32ème de finale CDF : Strasbourg / Épinal

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

32ème de finale CDF : Strasbourg / Épinal

Message  67120 le Mer 7 Déc - 13:42

Le 7ou le 8/1/2017

1906-2016 : 110 ans d’histoire


Samedi, à l’occasion du Choc des Racings à la Meinau, le club strasbourgeois fêtera son 110e anniversaire.
Depuis 1906, le Racing Club de Strasbourg a fait vibrer toute l’Alsace et de nombreuses générations. Avec un palmarès riche, le Racing est l’un des rares clubs français à avoir remporté au moins fois les trois compétitions majeurs du football hexagonal.
Samedi, à la mi-temps du match face à Lens, de nombreux anciens joueurs du club, de différentes époques, se retrouveront pour un défilé tout autour de la pelouse de la Meinau.

6/12/16 1906-2016 : 110 ans d'histoire Samedi, à l'occasion du Choc des Racings à la Meinau, le club strasbourgeois fêtera son 110e anniversaire.Depuis 1906, le Racing Racing 1934-1935 archives Lire la suite
.
SO
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 2728
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 70
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 32ème de finale CDF : Strasbourg / Épinal

Message  67120 le Jeu 8 Déc - 19:49

Le match de 32ème de finale de coupe de France entre le Racing et Épinal aura lieu le samedi 7 janvier à 15h..
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 2728
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 70
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 32ème de finale CDF : Strasbourg / Épinal

Message  67120 le Jeu 5 Jan - 5:47

« Que du plaisir »
Frédéric Marques, l’ancien attaquant des SR Colmar et du Racing, retrouve samedi après-midi une Meinau qu’il connaît bien, sous les couleurs spinaliennes. Avec une idée derrière la tête…
Il a longtemps arpenté les pelouses alsaciennes. D’abord sous le maillot vert des SR Colmar (entre 2012 et 2014), puis sous celui Ciel et Blanc du Racing (2014/2015). Alors forcément, Frédéric Marques attend avec impatience de retrouver la Meinau, samedi après-midi, dans le cadre des 32es de finale de Coupe de France.

À 31 ans, celui qui appartient au club luxembourgeois de Dudelange est actuellement prêté à Épinal et espère bien être dans le groupe pour cette rencontre.

« Une toute autre dynamique »

« Je suis parti du Racing en bons termes avec les joueurs, le staff et je suis souvent revenu à la Meinau, raconte l’attaquant originaire de Florange. Cette saison, j’ai vu Racing - Troyes, je suis même allé dans les vestiaires pour récupérer quelques maillots ».

Ceux, notamment, de Seka, Salmier et Bahoken, ses « potes » au sein de l’effectif alsacien. « J’ai déjà commencé à envoyer quelques textos à Ernest (Seka) pour le titiller, lui dire que j’allais marquer », se marre d’ailleurs Marques, toujours aussi chambreur.

Et si Épinal – actuel 17e de National – ne part pas avec les faveurs des pronostics, l’attaquant mosellan croit en l’exploit. D’abord parce que pour le SAS, c’est une tradition d’éliminer un gros par ci, un gros par là. « Le club a un long passé en Coupe de France », rappelle Frédéric Marques. Et même si l’objectif du club, à savoir rejoindre les 32es de finale pour « ne pas avoir de week-end de coupure » est atteint, personne ne cracherait sur un tour supplémentaire.

Sans oublier que l’équipe spinalienne actuelle n’est plus la même que celle de l’été dernier. « Dix-sept nouveaux joueurs sont arrivés à l’intersaison, le renouveau était total, certains sont arrivés tard et ça a mis du temps à se mettre en place », souligne “Fred”.

Mais depuis quelques semaines, les hommes de Xavier Collin ont refait surface. « La première victoire, décrochée à Sedan, a fait du bien. Et on a enfin trouvé une défense », avance l’attaquant.

Après avoir enchaîné défaite sur défaite, les Spinaliens ont atomisé Châteauroux (0-5 dans le Berry), gagner à Dunkerque (0-1) puis “gratter” un bon match nul à Concarneau (1-1), champion d’automne de National.

« On est dans une toute autre dynamique qu’en début de saison, on prend peu de buts, on enchaîne les bons résultats. On est lancé et sans ce match en retard (face à Pau, ndlr) , on pourrait être sorti de la zone rouge », poursuit encore Marques.

Bref, le Racing aurait tort de ne pas méfier de Vosgiens. Et surtout d’un Frédéric Marques bien décidé à marquer le coup pour ce qui sera probablement sa dernière visite à la Meinau crampons aux pieds. « J’ai 31 ans, je viens d’avoir un enfant (Anas, un petit garçon) , j’ai ouvert une pizzeria à Florange… Le foot reste important, ça se passe bien à Épinal, mais je commence aussi à penser à la suite », lance-t-il.

Avant d’ajouter : « Et j’appartiens toujours à Dudelange, je ne sais pas si je serai encore à Épinal à la fin du mercato. Et quoi qu’il en soit, mon avenir s’inscrit au Luxembourg. Il me reste un an de contrat et le championnat progresse bien là-bas, c’est de plus en plus intéressant d’y jouer ».

Mais avant de retrouver le Grand-Duché, il faudra donc se rendre « sans pression et aucun stress » à la Meinau. « Franchement, ce n’est que du plaisir cette rencontre. On n’a rien à perdre. Même si on ne gagne pas, les jeunes verront la Meinau. Vivre cette ambiance, c’est un truc de fou… Et puis de toute façon, on est meilleur à l’extérieur », rigole le joueur.

L’avant-centre s’est simplement promis une chose : si jamais il marque, il ne célébrera pas son but. « Par respect pour le public », lâche-t-il.

Mais pas question, non plus, de “jouer contre son camp”. « Je donne des petits conseils aux Spinaliens sur les faiblesses des uns ou des autres », raconte Frédéric Marques. Et surtout, il poursuit son impitoyable guerre psychologique par textos. « Là j’ai fini de chambrer Ernest (Seka) , je vais continuer avec Yo (Salmier) et ensuite ce sera le tour de Stef (Bahoken) », conclut-il en se marrant.
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 2728
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 70
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 32ème de finale CDF : Strasbourg / Épinal

Message  67120 le Jeu 5 Jan - 5:48

Première à Épinal
Hasard de l’histoire, c’est sur le terrain d’Épinal que Jérémy Blayac a inscrit son premier but sous les couleurs du Racing. C’était le 16 janvier 2015 et après avoir mené 2-0, grâce à Blayac donc, et Ndiaye, le Racing avait concédé le nul en toute fin de rencontre (2-2).
dna
.
Coupe de France (32es de finale) : avant Racing - Épinal, samedi (15h)
« Entretenir la dynamique »
Le Racing retrouve le terrain samedi, face à Épinal, dans le cadre des 32es de finale de la Coupe de France. Avec un objectif : se qualifier pour « entretenir la dynamique positive », si l’on en croit Jérémy Blayac.
Après dix petits jours de coupure, le Racing a repris l’entraînement. Mais avant la reprise en Ligue 2 – le samedi 14 janvier (15h) à Amiens –, les Strasbourgeois ont un 32e de finale de Coupe de France à disputer samedi, à domicile, face à Épinal.

Jérémy Blayac, l’un des attaquants du collectif strasbourgeois, compte bien décrocher une qualification, pour lancer 2017 sur de bonnes bases…

– Comment vous sentez-vous une semaine après la reprise ?


– La coupure a fait du bien. Je suis rentré en famille (il est originaire de l’Aveyron, ndlr) et ça fait du bien. Ça permet de se ressourcer mentalement comme physiquement, même si de ce côté-là, je me sens bien.

« Il va falloir se montrer vigilant »

– Quel est l’état d’esprit du groupe en ce début d’année ?


– On a très bien fini 2016, avec quatre victoires consécutives et on revient avec beaucoup d’envie.

On est dans une dynamique hyper positive, on a le plein de confiance et on a une grosse envie de travailler. Et vu nos résultats actuels, on a l’avantage de pouvoir travailler en toute sérénité, sans pression. Tous les voyants sont au vert.

Mais il va falloir se montrer vigilant car on ne peut se permettre aucun relâchement. L’idée est de réaliser une bonne deuxième partie de saison, en championnat comme en Coupe de France.

– Vous allez reprendre la compétition avec cette Coupe de France, face à Épinal. Comment abordez-vous cette rencontre ?


– Ce sera un match de Coupe et un match de Coupe n’est jamais facile. On l’a d’ailleurs vu lors des tours précédents, face à des équipes de niveau inférieur…

En plus, c’est un match de reprise, donc il va falloir se faire un peu violence. Après, on a eu quinze jours pour bien préparer cette rencontre et on n’a coupé que dix jours, donc au niveau du rythme ça devrait aller…

– On sait que l’essentiel se joue en Ligue 2 pour le Racing cette saison. Avez-vous tout de même des objectifs en Coupe de France ?


– On aimerait aller le plus loin possible. Ce serait bien d’accueillir un gros à domicile, une Ligue 1, pour remplir le stade. Ce serait intéressant pour nous comme pour le public…

Mais d’abord, il faut se qualifier et gagner cette rencontre face à Épinal, pour démarrer de manière positive et entretenir notre bonne dynamique.

– Comment voyez-vous le début d’année côté championnat ?


– En Ligue 2, la phase retour est un championnat différent. Les mois de janvier/février vont donner le tempo et on saura début mars où on se situe. Là, on a 32 points et il nous en faut encore à peu près dix de plus pour se maintenir. On veut atteindre la barre des 42 points le plus vite possible et ensuite, on verra… Si on peut continuer à rester en haut et avoir des matches à enjeux, tant mieux…

– Quel rôle le Racing peut-il tenir dans cette Ligue 2 ?


– Jouer les arbitres ou les trouble-fête, ça peut être sympa. Si on peut continuer à être ambitieux, rester dans les places 5/6 le plus longtemps possible, ce sera bien…

Mais encore une fois, il faut d’abord prendre les points qu’il nous manque pour le maintien et ensuite on verra bien ce qu’on peut faire.

– Faire un long parcours en Coupe de France, est-ce un avantage ou un inconvénient pour le championnat selon vous ?


– Je dirais plutôt un avantage. À chaque fois que je suis allé loin en Coupe de France, j’ai fait une bonne saison.

Le seul contre-exemple, je l’ai connu à Angers. On était en tête en Ligue 2 et on avait fait un super parcours en Coupe de France, jusqu’à cette défaite en demi-finale (à Rennes 3-2, saison 2013/2014, ndlr).

Mais après cette défaite en demie, on s’était complètement écroulé en fin de saison et on avait raté la montée en Ligue 1. C’était cher payé.

– À quel genre de rencontre vous attendez-vous samedi, face à Épinal, équipe de National ?


– Il faut se méfier. C’est un match piège et il faudra le prendre par le bon bout. On a l’avantage d’être à domicile, il faut en profiter. L’idéal serait de marquer rapidement, bien entendu…
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 2728
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 70
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 32ème de finale CDF : Strasbourg / Épinal

Message  67120 le Ven 6 Jan - 5:46

Regard dans le rétro
Le Racing a une histoire prestigieuse en Coupe de France, avec trois victoires à son actif. Mais ces dix dernières années, les Strasbourgeois ont eu du mal à passer le cap des 32es de finale.
Pendant longtemps, le Racing a été l’une des seules équipes françaises à avoir remporté le championnat, la Coupe de la Ligue et la Coupe de France. Mais si la Coupe de France a apporté des frissons aux supporteurs strasbourgeois par le passé, c’est moins le cas ces dernières années.

Depuis 2006/2007, le Racing n’a en effet passé qu’une fois le cap des 32es de finale. Petit regard dans le rétroviseur…

SAISON 2006/2007

Alors en Ligue 2, les hommes de Jean-Pierre Papin débutent en 32es de finale, au Gazélec d’Ajaccio, alors en CFA. Ils s’imposent 2-1 sans briller, avant de chuter, avec les honneurs, face à Lille en 16es de finale (2-3).

 SAISON 2007/2008

La dernière saison du Racing en Ligue 1 (à ce jour) correspond à une piteuse élimination à domicile face à Metz (0-3), en 16es de finale. Une défaite qui faisait suite à une qualification peu glorieuse (0-0, 5-4 tab) sur le terrain de Rouen (National) au tour précédent…

SAISON 2008/2009

À nouveau en Ligue 2, le Racing atomise Sannois Saint-Gratien (CFA) au 7e tour (6-0), avant de chuter à domicile dès le 8e tour, face à Sedan, autre équipe de Ligue 2 (2-4).

SAISON 2009/2010

Toujours en Ligue 2, le Racing élimine Biesheim (7e tour), puis Thionville (8e tour), avant de s’offrir une belle affiche à la Meinau, avec la réception du Lyon de Bastos, Gomis et Lopez. Malgré une belle prestation et un but de Nicolas Fauvergue, les Alsaciens sont éliminés (1-3) et ne verront pas les 16es.

SAISON 2010/2011

De ces dix dernières saisons en Coupe de France, c’est la plus belle. Alors en National, sous les ordres de Laurent Fournier, les Alsaciens réalisent un joli parcours. Vainqueurs de Poissy en 32es de finale (1-2), les coéquipiers de Milovan Sikimic éliminent Evian, alors en Ligue 1, en 16es de finale (1-0), grâce à un but de Mathlouthi.

L’aventure s’arrêtera au stade des 8es de finale, avec une défaite sur le terrain d’Angers (2-0), alors en Ligue 2.

SAISON 2011/2012

Relégué en CFA 2, le Racing a des échéances plus importantes que la Coupe de France en cette saison 2010/2011 où il entre dans la compétition au 3e tour.

Après quelques périples en Alsace, où ils battent successivement Weyersheim, Mutzig, Duttlenheim, puis Kronenbourg, les Strasbourgeois éliminent Verdun (7e tour), puis Pontarlier (8e tour), avant de chuter à Drancy (3-3, 4-2 tab) au stade des 32es de finale.

SAISON 2012/2013

Comme en 2008/2009, Sedan est l’hôte de la Meinau pour ce 8e tour. Et comme en 2008/2009, le Racing (alors en CFA) s’incline face aux Ardennais (1-0), après avoir éliminé le Mars Bischheim, Riedisheim, Oberschaeffolsheim puis Wittenheim.

SAISON 2013/2014

Remonté en National, le Racing entre en lice au 5e tour. Après deux larges victoires à Schoenenbourg/Memmelshoffen, puis au Mars Bischheim, le Racing hérite d’un “gros”, Nancy, au 7e tour. Un but signé Brian Amofa ne suffit pas : les Nancéiens s’imposent 2-1 à la Meinau.

 SAISON 2014/2015


Toujours en National, le Racing effectue un parcours honorable, avec en point d’orgue, la qualification à Sochaux, au 8e tour, grâce à un but de Ndour.

Las, les Alsaciens rateront d’un rien un deuxième exploit, en 32es de finale, sur le terrain d’Auxerre, où ils s’inclinent finalement 1-0, sur un but de… Vincent Gragnic.

SAISON 2015/2016

Après deux victoires logiques, mais sans relief (au Racing HW, puis face à Kronenbourg), les Alsaciens retournent à Sochaux au 7e tour. Mais les Sochaliens prennent leur revanche sur la saison précédente en s’imposant 2-1, après prolongation…

MANGANE FORFAIT Kader Mangane, qui souffre d’une contracture à un mollet, ne s’est pas entraîné hier. Il est d’ores et déjà forfait pour la réception d’Épinal.
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 2728
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 70
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 32ème de finale CDF : Strasbourg / Épinal

Message  67120 le Ven 6 Jan - 19:23

le groupe strasbourgeois

Thierry Laurey a communiqué un groupe de 18 joueurs pour le 32e de finale de Coupe de France face à Epinal, ce samedi (15h) à la Meinau. L’Entraîneur du Racing est privé de Nogueira et Grimm, suspendus, ainsi que Boutaib, avec la sélection du Maroc pour préparer la CAN. Anthony Gonçalves, rétabli, réapparaît dans le groupe.
Le groupe :
Bonnefoi, Oukidja ; Bahoken, Benkaid, Blayac, Caci, Dos Santos Gragnic, Gonçalves, Guillaume, Lienard, Marester, Ndour, Ndoye, Saad, Salmier, Seka, Weissbeck.

Les absents : Grimm, Nogueira, Solvet (suspension), Boutaib (sélection), Mangane, Sacko (blessés), Gambetta, Schmittheissler (choix de l’entraîneur).
SO
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 2728
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 70
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 32ème de finale CDF : Strasbourg / Épinal

Message  67120 le Sam 7 Jan - 5:27

Un cap à franchir
Le Racing, dernier club alsacien en lice en Coupe de France, va tenter de se qualifier pour les 16es de finale. Pour y arriver, les Alsaciens vont devoir se défaire d’une accrocheuse équipe d’Épinal, qui n’aura strictement rien à perdre…
On le sait, en cette saison 2016/2017, la Coupe de France n’est pas l’objectif prioritaire du Racing. Promu en Ligue 2, le club strasbourgeois vise avant tout le maintien – voire mieux – en deuxième division, pour son grand retour dans le monde du foot professionnel.

« Retrouver une attitude professionnelle et positive »

Oui mais voilà, le tirage s’est montré relativement clément pour le club alsacien. Et tout autre résultat qu’une victoire à domicile, cet après-midi, face à un club de National, ferait un peu désordre.
« On se doit de bien aborder cette rencontre. De retrouver une attitude professionnelle, positive et volontaire pour décrocher un résultat, énonce ainsi Thierry Laurey, l’entraîneur alsacien. Maintenant qu’on est en 32es , notre seule envie est d’atteindre les 16es ».
Ceci une fois dit, pas question pour le staff strasbourgeois et les joueurs de prendre cette équipe d’Épinal à la légère. Bien au contraire…
« À la maison, ils ont du mal, souligne ainsi l’entraîneur alsacien en parlant de son adversaire du jour. Mais ils ont acquis de la confiance à l’extérieur. Depuis deux/trois mois, Épinal a trouvé son rythme de croisière. J’ai vu leurs derniers matches et j’ai du mal à comprendre comment ils font pour être aussi mal classés (17e de National, ndlr) ».
Et le coach strasbourgeois d’ajouter : « C’est une équipe qui a de fortes capacités en contre, qui est très athlétique au milieu et derrière. Ils savent aussi marquer sur des frappes lointaines, sur coups de pied arrêtés. Potentiellement, le danger est permanent… »
La méfiance est donc de mise, même si le Racing affronte a priori un adversaire à sa portée. Et notamment parce que ce 32es de finale fait office de match de reprise. « On reste sur quatre victoires plutôt méritées, mais là, on repart à zéro. Après trois semaines de coupure, ce n’est pas évident, il faut reprendre le fil, avance encore Laurey. Surtout qu’on joue une équipe de National et on peut se faire surprendre si on ne fait pas les efforts ».
Pour Landry Bonnefoi, qui sera titulaire dans les buts – comme de coutume en Coupe – l’analyse est la même. « C’est le genre de match que tu peux perdre si tu n’es pas vigilant, souligne le gardien de but. Tout le monde a déjà vécu ce genre de péripéties et il faudra être sérieux ».
Surtout que le Racing aura un autre visage que celui entrevu fin décembre. Khalid Boutaïb, le “monsieur plus” de l’attaque alsacienne, est parti à la CAN et deux titulaires habituels au milieu de terrain (Grimm et Nogueira) manquent à l’appel pour une accumulation de cartons.
« Il manque des forces vives, mais on a quand même un groupe cohérent, de qualité, souligne néanmoins Thierry Laurey. Les éléments m’obligent à faire tourner et je réfléchis encore au onze de départ, car je ne veux pas tout bouleverser non plus. Gonçalves, Caci et Saad reviennent de blessure et ce n’est pas évident de reprendre directement, même s’ils ont besoin de temps de jeu. On verra demain (aujourd’hui) , mais l’avantage, c’est qu’à 18 joueurs (au lieu de 16 en L2, ndlr) , on peut plus facilement gérer… ».
Quels que soient les noms des titulaires, la mission des onze strasbourgeois est la même : trouver la faille face à une équipe spinalienne qui n’a rien à perdre. Et qui s’est fixée comme objectif « de faire douter les Alsaciens le plus longtemps possible » (dixit Xavier Collin, l’entraîneur vosgien).
Au Racing de ne pas tomber dans le piège. Histoire de ne pas se retrouver dimanche matin sur la liste noire des “gros” surpris par plus “petit”…
Match à suivre en direct sur DNA.fr et Eurosport 2
dna
.
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 2728
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 70
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 32ème de finale CDF : Strasbourg / Épinal

Message  67120 le Sam 7 Jan - 14:56

voici la composition officielle des deux équipes :

Racing Strasbourg : 1. Landry Bonnefoi (g) – 2. Laurent Dos Santos, 5. Ernest Seka (cap, 4. Yoann Salmier, 3. Abdallah Ndour – 8. Mayoro Ndoye, 6. Anthony Caci, 11. Dimitri Lienard – 9. Baptiste Guillaume, 10. Jérémy Blayac, 7. Stéphane Bahoken. Remplaçants : 12. Gaëtan Weissbeck, 13. Hicham Benkaid, 14. Eric Marester, 15. Felipe Saad, 16. Sofiane Bekkouche, 17. Anthony Gonçalves, 18. Alexandre Oukidja (g). Entraîneur : Thierry Laurey.

SAS Epinal : 1. Olivier Robin (g) – 2. Paul Léonard, 3. Ariss El Hriti, 4. Mike Cestor, 5. Oumar Gonzalez, 6. Abdoulaye Diawara (cap), 7. Samuel Guibert, 8. Jérémy Colin, 9. Celin Lemb, 10. Diaguely Dabo, 11. Ambroise Gboho. Remplaçants : 12. Loïc Meyer, 13. Simon Gbegnon, 14. Yohan Bai, 15. Olivier Lusamba, 16. Frédéric Marques, 17. Hamza Sakhi, 18. Alexandre Nagor. Entraîneur : Xavier Collin.
.
Côté spinalien, un ex-Alsacien sur les trois que compte la SAS démarrera la rencontre. Il s'agit de l'ancien Colmarien Abdoulaye Diawara, capitaine de la formation vosgienne. L'attaquant Frédéric Marques, ancien de la maison bleue et des SRC, débutera sur le banc, de même que le défenseur Loïc Meyer, lui aussi ancien des SR Colmar.
.
Si tous les habitués de la Meinau qui sont restés chez eux aujourd'hui nous suivent sur dna.fr, il y en a du monde, derrière son ordinateur! A dix minutes du coup d'envoi, il doit y avoir au mieux 5000 courageux dans l'enceinte strasbourgeoise, prêt à encourager leur Racing et à braver les -4 degrés ambiant. Enfin si l'ont croit la grenouille, la vraie. Car le thermomètre de la Meinau, est toujours aussi fantaisiste. Il affiche lui +9 degrés! On n'aurait rien contre...
.
Les deux équipes font leur entrée sur la pelouse tout à fait praticable de la Meinau. Dans quelques secondes, le coup d'envoi !
.
Le coup d'envoi vient d'être donné par l'arbitre principale Mme Stéphanie Frappart. Racing Strasbourg - Epinal, c'est parti !
.
Une minute d'applaudissements a été observée en hommage à Lucien Schaeffer, né en 1928, gardien de but du Racing de 1947 à 1953. Il a gagné la Coupe de France qui nous occupe aujourd'hui, en 1951 (3-0 en finale contre Valenciennes). International amateur, il avait participé aux JO de Londres zen 1948.
.
Le Racing a immédiatement pris la direction des opérations et c'est on ne peut plus logique pour le 3e ex aequo de Ligue 2 opposé aujourd'hui au 17e et relégable du National. Mais la première frappe est bien spinalienne, demi-volée oeuvre de Dabo des 20 m. C'est directement dans le kop strasbourgeois.
.
Et deuxième occasion pour Epinal, qui joue à fond chacune de ses opportunités, avec une frappe sèche du droit de Lemb au ras du poteau de Bonnefoi !
.
Le Racing réagit via des coups de pied arrêtés, mais pour l'instant, les ballons de paquet distillés par le pied gauche de Lienard n'ont pas trouvé preneur.
.
Le corner frappé par Colin est repris de la tête par Guibert au premier poteau. Mais le cadre se dérobe encore.
.
Centre de Ndour et tête de Guillaume à un peu moins d'un mètre à droite des buts de Robin.
.
Oh le numéro de Gboho à gauche, qui a enfumé tout le monde et tiré d'un angle fermé entre les jambes de Bonnefoi avant de voir son ballon heurter le poteau !! Quelques sifflets bizarroïdes dégringolent des tribunes de la Meinau...
.
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 2728
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 70
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 32ème de finale CDF : Strasbourg / Épinal

Message  67120 le Sam 7 Jan - 15:21

But pour Epinal
0-1
.
Tête imparable de Cestor en pleine lucarne après un coup franc parfait de Colin ! Bonnefoi n'a pas esquissé le moindre geste !
.
Cette fois, les sifflets de la Meinau sont plus nets. Le Racing a raté son entame de match.
.
Caci est averti pour une grosse faute sur Gonzalez à 30m de la cage alsacienne.
.
pour Epinal et c'est mérité.
.
La petite centaine de supporters spinaliens est aux anges, tandis que leur gardien Olivier Robin, qui n'a pas encore touché le ballon fait ce qu'il peut pour se réchauffer.
.
Le coach strasbourgeois Thierry Laurey avait raison de se méfier de cette formation spinalienne, certes relégable en National mais redoutable à l'extérieur. La stratégie vosgienne est en tout cas payante pour le moment.
.
Sur une action conforme au but, Colin sert Guibert en profondeur. Dans la surface, ce dernier ne peut ajuster sa déviation qui file au-dessus.
.
Sur un coup France de Lienard, la tête de Salmier passe assez nettement à côté.
.
Yoann Salmier vient de rater l'occasion de se racheter de la faute qui a amené le but spinalien tout à l'heure !
.
Le Racing n'est franchement pas dans son assiette et le froid polaire n'explique pas tout dans ce démarrage au ralenti. Un café supplémentaire dans les vestiaires n'aurait peut-être pas été inutile...
.
Première intervention d'Olivier Colin, le gardien spinalien. Et encore, il sort sans danger devant Baptiste Guillaume sur un ballon trop fuyant et sans conviction de Mayoro Ndoye.
.
Epinal joue le coup parfaitement, à l'image de Gboho devancé d'un cheveu à l'instant par Bonnefoi, mais ça n'excuse pas tout. On a effectivement du mal à imaginer ce qu'Epinal fait à l'avant-dernière place du National, mais le Racing rate son match jusqu'à présent, c'est un fait.
.
Frappe sans élan de Bahoken à l'entrée de la surface. C'est largement au-dessus.
.
Dabo, trèsbon régulateur, décalze El Hriti sur la gauche. Le centre trouve Guibert au premier poteau qui ne peut reprendre que mollement. Seul Bonnefoi rate sa relance qui échoue en touche à hauteur de sa surface! Décidément, ça ne s'arrange pas...
.
On joue la dernière minute de cette première période et enfin le Racing se procure sa première occasion digne de ce nom. Sur la droite, Guillaume dédouble avec Ndoye pour un centre dangereux que Bahoken, bien placé, ne parvient à reprendre que partiellement.
.
Mi-temps 0-1
.

Quelques sifflets raccompagnent les Strasbourgeois aux vestiaires après un premier acte raté dans les grandes largeurs. Epinal n'a pas volé son avance d'un but et est virtuellement qualifié pour les 16es de finale de la Coupe de France. A tout de suite pour la seconde période !
.
Nous sommes hélas dans le schéma classique du match de Coupe où le supposé plus petit a mordu à pleines dents dans la partie, tandis que le supposé favori joue en-dedans a le don de se compliquer la tâche. Le Racing parviendra-t-il à se révolter pour donner à la partie une toute autre tournure? Ce n'est qu'à ce prix qu'il peut éviter la mauvaise surprise connue hier soir déjà par Gazelec Ajaccio et Laval, ses comparses de Ligue 2.
Comme on pouvait le craindre, mais pas forcément face à une équipe de National, le Racing souffre terriblement de l'absence de Grimm et Nogueira au milieu, de Boutaïb devant. Sans idée, sans profondeur, sans peps, il est pour l'heure en panne sèche. cela ne peut que s'améliorer en seconde période. Suffisamment pour renverser la vapeur?...
.
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 2728
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 70
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 32ème de finale CDF : Strasbourg / Épinal

Message  67120 le Sam 7 Jan - 16:09

Ndour force le passage et centre de son couloir gauche. Blayac, en position d'avant-centre, dévisse sa tête. Bahoken recentre immédiatement de la droite. Le ballon file devant le but.
.
0-2
.
BUT POUR EPINAL ! Lemb reprend de la tête un centre d'El Hriti de la gauche et trompe un Bonnefoi qui s'est un peu troué sur ce coup ! Ca sent le roussis pour les Bleus.
.
Le Racing réagit comme il peut avec une longue action autour de la surface spinalienne, mais la frappe de conclusion de Lienard du droit ne trouve pas le cadre. Aie aie aie, sale après-midi pour le RCSA pour le moment !
.
BUTTTTTTTTTTTTT  1-2 Seka
.
A point nommé au second poteau, le capitaine des Bleus Ernest Seka reprend à ras de terre un corner de Lienard, aidé involontairement par une petite déviation du défenseur spinalien Cestor.Changement à Strasbourg : sortie de Caci, remplacé par Gonçalves.
.
Au moins le Racing a-t-il réagi suffisamment rapidement pour remettre du baume au coeur des quelques milliers de supporters présents et garder l'intérêt de ce match intact. Mais le plus dur reste à faire.
.
Comme avant le corner, les esprits s'échauffent au moment de récupérer le ballon au fond des filets pour accélérer la manœuvre. Guillaume voit jaune... mais pas de Spinalien!
.
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 2728
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 70
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 32ème de finale CDF : Strasbourg / Épinal

Message  67120 le Sam 7 Jan - 16:20

BUTTTTTTTTTTTTTTT  2-2  Lienard
.
Le magnifique coup franc de Dimitri Lienard! 2-2! En six minutes, le Racing, le vrai, est revenu!
.
Oh quel bijou de Lienard, mais quel bijou ! D'un maître coup franc enroulé du gauche dans le petit filet opposé, le Belfortain d'origine s'est fait justice lui-même et a remis le Racing à hauteur d'Epinal. Et dire que certains de ses coéquipiers ne voulaient pas lui laisser tirer ce coup de pied arrêté...
.
En à peine sept minutes, le Racing a effacé son débours de deux buts. C'est bien, mais ce serait encore mieux de passer devant avant les prolongations, histoire de faire oublier complètement ces 50 premières minutes ratées.
.

Le Racing est lancé. Blayac vient de buter sur Robin qui n'a plus a usé de subterfuges pour se réchauffer. Le gardien spinalien voit dans la foulée en centre dangereux filer devant lui.
.
Blayac s'impose en puissance puis, dans un angle fermé, échoue toujours sur Robin. Cela chauffe de plus en plus pour un SAS qui commence à manquer de gaz.
.
Le Racing garde la mainmise sur ce match mais Epinal a resserré un peu les rangs depuis l'égalisation de Lienard. Il reste un quart d'heure aux Bleus pour forcer la décision.
.
Carton jaune à Ndour.
.
L'ex-Strasbourgeois et Colmarien Fred Marques entre en jeu à la place de Jérémy Colin. Il est frais. Voilà un réel danger en contre, sur une pelouse qu'il connaît bien.
.
Changement à Strasbourg : sortie de Guillaume, remplacé par Benkaid, qui a droit à l'équipe première pour la deuxième fois en Coupe de France.
.
L'énorme occasion pour Bahoken qui a frappé puissamment sur l'arête extérieur gauche du but de Robin, archi-battu ! Les Bleus veulent éviter les prolongations et c'est compréhensible.
.
Depuis son 2e but, le SAS revoit pour la première fois la surface strasbourgeoise. Sur un coup franc lointain, Marques parvient à reprendre, mais est contré. Sur le dégagement, Dabo tente sa chance en pivot, de 20m. Trop mou pour inquiéter Bonnefoi.
.
Il y aura quatre minutes de temps additionnel.
.
Le public pousse mais le Racing manque de jus en cette fin de temps règlementaire. Aura-t-on droit à une demi-heure de jeu supplémentaire ?
.
La balle de match manquée d'un cheveu par Bahoken sur un centre de Gonçalves !!
.
C'est terminé pour le temps règlementaire ! 2 partout entre les deux équipes. On aura donc droit à deux prolongations de 15 minutes dans un froid de plus en plus polaire. Chouette !
.
Après tout, le Racing s'en sort bien. Il a droit aux prolongations, lui, alors que le Stade de Reims vient d'être éliminé par nos voisins de Sarreguemines (2-1) qui ne sont plus à un exploit près.
.
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 2728
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 70
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 32ème de finale CDF : Strasbourg / Épinal

Message  67120 le Sam 7 Jan - 16:59

la première mi-temps des prolongations !
.
le Racing, auteur d'un bon match à partir de la 56e' donc. La logique voudrait qu'il fasse la différence face à un Epinal forcément diminué physiquement. Mais la logique, en coupe...
.
Les Spinaliens sont partis pour ralentir le jeu autant que possible. Et pour l'instant, le Racing tombe dans ce faux rythme.
.
Benkaid vient bien placer sa tête sur un bon centre de la droite de Gonçalves, mais Robin est sur la trajectoire du ballon.
.
But refusé à Bahoken après une première frappe de Benkaid signalé en position de hors-jeu.
.
Oh la bonne sortie de Robin sur cette frappe de Bahoken parfaitement décalé dans la surface par Benkaid !
.
L'énooorme faute de Bonnefoi qui a littéralement découpé Gboho après être sorti de sa surface à toute berzingue ! Le gardien strasbourgeois n'écope que d'un jaune, mais clairement, il méritait rouge.
.
L'occasion pour Marques qui alerte Bonnefoi d'une belle demi-volée du droit, mais le portier alsacien est impeccable dans sa parade !
.
Lourde demi-volée de Ndoye de 25 mètres. C'est à côté.
.
La mésentente encore entre Dos Santos et Seka qui a failli profiter à Marques, mais Bonnefoi a sauvé la maison bleue à bout portant !
.
Fin de la première période des prolongations.
.
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 2728
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 70
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 32ème de finale CDF : Strasbourg / Épinal

Message  67120 le Sam 7 Jan - 17:15

C'est reparti !
.
Pénalty pour le racing
.
BuTTTTTTTTTTT  Blayac 3-2
.

  Benkaïd déborde côté gauche et est déséquilibré par Leonard au moment d'entrer dans la surface. Jérémy Blayac transforme sans trembler, plein centre.
.
BuTTTTTTTTTTTTTTT  4-2 Benkaid
.

Le petit Hicham Benkaid, auteur d'une bonne rentrée, tue quasi définitivement le suspense en plantant le but du 4-2, son premier en professionnel !
.
La belle histoire! Hicham Benkaïd assure définitivement la qualification du Racing. Et le fait que ce soit lui a créé un réel enthousiasme dans le camp strasbourgeois. Tout le monde s'est précipité sur lui.
.
L'histoire de ce but : un décalage de Blayac pour Bahoken à droite, qui centre en retrait pour Benkaid. L'ancien Colmarien marque le temps d'arrêt nécessaire pour effacer Robin et frapper fort dans le but vide. Parfait.
.
Dernier changement au Racing : sortie de Ndour, remplacé par Weissbeck.
.
Première aussi pour Gaëtan Weissbeck qui remplace Abdallah Ndour. Quatre minutes dans le monde des grands. Joli cadeau de Thierry Laurey.
.
La frappe de Bahoken des 16 mètres et superbe manchette de Robin pour détourner le ballon en corner !
.
C'est Fini 4-2
.

Qualification du Racing Club de Strasbourg Alsace pour les 16es de finale de la Coupe de France aux dépens de la SAS Epinal, formation de National, 4 buts à 2 après prolongations ! Mais que ce fut dur !
.
le tirage au sort aura lieu demain soir à partir de 19h45. Les rencontres se joueront le mardi 31 janvier et le mercredi 1er février.
.
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 2728
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 70
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 32ème de finale CDF : Strasbourg / Épinal

Message  67120 le Dim 8 Jan - 5:42

Renversant Racing
Inexistant en première mi-temps, mené 0-2, le Racing a renversé une situation mal engagée et pris son ticket pour les 16es de finale de la Coupe de France.
Le Racing s’est qualifié, mais rien n’a été simple pour des Alsaciens passés tout près de l’élimination après avoir été menés 0-2, et qui ont dû attendre la prolongation pour se défaire d’une accrocheuse équipe spinalienne.
« On s’est qualifié, mais on ne va pas fanfaronner, exposait ainsi Thierry Laurey. Mais je suis content de la réaction des joueurs, même si la première mi-temps n’a pas été à la hauteur. »
D’emblée, les Spinaliens jouent crânement leur chance. Dès la 8e’ , Dabo reprend de volée un ballon dégagé par la défense alsacienne, mais son tir passe à côté des buts de Bonnefoi.

« On a prouvé qu’on avait de la ressource et de la force de caractère »

En face, le Racing peine. Il faut d’ailleurs attendre le quart d’heure de jeu pour voir une opportunité côté alsacien. Lienard décale Ndour, monté côté gauche. Ce dernier centre pour Guillaume, dont la tête file à côté des buts de Robin.
Mais pas de quoi ralentir les Spinaliens. À la 16e’ , Dabo décale Gboho côté gauche. Ce dernier se joue de Dos Santos et déclenche une frappe croisée sur laquelle Bonnefoi est battu… mais sauvé par son poteau droit.
Le portier strasbourgeois ne pourra rien deux minutes plus tard. Après une faute de Caci sur Gonzalez, le SAS s’offre un coup franc lointain. Colin s’y colle et dépose le ballon sur la tête de Cestor, au point de penalty. Le coup de boule décroisé du défenseur central spinalien troue les filets de Bonnefoi (0-1, 19e’ ).
Il faut attendre quinze minutes pour voir une (timide) réaction du RCSA. Après une faute côté gauche, Lienard tire un coup franc lointain. Salmier place sa tête, mais le ballon file à côté des buts de Robin (31e’ ).
Apathiques, les Bleus frôlent la correctionnelle juste avant la mi-temps. Mais Guibert reprend trop mollement un centre d’El Hriti. Logiquement, les Alsaciens rentrent aux vestiaires sous les sifflets…

Le deuxième but spinalien sert de réveil

Le onze bleu est le premier à se mettre en route en deuxième période. Mais c’est Épinal qui fait le break grâce à Lemb. Servi par El Hriti, il devance Bonnefoi pour inscrire le deuxième but spinalien de la tête.
Celui-ci a le mérite de réveiller les Strasbourgeois. Bahoken perd son duel avec Robin (53e’ ), mais les Bleus se montrent enfin entreprenants. Le Racing obtient un corner et Seka trouve la faille, d’un tir à ras de terre au deuxième poteau (1-2, 55e’ ).
« Après notre deuxième but, il aurait fallu tenir au moins dix minutes pour les faire douter, soulignait Xavier Collin, l’entraîneur spinalien. Mais ils ont réduit le score rapidement et à 1-2, le match a tourné. »
Juste. Car cinq minutes après la réduction du score, une faute sur Guillaume offre au Racing un coup franc aux 18m, presque dans l’axe, un rien sur la gauche. Lienard prend ses responsabilités et égalise d’une frappe enroulée du gauche au ras du poteau droit (2-2, 62e’ ).
La confiance a changé de camp. Blayac se procure deux occasions en une minute (66e’ ) et le Racing continue à pousser. Mais rien n’y fait et les deux équipes en sont quittes pour prolonger les débats.

Hicham Benkaïd décisif

En prolongation, c’est Benkaïd – entré en jeu à la place de Guillaume – qui se fait remarquer. Sa tête est captée par Robin (96e’ ), avant que Bahoken ne voie le même Robin s’interposer sur une frappe de près (98e’ ).
Mais Épinal n’a pas abdiqué. Bonnefoi est tout heureux de ne prendre” que’’ jaune, à la 100e’ , après avoir stoppé Gboho en dehors de la surface. Derrière, l’ancien Strasbourgeois Fred Marques s’illustre d’une frappe cadrée, mais le portier alsacien veille (102e’ ).
C’est finalement Benkaïd qui va rallumer la lumière. Le jeune ailier s’infiltre dans la surface et se fait tacler par Leonard. Stéphanie Frappart désigne le point de penalty et Blayac le transforme sans sourciller (108e’ , 3-2).
Le même Benkaïd va d’ailleurs finir en trombes, puisqu’il inscrit le dernier but des siens après un contre lancé par Blayac et une passe de Bahoken (4-2, 112e’ ).
« C’était compliqué, on a couru après le score, mais on a prouvé qu’on avait de la ressource et de la force de caractère », analysait Stéphane Bahoken. « C’est une victoire difficile, mais l’essentiel est là », exposait aussi Hicham Benkaïd, décisif pour sa première apparition à la Meinau.
Même si rien n’a été simple, le Racing sera au rendez-vous des 16es de finale. Et c’est finalement mérité…
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 2728
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 70
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 32ème de finale CDF : Strasbourg / Épinal

Message  67120 le Lun 9 Jan - 5:06

L’aventure continue
Le Racing a soufflé le chaud et le froid, samedi après-midi. Mais au terme d’un match au scénario renversant, les Alsaciens se sont qualifiés face à Épinal (4-2, a.p.). Ils affronteront un “petit”, le Poirée-sur-Vie (DH), en Vendée, en 16es de finale.
« On s’en sort bien ». Thierry Laurey était loin d’être euphorique, samedi, en début de soirée, après la victoire face à Epinal (4-2, a.p.), synonyme de qualification de ses troupes pour les 16es de finale de la Coupe de France.
Et on peut comprendre le coach strasbourgeois. Car samedi, dans une Meinau glaciale, le Racing a bien failli faire partie des “mauvaises surprises” de ces 32es de finale.

« On a prouvé qu’on avait du caractère »

Menés 0-2 par des Spinaliens qui valent bien mieux que leur position de relégable en National, les coéquipiers d’Ernest Seka sont passés tout près d’une grosse déconvenue.
Oui mais voilà, après une heure d’une bouillie indigeste, faite de passes ratées, d’inspirations douteuses et autres boulettes défensives, les hommes de Thierry Laurey ont changé de braquet.
La réduction du score signée Seka, sur corner, a insufflé un vent de révolte. Et passée l’heure de jeu, le Racing s’est montré souverain, dominateur, tout en ayant ce brin de réussite qui fait la différence.
« Il fallait presser haut, être agressif et c’est ce qu’on a fait en deuxième mi-temps, exposait Stéphane Bahoken. Et surtout, à 0-2, il fallait rester calme et continuer à mettre de l’impact, tout en allant de l’avant ». Ce que le Racing a su faire, sans paniquer…
Mais si l’attaquant alsacien analyse bien le réveil des siens, il a plus de mal à comprendre ces premières 45 minutes complètement ratées. « Peut-être qu’on n’était pas encore revenu de vacances ? », lance-t-il. « Je n’ai pas d’explication, souligne aussi Laurent Dos Santos. Mais c’est vrai qu’en première mi-temps on n’a pas été bon. Mais je retiens surtout qu’on a su réagir et prouver qu’on avait du caractère ».
Sûre que la réaction d’orgueil des Strasbourgeois a fait plaisir aux quelque 6 000 courageux qui avaient bravé le froid pour ce 32e de finale. Mais à l’avenir, le Racing ne pourra certainement pas se permettre de commencer à jouer à la… 56e minute.
« On entre pas trop mal dans le match, mais il a suffi d’une première action d’Épinal pour semer le doute, soulignait aussi Thierry Laurey. Après, on n’a pas été homogène et il est arrivé ce qui devait arriver : on a encaissé un but. Cette première mi-temps a été très décevante ».
Reste que malgré ces débuts contrariants, le Racing a fait le job en décrochant sa qualification. Avec un réel panache, qui plus est. Et rien de tel qu’un match un peu compliqué pour « se remettre dans le bain pour la semaine prochaine », comme le disait aussi Stéphane Bahoken.
Car avant de penser au déplacement au Poirée-sur-Vie, pensionnaire de DH – après avoir évolué en National – dans le cadre des 16es de finale, le Racing va retrouver la Ligue 2 avec un déplacement compliqué sur la pelouse d’Amiens. Et face aux coéquipiers de Régis Gurtner, mieux vaudrait ne pas avoir de retard à l’allumage…
Les 16es de finale se dérouleront lors du dernier week-end de janvier (31 jan/1er février). Comme le Poirée-sur-Vie évolue au 6e niveau français, le match a été inversé – le Racing ayant été tiré en premier – et se jouera en Vendée.
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 2728
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 70
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 32ème de finale CDF : Strasbourg / Épinal

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum