1ère journée: Lyon-Strasbourg

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

1ère journée: Lyon-Strasbourg

Message  67120 le Jeu 20 Juil - 11:39

Le 5/08/2017 Premier gros match pour une rentrée en L1, en plus à l'extérieur.
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 2939
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 70
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 1ère journée: Lyon-Strasbourg

Message  67120 le Jeu 27 Juil - 14:58

OL : Strasbourg, un gros morceau d’entrée selon Aulas

Après la semaine chinoise un peu déroutante, l’Olympique Lyonnais a repris sa préparation avec en point de mire un dernier match amical face à Montpellier en hommage à Louis Nicollin, et la reprise du championnat la semaine suivante. Ce sera à domicile, et plutôt en douceur face à Strasbourg. Même si on sait qu’affronter les promus qui surfent sur la vague de la montée en début de saison peut parfois être délicat, ce n’est pas non plus un prétendant au podium qui se présentera au stade de Décines. Néanmoins, pour Jean-Michel Aulas, il s’agit d’un retour en Ligue 1 pour une grande ville et un grand club, qui n’a pas retrouvé l’élite pour jouer le maintien, et sera donc à prendre particulièrement au sérieux.

« Sur le plan sportif, face à Montpellier, ce sera un match de réglages avant Strasbourg. Le Racing aborde cette saison avec l’ambition d’un grand club, d’une grande ville. Il faudra bien se préparer. On entame ce championnat avec beaucoup d’ambitions. J’espère que le stade sera le plus plein possible », a souligné Jean-Michel Aulas sur les médias officiels de l’OL. Pour le premier match de son histoire, le Groupama Stadium ne devrait toutefois pas être plein.
Foot01
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 2939
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 70
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 1ère journée: Lyon-Strasbourg

Message  67120 le Ven 28 Juil - 5:43

L’effectif strasbourgeois à huit jours du début du championnat de Ligue 1 Le jeu est ouvert
Les 27 pros strasbourgeois, pour l’heure sous contrat avec le Racing, ne seront pas de trop pour envisager la saison en Ligue 1 qui s’ouvre dans une semaine. Il n’apparaît même pas superflu d’envisager de recruter, notamment en défense.
Depuis quelque temps, Thierry Laurey se prête à un jeu amusant, au terme de l’entraînement. Une gamine l’attend systématiquement, au retour de la séance, aux grilles du stade. L’entraîneur du Racing lui a donné la possibilité de lui poser une question, chaque jour.

Hier, l’interrogation juvénile a concerné le recrutement en cours, au Racing, et le nombre attendu de renfort(s) pour savoir combien de dessins de bienvenu il fallait prévoir. Alors que sept nouveaux joueurs ont d’ores et déjà rejoint l’Alsace, le responsable sportif strasbourgeois lui a garanti que moins de dix de ses œuvres seraient nécessaires. Il y aura encore au maximum deux éléments à intégrer dans le groupe.

Il y aura donc 26, 27 ou 28 pros candidats à une présence sur la feuille de match rédigée à Lyon, dans huit jours. D’ailleurs, pour les dernières échéances amicales, demain à Dijon (19h), le test face à une autre équipe de Ligue 1 en cette intersaison, et après-demain, la dernière sortie face aux chômeurs de l’UNFP à Illkirch (18h30), l’entraîneur ne tourne pas autour du pot. « Les dix-huit joueurs qui seront présents à Lyon devront avoir quatre-vingt dix minutes dans les jambes », souligne-t-il.
Assez derrière ?

Le Racing rentre dans le (très) grand monde avec le retour en Ligue 1 qui impose d’envisager non pas le match à 16, comme la saison passée, mais un de plus. Aussi s’agit-il d’être pourvu dans toutes les lignes. Dans la cage, au milieu, devant, le matériau ne manque pas. Mais derrière ?

Alors que Bingourou Kamara, le jeune gardien recruté au FC Tours pour 700 000 euros, apparaît comme le titulaire désigné, Alexandre Oukidja semble en mesure de jouer les doublures, comme Landry Bonnefoi, titularisé un temps la saison passée, qui ne ménagera pas son énergie pour faire le match.

En revanche, devant eux, le staff technique doit composer avec un peu plus d’embarras. À droite, Kenny Lala est un titulaire en puissance. L’ancien Lensois prend la place d’Éric Marester, non prolongé. Il n’y a guère qu’Ernest Seka, qui avait d’ailleurs refusé d’évoluer à cette place la saison passée, en mesure ponctuellement de le suppléer.

Dans l’axe, la concurrence ne s’annonce pas non plus échevelée. Kader Mangane, du haut ses 34 ans et de ses 155 matches en Ligue 1, apparaît comme le plus rassurant des axiaux. À ses côtés, Yoann Salmier a su s’imposer, s’appuyant sur son identité de gaucher, sobre, sérieux. L’ancien capitaine, dont l’étoile a pâli en fin de saison passée, Ernest Seka, a du retard à rattraper. Et tout ce petit monde devra a priori convaincre d’être préféré à la dernière recrue envisagée. C’est sur ce poste de défenseur central que la cellule recrutement, le staff technique et la direction planchent pour trouver l’oiseau rare.

Pablo Martinez, débarqué d’Angers, sera également un concurrent dans ce secteur. Mais l’ancien du Gazélec Ajaccio va débuter la saison sur le flanc gauche où Abdallah Ndour réapparaîtra, à terme. Le latéral gauche sénégalais s’est cassé la jambe en mai et son retour n’est pas envisagé avant septembre.

Parmi les recours ultimes que le Racing se garde dans la manche, Ismaël Aaneba, capable d’évoluer à droite mais surtout axe droit, Anthony Caci, dans l’axe défensif, Mayoro Ndoye, aligné à gauche, voire Jérémy Grimm, en redescendant d’un cran,  incarnent des solutions.
Lienard, un niveau toujours plus haut

Mais pour ce dernier, l’idée est assurément de s’imposer au poste de récupérateur. Thierry Laurey privilégiant un schéma en 4-1-4-1, il ne devrait y avoir qu’une sentinelle devant la défense. A priori, Jean-Eudes Aholou part avec une (petite) longueur d’avance. Mais Jérémy Grimm a su renverser plus d’une tendance défavorable. Sachant que les blessures et les suspensions peuvent frapper les détenteurs du poste, le jeune Anthony Caci et le plus expérimenté Mayoro Ndoye peuvent se tenir prêts en cas de coup dur.

Un cran devant, la ligne de quatre devrait constituer l’originalité de la saison alsacienne. Le milieu en losange sera abandonné pour une occupation exhaustive de la largeur du terrain. Dans l’axe, Benjamin Corgnet et Jonas Martin seront dans le onze au regard des 250 matches dans l’élite cumulés à eux deux et la nécessité de s’appuyer sur quelques joueurs expérimentés, même si Vincent Nogueira a repris le cours d’un parcours européen et a le profil de 8-10 requis.

Sur le côté droit, Stéphane Bahoken et Anthony Gonçalves devraient donner à l’équipe un profil plus ou moins offensif. À gauche, Dimitri Lienard n’en finit pas de se mettre à un niveau toujours plus haut en dépit de ses 30 ans. L’ailier semble en mesure d’évoluer dans le cœur du jeu et donc de faire une place à Nuno Da Costa sur le côté, voire à Kévin Zohi.

En pointe, avec son profil de petit taureau et ses 16 buts en championnat de Belgique la saison passée, Idriss Saadi devrait débuter avec la pancarte de titulaire. Il aura quelques doublures pour le seconder, Jérémy Blayac, prêt à se rappeler au bon souvenir de la Ligue 1 sept ans plus tard, Stéphane Bahoken, lui aussi capable d’être fort puissant devant, Nuno Da Costa, parfois seul en pointe à Valenciennes, ou encore Ihsan Sacko, dont la polyvalence peut finalement s’imposer aux cinq postes de devant.
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 2939
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 70
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 1ère journée: Lyon-Strasbourg

Message  67120 le Dim 30 Juil - 5:44

Capitanat

Il semble acquis que Kader Mangane, sera porteur du brassard de capitaine dans une semaine au Parc OL. En fait, l’idée du staff est de confier la distinction à l’un de ceux qui a pu jouer le rôle durant les matches de préparation. Ils sont trois à avoir été capitaines durant la campagne amicale. Outre le Sénégalais, les deux Jérémy, Blayac et Grimm, ont pu être le porte-parole de leurs partenaires ces dernières semaines. Or, il semble, pour l’heure, que seul Mangane a l’assurance d’être titulaire à Lyon. « Je veux pouvoir m’appuyer sur quelqu’un de responsable en la matière, précise ainsi l’entraîneur du Racing à ce sujet. Le capitaine, c’est un relais du staff. Mais plutôt que sur une individualité, j’aime la notion de “pool”. »
La grande foule à Lyon

Le Racing a organisé le déplacement de ses supporters à Lyon, pour la première en Ligue 1, le 5 août. Et le succès a été clairement au rendez-vous puisqu’une cinquantaine de bus devraient partir d’Alsace pour rejoindre la capitale des Gaules. Il y aura pas loin de 3 000 Strasbourgeois pour la première du championnat dans un stade qui devrait faire le plein.
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 2939
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 70
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 1ère journée: Lyon-Strasbourg

Message  67120 le Lun 31 Juil - 5:30

Un Racing fort neuf à Lyon Sept d’entrée
Ils ne seront pas venus pour rien puisqu’ils ouvriront a priori le bal, samedi, à Lyon. Le Racing ne s’est pas décarcassé en vain sur le front des transferts en cet été.
Ce ne sera pas la prime au sortant dans une semaine, à Lyon. Pour le retour du Racing en Ligue 1, neuf ans après, Thierry Laurey devrait aligner ses sept recrues de l’été.
Pas de débat pour Kamara

Il n’y a aucun débat concernant ceux de l’arrière-garde, Bingourou Kamara en tête. Le grand gardien recruté à Tours a été rassurant tout au long de la préparation, imposant une présence impressionnante sur sa ligne. Sur le côté droit, Kenny Lala remplace numériquement Éric Marester. Ses jambes ont dix ans de moins que son prédécesseur, l’ancien de Lens ne souffre guère de concurrence.

Il en est de même, pour l’heure, pour Pablo Martinez. Si son dos douloureux a empêché l’ancien Angevin de bien terminer la préparation, il sera sur le flanc gauche au Parc OL et pour quelques semaines, puisqu’Abdallah Ndour ne reprendra pas avant septembre.

Dans l’entrejeu, Benjamin Corgnet s’affirme depuis deux semaines comme le meneur axial qui donne le tempo. Le staff technique s’appuie sur son expérience et sa faculté à huiler le jeu offensif strasbourgeois.

Pour les trois derniers éléments nouvellement arrivés, le débat peut exister. Nuno Da Costa ne manque pas de qualités, capable notamment de déstabiliser les défenses adverses. Le transfuge de Valenciennes a également un jeu risqué, qui amène des pertes de balle fort compréhensible. La proportion devra rester raisonnable car la concurrence est à l’affût.
Martin a du crédit

Les deux derniers arrivés paraissent, quant à eux, en manque de repères mais on le serait à moins. Il n’empêche. Le Racing a fait le pari du petit taureau Idriss Saadi qui a beaucoup couru en pure perte pour sa première sous le maillot bleu.

Dans l’entrejeu, Jonas Martin, a priori le gros coup du mercato strasbourgeois, a du crédit au regard de l’expérience accumulée et de l’effort consenti pour sa venue. Mais dans un secteur bien peuplé, il lui faudra aussi prouver.
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 2939
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 70
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 1ère journée: Lyon-Strasbourg

Message  67120 le Mer 2 Aoû - 18:28

Engouement exceptionnel autour de la vente exclusive pour OL-RCSA

Ce mercredi 2 août, débute la vente exclusive réservée aux abonnés des places pour vivre Olympique Lyonnais-RC Strasbourg Alsace au sein du parcage strasbourgeois. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que les supporters ont répondu présent en nombre dès l’ouverture de la billetterie pour être certain d’obtenir leur précieux sésame !
Vente limitée à 4 billets par personne | Tarif unique de 15€ | Ouverture non stop de 10h à 18h
SO
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 2939
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 70
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 1ère journée: Lyon-Strasbourg

Message  67120 le Jeu 3 Aoû - 5:39

L’OL en quête de podium
Des caisses bien remplies, un effectif plus international, une direction sportive qui évolue : après des années de restrictions, Lyon entame un nouveau cycle pour remonter sur le podium de Ligue 1 après une décevante 4e place la saison dernière.
Quelque 95 millions d’euros après déduction des frais : les cessions d’Alexandre Lacazette (Arsenal, 53 millions d’euros), Corentin Tolisso (Bayern Munich, 41,5 millions) et Maxime Gonalons (AS Rome, 5 millions), purs produits de la formation du club rhodanien, ont donné les moyens à l’OL de recruter pour donner un nouvel élan à son équipe.

Elles s’ajoutent à celles de Mathieu Valbuena (Fenerbahçe, 1,5 million) et Maciej Rybus (Lokomotiv Moscou, 1,5 million) ou encore d’Emmanuel Mammana, acquis il y a un an pour 7,5 millions à River Plate et cédé pour 16 millions au Zénith Saint-Petersbourg.
Un onze renouvelé de moitié

Renforcer la défense a été le fil rouge de la campagne de recrutement menée au pas de charge dès le mois de juin. Remplacer Lacazette pourrait être celui du mois d’août.

À moins que le pari lancé sur le Dominicain Manuel Diaz, recruté au Real Madrid pour 8 millions, ne s’avère payant.

L’espoir Amine Gouiri (18 ans), issu du centre de formation et très en vue durant les matches de pré-saison, peut aussi s’imposer comme un digne successeur du nouveau canonnier d’Arsenal.

Renard des surfaces et doté d’un bon physique, il semble avoir les capacités pour y parvenir aussi bien sur le terrain que dans la rubrique transferts.

Le onze de base a été renouvelé de moitié et la défense aux trois quarts. L’effectif, plus international mais qui laisse une chance aux espoirs formés au club, reste dirigé par l’entraîneur Bruno Genesio (51 ans), soutenu par Jean-Michel Aulas malgré une fronde permanente sur les réseaux sociaux.

« Le public a évolué. Auparavant, il voulait que nous soyons champions avec des jeunes de l’académie. Maintenant, il veut que l’OL devienne l’une des équipes phare en Europe mais pas seulement avec des joueurs formés localement. Il lui faut aussi des stars internationales, expliquait fin juin le président Jean-Michel Aulas. Nous nous engageons dans un processus sur plusieurs années en y associant les meilleurs jeunes de l’académie. »

Il espère ainsi un retour dès cette année sur le podium dont l’OL s’est éjecté tout seul en terminant 4e à onze points de Nice (3e ), au terme d’une saison marquée par une criante faiblesse défensive.

Le club ne jouera donc pas la Ligue des Champions, mais cherchera à s’illustrer en Europa League, dont la finale se jouera au Parc OL, renommé Groupama Stadium après la signature d’un contrat de “naming” avec le groupe d’assurances français.

Si le montant du contrat n’a pas été divulgué, il se situe aux alentours de 5,5 millions d’euros annuels sur trois années pour un accord portant non seulement sur le stade mais aussi sur les centres d’entraînement et de formation.
Juninho futur directeur sportif

Le club a aussi refinancé la dette contractée pour la construction de son stade, ce qui lui permet de réduire ses frais financiers de 7 millions annuels.

Lyon est donc quasiment prêt à faire face à la concurrence accrue qui luttera contre Monaco et le Paris Saint-Germain : il ne lui manque plus qu’un “général” pour animer la direction sportive.

Pour cela, Jean-Michel Aulas s’active pour faire revenir l’ancienne star du club, le Brésilien Juninho (42 ans), actuellement consultant TV au Brésil et qui vient d’obtenir son diplôme UEFA de manager.

Il pourrait ainsi reprendre le flambeau laissé par Bernard Lacombe (65 ans), conseiller du président, toujours au club mais vraiment en retrait désormais, voire celui de Gérard Houllier (69 ans), ancien entraîneur de l’OL (2005-2007).

Depuis un an et demi, celui-ci fait bénéficier l’OL de ses relations internationales comme « conseiller extérieur en matière sportive », utiles pour nouer des contacts sur les transferts.
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 2939
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 70
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 1ère journée: Lyon-Strasbourg

Message  67120 le Ven 4 Aoû - 5:25

Un mur à construire
Le secteur défensif du Racing sera mis à rude épreuve, samedi soir, sur le terrain de l’Olympique Lyonnais. Cette première rencontre de Ligue 1 est aussi (et surtout) un bon test pour une arrière-garde remodelée et encore en quête de repères.
Le dernier déplacement du Racing sur le terrain de l’Olympique Lyonnais n’est pas resté dans les mémoires du club alsacien. Giflée 5-0 (*) lors d’une froide soirée de décembre 2007, la bande à Jean-Marc Furlan avait subi – comme beaucoup d’autres – la loi d’un club lyonnais alors archi dominateur sur la scène française.

Dix ans (ou presque) ont passé depuis cet épisode et l’OL n’est plus l’invincible machine de guerre des années 2000. Mais le club de Jean-Michel Aulas reste tout de même une sacrée référence. Et demain soir dans l’antre du Groupama Stadium, il sera avant tout question de défendre, côté strasbourgeois.

Sans Felipe Saad, ni Eric Marester, partis. Sans Abdallah Ndour, qui continue sa rééducation et ne devrait pas être de retour sur les terrains avant de longues semaines.
« Il faudra beaucoup communiquer »


Demain soir, le Racing aura donc forcément une défense “relookée”, même si Kader Mangane, Yoann Salmier, voire Ernest Seka – qui pourrait être titulaire à droite – portent toujours la tunique bleue.

« On a travaillé pour trouver des automatismes le plus rapidement possible. Après, c’est sûr, il faudra beaucoup communiquer », avance le défenseur central Yoann Salmier.

Pour celui qui entame sa 4e saison à Strasbourg, l’arrivée de nouveaux joueurs (Pablo Martinez, Kenny Lala…) est loin d’être un souci. « On s’adapte vite », lâche l’ancien de Saint-Brice-sous-Forêt.

Même analyse du côté du latéral Kenny Lala, arrivé en juillet en provenance du RC Lens. « J’essaie de m’adapter au plus vite. La communication est très importante mais il faut surtout, bien respecter les consignes et les demandes du coach », avance le natif de Villepinte.

Le très expérimenté Kader Mangane, qui devrait porter le brassard de capitaine cette saison, ne dit pas autre chose. « Le plus important est de se parler, souligne le Sénégalais. Mais je ne suis pas inquiet concernant les nouveaux. Les joueurs qui sont arrivés ont de belles qualités et ils s’adapteront facilement ».

Vu son âge (34 ans) et son expérience (il est pro depuis 2001), “Kadou” sait qu’il va devoir aider ses coéquipiers, notamment ceux qui découvrent la Ligue 1. Mais le Sénégalais n’en fait pas une montagne. « Diriger la défense, c’est mon rôle, souligne-t-il. Mais les autres peuvent aussi parler (sourire). On commence à connaître les qualités des uns et des autres et il faut tout réunir pour vraiment défendre ensemble ».

« On a beaucoup travaillé l’animation, défensive comme offensive d’ailleurs, expose aussi Thierry Laurey, l’entraîneur strasbourgeois. L’an dernier, on était tourné vers l’avant et il y avait parfois de petits oublis défensifs. En National, ça pouvait passer, en Ligue 2, ça passait une fois sur deux, mais en Ligue 1, il faudra forcément être plus concentré, plus rigoureux. La moindre faute risque de se payer cash ».
« Lyon a beaucoup de talents à l’avant »

Surtout sur le terrain d’une équipe rhodanienne qui vise clairement le podium de Ligue 1 en cette saison 2017/2018, malgré les nombreux départs (Lacazette, Tolisso…).

« Lyon a beaucoup de talents à l’avant. Il y a des joueurs très véloces, très rapides… On sait qu’on sera en difficultés », expose encore l’entraîneur du Racing.

Mais Thierry Laurey n’oublie pas non plus de rappeler que la défense est un tout, et ne concerne pas uniquement quatre joueurs de champ et un gardien de but.

« Si les attaquants vont au pressing, si le milieu fait son boulot pour conserver le ballon et être bien en mouvement, pour la défense, c’est plus simple », ajoute Thierry Laurey.

Et Kader Mangane l’assure : le Racing ne se présentera pas en victime dans le Rhône, même s’il risque d’être cantonné sur ses bases arrières. « Offensivement, Lyon, c’est fort. À nous de ne pas les lâcher pour ne pas les laisser se mettre en valeur », conclut le capitaine.

(*) Le Racing avait encaissé un doublé de Källström, et trois autres buts signés Benzema, Juninho et Clerc
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 2939
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 70
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 1ère journée: Lyon-Strasbourg

Message  67120 le Ven 4 Aoû - 13:19

Olympique Lyonnais-RCSA : le groupe
Thierry Laurey a retenu 18 joueurs pour le déplacement sur la pelouse de l’Olympique Lyonnais dans le cadre de la 1ère journée de Ligue 1 Conforama.
Bingourou Kamara,
 Alexandre Oukidja,
 Ernest Seka,
Kader Mangane,
 Yoann Salmier,
Pablo Martinez,
Kenny Lala,
Jérémy Grimm,
Jean-Eudes Aholou,
Dimitri Lienard,
Anthony Gonçalves,
Jonas Martin,
Benjamin Corgnet,
Ihsan Sacko,
Stéphane Bahoken,
 Jérémy Blayac,
Idriss Saadi
Nuno Da Costa.

SO
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 2939
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 70
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 1ère journée: Lyon-Strasbourg

Message  67120 le Sam 5 Aoû - 5:23

Dans la fosse au Lyon
Après plus de neuf ans de disette, le Racing retrouve ce soir la Ligue 1. Les Strasbourgeois, confrontés d’emblée à l’armada lyonnaise, devront serrer les rangs pour espérer revenir avec un point de ce déplacement dans le Rhône.
une parenthèse va se fermer, ce soir, sur le coup de 20h. Une parenthèse de près de dix ans, qui a vu le Racing plonger dans les bas fonds du football français, avant de remonter, lentement, la pente...

Mais ce soir, les fidèles suiveurs du club strasbourgeois peuvent enfin savourer : le Racing affronte l’Olympique Lyonnais. Et il ne s’agit pas d’un quart de finale de Coupe de la Ligue ou d’un 8e de finale de Coupe de France, mais bien d’une première journée de championnat de Ligue 1.

Alors forcément, comme le souligne le jeune gardien Bingourou Kamara, « il y a un peu d’excitation » à quelques heures de fouler la pelouse du Groupama Stadium, à Décines. Mais pas « d’euphorie », comme le dit aussi le portier, conscient de la lourde tâche qui attend les Strasbourgeois pour leur grand retour parmi l’élite.

« On sait que ça ne va pas être une partie de plaisir, lance d’emblée Thierry Laurey, pourtant aussi détendu qu’à son habitude. Lyon c’est très fort, surtout à la maison, où ils auront l’envie et l’obligation de faire une belle saison. »

« Ce sera un gros test face à une belle équipe », avance aussi le latéral Kenny Lala. « C’est le top-5, on est directement dans le grand bain », soulignait aussi Yoann Salmier.
« On sait que ça ne va pas être une partie de plaisir »


Sûr que face à une équipe lyonnaise habituée aux dures joutes de Ligue des champions, qui n’a plus quitté le top-5 de Ligue 1 depuis 20 ans – excusez du peu –, le combat semble fort déséquilibré.

Car, en face, le Racing fait office, comme ses collègues troyens ou amiénois, de petit poucet de Ligue 1, derrière des armadas aux budgets dix fois supérieurs comme Paris, Monaco ou… Lyon, donc.

Mais pas question pour autant de partir battu d’avance, côté alsacien, car comme le dit bien Thierry Laurey, « cela reste un match de foot ».

« Il y a beaucoup de motivation du côté de Lyon, mais nous aussi on est motivé. Et on n’aborde pas cette rencontre en victime », souligne-t-il encore.

L’entraîneur alsacien compte sur des recrues expérimentées (Corgnet, Martin…) pour apporter « de la sérénité et de la confiance » à un groupe qui a débuté l’aventure en National.

Mais le coach alsacien espère surtout que l’état d’esprit fasse la différence lors de certains moments clés.
L’état d’esprit, « notre force »

« La saison passée, les gars gagnaient ensemble et souffraient ensemble. C’était notre force, on arrivait toujours à se relever. Cet état d’esprit, présent au club depuis plusieurs années, il faut vraiment le perpétuer. On a quelques faiblesses, c’est clair, mais on a aussi des qualités », souligne encore Thierry Laurey.

Le coach et ses troupes espèrent aussi surfer sur la dynamique de la montée, pour tenter de grappiller quelques points lors de ce début de saison ô combien compliqué.

Et pourquoi pas dès ce soir ? « Prendre un point à Lyon, ce serait merveilleux. Pour nous, promu, ce serait même un exploit, répond à ce sujet Thierry Laurey. Mais même si on monte et qu’arriver dans l’élite est difficile, il faut avoir confiance et croire en nos possibilités ».

De la confiance donc, mais aussi de la rigueur et de la concentration : voilà les ingrédients indispensables pour ne pas se faire dévorer par le grand méchant Lyon…
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 2939
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 70
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 1ère journée: Lyon-Strasbourg

Message  67120 le Sam 5 Aoû - 5:27

Incertitudes à l’arrière

Le Racing devrait opter, sauf surprise, pour une organisation en 4-1-4-1 comme lors des matches de préparation, face à une équipe lyonnaise au visage très offensif.
Sauf énorme surprise le Racing devrait troquer “son” 4-4-2 en losange pour un 4-1-4-1 plus défensif, ce soir, à Lyon.

« Pour l’instant, on se dit, avec les membres du staff, que le 4-1-4-1 est un schéma adapté, qui peut marcher, mais on n’a pas toutes les certitudes, a indiqué hier Thierry Laurey. Après, c’est plus l’animation que le système qui est importante, mais c’est sûr qu’on ne jouera pas avec le losange qui nous a fait monter. On adapte le système aux joueurs et on verra bien si on peut l’améliorer. »
Aholou en sentinelle

Dans cette nouvelle organisation, Jean-Eudes Aholou devrait être posté en sentinelle devant la défense, juste derrière un milieu de terrain à quatre.

Milieu de terrain où Dimitri Lienard devrait tenir le côté gauche et Nuno Da Costa le côté droit. Jonas Martin et Benjamin Corgnet, eux, seront chargés d’alimenter leurs collègues en ballons et notamment Idriss Saadi, qui sera seul en pointe.

À l’arrière, quelques incertitudes demeurent en l’absence d’Abdallah Ndour, seul latéral gauche de métier de l’effectif.

Le quatuor le plus utilisé par Thierry Laurey a pour l’instant été celui qui pourrait commencer la rencontre à Lyon : Kenny Lala à droite, Kader Mangane et Yoann Salmier (ou Ernest Seka) en défense centrale et Pablo Martinez à gauche.

Mais d’autres options ont aussi été testées durant la préparation. Et notamment celle où Lala occupe le flanc gauche, Seka le flanc droit – comme en fin de saison dernière – avec une charnière centrale Mangane/Salmier, voire Mangane/Martinez.

Côté Lyonnais, peu de surprises a priori. Bruno Genesio devrait mettre en place une organisation en 4-2-3-1.

La défense devrait être à 80 % “do Brazil”, avec Rafael, Marçal (en balance avec Tete, côté gauche) et Marcelo à l’arrière, accompagné par Jérémy Morel, replacé en défense centrale.

Tousart et Darder auront pour mission de ratisser le milieu de terrain, derrière un trio offensif qui fait saliver : Bertrand Traoré à gauche, Nabil Fekir en “10” et Memphis Depay à droite.

Mariano Diaz, seul en pointe, aura la lourde tâche de faire oublier Alexandre Lacazette.
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 2939
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 70
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 1ère journée: Lyon-Strasbourg

Message  67120 le Dim 6 Aoû - 0:12

Thierry Laurey (Strasbourg) : «Siffler penalty là-dessus...»
 L'entraîneur de Strasbourg Thierry Laurey regrette le penalty accordé à Lyon sur le deuxième but, qui a changé le cours du match.
Thierry Laurey (entraîneur de Strasbourg, battu par l'OL 0-4) : «Je ne suis pas déçu par le résultat. J'avais prévenu les joueurs que le niveau serait relevé et qu'ils ne le connaissait pas. Je ne leur ai pas menti. J'avais peur que l'on soit inhibé. Cela n'a pas trop été le cas mais je regrette vraiment ce fait de jeu sur le penalty lyonnais. Siffler là-dessus, cela veut dire qu'il y aura vraiment beaucoup de penalties en Ligue 1 cette saison. A partir de là, Lyon a su dérouler. L'OL était plus fort individuellement.»

Dimitri Lienard (milieu de Strasbourg) : «Tout n'est pas à jeter. Les Lyonnais, c'est une autre dimension. Ce n'est pas face à ce type d'adversaire que l'on va assurer le maintien. Ils ont été très bons avec le ballon et dans la finition. Ils ont eu la possession mais nous n'avons pas été mis hors de position, ils n'ont pas eu d'action. Je pense que le score est vraiment lourd.»
equipe
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 2939
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 70
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 1ère journée: Lyon-Strasbourg

Message  67120 le Dim 6 Aoû - 5:20

Dur apprentissage
Les Strasbourgeois se sont logiquement inclinés hier, sur le terrain de Lyon (4-0). Entre un Olympique Lyonnais dominateur et un Racing tout juste promu, il n’y a tout simplement pas eu photo.
Le Racing avait une mission compliquée, hier. Très compliquée même. Et finalement trop compliquée. Face à un Olympique Lyonnais déjà bien en place, le Racing n’a pas pu que résister avec les moyens du bord.

Et il a finalement tenu vingt-trois minutes avant d’encaisser un premier but, signé Mariano. Avant d’en prendre trois autres, en deuxième période: un penalty transformé par Fekir, un rush de Mariano et une lourde frappe de Fekir.

« On avait envisagé ce scénario, mais on espérait quand même être plus présent, soulignait Thierry Laurey à l’issue des débats. Les garçons se sont battus, mais on n’a pas encore assez de cohésion. Il va falloir hausser le rythme. »

Dès l’entame, les Lyonnais mettent leur patte sur la rencontre. Traoré se joue de Martinez, centre, mais heureusement, Kamara dégage d’une claquette bien sentie (1ere ). Une offensive à l’image de cette première mi-temps, qui est très largement en faveur des locaux.

Mariano, l’attaquant dominicain tout juste arrivé à l’OL, manque de profiter d’un ballon mal dégagé par Kader Mangane (4e ), avant que le même Mangane détourne de la tête un centre de Rafael (6e )… Il faut attendre la 8e minute du match pour voir enfin les Strasbourgeois avoir la balle.
Laurey: «Le penalty a coupé notre élan»

Mais la pression reste constante aux abords des buts de Kamara. Les deux latéraux brésilien de l’OL (Marçal à gauche, Rafael à droite) font très mal au onze alsacien, tout comme Traoré, plein d’allant sur le côté droit

Martin et Corgnet ont bien du mal à conserver le ballon –et c’est un euphémisme-, tandis qu’Aholou a toutes les peines du monde à bloquer Fekir, le maître à jouer lyonnais.

A la 22e , Salmier s’interpose in extremis après un nouveau festival de Traoré, qui vient d’éliminer Corgnet, puis Martinez d’un coup de rein. Mais dans la minute qui suit, Mariano avance balle au pied à l’entrée de la surface et lâche une frappe sèche. Kamara ne peut rien et voilà les Lyonnais qui prennent les devants au score (1-0, 23e ).

Logique. Plus que logique même au vu des forces en présence. Il faudra d’ailleurs attendre la dernière minute des arrêts de jeu pour voir la première opportunité alsacienne. Lienard initie un contre et trouve Saadi, excentré côté droit. Ce dernier centre pour le natif de Belfort, qui a poursuivi sa course au deuxième poteau. Las, Lienard pique sa tête à côté des buts de Lopes.

« On a été trop timides à l’entame, on a mis Lyon dans un fauteuil », regrettait d’ailleurs Laurey en analysant cette première période.

Au retour des vestiaires, les Strasbourgeois montrent un visage plus conquérant. Le duo Da Costa/Lala se procure une belle occasion, mais Marcelo sauve les siens en détournant en corner (46e ).

A la 52e , une belle louche de Martin (plutôt discret jusqu’alors) trouve Saadi, qui contrôle. La frappe du Franco-algérien passe au-dessus, alors que Lopes était battu. Dommage, car après cette bonne période alsacienne, les Lyonnais reprennent le fil de la partie.
Une fin de match plombée

Une nouvelle accélération de ce diable de Traoré va d’ailleurs sceller la rencontre. Martinez est contraint de le faucher dans la surface et M. Buquet désigne le point de penalty. Fekir ne se fait pas prier pour transformer en force (2-0, 59e ).

« Ce penalty nous fait mal, surtout qu’il n’y a pas faute sur ce tacle de Pablo (Martinez), grimaçait Thierry Laurey. C’est dommage, car on avait fait une bonne entame de deuxième mi-temps et ça nous a coupé notre élan. Ça a plombé la fin de match ».

Et comme si ce n’était pas encore assez, une mésentente (maladresse?) strasbourgeoise offre sur un plateau le 3e but aux Rhodaniens. Salmier tente de dégager un ballon chaud, mais le cuir rebondit sur… le dos d’Aholou. Mariano, en embuscade, file tout seul au but et trompe Kamara (3-0, 61e ).

Dès lors, la dernière demi-heure est anecdotique. Sauf, peut-être pour Gonçalves et Sacko, qui entrent au relais de Lienard et Saadi, faisant ainsi leur première apparition en Ligue 1. Sauf aussi, pour Fekir, qui y va de son doublé en assénant une lourde frappe dans les arrêts de jeu (4-0, 91e ).

Hier soir, il y avait bien une classe d’écart entre l’Olympique Lyonnais et le Racing Strasbourg. Et cette fois, malgré leurs efforts, les près de 5000 supporteurs alsaciens n’ont rien pu y faire.
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 2939
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 70
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 1ère journée: Lyon-Strasbourg

Message  67120 le Dim 6 Aoû - 5:23

Ils ont pris la marée
Étouffés par un OL totalement remanié à l’intersaison, les Bleus ont trop subi pour prétendre à autre chose qu’à une défaite nette et sans bavure pour leur retour en Ligue 1 après neuf ans d’absence. Difficile de surnager quand on est emporté par la marée adverse
B INGOUROU KAMARA (5) : pour ses premiers pas en L1, ses gants ont chauffé d’entrée, avec une parade décisive sur une frappe enroulée du gauche de Traoré dès la 1ere.

Masqué par sa charnière centrale, il ne peut pas grand-chose sur le premier but de Mariano à la 23e , ni sur les trois suivants, inscrits par Fekir (59e sur penalty et 90e +1) et de nouveau Mariano, arrivé seul devant lui (61e ). Il n’a rien à se reprocher, mais ce n’est sûrement pas pour lui une consolation.
Sale soirée pour Pablo Martinez

– KENNY LALA (4)
: comme Pablo Martinez, son pendant côté gauche, l’ex-Lensois a souvent vu débouler deux adversaires dans son couloir, dont l’entreprenant latéral gauche brésilien Marçal. À l’instar de la défense du RCSA, il a subi le poids de la rencontre.

– KADER MANGANE (4) :
le capitaine n’a pas ménagé sa peine, en multipliant les sauvetages, notamment sur ce centre fuyant de Rafael dès la 6e. Mais il a aussi raté quelques interceptions et a, comme ses partenaires, rompu sous les coups de boutoir de Fekir et des autres.

– YOANN SALMIER (5) : auteur d’un sauvetage du pied sur un tir de Traoré qui avait éliminé Martinez (22e ), le jeune défenseur axial a signé un début de match propre, sans fioritures.

Mais comme Mangane, il s’est montré un brin passif sur l’ouverture du score signée Mariano (23e ). Malheureux sur son dégagement contré par Aholou sur le 3e but lyonnais (61e ), il a aussi été averti à la 64e. Sa bonne volonté n’a pas suffi.

– PABLO MARTINEZ (2) : l’ancien Angevin n’a jamais caché être plus à l’aise dans l’axe que comme latéral gauche.

Dans ce rôle moins fait pour lui, il n’a pas été gâté par des Lyonnais qui lui ont fait bien des misères. À sa décharge, il s’est souvent retrouvé en infériorité numérique, Rafael n’hésitant jamais à créer le surnombre avec Traoré.

Il accroche le pied de l’ex-attaquant de l’Ajax sur le penalty qui offre le break à Fekir (59e ). Une sale soirée pour lui.

– JEAN-EUDES AHOLOU (3) : censée limiter le rayon d’action de Fekir, la sentinelle alsacienne a régulièrement pris le bouillon, d’autant que les Traoré, Marçal et autres Darder ont multiplié les percées dans son secteur. L’ex-Orléanais a aussi eu la malchance de contrer le dégagement de Salmier sur le 3e but inscrit par Mariano. Un match à oublier pour le grand Jean-Eudes.

– NUNO DA COSTA (5) : bien servi par Lala, l’ancien Valenciennois a raté son contrôle et une belle “occase” de marquer très vite les esprits alors qu’il aurait pu se retrouver en position idéale. Il a en revanche déclenché un murmure d’admiration du public sur un contrôle orienté avec effet rétro qui lui a permis de faire le tour de Marçal à la 34e.

Dans un rôle ingrat, au point d’être averti à la 44e pour un tacle à retardement sur ledit Marçal, il s’est signalé sitôt le repos d’un centre tir dégagé en catastrophe par Marcelo devant Saadi (46e ).

On ne peut pas lui reprocher de ne pas s’être battu.

– BENJAMIN CORGNET (3) : “contraint” de s’excentrer côté gauche après le réaménagement tactique opéré par Thierry Laurey, le régulateur bas-rhinois a parfois eu du mal à se situer, notamment face à un Rafael toujours prompt à ouvrir des brèches dans son dos. Il a tenté de mettre le pied sur le ballon, sans grand succès.

– JONAS MARTIN (3) : lui aussi a parfois peiné à se positionner dans un entrejeu pris de vitesse.

Sa louche pour Idriss Saadi à la 54e était une merveille du genre. Mais sa classe ne s’est exprimée que trop rarement et il s’est éclipsé sur cette première mitigée à la 81e , relayé par Stéphane Bahoken, tout près de réduire le score à la 87e sur une pichenette dégagée sur sa ligne par Marçal.

– DIMITRI LIENARD (4) : aligné en début de rencontre sur le flanc gauche de l’entrejeu, “Dim” a vite été replacé dans l’axe pour tenter d’endiguer les vagues lyonnaises.

Il s’est dépensé sans compter, parfois dans le vide, et, avec un peu de réussite, aurait pu égaliser de la tête juste avant la pause. Il a cédé sa place à Anthony Gonçalves à la 75e.

– IDRISS SAADI (4) : avec la paire axiale Marcelo – Morel, l’avant-centre du RCSA ne s’est guère amusé. Son joli centre à destination de Lienard (45e +1) a été l’un des rares ballons qu’il a pu négocier vers l’avant en première mi-temps.

Jamais découragé, il aurait pu égaliser sur une frappe à bout portant hors cadre, après un caviar de Martin (64e ). Remplacé à la 68e par un Ihsan Sacko averti à la 78e.
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 2939
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 70
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 1ère journée: Lyon-Strasbourg

Message  67120 le Dim 6 Aoû - 5:27

En direct des vestiaires « Rien de dramatique »
À l’instar de Pablo Martinez, les Racingmen considèrent qu’ils ont, hier à Lyon, touché du doigt l’exigence du très haut niveau que la moitié d’entre eux n’avait jamais fréquenté. Mais ils refusent de céder à l’alarmisme après leur lourd échec.
PABLO MARTINEZ, latéral gauche du RCSA.

« L’action du penalty me reste en travers de la gorge parce qu’on avait bien attaqué la deuxième période et que c’est le tournant du match.

Mais bon, sans vouloir en dire plus, ici, c’est toujours un peu pareil. Même si, au départ, je suis un peu en retard sur l’action, je touche d’abord le ballon (Ndlr : sans cependant véritablement en changer la direction. Il a ensuite clairement déséquilibré Bertrand Traoré. Certains penalties ont été sifflés pour moins que ça).

Ç’a été un match compliqué. On a réussi à faire le dos rond avant la pause et on était bien rentré dans la deuxième mi-temps avant ce fait de jeu.

On avait remis un bloc assez compact et ça se passait plutôt bien jusqu’à ce deuxième but. Maintenant, c’est fait. On ne va pas revenir là-dessus. C’est un match pour apprendre.

On sait très bien qu’on ne fera pas le match avec Lyon cette saison. Le premier rendez-vous à la Meinau, dimanche prochain (15h) contre Lille, sera difficile et important. Il faudra se remettre la tête à l’endroit et se présenter avec onze guerriers sur le terrain. »

 BENJAMIN CORGNET,
milieu de terrain strasbourgeois.

« Nous savions que ça pouvait être difficile ici. Paradoxalement, malgré les trois buts encaissés en deuxième période, c’est durant la première que nous avons été moins bons. Nous n’étions pas assez présents dans les duels et nous nous en sortons avec seulement un 1-0.

Notre début de deuxième mi-temps a été bien meilleur, car nous nous sommes montrés plus agressifs. Après, nous avons été pénalisés par ce penalty qui me paraît litigieux.

Ce n’est que le début. Nous savons le championnat que nous avons à jouer. Et Lyon n’en fait pas partie. Il n’y a rien de dramatique. »
La satisfaction lyonnaise

  BRUNO GENESIO, entraîneur de Lyon.

« C’est un départ intéressant pour nous. C’est important de gagner et en plus avec la manière, car quand une saison commence, on part toujours un peu dans l’inconnu. Le bilan est très satisfaisant, même s’il y a eu quelques imperfections.

Il y a encore beaucoup de choses à améliorer, notamment dans les transmissions. Défensivement, on a trop subi en début de deuxième mi-temps et en fin de match. On a laissé trop d’espaces à Strasbourg. Mais on a quand même montré de belles choses. »

  GÉRALD BATICLE, ancien joueur du Racing de 1995 à 1998, entraîneur-adjoint de Lyon.

« Nous sommes contents parce que nous avons gagné, mais nous avons parfois un peu trop subi, même si nous avons dans l’ensemble eu la maîtrise du jeu.

Pour moi, le match se joue en début de deuxième mi-temps où le Racing est revenu sur le terrain dans de bien meilleures dispositions et a rééquilibré les débats.

Il aurait alors pu égaliser et là, difficile de savoir ce qui aurait pu se passer, surtout dans un début de saison où tous les clubs cherchent leurs marques, nous les premiers. C’est évidemment un bon résultat pour nous. »

  JÉRÉMY MOREL, défenseur de l’OL

« Il y a des petits trucs à améliorer, mais ce n’est plutôt pas mal pour un début. Ce premier match est de bon augure pour la suite. »
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 2939
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 70
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 1ère journée: Lyon-Strasbourg

Message  67120 le Dim 6 Aoû - 20:28

Une bonne leçon et un quart d’heure qui donne espoir
Pour son retour en L1 après dix ans d’absence, Strasbourg a pris la leçon à Lyon samedi (4-0). Un match qui a reflété l’écart entre les deux équipes, même si le Racing veut s’appuyer sur cette expérience et sur une bonne entame de seconde période pour lancer sa saison au plus vite.
Strasbourg s’est noyé pour son retour dans le grand bain. Après dix saisons d’absence en L1 et un « reboot » jusqu’à la case CFA2 en 2011, le RCSA était officiellement de retour dans l’élite du football français samedi. Tout ça pour y prendre une fessée au Groupama Stadium contre un Olympique lyonnais candidat à un Top 5, et plus si affinités (4-0). Rien infamant pour le promu, qui connait la malédiction du champion de France en titre de L2 ayant repris immédiatement l’ascenseur ces trois dernières années. « Je ne suis pas déçu par le résultat, a soufflé Thierry Laurey en zone mixte après la rencontre. J’avais prévenu les joueurs que le niveau serait relevé et qu’ils ne le connaissaient pas, je ne leur ai pas menti. J’avais peur que l’on soit inhibé. Cela n’a pas trop été le cas, mais je regrette vraiment ce fait de jeu sur le penalty lyonnais. » Parce qu’après tout, quand l’heure de jeu se profilait, le Racing n’était mené que 1-0 et son début de seconde période incitait à l’optimisme.

Martinez : « Si on avait marqué… »

Une occasion pour Nuno Da Costa dès le retour des vestiaires, une autre pour Idriss Saadi une dizaine de minutes plus tard : le bloc alsacien était monté d’un cran et exposait une défense lyonnaise encore en rodage. Sauf que les Strasbourgeois n’ont pas su concrétiser ce temps fort par une égalisation qui aurait tout bouleversé. « Si on avait marqué, il y avait moyen de faire quelque chose, mais on ne peut pas refaire le match, a souligné Pablo Martinez. Il faut tourner la page et aller de l’avant. » Benjamin Corgnet abondait dans le même sens. « Ce que je veux retenir du début de deuxième période, c’est qu’on a gagné les duels, on les a faits reculer et on a eu nos occases. Ça va être notre force, qu’on n’a pas assez montrée en première période. » Un premier acte où le pressing lyonnais avait étouffé les visiteurs, pourtant portés par un parcage visiteurs plein à craquer et bruyant comme le sont les supporters du RCSA à chaque sortie de leurs protégés.
Laurey : « Une décision qui nous a mis un coup derrière la tête »

Et au plus fort de leur domination, qui restait néanmoins timide, ils ont été coupés dans leur élan par une faute de Martinez sur Bertrand Traoré, synonyme de penalty. Un tacle à ne pas faire dans sa propre surface, même si le Martégal de naissance pourra toujours arguer qu’il a touché le ballon avant l’international burkinabé. « On a fait une bonne entame de deuxième période, gâchée par une décision qui nous a mis un coup derrière la tête et qui a redonné de l’oxygène aux Lyonnais. (…) Siffler là-dessus, cela veut dire qu’il y aura vraiment beaucoup de penalties en L1 cette saison, a ironisé Laurey. A partir de là, Lyon a su dérouler. » Le score final, « vraiment lourd » selon Dimitri Liénard, est une mauvaise opération en soi pour les partenaires du capitaine Kader Mangane, qui lancent leur saison avec un sacré déficit à la différence de buts. Une mauvaise habitude pour le Racing, qui n’a gagné aucun de ses sept derniers matchs d’ouverture en L1 (dernier succès en 1999) et qui reste sur 12 défaites consécutives dans l’élite (record tous clubs confondus égalés).
Laurey : « Il nous manque beaucoup de choses »

Une série à arrêter au plus vite, si possible dès dimanche prochain, lors de la réception du Lille de Marcelo Bielsa à La Meinau. Un nouveau beau défi pour la troupe de Laurey, qui veut retenir la leçon prise entre Rhône et Saône pour vite se mettre à la hauteur du championnat. « Ça va montrer à beaucoup l’exigence de la L1, mais il n’y a rien de tragique, a lâché Corgnet. Il va falloir s’appuyer sur le début de deuxième période qu’on a fait, on a montré qu’on était capables de mettre cette équipe en danger. » « Il nous manque beaucoup de choses, il faut être honnête : du rythme, de la qualité technique, de la solidité défensive, du mouvement offensif sur certaines situations. On a eu des possibilités en contres qu’on n’a pas forcément bien exploitées, on les regrettera quand on verra les images à la vidéo. (…) On a fait avec nos moyens et j’espère qu’on va arriver le plus rapidement possible à améliorer le rendement de cette équipe. » Il le faudra pour ne pas se retrouver fin août, après la venue de Lille et deux déplacements consécutifs (Montpellier puis Guingamp), au fond de la charrette. Une place à laquelle n’était pas habituée dans les divisions inférieures.
foot 365
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 2939
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 70
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 1ère journée: Lyon-Strasbourg

Message  67120 le Lun 7 Aoû - 5:18

« Bienvenue en Ligue 1 »
Pour son grand retour en Ligue 1, le Racing a pris une belle leçon sur le terrain de Lyon en s’inclinant 4-0. Les bonnes intentions n’ont pas suffi face à une armada lyonnaise plus expérimentée et mieux armée.
« Il va falloir se préparer à la défaite. À certains moments, ça n’ira pas… ».
Vendredi, à la veille du grand début de ses troupes en Ligue 1, Thierry Laurey, l’entraîneur alsacien, se voulait prudent. Et encore plus quand il s’agissait de parler de cette première rencontre de la saison dans le Rhône. « Prendre un point à Lyon, ce serait presque un exploit », avançait-il quelques heures avant les grands débuts au plus haut niveau.

Les Lyonnais étaient tout simplement meilleurs

Alors, pessimiste Thierry Laurey ? « Réaliste », plutôt, comme il le disait lui-même. Et force est de constater que les faits lui ont donné raison. Samedi, sur la pelouse impeccable du Groupama Stadium, les Strasbourgeois n’ont en effet presque pas eu voix au chapitre face à des Lyonnais bien mieux armés dans tous les secteurs de jeu.
Et si l’argent ne fait pas tout dans le football, la différence entre les 240 millions d’euros de budget de l’ogre lyonnais (*) et les 30 millions du promu strasbourgeois s’est clairement vue sur le pré.
Avec des individualités comme Bertrand Traoré ou Nabil Fekir, sans oublier la bonne pioche Mariano Diaz, l’OL peut rêver de podium.
Tout le contraire d’une équipe strasbourgeoise qui va devoir s’accrocher avec les moyens du bord pour pérenniser sa place dans l’élite. On s’en doutait, Laurey le prédisait, mais désormais, tout le monde est fixé : le Racing jouera bien dans la “2e division” de cette Ligue 1.
Dix bonnes minutes en début de seconde période et quelques opportunités pour réduire le score en toute fin de rencontre… Voilà en effet les seuls moments forts des Alsaciens. Les 75 autres minutes du match ont été totalement en faveur d’un OL dominateur, porté vers l’avant et solide à l’arrière.
« En première mi-temps, on a limité la casse, on s’est bien battu, on a été solidaires et ça tenait la route. On aurait même pu égaliser avant la mi-temps avec un peu de chance (sur une tête piquée de Lienard, ndlr). Mais ensuite le penalty nous a fait mal, car il est sifflé à un moment crucial du match. Ça a coupé notre élan alors qu’on prenait des initiatives », analysait Thierry Laurey après cette défaite, qu’il juge « sévère » par son ampleur.
Mais si le coach pestait – comme ses troupes – contre ce « fait de jeu défavorable », il reconnaissait tout de même la supériorité lyonnaise.
« Lyon a fait un gros match. Ils ont un diable sur les côtés (Bertrand Traoré) et une boule de feu devant (Mariano Diaz). Les Lyonnais étaient tout simplement meilleurs. Individuellement, par rapport à nous, c’est la classe supérieure », soulignait ainsi l’entraîneur des Bleus.
Malgré cette défaite celui qui a découvert la Ligue 1 en tant que coach avec le Gazélec d’Ajaccio refusait de broyer du noir. « On savait que ce serait très dur de débuter ici. J’ai envie de dire “bienvenue en Ligue 1”… C’était notre baptême du feu. Ça fait un peu mal, mais maintenant, à nous de travailler pour bien préparer Lille », avançait-il encore.
Car comme Thierry Laurey le répétait aussi la semaine passée, « par moments, on va se faire ramasser, ça va arriver. Il faudra avoir les capacités pour rebondir et repartir de l’avant. »
(*) dont 50 millions liés au remboursement du stade, soit une masse salariale d’environ 190 millions d’euros.
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 2939
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 70
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 1ère journée: Lyon-Strasbourg

Message  67120 le Mer 9 Aoû - 5:34

Incidents entre supporteurs à Lyon «Dégoût» et «tristesse»
Quelques supporteurs alsaciens ont été pris à partie, d’autres sauvagement agressés samedi, en marge du match OL– Racing. De quoi gâcher la fête…
Les supporteurs du Racing étaient nombreux, samedi, à Lyon. Entre un parcage visiteurs plein à craquer et des “indépendants” venus dans le Rhône par leurs propres moyens – souvent depuis leur lieu de vacances –, on estime à 5 000 environ les Alsaciens présents au Parc OL pour cette première journée de Ligue 1.
Si pour la plupart, ce déplacement s’est déroulé dans le calme, certains ont eu de sérieux ennuis. Insultes, coups de poing, coups de pied… L’avant et l’après match n’ont pas été de tout repos pour certains soutiens du Racing.
« On est allé au match pour passer un bon moment, se retrouver en famille avec mes frères », raconte Charles (*) , installé à Marseille après avoir longtemps vécu à Paris.

« On avait qu’une envie : rentrer le plus vite possible à Strasbourg »

Mais le « bon moment » s’est vite transformé en grosse frayeur. Dès l’arrivée au parking (en l’occurrence, le P7), les supporteurs essuient des insultes… Vu le nombre de Bad Gones (l’un des groupes de supporteurs lyonnais les plus actifs, ndlr) décidés à en découdre Charles et ses frères décident de « prendre la fuite ».
Escortés par des membres de la sécurité du stade, Charles et ses acolytes arrivent finalement sans encombres jusqu’au parcage visiteur. Et durant le match « tout se passe bien », comme il le rappelle aussi.
Mais une fois de retour au P7 pour rejoindre leur véhicule, des ultras de Lyon les agressent à nouveau. Après un début de bagarre, la sécurité du stade s’interpose et les Alsaciens peuvent repartir sans trop de dégâts.
Reste tout de même un sentiment de profond « dégoût » et beaucoup de « tristesse ». « On n’avait qu’une envie, c’était rentrer le plus vite possible à Strasbourg », ajoute Charles.
D’autres ont encore eu moins de chance, à l’image de Thomas et Nicolas, venus eux aussi en famille – depuis Strasbourg – pour assister à cette rencontre. Ces supporteurs du Racing, qui avaient eux aussi des billets pour le parcage visiteurs, ont pour leur part été violemment agressés alors qu’ils étaient dans les coursives du stade.
« On a voulu faire le tour du stade et aller aux toilettes. Il était 17h40 à peu près. Un supporteur lyonnais est venu nous parler, c’était bon enfant, mais ensuite deux Bad Gones éméchés sont arrivés et nous ont pris à partie. »
Un des Bad Gones tente de voler l’écharpe estampillée UB 90 et une bagarre commence. « On s’extirpe comme on peut et là, on voit vingt Lyonnais qui arrivent sur nous. On part en courant mais Nicolas voulait aider son père. Il s’est arrêté et les Lyonnais l’ont plaqué violemment au sol, sans cesser de lui donner des coups », raconte Thomas.
Nicolas et son père ne verront pas le match : victime d’une triple fracture de la clavicule, le premier cité passera sa soirée à l’hôpital. Il doit d’ailleurs être opéré aujourd’hui.
D’autres supporteurs alsaciens affirment avoir été victimes d’empoignades et autres insultes, aux conséquences heureusement moins dramatiques.
De nombreuses plaintes ont été déposées, Charles estimant même à « une cinquantaine » le nombre de témoignages de violence qu’il a reçu après avoir parlé de sa mésaventure sur les réseaux sociaux.

Imputable à « une petite minorité »

Mais pas question de se montrer revanchard. Au contraire, tous font la part des choses. « 99 % des supporteurs lyonnais se sont bien comportés. C’est une toute petite minorité qui devrait être interdite de stade », rappelle ainsi Charles.
« Il ne faut pas généraliser en disant que tous les Bad Gones sont violents, avance aussi Thomas. Mais cette toute petite minorité donne une mauvaise image et devrait être bannie du stade ».
Toutes les victimes se félicitent qu’une enquête soit diligentée par l’Olympique Lyonnais pour trouver les auteurs des violences. « C’est d’ailleurs pour cela qu’on a porté plainte : pour que ces gens ne viennent plus au stade. On ne cherche pas à salir l’image de l’OL ou du Racing », poursuit encore le Strasbourgeois.
À l’avenir, tous prônent désormais une certaine prudence. « On ne va arrêter de se déplacer pour autant. Mais la prochaine fois, ce sera soit avec les bus des UB90, soit en toute discrétion », expose encore Thomas.
« Dans certains stades, ça devient dangereux de se balader avec une écharpe ou un maillot… C’est vrai que l’an passé on était allé à Lens et ça c’était très bien passé. Là, on a été un peu naïfs », souligne aussi Charles.
En effet. Car Lens – club dont les supporteurs sont amis avec ceux du Racing – ce n’est pas Lyon.
Après des années à voyager en National ou en Ligue 2, dans des ambiances généralement bon enfant et festive, les supporteurs strasbourgeois ont (comme le onze alsacien) essuyé leur baptême du feu à Lyon. Malheureusement, c’est aussi ça la Ligue 1...
(*) Le prénom a été modifié à la demande du témoin
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 2939
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 70
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 1ère journée: Lyon-Strasbourg

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum