8ème de finale CDF : Avranches / Strasbourg

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

8ème de finale CDF : Avranches / Strasbourg

Message  67120 le Jeu 9 Fév - 5:45

Le match de Coupe de France Avranches - Racing se disputera le mercredi 1er mars à 18h30
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 2961
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 70
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 8ème de finale CDF : Avranches / Strasbourg

Message  67120 le Lun 27 Fév - 16:27

Boutaib forfait à Avranches
Victime d’une élongation du psoas depuis une semaine, Khalid Boutaib sera absent pour le match de Coupe de France à Avranches, ce mercredi (18h30).
L’attaquant du Racing va reprendre le travail physique dans la semaine, mais loupera ce 8e de finale.
C’est le seul bobo dans l’effectif strasbourgeois avant ce déplacement en Normandie.
SO
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 2961
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 70
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 8ème de finale CDF : Avranches / Strasbourg

Message  67120 le Mar 28 Fév - 5:30

Coupe de France (8e de finale) :
zoom sur Damien Ott avant Avranches – Racing (demain 18h30)
 Le conquis de l’Ouest

Voilà plus d’un an et demi que Damien Ott est un exilé volontaire dans l’Ouest de la France. L’ancien entraîneur de Saint-Louis, Mulhouse et Colmar assure que son expérience avranchinaise l’a fait progresser en tant que technicien et grandir en tant qu’homme. Apaisé, il se réjouit d’affronter le Racing en 8e de finale de la Coupe de France, demain.
Le ton est cordial, les mots sont simples et l’analyse est lucide. À l’autre bout du fil, Damien Ott prend manifestement plaisir à conter sa nouvelle vie dans la baie du Mont-Saint-Michel. Une expérience née de la douleur de son remplacement par Didier Ollé-Nicolle à la tête des SRC mais qui se révèle, aujourd’hui, riche en enseignements. Maintenant que la page colmarienne est « définitivement tournée », le quinquagénaire a pu reprendre le fil de sa progression à Avranches.
Pourtant, son arrivée en Normandie n’était pas sans susciter des interrogations pour son premier exil professionnel hors d’Alsace. « Il est venu à reculons car il n’avait plus de club, indique le président de l’USA Gilbert Guérin. Mais il a évolué dans sa perception de la Normandie. Aujourd’hui, il lui faudrait une offre du Racing pour qu’il retourne en Alsace ! »

« Si tous les Alsaciens sont comme lui, la région doit être belle… »

Les « fantômes » colmariens ne viennent plus hanter celui qui en est à sa troisième année de mise en disponibilité de l’Éducation nationale. Condition sine qua non pour prendre un nouveau départ dans une région qu’il a fini par apprivoiser. « J’ai révisé mon jugement, glisse, sincère, Damien Ott. Aujourd’hui, la cathédrale de Strasbourg a été remplacée par le Mont-Saint-Michel. Je vis une magnifique évolution en termes d’intégration. Je me retrouve dans les valeurs locales comme la simplicité, l’abnégation, le travail. J’ai cru un moment que ce serait dur de faire les deux ans ( la durée de son contrat) , mais je vais probablement resigner pour une troisième année. »
L’homme a donc évolué, l’entraîneur aussi, en prenant un peu de recul. De son éviction aux SRC, il en a tiré les conclusions. Et n’en garde plus d’amertume, s’estimant en partie responsable de sa situation. Le temps a fait son œuvre.
« C’était difficile à encaisser sur le coup car très brutal. J’étais un peu essoufflé. Je n’en veux même plus à la direction du club mais plus aux (supporters) Colmariens. La force des SRC, c’était son identité. On est parti d’en bas mais on a perdu nos valeurs. Il y a eu trop d’impatience, comme si on avait oublié d’où on venait », juge-t-il après coup.
Pour celui qui se faisait fort d’incarner le visage de l’Alsace qui réussit, ses cinq années passées en National sous la bannière verte lui ont laissé un goût d’inachevé. Car si l’entraîneur, d’une prudence de Sioux au moment d’étaler ses ambitions au commencement de chaque saison, n’a jamais ouvertement visé la montée en Ligue 2, il l’a toujours fantasmée. C’était la suite logique à sa carrière, la prochaine étape.
Loin d’avoir fait le deuil du professionnalisme, le natif de Bâle estime avoir franchi un palier à Avranches, club qui a pourtant des objectifs modestes, comme pérenniser sa situation au troisième échelon de la hiérarchie française. Le professeur continue d’apprendre. Sur la gestion humaine, notamment.
« Je n’arrête pas de lui dire de s’ouvrir. Nos jeunes ont besoin d’explications, d’être rassurés. Damien, c’est quelqu’un d’entier, qui n’aimait pas trop discuter ses choix. Mais l’époque de la discipline est révolue. C’était une lacune dans un océan de connaissances, analyse Gilbert Guérin. C’est un bosseur qui passe des heures devant son ordinateur, un mec bien, un peu secret, avec des valeurs. Si tous les Alsaciens sont comme lui, la région doit être belle… »

« M’intéresser aux gens en dehors du terrain, je ne savais pas le faire »

Faire un pas de côté pour délaisser le terrain et connaître l’homme derrière le joueur, voilà ce que s’oblige à faire le nouveau Damien Ott. Son management en a été bouleversé. Et sa relation avec son groupe n’en est que plus forte. Il en va de même avec son président, au profil un peu paternaliste, qu’il apprécie pour ce qu’il a réalisé à la tête de l’USA depuis 27 ans et pour ses qualités humaines.
« Ici, il y a une proximité que je n’ai pas connue à Colmar et qui m’a aidé à devenir un entraîneur différent, explique le coach de 51 ans. J’avais besoin d’améliorer ma communication, en interne mais aussi vers les médias. »
D’un caractère taiseux il n’est pas passé à une personnalité extravertie non plus. Mais il donne plus et reçoit en retour. Ce qui lui a permis de trouver un nouvel équilibre professionnel et personnel.
« Faire des causeries, je savais faire. Mais m’intéresser aux gens en dehors du terrain, je ne savais pas le faire, avoue-t-il, conscient qu’au-delà de l’aspect tactique, il devait progresser dans la conduite d’un groupe. J’ai commis des maladresses à Colmar. Ici, je cerne mieux mes joueurs. En m’intéressant à eux, j’ai développé plus de connexions et je suis plus à même de les faire progresser. »
L’approche de son métier lui ouvre de nouveaux horizons. Sans en avoir fait un complexe, il apprécie néanmoins ne plus être embêté au sujet de son passé d’enseignant. Et s’il concède n’avoir pas eu le temps de gagner sa légitimité aux SRC, il pense l’avoir acquise à Avranches. Désormais, il estime avoir suffisamment prouvé pour candidater au BEPF (*), une formation dans laquelle l’accompagnera l’USA en prenant une partie des frais à sa charge.
« Accéder au monde pro, c’est la dernière étape, insiste-t-il. Je n’ai pas l’ambition de retourner enseigner. Je compte bien faire mes dix ans de disponibilité. Mais le football est aléatoire et je saurai faire la part des choses. »
Apaisé, Damien Ott a trouvé dans son exil forcé et désormais souhaité matière à s’élever. Contrairement à Erich Maria Remarque, l’Ouest a été synonyme, pour lui, de renouveau.
(*) Brevet d’entraîneur professionnel de football
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 2961
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 70
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 8ème de finale CDF : Avranches / Strasbourg

Message  67120 le Mer 1 Mar - 5:17

Quinze ans après…
Le Racing affronte Avranches, ce soir, dans la Manche. Face aux hommes de Damien Ott, les Strasbourgeois veulent s’imposer, pour s’octroyer un alléchant quart de finale de Coupe de France.
Quinze ans. Cela fait quinze ans que le Racing n’a plus goûté à un quart de finale de Coupe de France.
C’était lors de la saison 2001/2002, un an après avoir remporté l’épreuve pour la 3e et dernière fois, face à Amiens en finale. Le Racing de Chilavert, Beye et Bertin avait achevé son parcours à Sedan (1-0).
Ce soir, le Racing version 2016/2017 a l’occasion de rejoindre ses illustres aînés. Mais pour cela, il va falloir battre Avranches, équipe de National qui lutte pour le maintien.

« Ce match a tout du piège

«On va tout faire pour passer ce tour, lance d’emblée Thierry Laurey. Quand on a la chance de pouvoir disputer un quart de finale, il faut tout donner.» Ceci posé, la mission ne s’annonce pas simple, comme le souligne aussi l’entraîneur strasbourgeois. « Jouer face à une équipe de National, à domicile, c’est du 50/50… Avranches est une équipe athlétique, solide derrière, qui propose un jeu cohérent. Franchement, ce match a tout du piège, à nous de ne pas tomber dedans. »
En effet, si Avranches est à la peine en championnat, avec six défaites consécutives, l’équipe normande est performante en Coupe de France. Laval, autre écurie de Ligue 2, en a déjà fait les frais.
Comme le souligne le milieu de terrain Vincent Nogueira, « Avranches va jouer sans pression ». «Même si l’équipe n’est pas bien en championnat, cela ne veut rien dire, ajoute encore l’ancien Sochalien. Au contraire, cette Coupe de France, pour eux, c’est un bol d’air, ils n’ont strictement rien à perdre. » Et le milieu de terrain de rappeler qu’entre le Racing, promu en Ligue 2, et Avranches, habitué au National, la différence de niveau n’est pas flagrante.
Le Racing devra donc aborder cette rencontre avec sérieux, pour ne pas apparaître au rang des “mauvaises surprises” de ces 8es de finale. Ce n’est pas Thierry Laurey qui dira le contraire. « Il faudra être concentré, très attentif. Ce match sera hyper serré et Avranches aura l’aide de son public. Sur un match, les Normands sont capables de battre une Ligue 2. On l’a bien vu au Poiré-sur-Vie (en 16es de finale, NDLR) où on a souffert jusqu’au bout pour se qualifier », rappelle le coach, à toutes fins utiles.
Bref, si le Racing veut poursuivre l’aventure en Coupe, il faudra mettre tous les ingrédients possibles sur le pré. Histoire de se qualifier pour les quarts, donc, mais surtout de repartir de l’avant.
Car comme le souligne encore Thierry Laurey, « on vient de perdre contre Clermont et ce serait bien de se remettre dans le droit chemin avant les prochaines échéances en championnat ».
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 2961
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 70
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 8ème de finale CDF : Avranches / Strasbourg

Message  67120 le Mer 1 Mar - 5:21

Seka et Ndour au repos

Trois joueurs ne sont pas du déplacement en Normandie. L’attaquant Khalid Boutaïb, touché au psoas, est toujours aux soins et devrait reprendre face à Valenciennes.
Idem pour le latéral gauche Abdallah Ndour, touché à la cuisse. Quant au capitaine Ernest Seka, il est laissé au repos après avoir accumulé un grand nombre de rencontres ces dernières semaines.
En défense centrale, Saad et Mangane devraient faire la paire, Salmier pourrait occuper le flanc droit, le flanc gauche étant dévolu à Dos Santos. Landry Bonnefoi devrait débuter dans le but, alternance oblige.
Au milieu, le quatuor Gonçalves, Grimm, Aholou, Lienard tient la corde, à moins que le coach ne relance Nogueira ou Ndoye.
Devant, Sacko pourrait enchaîner avec une nouvelle titularisation, associé à Blayac , Guillaume ou Bahoken.
  RACING (l’équipe probable) : Bonnefoi - Salmier, Mangane, Saad, Dos Santos - Gonçalves, Grimm, Aholou, Lienard - Sacko, Blayac. Remplaçants : Oukidja (g.), Nogueira, Gragnic, Ndoye, Bahoken, Guillaume. Entraîneur : Thierry Laurey. Absents : Boutaïb, Ndour (blessés), Seka (repos)
  AVRANCHES (l’équipe probable) : Beuve - Le Joncour, Derrien, Michel - Clauss, Benet, C. Boateng, Louiserre, Fofana - Lavenant - Mayulu.
Remplaçants : Garel (g.), Deher, Guyonnet, Ricaud, N’Kololo, Abdalah, Thiaré. Entraîneur : Damien Ott. Absents : Quenum, Fanarbe (blessés), Blondel (choix de l’entraîneur).
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 2961
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 70
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 8ème de finale CDF : Avranches / Strasbourg

Message  67120 le Mer 1 Mar - 5:29

Racing, le parcours

7e tour : Oberlauterbach - Racing 0-2

8e tour : Sarre-Union - Racing 0-1

32e de finale :Racing- Épinal 4-2 a.p.

16e de finale : Le Poiré - Racing 0-1


Avranches, le parcours

5e tour : O. Cotentin - Avranches 1-8

6e tour : Caen ASPTT - Avranches 1-3

7e tour : Avranches - AS Dragon 9-0

8e tour : Vannes - Avranches 1-2

32es de finale : Avranches - Laval 3-1

16es de finale : Avranches - Fleury 1-0
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 2961
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 70
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 8ème de finale CDF : Avranches / Strasbourg

Message  67120 le Mer 1 Mar - 18:27

AVRANCHES : Beuve – Clauss, Le Joncour, Derrien (cap), Michel, Fofana – Louiserre, Boateng, Guyonnet, Benet – Mayulu.
Entraîneur : D. Ott
RACING : Bonnefoi – Salmier, Mangane, Saad, Dos Santos – Gonçalves, Grimm (cap), Aholou – Bahoken, Blayac, Lienard.
Entraîneur : T. Laurey
.
le banc strasbourgeois est composé d'Eric Marester, Vincent Nogueira, Ihsan Sacko, Mayoro N'Doye, Vincent Gragnic, Baptiste Guillaume et Alexandre Oukidja, l'habituel titulaire dans les buts.
.
Les deux équipes sont actuellement à l'échauffement... 3500 billets ont été vendus en pré-vente... La jauge du stade est de 4500 spectateurs ce soir
.
La pluie s'est calmée depuis quelques minutes, mais le terrain est très très gras
.
A noter qu'un ancien du Racing, Ali Bouafia, est dans les tribunes, tandis qu'un autre, Yves Deroff, est aux commentaires, à la télé
.

Sont aussi dans les tribunes Revault et Caveglia, venus en voisins...
.
Centre de Bahoken de la gauche, pour Lienard, dont le tir passe largement au-dessus des buts de Beuve
.
première occasion pour Avranches. Mayulu déborde côté droit et centre à ras de terre. Benet hérite du ballon à l'entrée de la surface et frappe. Mangane dégage les siens
.
Les Strasbourgeois vivent un début de partie difficile. Ils subissent l'impact physique d'Avranchinais très présents dans les duels et qui bousculent clairement les Bleus.
.
On l'a dit: les hommes de Thierry Laurey sont pour l'instant pris de vitesse. Jessy Benet orchestre parfaitement le jeu normand. Après avoir décalé Mayulu tout à l'heure côté droit, il y a envoyé un Jonathan Clauss lancé à toute vapeur. Mais le centre de l'enfant d'Osthoffen, trop puissant, a dépassé tout le monde, y compris ses partenaires.
.
centre de Gonçalves de la droite. Blayac saute dans le bon timing, mais Beuve s'empare du ballon dans les airs
.
nouvelle occasion pour Avranches! Clauss s'infiltre plein axe, décale Benet côté droit. Le centre de ce dernier est dégagé de la tête par Mangane, sous la pression de Mayulu
.
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 2961
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 70
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 8ème de finale CDF : Avranches / Strasbourg

Message  67120 le Mer 1 Mar - 19:00

Enoooooooooooooooooooorme occasion pour Avranches. Fofana déborde Grimm, côté gauche et centre pour Mayulu. La tête décroisée de l'attaquant normand passe miraculeusement à côtés des buts de Bonnefois, battu sur ce coup là
.
Grimm et ses partenaires peuvent s'estimer heureux de n'être pas menés au score.
.
Avranche domine clairement cette mi-temps pour l'instant... Le racing n'arrive pas à construire, perd les duels... et forcément, Avranches s'est offert trois occasions nettes, contre zero pour les Alsaciens
.
Nouvelle alerte pour le Racing. Clauss centre et Mangane doit dégager en corner. Sur le corner qui suit, tiré par Clauss, c'est Aholou qui dégage le ballon
.
encore une occasion pour les hommes de Ott. Boateng tire de loin, Salmier dévie de la tête et manque de prendre son gardien à contre pied....
.
à chaque offensive avranchinaise, le Racing est en panique...
.
premier corner pour le Racing (ce qui en dit long), mais il ne donne rien
.
Mi-temps 0-0
.
Si le Racing veut se qualifier, il va fallloir montrer autre chose... Il y eu cinq occasions dans cette première période et elles étaient toutes en faveur des locaux
.
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 2961
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 70
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 8ème de finale CDF : Avranches / Strasbourg

Message  67120 le Mer 1 Mar - 19:34

But 1-0
.
L'ouverture du score pour Avranches!!!!! Christopher Mayulu!!!!!
.
Ca pendait au nez des Bleus depuis un trop long moment. Sur un centre de Clauss, irrésistible côté droit, un raté strasbourgeois a permis à Benet de récupérer le ballon. Et malgré un contre d'un pied alsacien, Mayulu a, au milieu d'une forêt de jambes, trompé du droit Landry Bonnefoi des 10 m, légèrement sur la droite.
.

Benet tire un coup franc, aux 17m, qui file juste au-dessus des buts alsaciens
.

Benet est tout simplement énormissime!!!!! Il vient de s'infiltrer sur le côté droit de la surface de réparation et de déclencher une frappe du gauche qui a léché l'extérieur du poteau gauche du gardien strasbourgeois.
.

N'ayons pas peur des mots: le Racing est noyé, la tête sous l'eau. Il n'arrive pas à refaire surface et il faut une superbe détente de Bonnefoi sur son flanc droit pour écarter en corner une demi-volée lointaine de Guyonnet.
.
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 2961
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 70
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 8ème de finale CDF : Avranches / Strasbourg

Message  67120 le Mer 1 Mar - 19:47

Grimm est averti.
.
Les Bleus sont pris de vitesse et obligés de commettre des fautes..
.
encore une énorme occasion d'Avranches, face à un Racing à la dérive... Cette fois Benet lance Mayulu plein axe. Pas hors jeu du temps, l'attaquant contourne Bonnefoi mais ne parvient pas à redresser....
.
Avranches est tout près de réussir le K-O. Sur une nouvelle inspiration de Benet, Mayulu, oublié au point de penalty, mais pas hors-jeu du tout, a reçu le ballon dos au but, évité la sortie de Bonnefoi, mais, ce faisant, s'est excentré côté gauche et n'a pu redresser sa frappe. On l'a dit et répété; le RCSA est au bord de la rupture.
.
Thierry Laurey opère un premier changement pour tenter de secouer son équipe. Baptiste Guillaume remplace Stéphane Bahoken.
.
enfin une occasion pour le Racing. Lienard tire un corner. Aholou dévie de la tête pour Grimm, au deuxième poteau, qui croise trop sa tête plongeante...
.
Blayac, décalé par Gonçalves côté droit, centre au deuxième poteau pour Lienard. Ce dernier place une volée, mais Beuve est sur la trajectoire
.
Sacko entre sur Dos Santos...
.
Le Racing pousse enfin, après une heure de n'importe quoi... mais il est bien tard
.
Il a fallu attendre 70 minutes pour voir enfin les Racingmen réagir après avoir reçu une leçon de football et d'engagement pendant plus d'une heure.
.
Centre d'Aholou qui trouve Guillaume, au premier poteau. Beuve sauve les siens
.
nouvelle occasion pour Avranches, sur un coup franc tiré par Clauss. Blayac s'impose défensivement dans les airs et dégage en corner
.
Plus que cinq minutes et Avranches mène toujours 1-0!!!
.
Boateng tergiverse et gâche un bon contre...
.

Gragnic entre sur Gonçalves
.
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 2961
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 70
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 8ème de finale CDF : Avranches / Strasbourg

Message  67120 le Mer 1 Mar - 20:19

BUT 1-1
.
L'égalisation pour le Racing!!!!!! Invraisemblable!!!! Vincent Gragnic!!!!!!
.
Vincent Gragnic, l'homme par qui le miracle est arrivé!!!! L'ancien Auxerrois a réussi un superbe enchaînement au coeur de la surface avranchinaise et est venu tromper, de près et du droit, un Anthony Beuve impuissant.
.
On va disputer une prolongation, Gragnic ayant égalisé dans la dernière minute du temps additionnel
.
Les Bleus peuvent dire un grand merci à leur sauveur, Vincent Gragnic, qui avait déjà inscrit le but de la qualification au Poiré-sur-Vie en 16es de finale (1-0). C'est cruel pour Avranches qui, soyons honnêtes, méritait de passer.
.
Lavenant centre pour Boateng, qui saute trop tôt alors qu'il était seul au point de penalty
.
Nouveau centre d'Avranches, signé Clauss, mais Abdallah est contré par Salmier
.
Guillaume part en contre et joue avec Gragnic. Las, la remise de ce dernier est trop appuyée
.
Gragnic tire un corner pour la tête de Blayac. Beuve sauve des deux poings
.
Guillaume lance Aholou, côté gauche. Ce dernier centre pour Blayac, dont la tête, cadrée et puissante, est sortie par Beuve
.
C'est la mi-temps de la prolongation.
.
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 2961
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 70
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 8ème de finale CDF : Avranches / Strasbourg

Message  67120 le Mer 1 Mar - 20:42

Allez, c'est reparti! Il reste quinze minutes aux deux équipes pour éviter la fatidique séance de tirs au but.
.
Gragnic centre, après un coup franc et un décalage de Sacko. Blayac place une tête juste à côté des buts alsaciens
.
La réponse du berger à la bergère, avec un centre sur l'aile droite d'un Gragnic décidément en vue depuis son entrée. Une nouvelle fois, Blayac a devancé tout le monde dans le jeu aérien, mais sa tête au 2e poteau est passée une poignée de centimètres à côté du poteau droit de Beuve.
.
C'est fini, 1-1, il va y avoir des tirs au but
.
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 2961
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 70
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 8ème de finale CDF : Avranches / Strasbourg

Message  67120 le Mer 1 Mar - 21:19

Lienard est le premier à tirer
Et Beuve repousse le tir de Lienard!!!!

 .
Michel va tirer, Bonnefoi est dans les buts
ET 1-0 pour Avranches
.
Blayac y va à son tour
Et 1-1 grace à Blayac
.
Le joncour va défier Bonnefoi
Et 2-1 pour Avranches
.
Saad y va

ET 2-2 grâce à Saad
.
Derrien, le capitaine, va tirer
Et 3-2 pour Avranches
.
Au tour de Sacko!!!

ET 3-3 avec Sacko
.
Louiserre va tirer

Et 4-3 pour Avranches
.
Gragnic va tirer
ET 4-4 grâce à Gragnic
.
Lavenant à la balle de match
Et Bonnefoi repousse!!!!
.
Guillaume s'y colle
5-4 pour le Racing, panenka de Guillaume!
.
Abdallah marque 5-5
.
Grimm vient de se sacrifier pour aller tirer!!!
ET grimm tire au-dessus
.

Gyonnet y va
Et Guyonnet qui marque!!!! Le Racing est éliminé!!!!!
.

Le Racing est éliminé 6 tirs au but à 5 (1-1 à la fin du temps réglementaire) et ne disputera pas les quarts de finale qu'Avranches atteint pour la première fois de son histoire. Les Avranchinais méritaient leur qualification. Ils l'ont obtenue au bout d'un incroyable suspense.
.
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 2961
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 70
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 8ème de finale CDF : Avranches / Strasbourg

Message  67120 le Mer 1 Mar - 21:21

Ce n'est quand même pas normal contre une équipe relégable en national.
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 2961
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 70
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 8ème de finale CDF : Avranches / Strasbourg

Message  67120 le Jeu 2 Mar - 5:09

La douche froide
Le Racing a été éliminé sans gloire, hier, par une équipe d’Avranches plus volontaire. Malgré une égalisation en toute fin de rencontre, les Strasbourgeois, éliminés aux tirs au but, ne verront pas les quarts de finale.
« Je vais savourer, car je suis très fier de mes joueurs. » Damien Ott, l’entraîneur d’Avranches, était l’un des seuls Alsaciens (avec le latéral droit Jonathan Clauss) à avoir le sourire, hier soir, après la défaite du Racing. Un grand sourire, même.

Tout le contraire d’une équipe strasbourgeoise qui est sortie tête basse de cette rencontre, après avoir pris le bouillon durant plus d’une heure face à une équipe de National.
Laurey : « Jouer sur ce terrain, ça a nivelé les valeurs »

« On est touchés, mais pas coulés. Maintenant, on va se replonger dans le championnat, notre pain quotidien », soulignait le milieu Anthony Gonçalves après cette défaite.

Et le mieux, pour les troupes alsaciennes, serait d’oublier rapidement ce 8e de finale, où ils ont logiquement été éliminés par une équipe qui a montré plus de volonté de se qualifier.

La première période est d’ailleurs totalement en faveur des Normands. Face à un Racing apathique, les hommes de Damien Ott croquent à pleines dents dans cette rencontre. Dès la 7e , Mayulu prend la défense alsacienne de vitesse et centre pour Benet. Mangane veille, mais cette première alerte donne le ton. Car plus les minutes passent, plus Avranches prend ses aises, grâce à un pressing tout terrain et quelques accélérations bien senties, qui donnent le tournis aux Strasbourgeois.

À la 19e , ces derniers font office de plots pour Clauss, qui s’infiltre plein axe comme dans du beurre. Heureusement pour le Racing, Mangane est une nouvelle fois à la réception pour dégager son camp. Et il faudra attendre moins de dix minutes (neuf exactement) pour voir une nouvelle occasion normande. Fofana avance côté gauche, déborde Grimm puis centre pour Mayulu. La tête de ce dernier passe miraculeusement à côté du but de Bonnefoi (28e ).

En face, le Racing ne montre rien, si ce n’est un festival de passes ratées et de mauvais choix. La seule mini-opportunité, côté strasbourgeois, est un centre de Gonçalves sur lequel Blayac est devancé par Beuve (17e ). C’est tout et c’est bien peu.

Et la pause ne change pas grand-chose. Avranches n’aura besoin que de trois minutes pour faire fructifier sa domination. Mayulu trouve la faille à la 48e minute, après un bon travail du duo Clauss/Benet. Et avec un peu de réussite, les Avranchinais auraient même pu doubler la mise.
Gragnic avait pourtant égalisé au bout du temps additionnel

La première grosse occasion alsacienne, elle, est signée Grimm, à la… 68e. Mais il faut attendre le dernier quart d’heure pour que le vent tourne franchement. Les Strasbourgeois font le forcing via Blayac (74e ) ou encore Guillaume (79e ).

Mais alors que tout le stade s’apprête à fêter la qualification d’Avranches, Gragnic douche l’ambiance, en égalisant d’un plat du pied dans la dernière minute des arrêts de jeu.

Miraculé, le Racing tente le tout pour le tout en prolongation. Mais l’abnégation de Beuve, la fatigue et un peu de maladresse empêchent les Strasbourgeois de prendre l’avantage et il faut donc en passer par les tirs au but. Une séance où Lienard bute sur Beuve, avant que Grimm ne voie son ballon finir dans les nuages. Suffisant pour envoyer Avranches au paradis…

« C’était très compliqué ce soir (hier). Jouer sur ce terrain, ça a nivelé les valeurs », pestait Thierry Laurey, déçu par cette élimination. Reste aux Strasbourgeois à la digérer, pour repartir de l’avant dès lundi, sur le terrain de Valenciennes.
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 2961
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 70
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 8ème de finale CDF : Avranches / Strasbourg

Message  67120 le Ven 3 Mar - 5:29

« Dans le dur »
Le Racing a été éliminé au stade des 8es de finale de la Coupe de France par une équipe d’Avranches plus volontaire. Les Strasbourgeois, dépassés dans la Manche, doivent trouver un second souffle pour repartir de l’avant en Ligue 2.

La fête a été belle, mercredi soir, à Avranches, au stade René-Fenouillère. Pyramide de joueurs hilares, envahissement de pelouse et apéro prolongé dans le gymnase d’à côté… Les Normands ont savouré ce grand classique de Coupe de France, où “le petit” élimine “le gros”.
Et, cerise sur le gâteau, l’équipe de National a gagné le droit de « finir en beauté » (dixit Damien Ott, son entraîneur), puisqu’elle a hérité du Paris-SG en quart de finale (lire aussi encadré).
Bref, voilà une soirée plus que parfaite pour les Normands, qui continuent leur incroyable aventure en Coupe de France.

« On n’est pas bien entré dans le match »

La joie bon enfant des Avranchinais contrastait avec les mines sombres des Strasbourgeois. Après la défaite concédée face à Clermont à la Meinau la semaine passée (0-2), les hommes de Thierry Laurey se sont à nouveau inclinés. Et en montrant, qui plus est, un visage inquiétant.
La première mi-temps des Alsaciens a été d’une indigence rare pour une équipe habituellement volontaire et joueuse. Pertes de balle, mauvais contrôles et duels perdus… le Racing a tout fait à l’envers durant les 45 minutes initiales.
« En première mi-temps, Avranches nous a posé beaucoup de problèmes », reconnaissait Felipe Saad. « On n’est pas bien entré dans le match », concédait Anthony Gonçalves.
Et les Alsaciens ont encore mis vingt bonnes minutes, en deuxième période, pour se montrer entreprenants. Entre-temps, Mayulu avait (logiquement) ouvert la marque. Avec un peu de réussite, Avranches aurait même pu plier la rencontre dans la première heure. Hormis Saad et Mangane derrière, et Blayac devant, personne n’a tenu son rang côté strasbourgeois, excepté pendant le dernier quart d’heure du temps réglementaire où les Alsaciens ont poussé.
La pelouse de René-Fenouillère, très grasse, n’était pas le billard idéal pour produire du jeu. Damien Ott était d’ailleurs le premier à s’en excuser. Mais cela n’a pas empêché Avranches de montrer un profil séduisant, notamment sur les côtés, où le jeune Alsacien Jonathan Clauss et Fofana ont surclassé le duo Salmier/Dos Santos.
Au milieu (où il faut souligner la bonne entrée de Gragnic), le Racing a aussi été “bougé”. Offensivement, Blayac s’est procuré un wagon d’occasions et Guillaume – auteur d’une splendide panenka lors de la séance de tirs au but – a apporté de la fraîcheur en fin de rencontre, tout comme Sacko. Mais tous ont manqué de réalisme face à un Beuve inspiré…
Quelques minutes après la fin de la rencontre, Thierry Laurey ne voulait pas accabler ses joueurs, même s’il pointait du doigt quelques manquements.
« Il fallait en vouloir un peu plus. On s’est battu, mais de manière désordonnée. Il y a peut-être eu un manque de concentration, de vigilance… Or sur un tel terrain, on se doit d’être pro et ne pas laisser l’adversaire y croire », exposait l’entraîneur.

Balles de break et hold-up

« En ce moment, on est dans le dur, ajoutait-il aussi. En première partie de saison, même quand c’était compliqué, on s’en sortait. Là, on n’y arrive pas. Pourquoi ? Il y a peut-être un peu de fatigue… Mais il ne faut pas oublier non plus que ce n’était pas une DH en face ».
Au crédit des Alsaciens, on retiendra cette égalisation, arrachée par Gragnic dans les arrêts de jeu. « On a été costaud dans les dernières minutes, cela prouve encore une fois qu’on a un bon état d’esprit. On se bat jusqu’au bout », estimait Felipe Saad.
En prolongation, même si Avranches a eu des balles de break, le Racing aurait aussi pu tuer la rencontre. Tout comme il a eu l’opportunité de réaliser le hold-up parfait lors de la séance de tirs au but, Lavenant ayant relancé le Racing en butant sur Bonnefoi, après un échec inaugural de Lienard. Las, comme le soulignait Laurey, « on a eu des possibilités, mais ça n’a pas tourné en notre faveur ».
La page Coupe étant tournée, le Racing peut maintenant se concentrer sur « son pain quotidien », la Ligue 2. En espérant que les retours conjugués de Boutaïb, Seka et Ndour aident les Bleus à repartir de l’avant, dès lundi, sur le terrain de Valenciennes…
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 2961
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 70
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 8ème de finale CDF : Avranches / Strasbourg

Message  67120 le Ven 3 Mar - 5:48

Damien ott : «Le PSG, c’est incroyable !»
Damien Ott était très heureux après la victoire des siens. Et c’est un euphémisme. L’ancien entraîneur des SR Colmar, toujours aussi passionné et démonstratif a d’abord cru « que le ciel (lui) était tombé sur la tête » quand Gragnic a égalisé. Il a ensuite tremblé durant toute la prolongation et a finalement terminé le match… sans regarder les tirs au but.

« Je me suis caché dans le vestiaire, non, je ne pouvais pas regarder ça », a lancé le coach après coup.

Et après cette qualification historique pour les quarts de finale, le meilleur était encore à venir pour l’entraîneur alsacien, puisqu’il défiera le PSG ! « C’est incroyable, incroyable… On va jouer le PSG », n’en revenait pas l’Alsacien, ivre de joie devant l’écran géant installé dans le gymnase attenant au stade. Avant d’ajouter : « On va aller jouer à d’Ornano je pense (le stade de Caen, ndlr) … Finir cette aventure face au PSG, devant 20 000 spectateurs, c’est un rêve. »

« Et en plus, je n’ai pas besoin de préparer ce match, se marrait le coach. Je ne vais pas dire à mes défenseurs “attention, Cavani préfère partir à droite”… Ça servirait à quoi ? Non, je vais juste leur dire de se faire plaisir et de faire du mieux possible. »
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 2961
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 70
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 8ème de finale CDF : Avranches / Strasbourg

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum