Coupe de la Ligue (8es de finale) : Marseille - Racing

Aller en bas

 Coupe de la Ligue (8es de finale) : Marseille - Racing Empty Coupe de la Ligue (8es de finale) : Marseille - Racing

Message  67120 le Jeu 15 Nov - 6:28

Les rencontres auront lieu les 18 et 19 décembre prochains.
 Coupe de la Ligue (8es de finale) : Marseille - Racing 688-cd10
L’obligation d’un exploit
Le Racing sera à Marseille à la mi-décembre (le 18 ou le 19) en 8e de finale de la Coupe de la Ligue. Pour prolonger l’aventure dans l’épreuve, le défi au Vélodrome s’annonce dantesque.
Il n’y a pas eu de suspense lors du tirage au sort des 8es de finale organisé hier au stade Pierre-Mauroy, théâtre de la finale de la Coupe de la Ligue programmée le 30 mars. Ces temps-ci, entre le nul décroché en ce même lieu vendredi dernier (0-0) et la qualification obtenue au 2e tour face au Lille de Christophe Galtier (2-0), la tendance était septentrionale pour la bande à Thierry Laurey.
La fin d’année aura des saveurs plus méridionales. En effet, le sort n’a pas été clément pour le Racing. Première affiche tirée au sort hier, les Strasbourgeois auront un voyage à Marseille à leur programme, le 18 ou le 19 décembre selon les desiderata télévisuels. Le match, l’avant-dernier de l’année 2018, s’intercale entre un déplacement à Reims, le week-end précédent, et l’accueil de Nice, dernière rencontre du cycle aller en championnat le 22 décembre.

Thierry Laurey : « On va essayer de provoquer la réussite »

On notera que dans sa grande cohérence, la Ligue de football professionnel a organisé un programme dantesque en décembre qui est, comme chacun sait, l’un des mois les plus cléments dans l’Hexagone. Le Racing a ainsi six matches à son calendrier en 20 jours, du 2 au 22 décembre.
Sur la Canebière, la tâche s’annonce compliquée. Si l’OM est l’auteur d’un début de saison quelconque au vu de ses ambitions, il risque bien d’être revanchard en cette période de l’année. Avec leur élimination en Ligue Europa, Rudi Garcia et ses hommes ont évacué le dossier continental de leur horizon et n’ont plus que des considérations domestiques en tête. Ils ne risquent pas de prendre la Coupe de la Ligue par-dessus la jambe pour leur entrée en matière dans l’épreuve.
Thierry Laurey s’est voulu pragmatique à l’heure de considérer le sort réservé à ses protégés dans cinq semaines. « Quand on n’a pas de chance au tirage, on cherche à gratter quelque chose, a indiqué l’entraîneur du Racing, reprenant le slogan d’un jeu de hasard des années 80 disparu aujourd’hui. On va essayer de provoquer la réussite en réalisant le meilleur match possible. On n’est pas favori, c’est évident, mais ce n’est pas pour ça qu’on ne peut pas chercher quelque chose de positif dans ce match. »
Les Bleus n’ont effectivement aucune raison de partir vaincus d’avance. Ils avaient fait plus que rivaliser au Vélodrome, face à Payet, Thauvin et les autres, pour leur dernière défaite en date à la fin septembre, en championnat. Ayant ouvert le score, Mitrovic et ses coéquipiers avaient concédé une égalisation douteuse – un penalty tiré par les cheveux juste avant la pause –, ont été menés avant de réussir une seconde période dominatrice et d’égaliser en supériorité numérique. Germain avait inscrit le but de la victoire phocéenne (3-2) au bout des arrêts de jeu.
Autant dire qu’à une semaine de Noël, il ne sera pas seulement question d’aller chercher des santons pour décorer la crèche, ravitailler en huile d’olive pour briller aux fourneaux ou faire le plein de savon pour sentir bon sous le sapin.
Le Racing n’aura pas grand-chose à perdre et donc beaucoup à gagner. La saison passée, au même stade de la compétition, il avait subi la domination du PSG en un splendide match à la Meinau et personne ne lui en avait tenu rigueur.
dna
67120
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 5404
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 72
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

 Coupe de la Ligue (8es de finale) : Marseille - Racing Empty Re: Coupe de la Ligue (8es de finale) : Marseille - Racing

Message  67120 le Mar 18 Déc - 6:30

Coupe de la Ligue - 8e de finale : Marseille – Racing, demain (21h05)
Gestion de saison
Dans un calendrier infernal, le Racing doit ménager ses énergies. À l’entame de sa dernière semaine de compétition à deux matches, il doit songer au match de Marseille et à celui d’après.
Deux jours après un match, deux jours avant le suivant, la séance d’entraînement n’est en général pas d’un rythme endiablé. Celle d’hier, orchestrée à l’ombre de la Meinau, n’a pas dérogé à la règle pour le Racing.
Néanmoins, le petit trot, ou le travail de récupération, n’a pas concerné toute la troupe de Thierry Laurey. C’est que les deux derniers matches au programme strasbourgeois en 2018 ne s’inscrivent pas dans la même démarche, ni avec les mêmes objectifs et ne seront sans doute pas envisagés avec les mêmes joueurs.
En coupe de la Ligue, au Vélodrome demain, les Bleus n’auront pas grand-chose à perdre face à un OM revanchard. Samedi, face à Nice, pour une dernière à la Meinau, l’ambition comptable sera de mise, histoire d’édulcorer la déception ramenée de Reims (défaite 2-1).
Il n’est néanmoins pas question de galvauder ses chances pour le match disputé en Provence. Une demi-douzaine de joueurs ont été priés de peaufiner les enchaînements devant le but, hier matin, dont Benjamin Corgnet, Dimitri Lienard, Kevin Zohi ou Anthony Caci. « On fait attention aux organismes mais pas plus que d’habitude, précise Thierry Laurey. Car on fait extrêmement attention toute l’année. Mais on doit effectivement veiller à entretenir la fraîcheur pour bien aborder ces rendez-vous. »

« Il peut y avoir un petit manque de lucidité »

La fatigue, liée à l’accumulation de matches – en fin de semaine, les Bleus en seront à sept matches en 28 jours – ne serait pas à l’origine des deux récents résultats, un brin décevants. « La question aurait pu se poser pour le troisième match en une semaine, face à Caen, où on a un peu baissé après l’heure de jeu, précise encore l’entraîneur. Mais on se crée deux grosses occasions en fin de match. En fait, à ce moment de la saison, il peut y avoir un petit manque de lucidité surtout, dans la dernière passe ou dans le contrôle. »
Pour le défi olympique de demain, une injection de sang neuf est à prévoir, par obligation ( voir ci-contre ) mais pas seulement. La première période à Reims – « À ch.er ! Sans être dominé, on n’a pas fait un tir au but rémois », selon l’entraîneur du Racing – a entamé le crédit de certains.
En quête d’un exploit à Marseille, quelques habitués mais aussi des nouvelles têtes auront leur chance. « Tous les garçons ont envie de jouer, précise encore Thierry Laurey. Et à chaque fois que l’on a fait des changements, il y a toujours eu un état d’esprit cohérent. Toute l’année, tout le monde vit ensemble et participe à un projet collectif. J’apprécie les semaines à trois matches comme celle-là car tu peux récompenser des joueurs qui le méritent. Quand tu fais un choix entre deux joueurs, il y en a un qui ressent de la frustration. »
Il ne s’agit pas d’un cadeau mais d’une marque de confiance dans une saison à construire à plus de 11 ou même 18. Il reste que les divers degrés de forme ou « le manque d’automatismes » peuvent enquiquiner. Les conditions atmosphériques ne sont pas non plus particulièrement clémentes par ici et ce n’est pas pour aider. « On aurait bien aimé que certains, notamment les jeunes joueurs, puissent faire un match avec la réserve ce week-end mais cela n’a pas été possible ( Vauban – Racing II prévu avant-hier a été ajourné ), conclut l’entraîneur strasbourgeois. Pour avoir le rythme, la compétition est importante. On a cherché à compenser à l’entraînement. »
Sera-ce suffisant ? Le Racing, dans tous les cas, risque d’être soumis à rude épreuve face à Payet, Luiz Gustavo et compagnie qui n’ont pas joué depuis une semaine.
dna
67120
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 5404
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 72
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

 Coupe de la Ligue (8es de finale) : Marseille - Racing Empty Re: Coupe de la Ligue (8es de finale) : Marseille - Racing

Message  67120 le Mar 18 Déc - 17:48

OM - Racing : Koné et Da Costa forfait
En délicatesse avec leurs adducteurs, le défenseur axial Lamine Koné et l’attaquant Nuno Da Costa ne feront pas le déplacement à Marseille demain (21h05) en huitièmes de finale de Coupe de la Ligue avec un Racing Strasbourg sans doute rajeuni pour l’occasion.
Ils ne s’étaient déjà pas entraînés hier. Le défenseur ivoirien Lamine Koné et l’attaquant cap-verdien Nuno Da Costa, en délicatesse avec leurs adducteurs, ont également ‘’zappé’’ la séance de veille de match cet après-midi à la Meinau. Les deux Strasbourgeois sont laissés au repos par précaution et viennent donc grossir les rangs déjà étoffés des joueurs indisponibles pour le premier des deux matches de la semaine ce mercredi (21h05) au stade Vélodrome contre Marseille en 8es de finale de Coupe de la Ligue (voir ci-dessous).

Comme toujours en Coupe, Thierry Laurey devrait faire tourner son effectif. Le coach du RCSA offrira sans doute du temps de jeu aux jeunes qui en ont moins eu ces derniers temps – Ismaïl Aaneba, Youssouf Fofana, Kevin Zohi – et pourrait relancer, entre autres, un Anthony Gonçalves qui n’a plus joué depuis sa blessure au mollet droit contre Monaco le 20 octobre.
Kamara, deuxième?

L’entraînement de cet après-midi s’est achevé par une répétition générale aux tirs au but, au cas où le 8e de finale de demain se jouerait lors de la séance fatidique. Dans l’hilarité générale, Ibrahima Sissoko a clôturé cet exercice par un ‘’joli’’ raté. Le grand milieu défensif est de toute façon suspendu à Marseille.

Son entraîneur n’a pas précisé si Bingourou Kamara, titularisé dans les buts lors du 16e de finale victorieux contre Lille le 30 octobre (2-0), sera reconduit à Marseille. C’est néanmoins plus que plausible, même si l’ex-international espoirs n’a pas pu répéter ses gammes dimanche avec la réserve après le report de son match de National 3 à Vauban. L’habituel n°1 Matz Sels, qui avait fait l’impasse face aux Nordistes, est cette fois du voyage, au détriment du Japonais Eiji Kawashima.

Il n’est pas incongru de penser que certains cadres, comme Kenny Lala, Jonas Martin, Adrien Thomasson ou Lebo Mothiba, pourraient débuter sur le banc en prévision de la venue de Nice samedi (21h) à la Meinau en clôture du cycle aller de Ligue 1, considérée comme bien plus importante par les Bleus et leur staff.


L'équipe possible

30. Kamara – 33. Aaneba, 19. Caci, 13. Mitrovic (cap), 4. Martinez, 11. Lienard – 17. Gonçalves, 34. Fofana, 10. Corgnet, 20. Zohi – 25. Ajorque. Remplaçants: 27. Lala, 32. Tchamba, 7. Zemzemi, 8. Martin, 26. Thomasson, 12. Mothiba, 1. Sels (g).

Absents : Koné (adducteurs), Da Costa (adducteurs), Sissoko (suspendu), Carole (cuisse), Grimm (cuisse), Saadi (genou), Ndour (genou), Simakan (genou), Kawashima (g) (choix).
dna
67120
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 5404
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 72
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

 Coupe de la Ligue (8es de finale) : Marseille - Racing Empty Re: Coupe de la Ligue (8es de finale) : Marseille - Racing

Message  67120 le Mer 19 Déc - 20:30

la composition des deux équipes.
Marseille : 30. Mandanda – 2. Sakai, 23. Rami, 6. Rolando, 18. Amavi – 8. Sanson, 19. Luiz Gustavo, 27. M. Lopez – 5. Ocampos, 28. Germain, 10. Payet (cap). Entraîneur : Rudi Garcia.

Strasbourg : 30. Kamara – 27. Lala, 19. Caci, 13. Mitrovic (cap), 4. Martinez, 11. Lienard – 34. Fofana, 8. Martin, 10. Corgnet, 20. Zohi – 25. Ajorque. Entraîneur : Thierry Laurey.
.

Du côté du Racing, Thierry Laurey a finalement un peu moins fait tourner son effectif qu'attendu. Cinq des titulaires de samedi à Reims, Lamine Koné (forfait pour un souci aux adducteurs), Ibrahima Sissoko (suspendu), Adrien Thomasson, Lebo Mothiba et le gardien Matz Sels (qui débuteront sur le banc), sont remplacés par le 2e portier Bingourou Kamara, Dimitri Lienard, Kevin Zohi, Youssouf Fofana et Benjamin Corgnet.
.
En revanche, le vice-capitaine Jonas Martin et le latéral droit Kenny Lala, dont on pouvait légitimement penser qu'ils souffleraient un peu, sont bien titulaires.
.
Heureusement que pour animer l'avant-match, on a croisé quelques visages connus au bord du terrain, comme celui de Franck Sauzée, l'ancien Strasbourgeois (1994-1996). Le champion d'Europe 1993 avec l'OM est toujours aussi populaire du côté de la Canebière, même auprès des plus jeunes, comme sur cette photo prise en compagnie de son acolyte de Canal + Laurent Paganelli. L'ex-bombardier du milieu de terrain vit d'ailleurs en Provence.
 Coupe de la Ligue (8es de finale) : Marseille - Racing Heureu10
.
Evidemment, ce 8e de finale n'est pas dépourvu d'enjeu. D'abord parce qu'il y a au bout une place en quarts de finale, avec un tirage au sort programmé ce soir dès la fin du dernier 8e. Ensuite parce que l'OM, qui vient tout de même de perdre sept de ses dix derniers matches officiels, a besoin de se racheter et se rassurer. Enfin parce que le Racing, qui n'a plus gagné depuis trois rencontres en championnat et n'a certes pas le couteau sous la gorge dans cette compétition, s'est tout de même déplacé à Marseille pour y livrer une belle prestation et - on l'a dit - se mettre dans de bonnes dispositions avant l'accueil des Aiglons samedi à la Meinau.
.
Encore un petit mot sur l'OM: même si Rudi Garcia a décidé de relancer certains joueurs, comme Jordan Amavi, pas vraiment à son affaire ces dernières semaines, le technicien olympien n'est pas loin d'aligner une équipe type. Steve Mandanda est par exemple titulaire dans les buts au détriment de son habituelle doublure Yohann Pelé.
.
Les joueurs sont de retour sur la pelouse. Les premiers instants nous diront si Thierry Laurey a décidé d'évoluer en 5-4-1 comme il l'a régulièrement fait ces derniers temps, excepté à Reims samedi où il avait aligné deux attaquants (Mothiba - Ajorque).
.
Les joueurs des deux équipes vont respecter une minute de silence en mémoire des victimes de l'attentat de Strasbourg le 11 décembre.
.
C'est parti au Vélodrome. Faut-il vous préciser qu'on entend plus les supporters strasbourgeois - qu'on ne voit d'ailleurs pas d'où nous sommes placés - que les fans de l'OM?
.
Une première petite info: alors qu'il évoluait avec cinq défenseurs depuis le déplacement à Montpellier le 15 septembre, le Racing est revenu à un système à quatre défenseurs - Lala, Mitrovic, Martinez, Caci -, une ligne de cinq milieux - Corgnet, Fofana, Martin, Lienard, Zohi - et un seul véritable attaquant, Ajorque.
.
La première véritable offensive est marseillaise: sur une remise de Germain, Luiz Gustavo, décalé à gauche, a centré au 2e poteau où Payet était embusqué. Mais le capitaine marseillais n'a pas pu ajuster sa volée du droit, passée nettement au-dessus.
.
Vous l'aurez compris à notre absence d'interventions depuis dix bonnes minutes: pour l'instant, il ne se passe pas grand-chose sur le terrain où, de la tribune de presse, on voit courir 22 Lilliputiens. Incontestablement, l'OM a la mainmise sur le jeu, mais sa domination reste pour le moment stérile.
.
Penalty pour le Racing! Main d'Amavi sur un petit ballon piqué de Corgnet!!!!

BUT 0-1 Martin
.
L'ouverture du score pour les Strasbourgeois! D'un parfait intérieur du droit, Jonas Martin a pris Steve Mandanda à contre-pied...
.
Les hommes de Thierry Laurey viennent de faire la démonstration qu'on peut mener au score sans avoir eu la moindre occasion. Ils ne s'en plaindront pas.
.
Le but pour l'Olympique de Marseille refusé!!!!
.
Sur un coup franc rentrant de Payet, Corgnet a détourné le ballon de la tête dans ses propres filets, hors de portée d'un Kamara avec qui il n'avait pas communiqué. L'arbitre Ruddy Buquet a, sur l'avis de son assistant qui avait levé le drapeau, invalidé cette égalisation pour une position de hors-jeu évidente de Rolando. Le défenseur portugais, qui traînait au point de chute du ballon, faisait effectivement action de jeu.
.
La belle occase pour Jonas Martin!!!! Le milieu strasbourgeois a chipé le ballon à Sanson, s'est enfoncé sur le côté gauche de la surface et a armé une frappe à ras de terre sur laquelle Mandanda s'est parfaitement couché.
.
Quel dommage pour le Racing!!!! Sur un contre habilement et rondement mené par Ajorque, les Bleus se sont présentés en supériorité numérique à l'approche des 16 m. Mais l'avant-centre strasbourgeois, qui avait tout bien fait sur le mouvement, a raté sa transmission pour Lienard. La défense marseillaise a intercepté le ballon.
.
Depuis l'ouverture du score, ça va plutôt bien pour les Alsaciens. Témoin cette nouvelle occasion amenée par un centre de la droite de Fofana et conclue par une reprise au premier poteau de Zohi, malheureusement pour lui pas assez précise.
.
C'est la mi-temps au Vélodrome. Malgré la maigre affluence, les Marseillais essuient une belle bronca. Pour l'instant, tout va bien pour le Racing qui, après une entame difficile, a ouvert le score sur penalty et a peu à peu rééquilibré les débats, au point de se créer les mouvements les plus tranchants de ce premier acte. Les Bleus mènent 1-0 et ce n'est tout compte fait pas volé. A tout à l'heure pour la 2e mi-temps.


.
67120
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 5404
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 72
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

 Coupe de la Ligue (8es de finale) : Marseille - Racing Empty Re: Coupe de la Ligue (8es de finale) : Marseille - Racing

Message  67120 le Mer 19 Déc - 22:09

C'est reparti à Marseille. Les deux équipes sont revenues sur le terrain dans la même composition qu'au coup d'envoi.
.
Le portier strasbourgeois Bingourou Kamara vient enfin d'avoir l'occasion de se réchauffer les mains et de faire chauffer ses gants. Mais il n'a pas tremblé pour se saisir d'un tir du droit sans angle de Valère Germain. C'est son premier arrêt du match.
.
Quand on voit les individualités présentes sur le terrain du côté de l'OM, il y a de quoi s'interroger sur le rendement collectif. L'absence du meilleur buteur de la saison, Florian Thauvin, suspendu (11 buts en Ligue 1, 2 en Europa League), n'explique pas tout.
.
Penalty pour l'OM!!!!! Un croche-patte de Jonas Martin sur Maxime Lopez. C'est Dimitri Payet qui va s'en charger.
.
L'arrêt de Bingourou Kamara!!!!! Le milieu international a croisé sa frappe du droit, mais le gardien bas-rhinois a plongé du bon côté et repoussé des poings sa tentative.
.
Double changement à l'OM: Mitroglou et Njie succèdent à Germain et Ocampos.
.
Encore deux changements, un de part et d'autre cette fois: à Strasbourg, Lebo Mothiba relaie Ludovic Ajorque; à Marseille, Bouna Sarr succède à Morgan Sanson.
.
A l'instant, le chiffre de l'affluence communiqué par l'OM: 8200 spectateurs ont pris place dans les gradins. C'est la plus faible affluence de la saison au Vélodrome.
.
But 1-1
.
Marseille égalise!!!! But de Luiz Gustavo!!!!
.
Aussitôt, Adrien Thomasson entre à la place de Kevin Zohi.
.
On revient sur l'égalisation marseillaise! Pour avoir manqué de promptitude, Pablo Martinez s'est fait subtiliser le ballon par Hiroki Sakai en pleine surface de réparation. Le tacle du Japonais offre une balle de but à Luiz Gustavo qui, à huit mètres du but plein axe, ne laisse pas passer le cadeau et fusille Kamara.
.
Les joueurs de Thierry Laurey souffrent en cette fin de partie. On ne saurait dire s'ils ne vont pas craquer avant la fin du temps réglementaire. Rappelons qu'en Coupe de la Ligue, il n'y a pas de prolongation et qu'on passe directement aux tirs au but.
.
Après une chamaillerie, le Strasbourgeois Jonas Martin et le Marseillais Dimitri Payet viennent de recevoir les deux premiers avertissements de la partie.
.
Peut-être la balle de match pour le Racing et Benjamin Corgnet!!!! Mais le meneur de jeu bas-rhinois a un peu trop enlevé sa frappe du droit aux 16 m. Mandanda était de toute façon sur la trajectoire.
.
Le temps additionnel sera de trois minutes minimum.
.
Au tour de l'OM de se procurer une balle de match. Mais à la réception d'un centre de la droite ciselé par Payet, Mitroglou, qui a sauté plus haut que Lala, ne parvient pas à rabattre sa tête.
.
C'est fini à Marseille. On va donc avoir droit à la séance de tirs au but. Depuis l'arrivée de Rudi Garcia à la tête de l'OM, le club olympien s'est fait éliminer deux fois aux tirs au but dès son entrée en lice en 8es de finale de Coupe de la Ligue: il y a deux ans à Sochaux (1-1, 4-3) et la saison passée à Rennes (2-2, 4-3).

.
Le premier tir au but est réussi par Dimitri Lienard qui, d'un tir croisé du gauche, a pris Mandanda à contre-pied.
.
L'OM égalise par Lopez du droit. Kamara est parti du mauvais côté (1-1).
.
2-1 pour le Racing grâce à Adrien Thomasson dont la frappe pied droit ouvert a trouvé l'intérieur du poteau gauche.
.
Encore raté pour Payet qui, cette fois, trouve le poteau gauche de Kamara.
.
Et 3-1 pour le RCSA après le tir du droit croisé et victorieux de Mothiba.
.
Luiz Gustavo ramène l'OM à 2-3 d'une frappe puissante croisée du gauche.
.
4-2 pour le Racing après le tir au but réussi par Martin. Si Rami rate le sien, Strasbourg est qualifié.
.
Le Racing est qualifié!!!! Le défenseur international vient de frapper au-dessus!!!!


.
Eliminé l'an dernier par le PSG en 8es (2-4), le club bas-rhinois verra cette fois les quarts les 8 et 9 janvier. Le tirage au sort va se dérouler dans quelques minutes. On file aux réactions que vous pourrez retrouver un peu plus tard en vidéo sur notre site internet.
.
le Racing se qualifie donc sur le score de 1-1 et 4 tirs au but à 2. Bonne soirée.


.
67120
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 5404
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 72
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

 Coupe de la Ligue (8es de finale) : Marseille - Racing Empty Re: Coupe de la Ligue (8es de finale) : Marseille - Racing

Message  67120 le Jeu 20 Déc - 6:31

Dans le grand huit
Le Racing a réussi un exploit retentissant en éliminant l’OM, chez lui, en 8e de finale de coupe de la Ligue. Au terme d’un match intelligent et d’une séance des tirs au but impeccable, il a arraché sa qualification pour les quarts de finale, où il ira à Lyon.
Rudi Garcia n’avait jamais franchi le cap des 8e de finale en coupe de la ligue, éliminé par Rennes (2-2, 4 tab à 3) la saison passée, par Sochaux (1-1, 4 tab à 3) la saison d’avant, à chaque fois lors de la séance des tirs au but.
Le Racing a prolongé une tradition qui rajoute une date à son calendrier de 2019 mais qui enjolive également sa première moitié de saison.
Marseille avec sa meilleure équipe

L’entraîneur marseillais avait souligné avant la rencontre combien pouvait être séduisante une épreuve qui envoie son vainqueur en coupe d’Europe à la faveur d’un enchaînement de quatre succès pour ses protégés.

On pourra toujours s’interroger sur l’intérêt de confronter son équipe au feu continental sachant qu’elle a enregistré cinq défaites et un nul en six matches en un automne tristouille.

Mais l’OM se présentait bien avec sa meilleure équipe possible, après une semaine à peaufiner ses réglages, la crise des gilets jaunes ayant conduit le préfet de la Loire à ajourner son match face à Saint-Etienne le week-end dernier. Et il y avait une humiliation face au “redoutable” Apollon Limassol (1-3) à effacer. Le match d’hier a pu constituer un rendez-vous d’importance pour les Phocéens qui devaient se remettre d’aplomb.

Il s’est déroulé dans une atmosphère lugubre. Si la minute de silence en hommage des victimes des attentats a été parfaitement respectée, le Vélodrome a sonné creux. L’enceinte provençale est magnifique mais sa capacité est de plus de 67 000 places. Quand moins de 5 000 places sont occupées, cela laisse une certaine place au vide. L’avantage pour les locaux, c’est que les rares encouragements ont eu tendance à résonner sur l’immense toit ondulé.

Qu’à cela ne tienne. Le capitaine Payet et ses coéquipiers n’ont pas tardé à se mettre en route et un centre au deuxième poteau de Luiz Gustavo, repris par le Réunionnais, a constitué la première action de la rencontre (4e ).

Toutefois, si Rudy Garcia a attaché une certaine importance à son entrée en lice, Thierry Laurey s’était refusé à sacrifier l’aventure débutée par une victoire face à Lille, il y a sept semaines (2-0).

Jonas Martin ou Kenny Lala étaient là au coup d’envoi et l’ensemble, s’appuyant sur une défense à quatre abandonnée depuis des plombes, a eu de plus en plus d’allure à mesure que la première période a avancé.

Il faut dire qu’à leur première initiative, les Strasbourgeois, dans un magnifique bleu proche de celui de Chelsea, ont été récompensés. Amavi a fait main dans sa surface sur une petite louche de Corgnet et Martin ne s’est pas fait prier pour ouvrir le score sur penalty, inscrivant son troisième but de la saison dans l’exercice (18e ).

Dès lors, Stefan Mitrovic et les autres ont mis la main sur la rencontre, profitant de l’apathie marseillaise. Si l’OM s’est vu refuser un but sur une tête contre son camp de Corgnet (26e ) et sans doute un penalty pour faute de Caci à l’entrée de la surface sur Payet (42e ), le Racing s’est occupé de tout le reste du spectacle.

Trois occasions auraient pu lui permettre de doubler la mise. Mais Martin a buté sur Mandanda après avoir arraché un ballon dans les pieds de Sanson (29e ), Ajorque a un peu croqué un contre à trois contre deux en n’appuyant pas assez sa passe vers Lienard (35e ) et Zohi a envoyé juste à côté un centre au premier poteau de Fofana (36e ).

Bref, à mi-parcours, le Racing ne volait en rien sa courte avance. Le tir de Germain dans un angle fermé a donné lieu au premier arrêt de Kamara, ce qui a illustré l’impuissance d’un OM assez fantomatique.

Évidemment, le dernier finaliste de la Ligue Europa a progressivement monté en intensité. Acculés sur leur but, les Bleus ont presque craqué quand Jonas Martin a tendu la jambe sur une incursion de Lopez pour le déséquilibrer. Mais c’est Bingourou Kamara qui est sorti de sa boîte et de tout son long pour détourner le penalty de Payet (68e ).

Le danger a néanmoins continué à roder et un pressing olympien sur Martinez a permis à Gustavo, de près, de ramener les deux équipes à égalité (1-1, 80e ). Les jambes un peu lourdes, les Strasbourgeois ont un peu mangé le chronomètre dans la dernière ligne droite. Une frappe de Corgnet, juste au-dessus de la transversale, tout comme une tête de Mitroglou, hors cadre, n’ont pas empêché les tirs au but.

Et dans l’exercice, les Strasbourgeois ont fait un quatre sur quatre nickel, quand Rami et Payet ont manqué le cadre. Voilà les Bleus dans le grand huit, qualifiés pour les quarts de finale de début de janvier. Pour quelques semaines et même après Noël, il ne leur sera pas interdit de rêver.
dna
67120
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 5404
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 72
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

 Coupe de la Ligue (8es de finale) : Marseille - Racing Empty Re: Coupe de la Ligue (8es de finale) : Marseille - Racing

Message  67120 le Ven 21 Déc - 6:28

Coupe de la Ligue : un Racing gargantuesque
Le Racing s’est offert un nouveau joli défi en éliminant l’OM de la Coupe de la Ligue. Il doit se préparer à un début d’année 2019 dantesque et ce n’est sans doute pas pour lui déplaire.
Alors que les sites de vente en ligne se préparent au retour de milliers de cadeaux dans les jours à venir, les plus inspirés ne sont-ils pas ceux que l’on se réserve à soi-même ?

Toujours est-il que le Racing n’a pas raté l’occasion de s’offrir un petit présent à glisser sous le sapin à l’occasion de son déplacement à Marseille. Au Vélodrome, il s’est baissé avec suffisamment d’énergie, d’intelligence et de talent pour ramasser une qualification qui lui tendait les bras.

Le voilà en quart de finale de la Coupe de la Ligue qu’il n’avait pas fréquenté depuis un moment, 14 ans exactement. Pour continuer à donner des idées à Stefan Mitrovic et ses copains, on rappellera un savoureux souvenir : la dernière fois que les Strasbourgeois ont été aussi loin dans l’épreuve, ils sont même allés jusqu’à Saint-Denis, pour décrocher le trophée.
« J’ai l’impression qu’on progresse »

Parmi les huit candidats au saladier à l’allure d’une vasque à sangria, la bande à Laurey ne dépareille pas. Sans avoir marché sur l’eau, elle a réussi à Marseille une sortie d’assez bonne facture face à un gros de l’Hexagone qui pédale dans la choucroute.

Lancés sur les bons rails en faisant mouche sur leur première action – un penalty transformé sanctionnant une main marseillaise dans la surface de réparation –, les Bleus ont plutôt bien maîtrisé leur première période pour baisser de pied après le repos tout en conservant suffisamment de lucidité pour tenir le nul après 90 minutes et envoyer les Phocéens à leurs tourments d’inefficacité, d’impuissance et d’inorganisation.

Le sort, un peu avant minuit, a été un brin cruel. Pour leur deuxième match de l’année 2019, les Strasbourgeois seront en voyage au Parc OL où ils seront encore moins favoris qu’avant-hier puisque l’Olympique Lyonnais est assurément un cran au-dessus de Marseille cette saison.

Plutôt que de se projeter sur la suite, Thierry Laurey a préféré évoquer ce qu’il avait apprécié. Son groupe reste dans une forme de continuité. « On était un peu moins bien en termes de résultats ces derniers temps, soulignait-il dans le grand auditorium du Vélodrome. Mais je considère que l’on n’avait pas démérité sur la seconde période à Reims, ni même lors du nul face à Caen. J’ai l’impression qu’on progresse. »

Ce qui a pu rassurer, effectivement, c’est la capacité d’une moitié d’équipe – Bingourou Kamara, dont la capacité à mettre Dimitri Payet et le champion du monde Adil Rami en échec dans l’exercice du penalty ou des tirs au but, Dimitri Lienard, Youssouf Fofana, Kevin Zohi, Benjamin Corgnet et Ludovic Ajorque – pas en première ligne ces temps-ci à se mettre au niveau pour laisser le Racing regarder plus loin ou vers le haut.

Dans le même ordre d’idée, un nouveau système mis en place, une défense à quatre alors que trois arrières centraux étaient systématiquement alignés au coup d’envoi depuis la mi-septembre, a tenu la route pour garantir une solidité respectable.

« Il est toujours important de garder une bonne base défensive et Stefan Mitrovic et Pablo Martinez ont verrouillé alors que Kenny Lala s’est adapté à la situation, a encore apprécié Thierry Laurey. Par rapport à l’équipe alignée, on voulait faire tourner mais on ne voulait pas tout bouleverser. » Et entre des jeunes qui semblent mûrir et des garçons plus expérimentés qui ont joué leur rôle, l’affaire était dans le sac.
« Le résultat le plus important, c’est celui de samedi face à Nice »

Une belle affaire ? L’OM était bon à prendre et le coach strasbourgeois ne l’a pas nié. « Si cette équipe a réagi en seconde période, on sent un manque de confiance chez elle, a-t-il constaté. Si elle a eu la mainmise sur le jeu, elle a aussi eu du déchet technique. Après, notre qualification, c’est l’histoire d’un match. Et par rapport à ça, je ne change pas : le résultat le plus important pour nous, c’est celui de samedi face à Nice, contre qui on doit prendre un ou trois points. J’espère juste que la qualification va encore booster nos supporters. »

Il convient de s’assurer une dernière sortie agréable en leur compagnie. Car entre la trêve d’une quinzaine de jours et quatre déplacements au programme pour débuter 2019, il faudra faire sans eux pendant plus d’un mois. Cela ressemble à l’argument ultime pour fermer l’année, dans tous les cas réussie, sur un dernier sourire.
"Le système de jeu n’est pas la clef. La preuve ? Face à Marseille, on a maîtrisé en première période, beaucoup moins en seconde. Et c’était le même. Quand tu subis… tu subis", Thierry Laurey, l’entraîneur du Racing, à propos de la défense à quatre remise au goût du jour au Vélodrome avant-hier.
dna
67120
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 5404
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 72
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

 Coupe de la Ligue (8es de finale) : Marseille - Racing Empty Re: Coupe de la Ligue (8es de finale) : Marseille - Racing

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum