

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum