18ème journée : Reims - Strasbourg

Aller en bas

18ème journée : Reims - Strasbourg

Message  67120 le Ven 16 Nov - 17:17

Stade de Reims-Racing le samedi 15 décembre à 20 heures


La Ligue de Football Professionnel a fixé la programmation de la 18e journée de Ligue 1 Conforama.
La rencontre entre le Stade de Reims et le Racing se déroulera le samedi 15 décembre à 20 heures au stade Auguste-Delaune dans le cadre de la 18e journée de Ligue 1 Conforama. Elle sera diffusée sur BeIN SPORTS Max.
SO
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 4830
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 72
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 18ème journée : Reims - Strasbourg

Message  67120 le Ven 14 Déc - 13:41

Drôle d’ambiance sur le Racing
Depuis l’attentat du centre-ville mardi, les Strasbourgeois s’entraînent dans une Meinau verrouillée et sécurisée. C’est dans ce contexte inhabituel et pesant qu’ils préparent leur déplacement de demain à Reims.
Hier matin comme la veille, les Strasbourgeois se sont entraînés à huis clos, sur le terrain d’honneur, dans une Meinau transformée en camp retranché et surveillée par des agents de sécurité. Après les tragiques événements de mardi soir en centre-ville, ils n’ont pas eu le choix. « Nous en avons reçu l’ordre. C’est la police qui donne les consignes et nous les suivons », raconte le coach-adjoint Fabien Lefèvre.
« Trois quarts d’heure avant, j’étais place Kléber »
Les Bleus se préparent donc dans une drôle d’ambiance avant leur rencontre de demain à Reims pour la 18e journée de Ligue 1. Le défenseur Pablo Martinez, qui s’est baladé en famille dimanche au marché de Noël, ne cache pas une certaine crainte « dans un climat compliqué. D’ordinaire, il y a du monde à l’entraînement. C’est toujours un plaisir de voir les habitués le matin. Là, nous sommes confinés. Il y a des gardes aux portails. Ça n’a rien de rassurant, même si le club a pris toutes les mesures de sécurité. À l’entraînement, tout le monde est concentré, mais on voit bien que ce n’est pas une semaine normale. »
Le danger, Dimitri Lienard en a rétrospectivement pris la mesure. Mardi, après la séance de l’après-midi, le milieu gauche est allé avec femme et enfants admirer les illuminations de Noël. « Trois quarts d’heure avant l’attaque, j’étais devant le sapin place Kléber. Pour les enfants, ce sapin qui change de couleur, c’est magique. Nous avons nos habitudes dans un restaurant situé près de la rue des Grandes Arcades. Si nous n’avions pas été invités à dîner chez mon cousin à Kilstett, peut-être y serions-nous allés. Comment, après un tel drame, expliquer à des enfants de 2 et 4 ans (ses fils Nino et Léo) que tu dois rester enfermé dans un restaurant jusqu’à minuit ou plus ? Parfois, la vie tient à un fil. »
Pablo Martinez s’est très vite inquiété pour son coéquipier. « Quand j’ai vu les infos, j’ai aussitôt pensé à Dimitri qui nous avait dit avant de quitter le vestiaire qu’il allait en famille au marché de Noël. Je lui ai envoyé un message. Heureusement, il nous a vite rassurés. Nous sommes tous attristés et choqués. On se dit toujours que ça arrive aux autres, que ça arrive loin. Mais là, c’est dans ta ville, dans les rues où tu te promènes en famille. »
Ce n’est qu’à Kilstett que Dimitri Lienard a pris connaissance, de la bouche de son cousin, du drame qui venait de se nouer à l’endroit même où il était une heure plus tôt. « Je ne voulais pas y croire. Ça nous a vraiment secoués. Le marché de Noël est un pur bonheur, non seulement pour les Strasbourgeois et les Alsaciens, mais aussi tous ces touristes qui viennent de partout. On est toujours bouleversé par un attentat. Mais dans notre belle ville où on magnifie Noël, ça remue encore plus. Nous sommes de tout cœur avec les victimes et leurs familles. »
Depuis cette funeste soirée, les Bleus peinent à se détacher de ce contexte anxiogène. Leur confinement à la Meinau ne les y aide pas. « C’est la première fois en six ans que je m’entraîne deux jours de suite sur le terrain d’honneur, appuie “Dim”. C’est très spécial, d’autant qu’on n’oublie pas qu’après son acte, le tireur s’est fait déposer pas loin d’ici, à Neudorf. »
Dans le vestiaire, l’écran de la salle des kinés déverse à flux continu les images des chaînes d’infos. « Pour préparer notre match à Reims, il a fallu prendre en compte ces circonstances loin d’être idéales, éclaire Fabien Lefèvre. Les joueurs sont affectés. On le sent. Ils en parlent, suivent les événements à la télé. Leur comportement a changé. »
Dans les faits, le staff a décidé d’aménager les séances pour chasser, un temps au moins, le spleen ambiant. Lefèvre encore : « On n’y a pas mis moins d’exigence, mais on a allégé les entraînements. On a évité de complexifier les exercices pour que les mecs ne gardent que le plaisir. On les a beaucoup basés sur le jeu pour qu’ils occultent le reste. »

Des séances ludiques pour chasser le spleen

« Ces petits jeux sont faits pour redonner le sourire à tout le monde et ça marche le temps de l’entraînement. On est en deuil. Mais on doit continuer à bosser. Néanmoins, quand tu rentres chez toi, les images de l’attentat te hantent à nouveau », soupire Pablo Martinez qui a pris une résolution : « Rester tranquille à la maison avec ma compagne et mes enfants, sans sortir, en sachant cet individu toujours en liberté (Cherif Chekatt a été abattu hier à 21h, non loin de la Meinau, ndlr). »
En ayant bien présent à l’esprit, aussi, que les victimes du 11 décembre n’ont pas eu la chance de certains Bleus…
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 4830
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 72
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 18ème journée : Reims - Strasbourg

Message  67120 le Ven 14 Déc - 14:43

Tout ce qu'il faut savoir sur Reims - Strasbourg
Reims et Strasbourg ne se sont plus affrontés en Ligue 1 depuis le 10 décembre 1978 (2-2). La dernière rencontre entre les deux clubs toutes compétitions confondues a eu lieu le 8 avril 2017 en Ligue 2 (1-1).


Les trois derniers matchs de Reims

09/12/2018 : Lille - Reims (1-1, L1)
05/12/2018 : Reims - Toulouse (0-1, L1)
02/12/2018 : Marseille - Reims (0-0, L1)


Les trois derniers matchs de Strasbourg

09/12/2018 : Strasbourg - Caen (2-2, L1)
05/12/2018 : Strasbourg - PSG (1-1, L1)
02/12/2018 : Rennes - Strasbourg (1-4, L1)

Reims et Strasbourg ne se sont plus affrontés en Ligue 1 depuis le 10 décembre 1978 (2-2). La dernière rencontre entre les deux clubs toutes compétitions confondues a eu lieu le 8 avril 2017 en Ligue 2 (1-1).
Reims est invaincu lors de ses trois réceptions de Strasbourg toutes compétitions confondues au 21e siècle : victoire 2-0 le 7 novembre 2006, succès 4-1 le 22 janvier 2009 et match nul 1-1 le 8 avril 2017, à chaque fois en Ligue 2.

Reims n'a gagné aucun de ses 3 derniers matches de Ligue 1 (2 nuls, 1 défaite), après avoir remporté 3 de ses 4 précédents (1 défaite).
Strasbourg n'a perdu qu'un seul de ses 10 derniers matches en Ligue 1 (3 victoires, 6 nuls), c'était face à Nîmes le 24 novembre dernier (0-1).

Reims n'a perdu qu'une seule de ses 6 dernières réceptions en Ligue 1 (2 victoires, 3 nuls) - n'encaissant que 3 buts lors de cette période.
Strasbourg est invaincu lors de ses 4 derniers déplacements en Ligue 1 (1 victoire, 3 nuls), sa meilleure série dans l'élite depuis mars-mai 2005 (4 également).

Reims a gardé sa cage inviolée à 9 reprises en Ligue 1 cette saison, total le plus élevé.
Strasbourg a perdu 16 points après avoir ouvert le score en Ligue 1 cette saison, seul Rennes fait pire dans l'élite (20).
Rémi Oudin a inscrit 3 buts lors de ses 6 derniers matches de Ligue 1 avec Reims, après être resté muet lors de ses 10 premiers. Il est le meilleur buteur du SdR en Ligue 1 cette saison (3 buts).
Lebo Mothiba a marqué 7 buts avec Strasbourg en Ligue 1 cette saison, c'est déjà autant que le meilleur buteur strasbourgeois dans l'élite la saison dernière (Stéphane Bahoken).
orange sports
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 4830
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 72
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 18ème journée : Reims - Strasbourg

Message  67120 le Ven 14 Déc - 15:20

le maillot que les joueurs vont porter à Reims en hommage aux victimes



À Reims, samedi soir (20 heures), lors du seul match de L1 maintenu ce jour-là, les joueurs du RC Strasbourg porteront un maillot spécial en hommage aux victimes de l'attentat de mardi.
Le RC Strasbourg a dévoilé ce vendredi sur son site officiel le maillot spécial que ses joueurs porteront samedi à Reims (20 heures), lors de la 18e journée de L1 (seul match maintenu ce jour-là). L'inscription « Strasbourg, Mon Amour », qui orne ce maillot, symbolise le « soutien le plus profond aux familles, aux proches, à tous ceux qui ont été touchés par ce drame » de la part du club alsacien.
Lors de cet attentat survenu mardi soir au marché de Noël de Strasbourg, trois personnes ont été tuées et treize autres blessées, dont cinq gravement, selon le dernier bilan.
equipe
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 4830
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 72
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 18ème journée : Reims - Strasbourg

Message  67120 le Ven 14 Déc - 17:38

 l'attaquant Kevin Zohi de retour dans le groupe qui va à Reims
Absent lors du dernier match de Strasbourg (contre Caen, 2-2, dimanche dernier), à cause d'une cheville douloureuse, l'attaquant Kevin Zohi réintègre le groupe qui se déplace à Reims samedi (20 heures).
Pour le déplacement de samedi à Reims (20 heures), comptant pour la 18e journée (seul match de Ligue 1 maintenu samedi), Thierry Laurey, l'entraîneur du RC Strasbourg, meurtri par l'attentat survenu mardi au marché de Noël, enregistre le retour dans le groupe de son jeune attaquant Kevin Zohi (21 ans), bien remis de sa blessure à une cheville, qui lui a fait manquer le match contre Caen (2-2).
En revanche, le milieu Anthony Gonçalves, toujours en phase de reprise, est laissé à la disposition de l'équipe réserve (National 3), dimanche (12 heures), sur la pelouse des Pierrots Vauban de Strasbourg, tout comme Tchamba, Zemzemi et le gardien Bingourou Kamara. Par ailleurs, le latéral gauche Lionel Carole, le défenseur Mohamed Simakan, le défenseur Abdallah Ndour, le milieu Jérémy Grimm et l'attaquant Idriss Saadi sont toujours blessés.
Le groupe de Strasbourg
Sels, Kawashima - P. Martinez, L. Koné, S. Mitrovic, A. Caci, Lala, Aaneba - J. Martin, Corgnet, Liénard, Ib. Sissoko, Thomasson, Yo. Fofana - Mothiba, Zohi, Ajorque, N. Da Costa.
equipe
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 4830
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 72
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 18ème journée : Reims - Strasbourg

Message  67120 le Sam 15 Déc - 6:46

zoom sur l’attaquant rémois Rémi Oudin La menace Oudin
Pur produit de la formation rémoise, le jeune attaquant Rémi Oudin (22 ans) sera l’une des armes champenoise à surveiller du côté de la défense alsacienne.
Rémi Oudin, attaquant du Stade de Reims, l’avoue volontiers. Les Champenois sont revenus de Lille avec « beaucoup de frustration » dans la besace le week-end dernier.

Le jeune joueur formé au club – il est arrivé à l’âge de 15 ans, après un passage par le FC Metz – avait pourtant fait le plus dur, en ouvrant le score sur le terrain du LOSC. Las, un penalty généreux a tout gâché dans les ultimes minutes des arrêts de jeu, lors de la 17e journée.
« Mental et solidité défensive »

« C’était un scénario frustrant, évidemment, souligne Rémi Oudin quelques jours plus tard. On a ruminé tout le week-end, mais désormais, il faut s’efforcer de l’oublier ».

Histoire de se focaliser pleinement sur la venue d’un Racing que le natif de Châlons-en-Champagne connaît bien.

En avril 2016, la dernière fois que les Strasbourgeois ont foulé la pelouse du stade Auguste-Delaune, c’est en effet lui qui avait ouvert la marque.

Mais sa tête, sur une passe de Chavarria, n’avait pas suffi. Felipe Saad avait égalisé sur corner. Et les Champenois avaient (en plus) raté un penalty en toute fin de rencontre.

« Je me souviens bien de ce match, j’ai revu ce but dans mes souvenirs, raconte d’ailleurs Rémi Oudin. Mais bon, tout a changé depuis. Cela fait deux ans et le contexte sera totalement différent ».

Déjà parce que les deux équipes sont désormais en Ligue 1. Et réalisent pour l’instant un joli parcours en cette saison 2018/2019.

« On fait un bon début de saison, avance l’avant-centre. Et on espère finir en beauté lors des deux derniers matches ».

Cela passe par un succès ce soir face au Racing, forcément. « Strasbourg est en forme, mais nous, on a prévu de se racheter après notre dernier match raté à domicile (défaite 0-1 contre Toulouse, ndlr). À nous de bien entamer la rencontre. En face, ils sont costauds, avec cette défense à cinq, alors à nous de faire les choses correctement pour arriver à les contourner. On en est capable ».

Et comme le souligne encore Rémi Oudin, le promu champenois comptera aussi sur son « mental » et sa « solidité défensive » pour faire déjouer le Racing.

« Notre esprit de groupe, c’est ce qui nous fait avancer, souligne aussi l’attaquant. Tout le monde va dans le même sens ».
Trois buts à l’extérieur

Un état d’esprit que Rémi Oudin s’est forgé au centre de formation du Stade de Reims et qu’il s’efforce de transmettre aux nouveaux arrivés.

Car malgré son jeune âge, l’avant-centre fait partie des “anciens” de Delaune, avec Pablo Chavarria, Johan Carrasso ou encore Romain Metanire.

Et ce soir, il espère bien trouver la faille, lui qui est actuellement meilleur buteur de son équipe avec trois réalisations. Mais pour cela, encore faut-il qu’il ouvre son compteur à domicile, lui qui n’a pour l’instant marqué qu’à l’extérieur – un doublé à Rennes, un but à Lille.

Rémi Oudin l’a d’ailleurs rappelé lui-même avec malice dimanche, après le match à Lille, arguant que le Stade de Reims devrait peut-être jouer en blanc – leur couleur de maillot extérieur – au lieu de jouer en rouge à Auguste-Delaune.

« Malheureusement, on va jouer avec le maillot rouge samedi, en rigole-t-il. Bon, c’est l’occasion de marquer enfin avec ce maillot. Mais attention, on s’attend à un match compliqué. Surtout que l’atmosphère va être particulière. D’ailleurs, on a tous une pensée pour les Strasbourgeois après ce qu’il s’est passé. »

Et Rémi Oudin d’ajouter : « On sait que Strasbourg aura à cœur de gagner la rencontre pour son public. Mais nous, il faudra qu’on laisse l’émotion de côté… »
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 4830
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 72
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 18ème journée : Reims - Strasbourg

Message  67120 le Sam 15 Déc - 19:44

Bonsoir et bienvenue au stade Auguste-Delaune pour cette rencontre entre Reims et le Racing comptant pour la 18e journée de L1. Il fait plutôt frais dans la capitale champenoise où une fine neige tombe du ciel...

Les joueurs du Stade de Reims ont apporté une banderole au pied de la tribune visiteuse à leur entrée sur le terrain pour l'échauffement. Sur celle-ci est inscrit "Strasbourg toujours" en référence à l'attentat du 11 décembre qui a endeuillé la ville de Strasbourg.
.
Le millier de supporters strasbourgeois qui a fait le déplacement se fait entendre depuis une bonne demi-heure déjà. Le geste des joueurs rémois a été particulièrement apprécié.
.
Thierry Laurey a réservé une petite surprise dans sa compo d'équipe. L'entraîneur alsacien va jouer ce soir avec deux attaquants dont Ludovic Ajorque, titularisé pour la première fois depuis le 15 septembre à Montpellier.
RACING: Sels - Lala, Koné, Mitrovic, Martinez Caci - Sissoko, Martin, Thomasson - Ajorque, Mothiba.
.
Et voici la compo de Reims: Mendy - Foket, Engels, Abdelhamid, Konan - Romao, Chavalerin - Oudin, Martin, Doumbia - Suk.
.
C'est la quatrième attaque (Racing) qui affronte la quatrième défense du championnat (Reims). Une belle opposition de styles a priori. Mais pour le Racing, trouver l'ouverture ne sera pas simple puisque les Champenois ont réussi neuf cleen sheet depuis le début de la saison.
.
Le match du Racing est le seul à avoir été maintenu ce soir. Dans le contexte actuel, où les reports succèdent aux reports, il s'en sort plutôt bien puisqu'il ne devrait accuser aucun match en retard à la trêve quand d'autres clubs de L1 auront un mois de janvier particulièrement chargé.
.
Le Racing reste sur deux nuls consécutifs à domicile contre le PSG (1-1) et Caen (2-2). En revanche, à l'extérieur, il s'est imposé, et de quelle manière, lors de son dernier déplacement à Rennes (4-1).
.
Les deux équipes font leur entrée sur le terrain. Dans le kop strasbourgeois, deux grandes bâches noires sont tendues par les supporters.
.
Les Alsaciens dévoilent leur maillot "Strasbourg mon amour" avec lequel ils vont jouer ce soir en hommage aux victimes de l'attentat du 11 décembre.
.
Après une minute de silence émouvante, où les joueurs des deux équipes étaient bras dessus bras dessous, une Marseillaise est reprise dans les tribunes.
.
C'est parti à Delaune.
.
Une minute d'applaudissements dans les travées de Delaune en mémoire de Raymond Kopa dont une statue a été inaugurée devant le stade avant le coup d'envoi.
.
Première incursion strasbourgeoise. Le centre de Lala est contré par la défense rémoise. Mendy se saisit du ballon.
.
But 1-0
.
Ouverture du score de Doumbia pour Reims. Le Malien centre dans la surface alsacienne. Le ballon est mal dégagé par Mitrovic et revient sur le Rémois qui tente une demi-volée qui trompe Sels avec l'aide du poteau. Ca commence mal pour le Racing.
.
C'est le pire scénario pour le Racing quand on sait la qualité défensive des Rémois...
.
Le Racing a pris le contrôle du jeu. Les Rémois le laissent venir pour mieux le prendre en contre.
.
Bon mouvement strasbourgeois. Dans la surface, Sissoko remise de la tête vers Ajorque qui s'emmène le ballon... de la main avant de frapper au but. Cela n'a pas échappé à M. Batta.
.
La tribune strasbourgeoise s'embrase: fumigènes et sapins de Noël (!) sont de sortie...
.
Le Racing a tendance à allonger le jeu en direction de Mothiba et Ajorque. Ca manque un peu de mouvement tout de même au milieu de terrain.
.
Reims effectue un pressing haut pour gêner la relance strasbourgeoise. Et ça fonctionne parfaitement pour l'instant.
.
Le Racing a du mal à se dépatouiller face aux montées champenoises sur le porteur du ballon.
.
Le côté gauche champenois avec Konan et Doumbia est particulièrement efficient. Le Racing va devoir se méfier des nombreux dédoublements.
.
Sissoko concède une faute proche de la surface alsacienne pour une poussette sur Doumbia. Sels peut se saisir du ballon sur le centre rémois.
.
Pour l'heure, il y a trop d'approximation dans le jeu alsacien à l'image de ce contrôle raté d'Ajorque alors qu'il était en très bonne position à l'entrée de la surface. Il y avait une grosse occasion au bout pourtant.
.
Pour l'heure, il y a trop d'approximation dans le jeu alsacien à l'image de ce contrôle raté d'Ajorque alors qu'il était en très bonne position à l'entrée de la surface. Il y avait une grosse occasion au bout pourtant.
.
Sur un bon mouvement rémois, Martin se retrouve en position de frapper à l'entrée de la surface. Mitrovic est sur la trajectoire du ballon comme il le sera à nouveau sur le centre dans les six mètres d'Oudin.
.
Le Racing vient de changer de formule, abandonnant son 3-5-2 pour un 4-4-2. C'est Caci qui est passé à droite alors que Lala est monté d'un cran.
.
Caci s'enfonce dans la défense rémoise mais il bute sur Conan à l'entrée de la surface.
.
Sur un mauvais renvoi de la défense alsacienne, Martin frappe dans l'axe du but de Sels. Les Rémois réclament une main de Mitrovic. M. Batta consulte ses assistants vidéo et désigne le... poteau de corner. Ouf!
.
Le corner tiré par Martin au premier poteau est coupé par Oudin. Le ballon échoue dans le petit filet.
.
Le Racing reste bien inoffensif. Pas une seule occasion à se mettre sous la dent dans cette première période.
.
On voit Thierry Laurey se lever de son banc pour donner ses consignes. C'est toujours aussi laborieux côté strasbourgeois.
.
Ouhhhh Sissoko tout près de la boulette. Le milieu lance bien involontairement Marvin Martin qui décale Oudin dont le centre est poussé en corner, au deuxième poteau, par Koné. Sur le coup de pied de coin, Ajorque est tout près de marquer contre son camp mais M. Batta signale une faute d'Abdelhamid sur le Réunionnais.
.
C'est la pause à Delaune où le Racing est mené par Reims sur la seule occasion de la première période. Il faudra montrer tout autre chose pour espérer ne pas rentrer bredouille de ce déplacement en Champagne.
.
C'est la mi-temps 1-0


.
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 4830
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 72
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 18ème journée : Reims - Strasbourg

Message  67120 le Sam 15 Déc - 21:04

C'est reparti à Reims.
.
Martinez alerte Motiba, c'est trop profond....
.
BUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUT 1-1 Egalisation de Thomasson.
.
Egalisation de Thomasson. Martin est à l'interception. Après un relais avec Sissoko, le Strasbourgeois élimine trois Rémois avant de centrer fort pour AJorque. Mendy se couche et repousse le ballon dans les pieds de Thomasson qui ne tergiverse pas. Le Racing revient dans le coup sur son premier tir de la partie!
.
Réaction champenoise avec cette frappe à 20m d'Oudin, l'ex-Sarregueminois, directement dans la niche de Sels.
.
Le Racing affiche un visage plus volontaire depuis la reprise. Et ça se ressent forcément sur le terrain.
.
Corner concédé stupidement par Thomasson. Heureusement, Abdelhamid manque sa tête sur le centre de Chavalerin.
.
Reims met un peu plus de rythme et trouve des solutions sur les côtés. Oudin obtient un nouveau corner.
.
Sur un contre, après le corner rémois, Ajorque obtient un... corner pour le Racing. Sur celui-ci, la volée de Thomasson file à côté.
.
Doumbia sollicite à nouveau Sels. C'est dans les bras du portier bas-rhinois.
.
Grosse occasion pour Reims. Oudin reprend le ballon de volée dans la surface. Sels est à la parade. Le corner ne donne rien.
.
Cafaro remplace Martin à Reims.
.
Doumbia obtient un coup franc intéressant à 25m du but de Sels après une faute de Mothiba.
.
2-1
.
Le coup franc direct de Cafaro. Il vient juste de rentrer et le milieu champenois envoie le ballon dans la lunette de Sels qui ne peut rien faire. Reims repasse devant.
.
Changement immédiat côté Racing: Corgnet remplace Ajorque qui n'aura pas démérité pour sa première titularisation depuis trois mois.
.
Le Racing subissait depuis quelques minutes sans concéder de grosses occasions, exceptée la volée d'Oudin. C'est dommage de s'être fait surprendre sur coup de pied arrêté.
.
Jaune pour Romao pour une faute sur Corgnet qui partait en contre.
.
Suk s'emmêle les pinceaux dans la surface strasbourgeoise sur un centre de l'insaisissable Doumbia. Ouf!
.
Deuxième changement strasbourgeois: Zohi remplace Caci.
.
Au tour de Mitrovic d'être averti pour un coup de coude sur Suk dans un duel aérien;
.
Doubmia qui aura fait souffrir la défense strasbourgeoise va quitter le terrain. C'est Ndom qui fait son entrée.
.
L'ouverture de Corgnet vers Thomasson est un poil trop profonde. Mendy est le premier sur le ballon.
.
Dernier changement alsacien: Sissoko cède sa place à Da Costa.
.
Le Racing essaie de pousser mais c'est trop désordonné pour l'instant.
.
Konan sauve sur sa ligne. Da Costa s'infiltre côté gauche, son centre en retrait trouve Corgnet qui ouvre son pied mais trouve le défenseur rémois sur la trajectoire.
.
Ultime changement de la partie: Suk est remplacé par Ojo.
.
Sur un coup franc du Racing tiré par Lala, Martin place une tête sans danger pour Mendy.
.
Ca pousse, ça pousse, mais Reims défend parfaitement son maigre avantage.
.
C'est terminé à Reims sur cette cinquième défaite du Racing cette saison. Sur courant alternatif, les Strasbourgeois ont cédé en seconde période après avoir pourtant réussi à revenir au score. C'est une semaine à définitivement oublier pour les Alsaciens.

2-1

.
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 4830
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 72
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 18ème journée : Reims - Strasbourg

Message  67120 le Dim 16 Déc - 6:52

Le Racing s’incline à Reims (2-1): la douche glacée
Cueilli à froid sous la neige et les pluies verglaçantes hier à Reims, le Racing, mené d’entrée au score, a égalisé en début de seconde période, mais fini par concéder sa cinquième défaite de la saison.
C’est fou comme les choses peuvent aller vite en football. Le Racing n’avait perdu qu’un seul de ses dix matches précédents et pourtant, une défaite, sa cinquième de la saison hier à Reims, a suffi pour assombrir un bilan jusque-là plus clinquant qu’en 2017-2018.

Après 18 journées, il compte un point de moins qu’il y a un an pour son retour en Ligue 1 : 23 contre 24. Il avait bouclé le précédent cycle aller par un revers à Metz (3-0). Samedi prochain contre Nice à la Meinau, il devra prendre au moins un point s’il veut basculer dans la phase retour avec le même capital que la saison passée à Noël.
Thomasson ravive la flamme

Les Bleus espéraient l’atteindre en Champagne, mais ce 18e acte a démarré de la pire des façons pour eux. Quand on s’en va défier une équipe qui n’a encaissé que quatre buts lors de ses huit premiers matches à domicile, mieux vaut ne pas la laisser prendre l’avantage. C’est pourtant ce scénario tant redouté que le Stade de Reims a ébauché – et le Racing, subi – dès la 6e minute.

Sur un centre de Moussa Doumbia repoussé trop mollement de la tête par Stefan Mitrovic, l’ailier malien, qui a poursuivi son action, ajuste une parfaite demi-volée du droit, avec la complicité du poteau gauche rentrant d’un Matz Sels masqué.

Après son renvoi plein axe du dimanche précédent sur l’égalisation du Caennais Khaoui à 2-2, c’est la deuxième fois que le capitaine serbe du Racing se transforme bien malgré lui en passeur décisif pour l’adversaire. Mais son geste malheureux n’est que la partie émergée de l’iceberg.
Car en réalité, c’est tout le côté droit de la défense alsacienne qui bat de l’aile sous les coups de boutoir du duo Doumbia-Konan. Sur son banc, Thierry Laurey se concerte avec son adjoint Fabien Lefèvre. Finalement, à la demi-heure de jeu, le coach bas-rhinois renonce au 5-3-2 qu’il a mis en place le 15 septembre à Montpellier et réinstalle un 4-4-2 avec un milieu à plat. Pablo Martinez coulisse dans le couloir gauche de la défense, avec Adrien Thomasson devant lui, tandis qu’Anthony Caci bascule à droite et que Kenny Lala monte d’un cran pour bloquer les montées de Konan.

Ce remaniement tactique rééquilibre les débats, mais même avec deux attaquants, Ajorque et Mothiba, pour la première fois depuis le 3 novembre contre Toulouse, le Racing reste inoffensif. En 45 minutes, il n’a pas une occasion nette à se mettre sous la dent ou plutôt les crampons.

Cueillis à froid, les Strasbourgeois ont du mal à monter en température. Mais leur baromètre Jonas Martin va les remettre dans le sens de la marche sitôt le repos, avec un brin de réussite. Son tir se transforme en centre que Mendy ne peut que repousser dans les pieds d’un Thomasson qui, à dix mètres des buts rémois, égalise d’un plat du pied droit (48e ). Sur les quatre derniers matches, l’ancien Nantais compile deux buts et deux passes décisives.

Sels impuissant

Voilà donc le Racing revenu à hauteur d’un Stade de Reims qui – faut-il le rappeler – n’avait pas encaissé de but lors de 9 des 17 premières journées. Mais cette égalisation a le don de secouer les Champenois. Oudin (52e ) et l’intenable Doumbia (62e ) font chauffer les gants de Sels.

Mais c’est d’un magistral coup franc de Cafaro, sifflé pour une faute de Mothiba sur… Doumbia, que va jaillir la lumière pour les joueurs de David Guion. Le Rémois, qui vient d’entrer en jeu, enroule un missile du droit dans la lucarne d’un Sels encore une fois impuissant (65e ).

Les Racingmen avaient su refaire surface une fois. Ils ne réussiront pas une deuxième, malgré une reprise de Corgnet sauvée sur sa ligne par Konan (87e ). Ils ont pris froid d’entrée. Ils finissent par une douche glacée. S’ils veulent sabrer le Champagne avant Noël, il leur faudra battre Nice samedi à la Meinau.
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 4830
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 72
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 18ème journée : Reims - Strasbourg

Message  67120 le Dim 16 Déc - 6:54

Le fait du match : pour la première fois depuis un mois, le Racing a joué avec deux attaquants Un temps pour se trouver
Lebo Mothiba et Ludovic Ajorque ont joué trois fois plus ensemble hier que depuis le début de saison. Avec leur profil assez tranché, ils ont incarné une petite révolution tactique par rapport aux dernières sorties strasbourgeoises. Le résultat a été mitigé.
L’un – Ludovic Ajorque – avait récemment relayé l’autre – Lebo Mothiba – lors de la convaincante victoire à Rennes (1-4). L’autre avait remplacé l’un, à Montpellier, lors d’un savoureux nul arraché à la force du jarret grâce à un but du Sud-Africain. Cela remontait aux calendes grecques, à la mi-septembre plus précisément. Au final, avant-hier, le Bafana Bafana et le grand (1,95 m) Réunionnais n’avaient joué qu’une vingtaine de minutes ensemble, lors de la défaite à la Meinau face à Nantes (2-3).
Il faut dire que le corps de l’ancien de Clermont lui a causé des tracas avec plus de deux mois d’indisponibilité sur sa première moitié de saison en Alsace. Accessoirement, depuis le nul concédé face à Toulouse, il y a cinq semaines (1-1), le coach Thierry Laurey a volontiers privilégié un schéma a priori un brin plus prudent avec une seule pointe, souvent Mothiba.

Le duo d’attaquants s’est efforcé d’occuper tout le front offensif face à une défense qui a fait ses preuves. Jusque-là, Edouard Mendy, le gardien rémois, n’était allé chercher le ballon qu’à quatre reprises en huit matches à Delaune au fond des filets, soit un but encaissé toutes les trois heures.
Une menace différenciée

La première transmission pour le tandem, une déviation de la tête d’Ajorque pour son compère, donne lieu à la première escarmouche alsacienne mais l’action s’achève en raison d’une main de l’ancien de Clermont (12e ). Dans l’ensemble, ils ont tenté de faire peser une menace différenciée, la recherche de la profondeur pour le meilleur buteur sud-af’ du Racing et un rôle de pivot pas inintéressant pour Ajorque.

Les deux ont cherché à concerner le reste de l’équipe, notamment les latéraux qui ont dû se projeter dès lors que le Racing a été mené. Mais, un peu comme tous les autres, ils étaient le plus souvent esseulés, se décarcassant en vain sur chaque ballon pour que Reims ne les engloutisse pas avec sa défense de fer. Et puis, au retour des vestiaires, le grand puissant et le fluet tonique ont haussé le rythme apportant chacun, loin de l’autre, leur contribution à l’égalisation. Ils n’ont pas été sur le devant de la scène sur le bon coup. Lebo Mothiba a ouvert l’horizon, d’une talonnade, à Jonas Martin dans le rush qui a un peu changé le cours de la rencontre. Ludovic Ajorque était à l’affût du centre-tir qui a conduit le gardien local à une intervention parfaite dont a parfaitement profité Adrien Thomasson (48e ).
Le duo a continué à œuvrer, Ajorque surtout, bien présent et qui a provoqué des fautes plus fréquentes de l’un des Belges de Reims, Björn Engels. Mais si Lebo Mothiba a été le coupable sur le coup franc qui a permis à Mathieu Cafaro de doubler la mise (65e ), c’est bien son collègue, première titularisation depuis quatre mois, qui a été invité à regagner le banc par son entraîneur, décidé à repasser à une seule pointe pour lutter contre une tendance défavorable dans la dernière ligne droite. Au regard de la débauche d’énergie d’Ajorque, on devrait néanmoins le revoir sur le pré jusqu’à la fin de l’année.

A nouveau à côté de Lebo ou d’un autre attaquant, ce ne serait pas nécessairement inintéressant. C’est sans doute une question de temps.
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 4830
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 72
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 18ème journée : Reims - Strasbourg

Message  67120 le Dim 16 Déc - 6:59

En demi-teinte
Après une première mi-temps globalement ratée, les Strasbourgeois ont relevé la tête en seconde période. Mais cela n’a pas suffi face à des Rémois qui ont fait preuve de plus de précision devant le but.
Malgré un Jonas Martin au four et au moulin, qui a insufflé un vent de révolte en début de deuxième période, les Strasbourgeois ont été un ton en dessous par rapport à leurs dernières sorties, collectivement parlant.
➤ SELS (5). Le gardien ne peut rien sur l’ouverture du score signée Doumbia. A surtout eu du travail en seconde période. Comme sur ce tir d’Oudin (52e ), celui de Doumbia (61e ) ou cette belle volée du même Oudin (64e ). Battu sur le splendide coup franc de Cafaro deux minutes plus tard, synonyme de deuxième but rémois.
Mitrovic et Mothiba pas au mieux

➤ LALA (5). Le latéral a essayé de jouer en première intention en début de rencontre, notamment avec Sissoko. Mais ensuite, il a surtout eu du boulot pour colmater son couloir face à la doublette Doumbia-Konan. Replacé au milieu après le passage à quatre défenseurs, il s’est montré attentif et a beaucoup permuté avec Thomasson, mais a parfois manqué d’automatismes avec ses compères.

➤ KONÉ (5). Lui aussi a eu du boulot face au très rapide Doumbia. Moins vif que le Malien, l’Ivoirien s’en est sorti avec son métier et sa vista, comme lorsqu’il coupe un centre d’Oudin juste avant la mi-temps (43e ). Un match sérieux.

➤ MITROVIC (4). Coupable la semaine dernière sur le deuxième but caennais, le défenseur serbe n’a pas été très inspiré en relançant d’emblée un ballon sur Doumbia pour l’ouverture du score rémoise (6e ). S’est rattrapé en coupant un centre du même joueur (21e ), en écartant le danger devant Oudin (23e ) et en contrant une frappe de Martin (29e ). Mais à chaque fois, ses dégagements plein axe ont fait passer des frissons aux supporters alsaciens.

➤ MARTINEZ (5). A tenté de longues ouvertures en début de rencontre, en défense centrale, avant de passer côté gauche. Un côté où il a tenté quelques montées et autres centres, avec sa hargne habituelle. Mais lui aussi a souffert face à la rapidité de la triplette offensive du Stade de Reims.

➤ CACI (6). Après avoir débuté à gauche, il est rapidement passé côté droit après le changement tactique opéré par Laurey (lire par ailleurs), pour aider une défense en souffrance face au duo Doumbia-Konan. Et il a plutôt bien réussi cette mission compliquée. Remplacé par ZOHI (76e ).

➤ MARTIN (6). Posté en sentinelle devant sa défense, le capitaine a peiné à nettoyer son territoire en première mi-temps face à l’autre Martin, en l’occurrence Marvin, plutôt en jambes, Chavalerin et Romao. À l’instar du reste de l’équipe, il est revenu après la pause avec plus de hargne, comme en témoigne son slalom rageur à l’origine de l’égalisation et son combat de tous les instants à la récupération.

➤ SISSOKO (4). Positionné côté droit comme la semaine passée contre Caen, le géant du milieu a eu du mal à entrer dans sa rencontre. A semblé plus à l’aise une fois revenu à un poste plus défensif, dans l’axe, à côté de Martin, mais sans briller non plus. Un match moyen. Remplacé par DA COSTA (83e ).

➤ THOMASSON (5). Peu en vue en première mi-temps, malgré quelques centres plutôt intéressants, à l’image de l’ensemble du milieu de terrain. Du mieux en seconde période, où il a le mérite de convertir la première opportunité bleue (48e ) après un rush de Martin.
Mothiba transparent

➤ MOTHIBA (3). Complètement transparent en première période, où le Sud-Africain a touché trois ballons. S’est ensuite fait remarquer en commettant une faute sur ce diable de Doumbia, ce qui offre le coup franc entraînant le deuxième but rémois. Un match à oublier pour le meilleur artilleur des Bleus.

➤ AJORQUE (5). Le longiligne attaquant, longtemps blessé, n’avait plus été titulaire depuis le 15 septembre dernier. Hier soir, il a d’abord tenté de faire jouer les autres, en conservant ou déviant le ballon. L’ancien Clermontois est aussi beaucoup redescendu pour aider les siens en phase défensive. A failli marquer… contre son camp, sur un corner rémois juste avant la pause. Oblige Mendy à sortir de ses cages, sur le rush de Martin, ce qui permet à Thomasson de marquer. Remplacé par CORGNET (66e ) , qui s’est fait remarquer par une frappe déviée par Konan.
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 4830
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 72
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 18ème journée : Reims - Strasbourg

Message  67120 Hier à 5:59

Un petit coup de mou
Avec deux petits points dans sa besace lors des trois dernières journées, le Racing, battu 2-1 à Reims, traverse une période moins faste. Un succès à domicile samedi contre Nice, pour la dernière journée aller, l’aiderait à surmonter.

La question a contrarié Thierry Laurey samedi au stade Auguste-Delaune après la défaite concédée. « Vous me l’avez déjà posée, j’y ai répondu. Vous n’allez pas me la poser à chaque fois », a tancé le coach strasbourgeois sur le ton très sec qui fait de lui régulièrement l’une des têtes de gondole des émissions télévisées friandes de ce type d’esclandre.
« Faire une meilleure deuxième partie de saison »
Ladite question était pourtant inédite. Pour une raison simple : c’est la première fois que le Racing 2018-2019 est en retard sur ses temps de passage 2017-2018. Elle était aussi anodine : « Au regard de la qualité du jeu proposé depuis le début de saison, le bilan, un peu moins bon que l’an dernier – 23 points en 18 journées, contre 24 –, n’est-il pas décevant ? »
Les Bleus ont en effet souvent emballé depuis leurs débuts en fanfare à Bordeaux le 12 août (succès 0-2). Mais trois dernières journées un peu plus chiches sur le plan comptable, avec, tout de même, un exploit à la Meinau face au PSG (1-1), ont quelque peu terni le tableau presque idyllique jusque-là.
Avec deux points récoltés contre Paris et Caen (2-2) à domicile, avant le revers (2-1) à Reims samedi, Stefan Mitrovic et ses partenaires ont raté l’occasion de décoller vraiment.
« Mais c’est à la fin du bal qu’on paie les musiciens, tranche leur entraîneur à qui on rendra grâce de ne s’être jamais emballé quand l’automne des siens s’apparentait à un été indien. On a un bilan comptable qui n’est pas en adéquation avec ce qu’on a montré sur le terrain, même si ce qu’on a produit à Reims n’est pas merveilleux non plus […]. Je ne me suis pas enflammé après Rennes ( victoire 1-4 début décembre ), je ne vais pas me mettre six pieds sous terre après Reims. On fera les comptes après Nice. Si on ne prend pas de points face aux Niçois, on sera moins bien que l’année dernière. Si on en prend un, on sera au même niveau. Mais qu’on soit à Noël à 23, 24 ou 26 points, j’espère surtout faire une meilleure deuxième partie que l’an passé ( 14 points seulement lors des 20 dernières journées ). »
Dans l’environnement du club, personne n’a suggéré que les cieux étaient tout noirs au-dessus des Racingmen : leur différence de buts (+ 5, 28 buts pour, 23 contre) est par exemple bien supérieure à celle de la saison passée (- 4, 24-28). Et leur jeu, globalement mieux maîtrisé.

« On commet encore trop d’erreurs »

Aux yeux du coach, le contexte particulier qui a entouré le voyage en Champagne « n’est pas une excuse » à la sortie de route de ses troupes. « Les joueurs savaient qu’une fois sur le terrain, il fallait faire abstraction du contexte. Il n’y avait aucune raison d’avoir à l’esprit ce qui s’est passé, même si on le gardera en nous un petit moment. »
Comme tout le monde, Thierry Laurey a constaté « une montée en régime en deuxième mi-temps ». Mais les Strasbourgeois n’ont ensuite pas su remplir la mission à laquelle ils étaient préparés : « Après l’égalisation, on pensait avoir fait le plus dur. Il fallait simplement surveiller les coups de pied arrêtés. On a plutôt pas mal géré ça jusqu’à ce coup franc superbe. Ces derniers temps, nos adversaires nous marquent de beaux buts. On ne peut pas laisser l’adversaire frapper dans les 25 derniers mètres. En L2, ça part souvent dans la tribune. En L1, ça finit souvent au fond. Ce coup franc a plombé le résultat, mais sans lui, on aurait pu le tenir. Malheureusement, on commet encore trop d’erreurs pour espérer être dans les cinq ou six premiers. C’est une déception, même si je pense qu’on ne pouvait pas espérer plus qu’un nul. On n’a pas été capables de le garder. »
Il faudra donc le rattraper. Si possible dès samedi pour la 19e et dernière journée aller contre Nice. Après l’intermède des 8es de finale de Coupe de la Ligue mercredi à Marseille, un succès dans une Meinau où le Racing n’a plus gagné depuis deux mois (2-1 face à Monaco le 20 octobre) et n’a glané que trois points lors de ses quatre dernières sorties constituerait, avant Noël, un joli présent pour envisager sereinement l’avenir.
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 4830
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 72
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 18ème journée : Reims - Strasbourg

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum