Cellule recrutement

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Cellule recrutement

Message  67120 le Jeu 29 Sep - 5:49

Bruno Paterno à la cellule recrutement
Entraîneur  de Raon-l’Étape la saison dernière – il a hissé le club vosgien en CFA –, Bruno Paterno, 52 ans, a rejoint la cellule recrutement du Racing. L’ancien entraîneur de Sarre-Union et Vauban sera en charge du groupe professionnel.
dna



Bruno Paterno rejoint la cellule recrutement du Racing

Agé de 52 ans, Bruno Paterno est un ancien de la maison : joueur au sein des équipes de jeunes, puis stagiaire, et enfin joueur professionnel entre 1986 et 1988, il a fait quelques apparitions au poste de latéral droit. 
Bruno Paterno a également été conseiller technique à la Ligue d’Alsace, de 1998 à 2005.
Ces dernières saisons, il a entraîné avec succès l’ASP Vauban, l’US Sarre-Union (2013 à 2015), avec qui il a notamment vécu une belle épopée en Coupe de France, puis Raon l’Etape, club qu’il a conduit jusqu’en CFA.
Il rejoint le Racing pour travailler aux côtés de Loïc Désiré, coordinateur de la cellule recrutement.
SO
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 3207
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 70
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: Cellule recrutement

Message  67120 le Jeu 29 Sep - 5:50

Désiré, d’ouest en est
À la tête de la cellule de recrutement, Loïc Désiré s’est intégré en douceur au panorama strasbourgeois. En un Racing qui retrouve le monde professionnel, l’ancien de Vannes est à la tête d’un chantier essentiel.
Il se fond le long de la main courante, souvent, l’un ou l’autre jour de la semaine pour assister aux entraînements de Thierry Laurey. Il a toutes les apparences du quidam, un observateur d’Ernest Seka et des autres, comme un autre. Et ça lui va bien.
Mais son œil a quelques capacités supplémentaires et sa responsabilité est engagée à chaque sortie des joueurs réunis sous le maillot bleu.

Une douzaine d’années au service de l’Ajax Amsterdam

Car Loïc Désiré est à la tête de la cellule de recrutement strasbourgeoise qui a eu du travail cet été, mais avant aussi. Il s’est définitivement installé en Alsace il y a quatre mois, tournant une longue page vannetaise, de plus de vingt ans.
« C’est la troisième saison que je travaille pour le Racing, précise-t-il. Le club de Vannes a subi un dépôt de bilan à l’été 2014. J’avais eu une ou deux possibilités pour rebondir qui ne se sont pas concrétisées. Et grâce à un ami, j’ai rencontré Marc Keller et Christophe Remp. »
Le voilà alors à pied d’œuvre pour préparer le retour dans le monde professionnel à travers le recrutement de joueurs. Une fois l’accession en Ligue 2 en poche, le Racing peut encore s’appuyer sur lui pour continuer à gravir les échelons. Car s’il a occupé moult postes, notamment au sein du staff technique en tant qu’adjoint ou directeur sportif, au Vannes Olympique Club, l’observation des joueurs et leur recrutement ont toujours fait partie de ses attentions.
« Pendant une douzaine d’années, j’ai été travailleur indépendant pour l’Ajax Amsterdam, en parallèle avec mes fonctions à Vannes, indique-t-il. Les missions étaient variables parce que je devais organiser un réseau qui n’existait pas. En plus, il y a des changements réguliers à la tête du club. Mais j’ai pu travailler avec des figures et j’ai été confronté à une méthodologie. »
Sollicité par Piet Keizer au départ, Loïc Désiré a des interlocuteurs comme Dany Blind, Ronald Koeman ou Louis van Gaal pendant la collaboration. Sur les conseils du Berrichon d’origine, Julien Escudé portera le maillot amselodamois pendant trois saisons et le départ de Yoann Gourcuff vers les Pays-Bas a été envisageable à la fin de sa formation rennaise.
Aujourd’hui, le quadragénaire ne se frotte plus nécessairement à la crème de la crème, mais sa mission n’en reste pas moins savoureuse. « Ce n’est pas une construction ou une reconstruction, souligne-t-il, parce qu’il y avait tout de même des bases en matière de recrutement. Il faut surtout relancer une cellule, la professionnaliser comme le Racing peut le faire dans d’autres domaines comme le commercial ou la billetterie. »

« On est en mission tous les week-ends »

L’organisation est désormais clairement établie. Ils sont quatre à se consacrer à un maillage du territoire français et même au-delà : lui pour l’Ouest et la région parisienne, Bruno Paterno pour le Nord et la Belgique, Laurent Oberlé pour le grand Est et René Charnet pour l’Auvergne et le Sud-Est. Il y a également Sébastien Roi, l’adjoint de Thierry Laurey qui peut ponctuellement intervenir sur la Suisse.
« On est en mission tous les week-ends, à tous les échelons parce qu’on doit par exemple avoir vu un jeune de dix-huit ou dix-neuf ans qui joue en CFA, explique Loïc Désiré. On ne s’interdit pas non plus de prospecter en Afrique, au Portugal. Il y a un premier travail sur la vidéo (via le logiciel wayscout) et on peut confirmer une impression en se rendant sur place. On doit également être présent sur les terrains d’Alsace, chez les jeunes notamment et en la matière, Pascal Droehnlé a également un rôle important. »
Alors que la concurrence de nombreux clubs fait rage, entre Metz, Nancy, Sochaux et quelques autres – « comme en Bretagne d’ailleurs et les deux régions se ressemblent » –, le Racing veut se forger une place qui compte dans la galaxie foot.
La mise en place se fait dans une forme de sérénité à entendre le responsable.
« Avec Thierry Laurey, cet été, les contacts se sont faits simplement, remarque celui qui assiste à cinq ou six matches par semaine. On travaille en parfaite harmonie : l’entraîneur a une longue expérience, il avait des joueurs en tête. Moi, j’essaye seulement d’apporter mon savoir-faire et ma petite touche. »
L’ancien joueur de Brest, qui se plaît à se consacrer à quelques virées dans la nature alsacienne pour se ressourcer, ne dérogera pas son style, tout en douceur, tout en subtilité. Vous l’avez peut-être déjà croisé sans le remarquer. Ça lui va bien.
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 3207
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 70
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: Cellule recrutement

Message  67120 le Lun 24 Juil - 18:05

Les plus gros transferts du club
Jonas Martin et son transfert entre 1,5 et 2 millions d'euros vont intégrer le top 5 des transferts les plus chers de l'histoire de Strasbourg. Zoom sur les recrues alsaciennes les plus chères avant lui.
 Jose Luis Chilavert, un gardien fantasque dans les buts

En 2000, Strasbourg recrute Jose Luis Chilavert pour 5.3 millions d'euros. Le Paraguayen arrive en provenance de Velez Sarsfield. En Alsace, son physique sera moqué, son arrivée pas toujours comprise. Le gardien réputé pour ses coups de pieds arrêtés ne fait pas l'unanimité dans un club qui connait des turbulences. Il gagnera tout de même la Coupe de France 2001 avant de partir pour Penarol après deux saisons dont une en Ligue 2.
Diego Garay, gros sous et faux passeport

Pour Claude Le Roy, Diego Garay était meilleur que Gallardo. Nous sommes alors en 1999, et le joueur de Talleres de Cordoba impressionne. Le petit meneur de jeu s'illustre et débarque à Strasbourg contre 3.5 millions d'euros. Mais l'adaptation ne sera pas une tâche facile. L'Argentin se contente d'éclair de génie. Avant de se faire contrôler avec un faux passeport italien. Suspendu trois mois par la LNF, le club impliqué dans un scandale, il retournera dans son pays natal dès 2000.
Mario Haas, un international autrichien en Alsace

Pendant l'intersaison 1999, Strasbourg débourse plus de 3 millions d'euros pour acheter Mario Haas à Sturm Graz. L'attaquant est un des meilleurs buteurs du championnat autrichien. Il fait également partie de la sélection nationale. Un profil séduisant que les dirigeants strasbourgeois recrute alors que la piste Ruud Van Nestelrooy était également à l'étude. Dès son troisième match avec le Racing, le joueur alors âgé de 24 ans marque. Le premier de ses ... trois buts en Alsace. En deux saisons, il ne s'imposera jamais quittant le club en n'ayant joué que 28 matches.
Danijel Ljuboja, l'espoir qui confirmera

En 2000, Strasbourg décide de casser sa tirelire pour attirer Danijel Ljuboja. Le Serbe arrive de Sochaux contre 2,7 millions d'euros. L'attaquant est alors un grand espoir. Un statut qu'il assumera en Alsace. Dès la première saison, le buteur gagne la Coupe de France avec son nouveau club. En quatre saisons, il deviendra incontournable, jouant plus de 130 matches avant de rejoindre Paris.
Pita, la déception

1988, Pita est une superstar à Sao Paulo. Strasbourg décide de l'acheter pour 1,8 million d'euros. Certains comparent le Brésilien à Pelé. Son expérience française sera un échec. Lors de la visite médicale, les médecins ne détectent pas une fracture de fatigue. Le joueur sera très souvent blessé. Le milieu offensif n'arrivera jamais à s'adapter au jeu européen. L'international brésilien quitte l'Alsace dès 1990 restant comme l'un des plus grands ratés du club.
equipe
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 3207
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 70
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: Cellule recrutement

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum