17eme journée Strasbourg - Caen

Aller en bas

17eme journée Strasbourg - Caen

Message  67120 le Mer 7 Nov - 19:26

Racing-SM Caen le dimanche 9 décembre à 15 heures


La Ligue de Football Professionnel a fixé la programmation de la 17e journée de Ligue 1 Conforama.
La rencontre entre le Racing et le Stade Malherbe Caen se déroulera le dimanche 9 décembre à 15 heures au stade de la Meinau dans le cadre de la 17e journée de Ligue 1 Conforama. Elle sera diffusée sur BeIN SPORTS 1.
SO
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 4923
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 72
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 17eme journée Strasbourg - Caen

Message  67120 le Sam 8 Déc - 13:18

Avant Racing – Caen: un grain de Sels
Le gardien de but belge du Racing Matz Sels a réalisé une performance de haut vol, mercredi, pour permettre à ses troupes de prendre un point face au Paris SG (1-1). Et il espère continuer sur sa lancée dimanche, pour la réception de Caen.
Vendredi matin, les “héros” alsaciens ont été ménagés. Un petit tour sur le terrain, assorti de quelques parties de tennis-ballon… L’heure était à la récupération avant la réception de Caen, à la Meinau, pour ce deuxième match de Ligue 1 de la semaine.

Seule exception : Matz Sels, le gardien de but alsacien (26 ans, 1,88m), a de son côté bossé comme toujours en compagnie de Kawashima et Kamara, ses compères.

Il faut dire que l’international belge est du genre perfectionniste. Alors que tous les observateurs présents ont loué sa prestation XXL face au Paris SG – avec notamment trois parades de grande classe en deuxième période –, Sels faisait un bilan plus mitigé de cette rencontre.

« J’ai fait mon boulot, simplement »


« Bien sûr, si on nous avait dit au début du match qu’on ferait un nul contre le PSG, on aurait signé tout de suite, relate-t-il dans un français presque parfait. On est seulement la deuxième équipe à ne pas perdre contre eux cette année. Mais j’ai quand même des regrets. Quand tu vois ce deuxième but refusé à la 95e minute pour un hors-jeu de dix centimètres, tu te dis que c’est dommage. »

Concernant ses exploits face à Kehrer et les autres, le Flamand garde la même ligne. « Les parades ? J’ai fait mon boulot, tout simplement, lâche-t-il sans fanfaronner. Et j’aurais pu préserver les points de la victoire sur le penalty. »

Perfectionniste, on vous a dit. Mais Matz Sels reconnaît toutefois que “el matador” Edison Cavani a parfaitement joué le coup. « Je pars bien, du bon côté, mais la frappe était vraiment forte. Même si j’avais réussi à la toucher, je ne sais pas si j’aurais réussi à la détourner », souligne-t-il.

Reste que ce but encaissé n’entache en rien la performance du Belge, qui monte en puissance depuis son arrivée en Alsace. Pas forcément très sollicité en début de saison, pas non plus spécialement décisif, celui qui s’est révélé à la Gantoise est devenu de plus en plus indispensable au fil des semaines.

Avec une rencontre qui ressemble à un tournant dans cette saison : celle disputée, lors de la 9e  journée, à Angers. Ce soir-là, le gardien strasbourgeois avait certes encaissé deux buts, mais surtout réalisé un wagon d’arrêts, écœurant les attaquants angevins. Sans oublier ce penalty de Mangani, détourné avec une grande maîtrise. « Souvent, un gardien a besoin d’un match où il est décisif pour lancer sa saison », expose-t-il.

En effet, depuis cet acte fondateur, Matz Sels est resté sur des bases élevées. Et si le Racing a accumulé 22 points en 16 journées, il n’y est pas pour rien.

« L’équipe défend bien, derrière, on est en confiance, expose-t-il simplement quand on parle de cette bonne période strasbourgeoise. Lors des deux derniers matches, “Mitro” (Stefan Mitrovic, ndlr) était pourtant absent, mais ça s’est bien passé car tout le monde est concerné. Quand je vois “Dim“ (Dimitri Lienard) , c’est tout simplement incroyable ce qu’il fait côté gauche. Ce n’est pas son poste, mais il réalise des prestations épatantes. »

L’international n’est par contre pas étonné du bon classement actuel du Racing. « Avant le début de saison, je disais déjà qu’on avait une bonne équipe. Après, beaucoup de choses dépendent des blessés, des suspendus, mais on est soudé et on a un bon groupe », avance le portier.

Et comme l’appétit vient en mangeant, Sels espère bien croquer le SM Caen, après avoir mordu les mollets du Paris SG. Mais attention, la mission est plus compliquée qu’elle en a l’air, si l’on en croit le Belge.
« Je dois prouver à chaque match »

« Ce match contre Caen sera peut-être le plus difficile de la semaine, prévient-il. Et surtout, il est plus important que celui face au PSG, car il peut nous permettre de creuser l’écart et de garder nos distances avec la zone rouge. En plus, la configuration risque d’être totalement différente. Contre les Parisiens, on devait jouer en bloc, être solide. Là, il devra certainement faire le jeu. »

Mais, quoi qu’il arrive, Matz Sels sera campé sur sa ligne, prêt à bondir pour aider les siens. « Rien n’est acquis, je dois prouver à chaque match, lâche-t-il. Mais c’est vrai qu’ici, je suis heureux, la vie est belle. »

Et elle le sera encore plus si le Racing prend trois points dimanche…
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 4923
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 72
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 17eme journée Strasbourg - Caen

Message  67120 le Sam 8 Déc - 17:58

Caci à gauche ?
En l'absence de Lionel Carole, out pour un mois, Thierry Laurey, l'entraîneur du Racing qui peut compter sur le retour de suspension de son capitaine Stefan Mitrovic, est tenté de titulariser Anthony Caci sur le côté gauche de sa défense. Par ailleurs, Kevin Zohi a déclaré forfait pour le match disputé face à Caen en raison d'une douleur à la cheville.
Un retour mais deux absences : Si le match face au PSG a inspiré quelques sourires dans les rangs strasbourgeois avec le match de bonne facture réalisé face au futur champion de France et le point récolté au passage, il a laissé quelques traces dans les organismes. Thierry Laurey avait logiquement décidé de faire tourner par rapport à son équipe victorieuse de Rennes, trois jours plus tôt. Mais les précautions n'ont pas suffi pour préserver tous ses joueurs. Ainsi, Lionel Carole, son latéral gauche, a été victime d'un nouveau pépin à la cuisse et sera absent "un gros mois", selon les dires du coach strasbourgeois. Par ailleurs, Kevin Zohi ne sera pas non plus de la partie. Il a ressenti une douleur à la cheville gauche dans le sillage du match face à Paris et n'apparaît pas dans le groupe de 19 éléments retenus.

Pour constituer son équipe, le staff technique peut néanmoins s'appuyer sur le retour de Stefan Mitrovic, suspension de deux matches purgée. Le capitaine serbe devrait retrouver sa place dans l'axe de la défense, entre Lamine Koné et Pablo Martinez. A gauche, si Dimitri Lienard a dépanné ces dernières semaines, la tendance est à une titularisation d'Anthony Caci. Comme ces derniers temps, l'organisation autour d'une pointe, Lebo Mothiba en l'occurrence, était privilégiée. Le Sud-Africain bénéficierait du soutien d'un milieu à quatre, composé de Lienard, Martin, Sissoko et Thomasson.

Le groupe strasbourgeois : Sels, Kawashima - Lala, Koné, Mitrovic, Martinez, Caci, Aaneba, Tchamba - Thomasson, Sissoko, Martin, Lienard, Corgnet, Fofana, Zemzemi - Mothiba, Ajorque, Da Costa,
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 4923
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 72
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 17eme journée Strasbourg - Caen

Message  67120 le Dim 9 Déc - 6:07

Un clou à enfoncer
Après avoir décroché un point inespéré (mais mérité) face au Paris SG mercredi, le Racing va essayer de rester sur sa bonne dynamique pour s’imposer face à Caen, cet après-midi, à la Meinau.
Finis les flonflons et les superstars, retour à l’ordinaire. Tel pourrait être le slogan de cette rencontre de la 17e journée de Ligue 1, entre le Racing et Caen.

Après avoir affronté l’ogre parisien, les Strasbourgeois retrouvent en effet cet après-midi une équipe de “leur” championnat. Comprendre : une formation normande qui bataille tous les ans pour se maintenir dans l’élite.

À l’heure actuelle, au petit jeu du “qui-évitera-la-relégation-en-fin-de-saison”, les hommes de Thierry Laurey ont pris un peu d’avance par rapport à leurs adversaires du jour. Les troupes de Fabien Mercadal, 17es en ce moment, peinent à trouver leur équilibre en cette saison 2018/2019.

Avec deux victoires au compteur seulement – face à Amiens à domicile et à Dijon – les Caennais flirtent avec la zone rouge. Et ils courent derrière un succès depuis fin septembre… Bref, voilà a priori un client que le Racing devrait manger tout cru.

Mais a priori seulement. Car Thierry Laurey, l’entraîneur alsacien, se « méfie » grandement de cette équipe en difficulté.

« Leur organisation fait qu’ils ne prennent pas beaucoup de buts, prévient le coach alsacien. Il y a de très bons joueurs dans cette équipe, comme Beauvue, Farj… Même si pour l’instant la mayonnaise a du mal à prendre et que Caen n’a pas encore trouvé sa vitesse de croisière, cette équipe a tout pour faire un bon championnat ».

L’autre raison qui pousse Laurey à ne pas prendre cette équipe caennaise à la légère est qu’elle ne réussit guère aux Strasbourgeois. La saison passée, les Alsaciens avaient décroché « un point miraculeux » (dixit Laurey) à domicile (0-0) face à cette même écurie, avant de s’incliner en fin de saison à Caen (2-0).

Et on pourrait ajouter que les Caennais arrivent en Alsace avec le couteau sous la gorge et l’envie « de se racheter après leur défaite à domicile », comme le souligne aussi Thierry Laurey. Or, les bêtes blessées sont souvent les plus dangereuses, pour citer un dicton populaire.

« Nous n’avons pas de marge »

Ceci une fois posé, le Racing a tout de même des arguments à faire valoir. Le premier atout alsacien se nomme “confiance”. Même si les Bleus restent sur une série de trois matches sans succès à la Meinau (*), ils ont décroché une belle victoire à Rennes (1-4), suivie d’un nul méritoire face au PSG (1-1).

Et si l’équipe alsacienne n’est jamais à l’abri d’un accident de parcours, elle peut tout de même espérer engranger un sixième succès en Ligue 1.

« À nous de bien lire ce qu’il se passe sur le terrain pour voir ce qu’il est possible de faire face à cette équipe, tempère Thierry Laurey, prudent comme un Sioux. On met en place une stratégie, mais parfois l’adversaire est plus malin ou plus fort. Et je rappelle que nous n’avons pas de marge par rapport aux autres équipes de notre championnat. »

Pas de marge non. Mais une envie de bien faire et un fond de jeu qui autorisent les Strasbourgeois à y croire. Surtout dans une Meinau à nouveau pleine qui va pousser pour aider ses protégés à enfoncer le clou, après une soirée de mercredi pleine de promesses…

(*) Le Racing a concédé le nul contre Toulouse (1-1), puis perdu contre Nîmes (0-1), avant d’arracher le nul face au PSG.
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 4923
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 72
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 17eme journée Strasbourg - Caen

Message  67120 le Dim 9 Déc - 14:48

Bienvenu à toutes et à tous en direct du stade de la Meinau où le Racing s'apprête à affronter Caen pour le compte de la 17e journée de Ligue 1 en ce dimanche partiellement pluvieux et 100% venteux.

Ce Racing - Caen a donc bien lieu en cette drôle de 17e journée, majoritairement tronquée. Enfin non, ça n’a rien de drôle, vu que si on en arrive là, trop de choses ne tournent pas rond, et accessoirement le ballon, privé donc de mouvement sur six stades de Ligue 1 ce week-end.

Mais avant de se concentre sur le Racing, n'oublions pas le 8e tour de la Coupe de France. Après la qualification de Schiltigheim hier aux dépens de Biesheim, les éliminations avec les honneurs de la FAIG et de Saint-Louis/Neuweg, respectivement face aux pros de Sochaux et de Nancy, l'Olympique Strasbourg est opposée depuis une heure à Epinal. Et le moins que l'on puisse dire, c'est qu'on ne s'ennuie pas du côté de Cronenbourg où les gars du coach Mohamed Khettab, l'homme du cru, l'homme du quartier, sont en passe de créer un énorme exploit et d'effacer les trois divisions d'écart. A la mi-temps, ils mènent en effet 1-0 grâce à un tir à l'entrée de la surface d'Ibrahim Sidow peu avant la demi-heure de jeu. Aux Cronenbourgeois dé"sormais de tenir le choc.

Autre nouvelle majeure pour le sport, la 7e place du junior strasbourgeois Mohamed-Amine Kodad (AS Strasbourg) aux championnats d'Europe de cross-country aux Pays-Bas. Néophyte à ce niveau, junior première année, il termine ainsi meilleur Français. Le bonheur eut été total avec une médaille par équipes. La France échoue hélas au pied du podium, pour trois petits points.
17h37



Sans négliger l'Olympique Strasbourg, dont on vous tiendra informé grâce à l'inénarrable Julien Parzinski (attention, moins de 45 minutes ce matin sur le 10km de la corrida d'Illkirch!), lançons-nous dans ce Racing - Caen important à plus d'un titre, avec la composition des équipes.
Le Racing se présente dans le onze annoncé dans vitre quotidien ce matin, à une exception près, Benjamin Corgnet retrouvant une place de titulaire à la place de Dimitri Lienard qui, il est vrai, à enchaîner les sorties ces derniers temps.
Voilà donc le onze strasbourgeois: Sels ; Caci, Martinez, Mitrovic, Koné, Lala ; Corgnet, Thomasson, Martin, Sissoko ; Mothiba.
Et voici ce que cela donne côté caennais: Samba ; Armougom, Guilbert, Baysse, Gradit; Oniangué (cap.), Diomandé, Fajr; Tchokounté, Bamou, Beauvue.



Le Stade Malherbe de Caen n’a plus gagné depuis le 29 septembre. La faute à une attaque qui ronronne avec 13 buts inscrits seulement en 16 rencontres. Mais les Caennais possèdent aussi la 8e défense, 20 buts encaissés, un de plus seulement que le Racing, ce qui leur permet de jouer les empêcheurs de tourner en rond loin de chez eux. S’ils restent sur trois défaites consécutives à domicile, ils ont ramené deux nuls de leurs derniers déplacements, à Bordeaux (0-0) puis Angers (1-1). Thierry Laurey n’a d’ailleurs pas oublié le 0-0 symptomatique ici même la saison écoulée, avant la défaite à d’Ornano au retour (0-2). Un adversaire aux allures de bête noire ? Sur deux matches, ce serait aller vite en besogne. Aux Strasbourgeois de couper court en ce dimanche à cette conclusion hâtive.

.
Côté Racing, la tendance reste largement positive, surtout après la victoire à Rennes, pas la moindre (1-4), et le nul devant l’ogre parisien. N’empêche qu’il y a une spirale à briser. Le Racing n’a pas gagné en sa Meinau fétiche lors de ses trois dernières sorties, devant Toulouse (1-1), Nîmes (0-1) et donc le Paris SG (1-1).
.
Le Racing aura surtout affaire à des Caennais remontés, leur défaite devant Nîmes (1-2) leur restant forcément en travers de la gorge, car concédée à l’ultime seconde, pour ne pas dire après le coup de sifflet final, puisque, après la dernière action, il a fallu plusieurs minutes pour valider le but décisif des Nîmois. Cruel lorsque l’on pensant avoir arraché le nul juste avant.
.
Petit détour par Cronenbourg où l'Olympique Strasbourg mène toujours 1-0 à la 55e' de son 8e tour de Coupe de France devant Epinal. L'Olympique, équipe de Régional 2, rappelons-le, ou d'Excellence pour les conservateurs, et Epinal, équipe de National 2, alias CFA.
.
Olivier Thual arbitrera le Racing pour la 3e fois cette saison. Après avoir officié lors de la défaite à domicile devant le FC Nantes (2-3), il avait assisté aux premières loges à l’acte de résistance des Strasbourgeois à Lille (0-0). Le Brestois de 42 ans n’est pas du genre à dégainer au plus vite. En sept sorties en Ligue 1, il s’est limité à 18 cartons jaunes, soit moins de trois de moyenne, et un seul rouge. Le Brestois d’origine encarté aujourd’hui en Ligue d’Aquitaine, pardon, de Nouvelle Aquitaine, a découvert la Ligue 1 en 2004.
.
Voilà que ça chauffe à Cronenbourg. Le Spinalien Krasso s'est procuré deux grosses occasions mais Sohn, le gardien Olympien, a sorti le grand jeu à chaque fois.
.
La Meinau ne devrait totalement afficher complet cet après-midi, mais la rencontre se joue tout de même à guichets fermés, des billets combinés PSG/Caen ayant été proposés. Le chiffre officiel tournera donc bien autour des 25000. Il s'agit du 8e guichets fermés pour neuf match. Tout simplement exceptionnel.
.
Les acteurs sont sur la pelouse. Le kop affiche sa forme habituelle. En face, les supporters caennais sont environ une centaine.
.
Le kop conspue les Caennais qui ont gagné le toss et ont demandé à changer de caen, pardon, de camp, obligeant le Racing a attaquer vers le kop en première période. La dernière fois que cela s'était produit, devant Nîmes, l'affaire avait effectivement tourné au vinaigre. Pas bon pour les supersticieux...
.

C'est parti, dans une Meinau franchement enjouée, la tribune familles emboîtant le pas du kop.
.

BUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUT 1-0 Martinez
.
Le défenseur central se sent des ailes actuellement. Lui qui n'avait jamais marqué en Ligue 1. Après Rennes, il en est à deux en trois matches. ET à chaque fois, des bijoux. Après la talonnade de Rennes, le voilà qu'il profite d'un splendide une-deux avec Adrien Thomasson pour s'infiltrer dans la surface, dans l'axe, et tromper Brice Samba avec maîtrise, comme un vrai buteur, de l'extérieur du gauche! Au début de l'action, il avait été sollicité par Jonas Martin
.
Le 2-0 était là! Sur un centre parfait de Caci au point de penalty pour Lebo Mothiba. Le Sud-Africain a cherché le ras du poteau gauche de Samba dont la magnifique détente a sauvé les siens.
.
Parfaite, l'ouverture de Kenny Lala dans la course d'Adrien Thomasson. L'ex-Nantais, en bonne position dans la surface, dévisse hélas sa reprise.
.
Face, comme dit, aux empêcheurs de tourner en rond caennais, le Racing a fait le plus dur, à savoir débloquer la situation. Il a conscience qu'il a intérêt à enfoncer le clou en un début de partie enlevé de sa part.
.
But 1-1
.

L'égalisation caennaise! Venue de nulle part.
.
BUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUT 2-1 Mothiba.
.
Et le Racing reprend l'avantage! Fou, fou, fou!
.
On se résume. Sur un dégagement au poing de Sels contrarié sur ses appuis par Mitrovic, Fayçal Fajr est à la retombée à l'entrée de la surface et trouve le petit filet opposé du gardien belge. Sur l'engagement, sur un mouvement initi" par Corgnet et Sissoko, Thomasson glisse dans la course de Mothiba, dans l'axe, qui à l'intérieur de la surface, en habile renard qu'il est, gagne son duel avec Samba.
.
Une bonne nouvelle n'arrivant jamais seule, on vous annonce la qualification de l'Olympique de Strasbourg pour la première fois de son histoire pour les 32es de finale de la Coupe de France. Et vlan, trois divisions d'écart! Un exploit comme les aime Dame Coupe.
.
Corner stupidement concédé par Lamine KOné.
.
Et de deux, et de trois.
.
Fajr tire les corners remarquablement bien. Une source de danger à chaque fois. Sur le 3e, Paul Baysse est trop seul pour place la tête. Heureusement, la trajectoire incurvée du ballon de Fajr est passé derrière la ligne.
.
Caen insiste. Le Racing tente de sortir vite et proprement en contre.
.
Beau à voir, ce que produit Caen. ET surtout dangereux. Il faut un arrêt réflexe de dingue de Matz Sels pour éviter l'égalisation sur une tête appuyé de Claudio Beauvue, après un centre de la gauche d'Ismaël Diomandé au sortir d'un dédoublement avec l'inévitable Fayçal Fajr.
.
C'est la pause. le Racing mène 2-1. C'est mérité. Mais le Stade Malherbe ne démérite pas non plus. D'où une rencontre agréable à suivre qui n'a de loin pas livré son verdict.

.
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 4923
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 72
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 17eme journée Strasbourg - Caen

Message  67120 le Dim 9 Déc - 16:02

On est à l'heure. 16h pile pour la reprise du match, avec un Mats Sels prenant sa place au pied du kop sous les acclamations de ce dernier.
.
Caen reprend pied au plancher et Claudio Beauvue régale par ses passements de jambe.
.
Corner pour le Racing au sortir d'une bataille acharnée côté gauche. Le public apprécie.
.
Dommage! Corgnet ne voit pas accourir Caci à toutes enjambées sur la gauche. Il aurait été seul. Corgnet a tenté la frappe en pivot des 16m dans l'axe après une sortie de balle cousue main signée Martin, Sissoko et Lala.
.
Sur un corner de Lala de la gauche, Mitrovic, au 2e poteau, ne peut suffisamment redresser la course du ballon<.
.
Aucun temps mort dans ce match, même si tous les efforts ne sont pas récompensés. Ce qui est dû aussi à la volonté affichée des deux côtés, y compris dans lé récupération du ballon
.

Premier changement. Il vient de Frédéric Mercadal qui sort Jonathan Gradit et lance Saïf-Eddine Khaoui.
.
La tête piquée de Benjamin Corgnet passe de peu à côté sur un centre à nouveau bien amené d'Anthony Caci.
.
Beauvue décale Bammou sur la gauche de la surface. Heureusement, l'ex-Nantais rate son centre, prenant ses coéquipiers à revers.
.

Nouveau corner de la gauche pour Lala, après un centre, un de plus, de Caci.
.
Trop long, le corner...
.
Le Racing se démène pour faire le break, mais reste à la merci de Caennais séduisant lorsqu'ils sont en possession du ballon.
.
C'est réussi, mais on se passerait bien des crochets de Mitrovic dans sa propre surface...
.
But 2-2
.
Penalty pour le Racing!
.
Sissoko s'est infiltré dans la surface côté droit, s'est approché du but et est déséquilibrer au moment d'ajuster sa frappe ou son centre.
.
Juste avant, Ludovic Ajorque était entrée en jeu à la place de Lebo Mothiba.
.
Corner! Avec Lienard à la baguette. Il trouve Corgnet qui croit marquer de la tête. Mais Samba la sort de sous la barre!
.
Da Costa remplace Corgnet. A Caen, Younn Zahary succède à Beauvue.
.
Da Costa remplace Corgnet. A Caen, Younn Zahary succède à Beauvue.
.
Jaune pour Zahary pour une faute sur Ajorque dans la axe à 20m
.
Lienard frappe au-dessus. Ce n'est pas tous les jours dimanche. Enfin, aujourd'hui si...
.
Samba est à la limite du jaune, tant il joue la montre.
.
Koné concède un coup franc 30m à gauche alors que le temps additionnel est écoulé.
.
Le coup franc ne donne rien. Sur ce, M. Thual met fin à des débats agréables mais frustrant pour le Racing au bout du compte.
.
C'est fini 2-2

.
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 4923
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 72
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 17eme journée Strasbourg - Caen

Message  67120 le Dim 9 Déc - 18:14

avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 4923
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 72
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 17eme journée Strasbourg - Caen

Message  67120 le Dim 9 Déc - 18:43

Strasbourg et Caen se séparent dos à dos
  Strasbourg et Caen n'ont su se départager lors de la 17e journée de L1 (2-2). Avec ce résultat, le Racing manque l'occasion de se rapprocher des places européennes, et le Stade Malherbe reste barragiste.
Quand l'arbitre a désigné le point de penalty en faveur de Strasbourg à la 83e minute, la Meinau a exulté, croyant déjà à la promesse d'une victoire in extremis contre Caen. Olivier Thual a néanmoins pris le temps de revoir la vidéo de l'action litigieuse : Sissoko a trébuché au moment de tirer à environ six mètres du but, mais c'est sa jambe qui a buté dans celle d'Oniangué. Dans la foulée, les Strasbourgeois ont encore eu une énorme occasion d'égaliser mais le gardien caennais, Brice Samba, a sorti une parade spectaculaire en détournant sur sa barre une reprise de la tête de Jonas Martin (88e).
Strasbourg a manqué une belle occasion de se rapprocher des places européennes, dans ce week-end tronqué par les manifestations des gilets jaunes, et occupe la 8e place (23 points), dans un peloton du ventre mou bien fourni, au terme de son match nul contre Caen (2-2).
Les cadeaux de la défense strasbourgeoise
Le partage des points ne rend pas justice aux grosses occasions de Strasbourg mais conclut un match spectaculaire : tout a commencé par une belle chevauchée de Pablo Martinez qui a ouvert le score après un relais avec Mothiba (6e). Ce dernier, lancé par Thomasson, a ensuite réussi un beau piqué (24e), permettant ainsi à Strasbourg de reprendre l'avantage deux minutes après l'égalisation de Fajr (22e), après une situation confuse dans la défense alsacienne.
C'est un autre cadeau de Strasbourg, un dégagement raté de Mitrovic, qui a offert le ballon à Khaoui qui a égalisé d'une superbe frappe du gauche en fin de match (80e). À la lutte pour le maintien, Caen rentre en Normandie avec un point qui le laisse en position de barragiste (18e), à deux points d'Amiens qui avait fait le plein à Guingamp.
16
Strasbourg a perdu 16 points après avoir ouvert le score en Ligue 1 cette saison, seul Rennes fait pire dans l'élite (20).
equipe
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 4923
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 72
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 17eme journée Strasbourg - Caen

Message  67120 le Lun 10 Déc - 5:38

En mode mineur
Au terme d’un match maîtrisé où il a mené deux fois au score, le Racing a concédé un nul plus que rageant, hier, contre Caen. Il s’est fait rejoindre en toute fin de rencontre.
Le foot est ainsi fait. Il peut être, en une semaine, plein de magie et plein de cruauté. C’est d’ailleurs ce qui en fait le charme.

Après avoir accroché un PSG a priori intouchable, le Racing n’a pas réussi à battre hier le 17e de Ligue 1, au terme d’une rencontre pourtant maîtrisée. Et lors de laquelle il a, par deux fois, mené au score, grâce à Martinez, puis Mothiba.

«Beaucoup de choses n’ont pas été dans le bon sens»

« Ce n’est pas possible de laisser deux points en route lors de ce match, pestait Thierry Laurey. Mais beaucoup de choses n’ont pas été dans le bon sens. Caen marque deux buts sans avoir une occasion nette et nous, on n’a pas eu toute la réussite offensive voulue ».

Pourtant, tout débute parfaitement pour les Bleus. Porté par un kop bouillant, le Racing croque dans le match. Martin et les autres s’accaparent le ballon et la première accélération bleue est la bonne.

Martinez remonte le terrain, perce le milieu caennais et poursuit son effort. Thomasson joue parfaitement le relais avec le défenseur central, qui trompe Samba d’un joli extérieur pied gauche (1-0, 5e ).

Et les hommes de Thierry Laurey ont la bonne idée de ne pas s’arrêter là. À la 12e , Mothiba bute sur Samba. Cinq minutes plus tard, Thomasson tente une frappe sans contrôle qui file à côté du but caennais.

Las, la première opportunité est la bonne pour les troupes de Fabien Mercadal. Armougom, monté à l’abordage, centre côté gauche. Sels dégage des deux poings, mais Fajr est à la réception, à l’entrée de la surface. Il croise sa frappe au milieu d’une forêt de jambes pour offrir l’égalisation aux Normands (1-1, 22e ).

Tout est à refaire pour le Racing, mais les Bleus n’ont même pas le temps de douter. Mothiba, parfaitement décalé par Thomasson, a le coup de rein nécessaire pour redonner l’avantage aux siens dans la minute qui suit, inscrivant là son 7e but en faveur du Racing (2-1, 23e ).

Passée cette demi-heure “fo-folle”, les débats s’assagissent. Le Racing s’efforce de construire ses offensives sans se précipiter, alors que les Caennais ont du mal à se remettre dans le sens de la marche.

Mais les Strasbourgeois ne sont pas à l’abri d’un coup du sort. Trois corners successifs pour les Normands font office de piqûre de rappel. Et Sels doit sortir le grand jeu pour s’interposer devant Beauvue, juste avant le renvoi des 22 acteurs au vestiaire.

Après la pause, le match reprend sur un rythme bizarre. Avec d’un côté un Racing qui essaye d’avancer sans trop s’exposer et de l’autre, une équipe normande à l’affût d’un bon coup à jouer.

Corgnet frappe au-dessus (58e ), avant de piquer une tête à côté des buts de Samba sur un centre de Caci (65e ), mais globalement, ça ronronne un peu.
«On s’est “tué” tout seul»

La faute à des Normands qui ne s’exposent pas. La faute, aussi, à une certaine fatigue qui commence à se faire ressentir côté alsacien.

À l’entame du dernier quart d’heure, Laurey lance Lienard pour apporter un peu de “peps”. Mais c’est un autre entrant qui se fait remarquer. En l’occurrence le Caennais Kahoui, qui profite d’un dégagement complètement raté de Mitrovic pour remettre les deux équipes à égalité d’une frappe puissante (2-2, 80e ).

Les Bleus ne se résignent pas. Et ils pensent même avoir fait le plus dur quand Sissoko s’écroule dans la surface, pris en sandwich entre Oninagué et Diomandé. Mais M. Thual, après avoir désigné le point de penalty, revient sur sa décision (85e ).

La bronca qui descend des tribunes n’y change rien. « Pour moi, ce penalty est valable », regrettait Laurey à la sortie des vestiaires.

Malgré une dernière poussée de fièvre, le score en reste là. « Tant qu’on ne punit pas l’adversaire, on n’est jamais à l’abri. Surtout quand on donne deux passes décisives à l’adversaire, analysait encore l’entraîneur strasbourgeois. On s’est “tué” tout seul et c’est dommageable. Mais c’est le foot. Il faut tirer les leçons de ce match pour prendre des points à Reims ou face à Nice ».
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 4923
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 72
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 17eme journée Strasbourg - Caen

Message  67120 le Lun 10 Déc - 5:55

Des cadres de traviole
Ce sont deux erreurs individuelles qui ont plombé le verdict de la rencontre face à Caen. Parmi les coupables, les hommes d’expérience ont une lourde part de responsabilité.
Plus forts dans l’ensemble, les Strasbourgeois ont dû se contenter d’un nul qui fait un peu mal. Alors qu’ils participent aux progrès strasbourgeois depuis le début de la saison, Matz Sels et Stefan Mitrovic ont coûté un but chacun. Aïe.

➤  SELS (4). – Son intervention ratée de la 22e pèse évidemment dans le jugement. Son dégagement des deux poings est à montrer dans toutes les écoles de foot pour identifier ce qu’il ne faut pas faire. Le Belge se rattrape sur une tête de Beauvue peu après mais, comme il n’a plus eu grand-chose à faire jusqu’à la fin, il a raté son deuxième dimanche de l’Avent.

➤  LALA (6). – Dans son couloir droit, le latéral s’est toujours montré disponible et a su distiller quelques centres venimeux pour enquiquiner la défense caennaise. Il a été solide même si son vis-à-vis, Yoël Armougom, a su exister durant tout le match.

Un goleador qui se révèle sur le tard


➤  KONÉ (5). – Confronté à un Bammou assez effacé, il a donné l’impression de pouvoir manger en trois exemplaires au petit-déjeuner. Il se permet une succulente talonnade pour couper une velléité normande (28e ). L’Ivoirien a su combiner avec Kenny Lala pour mettre le flanc gauche caennais sur le grill. Son saucisson de la 35e a à peine terni sa première période. Toutefois, il a baissé de pied après la pause et n’a pas toujours été inspiré quand il fallait forcer la décision.

➤  MITROVIC (3). – De retour d’une suspension de deux matches, le capitaine serbe a bougrement déçu. Ses premières transmissions ont été douteuses, son intervention a été catastrophique à dix minutes de la fin, puisqu’elle s’est transformée en passe décisive pour Saïf-Eddine Khaoui pour l’ultime égalisation.

➤  MARTINEZ (6). – Et voilà le brave défenseur central qui se transforme en goleador révélé sur le tard. Une semaine après avoir défloré son compteur but en Ligue 1, à Rennes, Pablo Martinez a doublé son capital d’un pointu délicat. Précédemment, il n’avait jamais marqué en… 73 matches parmi l’élite. Pour le reste, il a été plutôt solide et rassurant pour constituer la principale satisfaction de l’axe défensif strasbourgeois.

➤  CACI (6). – Avec une superbe montée pour lancer une belle après-midi, le défenseur a été incisif et mordant ( voir ci-dessous ). Remplacé par Dimitri Lienard (75e ).

➤  SISSOKO (5). – Repositionné sur le côté droit de l’entrejeu, l’ex-Brestois a plus de latitude pour se projeter vers l’avant. S’il ne semble pas encore avoir absolument toutes ses marques dans ce rôle, l’international espoir a bien fini et aurait même pu faire basculer sur une action confuse à la toute fin de la rencontre. M. Thual a préféré annuler le penalty qu’il lui avait initialement accordé.

➤  MARTIN (5). – Le libero du milieu de terrain a tenté de jouer les aiguilleurs du jeu. Dans sa position de sentinelle devant la défense centrale, l’ancien Montpelliérain garde une activité respectable et ne ménage jamais ses efforts. Néanmoins, il a parfois multiplié les touches de balle et, comme ses coéquipiers, a hésité à continuer d’aller de l’avant.
Thomasson à mi-temps

➤  THOMASSON (6). – Le petit milieu de terrain a une nouvelle fois été décisif à la faveur d’une remise parfaite pour Martinez sur l’ouverture du score (5e ). Après s’être essayé à une volée sans contrôle sur une ouverture de Lala (16e ), il a réussi un doublé de passe décisive en glissant parfaitement le ballon dans la course de Lebo Mothiba. En première période, il a été étincelant. En seconde, il s’est éteint. Dommage.

➤  CORGNET (4). – Ce n’était pas son jour. Un peu de retard sur nombre d’actions, un peu de déchet, qui ont souvent gâché ses inspirations, et un peu de mauvais choix comme sur une contre-attaque conclue d’une solution personnelle avec un tir largement au-dessus (58e ) : malgré une tête pas vilaine sur un centre de Caci (65e ), le numéro 10 n’a pas épaté jusqu’à son remplacement par Nuno Da Costa (89e ).

➤  MOTHIBA (6). – Il a inscrit son septième but de la saison en bleu d’un geste qu’il maîtrise à merveille. Comme face à Monaco, comme à Angers, le Sud-Africain a frappé grâce à sa spéciale, la petite louche dont il a le secret. Par la même occasion, il met fin à un mois sans scorer et, dans l’ensemble a su se montrer disponible pour ses coéquipiers avant de s’effacer pour laisser entrer Ludovic Ajorque (82e ).
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 4923
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 72
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 17eme journée Strasbourg - Caen

Message  67120 le Mar 11 Déc - 6:07

Un souffle à reprendre
Après une semaine à trois matches, le Racing a terminé sur les rotules face à Caen. Les Alsaciens ont désormais une petite semaine devant eux pour retrouver un second souffle avant de se rendre à Reims.
Déception et frustration, tels étaient les deux sentiments prédominants dimanche, sur le coup des 17 heures. Que ce soit du côté des supporteurs présents à la Meinau comme du côté des joueurs du Racing.

Sûr qu’après l’exploit réalisé mercredi face au Paris-SG (1-1), acteurs et observateurs de l’équipe strasbourgeoise attendaient plus qu’un partage des points (2-2) lors de la réception de Caen à la Meinau.

« On n’avait plus toute l’essence voulue »

« J’aurai préféré perdre contre Paris et gagner aujourd’hui (dimanche, ndlr) , soulignait même Thierry Laurey à l’issue de cette 17e journée de Ligue 1. On est invaincu cette semaine et ce n’est pas anodin, mais si on veut gravir les échelons, il faudra être plus réaliste devant et plus présent défensivement ».

En une phrase, le technicien des Ciel et Blanc a parfaitement résumé les 90 minutes de cette rencontre face aux Normands.

En effet, les Strasbourgeois ont manqué de précision à la finition. S’ils n’ont pas eu un wagon d’occasions nettes, les Strasbourgeois ont tout de même eu des opportunités pour creuser l’écart sur les Caennais. Notamment en première mi-temps, lorsqu’ils menaient 2-1.

Et les Alsaciens n’ont pas été aussi performants derrière qu’ils l’avaient été trois jours plus tôt, face au Paris-SG. Des petites « imperfections » (dixit Thierry Laurey) ont à nouveau coûté cher au Racing, comme c’est souvent le cas la saison passée.

À ce constat, on peut aussi ajouter une certaine fatigue, mentale comme physique, qui s’est a été ressentie en seconde période dimanche.

« En deuxième mi-temps, on voulait aspirer cette équipe de Caen pour la prendre à revers. Mais on n’avait plus toute l’essence voulue pour mettre le rythme », soulignait Thierry Laurey.

Avant d’ajouter : « Et les Caennais se sont réveillés en deuxième mi-temps. Ils se sont améliorés dans le jeu et cela nous a empêchés de les prendre de vitesse ».

Reste que si la réception de Caen a engendré pas mal de frustration au sein du groupe alsacien, ce partage des points n’est pas catastrophique. Et il ne s’agit pas de tout remettre en cause après ce semi-échec.

Ce matin, le Racing affiche un bilan comptable de 23 points en 17 matches. Il est donc toujours dans les clous concernant l’objectif affiché, soit atteindre la barre des 25 points à la trêve de Noël. Un succès à Reims (samedi) ou face à Nice (le 22 décembre à la Meinau) permettrait même aux Strasbourgeois de dépasser ce total.

Et globalement, les Alsaciens ont plutôt bien négocié le triptyque Rennes - Paris SG - Caen, en prenant cinq points lors de ces trois rencontres rapprochées.

Même si « rien n’est figé et qu’il faut encore gratter des points », comme le soulignait à raison Thierry Laurey dimanche soir, les Strasbourgeois pointent aujourd’hui à neuf longueurs du 18e et barragiste qui n’est autre que… Caen.

Et si certains joueurs n’ont pas rendu une copie parfaite dimanche, d’autres ont prouvé qu’on pouvait compter sur eux.

À l’instar d’Anthony Caci, à l’aise côté gauche, de Kenny Lala, véritable poison côté droit ou de Pablo Martinez, buteur et solide derrière. Sans oublier Lebo Mothiba, qui a inscrit dimanche son 8e  but de la saison – son 7e  en faveur du Racing.

Jonas Martin a de son côté prouvé – une fois encore – qu’il était bien le patron dont les Bleus ont besoin au milieu de terrain et Adrien Thomasson a poursuivi sa montée en puissance.
« Repartir de l’avant »

Et Thierry Laurey a des ressources : il peut à nouveau compter sur Ludovic Ajorque, revenu de blessure et devrait récupérer rapidement Anthony Gonçalves.

Bref, les signaux restent positifs avant le court déplacement en Champagne, face au promu rémois, samedi.

Reste aux Alsaciens à se reconcentrer, pour corriger les petits défauts qui plombent leur bilan. « Il faut tirer les leçons de ce match et repartir de l’avant », lançait Laurey après cette 17e journée. En effet. Car à deux journées de la trêve, il serait dommage de tout gâcher.
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 4923
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 72
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 17eme journée Strasbourg - Caen

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum