[16/17] 1ère Journée: Bourg-en-Bresse / Strasbourg

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[16/17] 1ère Journée: Bourg-en-Bresse / Strasbourg

Message  67120 le Jeu 28 Juil - 5:36

- 29/07 à 20h
Ligue 2 (1re journée)
 : avant Bourg-en-Bresse – Racing, demain (20h)
Damour aussi a rebondi

L’un des plus prometteurs produits de la formation strasbourgeoise pré-2011 a trouvé la sérénité à Bourg-en-Bresse, après des chemins de traverse où il a failli se perdre.
C’était une autre époque. Avant, le Racing fournissait régulièrement des joueurs pour les équipes de France jeunes. Son centre de formation appartenait au Top 10 hexagonal et son entraîneur pouvait faire la fine bouche devant le profil de l’une ou l’autre de ses pépites. Oui, mais c’était avant. En 2011 et un peu avant, tout s’est effondré. Mais Loïc Damour est l’une des preuves qu’il y a eu du foot avant la catastrophe.

« J’aurais préféré que ce premier match de la saison se passe à la Meinau »

Aujourd’hui, il est un joueur de 25 ans épanoui. Il ne fait pas toutes les semaines la une des journaux et n’affole pas les compteurs du marché estival comme un autre ex-Strasbourgeois de l’autre côté des Pyrénées.
Mais, après avoir fréquenté l’équipe de France dans quasiment toutes les catégories d’âge, le centre national de Clairefontaine, connu ses premiers matches pros à 17 ans sous le maillot bleu du Racing, le milieu de terrain n’est pas mécontent de participer à l’envol de Bourg-en-Bresse pour une deuxième saison en Ligue 2.
« J’ai connu un accident de parcours (il s’est notamment perdu deux années dans le championnat belge) , maintenant, je pense à prendre du plaisir sur le terrain, à chaque match, à chaque entraînement, avec ma petite fille et ma femme en tête », souligne-t-il.
Son impatience a pu lui jouer des tours. Pour un joueur volontiers présenté comme doué techniquement, prometteur au possible, rien n’allait assez vite. Loïc Damour proclamait allègrement ses envies de jouer avec les meilleurs Strasbourgeois, alors qu’il était loin de sa majorité.
Il aura eu sa chance en Alsace, la saison précédant le dépôt de bilan. « J’ai été contraint de partir, ce n’était pas mon choix alors qu’on avait terminé quatrième et qu’on avait raté la montée (en National) dans des conditions particulières (le Racing avait été dépassé par Guingamp lors de la dernière journée, alors qu’il était exempt, ndlr) , souligne-t-il. Je suis resté le premier supporter de ce club. Je suis d’ailleurs passé en fin de saison, invité par des supporters. Je suis hyper content de voir que le Racing s’est reconstruit et j’ai juste un petit regret par rapport au calendrier : j’aurais préféré que ce premier match de la saison se passe à la Meinau. »
Il y a vécu ses premiers pas de footballeur pro et il y aura une part d’émotion chez lui d’affronter une équipe qui a failli disparaître définitivement à ce niveau. Loïc Damour n’entend néanmoins pas faciliter la tâche de la bande à Thierry Laurey, demain, au stade Marcel-Vachère. Dans l’Ain, il peut aussi avoir la sensation d’écrire une page d’histoire, dans un club qui n’avait jamais connu le professionnalisme avant 2015.
Il participe à une belle aventure depuis un an et il n’a pas l’intention qu’elle prenne une mauvaise tournure. « J’étais arrivé sur la pointe des pieds (en provenance du National et de Fréjus/Saint-Raphaël) , il me fallait tout prouver, mais il fallait aussi que l’équipe prouve, rappelle-t-il. Pour certains, on allait être la risée du championnat. On a fait taire les critiques, même si ce n’était pas le but. »

Bourg-en-Bresse entend s’installer dans le monde pro

Bourg-en-Bresse s’est construit une saison en pente douce, s’est offert une belle campagne en Coupe de la Ligue conclue sur un échec, d’un rien, face à l’Olympique de Marseille (2-3, en 8e de finale) et semble avoir bien négocié l’intersaison, entre recrutement alléchant – Hoggas (Evian/Thonon), Del Castillo (Lyon), Chéré (Colmar), Ponroy (Orléans)… – et campagne de préparation solide.
« On a fait deux stages pendant cet été, on se sent bien et on est invaincu lors des matches amicaux (4 victoires, 1 nul) , indique Loïc Damour. Le club a appris de sa première saison en Ligue 2 et on espère que cela marchera comme la saison dernière, quand on avait la sensation d’être en mesure de marquer à chaque match. »
Le Racing a pour mission de contrarier les belles impressions d’un de ses enfants.
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 3332
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 70
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: [16/17] 1ère Journée: Bourg-en-Bresse / Strasbourg

Message  67120 le Sam 30 Juil - 11:52

1ere Journée 2016/2017

Vendredi 29 juillet 2016
 Bourg-en-Bresse 0 - 0 Strasbourg
Gazélec Ajaccio0 - 0Brest
Nîmes0 - 0Laval
Niort0 - 0Lens
Orléans0 - 1Le Havre
Tours0 - 0Ajaccio
Troyes1 - 3Sochaux
Valenciennes2 - 0Clermont
Samedi le 30/07/2016
Red Star  0 - 0  Auxerre
 
 EquipePtsJGNPBPBCDiff
 1 Sochaux31100312
 2 Valenciennes31100202
 3 Le Havre31100101
 4 Ajaccio11010000
 5 Auxerre11010000
 6 Bourg-en-Bresse11010000
 7 Brest11010000
 8 Gazélec Ajaccio11010000
 9 Laval11010000
 10 Lens11010000
 11 Niort11010000
 12 Nîmes11010000
 13 Red Star11010000
 14 Strasbourg11010000
 15 Tours11010000
 16 Amiens SC00000000
 17 Reims00000000
 18 Orléans0100101-1
 19 Troyes0100113-2
 20 Clermont0100102-2


Dernière édition par 67120 le Sam 30 Juil - 17:50, édité 1 fois
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 3332
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 70
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: [16/17] 1ère Journée: Bourg-en-Bresse / Strasbourg

Message  67120 le Sam 30 Juil - 11:56

le Racing obtient le nul à Bourg-en-Bresse (0-0) Reparti du bon pied
Les Strasbourgeois ont dû se contenter du nul à Bourg-en-Bresse, pour leurs grandes retrouvailles avec la Ligue 2. Dominateurs en première période, un peu moins en seconde, ils ont présenté un visage plutôt rassurant pour leur grand saut dans l’inconnu.
Le Racing a commencé sa saison en Ligue 2 sur de bien meilleures bases que la précédente. Il y a six ans, à Châteauroux, le club strasbourgeois aurait bien récolté un point pour échapper au National et au grand plongeon.

Boutaïb trouve la transversale

Hier, les Bleus ont réussi à ne pas perdre, plutôt aisément. Et ce n’est même pas loin d’inspirer des regrets. Ce n’est pas que le 0-0 récolté hier, dans l’Ain, éclaire complètement leur horizon et le brouillard qui entoure nécessairement un promu.
Mais le Racing a affiché quelques valeurs, qui ont fait sa force lors des cinq dernières saisons, notamment une solide défense.
Il y a eu une pointe d’appréhension, un soupçon de stress, ce qui a donné lieu à quelques brins d’imprécision dans les toutes premières minutes. Six ans dans les tréfonds du foot fédéral, cela peut susciter la crainte à l’heure de se produire sur un théâtre de pros. Sur le plan du placement et en raison de deux-trois imperfections techniques, le tout début de match a laissé fleurer un petit vent de National. Mais il a très vite disparu dans la touffeur bressane.
Car une fois l’émotion du retour en scène passée, la production strasbourgeoise s’est montrée plutôt convaincante. Bourg-en-Bresse a eu tort de ne pas profiter de l’éblouissement initial naturel. La bande à Thierry Laurey a développé ses offensives, s’est montrée habile pour alterner jeu court, jeu long, et a bénéficié de trois grosses occasions de trouver un successeur à Magaye Gueye, le dernier buteur alsacien de la Ligue 2 lors du funeste échec dans le Berry (2-1). Il s’en est fallu de quelques centimètres pour Boutaïb (9e ) et Guillaume (40e ), d’un soupçon de puissance pour Nogueira (26e ).

« Une pointe de regrets »

Encouragés par des supporters qui faisaient cinquante fois plus de bruit que les spectateurs locaux qui étaient quarante fois plus nombreux, les Strasbourgeois ont pu regagner les vestiaires avec de la frustration.
Ils avaient néanmoins la conviction d’être dans la bonne direction avec une défense jamais mise en danger et un Gragnic qui a donné le “la” par des éclairs inspirés.
« On repart avec une pointe de regrets parce qu’on n’a pas marqué, souligne le meneur de jeu du Racing. Il y a eu de l’engagement de tout le monde, on n’a pas concédé une seule occasion. »
C’est vrai, même après la pause, quand il a haussé son niveau, dans la débauche d’énergie tout du moins, Bourg-en-Bresse n’a guère existé devant. Loin de baisser la tête au retour des vestiaires, les Strasbourgeois ont repris avec envie et leur organisation impeccable.
Ils ont pu jouer à leur rythme, guetter la faille dans les déséquilibres d’en face. Il n’y en a plus eu. « On est resté costaud, bien en place et c’est un bon 0-0 », considère Baptiste Guillaume, paradoxalement beaucoup plus convaincant quand son équipe allait moins bien.
« Malgré le score, cela n’a pas été un match désagréable, tout le monde a donné le maximum, des deux côtés, indique Thierry Laurey. On ne saura qu’au bout de neuf ou dix matches si cela aura été un bon résultat. Ça devrait venir. » Son équipe a eu le mérite de ne pas s’exposer. Bourg a mis un surplus d’énergie dans ses initiatives en général brouillonnes, le Racing a su garder son sang-froid.
Les occasions se sont faites aussi rares que les Esquimaux dans le Sahara, mais le rythme était donné par les Strasbourgeois qui révélaient seulement quelques faiblesses, sur coups de pied arrêtés. Coups francs et corners n’ont rien donné. Le prochain chantier est tout trouvé. En attendant, Ernest Seka et ses copains ne sont pas rentrés à vide de leur périple dans l’Ain. Et au vu de ce qu’ils ont montré hier, il devrait y avoir d’autres déplacements aussi satisfaisants.
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 3332
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 70
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: [16/17] 1ère Journée: Bourg-en-Bresse / Strasbourg

Message  67120 le Dim 31 Juil - 5:06

Un point et ce n’est pas tout
Sans atteindre d’ébouriffants sommets, le match du Racing à Bourg-en-Bresse valait sans doute mieux qu’un nul sans but. Il a le mérite d’identifier, au sein de l’équipe strasbourgeoise, les forces assez constantes et des marges de progression évidentes.
Le championnat n’est plus le même, l’entraîneur a changé, de nouveaux joueurs sont arrivés et pourtant… le Racing du mois de juillet a de vraies ressemblances avec celui du mois de mai.
Tout du moins sans y regarder de près. Vendredi, à Bourg-en-Bresse, Ernest Seka et ses coéquipiers n’ont jamais tremblé et auraient pu (dû ?) l’emporter. Le promu de Ligue 2 a brillé sur le même mode que le champion du National, s’appuyant sur une défense de fer qui a généreusement concédé… trois tirs cadrés qu’Oukidja a pu arrêter en fumant la pipe.

« Des ajustements à faire »

De l’autre côté du terrain, néanmoins, le panorama a changé. L’idée défendue par Thierry Laurey tourne autour de ce milieu en losange et l’attention est portée à une construction soignée du jeu. Cela n’a pas été d’une folle efficacité pour la première de la saison, mais s’est révélé plutôt séduisant. « On a su mettre en place ce qu’on voulait, a apprécié Thierry Laurey. Les attaquants notamment ont pesé. On a toujours envie de mieux faire. Mais c’était un peu un match pour terminer la préparation. »
Il n’est jamais question d’atteindre sa plénitude lors du premier rendez-vous de la saison mais le chantier s’avère prometteur. Le Racing a mis la main sur une bonne moitié de match, son adversaire a été au mieux poussif pour le restant. « On ne peut s’en prendre qu’à nous-mêmes de n’avoir pas marqué, poursuit l’entraîneur. Il faut réussir à marquer ce petit but qui peut servir de déclic. On va y travailler. »
Le réalisme n’a conc pas été la qualité première des Bleus en Bresse. Sans nécessairement sortir le parapluie, les Strasbourgeois ont évoqué quelques circonstances atténuantes plutôt légitimes. « Tout n’a pas été parfait, c’est sûr, constate Vincent Gragnic, le 10 qui donne le ton et l’inspiration. Sur le terrain, au milieu, j’ai trouvé qu’on était un peu trop écarté. On a eu des occasions mais il y a encore des ajustements à faire. »
Sur le plan physique, le Racing a aussi un peu plus tiré la langue après la pause, en quête d’un second souffle, ce qui l’a amené à plus se concentrer sur son travail défensif, délaissant un peu plus les mouvements vers l’avant. Le 4-4-2 qui a bien mieux fonctionné côté alsacien que burgien est exigeant, avec une grosse activité demandée aux attaquants et aux latéraux, notamment.
« Il ne faut pas oublier d’où on vient, rappelle Thierry Laurey. Cela a été la même chose pour les deux équipes, mais il a fait très chaud. Avec une semaine de préparation en moins que les autres (ndlr : le championnat National s’est achevé deux semaines après celui de Ligue 2 et la préparation strasbourgeoise s’est concentrée sur cinq semaines au lieu de six généralement dans le monde pro), on a souffert. On arrive du dessous. Il faut que l’on trouve le rythme et l’expérience. »
Baptiste Guillaume, le jeune Belge de l’attaque, en a peut-être manqué d’un brin, dans son face-à-face avec Fabri à la fin de la première période. Le joueur prêté par Lille n’était pas parti pour réaliser le match de sa vie, assez quelconque pendant tout le premier acte. Il a relevé la tête après la pause et a pu ressortir du stade Verchère la tête haute. « Les regrets, on peut en avoir à chaque match, souligne-t-il. La prochaine fois, peut-être face à Amiens la semaine prochaine, je la mettrai au fond. On va continuer à travailler pour faire fructifier nos occasions et, au final, c’est mieux de repartir de Bourg avec un point que rien du tout. »
Cela aurait été encore mieux avec les trois mais l’excès de gourmandise est, paraît-il, un défaut. « On a bien appréhendé ce match, a préféré conclure le coach Laurey. On a fait les efforts, on a eu un bon état d’esprit. Il y a eu plein de bonne volonté, plein d’envie. J’espère qu’on pourra aussi dire bientôt qu’il y a plein de talent. » Effectivement, en pareil cas, le Racing ne sera pas loin du compte.
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 3332
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 70
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: [16/17] 1ère Journée: Bourg-en-Bresse / Strasbourg

Message  67120 le Lun 1 Aoû - 10:25

Plus ou moins chaud
Entre un environnement estival et des tribunes au comportement feutré, le Racing a vécu sa première en Ligue 2, six ans après, dans une atmosphère assez paradoxale.
V ERCHÈRE. – Drôle d’ambiance pour un retour vécu en fanfare. Avec sa montée en Ligue 2, Bourg-en-Bresse a déménagé. Ce n’est plus le stade municipal de Péronnas qui accueille la bande à Hervé Della Maggiore mais Marcel-Verchère où elle cohabite avec le rugby.
Ce n’est pas toutefois pas dans une enceinte quatre étoiles que le Racing a évolué. Seules trois tribunes entourent la pelouse absolument splendide. Le club avait prévu des structures gonflables pour ceux qui auraient eu tendance à s’ennuyer devant le spectacle.

« Mir sin weder do »

❏ SUPPORTERS. – Au passage, les supporters strasbourgeois méritent une médaille pour avoir évité que l’ambiance ne s’apparente à celle d’un enterrement. Le public burgien est plutôt glaçant, guère réactif aux injonctions du speaker et aux efforts de quelques « pompom girls » tentant d’orchestrer quelques clappings qui n’ont pas vraiment été des triomphes.
Les plus de 200 Strasbourgeois ont donné de la voix et affiché une banderole de circonstance « Mir sin weder do ». Le Racing est bel et bien de retour et a ramené le point du nul de son voyage dans l’Ain. Le précédent passage dans les environs, un douloureux 3-0, est effacé.
Et les suiveurs du Racing se sont mis en valeur par leur ferveur. D’ailleurs, le coach strasbourgeois n’a pas manqué de leur rendre un petit hommage après le coup de sifflet final. « Je découvre ce public, a-t-il souligné en réponse à une question sur le sujet. Je suis venu au Racing pour ça aussi. »
L’entraîneur en chef ne tait pas la responsabilité liée à l’engouement : « Cela donne une obligation de performance. On veut être à la hauteur de leurs espoirs ».
Le meneur de jeu, Vincent Gragnic, était au diapason, plutôt épaté d’avoir vu autant de Strasbourgeois se déplacer. « Ça fait plaisir d’être encouragé comme ça, garantit l’ancien Auxerrois. J’espère qu’ils vont nous soutenir ainsi tout au long de la saison. On ne peut que les féliciter pour tous leurs efforts. »
❏ SÉNÉGAL. – Le lendemain matin du périple à Bourg, les Strasbourgeois se sont consacrés à leur traditionnel décrassage. Mais ils ont vite laissé la place aux jeunes du centre, aux remplaçants de la veille, aux joueurs de la CFA2 qui ont affronté les Messins du Sénégal ou plus précisément une délégation d’une trentaine de pensionnaires de Génération Foot, l’académie basée près de Dakar qui est l’un des poumons de la formation grenat.
On rappellera par exemple que Mayoro Ndoye ou Abdallah Ndour, aujourd’hui sous le maillot bleu, ont débarqué en Europe par ce biais.

Guillaume, plus chaud quand il fait moins chaud

Samedi, une opposition de 4x30 minutes a donc été organisée avec des équipes strasbourgeoises coachées par François Keller, à la tête du centre de formation du Racing. Les Strasbourgeois ont eu bien du mal à tenir la cadence face à des Sénégalais, âgés de 16 à 21 ans, particulièrement volontaires.
❏ LIENARD ? – Il n’y a pas eu de casse à l’occasion du premier match de Ligue 2 dans le groupe de Thierry Laurey. Du côté de l’infirmerie, la bonne nouvelle pourrait concerner Dimitri Lienard. Blessé depuis le nul décroché à Belfort qui officialisait la montée du Racing, le 27 mai, le gaucher a fini de soigner sa déchirure à la cuisse.
❏ CHALEUR. – Cela a été un des paramètres de la rencontre disputée dans l’Ain. Il a fait chaud, voire très chaud, notamment en première mi-temps ce qui a conduit l’arbitre de la rencontre à organiser une mini-pause après un peu plus de 20 minutes, l’occasion pour les joueurs de se réhydrater dans le four burgien.
Sur le sujet, un joueur du Racing a présenté deux visages assez tranchés, selon les évolutions du thermomètre. S’il a bénéficié d’une grosse occasion juste avant la pause, Baptiste Guillaume n’a pas séduit dans un premier temps et c’est un euphémisme. Il en a été tout autre au retour des vestiaires. L’international espoir belge prêté par Lille a été mordant dans le pressing, plus rapide dans ses courses, bref, spectaculairement plus actif. Et l’intéressé n’a pas manqué de lucidité à l’heure de juger sa partie.
« Il a fait plus frais en deuxième période et ça me va, j’ai pu répéter les efforts et ça change tout, a expliqué le grand blond. C’est vrai que j’ai été nettement mieux en deuxième période par rapport à la première. » En fait, l’attaquant a été l’image totalement inverse de son équipe.
❏ PAS DE CARTON. – « Je constate que l’on a bien défendu et plutôt proprement puisque l’on n’a pas récolté de carton ». M. Lissorgue, l’arbitre de Bourg – Racing, est resté sobre dans un match très correct, vaguement touché d’une montée de température un peu avant la pause, mais sans aucune conséquence. Il n’y aura aucune trace disciplinaire pour les Strasbourgeois après cette rencontre.
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 3332
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 70
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: [16/17] 1ère Journée: Bourg-en-Bresse / Strasbourg

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum