32ème Journée : Strasbourg - Amiens

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

32ème Journée : Strasbourg - Amiens

Message  67120 le Dim 3 Mai - 11:53

Voila encore trois points qui nous attendent
Vendredi 08 mai 2015 20h
Consolat Marseille-Paris FC
Bourg-Péronnas - Epinal
Red Star - Istres
Strasbourg - Amiens SC

mais nos trois équipes qui nous précèdent ont eux aussi des matchs faciles
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 2717
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 70
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 32ème Journée : Strasbourg - Amiens

Message  67120 le Mer 6 Mai - 5:41

avant Racing – Amiens, vendredi (20h) Trois cibles très mouvantes
En dépit de son rythme infernal depuis janvier, le Racing reste à plus d’une victoire du podium. À trois matches de la fin, quelles sont les conditions pour qu’il y achève sa saison ?

Les Strasbourgeois avaient fait leur petit calcul lors de l’avant-dernière défaite concédée dans leur exercice.

Après avoir perdu à Bastia (1-0), ils avaient conclu que sept ou huit victoires devraient suffire pour décrocher la timbale, une place dans le trio de tête qui leur garantit un retour dans le monde professionnel. Au deux tiers de la période, il semblerait qu’ils aient fait preuve d’optimisme. Malgré six victoires décrochées en sept matches, le Racing n’est toujours pas maître de son destin.
Au Racing, on continue de croire aux retrouvailles avec la Ligue 2
Pire, un échec lors de ses trois derniers rendez-vous – l’accueil d’Amiens, vendredi, de Colomiers, deux semaines après, avec un déplacement à Luçon dans l’intervalle – enterrerait tout espoir. C’est que le Red Star, le Paris FC et Bourg-Péronnas enchaînent les bons résultats dans la même période, ne lâchent presque pas de terrain et se retrouvent tout proche d’une montée qui se révélerait historique pour ces trois clubs, loin des sommets depuis longtemps pour les Franciliens, jamais à de telles hauteurs pour l’équipe de l’Ain.
Dans l’environnement du club strasbourgeois, et même en son cœur, on se plaît néanmoins à répéter qu’on croit en des retrouvailles avec la Ligue 2 au mois d’août prochain. Ils étaient quelques dizaines de supporters, à Saint-Raphaël vendredi, à l’entraînement hier, à exprimer leur foi.

Les joueurs en font de même par leur comportement sur le terrain, par leurs discours en dehors. Il y a une part d’irrationalité dans cette conviction, mais acteurs et suiveurs auront toujours la satisfaction d’avoir fait le job jusqu’au bout en cas d’échec.
Le Red Star
Ses trois derniers matches : reçoit Istres, va à Fréjus/Saint-Raphaël, reçoit Amiens.

Avec sept points d’avance sur le Racing, et malgré la différence de but particulière défavorable, le club audonien aborde ses trois derniers matches dans un fauteuil. En fait, il a même l’occasion d’entériner sa montée dès vendredi, à domicile, face à Istres, un avant-dernier d’ores et déjà relégué. Les chances strasbourgeoises de revoir le leader du jour, battu chez lui et à la Meinau faut-il le rappeler, sont quasiment nulles.
Le Paris FC
Ses trois derniers matches : va à Marseille Consolat, reçoit Bourg-Péronnas, va au CA Bastia.

On le présentait comme le plus fragile des trois sur la seconde partie de la saison, mais le Paris FC a clairement redressé la barre, avec les 13 points décrochés sur les cinq derniers matches. Lui non plus ne dispose pas du goal-average particulier sur le Racing, mais ses cinq points d’avance pèsent lourd. Même en cas de grand chelem de la bande à “Dugué”, il n’a besoin “que” de cinq points pour s’assurer de la montée, soit deux nuls et une victoire. Il peut même se permettre un faux pas s’il décroche deux victoires par ailleurs.
Bourg-Péronnas
Ses trois derniers matches : reçoit Épinal, va au Paris FC, reçoit Boulogne.

Les hommes de Della Maggiore ne sont qu’à trois points, mais l’écart est trompeur. Les Burgiens peuvent également s’appuyer sur un goal-average particulier avantageux qui change tout. En fait, ils disposent d’une marge de quatre points et deux victoires dans l’actuelle dernière ligne droite leur suffiraient.

En revanche, une moisson légèrement inférieure – comme deux nuls et une victoire – peut les mettre en danger si le Racing, voire Luçon – le club vendéen, un point derrière le Racing, a lui le goal-average particulier sur Bourg –, réussit un sans-faute.
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 2717
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 70
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 32ème Journée : Strasbourg - Amiens

Message  67120 le Jeu 7 Mai - 21:41

Racing – Amiens : Le groupe strasbourgeois
Jacky Duguépéroux a communiqué son groupe de 18 joueurs pour la réception d’Amiens ce vendredi à 20h00 au Stade de la Meinau. Notez le retour de blessure de Dimitri Lienard et le retour de suspension de Bahoken. Autant dire que tous les ingrédients seront réunis pour une éventuelle victoire du Racing dans la course folle vers la Ligue 2.
Le
groupe strasbourgeois :

Gauclin, Oukidja ; Aguémon, Amofa, Bahoken, Belahmeur, Blayac, Camara, Chrétien, Grimm, Lienard, Ndiaye, N’Dour, N’Doye, Sabo, Salmier, Seka, Sikimic.

Les
absents :

Fachan, Oliveira, Schmittheissler (blessés), Binder, Donzelot, Munch, Ieraci, Vencel Jr. (choix de l’entraîneur).


total sport
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 2717
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 70
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 32ème Journée : Strasbourg - Amiens

Message  67120 le Ven 8 Mai - 5:39

La danse sur un fil
Lancé dans une dynamique enthousiasmante, le Racing n’a d’autre alternative que de la prolonger. Face à Amiens, ce soir, à la Meinau, tout autre résultat qu’une victoire pourrait définitivement l’écarter de la course à la montée.

Comme ils parviennent à piquer comme une guêpe et à danser comme un papillon, les Strasbourgeois entretiennent toujours l’espoir et n’en ont pas fini dans leur combat avec la montée. Leurs jambes paraissent virevoltantes actuellement, ce qui laisse à penser que le Racing ne boxe pas dans la même catégorie que ses adversaires depuis un mois.

Ces derniers n’ont rien d’un George Formann en mode seventies, mais la bande à Dugué a, tour à tour, mis au tapis Chambly, Dunkerque, Istres et Fréjus, en rendant une belle partition, 9 buts inscrits pour un encaissé et encore à 4-0 face à un condamné. Du travail bien fait.
« C’est quand ça va bien que c’est le plus dangereux »
Il n’est pas question pour autant de rouler des mécaniques avant le moindre round. Il en reste encore trois, deux à domicile dont celui de ce soir face à Amiens, un à Luçon dans une semaine qui s’annonce coton.

Si Seka et ses partenaires remportent les deux prochains, ils n’accueilleront pas Colomiers pour du beurre lors du baisser de rideau. Et alors que le retard sur le podium reste conséquent, c’est déjà ça. Mais le danger rôde comme pour n’importe quel compétiteur qui a pris du retard dans son décompte.
Et la possibilité de tomber par K.-O. existera à chaque fois, à chaque soirée. « C’est quand ça va bien que c’est le plus dangereux, indique Jacky Duguépéroux qui ne peut se contenter de la série de quatre victoires en cours ou des 18 points récoltés en sept matches. Il faut renouveler les efforts, même si on a peut-être franchi un palier. »

Le Racing n’a pas le choix. Un autre résultat qu’une victoire a de grandes chances de sonner le début des vacances. Si ça devait mal se passer face à Amiens ce soir, les Strasbourgeois pourraient d’ailleurs demander quelques conseils de destination à leurs adversaires.

Les Picards n’ont plus rien à jouer en ce mois de mai. Avec trois défaites et deux nuls sur leurs cinq dernières sorties, ils ont de bonne tête de démobilisés et cela a de quoi surprendre au regard des pedigrees affichés et des ambitions de début de saison.
Ce n’est pas encore l’heure de penser à demain
« C’est effectivement surprenant de les voir classés ainsi, quand on voit leur attaque avec Poyet, Pouye et Nsamé, des garçons comme Hautcoeur ou Outrebon, qui ont évolué au-dessus », poursuit « Dugué ». Sans rien à perdre ni à gagner, le Sporting est plutôt compliqué à envisager. Certains joueurs voudront se montrer, d’autres ont peut-être déjà la tête à leur prochaine destinée. Au stade de la Licorne, le chantier de l’intersaison a déjà commencé. Celui du Racing dépend en revanche de ses dernières sorties.

Il n’est pas encore l’heure de penser à demain par ici. « Dans le football, tout est possible, relève Jérémy Blayac, serial buteur majeur avec ses huit buts en dix matches. On ne sait jamais. » Le Racing sait seulement que pour garder son rêve vivant, il s’agit de repartir au combat et de le remporter.
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 2717
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 70
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 32ème Journée : Strasbourg - Amiens

Message  67120 le Sam 9 Mai - 0:02

Malgré la victoire de ce soir, le Racing pointe toujours à cinq longueurs du Paris FC qui est allé gagner sur la pelouse de Marseille Consolat. Les hommes de Jacky Duguépéroux regarderont d'un oeil attentif le match de Bourg Peronnas demain contre Epinal.
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 2717
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 70
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 32ème Journée : Strasbourg - Amiens

Message  67120 le Sam 9 Mai - 0:02

Avec 59 points au compteur, les Strasbourgeois rejoignent Bourg Peronnas au niveau comptable, mais le goal-average particulier est en faveur des Burgiens.
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 2717
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 70
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 32ème Journée : Strasbourg - Amiens

Message  67120 le Sam 9 Mai - 0:06

32eme journée
Vendredi 08 mai 2015
Poiré-sur-Vie 0 - 2 Luçon
  Colmar 3 - 2 Boulogne-sur-Mer
  Consolat Marseille1 - 2Paris FC
  CA Bastia 1 - 1 US Colomiers
  Strasbourg 2 - 1 Amiens SC
US Avranches 0 - 1EFC Fréjus-St Raphaël
  USL Dunkerque 3 - 1Chambly
  Red Star 4 - 0 Istres
Samedi 09 mai 2015
  Bourg-Péronnas 3- 0Epinal


Dernière édition par 67120 le Dim 10 Mai - 0:15, édité 1 fois
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 2717
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 70
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 32ème Journée : Strasbourg - Amiens

Message  67120 le Sam 9 Mai - 0:14

32eme journée
1 Red Star 66
2 Paris FC 64
3 Bourg-Péronnas 62
4 Strasbourg 59
5 Luçon 58
6 USL Dunkerque 48
7 EFC Fréjus-St Raphaël 48
8 Boulogne-sur-Mer 47
9 US Avranches 40
10 Amiens SC 40
11 Consolat Marseille 40
12 Colmar 39
13 Poiré-sur-Vie 35
14 Chambly 34
15 US Colomiers 32
16 CA Bastia 28
17 Istres 22
18 Epinal 15



Dernière édition par 67120 le Dim 10 Mai - 0:16, édité 1 fois
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 2717
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 70
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 32ème Journée : Strasbourg - Amiens

Message  67120 le Sam 9 Mai - 10:07

Un souffle de vie
Au bout d’une partie dont il a perdu le fil un temps après l’égalisation picarde, le Racing a arraché une 5e victoire de rang qui prolonge un peu ses petits espoirs de montée. Cela risque de ne pas suffire mais les carottes ne sont toujours pas cuites.

ça a été moins une. Mais la Meinau a pu exulter au coup de sifflet final en un match que ses protégés ont maîtrisé, puis raté et fini par arracher, à la faveur d’une impeccable volonté, d’un invariable refus de se résigner et d’un petit coup de pouce du destin avec un penalty qui ne manquera pas de faire causer en Picardie.

Plus tôt, le Racing n’a pas tardé à afficher l’état d’esprit qui le caractérise ces temps-ci, chez lui. Il débute pied au plancher, dans l’intention de tordre immédiatement l’adversité. Hier, cela a plutôt bien fonctionné. Sabo dans un joli numéro lançait les débats sur des bases élevées. Sans Aguemon mais avec Bahoken, il prenait donc le match à bras-le-corps. Une tête de Nsamé sur un centre de Burel (12e ’), n’a même pas eu le don de contrarier la marche avant.
Un mouvement de toute beauté avec des relais à foison a mis Sabo en orbite. L’ailier a ouvert la marque pour donner une tournure avenante à l’affaire (14e ’). Entre la tentation de se replier et l’envie de doubler la mise, la bande à Duguépéroux a eu le bon goût de redescendre d’un petit cran dans son pressing pour se consacrer à d’épisodiques banderilles. Précis dans leur technique, impeccable dans leurs changements de rythme, les Strasbourgeois se consacraient à une agréable sortie printanière jusqu’à une initiative picarde qui a surpris tout le monde.
«Il a fallu employer tous les moyens»
Aux 30 mètres, Pouye glissait un ballon dans le dos de la défense alsacienne. Babit, légèrement excentré côté droit, a pu ajuster Oukidja d’un tir du droit aux 10 mètres (32e ’). Tout était à refaire alors qu’un tiers de match s’était disputé.

Plus inquiétant, Seka et ses copains semblaient comme groggys après ce but. Ils frôlaient la correctionnelle sur une ruade de Nsamé ou sur une tentative de Burel. Pendant un quart d’heure, le bateau strasbourgeois a tangué et il a fallu chercher aux vestiaires du carburant pour remettre la marche avant. «On a peut-être douté après l’égalisation», a admis le défenseur strasbourgeois, Mickaël Chrétien.
Mais le score du Paris FC à Marseille Consolat, à la pause (1-0), a pu inciter à remettre un coup de collier. Le Racing a d’abord veillé à retrouver quelques solidités défensives, ce qui n’était pas un luxe au regard des bons manieurs de ballon d’en face.

Puis la Meinau a invité ses favoris à en donner un tantinet plus. Un centre de N’dour vers Blayac, finalement dégagé en catastrophe et en corner par Vignaud, a pu avoir l’effet d’une étincelle (59e ’). Sur le corner, Seka, au 2e poteau, a manqué le cadre presque vide. Lienard a été à deux doigts de faire sauter la banque sur son premier ballon, qu’il a envoyé au-dessus de la transversale (64e ’). L’enceinte strasbourgeoise a pris des allures volcaniques. Mais l’irruption a tardé.
Comme s’ils étaient branchés sur ce qui se passait en Provence, les Bleus ont baissé en intensité alors que le PFC retournait complètement la situation là-bas. Le plan de bataille devenait de plus en plus obscur avec des joueurs loin de leur zone initialement dévolue et des actions assez cahoteuses se succédaient.
Irrationalité contagieuse ?….
«On a retrouvé du calme et de la lucidité après la pause, a considéré l’entraîneur Jacky Duguépéroux. On a été surpris par l’égalisation mais on a fait ce qu’il fallait. Et la fin de match, ça nous a changés de d’habitude.» Depuis quelques semaines, un jeu léché était privilégié. Hier, une forme de hourrah football a permis de forcer la décision.

L’un des ballons aériens de la dernière chance a été prolongé vers Blayac qui obtenait un penalty qu’il transformait. Avec son neuvième but de la saison, l’avant-centre a empêché l’enterrement qui se profilait. «Il a fallu employer tous les moyens pour y croire encore un peu», a conclu «Dugué». La menace d’un échec final dans la saison est néanmoins loin d’être écartée.
Il reste à espérer que la part d’irrationalité entrevue hier à la Meinau soit contagieuse et se déplace un peu vers le sud, dans l’Ain par exemple où Bourg-Péronnas accueille ce soir la lanterne rouge, Epinal. Sinon, comme trop souvent, le Racing pourra encore considérer que son sixième succès d’affilée à la maison n’aura pas été pleinement payé.
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 2717
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 70
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 32ème Journée : Strasbourg - Amiens

Message  67120 le Sam 9 Mai - 10:10

Blayac entretient le rêve
Un penalty de son buteur providentiel à la 90e a tiré une énorme épine du pied au RCSA, longtemps tenu en échec par Amiens hier soir (2-1). Sa 8e victoire d’affilée à la Meinau le replace à hauteur de Bourg-Péronnas qui reçoit Épinal à 20 h. Le Red Star est promu en Ligue 2. Le Paris FC en est tout proche.

À deux journées de la fin, le Racing est toujours en vie. Certes, avec les succès du Red Star, premier promu en Ligue 2, et du Paris FC, qui s’en rapproche - en attendant la rencontre à domicile de Bourg-Péronnas ce soir (20 h) contre la lanterne rouge déjà condamnée Épinal -, sa situation ne s’est guère améliorée hier malgré sa victoire à l’arraché contre Amiens (2-1). Sa 5e d’affilée, la 8e de suite à la Meinau. Et son déplacement chez la meilleure équipe du cycle retour, Luçon, vendredi prochain résonne déjà comme le rendez-vous de la toute dernière chance, alors que le PFC et Bourg en découdront au même moment dans la capitale.

Mais au moins, comme le disait Jacky Duguépéroux après le coup de sifflet final, le RCSA a-t-il « fait ce qu’il fallait. » Ce n’était pas couru d’avance face à un Amiens SC qui a apporté un drôle de démenti à ceux qui prétendent que les équipes n’ayant plus rien à jouer ne jouent que rarement le jeu en fin de saison.
Pourtant, le scénario de cet antépénultième match aurait pu faire plonger le club picard. Après 14 minutes, son latéral gauche Vignaud relance en effet imprudemment dans l’axe. N’Diaye, qui a senti le coup, dévie le ballon pour Blayac qui sert Grimm. Le milieu récupérateur décale Sabo qui, de l’entrée des 16 m, allume Novaes pour son 3e but (14e ).

Le Racing est sur orbite, croit-on. Mais le trio offensif amiénois Babit - Nsamé - Pouye lui en fait baver des ronds de chapeau. À la 32e , sur une ouverture d’un Pouye qui a la fâcheuse habitude de l’enquiquiner, Babit ne laisse aucune chance à Oukidja.
Les contres de l’ASC font mal. Nsamé intercepte une relance hasardeuse d’Oukidja pour Chrétien. Pouye décale Vignaud dont le centre est remisé de la poitrine par Burel pour Nsamé, seul aux six mètres. Mais Seka, d’un tacle sacrificiel, détourne juste ce qu’il faut la frappe cadrée de l’avant-centre picard (37e ). Puis sur un nouveau mouvement orchestré par Pouye, Babit alerte en une touche Burel qui, seul devant le but, écrase trop sa frappe (41e ). Au cours de ces 45 minutes, les Bleus, que Luçon avait dépassés au classement en l’emportant 2-0 au Poiré-sur-Vie dans le derby vendéen avancé à 18 h, ont souffert mille morts sur les banderilles amiénoises. Les hommes de Christophe Pélissier tentent d’anesthésier ceux de Jacky Duguépéroux pour mieux les piquer en contre.

Le coach strasbourgeois lance alors Lienard, de retour après un mois d’absence, qui se signale aussitôt sur un centre parfait de Blayac. Mais le Franc-Comtois, libre de tout marquage au point de penalty, expédie sa reprise instantanée du gauche au-dessus (63e ).
Blayac reconnaît « avoir tenté et bien joué le coup »
Cette fois, les Racingmen, encore plus dos au mur depuis que le PFC a égalisé, puis pris l’avantage à Marseille Consolat, passent la surmultipliée. Mais comme en 1re période, ils s’exposent, surtout avec un Seka qui s’est de nouveau improvisé avant-centre. Heureusement pour eux, Nsamé négocie mal un 3 contre 1 à la 84e.

Une fois de plus, le sauveur des Bleus va s’appeler Jérémy Blayac. Sur un long ballon, le buteur s’écroule dans la surface, déséquilibré - croit-on - par Novaes. Mais l’attaquant admettra auprès de Pélissier et de quelques amiénois « avoir tenté le coup » et « l’avoir bien joué. » Laurent Héloïse réclamera aussi une poussette préalable de Seka dans son dos. « Je ne peux pas jouer le ballon correctement. Si l’arbitre siffle cette faute, la question du penalty ne se pose même pas. » L’ex-Angevin, lui, n’en a cure et trompe le portier brésilien. Son 9e but en 11 matches vaut de l’or.

Le RCSA revient ainsi à hauteur de Bourg qui, avant son voyage à Paris dans une semaine, aura la pression en soirée face à Épinal. À quelques minutes près, le rêve bleu a failli passer. Il est toujours permis, même si le trio de tête a plus que jamais son destin en main.
Alsace
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 2717
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 70
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 32ème Journée : Strasbourg - Amiens

Message  67120 le Dim 10 Mai - 10:41

Vendez chèrement votre peau !
Malgré un cycle retour exceptionnel, le Racing, qui a enchaîné vendredi contre Amiens un 8e succès à la Meinau (2-1), reste à distance du podium. Vendredi à Luçon, qui le talonne à un point, les deux équipes auront le même objectif : ne pas disparaître de la course à l’accession en Ligue 2.

Si le Red Star, pour qui c’est fait, le Paris FC, pour qui ça l’est presque, et Bourg-Péronnas, assuré de garder son destin en main jusqu’au bout après sa nette victoire d’hier soir contre Épinal en match décalé de la 32e journée (3-0), montent en Ligue 2, ils ne l’auront assurément pas volé. Car il faut être sacrément costaud pour résister à la remontée supersonique du Racing, mais aussi de Luçon depuis le début du cycle retour.

Le duel de ce vendredi (20 h) en Vendée entre Luçonnais et Strasbourgeois mettra en effet aux prises deux des trois meilleures équipes de la 2e moitié de saison du National. Les joueurs de Frédéric Reculeau ont récolté 37 points sur 45 en 15 matches, ceux de Jacky Duguépéroux, 35. Seuls les Audoniens, promus en L2 depuis leur démonstration contre Istres avant-hier (4-0), s’intercalent entre eux (36).
Les Racingmen se préparent donc à « une demi-finale » à Luçon, pour reprendre les propos d’un Jérémy Grimm passeur décisif face à Amiens avant-hier. « Nous savions que Luçon serait de toute façon très important » , ajoute le milieu récupérateur, désormais 3 buts et 3 passes au compteur (averti avant-hier, il sera suspendu pour accumulation de cartons jaune lors du baisser de rideau le 22 mai à la Meinau contre Colomiers). « Nous nous déplacerons en Vendée avec nos armes. Nous ne lâchons rien. Nous l’avons encore démontré contre Amiens. Ç’a été dur face à une très bonne équipe qui a joué le coup à 100 %. Nous nous sommes battus les uns pour les autres et ça a payé sur la fin. C’est parfait pour le groupe, le club et la région. Nous mettons la pression aux autres. »
Seul souci : cette pression, les trois compères du podium, qui ne l’ont plus quitté depuis le 30 janvier au soir, y résistent avec un brio magnifié par l’époustouflant parcours du Racing (5 succès consécutifs, 8 d’affilée à la Meinau) et de Luçon, qui a lui aussi remporté ses 5 derniers matches et n’a plus perdu depuis 17 journées (11 victoires, 6 nuls).

Stéphane Bahoken n’hésite carrément pas à parler de « finale » à Luçon : « Des deux matches restants, c’est le plus capital. Nous croyons toujours en notre bonne étoile. Tout reste jouable. »

L’attaquant avoue néanmoins que les résultats du PFC et Bourg (le Red Star est désormais hors d’atteinte) sont « frustrants. Depuis quelques semaines, nous enchaînons les bons résultats. Même dans le dur comme contre Amiens, nous gagnons. Mais c’est notre 5e victoire de suite et personne ne perd devant (Ndlr: les 5 premiers ont gagné ce week-end). Nous avons un peu l’impression de gagner pour rien. »
Seka : « Le vrai tournant ? Notre défaite à Avranches »
Vendredi, le Racing a même dû livrer une bataille dantesque dans les dix dernières minutes pour mater un Amiens SC dégagé de tout souci. Sauf celui de restaurer son honneur, comme le soulignait après-coup son coach Christophe Pélissier : « Nous n’avions qu’une idée en tête : laver l’affront et le procès qui nous étaient faits à l’extérieur. On nous disait démobilisés et en vacances. Les joueurs ont été un peu piqués dans leur orgueil. Nous savions que pour prendre du plaisir à la Meinau, il faudrait mettre tous les ingrédients nécessaires et être à 120 % contre une équipe de Strasbourg au-dessus du lot en ce moment et dont, comme je l’ai dit à son coach, j’espère qu’elle va monter pour ne pas nous embêter l’année prochaine. Nous avons su lui poser des problèmes. »
Personne ne le niera. Surtout pas des Bleus tout heureux d’avoir trouvé la solution sur un penalty généreux à la 90e. « Peu importe la manière et seule la victoire compte », tranche le capitaine Ernest Seka qui n’oublie pas que son club reste en ballottage défavorable : « Ça fait un moment que nous sommes conscients de ne plus avoir les cartes en main. Le vrai tournant de la saison, c’est notre défaite à Avranches (2-1 le 3 avril). Jusque-là, nous avions encore ces cartes en main. Depuis, non. Il reste deux matches à jouer à fond. Luçon sera une demi-finale, d’autant que dans le même temps aura lieu la confrontation directe entre le 2e et le 3e. J’espère que le Paris FC battra Bourg. Ça nous laissera une chance de recoller. »

Une chance qui s’amenuise semaine après semaine, mais entretient un souffle de vie du côté de la Meinau après 32 journées. Pour un Racing revenu de nulle part, l’exploit n’est pas mince. Il n’est juste pas du tout certain qu’il suffise.
Alsace
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 2717
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 70
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 32ème Journée : Strasbourg - Amiens

Message  67120 le Dim 10 Mai - 10:42

Amères victoires
En dépit de sa série victorieuse, le Racing reste toujours à une distance trop respectable du podium pour vraiment espérer. Il lui reste deux matches pour seulement prouver son refus de se résigner.
Comme c’était attendu, dès hier, étant donné, hélas, que le Paris FC s’était sorti sans encombre du piège marseillais, le Racing n’a fait qu’un pas supplémentaire vers… les accessits à la faveur de sa victoire face à Amiens. Les séries strasbourgeoises ont belle allure avec les cinq victoires de rangs, les six d’affilée à domicile, les onze batailles remportées sur les quinze disputées sur le cycle retour. La dernière en date n’a pas été la plus évidente.
« Plus l’échéance se rapproche, plus ça devient dur dans les têtes »
Sans n’avoir rien à jouer, Amiens n’est pas venu en Alsace pour rigoler. « On avait dans l’idée de laver un affront, a indiqué le coach picard, Christophe Pélissier, parce que tout le monde disait qu’on était en vacances et démobilisé. Pour prendre du plaisir et poser des problèmes au Racing, il fallait être à 120 %. » Amiens l’a été, les Strasbourgeois en ont bavé, décrochant avec un peu de réussite arbitrale, le penalty décisif sur l’action de la dernière chance et la victoire.

Oui mais voilà, comme Bourg-Péronnas, hier, l’a évidemment emporté face à la lanterne rouge, Épinal (3-0), l’espoir de monter s’est un peu plus évaporé. À plus d’une victoire du podium à deux matches de la fin*, il faudrait un sacré concours de circonstances pour que le podium du jour n’abrite pas les trois promus fin mai.
Les retrouvailles avec la Ligue 2 semblent aussi probables que les faillites conjointes de quatre clubs des échelons au-dessus, la fusion inenvisageable des deux Franciliens ou/et un nouveau feuilleton à la Luzenac pour quelques clubs à l’aura rikiki.

Dans un passé récent, par exemple à l’été 2014, le Racing a su se montrer expert dans l’art des mazarinades contestatrices des verdicts sportifs. Mais un pari sur une montée à la faveur de considérations administratives serait aussi inspiré que confier l’embellissement de son visage à un arracheur de dents. Au moins, les deux ultimes matches au programme ne seront pas sans intérêt.
Et les Strasbourgeois n’ont pas l’intention de galvauder le sommet des poursuivants qui marquera la prochaine journée, à Luçon, tandis que le Paris FC et Bourg-Péronnas en découdront dans le même temps. « On essaye de ne penser qu’à nos matches, garantit Alexandre Oukidja, le gardien du Racing qui a eu du travail vendredi. On veut se faire plaisir en poursuivant notre série, mais aussi à notre public, qui nous soutient. »
Ce qui est pris aujourd’hui ne sera plus à prendre et la construction d’un collectif, de plus en plus affûté, est aussi peut-être au programme. « On a réussi à s’en sortir sans Lienard il y a quelques semaines, sans Bahoken la semaine passée et sans Aguemon face à Amiens, relève Jacky Duguépéroux. Une équipe, ça se construit. » Et les bases d’une montée peuvent se construire sur la fin de l’exercice précédent.
En attendant, il peut y avoir une forme de lassitude et de découragement à combattre pour continuer à croire au miracle. « Les autres résultats sont frustrants et le seront encore plus si on terminait 4e avec 65 points, conclut Dimitri Lienard. Plus ça avance, plus l’échéance se rapproche, plus ça devient dur dans les têtes. » « Après chaque match, il y a quelques tristes mines dans le vestiaire, c’est évident », constate Jean-Philippe Sabo. C’est comme si le Racing était en mode victoire amère ces temps-ci. C’est toujours plus savoureux que des vacances anticipées sur un gros échec.

* : outre ses trois points d’avance, Bourg-Péronnas bénéficie du goal-average particulier pris en compte en cas d’égalité entre deux équipes au niveau National.
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 2717
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 70
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 32ème Journée : Strasbourg - Amiens

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum