Le Racing en L2

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le Racing en L2

Message  67120 le Dim 29 Mai - 5:22

Après l’officialisation de la montée du Racing en Ligue 2 Une nouvelle aventure
Assuré désormais d’évoluer en Ligue 2 la saison prochaine, le Racing doit réussir sa préparation d’un retour chez les pros forcément délicat. Avec quel entraîneur ? Avec quels joueurs ? Si le ciel est bleu, l’avenir s’annonce bien rempli.

Les joueurs strasbourgeois se sont offert un nouveau bain de foule, sur la place Broglie, où des centaines de supporters entendaient les féliciter. En famille, Felipe Saad (à gauche), Massire Kante et tous les footballeurs alsaciens ont encore pu prendre conscience de l’importance du Racing par ici.
Ça y est, ils y sont et ils ont décroché, même sans briller, le petit point qui manquait. Depuis un mois, le Racing est moins efficace et il ressemblait un peu à ces tennismen faisant la course en tête Porte d’Auteuil ou ailleurs, qui éprouvent les pires difficultés à concrétiser la balle de match. On appelle ça la peur de gagner, paraît-il. Ernest Seka et ses copains ont innové en vivant à fond le bonheur de faire match nul, à Belfort, avant-hier. Ils ont accompli leur destin, ils ont réussi leur mission, ils ont plongé les 3000 supporters présents au stade Roger-Serzian dans un océan de bonheur, tout en tirant la langue. « Je suis cuit, ça fait trois mois que je me traîne, j’ai mal partout, mais c’est pour la bonne cause », a soufflé Jérémy Blayac dans les couloirs du stade belfortain.

« L’avenir n’est écrit nulle part »

La nuit un peu courte passée dans la foulée de la montée n’a sans doute pas contribué à régénérer les organismes mais on n’en voudra évidemment à personne. Hier, à l’Hôtel de Ville, joueurs, staff, dirigeants et élus étaient tous à leur bonheur de donner un cadre officiel et cérémoniel à la réussite de cette saison. « Ce n’était pas un grand match à Belfort mais un match important, a souligné le maire Roland Ries. C’est un rêve vieux de six ans qui se réalise, une période pendant laquelle il y a eu des souffrances. Le plus dur est fait, mais je le dis avec précaution. L’avenir n’est écrit nulle part. »
Il reste effectivement à envisager la suite et les enjeux sont d’importance. L’idée est, évidemment, pour le promu, de ne pas reprendre l’ascenseur dans le sens inverse, un an après, comme le Paris FC, en ce printemps.
Le club parisien a parfois croulé sous la quantité de contrats pro, avec des joueurs amenés à plus se tourner les pouces qu’à mouiller un maillot. Dans le cas strasbourgeois, le risque est tout relatif.
Les joueurs qui peuvent, s’ils le désirent, rempiler avec le Racing, ne sont pas légion et leur entraîneur aurait bien du mal à constituer une équipe. En fait, ils sont 14, Schmittheissler, Marester, Saad, Salmier, Ndour, Seka, Solvet, Kante, Ndoye, Belahmeur, Sacko, Weissbeck, Pouye, Blayac, Douniama. Des contacts ont été noués avec quelques recrues potentielles, comme Baptiste Guillaume, l’attaquant belge de 20 ans, sous contrat avec Lille où il est en manque de temps de jeu (10 matches cette saison) et qui pourrait le prêter.
Mais le marché d’été dépendra d’abord de l’identité de l’entraîneur. Il ne semble guère envisageable de voir un joueur signer sans connaître le nom de celui qui le fera trimer pendant des mois. En la matière, le suspense demeure ( lire ci-dessous ).
Dans tous les cas, Jacky Duguépéroux, l’artisan majeur d’une remontée depuis son banc, a eu droit à un hommage appuyé et mérité lors de la cérémonie organisée au cœur de la ville. L’homme au palmarès strasbourgeois long comme un bras a glissé un petit mot à la foule de plus de 1500 supporters réunie sur la place Broglie. « Je ne suis pas surpris de voir autant de monde, a indiqué le coach au micro. C’était un objectif difficile que de monter, car Strasbourg est un nom dans le foot et on avait en face de nous des adversaires qui jouaient en fonction. On n’a pas toujours été brillant mais on a été efficace. »
Le Racing a été porté par son public pendant son entreprise et ressemble à un club pacifié après avoir ressemblé à un grand cirque. « Il y a une ferveur unique en France, a rappelé le président de l’Eurométropole, Robert Herrmann. On n’entend plus parler des affaires administratives mais du sport et de la compétition. Les joueurs sont sur le devant de la scène. »
Comme d’autres avant eux, quelques-uns s’effaceront en cette intersaison qui s’ouvrira bientôt, mais les artisans des retrouvailles avec le professionnalisme ont pu se prendre une nouvelle gorgée de ferveur. Les fumigènes ont comme matérialisé une flamme qui, décidément, semble éternelle. Ils ont indiqué un chemin, celui qui doit mener au sommet.

Dans un an, deux relégués et un barragiste

« Après, l’objectif sera la Ligue 1 et même l’Europe », s’est enflammé Roland Ries. En tant que promu, il s’agira d’abord de se maintenir et, pour y arriver, de s’armer en conséquence. Sur le sujet, il y a du boulot et, avant même que son championnat ne soit achevé – on rappellera qu’il y a une nouvelle occasion de faire une jolie fête, vendredi, face à Dunkerque, à la Meinau –, ses responsables sont assurés de ne pas chômer dans les jours à venir. Mais pour envisager une pérennité chez les pros, un demi-joker a été offert aux pensionnaires de la Ligue 2, la saison prochaine.
Plutôt que trois descentes dans un championnat à 20 clubs, il y aura deux relégués et un barragiste dans un an. Ce n’est pas la lune mais c’est déjà ça. Peu après 19h, l’orage menaçant a éclaté sur la place Broglie. Le ciel a peut-être décidé de déverser quelques larmes sur le Racing et ses suiveurs. Elles étaient assurément de joie.
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 2951
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 70
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Racing en L2

Message  67120 le Dim 29 Mai - 5:26

Trois questions à Marc Keller, président du Racing « D’abord rencontrer l’entraîneur »
Le président du Racing n’a pas masqué sa satisfaction d’avoir contribué à ramener le Racing en Ligue 2, quatre ans après avoir repris le club, avec le soutien des collectivités, des partenaires et de tout un club qui a rempli l’objectif fixé en début de saison. Il va s’attacher à préparer au pas de charge la saison prochaine.
– Après avoir fêté cette montée, enfin, en Ligue 2, avez-vous basculé sur la préparation de la saison prochaine ?
– On va le faire dès le début de la semaine. Romain Giraud ( le secrétaire général ) ou moi allons rencontrer tous les joueurs qui étaient avec nous cette saison. On a encore 14 joueurs sous contrat. Mais il y a un dossier important à régler avant. En début de semaine, avec Pierre Schmidt, nous rencontrerons Jacky Duguépéroux. Les premières discussions à mener doivent se faire avec l’entraîneur. Nous avions procédé de la sorte la saison passée. Nous ferons de la même manière.
– Concernant le recrutement, avez-vous des arrivées ou des départs sur le point d’être finalisé ?
– Aucun. Nous avions fixé un principe, avec le refus d’entériner quoi que ce soit avant que la montée ne soit acquise. On a peut-être perdu deux semaines sur certains joueurs en n’ayant pas réussi à monter face à Amiens. Mais nous avons une organisation en termes de recrutements avec une coordination qui sera assurée par Loïc Déziré (ancien directeur sportif de Vannes).
– N’êtes-vous pas dans l’urgence avec une reprise de l’entraînement programmée le 27 juin ?
– Même s’il n’y a rien de finalisé, les choses se mettent en place. Il y a un boulot important à faire avec des joueurs à faire venir. Mais je le répète, à mes yeux, la question prioritaire est celle de l’entraîneur.
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 2951
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 70
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Racing en L2

Message  67120 le Dim 29 Mai - 5:35

Après la montée du club strasbourgeois en Ligue 2 Cinq ans de galère
Lors des cinq dernières saisons, le Racing a connu des hauts et des bas, le meilleur comme le pire. Retour sur quelques matches clés qui ont changé le destin du club alsacien…
S AISON 2011/2012, CFA2
Racing – ASIM, le 3 septembre 2011 (4-1)
Il y avait déjà l’étrange sensation que tout n’était pas mort lorsque les Strasbourgeois sont allés à Forbach donner la leçon aux Mosellans, une semaine avant.
Mais les deux à trois cents fans du Racing qui avaient effectué le déplacement n’étaient-ils pas les derniers irréductibles ?
La première sortie à domicile, après la liquidation judiciaire, a prouvé le contraire. En ce samedi estival, la bande à François Keller accueille un habitué du CFA2, l’ASIM et ses briscards du foot alsacien (Kittler, Saghir, Rambo, Milazzo).
Près de 10 000 spectateurs ont pris place dans les tribunes ensoleillées. Le Racing les ravit, gagne. Oui, il respire encore en cet été 2011, moins de deux mois après son “enterrement”.
Steinseltz – Racing,
le 17 mars 2012 (0-5)
Voilà une affiche qui sent bon… la Coupe de France. Mais en cette saison 2011/2012, où le foot alsacien est sens dessus dessous, ce match est bel et bien une rencontre comptant pour la 20e journée de CFA2.
Sur le terrain, le suspense est de courte durée, le Racing s’imposant sur un score fleuve. Mais la fête, côté Steinseltz, sera à la hauteur de l’événement : les joueurs du nord de l’Alsace, Hervé Juncker en tête, sont tous des vrais fans du Racing.
Racing – Chaumont,
le 12 mai 2012 (2-0)
Devant 6 000 spectateurs, le Racing valide sa montée en CFA, grâce à des buts signés Thomas Martin et David Ledy. Une montée attendue, le Racing ne s’étant incliné qu’à deux reprises et ayant engrangé 21 victoires (en 30 rencontres) lors de cette saison de CFA2 plutôt tranquille, où David Ledy a inscrit 20 buts.
❏ SAISON 2012/2013, CFA
Racing – FC Mulhouse, le 6 avril 2013 (0-0)
20 044 : tel est le nombre de spectateurs qui ont pris place dans les tribunes de la Meinau pour le derby alsacien entre le Racing et son meilleur ennemi, le FC Mulhouse. Soit un record d’affluence (qui tient toujours) pour une rencontre de 4e division française.

Colomiers, l’affiche à oublier

Entre deux équipes qui jouent le haut de tableau, la rencontre est âpre et tendue, surtout que le Racing est réduit à dix dès la fin de la première mi-temps, après l’expulsion de Jacques Mohma.
Mais c’est surtout l’incroyable ambiance dans les tribunes et les tifos des supporteurs des deux équipes qui restent en mémoire…
Raon-l’Étape – Racing, le 21 juin 2013 (2-3)
Repoussée à deux reprises pour raisons de sécurité, finalement délocalisée à Epinal, cette rencontre pleine de tension a tourné en faveur des Alsaciens.
Jamais en tête de leur poule de CFA, les hommes de François Keller décrochent in extremis l’accession en National, au nez et à la barbe des Vosgiens, grâce à cette ultime victoire.
Mais les coéquipiers d’Hassidou, Ledy ou Donzelot, après avoir mené 3-0, se sont fait très peur en fin de match. La fête avec les milliers d’Alsaciens présents – 3 000 environ, sur les 4 000 spectateurs comptabilisés dans les tribunes de la Colombière – n’en sera que plus belle…
❏ SAISON 2013/2014, NATIONAL
Racing – Amiens,
le 28 mars 2014 (0-1)
Pressenti depuis quelques semaines, le départ de François Keller est acté après cette défaite à la Meinau face à Amiens. Un but de… Oumar Pouye a suffi pour que les Amiénois remportent la mise face à une équipe à la dérive.
Touché mentalement, celui qui a sauvé les meubles lors du dépôt de bilan, puis fait remonter le Racing jusqu’en National, préfère se retirer et laisse sa place à Jacky Duguépéroux.
Colomiers – Racing,
le 16 mai 2014 (2-1)
Dans une région synonyme de rugby, le Racing prend un dernier placage, celui de trop. Cette 15e défaite de la saison est synonyme de relégation en CFA, un an seulement après avoir fêté une montée presque inespérée en National.
Mais ironie de l’histoire, c’est aussi de cette région toulousaine que viendra le salut alsacien, quelques semaines plus tard. Le Racing est en effet repêché en juillet, après le rocambolesque épisode concernant Luzenac, interdit de monter en L2 et coulé par le fond par la Ligue pro et la 3F.
❏ SAISON 2014/2015, NATIONAL
Racing – Colomiers,
le 22 mai 2015 (2-0)
Auteur d’une incroyable remontée au classement à partir du mois de janvier, le Racing fond sur le trio de tête de National (Paris FC, Red Star, Bourg-Péronnas). Mais le retard est trop conséquent et sept victoires consécutives (!) ne suffiront pas aux Bleus pour accrocher une place sur le podium.
Malgré un dernier succès devant plus de 26 000 spectateurs – grâce à un doublé de Blayac, homme fort de cette fin de saison – le Racing échoue à un point de Bourg-Péronnas et voit la L2 lui filer sous le nez.
❏ SAISON 2015/2016, NATIONAL
Racing – Belfort, le 8 janvier 2016 (2-0)
Après trois revers d’affilée en décembre, le Racing inquiète ses supporteurs. Mais il va répondre de la meilleure des manières le 8 janvier, pour la reprise du championnat, à la Meinau.
En battant le leader Belfort grâce à des buts de Blayac et Bouanga, il renoue avec la victoire et s’installe, pour la première fois de la saison, en tête du National. On connaît la suite. Le match retour, disputé avant-hier, est à l’avenant. C’est après un nul dans le Territoire que le RCS retrouve la L2. Youpi.
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 2951
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 70
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Racing en L2

Message  67120 le Lun 30 Mai - 5:35

Racing - Après la montée des Strasbourgeois en Ligue 2
Acteurs de la renaissance

Joueurs, dirigeants ou entraîneurs, ils ont chacun apporté leur pierre pour reconstruire une maison Racing en bien piètre état à l’été 2011. Zoom (subjectif) sur huit acteurs qui ont marqué de leur empreinte les cinq saisons passées.
F RANÇOIS ET MARC KELLER
Il est impossible de parler des cinq dernières saisons du Racing sans évoquer le rôle des Keller.
François, le cadet (42 ans) a tenu les rênes de l’équipe “une” de juin 2011 à mars 2014.
Marc, le grand frère et président (48 ans), a œuvré en coulisses pour que le Racing ne disparaisse pas, après le funeste épisode de la présidence Sitterlé (2011/2012).
Sur le terrain, François Keller a eu le mérite de relancer sportivement une équipe aux abois, quand, durant l’été 2011, personne ne savait vraiment si le Racing allait survivre.
Grâce à un alliage de jeunes du club (Kehi, Ursch, Benchenane…) et de briscards sur le retour (Golliard, Guignery…), celui qui coachait jusqu’alors l’équipe réserve a réussi à remonter en CFA.
« Le “prési” a réussi son pari : retrouver le monde professionnel »

Et il enchaînera l’année suivante, avec une montée en National. Cette première saison en National (2013/2014) sera en revanche synonyme d’échec pour le cadet des Keller, qui préfère se retirer, après une défaite en mars 2014, alors que le Racing est relégable.
Reste que le bilan de celui qui est, depuis son éviction, retourné au centre de formation (en tant que directeur), est plus que positif.

Idem pour son frère Marc, qui s’est attelé à réunir des investisseurs alsaciens autour d’Egon Gindorf pour relancer un club ruiné par le dépôt de bilan et la gestion désastreuse de Frédéric Sitterlé.

Marc Keller s’est aussi montré maître dans l’art de négocier avec les partenaires institutionnels (Ville, Région…) pour obtenir des aides, indispensables à la relance du club.
Rassurant pour les partenaires et les sponsors, bon gestionnaire, le “prési” a réussi son pari : retrouver le monde professionnel avec son club de cœur, le Racing.
❏ DAVID LEDY
Il fait partie des rares joueurs du Racing à avoir sa chanson. Il faut dire que David Ledy a marqué de son empreinte les dernières saisons du Racing.
Arrivé en provenance du FC Mulhouse en 2006, parti en 2014, l’attaquant alsacien aura tout connu à Strasbourg, de l’équipe réserve à la Ligue 2, en passant par le National.
Pressenti pour poursuivre sa carrière hors d’Alsace après le dépôt de bilan, il sera finalement l’un des rares “pros” à tenter l’aventure en CFA 2.
Ce qui lui vaudra une popularité sans égal parmi les supporteurs strasbourgeois. Et Ledy leur rendra bien, en inscrivant la bagatelle de 20 buts lors de la saison 2011/2012.

L’année suivante, miné par les blessures, il n’a plus le même impact. David Ledy fera tout de même partie des “héros de Raon” : tout juste revenu de blessure, le natif d’Aspach inscrira le 3e but des Alsaciens, dans ce match qui propulse le Racing en National. Il poursuit sa carrière dans le sud, à Martigues (CFA)
❏ ERNEST SEKA
Ce n’est ni le plus bavard, ni le plus capé des joueurs du Racing.
Mais Ernest Seka, capitaine depuis deux saisons, a d’ores et déjà marqué l’histoire du club. Véritable patron de la défense, rarement blessé ou suspendu, il fait partie de ces hommes clés qui ont permis au club de retrouver le monde professionnel.
Pourtant, Seka-le-banlieusard est arrivé au Racing dans l’anonymat le plus complet, après des passages à Sannois-Saint-Gratien (CFA) ou au Poiré-sur-Vie (National).

C’est grâce à deux prestations de grande classe face aux Alsaciens, sous les couleurs d’Amiens, durant la saison 2013/2014, qu’il tape dans l’œil des dirigeants alsaciens.

Et sa venue correspond à une sacrée bonne pioche : deux ans après son arrivée, il fait partie des cadres indiscutables de l’équipe et pourrait encore rendre de grands services à l’étage supérieur.
❏ MILOVAN SIKIMIC

Arrivé en 2009, parti en 2011, le passage du défenseur serbe aurait pu finir dans les oubliettes de la “maison bleue”.

Oui mais voilà, le chauve est revenu en janvier 2012, alors que le Racing naviguait à vue en CFA 2.
“Dugué” a fini par être récompensé…
Ce taulier de la défense centrale devient (ou plutôt, redevient) rapidement, l’un des chouchous de la Meinau.
Parce qu’il est solide, parce qu’il possède une autorité naturelle, Milovan Sikimic a longtemps porté le brassard de capitaine.
Et sa popularité est restée intacte auprès des supporteurs. Pas rien, sachant que “capt’ain Milo” a quitté le Racing pour son pire ennemi, le FC Mulhouse, où il évolue toujours en CFA.
❏ DIMITRI LIENARD
Il n’est pas Alsacien, n’a pas un pedigree pro et vient du FC Mulhouse… Pas simple, dans ces conditions, de débarquer à Strasbourg.
Mais Dimitri Lienard a rapidement fait oublier ces “détails”. État d’esprit irréprochable, combativité, modestie… “Dim” a apporté un vent de fraîcheur – et de vraies valeurs – au sein de l’équipe alsacienne.
Avec 92 matches disputés en trois saisons, Lienard a été le joueur le plus utilisé de ces cinq dernières années, juste devant Jérémy Grimm (92, lire aussi ci-contre).
Avec 15 buts inscrits, il figure aussi sur le podium des meilleurs buteurs du club, derrière David Ledy (27 buts) et Jérémy Blayac (20 buts).

Alors, même si, cette année, il a moins pesé dans le jeu alsacien, il reste lui aussi l’un des acteurs ô combien essentiels du renouveau du Racing.
❏ JÉRÉMY BLAYAC
Arrivé en janvier 2015, l’attaquant a été l’un des artisans principaux de l’incroyable fin de saison alsacienne, la saison passée.
En un an et demi à peine, le goleador venu d’Angers a marqué 20 buts pour le Racing. Et même si, comme Lienard, il a un peu moins d’impact cette saison, Jérémy Blayac est tout de même l’un des meilleurs attaquants vus à la Meinau depuis des lustres.
Très attaché au club, « tombé amoureux de Strasbourg » (comme il l’a dit à la Saint-Valentin), le natif de Saint-Affrique a été un élément clé de l’accession en Ligue 2.
 ❏ JACKY DUGUÉPÉROUX

Rappelé au chevet du Racing quand tout allait mal, en mars 2014, le “vieux lion”, entraîneur le plus capé de l’histoire du club alsacien, a rempli sa mission.

Même s’il a d’abord échoué à maintenir l’équipe (en 2014), puis échoué à la faire monter (en 2015), le Breton grognon ne s’est jamais découragé.

Et “Dugué” a fini par être récompensé. Celui qui avait déjà à son palmarès d’entraîneur deux Coupes de la Ligue (en 1997 et en 2005) peut donc ajouter une nouvelle – et belle – ligne à son CV.
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 2951
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 70
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Racing en L2

Message  67120 le Lun 30 Mai - 5:40

EN RELIEF Un Racing force 64
Soixante-quatre joueurs ont participé aux 165 matches disputés depuis le 27 août 2011, à Forbach, première rencontre disputée après la liquidation judiciaire intervenue quelques semaines plus tôt.

Voilà la liste de ceux qui ont permis au Racing de retrouver la Ligue 2 et le nombre de rencontres disputées...
Dimitri Lienard (92)

Jérémy Grimm (91)

Gauthier Pinaud (82)

Ludovic Golliard et Milovan Sikimic (81)

Jean-Philippe Sabo (75)

Abdelhak Belahmeur (69)

David Ledy (66)

Billy Modeste (65)

“Pacho” Donzelot (64)

Guillaume Gauclin et Ernest Seka (63)

Julien Perrin (62)

Anthony Sichi (61)

Stéphane Bahoken et Abdallah Ndour (56)

Mayoro Ndoye et Alexandre Oukidja (55)

Benjamin Genghini (54)

Brian Amofa (48)

Thomas Martin (45)

Jérémy Blayac (44)

Saidou Sow (41)

Vincent Guignery (37)

Vauvenargues Kehi (36)

Abdoulaye Coulibaly (35)

Yannick Aguemon (34)

Alassane Ndiaye et Éric Marester (33)

Adel Benchenane (32)

Stéphane Noro (31)

Yoann Salmier (30)

Yann Benedick et Felipe Saad (28)

Stanislas Oliveira et Joris Ursch (26)

Robin Binder (25)

Ladislas Douniama et Jacques Momha (21)

Massiré Kanté (20)

Mamadou Bah et Steven Keller (18)

Denis Bouanga (17)

Mickaël Chrétien et Alexandre Gisselbrecht (15)

Alexandre Mendy, Oumar Pouye et Sebastian Ribas (13)

Zeman Duki, Marc Fachan, Thomas Zerbini et Tommy De Jong (12)

Ali Bamba et Ihsan Sacko (10)

Mamadou Camara, Aymeric Ounissi et Bill Tuiloma (9)

Omar Hassidou (8)

Corentin Munch et Éric Nyatchou (4)

Jordan Radisavljevic (2)

Jérémy Bahloul, Pierre Venturini Venturini et Simphorien Noundou Kinding (1)

dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 2951
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 70
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Racing en L2

Message  67120 le Lun 30 Mai - 5:44

Racing
***ALEXANDRE OUKIDJA : Le gardien a dignement honoré le titre de meilleur gardien du National en se montrant intraitable dans ses interventions. Attentif, rassurant, il a contribué à la sérénité du Racing lors de son dernier déplacement.
** JÉRÉMY GRIMM  : Le milieu de terrain termine sa saison en boulet de canon. Il a encore mis de l’impact dans toutes ses actions et ne s’est pas contenté d’un travail défensif inspiré puisqu’une de ses têtes a constitué la grosse occasion strasbourgeoise en première mi-temps.

* ERIC MARESTER : L’arrière droit a été solide et bien en jambe, ce qui a permis au Racing d’être plutôt dangereux sur son côté droit.
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 2951
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 70
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Racing en L2

Message  67120 le Lun 30 Mai - 13:12

C'est fait. Vendredi dernier, en allant chercher un nul à Belfort, Strasbourg a -enfin- officialisé son retour en Ligue 2. Mais pour que tout ceci ne soit pas qu'un simple feu de paille, les dirigeants alsaciens veulent se donner les moyens de durer. 
Comme le rappellent nos confrères de L'Equipe ce lundi, le budget du centre de formation va passer de 1,2 à 1,5 million d'euros, et surtout, celui de l'équipe première va être doublé, passant de 6 à 12 millions d'euros. Avec un effectif de qualité, et un public toujours aussi nombreux (15 000 spectateurs de moyenne en National cette saison), le RCSA peut avoir de l'ambition pour son retour dans le monde professionnel.
foot national
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 2951
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 70
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Racing en L2

Message  67120 le Mar 31 Mai - 5:14

Jacky Duguépéroux ne sera plus l’entraîneur du Racing la saison prochaine
Une place sur un banc

Jacky Duguépéroux ne sera pas l’entraîneur du Racing, en Ligue 2, la saison prochaine. Le président Marc Keller a décidé de ne pas prolonger celui qui a mené sa mission à bien. Le plus grand palmarès dans l’histoire du club retourne ainsi à sa retraite.
L’idée était dans l’air. Encore fallait-il la concrétiser. Au terme d’une réunion intervenue hier matin, la décision de tourner une nouvelle page « Duguépéroux » a été prise pour laisser un vide, dans le sillage de la montée fêtée pas plus tard que vendredi et le match nul concédé à Belfort (0-0).

« Après un week-end historique qui scelle le retour en Ligue 2, une fois acquise la montée, on souhaitait faire le point avec le staff, avec les joueurs, a précisé le président du club, Marc Keller. Nous avions procédé de la sorte il y a un an. » La réflexion a conduit à une décision radicale, même si elle est nourrie par quelques arguments.
«J’ai d’autres objectifs personnels désormais»

L’intéressé, s’il s’est bien gardé de ruer dans les brancards en s’affichant collectivement hier à côté de son patron, n’y semblait pas préparé. « Il faut que j’encaisse le coup, a indiqué « Dugué ». Il faut respecter la volonté de Marc Keller qui veut repartir sur un nouveau projet. Il souhaite que je reste proche du club. Je le serai puisque j’ai deux fils qui jouent au Racing. Mais je ne veux plus me mêler de la technique. »

Jacky Duguépéroux quitte le club strasbourgeois par la grande porte, même s’il a sans doute été poussé vers la sortie. Son successeur risque de souffrir de la comparaison mais, au moins, ne subira-t-il pas la pression du plus grand palmarès de l’histoire du club. L’homme qui aura coaché 316 matches officiels sur le banc strasbourgeois en trois baux – de mars 1995 à janvier 1998, d’octobre 2004 à juin 2006 et de mars 2014 à juin 2016 – a été clair et net.
S’il accepte de céder la place, ce n’est pas pour s’enquiquiner avec des obligations vis-à-vis du club de son cœur. « J’ai d’autres objectifs personnels désormais, précise celui qui vivra son ultime défi vendredi, face à Dunkerque. Quand on est à la retraite, ce que j’ai vécu pendant six ans avant 2014, on est libre. Je veux retrouver une vie de famille normale, partir en vacances. Entraîner le Racing, c’est une vie qui bouffe, c’est usant. » Il ne la regrettera certainement pas avec son quotidien bien rempli mais il n’aurait pas été contre repartir au combat.

Le lien tissé avec ses joueurs depuis plus de deux ans et sa nomination en remplacement de François Keller avait ranimé la flamme et finalement donné quelques satisfactions.

Les résultats ont donné raison au plus Alsacien des Bretons, en dépit d’une montée ratée au printemps 2015. « On a vécu beaucoup de désillusions mais cela s’est plutôt bien passé, dans un climat de sérénité au niveau des résultats, relève-t-il. Avec le staff technique, avec le staff médical, tout n’a pas été parfait mais le travail a été remarquable. »
Et la mission de retrouver le monde pro est au rendez-vous de cette fin de saison. Vendredi, l’hommage sera à la hauteur mais l’intéressé ne compte pas transformer le match de Dunkerque en jubilé. Ce n’est pas le genre du bonhomme.
«Je ne ferai pas jouer Marc Keller sur l’aile gauche»
Il a visionné deux rencontres récentes de son adversaire et il n’est pas question de prendre sa dernière sortie par-dessus la jambe. « D’ailleurs, je vais vous donner la conclusion de ma causerie. Je voudrais que mes joueurs m’offrent la victoire pour mon dernier match, d’autant que je garde un très mauvais souvenir du match aller ( défaite 4-1 à Dunkerque pour le premier match de la saison ), explique le champion de France 1979 sur le terrain, le vainqueur des coupes de la Ligue en 1997 et 2005 depuis le banc. Ce qui est sûr, c’est que je ne ferai pas jouer Marc Keller sur l’aile gauche. »

Ce qui est sûr aussi, c’est que l’image qui restera ne dépendra pas du match de vendredi que l’entraîneur pourrait… suivre en tribune. Expulsé lors de la rencontre perdue face à Amiens, il y a un peu plus de trois semaines, il pourrait être suspendu. Mais le sentiment du devoir accompli sera là et bien là.
« J’ai fait le maximum, je suis fier de ce que j’ai fait cette saison, je suis content de laisser le Racing en Ligue 2, surtout dans ce sens-là », a-t-il conclu. En 2006, il avait déjà laissé le club strasbourgeois à cet échelon, mais dans le sillage d’une relégation. Là, « Dugué » sort par la grande porte. Et on ne peut que souhaiter bon courage à son successeur.
Sur le sujet, a priori, le dossier n’est pas tranché même si le nom de Thierry Laurey, qui n’a pas été loin de maintenir le Gazélec Ajaccio en Ligue 1 après l’y avoir promu, a été entendu ces derniers jours. « On essaye d’avancer méthodiquement, garantit Marc Keller. Il faut préparer la suite. La responsabilité est grande parce que l’attente est grande. Nous prenons des contacts et il y a un profil souhaité avec un entraîneur d’expérience, qui connaît la Ligue 2, qui connaît bien des joueurs et qui place l’institution Racing au-dessus. » Sur ce dernier point, dans la forme prise par l’annonce du départ d’un monstre sacré du club strasbourgeois hier, la barre a été placée bougrement haut. Et il faut espérer que le processus en cours, qui voit un entraîneur s’effacer après une montée, n’aboutit pas au même résultat, lors du précédent. En 2007, Jean-Pierre Papin avait cédé la place à Jean-Marc Furlan. Et cela avait sonné comme le début des énormes problèmes.
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 2951
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 70
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Racing en L2

Message  67120 le Ven 3 Juin - 13:02

Le kop déménage
Le kop, installé dans le quart de virage Nord Ouest depuis de longues saisons, va déménager dans la tribune Ouest pour la prochaine saison.

Les UB 90 et les autres groupes composant le kop seront installés derrière le but, dans la tribune assise. Cela permettra d’offrir plus de places aux groupes de supporteurs, un peu à l’étroit dans le quart de virage
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 2951
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 70
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Racing en L2

Message  67120 le Sam 4 Juin - 17:42


Maintenant que l’accession du Racing en Ligue 2 est officielle, il est temps de se pencher sur les principales échéances à court et moyen terme. 

  • Lundi 6 juin 2016 : calendrier officiel Ligue 2 2016/2017
  • Lundi 27 juin 2016 : reprise de l’entraînement du Racing
  • Vendredi 29 juillet 2016 : 1ère journée de Ligue 2
  • Mardi 9 août 2016 : 1er tour de la Coupe de Ligue
  • Vendredi 16 décembre 2016 : 19e journée de Ligue 2 – fin des matches aller
  • Vendredi 13 janvier 2017 : 20e journée de Ligue 2 – début des matches retour
  • Vendredi 19 mai 2017 : 38e et dernière journée de Ligue 2

SO
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 2951
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 70
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Racing en L2

Message  67120 le Lun 6 Juin - 19:08

[16/17] Calendrier
29 jui 2016
Bourg-en-Bresse Peronnas - Strasbourg
05 aoû 2016
Strasbourg - Amiens
12 aoû 2016
Tours - Strasbourg
19 aoû 2016
Strasbourg - Nimes
26 aoû 2016
Ajaccio GFC - Strasbourg
09 sep 2016
Strasbourg - Troyes
16 sep 2016
Orléans - Strasbourg
20 sep 2016
Strasbourg - Red Star FC
23 sep 2016
Clermont - Strasbourg
30 sep 2016
Strasbourg - Valenciennes
14 oct 2016
Brest - Strasbourg
21 oct 2016
Strasbourg - Auxerre
28 oct 2016
Sochaux - Strasbourg
04 nov 2016
Strasbourg - Reims
18 nov 2016
AC Ajaccio - Strasbourg
25 nov 2016
Strasbourg - Laval
29 nov 2016
Le Havre - Strasbourg
09 déc 2016
Strasbourg - Lens
16 déc 2016
Strasbourg - Niort
13 jan 2017
Amiens - Strasbourg
20 jan 2017
Strasbourg - Tours
27 jan 2017
Nimes - Strasbourg
03 fév 2017
Strasbourg - Ajaccio GFC
07 fév 2017
Troyes - Strasbourg
10 fév 2017
Strasbourg - Orléans
17 fév 2017
Red Star FC - Strasbourg
24 fév 2017
Strasbourg - Clermont
03 mar 2017
Valenciennes - Strasbourg
10 mar 2017
Strasbourg - Brest
17 mar 2017
Auxerre - Strasbourg
31 mar 2017
Strasbourg - Sochaux
07 avr 2017
Reims - Strasbourg
14 avr 2017
Strasbourg - AC Ajaccio
21 avr 2017
Laval - Strasbourg
28 avr 2017
Strasbourg - Le Havre
05 mai 2017
Lens - Strasbourg
13 mai 2017
Niort - Strasbourg
19 mai 2017
Strasbourg - Bourg-en-Bresse Peronnas
.
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 2951
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 70
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Racing en L2

Message  67120 le Lun 6 Juin - 19:11

Foot - L2 Le calendrier complet 2016-2017.


.
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 2951
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 70
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Racing en L2

Message  67120 le Lun 25 Juil - 5:25

Le Racing a un tiers de son effectif renouvelé Sept petits nouveaux
Le Racing n’a guère changé sur ses lignes arrières, ce qui n’a rien de surprenant au regard de sa solidité défensive passée. En revanche, les nouveautés sont légion devant.
L’idée était de renforcer ses points faibles, sans affaiblir ses points forts. Après avoir prolongé la grande majorité des acteurs de la montée, le Racing a mené au pas de charge sa campagne de recrutement qui ne devrait s’enrichir que d’un élément – un défenseur central capable de jouer récupérateur. Les responsables du recrutement se sont d’abord efforcés d’enrichir le milieu de terrain. Anthony Gonçalves est arrivé de Laval, où il a vécu toute sa carrière professionnelle et une bonne partie de sa formation.
Milieu de terrain, il a cumulé 250 matches de championnat en neuf saisons sous le maillot mayennais (206 en Ligue 2, 44 en National). Solide et plutôt puissant, le joueur de 30 ans concrétise au Racing des envies d’ailleurs qui remontent à un peu plus d’un an. Si ses dirigeants ont refusé son départ pour Nancy en 2015, Gonçalves n’a pas trop hésité à répondre aux sollicitations alsaciennes puisqu’il a été le premier renfort dont la signature a été officialisée.
Vincent Nogueira a été le deuxième dans la liste. Le poids plume en a fini avec une escapade américaine de plus de deux ans, en MLS, où il a donné une tournure exotique à sa carrière à Philadelphie. Pur produit de la formation sochalienne, le Franc-Comtois de 28 ans avait exposé de belles promesses à travers plus de cent matches en Ligue 1. Son envie d’ailleurs lui a fait franchir l’Atlantique avant que le mal du pays ne le ramène dans l’Hexagone. La proposition strasbourgeoise est tombée à point nommé, comme une possibilité de se rappeler au bon souvenir du foot français.
Baptiste Guillaume a été prêté par Lille. L’attaquant belge entend bien se relancer en Alsace. Il a privilégié le Racing pour profiter du système à deux pointes de Thierry Laurey et gonfler son temps de jeu chez les pros. Transféré de Lens à Lille pour cinq millions d’euros à l’été 2015, l’international espoir n’a pas fait un triomphe pour sa première saison au LOSC (10 matches, 0 but en L1 mais 10 buts en 13 rencontres avec la réserve). Il a un an pour se refaire la cerise en bleu.
Khalid Boutaïb présente la plus jolie carte de visite parmi les recrues, tout du moins sur les plus récentes saisons. L’international marocain, qui était encore avec les Lions de l’Atlas début juin, a inscrit six buts avec le Gazélec Ajaccio, en Ligue 1, lors de l’exercice écoulé, après avoir largement contribué à la montée du club corse parmi l’élite. L’attaquant a été plutôt séduisant durant la préparation et paraît le pilier du système offensif strasbourgeois.
Vincent Gragnic n’aura pas un second rôle non plus. Le meneur de jeu sera à la pointe du milieu en losange désiré par Thierry Laurey. Avec près de 300 matches disputés en Ligue 1 ou 2, des exercices convaincants à Nîmes ou Reims, le joueur de 33 ans présente quelques garanties. Ses deux dernières saisons, à Auxerre, ont été tronquées par les pépins physiques mais il paraît en quête de rédemption. Le natif du Finistère aura a priori la responsabilité des coups de pied arrêtés.
Laurent Dos Santos vient compléter une escouade défensive qui a donné entière satisfaction la saison dernière. Transfuge de l’En Avant Guingamp, le Franco-Portugais a l’avantage de pouvoir évoluer sur les flancs droit et gauche de la défense, ainsi qu’au poste de récupérateur. En manque de temps de jeu dans les Côtes-d’Armor où il a été formé, il débarque en Alsace avec la ferme intention de jouer plus que neuf matches comme la saison dernière.
Enfin, Landry Bonnefoi a convaincu de ses beaux restes, à la faveur d’une semaine d’essai en Alsace. Le gardien de 32 ans, passé par Metz, Dijon, Amiens, Bastia et Châteauroux, sera la doublure d’Alexandre Oukidja.
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 2951
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 70
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Racing en L2

Message  67120 le Lun 25 Juil - 5:38

La Ligue 2 débute vendredi Une nouvelle aventure


Après six ans dans l’enfer, le purgatoire et les limbes du monde pro, le CFA 2, le CFA et le National, le Racing renoue avec une histoire qui n’aurait sans doute jamais dû s’arrêter. Il ne sera plus l’ogre de son championnat. Thierry Laurey et ses joueurs ont la mission de réinstaller confortablement un club ancestral dans un championnat de Ligue 2 piégeux.
La parenthèse la plus noire de son histoire s’est refermée et ce n’est pas dommage. Le Racing n’a pas été loin de couler par le fond, il y a cinq ans, plombé par des dirigeants dont la seule cohérence aurait été de chercher à casser leur jouet. Ils n’y sont finalement pas arrivés. De Forbach à Belfort, en passant par moult étapes improbables – Steinseltz, Neuves-Maison, le terrain annexe de l’annexe d’Auxerre où évoluait l’équipe 3 de l’AJA, Jarville ou Chaumont –, le club strasbourgeois a écumé le grand Est alors qu’aucun rapprochement institutionnel n’était encore en gestation. Avec des moyens surdimensionnés, il n’a pas traîné pour accéder à l’antichambre du monde pro. En revanche, les Strasbourgeois ont mis trois ans à s’extirper du National et cela a été bien assez long.

La Ligue 2, comme un bal des prétendants

Le Racing n’est pas encore à la place attendue, le club de la 7e ville de France étant plutôt programmé pour le top 20 hexagonal. Mais au moins n’a-t-il plus à se coltiner la tournée de ceux qui veulent devenir professionnels sans en avoir les moyens. Plutôt qu’un cimetière d’éléphants, le National s’apparente à la nécropole des grenouilles qui se sont vues plus grosses que le bœuf et ce n’est pas à Luçon ou Colmar qu’on dira le contraire.
En Ligue 2, le Racing sera emporté par un bal des prétendants qui ont tous une bonne raison de croire en leurs chances, à terme. Sur les vingt clubs, ils sont 16 à avoir fréquenté l’élite au moins une saison dans leur histoire.

Le rêve de faire la bascule dans le grand monde, celui où il y a plus de strass, de paillettes et le PSG

Mais avant de nourrir quelques rêves de grandeur, le but, évidemment, est de ne pas redescendre. La saison dernière, ils sont deux sur trois à avoir franchi le cut. En cet été 2016, les trois promus semblent avoir les dents assez longues pour espérer rester dans le monde pro. Néanmoins, la saison passée, le Paris FC, avec ses moyens, avec un effectif XXL, s’est explosé le râtelier dans une lutte qui a concerné la moitié du championnat.
Le Red Star et Bourg-en-Bresse s’en sont sortis. Le premier, avec sa cinquième place, a même le profil pour intégrer le wagon d’outsiders et de favoris qui rêvent de faire la bascule dans le grand monde, celui où il y a plus de strass, de paillettes et le PSG. Bourg a aussi quelques raisons de croire en sa bonne étoile, ayant parfaitement négocié sa première saison en Ligue 2.

Un championnat qui penche au nord

Pour forger le bilan de la mi-mai, 38 épisodes vont nourrir l’optimisme, puis étoffer le pessimisme, ramener l’espoir et/ou inspirer la crainte.
Quelles sont les forces en présence ? Au regard de l’homogénéité qui a marqué l’exercice 2015-2016, tout pronostic s’avère audacieux. Sochaux, a priori candidat au podium, a galéré pour éviter la descente. Nîmes, qui a débuté avec un débours de 10 points en raison d’une tentative de corruption relevée la saison précédente, a tremblé bien moins longtemps pour se maintenir.
Dans un championnat qui penche au nord, les Crocodiles sont les rares représentants du foot à la mode méridionale avec deux clubs d’Ajaccio, le Gazélec relégué de Ligue 1 et l’ACA qui y était il n’y a pas si longtemps mais a senti le vent du boulet pour construire son budget, autorisé à se lancer après un passage devant la commission d’appel de la Direction Nationale du Contrôle de Gestion.

Le Stade de Reims a la pancarte

D’autres équipes semblent mieux armées pour briguer les sommets. Le Stade de Reims a la pancarte, piégé dans l’élite, délesté de quelques forces vives mais contre monnaie sonnante et trébuchante – Mandi, son capitaine, est parti au Betis Séville contre 4 millions d’euros – et il s’est renforcé avec quelques habitués de la Ligue 2 (Chavarria, Berthier, Bouhours…).
Dans son sillage, Le Havre a aussi quelques arguments, les Normands ayant manqué la place dans l’ascenseur pour un petit but.
C’est Metz qui leur a claqué la porte au nez avec 11 défaites au compteur, soit près d’un match sur trois perdus. L’espoir de suivre son exemple est partagé par quelques outsiders.
Le Gazélec, après une parenthèse enchantée en Ligue 1, a tout refait, du sol au plafond, son banc et son vestiaire, mais certaines recrues peuvent être alléchantes. Lens, en totale reconstruction comme souvent, sous la houlette d’Alain Casanova cette fois et avec son indéfectible soutien public pour rêver. Clermont, en la matière, est un peu le parent pauvre de la Ligue 2 mais son coach, Corinne Diacre, a démontré son savoir-faire, et la stabilité de mise en cet été peut être une force.
Un peu en dessous, Bourg-en-Bresse, promu en 2015, peut songer à ne pas seulement éviter le syndrome de la seconde année, celle où l’on est en danger.

Changements d’entraîneurs et de directions…

Sous une nouvelle direction, Brest, toujours ambitieux, souvent en échec, a confié à Jean-Marc Furlan le soin de se mêler à la lutte. L’effectif breton devra surmonter quelques départs importants (Grougi, Falette, Alphonse…). Les arrivées de Fassurier, Lavigne ou Maupay compenseront-elles ? À Sochaux, Albert Cartier doit rénover une institution en danger, pas loin du naufrage en mai, dans d’obscures mains chinoises mais avec un groupe redessiné. À Troyes aussi, l’incertitude est de mise. Jean-Louis Garcia est le nouvel entraîneur tandis qu’un groupe américain a mis la main sur un club qui n’a de cesse de monter et de descendre. Le Red Star peut apparaître également dans cette catégorie des outsiders, mais les mouvements de joueurs ont été extrêmement (trop ?) nombreux (13 départs, 6 arrivées). Auxerre a allégé la voilure mais attiré quelques vieux briscards – Mathis, Tacalfred, Touzghar. Enfin, Nîmes, sur sa lancée, peut en surprendre plus d’un.

De la difficulté à boucler son budget

Candidats à un maintien serein, les trois transfuges du National paraissent en mesure de réussir dans leur entreprise. Laval, pilier indéboulonnable de la Ligue 2 – 30 saisons depuis 1945 –, est habitué à s’en sortir, sans guère de moyens, sans faire de bruit, avec efficacité. Niort – 21 saisons depuis 1986 – est un peu dans le même cas et s’appuiera sur l’expérience de Brison ou d’Agouazi pour compenser les départs de Selemani ou de Koukou.
En fait, les plus en danger semblent ceux qui ont eu le plus de difficultés à boucler leur budget. L’AC Ajaccio n’a pu recruter que des seconds couteaux. Avec le départ de l’entraîneur Simone, dans le fracas, Mercadal, nommé le 13 juillet, n’est pas dans le plus grand confort pour briller avec Tours. Enfin, Valenciennes compte ses hommes. Ahmed Kantari a rallié le Pas-de-Calais mais les départs ont été nombreux.
Comme en National, quelques trublions peuvent obscurcir la donne, contester la hiérarchie attendue et provoquer des surprises et jusqu’à la fin du mois d’août, les clubs peuvent retoucher leur effectif. Mais en 2016, les podiums, d’en haut comme d’en bas, n’ont pas été occupés par des équipes improbables. Si la chute d’Évian/Thonon/Gaillard relève de l’accident industriel, dont le club haut-savoyard aura bien du mal à se remettre, les relégués n’étaient en rien des favoris du championnat, les trois premiers ne ressemblent pas à des usurpateurs.
Si le foot n’a pas grand-chose à voir avec la justice, il peut dépendre d’une forme de logique.
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 2951
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 70
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Racing en L2

Message  67120 le Lun 8 Aoû - 20:59

Ligue 2 (J2) | Classement des tribunes

Retrouvez chaque semaine sur Alsa’Sports, le classement des tribunes du championnat de Ligue 2. Entre parenthèses, le nombre de match à domicile, ensuite le nombre total de spectateurs puis la moyenne sur la saison.


  • Lens (1) | 26.141
  • Strasbourg (1) | 16.009
  • Sochaux (1) | 9.499
  • Le Havre (1) | 9.442
  • Reims (1) | 8.813
  • Amiens (1) | 8.485
  • Brest (1) | 7.119
  • Troyes (1) | 6.665
  • Valenciennes (1) | 6.466
  • Red Star (1) | 6.193
  • Nîmes (1) | 5.678
  • Auxerre (1) | 5.436
  • Niort (1) | 5.067
  • Laval (1) | 4.484
  • Orléans (1) | 4.212
  • Tours (1) | 4.144
  • GFC Ajaccio (1) | 3.312
  • Clermont (1) | 2.964
  • AC Ajaccio (1) | 2.624
  • Bourg-en-Bresse (1) | 2.520

.
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 2951
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 70
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Racing en L2

Message  67120 le Lun 8 Aoû - 21:00

Ligue 2 (J2) | Classement des buteurs

Retrouvez chaque semaine sur Alsa’Sports, le classement des buteurs du championnat de Ligue 2. Cette semaine, deux joueurs sont en tête avec deux réalisations.

2 | Julian Jeanvier (Reims), Faneva Ima Andriatsima (Sochaux)
1 | Jérémy Grimm (Strasbourg), Joris Sainati (AC Ajaccio), Riad Nouri (AC Ajaccio), Yoann Court (GFC Ajaccio), Sekou Cissé (GFC Ajaccio), Remi Fournier (Auxerre), Bruno Grougi (Brest), Neal Maupay (Brest), Mathieu Coutadeur (Laval), Mathieu Duhamel (Le Havre), Ghislain Gimbert (Le Havre), Kévin Fortuné (Lens), Benjamin Bourigeaud (Lens), Didier Lamkel Zé (Niort), Mickael Barreto (Orléans), Moussa Sao (Sochaux), Mohamed Maouche (Tours), Geoffrey Malfleury (Tours), Johan Martial (Troyes), Tristan Dingomé (Troyes), Nuno Da Costa (Valenciennes), Mouhamadou Lamine Ndao (Valenciennes)
csc | Anthony Weber (Reims pour Amiens)
.
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 2951
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 70
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Racing en L2

Message  67120 le Lun 8 Aoû - 21:00

Le Racing se fait déjà remarquer !

Il est vrai que pour le moment le Racing Club de Strasbourg n’a disputé que deux petites rencontres de Ligue 2, il est vrai aussi que le Racing n’a inscrit qu’un seul petit but lors de ces deux matchs. Mais, car il y a un mais, le RC Strasbourg peut déjà se vanter de faire partie d’un tout petit cercle restreint.
Deux matchs, aucun but encaissé ! Ce qui faisait la force du club alsacien la saison passée, semble bel et bien en être une pour cette saison à nouveau. Seules quatre équipes peuvent se venter d’avoir gardé leur cage inviolée. L’actuel leader Le Havre, Valenciennes, le Red Star et le Racing. Une très belle performance qui ne manquera pas d’être soulignée par l’entraineur, Thierry Laurey. Deux matchs dans le monde pro, et Strasbourg se fait déjà remarquer.
Alsasport
.
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 2951
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 70
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Racing en L2

Message  67120 le Ven 12 Aoû - 22:10

Ligue 2 (3e journée) : Le Havre accroché, Brest leader
Tenu en échec au Gazélec Ajaccio (1-1), Le Havre perd la première place du classement au bénéfice de Brest, large vainqueur au Red Star (3-0). Sochaux et Strasbourg, qui se sont imposés à Clermont et Tours, ont également sept points.
Le Havre accroché, Brest prend les commandes
Vainqueur de ses deux premiers matches et leader avant la 3e journée de L2, Le Havre a été accroché par le GFC Ajaccio (1-1). Les Normands avaient pourtant ouvert le score par Gimbert (1-0, 34e), mais Tshibumbu a égalisé pour les Corses (1-1, 69e), eux aussi toujours invaincus pour l’instant.
Le nouveau leader se nomme Brest. Les joueurs de Jean-Marc Furlan ont pris les commandes du Championnat à la différence de buts après leur large succès sur la pelouse du Red Star (3-0, buts de Maupay, Grougi et Labidi).
Sochaux et Strasbourg sur les talons de Brest
Si le classement est anecdotique à ce stade de la compétition, Sochaux et Strasbourg occupent respectivement la 2e et la 3e place. Les Lionceaux se sont imposés à Clermont (2-1), nouvelle lanterne rouge, et Strasbourg à Tours (3-1), avec un triplé de Boutaïb.
Amiens et Auxerre décollent
Après un nul et une défaite au compteur, Amiens et Auxerre ont tous deux remporté leur match. Amiens a battu Niort (2-0) avec un doublé de Tinhan, tandis qu’Auxerre a remporté le match le plus prolifique de la journée à Bourg-Péronnas (4-2).
Troyes et Orléans mettent fin aux défaites
Battus lors des deux premières journées, Troyes s’est repris en dominant Laval sur un but de l’inusable Benjamin Nivet (1-0, 19e) et Orléans a pris le meilleur sur l’AC Ajaccio (2-0) grâce à Beziouen (1-0, 68e) et Armand (2-0, 75e).
equipe
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 2951
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 70
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Racing en L2

Message  67120 le Mer 17 Aoû - 20:26

Ligue 2 (J3) | Classement des buteurs

Retrouvez chaque semaine sur Alsa’Sports, le classement des buteurs du championnat de Ligue 2. Cette semaine, avec son triplé, Khalid Boutaid rentre directement en tête du classement.

3 | Khalid Boutaid (Strasbourg), Faneva Ima Andriatsima (Sochaux)
2 | Julian Jeanvier (Reims), Ghislain Gimbert (Le Havre), Bruno Grougi (Brest), Neal Maupay (Brest), Kévin Fortuné (Lens)
1 | Jérémy Grimm (Strasbourg), Joris Sainati (AC Ajaccio), Riad Nouri (AC Ajaccio), Yoann Court (GFC Ajaccio), John Tshibumbu (GFC Ajaccio), Sekou Cissé (GFC Ajaccio), Jonathan Tinhan (Amiens), Richard Soumah (Amiens), Adama Ba (Auxerre), Remi Fournier (Auxerre), Samed Kilic (Auxerre), Alexandre Vincent (Auxerre), Lionel Mathis (Auxerre), Zakarie Labidi), Rémy Dugimont (Clermont), Mathieu Coutadeur (Laval), Mathieu Duhamel (Le Havre), Benjamin Bourigeaud (Lens), John Bostock (Lens), Didier Lamkel Zé (Niort), Mickael Barreto (Orléans), Romain Armand (Orléans), Farid Beziouen (Orléans), Moussa Sao (Sochaux),Thomas Robinet (Sochaux), Mohamed Maouche (Tours), Ousseynou Cissé (Tours), Geoffrey Malfleury (Tours), Johan Martial (Troyes), Benjamin Nivet (Troyes), Tristan Dingomé (Troyes), Nuno Da Costa (Valenciennes), Mouhamadou Lamine Ndao (Valenciennes)
csc | Anthony Weber (Reims pour Amiens)
Alsasport
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 2951
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 70
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Racing en L2

Message  67120 le Lun 22 Aoû - 13:44

Le classement des buteurs

4 buts: 1. K. Boutaib (Racing)
3 buts: 2. N. Maupay (Brest); F. Andriatsima (Sochaux); J. Tinhan (Amiens) 3
2 buts: K. Fortune (Lens); J. Jeanvier (Reims); G. Gimbert (Le Havre); J. Tshibumbu (Gazélec Ajaccio); B. Grougi (Brest); J. Cavalli (AC Ajaccio)
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 2951
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 70
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Racing en L2

Message  67120 le Jeu 8 Sep - 15:26

Un titre de transport spécial Racing à 2 €

Ce lundi 12 septembre , la CTS renouvelle la vente de titres de transport spécial Racing à 2

euros afin de faciliter l’accès des supporters attendus au stade de la Meinau pour le match Racing Club de Strasbourg – Troyes à 20h30.

La CTS et le Racing ont conclu un partenariat pour la saison 2016/2017, afin que le titre spécial Racing soit disponible à l’occasion de tous les matchs de la saison.

Dès la semaine prochaine, le titre « Spécial Racing » sera disponible en vente permanente auprès des distributeurs automatiques des stations trams et de la ligne G, sur U’Go ainsi qu’à l’agence CTS (9 place St Pierre-le-Vieux à Strasbourg, station tram Alt Winmärik-Vieux Marché aux Vins).

Le titre de transport pourra donc être acheté à l’avance et en dehors des jours de matchs.

Toutefois, il ne sera valable que les soirs de matchs du Racing, à partir de 4 heures avant la rencontre.
Parking-relais : la solution stationnement

Compte tenu des difficultés de stationnement aux abords du stade et des risques d’encombrements, la CTS conseille aux personnes se rendant au stade en voiture d’utiliser les parking-relais. Ils permettent à tous les passagers d’un véhicule (jusqu’à 7 personnes) de bénéficier d’une place de stationnement et d’un titre de transport aller-retour au prix de 4,10 € (sauf le parking-relais Rotonde à 4,60€).

A noter que les P+R Baggersee, Rotonde, Ducs d’Alsace (lignes A/E et D du tram) et Roberstau

Boecklin (ligne E) offrent une liaison directe vers le stade de la Meinau.
Renforts tram

Enfin, la fréquence tramway sera renforcée à la sortie du match pour faciliter les départs des spectateurs.

Pour toute information complémentaire, le service Allô CTS est à la disposition des clients au

03.88.77.70.70 du lundi au vendredi de 7h30 à 19h et le samedi de 8h30 à 12h15 et de 13h15 à 17h15.
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 2951
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 70
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Racing en L2

Message  67120 le Ven 11 Nov - 20:32

Strasbourg recevra Troyes un lundi
L’information est tombée dans l’après-midi, le Racing Club de Strasbourg Alsace accueillera Troyes au Stade de la Meinau le lundi 12 septembre à 20h30. La rencontre sera retransmise sur une des chaines Canal +. Une nouvelle qui risquera de faire grincer quelques supporters qui ne pourront assister à la rencontre pour aller au travail. La rencontre sera également à suivre sur la page Facebook RCS LIVE.
Alsasport
Racing-Amiens décalé
Le grand retour de la Meinau en Ligue 2 sera en direct sur BeIn Sports !
Le match de la 2e journée de la Domino’s Ligue 2, entre le Racing et Amiens, a été décalé au samedi 6 août, coup d’envoi à 15h. Cette rencontre sera retransmise en direct et en intégralité sur BeIn Sports.
SO

Racing-Reims le 5 novembre
La rencontre de la 14e journée de Domino’s Ligue 2 entre le Racing et le Stade de Reims a été décalée, pour cause de retransmission sur BeIn Sports. Elle se jouera le samedi 5 novembre à 15h au Stade de la Meinau.

Ce sera le quatrième match de la saison que le Racing disputera un samedi après-midi.
SO

FC Sochaux au Racing
La rencontre de la 13e journée de Domino’s Ligue 2, opposant le FC Sochaux au Racing, a été décalé au samedi 29 octobre, coup d’envoi à 15h.
BeIn Sports 1 diffusera en effet ce match. Ce sera la 6e fois que le Racing est diffusé par l’un des deux diffuseurs de la Ligue 2, cette saison.
SO

Brest-Racing le 15 octobre
La rencontre de la 11e journée de Domino’s Ligue 2, entre le Stade Brestois et le Racing a été décalée au samedi 15 octobre à 15h. Elle sera retransmise en direct par BeIn Sports. 
Ce sera le cinquième match de la saison du Racing à être choisi par l’un des deux diffuseurs de la Ligue 2.
SO

Racing-Lens le samedi 10 décembre
Le match de la 18e journée de Domino’s Ligue 2, entre le Racing et Lens se disputera le samedi 10 décembre, coup d’envoi à 15h.
Cette rencontre sera retransmise en direct par BeIn Sports.
Ce sera le cinquième match du Racing à se jouer un samedi après-midi, depuis le début de saison.
SO
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 2951
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 70
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Racing en L2

Message  67120 le Ven 24 Mar - 16:56

Ligue 2: Quels sont les atouts et les défauts de Strasbourg à l’approche du sprint final?
Troisième à huit journées de la fin de la saison, le Racing est toujours dans la course à la Ligue 1, un an après son retour en Ligue 2. Quelles sont ses chances ? On fait le point pendant cette petite trêve internationale…
Après leur victoire à Auxerre (0-2) lundi, les joueurs du Racing ont disposé d’un mini-break bien mérité. Resté sur la 3e place du podium grâce à leur premier succès hors de leurs bases en 2017, le promu abordera donc le sprint final des huit dernières journées dans la peau d’un candidat à la Ligue 1.
A l’occasion de la reprise de l’entraînement après quelques jours pour souffler ce vendredi, 20 Minutes s’est penché aux côtés d’un joueur et d’un supporter sur les forces et les faiblesses des Strasbourgeois, à dix jours d' un derby très attendu contre Sochaux

Les atouts

Moins de pression que les autres. Acteurs, dirigeants, supporters, tous l’ont assez répété depuis des mois : l’objectif, les gars, c’est le maintien. Mais maintenant qu’il est assuré, que le Racing doit-il jouer ?  Eh bien la montée, devant l’opportunité ! « On est encore dans la course et moi, j’en rêve depuis tout petit », valide Jérémy Grimm. Sans pression ou presque, comparé à d’autres…
« Contrairement à Reims ou Lens qui ont annoncé la montée en objectif depuis le début, pour nous, c’est que du bonus », estime Andy, abonné du kop strasbourgeois. Les joueurs comme le milieu Jérémy Grimm ne disent pas autre chose : « On aborde ça sereinement, mais on va s’accrocher le plus longtemps possible pour tenter de décrocher un truc. »
Une attaque qui tourne très bien. Avec 47 réalisations et quatre d’avance sur ses poursuivants, Strasbourg a encore la meilleure attaque du championnat. Et si les Alsaciens ont un temps laissé croire qu’ils avaient une « Boutaïb-dépendance » avec le deuxième meilleur buteur de Ligue 2 (14), Baptiste Guillaume s’est replacé depuis janvier (7) et Jérémy Blayac est aussi en forme.
« Puis Stéphane Bahoken peut également rentrer à tout moment, et les milieux de terrain suivent, derrière », n’oublie pas dans la liste le jeune supporter. C’est simple, depuis début 2017, le Racing tourne en moyenne à deux buts par match. Son tempérament à se projeter rapidement vers l’avant et l’efficacité de ses buteurs pourraient compter.
Un effectif impliqué, et une bonne rotation. Lorsqu’on lui a posé la question des atouts des siens, Jérémy Grimm n’a pas hésité. « C’est d’avoir un vrai groupe soudé qui bosse dans la bonne humeur. Sans embrouille. On bosse tous dans le même sens, et tout le monde fait l’effort. Sur le terrain, ça nous rend plus efficace. Ça donne envie de travailler pour les collègues. »
Malgré un certain nombre de joueurs en fin de contrat à l’issue de la saison et donc dans l’incertitude, le staff réussit à maintenir la majorité de son effectif impliqué. Par une rotation intéressante, autant devant que derrière. « Le coach nous apprend beaucoup, termine Grimm. Il a vécu le haut niveau, pourquoi on n’y arriverait pas nous aussi ? »
L’attente et le soutien de toute une région, ou presque… « Quand le maintien a été acquis, j’ai été un des premiers à parler de la Ligue 1, vu comme c’est serré, ce serait dommage de cracher sur l’opportunité », assume Andy. Malgré ce débat lancinant autour de la préparation à l’échelon supérieur, bon nombre de supporters rêvent secrètement de ce retour tant attendu. Dans toute l’Alsace.
En bon Alsacien, Jérémy Grimm le sait mieux que quiconque, probablement, au sein de l’effectif du RCS. Un soutien populaire qui, à la faveur de la dynamique et de beaux jours, pourrait encore grandir. « J’espère qu’ils viendront nombreux sur les derniers matchs, poursuit le milieu. On aura besoin d’eux, qu’ils nous emportent sur ces matchs. »

Le défaut

Le manque d’attention en défense. Premier en attaque, le Racing est, avec 39 buts encaissés, en queue de peloton en défense. Ce qu’il doit à de trop nombreuses erreurs ou des sautes de concentration. Parce que la régularité et la précision font aussi partie de la découverte, pour certains, de la Ligue 2. « Les matchs perdus, on s’est souvent pénalisés bêtement », confirme Andy.
Ces buts « à la con » comme ce fan les nomme, ne sont néanmoins pas uniquement la faute des défenseurs. « Si devant, comme au milieu, on ne fait pas le boulot, c’est plus compliqué derrière… On a péché collectivement. Ça se joue sur des détails. » Pour ne plus répéter les mêmes erreurs, il serait temps que l’apprentissage se termine.

>> A lire aussi : La question du retour du Racing club de Strasbourg en Ligue 1 va-t-elle devenir sérieuse?
>> A lire aussi : Dites, le Racing club de Strasbourg n'aurait pas un problème de riche en attaque?
>> A lire aussi : Les petits trucs du préparateur physique du Racing club de Strasbourg face à l'enchaînement des matchs

20minutes
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 2951
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 70
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Racing en L2

Message  67120 le Ven 31 Mar - 5:35

Sept pour un podium
Ils sont moins nombreux que pour l’élection présidentielle mais ils sont nombreux quand même. Néanmoins, en Ligue 2, ce n’est pas que le premier qui décroche la timballe. Le Racing est aux prises avec six concurrents, dont le but est de terminer sur le podium.
Alors qu’il reste moins du quart du championnat de Ligue 2 à disputer, le sommet de son classement s’avère passablement inextricable. Quelques observateurs se plaisent à organiser des pronostics battus en brèche chaque week-end. À chaque journée, sur ou à proximité du podium, ils sont quelques-uns à abandonner des points.
Ainsi, il reste au moins sept équipes aux espoirs de montée légitimes. Et ce n’est pas tout à fait cuit pour Niort, 8e , à six points de la troisième place. Toutefois, les Chamois, malgré leurs deux victoires avant la trêve internationale, devront encore remonter cinq équipes s’ils souhaitent chiper la place de barragiste.
Dans le passé, en Ligue 2, d’autres équipes sont revenues de l’arrière et de bien loin. Sur les douze dernières années, Boulogne a ainsi remonté sept points sur le troisième et cela n’avait (vraiment) pas fait les affaires du Racing de Jean-Marc Furlan, planté au pied du podium au printemps 2009 à l’arrivée. La saison d’après, Arles-Avignon est revenu de la sixième place mais en ne comptant que quatre points de retard sur le troisième à ce stade de la saison.

Lens, cinq matches sur huit à Bollaert

Aussi, semble-t-il justifié de se limiter au top-7 actuel pour juger les adversaires du Racing. Entre un leader lensois qui s’affirme dans les Hauts-de-France et un Crocodile nîmois plein de paradoxes, tour d’horizon.
❏ LENS, 1er , 52 POINTS : Après des mois de galère et une saison 2015-2016 au cours de laquelle l’existence de leur club a pu être remise en question, les Sang et Or semblent tenir le bon bout.
Guère réguliers en décembre-janvier, avec trois défaites en cinq matches, ils en ont fini avec leur mauvaise passe pour constituer une série en cours de quatre victoires de rang, dont la dernière sur la pelouse de Reims (0-2).
L’effectif large et expérimenté peut croire en sa bonne étoile, d’autant que Lens disputera cinq de ses huit derniers matches à Bollaert, chaud comme une baraque à frite et même un peu plus si la perspective d’un retour parmi l’élite se confirmait.
❏ BREST, 2e , 52 POINTS : Les acteurs du club breton, le bien connu entraîneur Jean-Marc Furlan en tête, n’ont cessé jusqu’ici de répéter que le Stade n’était pas programmé pour jouer, dès cette saison, la montée. Sauf que l’équipe du Finistère occupe invariablement le podium depuis septembre et a fait la course en tête lors de 19 des 30 journées.
Victimes d’un trou d’air entre la mi-février et la mi-mars – trois défaites, une victoire en cinq matches –, les Brestois se sont un peu rassurés avant la trêve.
Il reste que leur calendrier recèle quelques chausse-trappes, des déplacements à Lens, Niort, Toyes ainsi que l’accueil d’Amiens. Autant de matches qui valent leur pesant de cacahuètes.

Reims a la pression

❏ REIMS, 4e , 49 POINTS : Le relégué champenois a la pression et c’est sans doute l’un de ses désavantages dans la course à la remontée. A priori tankée pour jouer les premiers rôles, son équipe a longtemps déçu à l’extérieur, contrainte de patienter jusqu’à novembre et un voyage… à la Meinau pour vivre un grand bonheur en déplacement.
Depuis, les protégés de Michel Der Zakarian sont longtemps restés sur courant alternatif avant de traverser, moribonds début 2017 – une victoire en six matches. Ils ont su remettre la marche avant, pour se relancer, fin février, et peuvent toujours s’appuyer sur la plus solide défense de Ligue 2, sans doute soumise à rude épreuve jusqu’à la fin de saison : sur les huit matches à son calendrier, cinq l’opposeront à un membre du top-8.
❏ AMIENS, 5e , 48 POINTS : Le promu qui, lui, ne fait pas de bruit est bien campé au pied du podium sans y toucher. Le Sporting picard a accompagné le Racing dans sa montée du National à la Ligue 2 et il continue à le faire.
Moins exposés depuis le mois de novembre après un début de saison prometteur, Régis Gurtner et ses copains ne font pas parler d’eux mais cela leur va plutôt bien. Grâce aux deux victoires décrochées avant la trêve, ils ont vécu une quinzaine sereine et n’ont que deux échéances angoissantes jusqu’au terme de leur saison, à Brest et à Reims. Les autres ressemblent à des matches dans leurs cordes.
❏ TROYES, 6e , 47 POINTS : L’équipe de l’Aube a pris un chouïa de retard au crépuscule de la saison. Mais, quinzième mi-septembre, Troyes a su se remettre d’un début de saison raté, comme d’un début d’année quelconque.
Jusqu’en mai, son programme est limpide avec deux chocs à domicile, face à Brest et Reims, soit autant d’occasions de grignoter sur la tête du classement. Mais d’ici là, le droit à l’erreur est limité avec du monde devant lui au portillon et cinq points de retard sur le duo de leaders.
❏ NÎMES, 7e , 45 POINTS : Bon, il est clair que les Crocodiles n’ont pas vraiment le temps de lézarder au soleil avec quatre points de retard sur le podium et ont intérêt à vite se relever après leur défaite à Sochaux.
Le match face à Valenciennes, ce soir, apparaît comme un tournant majeur pour une équipe qui n’a gagné que trois fois en 15 matches chez elle.
Plus tard, le Nîmes Olympique pourra aborder avec moins d’angoisse ses déplacements, notamment à Reims ou à Brest, fort de son statut de leader en déplacement – huit succès en quinze voyages. L’équipe gardoise est un peu à l’image d’un championnat sens dessus dessous, la tête aussi souvent à l’envers que dans les étoiles. Il n’y a désormais plus que deux mois du rêve à la réalité.
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 2951
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 70
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Racing en L2

Message  67120 le Dim 16 Avr - 5:47

Course d’obstacles
La réception de l’AC Ajaccio, demain soir, sera le premier d’une série de six matches qui peuvent mener le Racing en Ligue 1. Mais rien ne sera simple pour les Alsaciens en cette fin de saison.
Le sprint final est lancé dans cette saison 2016/2017 de Ligue 2. Mais un sprint qui va plus ressembler à un 110 m haies, avec six obstacles à franchir. Passage en revue des adversaires du Racing dans cette dernière ligne droite.
❏ AC AJACCIO
(15e , match aller : défaite 2-0 en Corse).
L’AC Ajaccio est l’une des rares équipes de Ligue 2 à ne plus rien jouer, ou presque. Avec 39 points au compteur, les Ajacciens sont quasiment maintenus. Mais gare tout de même à des Corses qui restent sur une claque prise à domicile, face à Lens. Défaits 3-6 devant leur public lundi dernier, les hommes d’Olivier Pantaloni risquent tout de même de donner du fil à retordre aux Alsaciens. Ne serait-ce que par fierté…
❏ STADE LAVALLOIS
(20e , match aller : victoire 1-0 à la Meinau)
Les Tango ont le blues cette saison. À la peine depuis le début de l’exercice 2016/2017, les Mayennais occupent actuellement une très inconfortable dernière place au classement. Alors déplacement facile en perspective ? Certainement pas, car il ne faut pas oublier que les Strasbourgeois avaient eu toutes les peines du monde à s’imposer à la Meinau à l’aller, en novembre. Et que Laval a donné une leçon de football à Reims vendredi soir (5-2)…
❏ LE HAVRE
(10e , match aller : victoire 1-0 au Havre)
Présenté comme un client pour la montée en Ligue 1 en début de saison, Le Havre a globalement déçu. L’équipe normande a eu un peu de peine à s’adapter au coaching d’Oswald Tanchot, qui a remplacé Bob Bradley en cours de saison.
Mais les Normands, qui n’ont plus grand-chose à craindre ni à espérer dans ce championnat, restent dangereux, avec notamment un duo de buteurs efficace (Duhamel/Gimbert).
❏ RC LENS
(2e , match aller : victoire 3-1 à la Meinau)
Le déplacement dans le Nord, pour défier l’équipe lensoise – et un stade Bollaert qui affiche plus de 30 000 spectateurs de moyenne – s’annonce comme “LE” gros morceau de cette fin de saison pour le Racing.
Programmés pour monter en Ligue 1, les Sang et Or réalisent une deuxième partie de saison en boulet de canon.
Depuis le 25 février, les hommes d’Alain Casanova n’ont plus quitté le podium. En terre Ch’ti, le Racing devra donc réaliser une prestation impeccable pour espérer rééditer son exploit du match aller…
❏ CHAMOIS NIORTAIS
(8e , match aller : victoire 3-0 à la Meinau)
Plutôt inconstants en début d’exercice, derniers au classement fin septembre, les Niortais ont peu à peu relevé la tête, remontant à une belle 8e place au général.
Au match aller, le Racing avait certes gagné, mais le score (3-0) n’est pas forcément à l’image d’une rencontre où Agouazi et ses coéquipiers avaient tenu tête aux Alsaciens jusqu’à la 70e minute.
❏ BOURG-EN-BRESSE
(13e , match aller : 0-0 à Bourg-en-Bresse)
À l’instar de Niort, Bourg-en-Bresse a souffert en début de saison. Mais les hommes d’Hervé Della Maggiore ont réussi à prendre des points par ci, par là et devraient (sauf catastrophe) réussir à se maintenir en Ligue 2 pour la deuxième année consécutive. Méfiance, donc..
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 2951
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 70
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Racing en L2

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum