Jérémy Grimm

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Jérémy Grimm

Message  67120 le Jeu 6 Aoû - 11:09

Jérémy GRIMM



Sa fiche personnelle
Jérémy Grimm
Né le 27 mars 1987
Taille: 1,81 m
Poids: 69 kgs
Poste: milieu de terrain
CV: de 2010 à 2013, 90 matchs en National et 8 buts
de 2008 à 2010, 54 matchs en CFA et 5 buts



Grimm prêt à en découdre
Après plus d’un mois de préparation, Jérémy Grimm et les Strasbourgeois sont impatients d’en découdre ce vendredi à Dunkerque en ouverture du championnat de National. Pour le milieu défensif alsacien, ce premier match dans le Nord doit mettre le Racing tout de suite dans la bonne direction.
Il y a un an, les Strasbourgeois s’étaient imposés au stade de Capitany à Colomiers lors de la 1re journée de National (1-3). Alors forcément, s’ils ne rêvent pas du même verdict que la saison dernière au moment du tomber de rideau, les hommes de Jacky Duguépéroux espèrent toutefois réaliser un départ identique ce vendredi (20 h), sur la pelouse de l’US Dunkerque, 6e du précédent exercice.

Dans le costume du favori de ce championnat, le Racing sait qu’il sera très attendu. Par son hôte du soir, bien sûr, mais aussi par les fidèles supporters alsaciens, dont certains d’entre eux effectueront le déplacement dans le Nord.
« On ne va pas se cacher , on vise la montée, affirme le milieu défensif, Jérémy Grimm. Mais on ne doit surtout pas se mettre de pression avec ça. Il faut aborder les matches les uns après les autres dans l’idée de prendre un maximum de points. On sait qu’on sera l’équipe à battre, comme les années précédentes. »

« On connaît nos valeurs et on doit les défendre »

Le discours est connu et sans surprise. Mais sur la longue route qui mène à la Ligue 2, l’ancien Colmarien ne se fait surtout pas d’illusions. Avec la pancarte d’ogres du National, rien ne sera facile pour les Strasbourgeois tout au long de la saison. Leurs concurrents, tout aussi ambitieux, comme Orléans et Châteauroux - pour ne citer qu’eux -, ne vont pas leur offrir l’un des trois strapontins disponibles pour le monde professionnel sur un plateau doré. « Il faudra mettre les bouchées doubles pour être devant, estime le milieu de terrain défensif. On a loupé de peu la montée la saison passée, alors à nous de faire les efforts nécessaires pour y arriver cette fois-ci. On connaît nos valeurs et on doit les défendre. On verra comment cela va se passer, mais on sait parfaitement ce que l’on a à faire. »
Premier buteur du Racing dans la banlieue toulousaine en août 2014, Jérémy Grimm piaffe d’impatience à l’idée de rentrer de plain-pied dans cette nouvelle saison. « Tout le monde a hâte de reprendre le championnat, c’est la réalité du football. On s’est bien préparé avec des bons matches amicaux. Le jour J arrive vite et on a encore quelques heures pour se préparer et surtout bien débuter » , souligne le natif d’Ostheim.
« On a nos repères et c’est forcément un plus »
Même s’il faut toujours rester prudent à l’heure de faire le bilan d’une préparation et du contenu des matches amicaux, la mayonnaise semble avoir déjà pris entre les quelques nouveaux et les cadres. « Le club a fait le nécessaire pour garder l’ossature de l’équipe. Tout le monde se connaît bien et cela a accéléré les choses durant la préparation. On a nos repères et c’est forcément un plus. On a démontré une bonne cohésion de groupe et un vrai état d’esprit. Il faudra les garder pour ce début de championnat » , assure Jérémy Grimm, 28 ans, qui connaît bien le niveau pour y débuter sa sixième saison.

Son regard est donc à prendre en considération à quelques heures du coup d’envoi de l’exercice 2015-2016 et de ce déplacement délicat du côté de Dunkerque. « Au fur à et mesure des années, le championnat de National a énormément évolué, aucun match n’est facile et il y a beaucoup de très bons joueurs. Chaque week-end, il faudra aller chercher la victoire car on aura des équipes à 200 % en face de nous. On devra tout simplement être à 300 % » , lance l’ex-Colmarien dans un grand sourire.

Reste à espérer que le Haut-Rhinois du Racing l’aura toujours aussi large demain, aux alentours de 22 heures, sur la pelouse du Stade Marcel Tribut.
Alsace
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 3207
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 70
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jérémy Grimm

Message  67120 le Mer 11 Mai - 5:23

Un cœur tout bleu
Avec Abdelhak Belahmeur, il est l’un des rares Alsaciens de l’effectif strasbourgeois. Pour Jérémy Grimm, formé au club, le match de vendredi, qui peut propulser le Racing en Ligue 2, a forcément une saveur toute particulière.
«Je vis le moment à fond. » Jérémy Grimm, sourire aux lèvres, savoure cette fin de saison. Le Racing, “son” Racing, est en effet en passe de réussir son pari : retrouver enfin la Ligue 2, après six saisons de purgatoire.
Et pour le natif d’Ostheim, ce retour annoncé du club strasbourgeois dans le monde professionnel a une saveur particulière. Parce qu’il est Alsacien, parce qu’il a été formé au club et parce qu’il est passé par des galères avant d’en arriver là…
« C’est dans les moments difficiles qu’on apprend des choses »
Jérémy Grimm, revenu au club en 2013, n’oublie pas sa première saison complètement ratée, « collectivement et individuellement », alors que le Racing venait de fêter la montée en National.
Une saison où le Racing, on s’en souvient, avait été rattrapé in extremis par le short après avoir été relégué sportivement en CFA. « Cette première saison est à oublier, même si ce genre de mésaventures fait partie d’une carrière de footballeur », avance Jérémy Grimm en y repensant.
Le seul intérêt de cet exercice raté, qui a failli replonger le Racing par le fond ? Avoir engrangé de l’expérience. « C’est dans ces moments difficiles qu’on apprend des choses. Et on est ressorti plus fort mentalement », souligne le Haut-Rhinois.
La saison suivante sera synonyme de renouveau, pour Grimm comme pour le Racing. Le récupérateur, redevenu l’avaleur de terrain qu’on connaît, dispute 33 rencontres et se paye même le luxe d’inscrire 3 buts.
Mais pour le Strasbourgeois, cette saison garde un goût de « frustration ». « On a bien terminé, mais on n’a pas réalisé l’objectif pour un petit point », en grimace encore le joueur de 28 ans.
Pour sa 3e saison consécutive avec le maillot bleu sur le dos, Jérémy Grimm espère donc mettre ces souvenirs au placard. « Après trois saisons pleines de rebondissements, je veux voir Strasbourg en Ligue 2. C’est pour ça que je suis venu au club », assène-t-il à l’envi.
Il faut dire que l’amour du maillot bleu, c’est de famille chez les Grimm. Et si « toute l’Alsace attend qu’on monte » (dixit Jérémy Grimm), certains l’attendent avec encore plus d’impatience. Du côté d’Ostheim, par exemple…
« Mes parents, mes grands-parents, ma compagne, mes beaux-parents… Toute la famille sera présente. Et mes cousins sont dans le kop », énumère Jérémy Grimm. Forcément, « ça fait chaud au cœur », comme le souligne avec simplicité et sincérité le grand blond. Tout comme cela lui fait « chaud au cœur » de jouer, à nouveau, dans un stade plein, comme la semaine passée, pour la réception de Bastia.
« Jouer dans une telle ambiance, c’est génial. Et là, c’est assez incroyable, les billets sont partis comme des petits pains (*) » , s’étonne presque le gratteur de ballons de l’entrejeu.
Mais pas question, pour autant, de festoyer avant l’heure. Jérémy Grimm a déjà connu trop de désillusions pour ne pas se méfier de cette équipe amiénoise qui peut encore contrer les plans alsaciens.
« On est proche du but, mais il faut rester très concentré. On a encore un point à prendre et ce ne sera pas facile. Amiens a une belle équipe et c’est une vraie finale », évoque Jérémy Grimm.
Comme ses coéquipiers, le milieu de terrain a des mauvais souvenirs de la manche aller. Les Alsaciens s’étaient en effet inclinés en Picardie (2-0) juste avant la trêve de Noël. « On n’avait pas été bon, je m’étais blessé à la cheville… C’est peut-être anecdotique vu le contexte, mais on a une petite revanche à prendre », lâche-t-il.
Même si le point du nul suffit à envoyer les Strasbourgeois à l’étage supérieur, le récupérateur vise donc la victoire. « Il faut prendre cette rencontre comme un match de Coupe. On est là pour gagner et offrir du beau spectacle… », expose-t-il encore.
Une fois cette montée – enfin – validée, il sera temps pour Jérémy Grimm de se pencher sur son avenir, lui qui est en fin de contrat avec le RCSA en juin. S’il avoue volontiers qu’il « continuerait bien le parcours avec le Racing », Grimm se focalise avant tout sur cette fin de saison.
« On verra bien pour la suite. Mais pour l’instant, il reste trois matches et l’objectif n’est pas encore atteint… », tranche le joueur.
(*) Comme annoncé hier, tous les billets ont été vendus et le match se déroulera à guichets fermés.
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 3207
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 70
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jérémy Grimm

Message  67120 le Jeu 9 Juin - 19:22

Grimm rempile pour deux ans
Jérémy Grimm a prolongé de deux années son contrat avec le RC Strasbourg, a-t-on appris aujourd'hui sur le site internet du club. 
A la mi-mai, évoquant dans nos colonnes sa fin de contrat avec le RCSA en juin, le milieu de terrain avait indiqué qu’il « continuerait bien le parcours avec le Racing ».
Depuis son arrivée au club, Jérémy Grimm a disputé 92 matches.
Sur les soixante-quatre joueurs qui ont participé aux 165 matches disputés depuis le 27 août 2011, à Forbach, première rencontre disputée après la liquidation judiciaire intervenue quelques semaines plus tôt, Jérémy Grimm occupe, avec Dimitri Liénard qui a prolongé cette semaine son contrat d'une année, la première place pour le nombre de rencontres disputées...
Il a inscrit 4 buts en National sous le maillot ciel et blanc.
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 3207
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 70
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jérémy Grimm

Message  67120 le Lun 18 Juil - 22:18

Grimm a déjà tourné la page
Le meilleur Strasbourgeois de la saison passée a toutes ses attentions tournées vers la Ligue 2. Jérémy Grimm entend faire de sa découverte d’un championnat une réussite collective : il veut aller toujours plus haut. .
Jérémy Grimm n’en a pas fini avec ses jolis contes strasbourgeois. Là où il a été formé, là où il est revenu, là il est monté à un niveau inédit, participant activement à la renaissance d’un club moribond il y a encore trois ans.
Durant la longue parenthèse qui a conduit dans les méandres incertains du monde amateur un club bel et bien professionnel quand il y a été formé jusqu’en 2007, l’enfant d’Ostheim est celui qui a porté le plus de fois le maillot bleu. Et ses 92 matches ont ressemblé à la trajectoire du Racing. Pas au sommet de son art pour le premier exercice, conclu par un repêchage in extremis en National, Grimm est monté en régime et le club strasbourgeois a fini par décrocher la timbale.

« Quelque chose que j’attendais depuis tout petit »

C’était le 27 mai dernier, à Belfort, il y a sept semaines à peine. Il n’y a néanmoins guère le loisir de s’éterniser sur une belle fête. « On a juste atteint l’objectif, considère le milieu récupérateur. On doit vite passer à autre chose. Découvrir la Ligue 2 ici, c’est vrai que c’est quelque chose que j’attendais depuis tout petit. Ça m’a rendu heureux mais je ne veux pas m’arrêter là. »
Et il ne veut pas non plus aller voir ailleurs, visiblement. Le joueur de 29 ans a rempilé, sans hésiter dans la maison bleue dont il ne s’est jamais éloigné vraiment, fréquentant Delémont (D2 suisse) et Colmar de 2007 à 2013.
Il fait figure de taulier avec Seka, Oukidja, Lienard et quelques autres mais le décor a bigrement bougé en quelques jours. L’entraîneur a changé. Des recrues sont arrivées. Mais son statut, a priori, ne devrait pas être modifié.
Thierry Laurey entend en faire son homme de base dans son milieu en losange, devant la défense, « même s’il faudra lui mettre le frein », trop essentiel à la récupération pour lui laisser trop d’aise en partant à l’abordage.
L’environnement est familier mais le Racing a connu une sacrée évolution en cette intersaison. « On part en stage (à Niderbronn-les-Bains, commencé hier et jusqu’au week-end prochain) pour bien se connaître, remarque Grimm. Après, il y a effectivement un renouveau au Racing. Mais en réalité, à chaque début de saison, on repart de zéro. »
L’Alsacien ne s’est jamais senti installé, en dépit d’une fille qui grandit et qu’il a tenue fort dans ses bras lors de la dernière à la Meinau, la belle fête face à Dunkerque. En cet été, il ne ménage pas ses efforts et affiche son indéfectible hargne en bandoulière pour contrarier les plans adverses.
Face à Charleroi, avant-hier, Thierry Laurey l’a peut-être sorti à l’heure de jeu pour éviter que l’affaire ne tourne au vinaigre rouge alors que Grimm avait déjà été averti.
Seul en sentinelle, il ne devrait en tout cas pas chômer tout au long de la saison.
« On doit apprendre au plus vite le système, c’est vrai, il y a quelques réflexes à acquérir mais l’objectif dans le fond ne change pas, sourit celui qui a hérité un temps du brassard, pour l’ouverture de la campagne amicale, face aux U19 de l’équipe de France. Pour gagner un match, il faut marquer un but et ne pas en prendre. »
Pour l’heure, c’est l’expression offensive qui reste en chantier, surtout en termes d’efficacité. Le Racing n’a marqué qu’une fois en trois matches. Y aurait-il des raisons de s’inquiéter ?
« On travaille bien, il y a encore des points à améliorer mais tout se passe dans la bonne humeur, assure-t-il. On sent qu’il y a des moments où il faut être sérieux et des moments pour rigoler. On est des compétiteurs, on attend avec impatience le premier match de championnat. Mais on sait aussi que l’on doit passer par cette préparation qui intervient après des vacances réduites pour nous. »
Jérémy Grimm est impatient de découvrir un niveau inédit. « J’avais joué en D2 suisse, mais ça n’a rien à voir, s’enthousiasme-t-il. J’ai été très heureux de reprendre, je suis heureux de goûter à ces moments-là. »

« Strasbourg est assez médiatisé pour que tout le monde sache ce par quoi est passé ce club »

Et il n’a même pas à forcer sa nature, à jouer les guides pour les nouveaux. Le Racing arrive lancé, assis sur son formidable public et trois montées décrochées en cinq ans.
« Tous les joueurs qui nous ont rejoints connaissent les saisons récentes du Racing, Strasbourg est assez médiatisé pour que tout le monde sache ce par quoi est passé le club », conclut-il. Lui en a évidemment une conscience extrême et n’a qu’une obsession : conjuguer la période noire du Racing définitivement au passé.
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 3207
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 70
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jérémy Grimm

Message  67120 le Lun 8 Aoû - 5:21

Grimm : « Un but

qui en vaut mille »

Jérémy Grimm ( félicité ci-dessus par son capitaine Ernest Seka ) a tout particulièrement savouré son but. Non seulement parce qu’il offre la victoire au Racing. Non seulement pour la symbolique, ce premier but en Ligue 2 pour le Racing, six ans après, inscrit par l’unique alsacien de la troupe.
Mais aussi parce que «je n’avais jamais marqué face au kop, mais toujours en face, devant une tribune souvent vide. Alors celui-là, face à nos supporters, il en vaut mille.»
D’autant plus que le kop a pris de l’ampleur en déménageant en tribune ouest, juste derrière le but. «Ça fait bizarre, d’ailleurs j’ai failli partir vers le quart de virage pour partager ma joie avec eux», avoue Jérémy Grimm.
L’Ostheimois a au passage pris sa petite revanche face à son pote Régis Gurtner, ancien de la maison et gardien du SC Amiens, vainqueur du Racing à deux reprises la saison écoulée en National.
«Cette fois, ça a été à mon tour de le chambrer.» Le Picard d’adoption ne lui en a pas tenu rigueur, celui-ci ayant retardé le départ du car, le temps de retrouver son bourreau du jour pour l’amical échange de maillot. R.SA
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 3207
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 70
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jérémy Grimm

Message  67120 le Jeu 8 Sep - 15:30

Grimm, joueur du mois d’août
Jérémy Grimm a été élu joueur du mois d’août par les supporters du Racing ! Le milieu de terrain a obtenu 41% des suffrages, devançant Khalid Boutaib (29%) et Felipe Saad (12%).
Auteur d’un début de saison tonitruant, Jérémy Grimm restera comme le premier buteur du Racing cette saison (face à Amiens, 1-0)

> RÉSULTATS COMPLET



  1. Jérémy GRIMM 41% (461 votes)
  2. Khalid BOUTAIB 29% (326 votes)
  3. Felipe SAAD 12% (139 votes)
  4. Anthony GONCALVES 11% (118 votes)
  5. Ihsan SACKO 7% (73%)
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 3207
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 70
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jérémy Grimm

Message  67120 le Mer 12 Oct - 5:14

« Je ne suis pas inquiet »
Malgré des résultats en dents de scie ces dernières semaines, Jérémy Grimm n’est pas inquiet, à quelques jours du déplacement du Racing à Brest.
Après un été fort convaincant, le Racing est quelque peu rentré dans le rang depuis le début de l’automne. Depuis la victoire à la Meinau face à Troyes (2-0), décrochée le 12 septembre dernier, les Bleus n’ont engrangé que deux points en quatre rencontres de championnat (*).
Résultat : avec 14 unités dans leur besace, ils sont désormais installés dans le ventre mou de Ligue 2, eux qui étaient tout proches du podium il y a quelques semaines. Mais pas question de broyer du noir avant la 11e journée, qui verra les Alsaciens se déplacer sur le terrain du coleader de Ligue 2, Brest, samedi après-midi.
« Je ne suis pas inquiet, avance ainsi Jérémy Grimm quand on évoque l’actuelle baisse de régime de ses troupes. On a quand même fait une première partie de saison correcte, même si lors de certains matches, on aurait pu ramener plus de points. »
Un bilan « correct »
La lourde défaite encaissée lors de la dernière sortie des Bleus à la Meinau, face à Valenciennes (2-4) ? Le milieu récupérateur de 29 ans y voit un épiphénomène.
« Lors du dernier match, on a pris une valise, c’est clair, mais les circonstances étaient quand même très particulières (le Racing a fini le match à neuf contre onze après les expulsions de Lienard et Saad, ndlr) , analyse le natif d’Ostheim. Mais bon, la coupure internationale nous a fait du bien. Elle a permis de souffler, de se vider la tête et de se remettre en cause. »
Et Jérémy Grimm de poursuivre : « Mais je reste confiant dans la qualité de l’équipe. Tout le monde travaille, tout le monde est investi et on garde notre bonne humeur… Les résultats sont un peu en dents de scie, mais ce n’est pas catastrophique non plus ».
Sûr que le Racing affiche un bilan « correct », dixit Grimm, pour une équipe promue, après dix journées de championnat.
Mais les Alsaciens auraient tout de même intérêt à retrouver rapidement un peu de solidité, le calendrier à venir s’annonçant dantesque.
Lors des quatre prochaines journées, le Racing va affronter Brest (2e ), recevoir Auxerre (19e ), aller à Sochaux (6e ), avant d’accueillir le leader Reims à la Meinau. Excusez du peu…
« Ces prochaines semaines, on va jouer les grosses équipes de Ligue 2, mais ça me va bien. Ça va être des matches intéressants à jouer tous les week-ends, dans de beaux stades », positive le milieu récupérateur.
« Ça risque de se jouer sur des petits détails »
Et l’ex-Colmarien en est persuadé : le Racing peut (et doit) être à la hauteur. Car « on n’a rien à envier aux autres équipes de Ligue 2 », énonce-t-il.
La litanie de blessés et autres suspendus, notamment à l’arrière, n’y change rien. « Cela fait partie d’une saison et le club a fait le nécessaire pour recruter les joueurs qu’il fallait. On a du monde sur le banc qui peut faire le job », lance-t-il.
Jérémy Grimm se méfie tout de même des hommes de Jean-Marc Furlan. Et il sait qu’en terre bretonne, le premier objectif du Racing sera de retrouver la sérénité qui a fait sa force en début de saison.
« À l’extérieur, notre mission est d’abord de bien défendre, d’être costaud… Après, on verra bien comment le match va tourner, souligne encore le milieu de terrain. Mais comme souvent, ça risque de se jouer sur des petits détails. Il va falloir être concentré jusqu’au bout. »
(*) le Racing a perdu à Orléans (3-1) et face à Valenciennes (2-4) et fait match nul face au Red Star et à Clermont (0-0 à chaque fois).
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 3207
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 70
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jérémy Grimm

Message  67120 le Jeu 12 Jan - 6:03

Le panache blond
Il a apprécié la première partie de saison du Racing, où il est un baromètre épatant, comme la trêve hivernale qui prendra fin, pour lui, samedi, à Amiens. Au coeur de sa troisième saison strasbourgeoise comme grand homme de base, Jérémy Grimm n’est néanmoins pas rassasié.
On l’a laissé chaud patate en décembre, irrésistible homme du milieu, buteur face à Lens (2-1) et à Niort (3-0), locomotive inattendue d’un groupe en découverte de la Ligue 2.
Mais Jérémy Grimm entend entamer 2017 sur les mêmes bases que l’année dernière. Sa trêve hivernale à lui a duré une semaine de plus que les autres, la faute à une accumulation de cartons jaunes judicieusement récoltés pour reprendre en une compétition où il a brillé jusqu’ici.

« Tu croques à pleines dents dans les matches… »

Il a fait l’impasse (volontairement ?) sur la Coupe. Le blond du milieu vit son baptême de L2 cette saison ? Il est désigné dans l’équipe type du championnat par l’hebdomadaire France Football qui a la fâcheuse tendance de faire référence.
L’Alsacien est parti de « tout en bas ». « Et après, tu t’adaptes, plus tu montes, plus c’est intéressant, plus tu prends du plaisir à évoluer dans de vrais stades, face à des joueurs de plus en plus forts, et il faut essayer d’être plus intelligent, révèle-t-il comme secret de son invariable progression. Tu croques à pleines dents dans les matches. »
Et le bonheur est au rendez-vous. Mais même si son Racing n’est pas loin du tout du podium, Grimm rechigne à regarder dans le rétroviseur. Son premier but de la saison, face… à l’Amiens de sa vieille connaissance, Régis Gurtner, a parfaitement lancé la saison du Racing (1-0) ? « C’était effectivement plaisant de repartir sur une saison, à la maison, par une victoire, note-t-il. Cela donne de la confiance et de la bonne humeur, mais on a surtout su rester humble, garder les pieds sur terre pour réussir une première moitié de championnat. Là, tout le groupe est concentré pour repartir sur une dynamique. Tous les matches, chaque week-end, sont importants. On veut relancer le cycle retour, comme à l’aller. »
Les protégés de Thierry Laurey sont sur une série de quatre victoires en championnat. L’idée est de la prolonger en repartant du bon pied, à la Licorne, où tout n’a pas toujours été comme sur des roulettes.
Avec Amiens, les histoires sont riches. Avant la trêve l’an passé, la bande à “Dugué” avait pris la leçon en Picardie. Un peu plus tard, au printemps, le maudit Sporting avait empêché le Racing de fêter la montée en Ligue 2 à la Meinau, en marquant son improbable but de la victoire à la dernière seconde.
Amiens a peut-être pu gâcher la fête, un temps, mais n’a pas empêché le joueur de 29 ans de se frotter à des niveaux inédits.
Ce dernier continue de garder l’appétit. « Les compliments, le fait que l’on parle de moi, cela fait plaisir mais on ne va pas s’arrêter à ça, indique-t-il. Quand on monte sur le terrain, c’est pour prendre du plaisir et ce n’est pas possible d’y arriver sans mouiller le maillot, donner tout ce qu’on peut. Quel que soit le résultat, l’important est de ne pas avoir de regrets. » Il ne peut guère en nourrir, ces temps-ci.
Et il participe à la santé d’une équipe qui lui ressemble depuis six mois et même un peu plus. Samedi, il était en tribune pour assister à la victoire des siens, sans lui, face à Épinal, une qualification (un peu) arrachée par les cheveux.
Et la lourdeur du calendrier, enrichi d’un déplacement au Poiré-sur-Vie (pour le 16e de finale de Coupe de France) ne semble pas devoir provoquer l’indigestion.
« On a raté la première mi-temps, mais revenir de 0-2, c’est la preuve qu’on a du caractère et que l’on ne doit pas perdre nos valeurs, conclut-il. On aura peut-être un match de plus à disputer, mais on est avant tout des compétiteurs. Après, si on doit enchaîner les matches, l’important est d’être exigeant avec soi-même, avec nos corps. On va peut-être enchaîner les matches, mais il y a aussi l’envie de jouer les coups à fond. À mon âge, il ne me reste peut-être plus tant de temps que ça pour en profiter. Et j’ai encore des objectifs. »
Il y a dans l’enthousiasme du prochain trentenaire, dans la roublardise de sa manière de faire et l’éclat de ses fulgurances, comme les ingrédients du savoureux cocktail de la réussite strasbourgeoise ces temps-ci.
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 3207
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 70
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jérémy Grimm

Message  67120 le Jeu 4 Mai - 5:11

Jérémy Grimm « savoure »
Revenu au sein de son club formateur en 2013, Jérémy Grimm a connu des hauts et des bas. Le seul joueur alsacien de l’effectif strasbourgeois savoure donc pleinement la belle saison du Racing.
« C’est une période où tout souri, alors on en profite un max, parce que ça arrive rarement dans une carrière ». Jérémy Grimm le dit clairement : cette saison, il « savoure » (*). Et peu importe si Jean-Eudes Aholou le devance désormais dans la hiérarchie des milieux récupérateurs. Jérémy Grimm ne voit que du positif en cette saison 2016-2017.

On peut le comprendre. Car avec Dimitri Lienard, il est le seul rescapé de cette saison 2013-2014 où tout aurait pu mal tourner pour le club alsacien.

Après s’être extirpé avec difficultés de sa poule de CFA, le groupe de François Keller avait peu à peu sombré lors du premier exercice de National. Relégué sportivement, le Racing avait été repêché sur le fil après le rocambolesque épisode “Luzenac”. C’est donc peu de dire que Jérémy Grimm sait que le club revient de loin.

« J’ai vécu différentes émotions depuis mon retour au club. La première saison, c’était vraiment dur, mais on a appris plein de choses, on a progressé… Et ensuite, on a su gravir les étapes les unes après les autres », rappelle le natif d’Ostheim.
« Porter le brassard, c’est une fierté »

Pour le milieu récupérateur de 30 ans, cette saison 2016-2017 est sans conteste l’une des plus belles – la plus belle ? – de sa carrière. Lui qui n’avait jamais joué en L 2 a en effet disputé 32 rencontres, inscrits 4 buts, prouvant là (comme son compère Lienard) qu’il avait parfaitement “digéré” la montée à l’étage supérieur.

« Depuis le début du championnat, on prend du plaisir. On a un groupe complet et homogène, le président a vraiment fait de très bonnes pioches dans son recrutement », ajoute Jérémy Grimm.

Et le tout « sans qu’on perde nos valeurs : la solidarité, l’humilité et l’envie de mouiller le maillot ».

Mais Jérémy Grimm est loin d’être rassasié. « On espère grappiller quelque chose en fin de saison, mais pour cela, il ne faudra rien lâcher. C’est l’équipe qui aura le plus envie qui va monter », avance le joueur.

Et de l’envie, il en aura à revendre lundi sur la pelouse de Bollaert. « Jouer chez nous, c’est un plaisir, avoir 25 000 spectateurs qui nous soutiennent, c’est énorme, mais là-bas, ça va être une belle fête aussi. Le genre de moment que tu croques à 200 % », poursuit celui qui est désormais capitaine, en alternance avec l’autre Jérémy, Blayac.

« Porter le brassard, c’est une fierté, souligne-t-il d’ailleurs à ce sujet, soudain plus sérieux. Ce n’est pas n’importe quoi d’être capitaine ».

Surtout au sein d’un club où il a fait ses gammes (de 2004 à 2007), avant de revenir pour lui redonner une place dans le monde professionnel.

Mais même si Jérémy Grimm rêve de porter, ne serait-ce qu’une fois, le maillot Ciel et Blanc lors d’une joute de Ligue 1, il sait que rien n’est encore acquis. « On réalise une belle saison, mais rien n’est fait. On a des points d’avance, mais le classement reste très serré… Il y a encore six ou sept équipes dans le coup, on ne peut pas se relâcher. Il faudra déjà réaliser une grosse performance lundi à Lens », rappelle avec prudence le blond du milieu.

En effet. Dans un stade Bollaert en fusion, les Alsaciens auront une mission difficile. Jérémy Grimm le sait. Mais à l’instar de ses coéquipiers, il est prêt au combat…

(*) cet entretien a été réalisé mardi, la veille du jour où Abdallah Ndour s’est blessé
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 3207
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 70
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jérémy Grimm

Message  67120 le Ven 12 Mai - 5:29

Grimm : « On doit Rester dans notre bulle »
Le milieu de terrain Jérémy Grimm ne se projette pas plus loin que le déplacement de Niort. Le match du jour recèle trop de problèmes en lui-même pour envisager le moindre calcul.

– Vous abordez votre ultime déplacement de la saison. Quel est votre état d’esprit alors que vous occupez la première place du championnat ?


– On voit le bout et on a à cœur de récupérer des points là-bas en sachant que cela ne va pas être facile. On y va dans la bonne humeur avec l’idée de défendre nos valeurs et nos couleurs et de prendre du plaisir. On ne calcule pas.

– Le Racing paraît en réussite ces temps-ci et semble disposer de plusieurs solutions pour prolonger sa série. Est-ce effectivement le cas ?

– Depuis le début, tout se passe bien entre les recrues, les nouveaux. Le club a fait le nécessaire pour construire un groupe au niveau, aussi bien humainement que sportivement. Il y a du plaisir à aller au travail car il y a une bonne entente entre nous. Après, on sait que rien n’est fait.

– Être en position de force, c’est rassurant tout de même ?


– On a hâte de connaître le verdict mais il y a encore six équipes qui jouent la montée. On doit rester dans notre bulle, rester bien concentré pour rendre heureux les Alsaciens qui attendent que leur équipe retrouve l’élite. Si on y arrive, ça serait magique. Niort va jouer le coup à fond. On aborde ce rendez-vous sans stress, sans se poser de question, sans relâchement. Et si chacun joue son rôle, on récoltera quelque chose.
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 3207
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 70
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jérémy Grimm

Message  67120 le Sam 1 Juil - 5:30

Grimm ne va rien changer
Le milieu du Racing prépare avec humilité une saison en L1, forcément compliquée. Mais en convoquant des valeurs qui ont contribué aux récents succès, il tient peut-être la formule d’une future réussite.
Depuis la catastrophe financière qui a été proche d’emporter le Racing, en 2011, il est celui qui a porté la tunique strasbourgeoise avec le plus d’assiduité. Du haut de ses plus de 120 matches en National et en Ligue 2, Jérémy Grimm peut revendiquer une part du retour du Racing dans l’élite.
« Envie de croquer dans ces moments-là »

Pour le Haut-Rhinois, formé d’ailleurs à l’ombre de la Meinau, jusqu’en 2007, « c’est un rêve de gamin » que de préparer une saison de L1 avec le club dont il était fan, gamin. « Mais il y a désormais une réalité, souligne le milieu, désireux de tourner la page. Ça fait plaisir de se retrouver là, c’est sûr, on se retrouve dans un autre monde. Je vais découvrir un niveau que je n’ai jamais connu. Mais j’ai aussi envie de croquer dans ces moments-là. »

L’idée, pour que la saison soit savoureuse, n’est évidemment pas de se prendre des doudounes chaque week-end. En remettant les crampons et le short, même avec le sourire lié aux souvenirs récents si heureux, Jérémy Grimm n’a pas l’intention de faire de la figuration. « Jusqu’à maintenant, avec d’autres joueurs qui ont pu être dans la même situation que moi, on a toujours su se mettre au niveau, évoque le grand blond avec les cas de Lienard, Seka, Gonçalves et quelques autres en tête. On a travaillé pour se mettre au niveau et on sait que l’on a un gros boulot devant nous. La force du Racing, ces derniers temps, c’est son état d’esprit. On va mettre la double couche. »

Cela semble nécessaire alors que le promu est contraint de se montrer particulièrement prudent sur le marché des transferts. Au moins, les acteurs des deux montées successives n’ont pas l’impression d’être laissés au bord du chemin. « On a été à la hauteur et le club nous fait confiance alors on veut rendre la pareille, indique le récent trentenaire. On est un bon groupe, qui va être renforcé et où il y aura de la concurrence. Mais il faudra continuer à fonctionner avec cette notion de groupe. »

Les victoires, mais aussi les difficultés rencontrées la saison passée, peuvent faire office de solide ciment. Toutefois, les souvenirs ne permettront pas d’aller bien loin en Ligue 1. « En sortant d’une saison fatigante mais magnifique, après la fiesta qui a suivi, après des moments qu’on voulait savourer à fond, on a pu recharger les batteries, explique le joueur passé par Colmar. Maintenant, le club est de nouveau en haut. Tu a s hâte d’être face à des adversaires encore plus fort. Il y aura du plaisir à repartir à la guerre car il y aura forcément des choses intéressantes à vivre. »
« Plus tu montes, plus tu as envie de donner »

Grimm ne se la raconte pas mais apprécie. Un sommet dans une carrière, à l’âge où d’autres sont déjà rangés des voitures, c’est un bonheur qu’on n’a pas envie de bouder : « On va se retrouver dans des vrais stades, ça va respirer le foot à chaque match. Dans ma position, plus tu montes, plus tu as envie de donner. Je prends ce qu’il y a à prendre, dans la joie et la bonne humeur. J’avais un rêve de gosse, c’était de jouer pour le Racing et j’ai fait la bascule. Là, ce sera peut-être contre l’OM, le PSG, Saint-Étienne ou Lyon. Mais moi, j’étais supporter du Racing. »

Et il n’est pas question de changer. National, Ligue 2 ou Ligue 1, le père Grimm continue de venir à l’entraînement par le tram, après un pratique voyage en TER, son sac de sport en bandoulière. C’est à force d’humilité que le Racing a fini par ressusciter. Et son emblématique milieu de terrain pourra toujours lui rappeler.
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 3207
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 70
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jérémy Grimm

Message  67120 le Mer 19 Juil - 14:32

Les années colmariennes de Jérémy Grimm
Pour son quatrième match de préparation, le Racing affronte Sochaux ce vendredi (19 h) au Stadium de Colmar. Un retour aux sources pour Jérémy Grimm, le milieu du Racing, qui garde un excellent souvenir des cinq saisons passées dans le Haut-Rhin.
Jérémy Grimm est un enfant d’Ostheim, à deux coups d’ailes de cigogne de Colmar. Il a tapé pour la première fois dans un ballon au village avant de rejoindre les équipes de jeunes des SR Colmar. A 12 ans, repéré par Jacky Duguépéroux, il débute sa formation au Racing. Sauf une escapade d’une saison en deuxième division suisse (à Delémont) qui suit sa période strasbourgeoise, sa carrière de joueur reste, à ce jour, exclusivement régionale. Car, avant de revenir au berceau du football alsacien en 2013, Jérémy Grimm a été, durant cinq années, l’un des piliers des SRC. Il raconte : « C’est Dominique Lihrmann qui est venu me chercher en Suisse alors que Colmar jouait en CFA. Pour moi, c’était l’occasion d’un nouveau challenge et d’être plus proche de ma famille. Je me suis tout de suite senti chez moi. Mon entraîneur, Damien Ott, était mon ancien prof de gym ».

La première saison est celle de l’adaptation. La seconde (2009/2010) est inoubliable. « On n’avait pas forcément d’objectif précis. Et puis, petit à petit, un truc s’est passé. L’ambiance familiale du club et un groupe de joueurs qui étaient avant tout des potes, tout cela a fait que les bons résultats se sont enchaînés. Moi, j’étais surtout là pour m’éclater, sans stress. Une aventure humaine est née ». Une aventure qui envoie les SRC en National et qui se double d’un parcours remarquable en Coupe de France. Au 8e tour, Colmar élimine Metz (L2) après un match épique (2-2, 4-2 aux tab). Mais ce n’est rien à côté du 32ème de finale contre Lille (L1) au Stadium.


ELIMINE PAR … BLAYAC !


Avec Rudi Garcia sur le banc et Eden Hazard sur le terrain, Lille semble hors de portée. Mais Grimm et sa bande sont héroïques. Les SRC résistent 120 minutes (0-0) avant que ne s’engage une séance de tirs au but interminable. « On a tous tiré, gardien compris, se souvient Jérémy qui a réussi le sien, ça n’en finissait plus. A la fin, on gagne 10-9, une pure folie ». Colmar ne passe pas loin d’un nouveau prodige en 16èmes. Malgré un penalty réussi par Grimm, Colmar s’incline face à nouveau pensionnaire de L1, Boulogne-sur-mer (1-2). Parmi les bourreaux des SRC, un certain Jérémy Blayac…


« Cette aventure résume ce que j’ai connu à Colmar durant cinq saisons. Du plaisir. On avait un groupe en or, un président, Roland Hunsinger proche de nous, des dirigeants dévoués corps et âme ». En trois années de National, Jérémy conserve le souvenir d’un combat pour le maintien « qui a été un beau moment de lutte commune » en 2011, puis deux années où le rêve de montée est seulement caressé. L’amitié reste au cœur des souvenirs : « Je suis encore en relation avec des gars comme Sylvain Meslien, Cédric Liabeuf, Benoît Haaby ou Guillaume Créquit. On se voit quand on peut ».

Jérémy Grimm revient au Stadium avec un pincement au cœur et un vœu : « J’espère que Colmar va remonter la pente. Je souhaite bon courage aux nouveaux dirigeants ».
SO
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 3207
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 70
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jérémy Grimm

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum