Quel avenir pour le Racing ?

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Quel avenir pour le Racing ?

Message  pekser le Mar 29 Juil - 6:09

Je connais ton opinion, tu es anti-keller, ça peut se comprendre.

Je te pose une question : qui en dehors de MK aurait pu sauver le Racing ?

pekser
d'r junga Mànn
d'r junga Mànn

Messages : 114
Date d'inscription : 12/11/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quel avenir pour le Racing ?

Message  67120 le Mar 29 Juil - 15:53

pekser a écrit:Je connais ton opinion, tu es anti-keller, ça peut se comprendre.

Je te pose une question : qui en dehors de MK aurait pu sauver le Racing ?

Sans donner de nom je suis sur qu'il y avait des personnes qui auraient repris le racing, avant Keller il y avait Graeff mais la municipalité a mis son veto et a mis Keller en place , alors tu vois sans la municipalité le Keller ne serait surement pas Président, mais voila on ne peut pas refaire le monde, le plus malheureux nous l'avons sur le dos encore un bout de temps "dommage

avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 3460
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 71
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quel avenir pour le Racing ?

Message  pekser le Mer 30 Juil - 12:38

J'étais favorable à la venue de Graeff; la municipalité n'en voulait pas c'est exact, mais d'autres personnes ont également mis leur veto. Il était déjà candidat quand Sitterlé a été " choisi ".

On ne saura jamais si sa venue aurait été bénéfique.

Keller n'est pas le " sauveur ", il a fait des erreurs et il en fera sûrement encore. C'est un excellent gestionnaire qui
ne doit pas s'occuper du domaine sportif. Avec Dugué ça ne risque pas d'arriver.

La saison actuelle est transitoire, l'objectif est le maintien. Après on verra, avec ou sans Keller.

Un club ne peut fonctionner qu'avec une trésorerie saine, Keller y veille.
Que certains soient impatients et réclament des " noms " est compréhensible mais pas raisonnable.

pekser
d'r junga Mànn
d'r junga Mànn

Messages : 114
Date d'inscription : 12/11/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quel avenir pour le Racing ?

Message  67120 le Ven 1 Aoû - 21:38




Foot-National.com : Bonjour Jacky, le Racing sort d’une saison difficile, l’opération maintien n’a pas fonctionné. Selon vous, qu'a t-il manqué l'an passé ?

Jacky Duguépéroux : En effet c’était une saison difficile, et je ne souhaite pas parler du passé. Mon objectif c’est justement de faire oublier à tous les joueurs ce qu’il s’est passé l’an dernier. Il faut se tourner vers l'avenir. Définitivement, c’est une saison à oublier.

Vous étiez-vous préparé au repêchage du club en National ?


Personnellement, je n’y croyais plus du tout. Il y a eu tout un concours de circonstances qui nous a permis d’être repêchés au dernier moment. Et en fait, cela nous a plutôt handicapés au niveau du recrutement car certains joueurs acceptaient de venir à Strasbourg uniquement en cas de repêchage en National. Malheureusement, on ne pouvait rien leur garantir. Certains ont accepté une clause de départ en cas de non-maintien en National (ndlr Seka et N'Dour), et certains ont préféré s’engager avec d’autres clubs. Ce moment-là a été difficile et c’était très perturbant.

Maintenant que le futur est assuré, quelles ambitions nourrissez-vous dans ce championnat ?


Moi, je pars du principe que bien malin qui sait de quoi sera faite sa saison. Moi je n’ai pas d’objectif particulier sinon de redonner confiance à cette nouvelle équipe car il y a eu beaucoup de changements dans l’effectif. Le but, c’est aussi de reconquérir le public alsacien, qui est malgré tout venu très nombreux l’année dernière, de lui offrir des matchs de qualité. A partir de là, les ambitions seront en fonction des résultats et de l’entente de l’équipe. Il est trop tôt pour se prononcer.

Vous évoquiez un recrutement qui a été un peu bouleversé. Est-ce que d'autres renforts sont attendus au club ?


Je pense qu’il nous manque deux joueurs, voire trois. Une fois qu’on aura récupéré les quelques joueurs blessés, on aura un effectif qui tient la route mais qui devra être complété. L’an passé, l’effectif était trop conséquent, et cette année, il est trop juste. La saison est très longue entre les blessures et les suspensions. Il faut doubler les postes : c’est vrai à certains postes, ça l’est d’autant plus à d’autres.

Enfin, quel regard portez-vous sur la préparation de vos joueurs ? Comment jugez-vous la progression de l'équipe ?


Les matchs de préparation peuvent être trompeurs dans un sens ou dans l’autre. Certaines années, vous faites des matchs très aboutis et ça ne suit pas derrière, et vice versa. C’est le championnat qui nous donnera la vérité. En tout cas, on est en stage depuis une semaine dans le nord de l’Alsace, dans un cadre qui est digne des équipes de Ligue 1. Les joueurs sont donc préparés dans les meilleures conditions possibles. Je vais faire mon discours de « politique générale » aux joueurs dans quelques instants. Sans vouloir remuer le couteau dans la plaie, c’est surtout l’état d’esprit qui a pêché l’an passé. Je vais donc leur dire ce que j’attends d’eux à ce niveau-là, et c’est une condition essentielle pour une saison correcte.

avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 3460
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 71
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quel avenir pour le Racing ?

Message  67120 le Lun 20 Avr - 16:13

Cinq journées pour changer le destin
À quelques jours de la trentième journée du championnat de National, le Racing Club de Strasbourg, 50 points au compteur, doit dans le même temps ne pas se louper et espérer plusieurs faux-pas des équipes qui occupent actuellement le podium pour rattraper son retard de sept points (Bourg, à 6 longueurs, bénéficie de la différence de buts particulière). Le point complet sur les trois équipes de tête et le calendrier qui les attend.
Le
RED STAR


Une seule défaite lors des quatorze dernières rencontres, intervenue au Stade de la Meinau face au Racing il y a deux semaines. Depuis, les Parisiens se sont repris face à Avranches ce week-end (2-1). Co-leader avec le Paris FC (57 points chacun), on voit mal qui, à part éventuellement Dunkerque, pourrait freiner le Red Star lors des dernières journées de National !

30ème journée : Red Star – Chambly
31ème journée : Dunkerque – Red Star
32ème journée : Red Star – Istres
33ème journée : Fréjus/Saint Raphaël – Red Star
34ème journée : Red Star – Amiens

Le
Paris FC


Vainqueurs dans les tous derniers instants de la partie face à Chambly ce vendredi (2-1), les locataires du Stade Charléty, invaincus depuis le 27 mars, ont sans doute le calendrier le plus compliqué à négocier des trois équipes de tête. Le voyage à Boulogne vendredi ne sera pas une promenade de santé, et on peut espérer que Colmar, manifestement régénéré par la patte d’Ollé-Nicolle, posera des problèmes aux Parisiens dans deux semaines. Le choc face à Bourg-Péronnas interviendra lors de l’avant-dernière journée et, dans le cas où l’une des deux équipes serait déjà assurée de monter en L2, il sera peu probable qu’elle offre le jeu escompté par les amoureux du Racing. En outre, le PFC devra montrer son meilleur visage face à des équipes qui luttent encore pour le maintien, Marseille Consolat et surtout le CA Bastia.

30ème journée : Boulogne – Paris FC
31ème journée : Paris FC – Colmar
32ème journée : Marseille Consolat – Paris FC
33ème journée : Paris FC – Bourg-Péronnas
34ème journée : CA Bastia – Paris FC

FC
Bourg-Péronnas


Tout comme le PFC, Bourg Péronnas est invaincu depuis le 27 mars dernier. Beaucoup d’intelligence pour le troisième du championnat, qui s’est certes incliné successivement contre le Paris FC, Strasbourg et le Red Star lors de la phase retour mais qui n’a concédé aucune autre défaite. Dur alors d’imaginer Bourg-Péronnas craquer à cinq journées de la fin, surtout avec le meilleur buteur de National, l’ex-Colmarien Pape Sané (19 buts). Mais le week-end prochain sera un tournant avec la réception de Luçon, la meilleure équipe de la division sur la phase retour. Toujours dans le coup pour la montée en L2, les Sud-Vendéens voudront absolument s’imposer et, en cas d’improbable faux-pas alsacien face à Istres, passer devant les Ciels et Blancs. Comme précisé plus tôt dans l’article, le choc face au Paris FC surviendra sans doute trop tard pour qu’il change vraiment quelque chose.

30ème journée : Bourg-Péronnas – Luçon
31ème journée : Colomiers – Bourg-Péronnas
32ème journée : Bourg Péronnas – Épinal
33ème journée : Paris FC – Bourg-Péronnas
34ème journée : Bourg-Péronnas – Boulogne

Racing Club de Strasbourg,
Journée 30
24/04/2015 RC Strasbourg Alsace - FC Istres
Journée 31
01/05/2015 Fréjus St-Raphaël -RC Strasbourg Alsace
Journée 32
08/05/2015 RC Strasbourg Alsace -Amiens
Journée 33
15/05/2015 Luçon -RC Strasbourg Alsace
Journée 34
22/05/2015 RC Strasbourg Alsace -Colomiers

Si la tâche du Racing s’annonce donc difficile mais pas impossible, il est certain que les Strasbourgeois seront dépendants des autres clubs et, surtout, devront faire le plein des quinze points mis en jeu sur ces cinq dernières journées, notamment lors des deux derniers périlleux déplacements qu’il leur reste à négocier, à Fréjus le 1er mai et à Luçon le 15, pour l’avant-dernière journée. Dans le meilleur des cas, la montée se jouera bien lors de l’ultime match de la saison face à Colomiers le 22 mai…

total sport

avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 3460
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 71
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quel avenir pour le Racing ?

Message  67120 le Lun 18 Mai - 5:44

Le point après la 33e journée À trois pour deux places
Deux tickets pour la Ligue 2 sont encore à pourvoir. Entre le Paris FC, Bourg-Péronnas et Strasbourg, ce sera chaud jusqu’au bout…

Le Racing ne pouvait pas rêver meilleur scénario, vendredi soir. Victorieux à Luçon à l’issue d’un match très solide (1-3), le club strasbourgeois a vu deux de ses concurrents directs, le Paris FC et Bourg-Péronnas, se neutraliser lors de leur rencontre au sommet dans la capitale (1-1).

À une journée du terme du championnat, les hommes de Jacky Duguépéroux sont revenus à un point du podium et à trois petites longueurs de la deuxième place occupée par le PFC.

Il n’est pas inutile de rappeler, au cas où la situation se présenterait, qu’en cas d’égalité finale avec l’équipe francilienne, le Racing passerait devant au bénéfice du goal-average particulier.
Quoi qu’il en soit, la dernière journée de National s’annonce bouillante. Derrière le Red Star, assuré de terminer premier, il reste deux billets à distribuer pour la Ligue 2. Strasbourg reçoit Colomiers, Bourg-Péronnas accueille Boulogne-sur-Mer et le PFC se déplace sur la pelouse du CA Bastia. Faites vos jeux…

En bas de tableau, Le Poiré-sur-Vie a officiellement sauvé sa peau, en remportant un duel à la vie, à la mort sur le terrain de Colomiers (0-1). Le club de Haute-Garonne est, pour sa part, très mal embarqué : pour s’en sortir, il devra s’imposer dans quatre jours à Strasbourg, dans une Meinau en fusion, tout en misant sur une défaite de Chambly à domicile face à Istres. Sincèrement, on n’y croit pas…
Le CA Bastia, vainqueur à Épinal vendredi (0-1), a lui aussi besoin d’un miracle pour éviter la relégation L’équipe corse doit non seulement battre le Paris FC, mais également compter sur des défaites conjuguées de Chambly et Colomiers. Autant dire que la probabilité est infime…
Dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 3460
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 71
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quel avenir pour le Racing ?

Message  67120 le Mar 19 Mai - 21:08

La fin de 5 ans d’enfer ?
14 mai 2010, le Racing Club de Strasbourg s’incline sur la pelouse de Châteauroux (2-1) et file tout droit, pour la première fois de son histoire, au troisième échelon national. Déjà en proie à des difficultés financières, le club met tout en oeuvre pour retrouver immédiatement l’antichambre de l’élite. Après un début de saison raté et une seconde moitié de championnat toutes voiles dehors, le club alsacien échoue à la 4ème place. La dernière sortie à domicile face à Bayonne (2-0) sonne comme le chant du cygne, le Racing perd son statut professionnel.

Personne n’a oublié l’insoutenable été 2011 ponctué de rebondissements qui aboutiront à la liquidation judiciaire du club et son redémarrage en CFA2 sous la direction de François Keller à la tête de l’équipe première. Après avoir réussi l’exploit de monter une équipe compétitive en une semaine, l’ancien joueur et frère de Marc Keller survole relativement la poule C de CFA2 et s’offre la montée en mai 2012 à la Meinau face à Chaumont (2-0) à trois journées du terme du championnat.

Secoué et sérieusement balloté dans les joutes de CFA, le Racing peine à faire respecter son rang et se fera « marcher dessus » à de nombreuses reprises. Au lendemain d’une cinglante défaite à domicile face à Moulins au début du mois d’avril 2013 (0-4), le retard comptable est rédhibitoire pour espérer une éventuelle promotion en National. A huit matchs du terme, il faudrait une improbable série pour décrocher le graal. En écartant Yzeure (0-1), Sarre-Union (2-0), La Duchère (1-5), Belfort (2-1), le Racing se paie le luxe de s’offrir le scalp de Grenoble au Stade des Alpes dans un match qui s’apparente au hold-up du siècle (0-1) où les bleus se sont faits salement bousculer. Un match nul plus tard face à la réserve du Paris-SG (1-1), le Racing s’offre l’impensable six semaines plus tôt, une finale face au leader Raon pour une place en National.

La suite tout le monde la connait, après de nouvelles péripéties administratives, c’est sur le terrain que le Racing s’impose et s’offre le titre pour accéder à l’échelon supérieur (2-3). Lors de cette saison de CFA, le RC Strasbourg, devenu entre-temps « Alsace », n’aura été leader que l’espace de 49 minutes. Les 49 dernières, suffisant pour sabrer le Champagne !

Août 2013, les supporters sont pleins d’espoirs, le rêve de retoucher au monde professionnel est au bout de la saison. Malheureusement sur le terrain, leur Racing est méconnaissable, apathique, et sombre journées après journées dans les tréfonds du classement. Sportivement, à la fin de l’exercice, le club strasbourgeois est relégué en CFA. Retour à la case départ !

Comme souvent du côté de la Meinau, l’été est agité. Alors que plus personne n’y croyait, la DNCG (Direction Nationale de Contrôle et de Gestion), qui avait toujours donné des sueurs froides aux supporters, fait du petit bois du pauvre club de Luzenac en l’excluant des championnats nationaux. Permettant de fait au RC Strasbourg de bénéficier d’un repêchage inespéré.

C’est un véritable tsunami qui touche alors le Racing et surtout son effectif, qui est renouvelé à près de 70%. Sous la direction de Jacky Duguépéroux, le Racing se retrouve peu à peu mais peine à aller chatouiller les équipes de tête, malgré quelques coups d’éclats comme la victoire à Bauer face au Red Star (1-2), les bleus éprouvent les plus grandes difficultés face à des cylindrées bien plus modestes comme cette défaite face à Avranches à la Meinau (1-2) en fin d’année.

A l’instar de sa situation en fin de saison en CFA, le Racing accuse un gros retard comptable à deux mois du terme du championnat et voit les trois strapontins pour la Ligue 2 lui tourner progressivement le dos. Qu’à cela ne tienne, bis repetita, Seka et ses coéquipiers s’offrent un incroyable grand chelem de six victoires consécutives pour avoir le droit de disputer ce dernier match. Ce dernier match dans un Stade de la Meinau qui sera plein comme un oeuf (26724 spectateurs attendus) à guichets fermés.

Chose cruelle, même en cas de victoire vendredi face à la modeste équipe de Colomiers, le Racing n’a plus son destin en main. Il est certain que tout le stade aura un oeil sur son smartphone pour guetter avec angoisse l’évolution du score des matchs Bourg-Péronnas et du Paris FC, gare à la saturation du réseau. S’il faut une victoire au Racing pour espérer, il faudra également prier que la roue tourne dans le bon sens sur ces deux autres pelouses pour que le club puisse refermer définitivement les portes de l’enfer dans lequel il est plongé depuis 5 ans.

Total sport
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 3460
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 71
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quel avenir pour le Racing ?

Message  67120 le Lun 3 Aoû - 5:16

Destin National
Dans un championnat profondément chamboulé, et qui pourrait l’être encore, les ambitieux sont parfois cachés. Ils ont quelques raisons d’être nombreux. Coup d’envoi ce vendredi 7 août.

Cet été, l’élite du foot français a pu se montrer pathétique et les candidats à la montée l’ont échappé belle. La grande famille du ballon rond s’est en effet déchirée et ce n’est sans doute pas fini. Voilà une crise d’ego dont elle aurait très bien pu se passer – sans orgueil mal placé, précipitation peu inspirée et vénalité affirmée.

La Ligue 1 a voulu laisser une équipe de Ligue 2 sur le carreau dès l’été 2016 et un amateur aux portes du professionnalisme à l’échelon en dessous.
Trois pour le Graal, quatre en CFA

En gros, les plus riches voulaient rester (presque) entre eux, les moyennement riches aussi et les pauvres n’avaient qu’à continuer à se débrouiller au 3e étage.

Les ascenseurs pour monter devaient se réduire à deux places, selon une première réforme orchestrée à la hussarde par le Conseil d’administration de la Ligue (LFP).

Au regard de ce qui se fait à l’étranger – outre-Rhin par exemple, trois clubs sur 18 sont concernés par la descente – la volonté des décideurs de l’élite hexagonale avait des allures d’arrangements entre petits épiciers.

Mais la Fédération a sifflé la fin de cette récréation douteuse entre parvenus. À l’échelon du National, ce n’est évidemment pas anodin. Comme l’an passé, les trois premiers seront invités à rejoindre le monde pro à l’issue de la saison.
À Strasbourg la stabilité,
à Colmar la révolution

Ils sont 18 sur la ligne de départ, désireux d’atteindre le Graal en évitant les quatre dernières places qui mènent au CFA ? Pour l’instant oui.

Mais comme le football a aussi pris l’habitude de conclure ses affaires dans les prétoires, deux dossiers sont en cours et pourraient modifier la donne.

Dernier de Ligue 2, Arles-Avignon a subi la loi de la deuxième lame, en raison d’une situation financière douteuse, et a été relégué en CFA. Ses dirigeants contestent la sanction de la Direction Nationale du Contrôle de Gestion (DNCG) qui les a punis.

Par conséquent, ce n’est pas Colomiers, l’avant-dernier, qui a été repêché, mais Épinal, le dernier, et le club de la banlieue de Toulouse conteste cette décision.

En attendant des conclusions plus ou moins rapides sur ces sujets, il y a bien 16 équipes de National dans la France de l’intérieur et elles ne faciliteront pas la tâche des deux porte-étendards du foot alsacien.

Au sein de ces écuries, on a peu fait dans la mesure, à l’instar du grand écart qui marque l’intersaison des SR Colmar d’un côté, du Racing de l’autre. Selon que l’on s’est montré satisfait de sa saison précédente ou non, on a joué au chamboule-tout ou aux décalcomanies. À Strasbourg, la stabilité, à Colmar, la révolution.

Dans la première catégorie, on retrouve Béziers, Belfort, Chambly, Dunkerque, Épinal et Sedan. Dans la seconde, presque tous les autres.
Amiens et Boulogne, gros outsiders

De ce fait, s’essayer à quelques pronostics s’avère osé. Mais les relégués ont évidemment des têtes de vainqueur, d’autant qu’ils ne sont que deux.

Accessoirement, comparé à Istres et au CA Bastia, les deux de l’an passé, Orléans et surtout Châteauroux ont “la pancarte”.

La Berrichonne, présente au deuxième échelon de la hiérarchie hexagonale sans discontinuité depuis 1998, aspirera à y retourner illico.

Avec six recrues en provenance du National et non des moindres (Crillon, Dequaire, Mbone, Coulibaly…), elle a choisi de ne pas débouler en terrain conquis, en s’appuyant sur des talents enclins à mettre les pieds sur la table.

La dizaine de départs de Châteauroux, où – ironie de l’histoire – le Racing est descendu d’un cran pour la première fois, apparaît, dans l’autre sens, comme un moindre mal.

Avec longtemps l’espoir d’être repêché à la place de Nîmes dans l’affaire des matches truqués, Orléans semble beaucoup plus affaibli par l’intersaison. Le coup a été rude et les piliers de son équipe sont partis en nombre, une trentaine de mouvements ayant été comptabilisée au mois de juillet. L’USO saura-t-elle s’en relever ?

Parmi les gros outsiders, Amiens et Boulogne ont procédé à leur grande lessive habituelle de l’été pour construire des équipes en mesure de renouer avec le professionnalisme.

Les 16 départs pour les Picards ont été compensés par l’arrivée de quelques pointures, comme Henaini, Gurtner ou Soumah.

Sur la Côte d’Opale, c’est un peu la même chose, Thil, Allart ou Bouby débarquant pour faire mieux que la saison passée.

Dans leur sillage, Chambly et Dunkerque ont fait confiance à ceux qui avaient agréablement surpris. Quatorzième alors qu’on lui prédisait l’enfer, le premier aura surtout à surmonter le départ de Raddas.

Le second a gardé sa colonne vertébrale en dehors de Lecointe et la 6e place de l’an dernier peut donner des idées. Luçon, surprenant 5e , devra surmonter le départ de ses hommes forts, Adenon, Mbida, Nsimba ou encore Sissoko.

À l’échelon en dessous, le promu vendéen, Les Herbiers, a procédé à une campagne de recrutement séduisante sur le papier. Glombard, Fall, Gace ou Mohammed M’Changama ne sont pas les premiers venus. Et comme la montée depuis le CFA a été décrochée sans sourciller…

Dans la catégorie “en totale reconstruction sans garantie”, Avranches repart d’une page blanche devant laquelle Damien Ott doit se montrer inspiré. Au pied du Mont-St-Michel, il devra faire sans Keita, Derrien, Cabon, Pivaty, Lugier et c’est un sacré chantier.
Épinal et le CA Bastia, deuxièmes chances

À Fréjus-St-Raphaël, c’est à peu près pareil avec 16 départs et 16 arrivées, plutôt logique, puisque le résultat a été mitigé avec une 8e place, alors que la montée était espérée. Sur le banc, Jean-Marc Pilorget a remplacé Michel Estevan et M’Tir a déboulé.

Marseille Consolat a perdu Arlaud, Bru, Fabre, Hilaire et Fofana et risque de ramer. Sans filet, en provenance de l’étage inférieur, Sedan peut s’appuyer sur sa tradition et quelques prêts.

Vainqueur de leur groupe de CFA, Belfort et Béziers ont également décidé de ne rien changer ou presque. Le premier a néanmoins perdu sa star, Kevin Hoggas, et cela risque de laisser un grand vide.

Enfin, Épinal et le CA Bastia ont été repêchés, mais ont aussi refusé de se lancer dans une course à l’échalote, dont ils n’ont pas les moyens. Bien leur en a pris la saison passée, puisqu’en se contentant de gérer leurs sous en père Peinard, ils ont obtenu le droit de retenter leur chance.

En National, c’est comme ça. Les plus dispendieux ne sont pas toujours les vainqueurs. Et puisque Bourg-Péronnas a décroché la timbale la saison passée, confirmant la délicieuse incertitude du sport, il y a de quoi nourrir quelques espoirs aux six coins de l’Hexagone, même si les débats se passeront surtout au nord de la Loire.

La préfecture de l’Ain, en Ligue 2, cela ne va sans doute pas contribuer à l’augmentation enfiévrée des abonnements aux chaînes payantes qui diffusent la deuxième division, mais ce n’est pas le problème.

Car après tout, le foot n’est pas un jeu qui oppose 11 salaires à 11 autres. N’en déplaise à quelques porteurs de moustache qui ont pu grisonner cet été.

DNA
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 3460
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 71
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quel avenir pour le Racing ?

Message  67120 le Lun 3 Aoû - 16:51

le favori, c’est le Racing Strasbourg
Quatrième du dernier exercice, le Racing Strasbourg va aborder la saison de National dans le costume du grand favori. Avec un effectif stable et a priori renforcé, le club bas-rhinois s’est donné les moyens d’atteindre son objectif.

L’immense déception de la fin de la saison dernière, conclue à la place la plus frustrante possible (4e ), est oubliée. « C’est le passé » , lance le coach strasbourgeois Jacky Duguépéroux, reparti lui aussi pour un tour à la tête de l’équipe. Des paroles aux actes, le Racing s’est donné les moyens de ses ambitions durant l’intersaison. Par la force des choses, la pancarte de favori n’a pas tardé à apparaître dans le dos des Alsaciens.
Deux mois et demi après avoir manqué l’accession pour un petit point, le RCSA est tout logiquement désigné comme le candidat n°1 dans la course au titre. « L’objectif est de ramener le club dans le monde professionnel, poursuit « Dugué », sans faux-fuyant. C’est quelque chose que je ne vais pas répéter toutes les semaines. Les autres équipes vont nous laisser porter la casquette de favori, et très franchement, cela ne changera pas grand-chose. Déjà, la saison passée, sans être en tête du général, partout où on passait, on était attendu. Ce ne sera pas pire cette saison… »
Cette forte pression, le Racing la connaît bien. « Je l’assume, pas de problème. Mais les joueurs, eux, ne doivent penser qu’à jouer. Ce n’est pas en leur disant tous les matins qu’on doit monter qu’on va y arriver » , ajoute le coach, très satisfait d’avoir pu conserver la totalité de ses cadres : « La direction a fait en sorte que l’on garde nos meilleurs joueurs dont Seka, qui a été très sollicité, et Blayac (auteur de 12 buts en 13 matches la saison passée avec le RCSA). Ils ont confiance dans le projet du club. »

Avec un groupe de 19 éléments, les Strasbourgeois semblent aujourd’hui bien armés pour attaquer le championnat ce vendredi du côté de Dunkerque. « J’aurais des choix à faire » , souligne le technicien alsacien, qui n’exclut pas une dernière arrivée en cas de « bonne opportunité » avant la fin du mercato. Mais ce n’est pas encore d’actualité, d’autant que le vivier de jeunes peut lui permettre de piocher dans l’équipe réserve qui va évoluer cette saison en CFA 2.
Toujours est-il que les recrues - le gardien Olivier Blondel, le latéral Eric Marester, le milieu offensif Oumar Pouye, le milieu défensif Massiré Kanté et le défenseur central Felipe Saad - se sont bien intégrées au groupe. « La saison passée, deux joueurs d’expérience (Ndlr : Seka et Blayac) sont venus en cours de route et ça a changé beaucoup de choses, poursuit Duguépéroux. Cette année, on a encore bonifié le groupe en expérience car c’est indispensable. J’espère que les leçons du passé, qu’elles soient positives ou négatives, serviront dans l’approche de nos matches. »
« On ressent une grosse attente »
Pour sa 3e saison de suite en National, le Racing s’attend à devoir lutter pour prendre l’une des trois premières places d’ici le 3 juin prochain. « Ce sera difficile. Pas mal d’équipes veulent monter en Ligue 2 comme Orléans, Châteauroux et d’autres. Colmar en fait aussi partie, ils ont construit un groupe compétitif et c’est tant mieux pour le football alsacien. Et comme il y a toujours une équipe surprise dans le lot, ça va être un championnat très serré. »

Une chose est sûre, le peuple de la Meinau sera encore très nombreux pour soutenir son équipe et les Strasbourgeois veulent s’appuyer là-dessus pour aller chercher le Graal et ainsi remettre le club à sa place. « On ressent une grosse attente, conclut le coach. Et ce public doit être une pression de plus, mais positive. Ceux qui doivent tirer tout ça vers le haut, c’est nous. Maintenant, il faut se concentrer sur le terrain et vite passer aux actes. »

Les arrivées : Kanté (Red Star FC), Blondel (Istres), Pouye (Amiens), Marester (AC Ajaccio), Felipe Saad (Caen).

Les départs : Amofa (libre), M. Camara (libre), Chrétien (Nancy), Donzelot (libre), Fachan (Dunkerque), Gauclin (libre), N’Diaye (Metz), Oliveira (libre), Binder (libre), Marques (Dudelange, Luxembourg).
Alsace
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 3460
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 71
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quel avenir pour le Racing ?

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum