8eme journée : Dijon - Strasbourg

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

8eme journée : Dijon - Strasbourg

Message  67120 le Mer 27 Sep - 5:10

Dijon FCO-RCSA le samedi 30 septembre à 20h
La Ligue de Football Professionnel a fixé la programmation de la 8e journée de Ligue 1 Conforama.
La rencontre entre Dijon FCO et le RCSA se déroulera le samedi 30 septembre à 20 heures au Stade Gaston-Gérard. Elle sera diffusée sur BeIN SPORTS.
SO
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 3194
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 70
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 8eme journée : Dijon - Strasbourg

Message  67120 le Mer 27 Sep - 5:10

« Dijon est prêt à lutter »
Le Colmarien Laurent Weber, coach depuis six ans des gardiens d’un Dijon FCO maintenu en Ligue 1 lors de la dernière journée l’an passé, estime le club bourguignon armé pour sauver de nouveau sa peau. Il espère vaincre le Racing, son club formateur, samedi (20h) au stade Gaston-Gérard.
Il n’a plus croisé la route du Racing, où il a fait toutes ses armes – du centre de formation au monde professionnel –, depuis son départ agité des SR Colmar en 2011. « La dernière fois, Strasbourg était venu s’imposer au Stadium. »

Il était alors entraîneur des gardiens aux SRC, mais déjà sur un siège éjectable à cause de profonds désaccords avec le coach de l’époque, Damien Ott.
« Un nul à Lyon, Monaco ou Paris vaut une victoire »

C’était le 13 février 2011. Le RCS, tombé en National pour la première fois de son histoire, l’avait emporté (2-1). C’était quelques mois avant la liquidation judiciaire. À l’intersaison, Laurent Weber allait, lui, quitter sa ville natale pour rejoindre le Dijon FCO.

« À l’époque, tout le staff actuel, dont Olivier (Dall’Oglio, coach n°1 du DFCO et joueur du… Racing de 1989 à 1992, ndlr) , était à la formation. Quand Olivier a été promu à la tête de l’équipe Une après la redescente en Ligue 2 en 2012, nous l’avons suivi. Et nous avons prolongé cet été avec lui jusqu’en 2020. »

Remonté en Ligue 1 en 2016 après une première expérience en 2011-2012, le club bourguignon attaque donc sa troisième saison au plus haut niveau. Avec un objectif que le Colmarien – formé à Strasbourg donc, mais qui n’a disputé qu’un match de championnat avec le Racing (le 9 novembre 1994 en D1 lors d’un succès 1-0 à Bastia) – décrit sans tourner autour du pot.

« On fait partie des sept ou huit équipes, dont Strasbourg, qui vont lutter pour le maintien. L’an passé, alors que nous étions barragistes, nous avons battu Nancy chez nous lors de la 37e journée et nous sommes maintenus à la 38e. Tout le monde était mobilisé, prêt à se battre jusqu’au bout », rappelle-t-il.
« L’exemple dont nous essayons de nous inspirer, c’est Angers »

« Nous le sommes de nouveau, même si nous avons envie de nous sauver avant, appuie. Dijon est un club jeune, obligé de composer avec ses moyens (32 millions de budget, ndlr). Mais il progresse. L’exemple dont nous essayons de nous inspirer, c’est Angers qui était en Ligue 2 avec nous, mais est monté un an plus tôt. Nous aspirons évidemment à passer un nouveau cap. »

17es avec cinq points, les Dijonnais connaissent cependant une entame compliquée, avec quatre revers, à relativiser toutefois, car concédés contre des équipes du Top 8 : Marseille (3-0), Monaco (1-4), Caen (2-1) et Saint-Etienne (0-1). Ils restent toutefois sur un nul arraché à Lyon (3-3).

« Un nul à Lyon, Monaco ou Paris équivaut à une victoire, se félicite “Lolo” Weber. Les points que tu récoltes face aux cadors ne sont jamais inscrits dans ton tableau de marche et font forcément du bien. Surtout que nous avons perdu deux joueurs majeurs, notre buteur Loïs Diony (transféré pour 10 millions à Saint-Etienne après ses 11 buts et 7 passes, ndlr) et notre milieu offensif Pierre Lees-Melou (auteur de 7 buts et 4 passes, parti à Nice contre trois millions, ndlr). »

Le DFCO s’est efforcé de recruter malin pour compenser ces pertes préjudiciables. « Comme Strasbourg, Dijon est rattrapé par une réalité économique qui rend son recrutement très dur, analyse l’ex-portier professionnel. Mais je crois que nous nous sommes bien renforcés. L’an passé, nous étions tributaires de quatre ou cinq mecs, Diony, Lees-Melou, Julio Tavarès ou Baptiste Reynet, notre gardien qui a fait une énorme saison. Cette saison, nous avons plus de variantes. »

Ce samedi, le Racing croisera ainsi la route d’un DFCO sinon décomplexé, du moins à même de supporter une certaine pression.

Laurent Weber, qui retrouve la préfecture du Haut-Rhin « toutes les cinq à six semaines pour voir la famille », a évidemment suivi le début de saison des Bleus.
« La défaite contre Amiens fait mal au Racing »

« Les Strasbourgeois restent sur quatre défaites, mais c’est surtout celle contre Amiens qui fait mal. Quand on arrive en Ligue 1 et qu’on y est à la peine, il faut s’adapter, ne pas paniquer, rester unis et solidaires. Le truc pour avancer, c’est de faire un résultat tous les trois matches, comme nous la saison passée. Et au moins ne pas perdre les confrontations directes. »

Une manière de passer le message à des Racingmen que les hommes d’Olivier Dall’Oglio pourraient rejeter à quatre longueurs samedi (20h) au stade Gaston-Gérard.

dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 3194
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 70
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 8eme journée : Dijon - Strasbourg

Message  67120 le Mer 27 Sep - 5:19

Koné incertain
Après le jour de repos accordé lundi par Thierry Laurey à ses joueurs, le défenseur central Bakary Koné n’a pas repris l’entraînement hier avec le groupe.
Dimanche en fin de match contre Nantes (1-2), le Burkinabé a ressenti une douleur à l’ischio-jambier gauche. Son entraîneur espère le récupérer demain. Mais le staff médical semble moins optimiste. L’ancien Lyonnais est incertain. Une décision définitive à son sujet pourrait être prise aujourd’hui.
Bahoken est d’aplomb
Ecarté des terrains depuis la mi-août à cause d’une lésion à l’adducteur droit, puis d’une autre au psoas droit, Stéphane Bahoken a en revanche retrouvé comme prévu ses coéquipiers ce mardi. L’avant-centre est désormais à disposition de T. Laurey.
Ce n’est pas encore le cas de Pablo Martinez qui achève de soigner son pépin au mollet gauche, contracté à Monaco.
Abdallah Ndour (double fracture tibia-péroné de la jambe droite début mai) poursuit son programme de reprise et n’est plus très loin de réintégrer le groupe.
Dimitri Foulquier (déchirure au quadriceps droit) en a encore pour au moins deux semaines. Les jeunes Duplexe Tchamba (fissure de fatigue au bassin) et Anthony Caci (entorse de la cheville vendredi en amical à Erstein – 1-0) sont à l’arrêt.
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 3194
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 70
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 8eme journée : Dijon - Strasbourg

Message  67120 le Mer 27 Sep - 18:49

Un parcage strasbourgeois complet à Dijon
Les chants strasbourgeois vont assurément résonner au stade Gaston Gérard ce samedi 30 septembre pour Dijon FCO-Racing. En effet, le parcage visiteurs d’une capacité de 605 places affichera complet à Dijon. En conséquence, aucun guichet visiteurs ne sera mis en place le jour du match
SO
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 3194
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 70
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 8eme journée : Dijon - Strasbourg

Message  67120 le Ven 29 Sep - 5:29

Dall’Oglio, du sud en est

Les sponsors n’existent peut-être plus, les semelles des crampons sont moins tombantes, mais les souvenirs restent bien vivaces. Olivier Dall’Oglio a vécu une période marquante de son parcours en Alsace

L’entraîneur de Dijon est un Méridional pur jus. Avant d’être un artisan majeur du club de Côte-d’Or, il a été, par ici, d’un match qui a marqué à jamais. Le Gardois aura fini par constater que le soleil se lève à l’est.
À l’échelle hexagonale, pour à peu près tous ceux qui savent que le foot se joue à onze, le 12 juillet 1998 rappelle des sourires et une sensation inédite, plutôt heureuse, après que Zidane a donné des coups de boule à bon escient.
« Un souvenir énorme »

À l’échelle alsacienne, les dates majeures sont plus lointaines ou vraiment plus récentes. Les anciens se remémorent avec délectation la victoire à Lyon, le 1er juin 1979, qui a fait du Racing le roi de France. Il y a peu, une victoire à Épinal, face à Raon-l’Étape (2013), un nul à Belfort (2016) ou un succès ultime face à Bourg-en-Bresse, cette année, ont correspondu à une date bénie.

Et puis, dans l’intervalle, il y a eu le 13 mai 1992. Après avoir renversé Rennes, lors d’un barrage spectaculaire, le Racing avait fait basculer Strasbourg dans une folle euphorie. Les quais de l’Ill avaient servi de scène de liesse. Au terme de trois ans de purgatoire, le Racing remontait.

L’instant a marqué Olivier Dall’Oglio. L’entraîneur de Dijon a connu à cette occasion « le plus grand moment » de sa carrière de joueur. Dans la lointaine Alsace, le Gardois connaissait un sommet.

« C’est d’autant plus gravé que je n’ai pas un immense palmarès, souligne avec lucidité le latéral droit de l’époque, architecte en chef de Dijon, depuis plus de cinq ans maintenant. Avec les joueurs, les Lebœuf, Monczuk, Cobos ou encore Marc Keller, on n’est pas près de l’oublier. »

Et lui un peu moins que les autres car ce triomphe venait clôturer un bail de trois ans à Strasbourg, dont le terme a correspondu à un feu d’artifice. « J’ai connu la D1 après, rappelle le technicien âgé de 53 ans qui exprime des souvenirs si heureux d’un ton si posé. Mais ce match, c’est un souvenir énorme et Strasbourg restera toujours un club important pour moi. »

Cela ne dépend pas que de ce seul match. Olivier Dall’Oglio a vécu avec le Racing une forme de dépucelage. Il y a trente ans, la mode n’était pas à changer de club comme de chemise pour un pro.

Pour lui, le départ en Alsace a ressemblé à un grand saut. « Je suis Gardois, c’est à Alès que j’ai été formé, que j’ai signé mon premier contrat mais Strasbourg, c’était autre chose, souligne l’artiste peintre à ses heures pas si perdues. La ville, la taille du club, le public, cela n’avait vraiment rien à voir avec ce que j’avais connu. J’y ai vécu des hauts et des bas, mais avec ce match de Rennes, j’ai connu une petite revanche. » C’est que celui qui allait signer à l’été 1992 à… Rennes n’était pas vraiment dans les petits papiers de l’entraîneur de la remontée. Gilbert Gress ne voulait pas de lui, lui n’avait nulle part où aller alors il s’est accroché. Bien lui en a pris.

Il doit se contenter de trois matches de championnat en un an. Il en disputera presque le double en trois semaines, avec les barrages bouclés en apothéose. Avec le recul, Olivier Dall’Oglio porte un regard inspiré sur les galères récentes du pensionnaire de la Meinau. « J’ai poursuivi ma carrière ensuite, mais je suis vite passé de l’autre côté, à cause d’une mauvaise blessure et peut-être aussi parce que j’avais envie de devenir entraîneur, souligne-t-il. Mais par rapport à ce que Strasbourg a traversé… Quand je jouais, le voir en D2 était déjà une anomalie. Alors en CFA2… »

Le Racing est revenu des ténèbres, peu à peu, pendant qu’Olivier Dall’Oglio s’est mis à bâtir Dijon, depuis 2010 et après avoir fourbi ses premières armes d’entraîneur dans son Gard de toujours, à Alès, à Nîmes. Il apprécie sa position en Bourgogne. « J’ai eu de la chance d’être au bon endroit, au bon moment, considère-t-il. J’ai un président qui me fait confiance, je suis bien entouré et on essaye d’avancer. » Avec un joli souvenir dans le rétroviseur, le chemin peut avoir plus de charme.
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 3194
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 70
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 8eme journée : Dijon - Strasbourg

Message  67120 le Ven 29 Sep - 13:32

Racing : Laurey ne change (presque) rien
A l’issue de la séance de veille de match ce matin, Thierry Laurey a constitué un groupe de 19 joueurs pour le déplacement de demain (20h) à Dijon lors de la 7e journée de Ligue 1. Aux 18 battus par Nantes dimanche à la Meinau (1-2), l’entraîneur du Racing a adjoint le jeune défenseur Ismaël Aaneba. « Sa présence n’impactera pas la réserve qui ne joue que dimanche », a-t-il expliqué, ajoutant qu’il préférait emmener un joueur supplémentaire par précaution, en cas de contretemps de dernière minute.

Stéphane Bahoken, de retour de blessure, Vincent Nogueira et Kévin Zohi, qui avaient pris part à cet ultime entraînement avant le rendez-vous dijonnais, n’ont pas été appelés.

Comme toujours, Thierry Laurey n’a donné aucune indication sur le dispositif qu’il compte utiliser ce samedi au stade Gaston-Gérard. Reconduira-t-il le 4-4-2 avec un milieu en losange qu’il avait remis au goût du jour face aux Nantais ? « On y réfléchit, sachant que chaque match détient sa vérité et que ce qui a pu être mis en place contre une équipe ne peut pas forcément l’être contre une autre. Cela dit, notre défaite contre Nantes n’est pas imputable au schéma tactique, mais davantage aux erreurs que nous avons commises, notamment sur les deux corners adverses où les consignes n’ont pas été appliquées. Il ne faudra pas renouveler ces erreurs de positionnement, de placement et de concentration.»

Le technicien devrait toutefois aligner une équipe de départ proche de celle qui a bousculé les Canaris et « méritait au moins de ne pas perdre. » L’international espoirs Martin Terrier, convoqué chez les Bleuets - comme son gardien Bingourou Kamara - pour affronter le Monténégro et le Luxembourg les 5 et 9 octobre, pourrait suppléer en pointe un Ihsan Sacko moins saignant et plus en difficulté ces derniers matches.

L’équipe possible : Kamara – Seka, Mangane, Koné, Lala – Martin, Aholou, Lienard – Corgnet – Da Costa, Terrier. Remplaçants : Oukidja (g), Blayac, Gonçalves, Grimm, Saadi, Salmier, Sacko, Aaneba.

Absents : Martinez (mollet), Ndour (reprise), Foulquier (cuisse), Tchamba (fissure du bassin), Caci (cheville), Bahoken, Nogueira, Zohi, Solvet, Bonnefoi (choix).
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 3194
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 70
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 8eme journée : Dijon - Strasbourg

Message  67120 le Sam 30 Sep - 5:23

Retrouver l’équilibre
Sur une série de quatre défaites d’affilée, le Racing défie Dijon en Bourgogne avec la ferme intention d’en finir avec sa mauvaise passe. Un bon résultat passe par un souci du détail.
Longtemps, ils n’ont pas fait partie du même monde. Mais les clubs de Dijon et de Strasbourg ont depuis un peu moins de trente ans, pris l’habitude de se croiser, de s’observer de loin.

Le match du jour est l’opposition entre un club en construction et un autre en reconstruction. Et le deuxième regarde plutôt avec envie la situation du premier.
« On n’est pas dans une période de réussite, mais on ne fait pas tout pour forcer la réussite »


Pour la première fois de son existence, le DFCO s’est maintenu en Ligue 1 cette année et c’est tout ce qui obsède le Racing pour son retour dans le top-20.

Pour l’heure, il n’est pas dans les clous, à la 19e place. Mais il a encore 31 occasions de mieux faire et celle du week-end paraît alléchante.

L’écart entre les deux équipes n’a rien d’un gouffre. Il est d’un point, ce matin, au classement. Mais un point qui change tout. Celui, par exemple, que les hommes de Dall’Oglio sont allés cueillir avec envie et talent il y a une semaine, à Lyon (3-3). Celui que la bande à Laurey n’a pas su arracher dimanche en recevant Nantes (1-2).

Ainsi, entre le promu au (lointain) passé dans l’élite et le nouveau venu qui y prend ses marques, le rendez-vous du jour peut s’avérer «piquant», pour reprendre les termes de l’entraîneur strasbourgeois.

Engoncé dans une série de quatre défaites de rang – pas toujours méritées –, le Racing doit se liguer contre ses insuffisances et contre des circonstances. La défaite face à Nantes a «été digérée et heureusement». Elle n’en a pas moins laissé des regrets.

«Les fautes d’inattention et de concentration nous coûtent cher, considère Thierry Laurey à l’heure de repenser à cette dernière journée. On progresse, on met des choses en place mais à la fin, on n’a que les yeux pour pleurer. On n’est pas dans une période de réussite, mais on ne fait pas tout, non plus, pour forcer la réussite notamment au niveau du déchet technique.»

Un contrôle raté, deci, une passe trop courte ou trop longue, delà, un mauvais placement et les efforts collectifs consentis se retrouvent réduits à néant. Et la récolte, depuis un mois, égale la tête à Toto.

Pour le Racing, qui avait perdu de vue l’élite depuis près de dix ans, l’heure est à l’apprentissage, évidemment, mais le haut niveau ne laisse guère de temps pour apprendre, ni de place pour l’à peu près.

Le moment n’est pas encore venu de tirer la sonnette d’alarme. D’ailleurs, s’arracher les cheveux, se taper la tête contre les murs ou organiser le procès des coupables n’a jamais vraiment contribué à faire tourner le compteur points. S’escrimer à faire juste un peu mieux, un peu plus précis, un peu plus vite, si.

Le Racing a perdu injustement à Guingamp sans marquer, logiquement face à Amiens sans jouer, dignement à Monaco sans démériter et cruellement face à Nantes… en marquant.

Il faudrait que la roue tourne car la spirale est négative et la comptabilité dans le rouge, comme la zone fréquentée depuis trois semaines maintenant.
«La situation actuelle nous déplaît fortement»


Dijon serait-il un bon endroit pour se refaire? En Côte-d’Or, on privilégie comme par ici une certaine conception du jeu, où l’art de défendre passe au second plan.

Depuis son début de saison, le DFCO n’a pas fini un seul match sans avoir encaissé un but et cela doit donner des idées, tout du moins inciter à demeurer dans une certaine ligne de conduite.

En Bourgogne, Kader Mangane et ses coéquipiers devraient continuer à (régulièrement) attaquer en veillant à mieux défendre. «C’est une équipe très joueuse, habile avec le ballon, qui se projette vite vers l’avant, souligne Thierry Laurey à propos d’un adversaire dont il apprécie particulièrement l’entraîneur (lire page suivante). Ce qui est sûr, c’est que la situation actuelle nous déplaît fortement, on donne le maximum pour s’en sortir. Les garçons s’accrochent, se battent et les résultats sont glaçants, parfois. En fait, les “pas grand-chose” sont contre nous.»

Il ne faudrait peut-être pas grand-chose pour que le Racing sorte de l’ornière et éclaire son destin d’un halo d’optimisme. Avant une quinzaine sans compétition, alors que l’accueil de Marseille et le déplacement à Nice – un duo d’Européens – se profilent, pour le mois d’octobre, il est sans doute grand temps de concrétiser des promesses.
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 3194
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 70
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 8eme journée : Dijon - Strasbourg

Message  67120 le Sam 30 Sep - 5:29

L’adversaire du Racing Dijon ne s’énerve pas
Dans le sillage de son coach, Olivier Dall’Oglio, qui l’installe progressivement au sein de la Ligue 1, Dijon semble prendre la mesure du championnat cette saison.
Serait-ce le propre de la génération 1964 sur un banc de touche ? Pas plus Thierry Laurey, entraîneur du Racing, qu’Olivier Dall’Oglio, son homologue dijonnais, n’ont l’habitude de grimper sur les tables en cas de victoire ou de bon résultat. Il n’est pas non plus dans leurs habitudes de se mettre la tête dans le sceau quand ça va mal.

Aussi, en dépit du classement de leur équipe respective – 17 et 19e places –, ni l’un ni l’autre n’apparentent-ils le match du week-end au rendez-vous de l’angoisse. Côté Bourguignon, cela peut se comprendre.
«Non, le Racing ne va pas mal»

Le point d’avance sur leurs invités laisse les Dijonnais au-dessus de la liste de flottaison. Il y a quatre mois, se retrouver en pareille position a râvi en Côte-d’Or, où on s’est maintenu pour un point, sans jamais céder à la panique. «On a perdu des joueurs clefs à l’intersaison et on a aussi recruté deux joueurs en toute fin de mercato ( le milieu prêté par Lille, Xeka, et le défenseur prêté par Sunderland, Dijolobodji ), rappelle l’entraîneur de Dijon pour évoquer le chantier en cours. Mais on garde l’idée de consolider et la volonté de s’améliorer chaque année.»

La mayonnaise a mis un petit moment pour prendre, avec deux défaites pour débuter la saison, dans un calendrier qui n’a pas aidé avec de gros morceaux d’emblée. Dijon a perdu à Marseille (3-0), face à Monaco (1-4) ou St-Étienne (0-1). Mais le penalty qui a marqué ce dernier match était au moins douteux et le DFCO sort d’un nul encourageant à Lyon (3-3).

Toutefois, l’équipe bourguignonne ne risque pas d’aborder le match du jour en fumant la pipe. «Non, le Racing ne va pas mal, se méfie Dall’Oglio. Un peu comme tout le monde à ce niveau, il doit payer pour voir. On aborde un match important, avec de l’enjeu, car chaque point compte dans notre championnat et on est bien placé pour le savoir. Mais ce n’est pas essentiel. Il y aura des matches derrière. La priorité est le comportement et l’attitude des joueurs. Et il faudra s’adapter à ce que l’on va nous proposer.»

En ce sens, le Dijon – Racing aurait très bien pu ressembler à une bataille tactique entre deux techniciens ayant passé leurs diplômes ensemble, ayant écumé l’Hérault et le Gard pour assister à des rencontres qui les intéressaient l’un et l’autre. Les deux coaches ne sont pas du genre à tirer la couverture à eux.

«Dijon et son coach font quand même du bon boulot depuis deux ou trois ans, constate Thierry Laurey. Avec Olivier, on n’a pas des parcours similaires mais qui se ressemblent. Et au final, Dijon n’a pour l’instant rien volé. Pour arrêter notre spirale, il faudra contrecarrer cette équipe de très haut niveau.» En gros, le coach alsacien a bien l’intention de chiper un ou trois points à son copain.
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 3194
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 70
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 8eme journée : Dijon - Strasbourg

Message  67120 le Sam 30 Sep - 5:31

Le match
Terrier au relais de Sacko ?

En attendant le retour des blessés et convalescents, Thierry Laurey n’a guère l’embarras du choix. Ou plutôt reste-t-il fidèle aux hommes sur lesquels il mise en priorité. Hier, avant de rallier Dijon en bus, le coach strasbourgeois a décidé, sitôt la séance de veille de match achevée, d’emmener 19 joueurs : les 18 du groupe battu par Nantes dimanche à la Meinau (1-2), plus le jeune défenseur Ismaël Aaneba.

S’il n’a évidemment pas aimé ce dernier résultat, synonyme de quatrième défaite de rang, l’entraîneur a apprécié la prestation de ses troupes face aux Canaris, malgré certaines «erreurs d’attention qui ont coûté cher» et qu’il espère voir corrigées au stade Gaston-Gérard.

Tactiquement, Thierry Laurey, qui a ressorti dimanche du formol le système en 4-4-2 avec milieu en losange – symbole de sa réussite de la saison passée – le reconduira-t-il dans l’antre du DFCO ? Il n’en a rien dit, mais a tout de même relevé que les Dijonnais avaient «encaissé (au moins) un but à chaque match» et «qu’il y aura peut-être des possibilités». Il ne serait donc pas surprenant de le voir une nouvelle fois faire preuve d’audace chez la plus poreuse défense de Ligue 1 (16 buts encaissés).

S’il renouvelait l’expérience, le technicien alsacien pourrait toutefois préférer en pointe, aux côtés de Nuno Da Costa, l’international espoirs Martin Terrier, remplaçant face aux Nantais, à Ihsan Sacko qui tire un peu la langue ces temps-ci.

À Dijon, son homologue Olivier Dall’Oglio, qui a gardé les 18 auteurs du nul précieux à Lyon samedi dernier (3-3), ne changera sans doute rien non plus à son onze de départ organisé en 4-3-3. Les Bleus devront notamment surveiller comme le lait sur le feu un certain Naïm Sliti, impliqué dans trois des quatre derniers buts du DFCO en L1 (un but, deux passes). Les plus “anciens” des Racingmen se souviendront en effet que le Lillois prêté cette année en Bourgogne leur avait fait quelques misères avec le Red Star en 2014-2015. Sous la tunique du club audonien, le Tunisien était devenu champion de France du National, au nez et à la barbe d’un Racing 4e et qui, pour un point, avait vu les portes de la L2 se fermer devant lui.
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 3194
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 70
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 8eme journée : Dijon - Strasbourg

Message  67120 le Sam 30 Sep - 19:48

voici la composition officielle des deux équipes :

Dijon FCO : 30. Baptiste Reynet (g., cap) – 26. Fouad Chafik, 18. Cédric Yambéré, 4. Papy Djilobodji, 19. Valentin Rosier – 28. Xeka, 20. Romain Amalfitano, 14. Jordan Marie – 9. Wesley Said, 29. Benjamin Jeannot, 10. Naim Sliti.
Remplaçants : 1. Benjamin Leroy (g), 5. Oussama Hadadi, 27. Cédric Varrault, 7. Frédéric Sammaritano, 15. Florent Balmont, 22. Changhoon Kwon, 24. Dylan Bahamboula. Entraîneur : Olivier Dall’Oglio.

Racing Strasbourg : 30. Bingourou Kamara – 22. Ernest Seka, 12. Kader Mangane (cap), 26. Bakary Koné, 27. Kenny Lala – 28. Jonas Martin, 10. Benjamin Corgnet, 8. Jean-Eudes Aholou, 11. Dimitri Lienard – 9. Idriss Saadi, 29. Nuno Da Costa.
Remplaçants : 16. Alexandre Oukidja (g), 21. Yoann Salmier, 6. Jérémy Grimm, 17. Anthony Gonçalves, 7. Ihsan Sacko, 13. Jérémy Blayac, 20. Martin Terrier. Entraîneur : Thierry Laurey.
.
A noter côté Racing le retour dans le onze de départ d'Idriss Saadi qui, sur le front de l'attaque, fera la paire avec le dernier buteur alsacien en date, Nuno Da Costa, qui avait ouvert le score contre Nantes dimanche dernier (défaite 2-1). Pour le reste, Koné est bien titulaire en défense centrale à côté de son capitaine Mangane, tandis que Dimitri Lienard enchaîne un 2e match d'affilée dans le couloir gauche, avec ses compères du milieu de terrain, Aholou, Martin et Corgnet.
.
A Dijon, l'ancien joueur du Racing et désormais entraîneur, Olivier Dall'Oglio, aligne une équipe sans surprise, avec l'inamovible Baptiste Reynet dans les buts et le redoutable Naim Sliti pour amener les bons ballons sur le front de l'attaque bourguignonne.
.
Les deux équipes sont actuellement à l'échauffement sur une pelouse parfaite mais qui ne devrait pas le rester bien longtemps, tant l'ambiance est pluvieuse. Une vilaine averse a d'ailleurs accueilli les bus des joueurs tout à l'heure, vers 18h30.
.
Le parcage visiteurs alloué aux supporters du Racing affichera complet ce soir au stade Gaston Gérard et, sans surprise, c'est eux qui assurent l'ambiance depuis l'enceinte a ouvert ses portes. Malgré la peu envieuse 19e place des leurs au classement de la L1, les suiveurs strasbourgeois répondent encore et toujours présent.
.
La défense dijonnaise est celle qui a pour l'instant le plus encaissé de buts depuis les trois coups du championnat (16). Le Racing, qui n'a scoré qu'une fois à l'extérieur depuis son retour en Ligue 1 (1-1 à Montpellier au mois d'août), saura-t-il profiter des éventuelles largesses du DFCO ? C'est l'une des clés de la rencontre de ce soir.
.
Rappelons que le Racing reste sur quatre défaites consécutives en championnat et ne s'est d'ailleurs plus imposé depuis sa seule victoire de la saison à ce jour, le 13 août dernier contre Lille à la Meinau (3-0). Le contenu de son dernier match contre Nantes dimanche dernier (1-2) a tout de même laissé entrevoir une éclaircie. A confirmer coûte que coûte ce soir contre une équipe de Dijon qui devrait également lutter pour son maintien cette saison.
.
Les deux équipes ont rejoint les vestiaires pour se préparer pour le coup d'envoi, qui devrait se faire devant des tribunes tout sauf bondées. Il faut dire que ni l'affiche (17e contre 19e) ni la météo (froide et pluvieuse) n'incitent à sortir de chez soi. Qu'importe, l'essentiel est évidemment ailleurs ce soir pour le Racing.
.
Le coup d'envoi de la rencontre vient d'être donné par l'arbitre principal Olivier Thual. Dijon - Strasbourg, c'est parti !
.
Première incursion strasbourgeoise dans la surface dijonnaise, mais le centre de Seka de la droite file derrière le but. Le Racing tente de se projeter rapidement vers l'avant en ce début de rencontre.
.
La réponse du DFCO sur ce coup franc du redoutable Sliti bien écarté de la tête par Koné.
.
Première frappe du match signée Jonas Martin du gauche des 20 mètres à ras de terre, mais c'est assez nettement hors-cadre.
.
Le Racing domine légèrement ce début de rencontre et remporte beaucoup de duels. L'envie de bien faire est là.
.
Nuno Da Costa signalé hors-jeu alors qu'il filait seul au but !! C'était limite !
.
Il y a du rythme dans ce match, mais aussi beaucoup de déchets et aucune occasion franche pour l'instant. Ca ne saurait tarder, vu les intentions affichées des deux côtés.
.
Corner obtenu par Da Costa après une belle action personnelle. Sur le coup de pied arrêté de Lienard, la tête piquée d'Aholou est malheureusement contrée par un pied dijonnais.
.
L'envie en Ligue 1 ne suffit pas. Le niveau technique est pour l'instant globalement affligeant.
.
La première frappe dijonnaise du match signée Sliti de 25 bons mètres. C'est au-dessus.
.
Oh quel missile de Valentin Rosier qui, de l'aile gauche, a repiqué dans l'axe et contraint Kamara à une énorme parade ! Superbe !
.
Sanction en vue pour le club strasbourgeois, dont les supporters viennent d'allumer des fumigènes dans le parcage visiteurs...
.
Le corner de Lienard de la gauche que personne ne parvient à reprendre, si ce n'est Saadi loin en dehors de la surface dans le centre-tir échoue derrière la transversale. Encore une munition gâchée.
.
L'énorme retour de Seka pour chiper le ballon in extremis à Benjamin Jeannot dans la surface ! Ouf !
.
Le match est très équilibré, à l'image du score toujours vierge. Le déchet technique continue de gâcher l'essentiel des intentions offensives, tant côté dijonnais que strasbourgeois.
.
Le Racing attend la pause et manque de sérénité dans ces dernières secondes. Attention à ne pas tout gâcher...
.
  Les 22 acteurs rejoignent les vestiaires sur ce score vierge, au terme d'une première période qui ne restera pas dans les annales du football. Le Racing tient pour l'instant le point du nul, mais c'est peu dire que Dijon est prenable ce soir. Il faudra cependant montrer autre chose pour espérer l'emporter. A tout de suite pour la seconde période !
.
C'est la mi-temps ! 0-0
.

avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 3194
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 70
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 8eme journée : Dijon - Strasbourg

Message  67120 le Sam 30 Sep - 21:03

C'est parti pour la seconde période ! Aucun changement à signaler.
.
La première frappe de ce second acte est "l'oeuvre" de Lienard et part dans le haut de la tribune.
.
Une litanie d'erreurs strasbourgeoises et de contres favorables aux Dijonnais met le feu dans la défense alsacienne. Il va vite falloir se remettre dans le sens de la marche !
.
L'occasion pour Dijon avec le centre de Chafik à droite et Koné qui effleure le ballon qui s'en va mourir au pied du poteau droit de Kamara, heureusement du côté extérieur ! Le Racing a eu chaud !
.
Les déchets techniques strasbourgeois sont toujours aussi nombreux et la pression dijonnaise se fait plus pressante...
.
Premier carton de la partie pour Lienard, après un acte d'antijeu manifeste. Il faut dire que Dijon partait en contre à 100 à l'heure après une grosse occasion cafouillée par le Racing dans la surface bourguignonne.
.
 L'arrêt de Bingourou Kamara !! Déterminant !!! Le portier strasbourgeois remporte son duel face à Sliti, parti à la limite du hors-jeu dans le dos de la défense alsacienne !!
.
Changement au Racing : sortie de Saadi, remplacé par Terrier.
.
Le match donne l'impression de décoller un petit peu, il y a beaucoup plus de danger amené dans les deux surfaces, mais on ne voudrait pas parler trop vite... Y'aura-t-il un but dans cette rencontre ?
.
Changement à Dijon : sortie de Marié, remplacé par Balmont.
.
Superbe action collective du Racing - enfin ! - conclue par une remise astucieuse de Martin pour Corgnet dont la frappe plein axe est détournée en corner alors qu'elle était cadrée ! Dommage !
.
Changement à Strasbourg : sortie de Da Costa, remplacé par Sacko.
.
Il y a 11577 spectateurs ce soir au stade Gaston Gérard de Dijon.
.
Plus qu'un quart d'heure à jouer et ce match entre mal classés reste toujours aussi indécis. Le Racing va devoir mettre les bouchées doubles pour chercher les trois points de la victoire.
.
Le centre de Corgnet et la reprise ripée de Sacko qui était pourtant très bien placé dans la surface !
.
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 3194
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 70
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 8eme journée : Dijon - Strasbourg

Message  67120 le Sam 30 Sep - 21:35

But 1-0
.
Incroyable ! La défense strasbourgeoise s'est littéralement arrêtée, Bingourou Kamara incompris, dont la sortie à contretemps a permis à Rosier de centrer de la gauche pour Kwon qui n'a plus eu qu'à pousser le ballon au fond des filets des cages désertées...
.
Le Racing était pourtant un peu mieux en cette fin de rencontre et s'est sans doute laissé déconcentrer par une erreur d'arbitrage manifeste sur l'action précédente. Ce n'est pas une excuse pour s'arrêter de jouer de la sorte. Les Strasbourgeois ont immédiatement été punis.
.
Dernier changement à Strasbourg : sortie de Martin, remplacé par Blayac.
.
Carton rouge à Dijon !
.
Carton rouge à Dijon ! Cédric Yambéré est expulsé pour une faute en tant que dernier défenseur sur Martin Terrier qui filait au but ! Coup franc pour les Alsaciens !
.
Le coup franc est vendangé par le Racing, qui ne profite décidément d'aucune de ses situations...
.
Il y aura 4 minutes de temps additionnel ! Le Racing est à 11 contre 10 !
.
BUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUU T 1-1
.
Sur un ballon prolongé de la tête par Blayac dans la surface, Mangane vient gêner la sortie de Reynet et permet à Terrier de pousser le ballon dans le but vide !! Inespéré !
.
C'est fini 1-1 ouf
.
Le Racing arrache le point du match nul grâce à un but de Terrier, son premier avec Strasbourg, inscrit au terme d'une action confuse dans les arrêts de jeu. Les Alsaciens mettent un terme à une série de quatre défaites d'affilée en Ligue 1. Ouf !
.
Ce match ne restera pas dans les annales du Racing, coupable d'un déchet technique beaucoup trop important pour espérer mieux à ce niveau, mais ce point devrait lui faire du bien au moral, d'autant qu'il est décroché sur la pelouse d'un concurrent direct pour le maintien.
.
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 3194
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 70
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 8eme journée : Dijon - Strasbourg

Message  67120 le Dim 1 Oct - 5:31

Nul, mais tellement bon!
Au terme d’un match très pauvre, le Racing a évité de justesse sa cinquième défaite d’affilée, hier à Dijon. Auteur de son premier but en Bleu, Martin Terrier, entré à l’heure de jeu, lui a permis d’égaliser sur le fil et de récolter un point précieux chez un concurrent direct (1-1).
Ce n’est qu’un point, mais c’est mieux que rien. Hier soir, à quelques secondes près, le Racing a bien failli enregistrer son cinquième zéro pointé consécutif. Mais en égalisant dans le temps additionnel par son international espoirs Martin Terrier, il a enfin enrayé sa série de quatre défaites.

Avant le coup d’envoi, la rencontre avait tous les” atours” du parfait match de bas de tableau de Ligue 1. Après, aussi. Il faut dire que les deux défenses figurent parmi les plus perméables du championnat – 17 buts encaissés par Dijon et 14 par Strasbourg – et étaient surtout préoccupées par l’idée de stopper l’hémorragie.
«On avance lentement, mais sûrement le curseur»

De fait, dès les premiers échanges, même les ballons de contre en situation favorable sont remontés avec le frein à main. Avec, aussi, beaucoup trop de déchet dans les transmissions, souvent ratées à quelques mètres seulement, pour prétendre à mieux.

Comme on pouvait s’y attendre, Thierry Laurey a reconduit le schéma en 4-4-2 avec milieu en losange qui lui avait donné satisfaction contre Nantes, malgré le résultat négatif. Seul changement: il a finalement choisi de relancer Idriss Saadi, cantonné au banc face aux Canaris, en pointe aux côtés de Nuno Da Costa. Mais l’international algérien ne parviendra jamais à donner du lustre à un début de saison personnel guère étincelant (voir page suivante).

Sans être transcendant, le Racing signe, lui, une entame plutôt convenable. Pas au point d’être «piquant», comme l’espérait son entraîneur la veille, dans un clin d’œil teinté d’humour à la moutarde dijonnaise. Trois embryons d’occasions dans le premier quart d’heure, dont le troisième injustement avorté pour un hors-jeu inexistant de Da Costa qui filait seul au but (14e’ ), traduisent la relative emprise des Bleus sur le jeu.

Mais cette impression plutôt favorable va s’estomper au fil des minutes. Le DFCO gomme peu à peu ses défauts et allume quelques pétards, par Sliti (25e’ et 44e’ ) et, surtout, Rosier. La frappe du latéral gauche bourguignon est détournée en corner par Kamara d’une parade horizontale sur son flanc droit (27e’ ).

Le duel de mal-classés reste néanmoins d’une grande pauvreté. Pour égayer un chouia la soirée, Lienard dézingue bien malgré lui quelque étourneau imprudent d’une balle traçante dans les nuages (47e’ ). Mais le Racing recule petit à petit et subit les offensives de Dijonnais plus vivaces qu’avant le repos. Martin écarte une dangereuse reprise de Djilobodji (50e’ ). Kamara sort sa deuxième parade décisive en gagnant son duel avec Sliti, lancé par Saïd (59e’ ), avant de se faire quelques frayeurs sur une sortie aérienne un brin hasardeuse devant Djilobodji, encore lui (66e’ ).
Un point, mieux que rien


Pour les Bleus, la sanction va finalement tomber à la 79e’ sur une envolée du meilleur Dijonnais, Rosier. Le latéral gauche enrhume toute la défense bas-rhinoise et adresse un centre en retrait que le Sud-Coréen Kwon, entré juste avant, n’a plus qu’à pousser au fond des filets.

Malgré l’expulsion du défenseur central dijonnais Yambéré, coupable d’avoir accroché Blayac en position de dernier défenseur (85e’ ), la cinquième défaite consécutive des Strasbourgeois semble se profiler. Jusqu’à ce que, sur un long ballon aérien, Mangane s’arrache pour pousser, du bout du pied, le ballon dans la course de Terrier qui égalise dans le temps additionnel (90e’ +2).

Ce n’est donc qu’un point, mais c’est vraiment mieux que rien. Thierry Laurey, conscient que son équipe a frôlé la correctionnelle, s’en satisfait: «Le nul est logique, même si on dit souvent ça quand le match n’est pas extraordinaire. On avance lentement, mais sûrement le curseur. Il est clair que ce n’est pas suffisant. Les joueurs le savent et travaillent pour corriger ça.»

Ce matin, le Racing est toujours 19e. Et effectivement, aucun Bleu ne l’ignore. «Il faut absolument qu’on hausse notre niveau», exhorte Jérémy Blayac. D’autant que l’avant-centre et ses coéquipiers vont, après la trêve internationale, se fader deux Européens, Marseille à la Meinau et Nice sur la Côte d’Azur.
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 3194
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 70
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 8eme journée : Dijon - Strasbourg

Message  67120 le Dim 1 Oct - 5:34

Signé Terrier
Le onze alsacien a décroché le point du match nul au terme d’un match poussif, où Martin Terrier, entré en fin de rencontre, a su trouver la faille pour égaliser dans les arrêts de jeu.
KAMARA (7). – Après s’être chauffé les gants sur un coup franc de Sliti (13e’ ), parfaitement capté, l’international espoir a repoussé comme il fallait une frappe vicieuse de Rosier (27e’ ). Idem sur le tir puissant de Said (44e’ ). En deuxième période, il gagne son duel face à Sliti (59e’ ) alors que tout le stade voyait une ouverture du score. Sort comme il peut pour boucher son angle sur le but dijonnais.

SEKA (5). – L’ancien capitaine dépanne depuis trois journées à droite, lui qui est défenseur central de formation. Comme lors de ses deux dernières apparitions, Seka a livré un match solide, éclairé par quelques montées intéressantes. A aussi fait le pompier de service juste avant la mi-temps, devant Jeannot (39e’ ), puis en sortant de la tête l’un ou l’autre centre dangereux. À connu une deuxième mi-temps plus compliquée, comme ses acolytes de la défense.

MANGANE (5). – Le capitaine bleu ne s’est pas embarrassé de fioritures en première mi-temps, en dégageant sans ménagement tous les ballons qui lui passaient sous le nez. Même scénario en deuxième mi-temps, où il a colmaté comme il pouvait les brèches. Dépassé sur l’accélération de Rosier qui mène au but de Kwon, tout comme Seka. Le défenseur s’est rattrapé en mettant le coup de rein qu’il fallait pour offrir l’égalisation à Terrier.

KONÉ (5). –
Le défenseur central s’est montré rassurant en sortant de la tête un coup franc de Sliti en début de rencontre (5e’ ), mais par la suite, il a parfois été pris de vitesse par Jeannot, Sliti ou Said. En deuxième mi-temps, il a éloigné à bon escient un ballon chaud devant Jeannot (52e’ ), avant de tenir la baraque avec Mangane dans le jeu aérien.

LALA (6). – Avec Said en face de lui et Chafik en deuxième lame, le latéral venu de Lens a eu plus de mal qu’à l’accoutumée à apporter son écot, offensivement parlant. Mais il n’a pas ménagé ses courses dans le couloir pour étanchéifier le côté gauche de la défense alsacienne et a, comme toujours, livré un match solide et sérieux.

AHOLOU (5). – Après un quart d’heure poussif, ponctué de fautes évitables, le récupérateur a passé la vitesse supérieure. Efficace à la récupération, inspiré dans ses ouvertures, l’Ivoirien a gratté un grand nombre de ballons dans les pieds adverses en première mi-temps. Après la pause, il a baissé de pied. Averti en fin de rencontre (90e’ ).

MARTIN (5). – Le milieu récupérateur a été (trop) peu en vue en première mi-temps, où il n’a pas pesé sur le jeu. À son actif, toutefois, cette frappe trop molle pour inquiéter Reynet (8e’ ). Du mieux en seconde mi-temps, où il a montré plus d’acharnement à défendre. Comme lorsqu’il a sauvé les siens face à Djilobodji (50e’ ), après un corner de Sliti. Remplacé par Blayac (83e’ ) , qui n’a eu besoin que de deux minutes pour faire expulser Yambéré.

CORGNET (4). – Le milieu de terrain a été plutôt discret en première mi-temps, voire effacé, pour son retour sur une pelouse qu’il connaît par cœur. Le numéro 10 strasbourgeois n’a pas plus pesé sur le jeu dans une seconde période où le Racing a surtout défendu, sauf à la fin. S’est offert un tir intéressant, sur un contre, servi par Martin (71e’ ). C’est peu…

LIENARD (5). – Accrocheur et volontaire, le milieu offensif a réalisé une prestation intéressante, mais a manqué de régularité. Un centre de volée pour Da Costa (9e’ ), une ouverture au millimètre mal négociée par Saadi (19e’ ) et des corners bien tirés : sa première mi-temps a été correcte. La deuxième a été moins aboutie, même si « Dim » a continué à soigner ses coups de pied arrêtés. Le milieu a logiquement été averti (57e’ ).

DA COSTA (5). – L’attaquant a confirmé sa bonne forme du moment… durant 30minutes seulement. Tranchant dans ses appels, il a été (injustement) signalé hors-jeu sur une ouverture de Aholou (14e’ ), avant de semer la zizanie grâce à ses dribbles dans la surface (27e’ ). A manqué de lucidité en deuxième période, comme lors de ce cafouillage dans la surface (57e’ ). Remplacé par Sacko (73e’ ).

SAADI (3). –
Resté sur le banc face à Nantes, l’attaquant passé par Courtrai n’a pas crevé l’écran pour son retour aux avant-postes ( lire ci-dessous ). Remplacé par Terrier (61e’ ) , auteur d’une entrée pleine d’envie, récompensée par un but ô combien précieux, son premier sous les couleurs strasbourgeoises, dans les arrêts de jeu.
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 3194
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 70
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 8eme journée : Dijon - Strasbourg

Message  67120 le Dim 1 Oct - 5:35

A l’image du match…
Idriss Saadi avait l’occasion de se relancer, hier, après une période difficile. L’attaquant algérien ne l’a pas vraiment saisie.
Il avait perdu sa place dans le sillage de la défaite à Monaco et avait donc fait banquette, tout du long, il y a une semaine, face à Nantes, dans une Meinau qui a pu cruellement le prendre en grippe. Mais Idriss Saadi était bien au coup d’envoi de la rencontre disputée à Dijon, hier, à côté de Nuno Da Costa, devant Benjamin Corgnet. Il profitait ainsi de la sortie mitigée de Sacko face aux Canaris.
Fâché avec la précision

Le costaud de devant a mis un peu de temps à se régler. Sa première passe, en direction de Seka, côté droit, est mal ajustée (3e’ ). Son premier rush est annihilé par Chafik (8e’ ). Il doit ensuite se frotter à Yambere pour gratter une touche peu après.

Après le premier quart d’heure de jeu, sa passe vers Lienard n’est pas une réussite non plus. Il est toujours fâché avec la précision lorsqu’il talonne vers Da Costa (19e’ ), même s’il est plus inspiré quand il contrarie Djilobodji sur un recentrage de Lienard.

L’idée d’associer la flèche cap-verdienne et le taureau algérien paraissait plutôt inspirée sur le papier. Mais elle a tardé à se concrétiser dans les faits. Si l’ancien joueur de Courtrai n’a pas rechigné à chasser le ballon entre les défenseurs bourguignons, ses interceptions ont été, au mieux, rares.

Et à la pause, il ne s’était guère illustré en une période qui a eu des allures de purge. Il n’a pas été plus mauvais que la plupart des 22 acteurs peu inspirés. Il n’a pas été meilleur non plus.

Ses actions ne repartaient logiquement pas à la hausse pour celui qui a fait l’objet d’un transfert 1,7 million d’euros à l’intersaison versés à Cardiff City. Son compteur but, bloqué à un depuis le nul décroché à Montpellier, en août, ne risquait pas de s’affoler puisque l’attaquant ne s’était pas créé la moindre occasion et avait touché très peu de ballons.

Une première remise de la tête vers Corgnet (46e’ ) laisse espérer une deuxième période moins terne de sa part. En fait, il n’aura réussi à sortir de l’ombre qu’à une seule reprise, sur un centre venimeux qui a mis la douteuse défense centrale dijonnaise au supplice. Depuis l’entrée de la surface, Idriss Saadi a trouvé Nuno Da Costa qui n’a pas eu le gaz pour être décisif. Sur le deuxième temps de l’action, c’est Ernest Seka qui aurait pu faire sauter la banque (57e’ ). L’attaquant de 25 ans n’en a rien été et a été rappelé sur le banc pour céder sa place à Terrier (61e’ ). Logiquement.
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 3194
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 70
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 8eme journée : Dijon - Strasbourg

Message  67120 le Lun 2 Oct - 5:08

Pas qu’un verre à moitié plein
En égalisant dans les arrêts de jeu à Dijon, le Racing a au moins tourné le dos à une spirale négative. Mais en Bourgogne, il a affiché un niveau de jeu qui ne lui permettra pas de s’en sortir.
D’aucuns soulignent que pour faire un grand match, il faut être deux. Pour offrir une purge en bonne et due forme, la condition peut également s’avérer indispensable.

Le DFCO et le Racing n’ont pas assuré une publicité avantageuse au championnat de Ligue 1, samedi, au stade Gaston-Gérard. En un soir où l’élite française a révélé son visage le plus glaçant à Amiens, on appréciera qu’il n’ait été question que de jeu.
« En début de saison, on ne l’aurait pas fait »


Mais les deux équipes en mal de points n’étaient pas préparées à ce triste spectacle. Dijon sortait d’un nul méritoire à Lyon (3-3). Le Racing avait perdu, à la Meinau, sans le mériter face à Nantes, dans les hauteurs du classement aujourd’hui. Il y a quelques semaines, Thierry Laurey avait considéré le contrariant Racing - Amiens (0-1), comme « un bon match de Ligue 2 ». Il n’est pas sûr que le nul de samedi, en Bourgogne, mérite le qualificatif.

« Ce n’était pas le match de l’année mais je préfère ce genre de match avec ce scénario bizarre que les autres qu’on a perdus, a toutefois considéré Bingourou Kamara, le gardien alsacien, pas le moins inspiré sur le terrain. On a montré notre état d’esprit. »

Au moins, effectivement, l’équipe strasbourgeoise n’est plus la machine à perdre alignée au courant d’un mois de septembre décevant.

Le scénario de la rencontre a peut-être contribué à convoquer un brin d’optimisme dans les rangs alsaciens. « On a un peu arraché cette égalisation sur une action confuse, remarque l’entraîneur des Bleus, Thierry Laurey. C’était limite. Mais on s’est battu. On revient pour la première fois au score. En début de saison, on ne l’aurait pas fait. »

Jusqu’alors, ses protégés n’y étaient effectivement jamais parvenus, battus lors des cinq précédents matches où ils ont été menés. Néanmoins, avaient-ils raté autant de passes, montré autant de fébrilité dans leurs actions, affiché un niveau technique si inquiétant ? Pas sûr, sauf peut-être face à Amiens ce qui confirme que d’une trêve internationale à l’autre, Kader Mangane et ses partenaires n’ont pas brillé.

Dans un mois de septembre rouge à un point en quatre matches, ils ont plutôt déçu à trois reprises. L’impression générale est au mieux mitigée. Au moins, la lucidité est de mise.

« On fait trop de cadeaux à l’adversaire, regrette Jérémy Blayac. Dijon n’a pas fait un grand match donc cela aurait été très dur de perdre. On peut être satisfait en raison du scénario, mais pour se sauver, il faudra faire plus. » « On a arrêté l’hémorragie mais il y avait mieux à faire, considère Bakary Koné. On voulait ne pas encaisser de but, ne pas faire de cadeaux parce qu’on a assez offert ».

Portés par l’attrait de la nouveauté, les Strasbourgeois ont peut-être fait illusion lors de leurs premiers pas dans l’élite. Les voilà confrontés à un principe de réalité qui ne leur serait pas franchement favorable. « On a quelques lacunes, techniques, tactiques, mais on ne manque pas d’enthousiasme, martèle toutefois leur entraîneur. Nos lacunes sont par moments criardes. Mais je trouve qu’elles le sont de moins en moins. Il paraît qu’on n’a que de l’enthousiasme. Alors, on va se concentrer sur l’enthousiasme et tout faire à l’enthousiasme. »

Face à Marseille, dans deux semaines, il ne faudra pas en manquer. Mais sur l’ensemble d’une saison, cela risque de ne pas suffire.
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 3194
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 70
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 8eme journée : Dijon - Strasbourg

Message  67120 le Lun 2 Oct - 5:11

Le Racing s’en est sorti grâce à ses remplaçants Entrants (presque) gagnants
Jérémy Blayac, à l’origine de l’expulsion de Yambéré, puis de l’égalisation, et Martin Terrier, dont le but a permis d’arracher un point à la 92e (1-1), ont bonifié leur sortie du banc avant-hier à Dijon.
« En début de saison, je n’étais pas satisfait des entrants. Je le leur ai dit. Mais sur les derniers matches, c’est un peu mieux. Ils font partie de la stratégie. Si on a débuté à Dijon avec Idriss Saadi et Nuno Da Costa devant, c’est parce qu’on pensait que leur travail de sape bénéficierait à ceux qui entreraient. »

Comme son club, l’entraîneur du Racing Thierry Laurey doit une fière chandelle à ses remplaçants. Avant-hier à Dijon, deux de ses trois entrants ont directement influé sur le résultat. Notamment sur le but égalisateur, dans les arrêts de jeu (90e + 2), de Martin Terrier, lancé une demi-heure plus tôt à la place de Saadi. Au duel sur un ballon aérien, Jérémy Blayac dévie alors le ballon de la tête. À la retombée, Kader Mangane anticipe une mésentente entre Djilobodji et son portier Reynet. Du bout du pied, le Sénégalais glisse à Terrier un ballon d’oxygène pour une équipe en apnée après quatre échecs de suite. Quelques minutes plus tôt, le grand Jérémy avait poussé à la faute Yambéré, exclu pour l’avoir accroché en position de dernier défenseur.
« La volonté de ne pas lâcher, nous l’aurons toujours »

« Jérémy a fait une très bonne entrée, provoqué l’expulsion et pesé. Martin a marqué et apporté sa qualité technique. Ihsan ( Sacko ) a eu un peu de mal à se situer, mais ses grandes courses ont fait reculer la défense dijonnaise », juge le coach, ravi « d’avoir arraché un point qui nous fait un bien énorme. »

Par définition, ce nul signifie cependant que rien n’est gagné. « Mais je ne vais pas faire la fine bouche, positive Terrier. Ce but et ce nul font du bien. Nous nous étions dit que nous devions en prendre au moins un à l’extérieur. Après le but dijonnais, nous étions assommés, mais heureusement, nous avons su réagir. Après mon entrée, ç’a été vite. Quand on entre comme ça, il faut arriver à donner du mouvement, être décisif. C’est bien pour la confiance. Le plus important n’est pas que j’aie marqué, mais ce point pris après quatre défaites. Ça fait du bien au moral. J’espère que ce sera un déclic. »

La colonie bleue l’espère aussi. Mais personne n’est dupe des difficultés récurrentes du double promu strasbourgeois.

Depuis le banc de touche et en vieux routier du championnat, Jérémy Blayac l’observe avec clairvoyance. « La volonté de ne pas lâcher, nous l’aurons toujours. Mais malheureusement, en Ligue 1, ça ne suffit pas. Chaque sortie doit marquer une progression. On a besoin de travailler. Quand on a peu de temps de jeu comme moi, il faut essayer d’être décisif. J’ai essayé de l’être. Ça nous rapporte un point. Aborder la trêve en ayant évité une 5e défaite d’affilée et en étant revenus au score, c’est un bonus psychologique. »

L’attaquant ne tire donc pas la sonnette d’alarme. Mais il n’en admet pas moins « qu’il faut être réaliste. Pour avoir un peu d’expérience, je sais que nous devons nous améliorer dans de nombreux domaines. Nous allons nous contenter de ce point à l’extérieur, mais nous devons encore élever notre niveau. J’y crois parce qu’il y a de la qualité dans ce groupe. »

À son image, les hommes du banc ont d’ailleurs confirmé samedi qu’ils n’étaient nullement mis au ban.
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 3194
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 70
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 8eme journée : Dijon - Strasbourg

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum