9eme journée Angers -Strasbourg

Aller en bas

9eme journée Angers -Strasbourg

Message  67120 le Ven 21 Sep - 12:56

Angers SCO-Racing le samedi 6 octobre à 20h00

La Ligue de Football Professionnel a fixé la programmation de la 9e journée de Ligue 1 Conforama.
La rencontre entre le SCO Angers et le Racing se déroulera le samedi 6 octobre à 20 heures au stade Raymod-Kopa dans le cadre de la 9e journée de Ligue 1 Conforama. Elle sera diffusée sur BeIN SPORTS Max.
SO
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 4620
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 71
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 9eme journée Angers -Strasbourg

Message  67120 le Mer 3 Oct - 6:20

Gare au lion d’Angers
L’ex-attaquant strasbourgeois Stéphane Bahoken, qui a récemment inscrit son premier but avec les Lions indomptables du Cameroun, a déjà fait parler la poudre (2 buts, 2 passes) à Angers, où le Racing se déplace lors de cette 9e  journée de Ligue 1.
L’ancien Aiglon a pris son envol. Après quatre années à y gagner en envergure, Stéphane Bahoken, formé à l’OGC Nice, a quitté cet été le nid alsacien. Mais il continue, sous d’autres cieux, à survoler les terrains de Ligue 1 avec l’appétit vorace d’un rapace.

En fin de saison passée, il a refusé la prolongation de contrat que lui proposait le Racing. Libre, il a décollé vers Angers où le coach du SCO, Stéphane Moulin, voyait en lui le successeur de Karl Toko Ekambi, vendu 20 millions à Villareal.

« Je peux encore mieux faire »

En huit journées – mais seulement six matches à cause d’une blessure – l’international camerounais, meilleur buteur strasbourgeois de l’exercice écoulé (9 buts, dont 7 en L 1), a déjà marqué deux fois et distillé deux passes.

Double passeur lors de la folle défaite inaugurale à domicile contre Nîmes (3-4), il s’est trouvé un nouveau métier : nettoyeur de lucarnes.

Le 15 septembre à Dijon, il a égalisé en dépoussiérant, d’un missile du gauche, celle de Runar Runarsson, le portier islandais de Dijon, et placé le SCO sur la voie de son premier succès à l’extérieur (1-3). Le 25 à Monaco, il lui a offert le second d’une fusée du droit dans la surface en pleine lunette gauche de Diego Benaglio (0-1).

Victime d’une élongation à l’adducteur à l’entraînement après le revers face aux Crocos et absent lors des suivants à Rennes (1-0) et Paris (3-1), l’avant-centre a donc réenclenché la marche avant.

« C’est un début encourageant, mais je peux encore mieux faire, car j’ai loupé des occasions. Je dois donner plus. Nous avons besoin de points. La pression liée à la difficile succession de Karl (Toko-Ekambi)  ? J’ai un gros poids sur les épaules, mais le foot, c’est ça. À Strasbourg aussi, la pression était forte lors des montées de National en L 2, puis L 2 en L 1. Mais c’était une pression positive. Là, c’est pareil. Avec Karl qui avait inscrit 7 buts durant sa première saison au SCO, nous n’avons pas le même profil. À moi d’aider l’équipe avec mes qualités et mes armes. Quand on a l’ambition d’aller plus haut, il faut savoir supporter cette pression. »

C’est d’ailleurs un peu ça que l’ex-Racingman est allé chercher à Angers : une mise en danger. « Après quatre ans à Strasbourg où je n’aurais de nouveau pas démarré cette saison dans la peau d’un titulaire, j’avais besoin de me renouveler et d’un projet qui tourne autour de moi. Mentalement, c’est une régénération. Quand tu arrives dans un club, tu as soif de découverte et envie d’être performant. »
« J’ai dit à Jonas qu’il était fou »

La page alsacienne n’a cependant pas été aisée à tourner pour celui qui a disputé 133 matches officiels, marqué 29 buts et délivré 10 passes en Bleu.

« La transition n’a pas été simple, même si les Angevins ont tout fait pour m’intégrer. Si j’en suis là aujourd’hui, c’est grâce au Racing avec qui j’ai gravi les étages un à un. Le club et ses formidables supporters resteront gravés à vie dans ma mémoire. Je ne les ai pas quittés sans émotion. »

De fait, il ne raterait pour rien au monde, dès que le calendrier s’y prête, les matches du Racing.

« Les Strasbourgeois ont réussi un bon début de saison, avec un Nuno (Da Costa) efficace. Pour moi, ce n’est pas une surprise, car leur effectif regorge de bons joueurs. Entre nous qui n’avons encaissé que deux buts lors des cinq dernières journées et un Racing très performant offensivement, ça promet une belle opposition de styles et un bon match. »

Lui a en tout cas déjà donné le coup d’envoi d’une belle partie de chambrage. « J’ai vu Jonas (Martin) déchirer son maillot de rage contre Dijon et je lui ai envoyé un texto pour lui dire qu’il était fou. Ça l’a fait rire. »

L’histoire ne dit pas si le buteur du SCO a réclamé au meneur alsacien, chiffonné et “siphonné” sur l’instant, son maillot froissé pour l’aider à nettoyer la lucarne de Matz Sels samedi.
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 4620
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 71
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 9eme journée Angers -Strasbourg

Message  67120 le Ven 5 Oct - 6:49

Angers-Racing: les bébés flingueurs
Anthony Caci et Kévin Zohi ont pris leurs marques dans le groupe de Thierry Laurey. Mieux, les deux gamins pétris un temps au centre de formation strasbourgeois incarnent des solutions appréciées en participant au début de saison réussi du Racing.
L’un est un grand défenseur, issu d’une famille de Moselle-Est, a le port de tête altier, une pointe d’élégance dans les courses et les prises de balle sur un terrain. L’autre, plus petit, a débarqué « du bled », le Mali, il y a deux ans pour imposer sa tonicité, sa vélocité et sa spontanéité sur le front offensif strasbourgeois. Un monde les sépare ? Le ballon rond les a réunis en même temps qu’une chronologie.

Anthony Caci et Kévin Zohi ont six mois d’écart mais chacun sept matches en Ligue 1 au compteur, sous le maillot bleu, et les voilà incarnant une renaissance, celle du centre de formation du Racing. En 2011, lors de la liquidation du club, celui-ci était en ruines.

« Ce n’est pas de la magie »

Ses dirigeants se sont refusés à complètement le raser. Bien leur en a pris parce qu’avec les deux garçons, ils récoltent quelques beaux fruits.

Il a fallu prendre son temps, notamment pour Anthony Caci. Mais le bonheur n’en est que plus doucereux. « Je suis content d’être le premier joueur à être sorti du centre de formation depuis huit ans, indique celui qui est bien installé dans la défense à trois centraux après avoir débuté la saison au poste d’arrière gauche. C’est bien pour moi, pour le club. Mon parcours montre que c’est possible d’y arriver. Et que le travail paye. »

Le natif de Forbach aurait pu s’impatienter. Une apparition en Ligue 2, au mois d’octobre 2016, quelques matches de coupe dans la foulée pour exister avec les pros mais une saison 2017-2018 passée exclusivement à jouer avec la réserve : voilà qui en aurait découragé plus d’un. « Ça a été dur, ne tait-il pas. Mais François Keller ( entraîneur de l’équipe réserve ) a eu un rôle important. Et il y a le coach aussi. À la fin de la saison passée, je voulais être prêté pour avoir du temps de jeu en pro. » C’est finalement à l’ombre de la Meinau qu’il l’accumule.

Avec Kévin Zohi, il a franchi la dernière barrière. « C’est parce qu’on a réussi une bonne préparation, expliquent les deux compères. Mais c’est aussi une continuité par rapport à la saison passée, en National 3. »

L’attaquant africain y a inscrit un peu moins de 15 buts – 13 exactement – en 24 matches et en 18 mois. « Et pendant l’été, j’ai pu prouver au coach qu’il pouvait compter sur moi, sourit Kévin Zohi. Il y a de la concurrence mais je profite des conseils de joueurs plus expérimentés comme Nuno Da Costa. Ils me disent : “Tu peux y arriver, ce n’est pas de la magie, c’est à force de travailler”. »

Les deux garçons font chambre commune en déplacement et bénéficient d’une reconnaissance aussi symbolique que significative. « Avant, on se changeait dans le vestiaire des arbitres au quotidien, on était encore entre le groupe pro et le centre de formation », note Anthony Caci. Maintenant, ils ont leur place avec les tauliers strasbourgeois et ont même un vrai maillot estampillé à leur nom : le 19 pour Caci, le 20 pour Zohi, proches même dans la numérotation.

Ils ont également leur lot d’émotions à échanger en ce début de saison bien rempli. Le premier match officiel, à Bordeaux, a correspondu à leur première titularisation, vécue évidemment… ensemble.

« En plus, on était tous les deux sur le côté gauche, rappelle Kévin Zohi. Avec Anthony, on se parle beaucoup. Mais ce qui m’a vraiment marqué, sur ces premiers matches, c’est plutôt mon entrée en jeu à la Meinau, face à Saint-Étienne ( à la pause, au relais d’Adrien Thomasson ). Mon cœur battait fort dans ma poitrine. »

Face à Dijon, samedi dernier, l’attaquant, titulaire, s’est senti plus serein. Deux semaines plus tôt, à Montpellier, une merveille de centre pour Lebo Mothiba lui a permis de déflorer son compteur de passe décisive. « J’avais vécu un super-échauffement, les sensations étaient là et Kenny Lala m’avait donné un super ballon, explique-t-il. C’est clair que les choses changent. Même si, dans le vestiaire, quel que soit l’âge, ça rigole, tu ne sens pas la différence. Au pays, en revanche, la famille ne rate plus un match du Racing sur BeIn Sport. »

Pour ceux à domicile, Anthony Caci a le soutien en direct de son paternel, ému aux larmes quand le défenseur avait réussi, lui aussi, une passe décisive pour Anthony Gonçalves sur l’ouverture du score lors du match à Saint-Étienne.
« Travailler pour être à la hauteur »

« C’est une récompense de tous les sacrifices, pour moi, pour ma famille, cela fait huit que je suis dans ce club, se remémore le “couteau suisse” en mesure de jouer à moult postes. J’ai joué arrière gauche pendant la prépa’. Et au début du championnat, il n’y avait personne d’autre. Alors, c’est vrai, à Bordeaux, j’avais l’espoir de jouer. Mais quand le coach avait soulevé le paperboard, j’ai cherché mon nom dans la liste des remplaçants et j’étais en fait dans le onze ! Maintenant, je continue à travailler pour être à la hauteur ou dépasser les joueurs qui ont plus d’expérience que moi. Parce que c’est en emmagasinant les matches que j’ai l’impression de progresser. »

Et dans un début de saison passablement réussi, il n’y a pas de raison d’envisager la suite sans le duo de jeunes plein de ressources et d’envie.
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 4620
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 71
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 9eme journée Angers -Strasbourg

Message  67120 le Ven 5 Oct - 17:46

Gonçalves et Grimm reviennent
Le RCSA se déplacera ce samedi (20h) à Angers pour la 9e journée de Ligue 1 avec un groupe classique au sein duquel les milieux Anthony Gonçalves, remis de sa blessure au mollet, et Jérémy Grimm, laissé au repos contre Dijon, réapparaissent à la place de Benjamin Corgnet, touché aux côtes, et du jeune Youssouf Fofana.
Le premier, Anthony Gonçalves, 19e contre Nantes le 1er septembre et absent depuis pour une blessure au mollet droit, n’a plus joué depuis le 24 août à Lyon. Le deuxième, Jérémy Grimm, a juste été mis au repos samedi dernier face à Dijon, après avoir « fini exténué », selon les termes employés par son entraîneur Thierry Laurey, trois jours plus tôt à Marseille.

Les deux sont de retour dans le groupe de 18 qui se prépare à décoller pour Angers où l’attend le SCO demain (20h) pour la 9e journée de Ligue 1. Ils remplacent numériquement le jeune Youssouf Fofana, entré dans le temps additionnel face au DFCO, et Benjamin Corgnet, touché aux côtes au stade Vélodrome il y a dix jours et qui « a souffert » (dixit Laurey) lors des dix grosses minutes – temps additionnel compris - qu’il a passées sur le terrain samedi contre les Dijonnais.

Le reste du groupe est sans surprise. Ces surprises, l’entraîneur strasbourgeois les réserve peut-être pour la composition de son onze de départ au stade Raymond-Kopa. Si on le voit mal retoucher sa défense à cinq, surtout après la ‘’clean sheet’’ réalisée contre Dijon, même s’il a tout de même estimé que l’arrière-garde alsacienne avait fait preuve de quelques largesses heureusement sans conséquence fâcheuse, Thierry Laurey pourrait légèrement amender le 5-3-2 (ou 3-5-2) sur lequel il s’appuie depuis plus ou moins quatre matches, avec quelques variantes.

Dimitri Lienard, cantonné au banc depuis deux rencontres, peut-il retrouver un statut de titulaire, dans une adaptation du 4-4-1-1 mis en place à Lyon fin août ? Il épaulerait alors Ibrahima Sissoko et Jonas Martin dans un milieu défensif à trois, Adrien Thomasson évoluant, lui, en soutien d’une pointe unique, plutôt Nuno Da Costa, déjà quatre fois buteur, que le jeune Kevin Zohi qui ferait ainsi les frais de l’opération.

C’est une hypothèse crédible, mais pas la seule. La rentrée de Lebo Mothiba, déjà double buteur et passeur, en est une autre. Réponse demain à une heure du coup d’envoi lorsque sera dévoilée la feuille de match.

Thierry Laurey espère en tout cas que son équipe saura, sur la lancée de ses récents bons résultats (7 points sur 12 lors des 4 dernières journées), rapporter un petit quelque chose d’Anjou. « Le SCO est une équipe référence de la Ligue 1. Pour le battre, il faut vraiment faire un bon match et pour l’instant, nous n’y sommes pas parvenus (2-2 à la Meinau et 1-1 à Raymond-Kopa la saison passée). Aller là-bas, c’est toujours un bon test, un très bon test même. »

 Le groupe : Sels, Kamara – Lala, Caci, Mitrovic, Martinez, Koné, Carole, Martin, Sissoko, Grimm, Lienard, Gonçalves, Thomasson, Da Costa, Mothiba, Zohi, Saadi.

Absents : Corgnet (côtes), Ajorque (cuisse), Ndour (genou), Simakan (genou), Kawashima (g), Fofana, Tchamba, Aaneba, Zemzemi (choix).
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 4620
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 71
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 9eme journée Angers -Strasbourg

Message  67120 le Sam 6 Oct - 6:26

Destination Angers
Avec quelques atouts dans sa manche et des jokers dans sa besace, le Racing aborde le délicat déplacement en terre angevine avec appétit. Il serait de bon ton, également, qu’il se méfie.
Il fait grand bleu, dans le ciel d’Alsace et sur la locomotive du foot d’ici. Intelligente, séduisante et efficace à domicile, la bande à Laurey affiche un bilan au quart du championnat qui lui aurait fait envie un an avant.

Avec ses 11 points au compteur, dont plus de la moitié récoltés lors de ses deux dernières sorties à la maison, elle semble avoir pris la mesure des impératifs pour réussir une deuxième saison dans l’élite.

Sa défense paraît un peu plus solide – 11 buts encaissés contre 14 au même stade la saison passée –, son attaque est plus pétaradante – ses 14 buts inscrits représentent presque trois fois le total de douze mois en arrière –, les solutions abondent dans un effectif où tout le monde est en mesure d’apporter sa pierre à l’édifice.

L’été a apporté de la qualité plutôt que de la quantité et ce n’est pas dommage, notamment pour quelques jeunes qui peuvent s’éclater.

«Une valeur étalon»


Il reste que le Racing ne maîtrise pas toujours son sujet. Même face à un Dijon un peu malade il y a une semaine (3-0), il a concédé trois occasions.

«On a laissé pas mal de situations à Dijon et le deuxième but est intervenu à la 80e’ , a relevé Thierry Laurey. Il faut que l’on s’améliore, dans notre animation offensive, ce qu’apprécient en général les joueurs, mais aussi défensive. On demande aux joueurs d’être raccord.»

Pour l’heure, ils le sont globalement et les cinq points d’avance sur la zone rouge matérialisent leur progression dans la maîtrise du jeu et du rythme des matches. Mais la Ligue 1 est un championnat loin d’être décanté. Et plutôt que craindre le souffle inquiet des poursuivants à ressentir sur sa nuque, l’envie de s’en aller mordre quelques devanciers au classement peut ressembler à une riche idée.

Plus facile à dire qu’à faire à Angers ? Assurément car le SCO a des allures de modèle pour qui souhaite s’installer en Ligue  1. Il enchaîne sa quatrième année parmi l’élite et s’est aisément remis de son mois d’août complètement raté avec ses trois défaites pour commencer.

«C’est une équipe référence en Ligue 1, une valeur étalon de notre championnat, souligne l’entraîneur du Racing. Pour la battre, il faut vraiment faire un bon match.»

Avec son effectif qui ne change pas ou si peu, seulement pour vendre très cher quelques pépites polies comme Karl Toko-Ekambi, Stéphane Moulin s’appuie sur des garçons qui se connaissent comme leurs poches, aux qualités référencées.

Costaud, rigoureux et venimeux sur coups de pied arrêtés, Angers ressemble à un test, un vrai. Depuis août, le Racing a également révélé quelques facultés à bien voyager. Sa récolte de quatre points en quatre déplacements, à Lyon et à Marseille notamment, n’a rien d’une infâmie.

«On fait preuve de plus de maîtrise, il y a moins d’erreurs individuelles, conclut Laurey. Mais il peut toujours y avoir un bug, comme face à Nantes (2-3). Ça peut arriver, ça ne doit pas arriver trop souvent. Ce serait dommage de tout foutre en l’air parce qu’on ne prend pas ce dernier match avant la trêve par le bon bout. Parce qu’après huit journées, ce qu’on a fait est plutôt bien.»

Si ses protégés en venaient à ne pas rentrer bredouilles d’un périple assurément périlleux en Anjou, ce serait mieux. Ils confirmeraient, comme depuis quelques semaines, qu’ils continuent de grandir.
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 4620
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 71
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 9eme journée Angers -Strasbourg

Message  67120 le Sam 6 Oct - 6:37

  Zoom sur le SCO Angers
Angers, sans paniquer
Malgré ses trois défaites initiales, le SCO n’a jamais cédé à la psychose et s’est redressé au cours d’un faste mois de septembre, toutefois conclu par un coup d’arrêt contre Guingamp (0-1).
 D’autres auraient pu s’affoler. Ouvrir une saison par trois revers a effectivement de quoi déstabiliser. Mais à Angers, battu par Nîmes, puis à Rennes et au Paris SG, personne ne s’est alarmé.

Arrivé cet été en Anjou, l’ancien attaquant du Racing Stéphane Bahoken, qui, touché au mollet, a dû renoncer hier aux retrouvailles avec ses ex-coéquipiers, a découvert et apprécié cette zénitude.

« Il n’y a pas eu l’ombre d’un doute après nos trois défaites d’entrée. Le SCO vient d’attaquer sa 4e saison d’affilée en L igue 1 et s’est aussi construit dans la difficulté (il était encore 19e en 2017-2018 après son échec de la 26e journée, NDLR). Les dirigeants et le coach ( Stéphane Moulin ) ont tiré le positif de ces trois matches. Contre Nîmes, le contenu avait été cohérent. À Rennes où je n’ai pas joué, nous nous étions inclinés sur un exploit personnel. Et on ne gagne pas tous les ans contre Paris ! »

Lui y était parvenu la saison passée à la Meinau en inscrivant le but de la victoire strasbourgeoise à la 65e’. Mais encore blessé, il n’était pas au Parc le 25 août dernier.
Un seul succès à domicile

«Le coach nous a vite rassurés en nous disant “Les gars, la saison est longue. Nous connaissons la Ligue 1. Ça va venir.” Et ça nous a effectivement permis de rebondir. Chez un promu, comme le Racing, perdre deux fois de suite peut semer un peu le trouble, ce qui est tout à fait normal. À Angers, on sent la différence. Nous étions 19es après ces trois revers et pourtant, aucun vent de panique n’a soufflé.»

Contre Lille au stade Raymond-Kopa (4e journée), les Angevins ont renoué avec le succès. «Il fallait juste un petit déclic. Il est intervenu face au LOSC», reprend un Bahoken que désole tout de même le nouvel échec domestique d’Ismaël Traoré et des siens samedi dernier contre Guingamp (0-1).

«Malgré ce petit coup d’arrêt, notre saison est quand même lancée, positive l’international camerounais. Auparavant, nous avions très bien réagi, en prenant 10 points sur 12, avec des victoires contre Lille, à Dijon et à Monaco, plus un nul contre Toulouse. C’est vraiment dommage d’avoir perdu face aux Guingampais sur une erreur individuelle alors que nous nous sommes procuré plus d’occasions qu’eux. Cette défaite est une déception.»

En quelques semaines, le SCO ne s’est pas moins remis d’équerre. Certes, il n’a inscrit qu’un but lors des trois dernières journées. Mais il n’en a encaissé que deux en cinq rencontres. Voilà pourquoi l’ex-Strasbourgeois s’attend à «une opposition de styles» ce soir.

«Strasbourg s’est bien relancé après avoir connu un petit coup de mou. Le Racing reste fidèle à l’image de son coach qui a la réputation de bien faire jouer son équipe. Ça va être d’autant plus compliqué que depuis le début de saison, nous n’avons gagné qu’une fois chez nous.»
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 4620
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 71
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 9eme journée Angers -Strasbourg

Message  67120 le Sam 6 Oct - 19:26

Le stade Raymond-Kopa se remplit tout doucement. C'est en ce théâtre que le Racing s'échauffe avant de se lancer dans son 9e match de la saison en L1.
.
Il a plu cet après-midi en Anjou. Il fait relativement doux, la pelouse elle est impeccable.
.
Thierry Laurey a décidé de ne rien changer ou presque par rapport au week-end dernier, quand son équipe a battu Dijon.
.
En fait, seul Mothiba, sur le front de l'attaque, a été titularisé au détriment de Kévin Zohi qui débutera lui sur le banc.
.
Ainsi, le onze strasbourgeois, toujours marqué par une défense à trois centraux, sera : Sels - Caci, Mitrovic (cap.), Martinez - Lala, Martin, Sissoko, Carole - Thomasson - Da Costa, Mothiba.
.
Rappelons que le Racing est sur une période intéressante dans le bloc de cinq matches intercalé entre les deux trêves internationales. Il a glané sept points en quatre matches pour l'heure et cherchera à ne pas rentrer bredouille de son voyage à Angers avant une coupure d'une quinzaine de jours. Après ce déplacement sur la pelouse du SCO, le prochain match des Strasbourgeois est programmé le 20 octobre, face à Monaco.
.
Voilà l'équipe que Stéphane Moulin, le coach d'Angers, a choisi d'aligner ce soir : Butelle - Manceau, Traoré (cap.),Thomas, Bamba - Santamaria - Reine-Adelaïde, Ndoye, Mangani, Capelle - Kanga.
.
Il y a une petite surprise avec la titularisation de Capelle, tandis que Tait, plutôt en vue ces temps-ci, glisse sur le banc. A priori, ce dernier a traîné un petit rhume qui a perturbé sa semaine d'entraînement.
.
En termes d'enjeux, les choses sont assez claires au classement. Le Racing est un point devant le SCO qui est en quête de revanche après sa défaite à domicile face à Guingamp pour sa dernière sortie en date.
.
Selon des habitués du stade, il y aura moins de 10 000 spectateurs. Le SCO ne passionne pas les foules dans la ville.
.
A noter parmi les absents, Stéphane Bahoken, l'ancien attaquant du Racing parti à l'intersaison, est contraint de faire l'impasse sur le rendez-vous. L'attaquant camerounais est touché au mollet.
.
La pluie redouble d'intensité tout d'un coup. Les 22 joueurs devraient débuter leur rencontre dans une atmosphère véritablement automnale.
.
Lors des précédentes rencontres, les deux équipes ne s'étaient pas départagées. Il y avait eu 1-1 en février de cette année et 2-2 à l'automne 2017.
.
Les suiveurs du Racing ne sont pas venus en nombre. On peut compter une quarantaine de supporters strasbourgeois, trempés comme des soupes dans leur tribune.
.
Le Sco vient de donner le coup d'envoi.
.
BUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUT 0-1
.
Reine Adelaïde venait de se faire réprimander pour une tampon sur Thomasson et le Racing en profite pour ouvrir la marque !
.
On jouait depuis 1 minute 48 secondes quand Mothiba a concrétisé d'une splendide louche, plein axe, pour tromper Butelle depuis l'entrée de la surface. Lui-même servi par Sissoko, Nuno Da Costa lui avait glissé un bon ballon dans l'intervalle entre les défenseurs centraux.
.
Cela ne pouvait pas mieux commencer et le Racing poursuit sur de bonnes bases en mettant le pied sur le ballon. Angers est un brin estourbi et il serait judicieux d'en profiter.
.
Angers n'avait pas trouvé l'ouverture face à Guingamp, organisé avec une défense centraux. Et si c'était la recette pour contrarier la costaude équipe angevine ?
.
Penalty pour Angers. Lala a fait une double faute pour stopper Reine Adelaïde, sur la côté droit de la surface de Sels.
.
Sels stoppe le penalty de Mangani !
.
Le gardien belge s'est détendu de tout son long sur sa gauche pour détourner le ballon pas envoyé assez puissamment par le milieu angevin. Le Racing s'en sort bien mais réussit un bon début de match.
.
Attention à l'impact des locaux. Les Angevins montent en intensité et les Strasbourgeois doivent faire front avec l'intelligence qui les caractérise ces derniers temps.
.
Sels est encore sacrément décisif à l'instant. Sur un centre de Mangani, venu de la gauche, Capelle s'élève parfaitement pour décocher une tête qui prend le chemin de la lucarne. Mais Sels se détend parfaitement pour détourner en corner. Ouf !
.
Angers est de plus en plus dangereux et Sels est l'auteur d'une intervention miraculeuse. Reine Adelaïde a encore une fois mystifié Lala sur le côté droit de la surface. L'ailier du Sco centre quasiment sur la ligne de but. Sels détourne du talon gauche en direction de son but mais le ballon heurte le poteau avant de s'éloigner sans que personne ne reprenne.
.
Et encore un corner dangereux. Les athlètes dominent les airs. Caci doit dégager en catastrophe un ballon qui traîne dans les six mètres alsaciens.
.
Il est franchement compliqué de reprendre son souffle, même pour l'observateur. Car le Racing cherche aussi à profiter du moindre ballon. Il n'empêche qu'il en bave grosso modo des ronds de chapeau.
.
La réaction strasbourgeoise aurait mérité un meilleur sort. Car il y avait bien penalty à l'instant sur la faute de Thomas sur Mothiba. Dans la foulée, Martin a déclenché une frappe enroulée depuis l'entrée de la surface. Butelle a la main ferme pour détourner le ballon à mi-hauteur.
.
BUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUT 0-2
.
Et de deux pour les Strasbourgeois et encore un but de Mothiba ! Martin a chipé un ballon dans les pieds de Mangani et a trouvé Carole sur la gauche auteur d'un rush, pas mal du tout, conclu d'un bon centre que Mothiba exploite à merveille en enchaînant contrôle et frappe croisée.
.
Martinez écope d'un carton jaune en raison d'une intervention un peu virile sur Santamaria.
.
Le Racing tient à la pause. Bien que brinquebalé une bonne partie de ce premier acte, il a su faire mouche avec efficacité, sur les ailes d'un Mothiba d'une précision clinique dans la surface angevine. Le Sud-Africain a réussi le doublé grâce à une passes dans la profondeur de Da Costa (2e) et un bon centre de Carole (40e). La bande à Laurey est bien lancée sur la pelouse d'Angers.

.
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 4620
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 71
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 9eme journée Angers -Strasbourg

Message  67120 le Sam 6 Oct - 21:03

Tout va bien ici à Angers où le Racing a fait preuve jusqu'ici, d'une redoutable efficacité. Il s'agit de se méfier car le Sco paraît remonté au retour des vestiaires. Les joueurs angevins sont dans un réchauffement intense. Attention, le match n'est pas gagné.
.
C'est reparti ici à Raymond-Kopa. Tait et Pajot remplacent Santamaria et Mangani dans le onze angevin.
.
Et une nouvelle intervention brillante de Sels. Sur un assaut de Tait, à gauche de la surface, conclu par une frappe contrée de l'entrée, le gardien belge est pris à contre-pied mais parvient à reprendre ses appuis pour intervenir au ras de son poteau droit.
.
Mitrovic a vu jaune et le Racing doit encore écoper et s'appuyer sur un brillant Sels. Sur un ballon aérien, Kanga est à la retombée et déclenche une reprise du droit que Sels va détourner au ras de son poteau gauche.
.
Carole vient de trouver le poteau, le signe que le Racing ne se résigne pas à subir. Sur un centre de Mothiba côté droit, Da Costa rate sa reprise mais Manceau ne parvient pas à intercepter et Carole se retrouve en tête à tête avec Butelle au second poteau. Le latéral gauche trouve le poteau du gardien angevin.
.
But 1-2
.
Le SCO réduit le score. Reine Adelaïde prend le meilleur sur le côté gauche de la surface où Caci doit s'effacer. A terre, l'ailier parvient à remettre en retrait, à l'entrée de la surface, pour Capelle dont la frappe du pied gauche est précise, au ras du poteau.
.
Double carton jaune, l'un pour Martin, l'autre pour Reine Adelaïde.
.
Sels doit encore être attentif. Le centre-tir de Ndoye était cadré et le gardien belge a dû détourner le ballon au-dessus de sa transversale.
.
Visiblement touché à la cuisse, Matinez cède sa place à Kon&.
.
Il y a une petite accalmie dans la domination angevine et ce n'est pas dommage pour le Racing. Sels vient d'écoper d'un carton jaune pour gain de temps.
.
Le Racing n'a pas été loin du tout de régler l'affaire. Mitrovic est à la retombée d'un corner de Thomasson. Sa tête plongeante, au point de penalty, est cadrée, mais Butelle se détend bien pour écarter le danger.
.
Un changement de chaque côté : Lopez remplace Kanga, Grimm prend la place de Da Costa.
.
La fatigue se fait sentir mais des deux côtés. Le Racing est moins en danger mais doit continuer à se méfier.
.
Jaune pour Grimm
.
Cinq minutes de temps additionnel a été annoncé par les arbitres. Lienard remplace Thomasson.
.
Thomas arrache l'égalisation de la tête sur un centre de Tait. Sels se détend de tout son long mais est trop court pour détourner le ballon qui finit dans le petit filet de Sels.
.
2-2
.
Comme à Marseille, les arrêts de jeu ont été d'une extrême cruauté pour les Strasbourgeois qui ont concédé une égalisation pas illogique tant les Angevins ont mis de l'intensité pour revenir. Le Racing ne repart qu'avec un point mais la tête haute de son déplacement en Anjou. Il a été particulièrement efficace en première période, le SCO l'a été après la pause. Avec 12 points en neuf matches, il conserve une place enviable dans la première partie du classement au quart d'un championnat qui fait relâche pendant une quinzaine de jours.

.
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 4620
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 71
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 9eme journée Angers -Strasbourg

Message  67120 le Dim 7 Oct - 6:13

Deux points envolés
Pour la deuxième fois de suite après Marseille, le Racing a perdu des points dans les arrêts de jeu hier à Angers, en étant rejoint (2-2) à la 90e +3 alors qu’il menait de deux buts à mi-parcours…
Le Racing avait éprouvé toutes les peines du monde à l’extérieur la saison dernière, particulièrement durant le cycle retour où il n’avait glané que deux points en neuf déplacements. Depuis le coup d’envoi 2018-2019, les hommes de Thierry Laurey sont lancés sur de tout autres bases hors de… leurs bases, alors qu’ils ont rendu visite à deux des quatre cadors supposés de la Ligue 1, Lyon et Marseille, où ils ont précisément concédé leurs seuls revers en voyage (2-0 au Parc OL et 3-2 dans le temps additionnel au Vélodrome).

Matz Sels a retardé l’échéance


Hier au stade Raymond-Kopa, Stefan Mitrovic et ses partenaires ont longtemps cru que leur 5e expédition allait leur permettre de faire un bond sensible en avant. Parce qu’ils ont, dans un premier temps, su provoquer la réussite, à l’image de ce penalty de Thomas Mangani arrêté par un Matz Sels de haut vol (11e ).

Sans cet exploit du gardien international belge, le SCO serait une première fois revenu à hauteur des Strasbourgeois et il n’est évidemment pas dit que la rencontre aurait pris la même tournure.

Car depuis la 2e minute et une effraction des perceurs de coffre-fort Da Costa et Mothiba, le Racing mène au score. Le premier a servi le deuxième qui s’est joué de Butelle d’une parfaite pichenette. Un Mothiba qui va signer son premier doublé sous ses nouvelles couleurs juste avant la pause. Le service sur un plateau est assuré par Carole et le Sud-Africain se charge de faire payer la note aux Angevins d’une volée à bout portant (40e ).

Mais pour faire un match plein, le réalisme offensif ne suffit pas. L’imperméabilité défensive est indispensable. Souvent, le gardien en est le premier garant. Depuis son arrivée, Matz Sels n’avait jamais réalisé un match référence, jamais été fautif non plus.

Mais on attendait encore du Belge qu’il justifie son transfert à près de 4 millions. C’est fait depuis ce samedi. Impérial sur le penalty de Mangani, bondissant sur une tête à bout portant de Capelle (16e ), un tir contré de Tait (46e ), une volée sans angle de Kanga (50e ) et un centre de tir de N’Doye (66e ), il a longtemps tenu la baraque et repoussé l’échéance.

Pour tenir ladite baraque, un gardien a aussi besoin de baraka. En déviant sur son poteau droit, avec un soupçon de chance, un centre de Reine-Adelaïde (21e ), le n°1 strasbourgeois a prouvé qu’il n’en manquait pas. « Matz nous a maintenus à flot », lui rend hommage son entraîneur Thierry Laurey.

Malheureusement pour lui et ses partenaires, il ne pourra rien sur le tir soudain de Capelle, enroulé du gauche à l’entrée des 16 m, qui ramène les Angevins dans le sillage des Bleus (58e ). Juste avant, Carole a manqué le ballon du 3-0. Il a surtout manqué d’un chouia de veine en expédiant sur le poteau droit un centre de Mothiba dont Da Costa avait raté la reprise (52e ).
« On s’y voyait déjà »

Les vagues angevines ne cessent alors de s’intensifier. Mais même acculés, les hommes de Laurey semblent tenir leur 2e succès à l’extérieur, après Bordeaux en ouverture. Pourtant, sur un ultime centre de l’entrant Tait, le défenseur central Romain Thomas décroise une tête à rebond dans le coin gauche que Sels ne fait que dévier dans ses filets (90e +3).

Pour le Racing, l’épilogue est douloureux. « Mais je ne l’ai pas mauvaise, relativise le coach du Racing. Même si on a mené deux à zéro, on savait très bien que le match n’était pas terminé. On ne peut pas dire que l’égalisation d’Angers soit illogique. Si j’avais voulu parodier notre cher Charles Aznavour, j’aurais dit : “On s’y voyait déjà.” Malheureusement, c’est arrivé. C’est rageant quand ça survient à la 93e. Mais ça aurait pu arriver à un autre moment, comme sur le penalty. C’est un bon point malgré tout. »

À Marseille douze jours plus tôt, ses troupes en avaient laissé échapper un dans le temps additionnel. Cette fois, elles en égarent tout de même deux à Angers. Il leur reste à espérer que ces points qu’elles n’ont pas su engranger ne leur manqueront pas trop en fin de saison.
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 4620
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 71
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 9eme journée Angers -Strasbourg

Message  67120 le Dim 7 Oct - 6:19

STÉPHANE MOULIN, entraîneur d’Angers
 ➤ STÉPHANE MOULIN, entraîneur d’Angers
   – « Rentrer à 2-0 à la mi-temps, c’était une injustice. Les Strasbourgeois n’avaient rien volé, car ils avaient été extrêmement réalistes et avaient marqué deux beaux buts. Mais c’était injuste quand même. Malgré ce score, j’étais convaincu qu’on pouvait renverser la situation. Les joueurs l’ont fait. Ç’a été long, mais on l’a fait parce qu’on a persévéré. On est allé chercher un point amplement mérité, plus important sur un plan mental que sur un plan comptable. Je suis fier de ce qu’ont fait les joueurs, de ce qu’ils ont montré dans le jeu. On a tiré 24 fois au but, ce n’est pas rien, alors que le scénario nous avait été contraire jusqu’à la 93e’. On a cru en notre étoile jusqu’à la fin. J’ai vu un beau match ce soir. Strasbourg a cette capacité à contrer et à faire mal. Les Strasbourgeois sont extrêmement dangereux. On est allés au bout, mais eux aussi qui n’ont pratiquement fait que résister en 2e mi-temps. Je suis vraiment satisfait du comportement général de l’équipe, de l’énergie et de l’intensité qu’elle y a mis. Ce match ne vaut qu’un point, mais il comptera sur notre capacité à ne rien lâcher. On a fait revivre la ‘’dalle’’ angevine. Strasbourg a montré de la qualité, mais on en a montré pas mal aussi.»

➤ IBRAHIMA SISSOKO, milieu de terrain du Racing.
– « Prendre un but à la 90e’ , c’est dur. Mais en deuxième mi-temps, ils ont poussé, c’était très dur pour nous. On les a laissé faire et c’était compliqué. Il y a eu des hauts et des bas dans ce match. La première mi-temps a été très bien, mais ensuite, on a trop reculé. »

➤ LEBO MOTHIBA, attaquant du Racing, auteur d’un doublé. – « En première mi-temps, tout s’est bien passé. Avec Nuno, on a beaucoup parlé, on était bien organisé, on a fait les efforts défensifs. Mais ensuite, en deuxième mi-temps, c’était plus dur. On a lâché à la fin, je pense qu’il y eu un peu de fatigue. »

➤ ROMAIN THOMAS, auteur de l’égalisation angevine 
– « On a fait preuve de courage, d’abnégation. Il fallait éviter à tout prix de prendre le troisième but. On a réussi à réduire le score à une demi-heure de la fin. Ensuite, on a poussé, poussé et le gardien a fait Jésus en face ( sic ). Mais on a fini par égaliser. Ce point a un goût de victoire. A la mi-temps, il y avait peut-être que nous qui pensions pouvoir revenir. Je ne suis pas sûr que beaucoup de monde y croyait dans le stade. Mais nous l’avons fait. »
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 4620
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 71
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 9eme journée Angers -Strasbourg

Message  67120 le Dim 7 Oct - 6:23

L’entente offensive entre Lebo Mothiba et Nuno Da Costa Saga Africa inachevée
Titularisés ensemble pour la deuxième fois de la saison, le Sud-Africain Lebo Mothiba, double buteur, et le Cap-Verdien Nuno Da Costa, passeur sur l’ouverture du score, avaient placé le Racing sur la voie d’un succès qu’il a laissé échapper.
 Ils avaient déjà été associés une fois dans le onze de départ. C’était contre Amiens à la Meinau (3-1). Ce jour-là, ni Nuno Da Costa, ni Lebo Mothiba, arrivé moins d’un mois auparavant en provenance de Lille contre 4 millions d’euros, n’avait marqué ou délivré une passe décisive.

Mais depuis, leur tandem avait frappé deux fois. La première à Marseille il y a douze jours quand Mothiba, titulaire, avait “offert” à la 89e le but du deux partout à son comparse entré en jeu un peu plus tôt. Deux minutes plus tard, Valère Germain avait toutefois réduit à néant les espoirs alsaciens.

La deuxième est intervenue trois jours plus tard contre Dijon lorsque Da Costa, auteur de l’ouverture du score, avait rendu la pareille au Bafana Bafana , en le décalant parfaitement pour le 2-0, synonyme de break.

Hier au stade Raymond-Kopa, Thierry Laurey a donc choisi d’écrire le deuxième opus de cette Saga Africa. Et les deux solistes n’ont pas mis longtemps à prouver qu’ils étaient à l’unisson, sur le même tempo élevé. Les quelques automatismes qu’ils ont acquis lors de leur époque commune à Valenciennes se sentent dans leurs déplacements. Les deux garçons s’entendent bien sur le terrain, en dehors aussi, et leur complicité footballistique s’en ressent.
Huit buts, trois passes à eux deux

Dès la 2e minute, Da Costa croise une passe impeccable dans la course de l’ancien Lillois. Pour éviter de buter sur Butelle, Mothiba trouve le but d’un exquis ballon piqué. Sa 3e réalisation, déjà, sous le maillot bleu, la 4e cette saison en comptant celle inscrite avec le LOSC.

Le Sud-Africain aurait dû bénéficier à la 33e d’un penalty pour une faute de Romain Thomas dans la surface. Le contact était plus net que celui de Jérémy Grimm sur le Marseillais Florian Thauvin l’autre jour au Vélodrome. Mais l’arbitre Johan Hamel va prendre la décision de ne pas le siffler…

Pourtant, les Bleus vont croire avoir fait le plus dur juste avant la pause. Car le vif Lebo est au bon endroit, au bon moment, comme sur ce centre de Lionel Carole, pour tromper Butelle d’une demi-volée du droit.

Le Sud-Africain passe son compère cap-verdien au classement des buteurs (5 buts). En six rencontres en Bleu, il a déjà frappé quatre fois et délivré une passe décisive. Son alter ego en totalise respectivement 4 et 2.

Le concerto des duettistes va cependant baisser d’un ton après le repos. Au sein d’un Racing qui subit et recule dangereusement, les deux flèches alsaciennes doivent se contenter de miettes. Il en suffit parfois d’une à un attaquant pour se goinfrer. Ce ne sera pas le cas. Au contraire, la furia angevine répondra à la Saga Africa du Racing qui, du coup, ressemble un peu à une symphonie inachevée.
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 4620
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 71
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 9eme journée Angers -Strasbourg

Message  67120 le Dim 7 Oct - 6:26

Un Sels taille patron
Porté par un Matz Sels en réussite et un attaquant, Lebo Mothiba, d’une efficacité redoutable, le Racing a longtemps cru tenir la victoire, avant de se faire rejoindre dans les arrêts de jeu.
Matz Sels, le gardien belge du Racing, a réalisé une prestation XXL, malgré deux buts encaissés en seconde période. Sans lui, les Bleus seraient assurément rentrés sans rien.

❏ S ELS (7). Sa sortie audacieuse du pied (à la 9e ) a lancé son match. Le Belge a ensuite revêtu son habit de lumière en sortant un penalty de Mangani, à la 11e. Et le festival a continué sur cette tête de Capelle (16e ), que tout le stade voyait au fond. A de la réussite sur ce centre tir de Reine-Adelaïde (20e ), mais s’est ensuite montré ferme dans ses sorties aériennes, sur centre comme sur corner, tout comme sur sa ligne. Notamment en début de deuxième mi-temps. Ne peut rien sur la frappe de Capelle et est masqué sur la tête de Thomas.

❏ LALA (4). Sa faute sur Reine-Adelaïde, à la 10e , qui entraîne le penalty, aurait pu coûter cher au Racing. Et le latéral a souffert hier face à la vitesse de l’ancien Gunner , comme tout le côté droit de la défense strasbourgeoise. Pas son meilleur match de la saison, même si, à sa décharge, il avait un gros client en face.

❏ CACI (4). En difficulté face au remuant Reine-Adelaïde, tout comme Lala, le jeune défenseur s’est d’abord évertué à ne pas faire de faute. Mais la tâche n’était pas simple et il a parfois concédé des coups francs dangereux. Sa mission n’a pas non plus été simple ensuite, le jeune ailier le prenant de vitesse sur le premier but angevin signé Capelle et se faisant battre de la tête par Thomas sur le deuxième.

❏ MITROVIC (6). Le Serbe s’est montré bien plus costaud et rassurant que lors de ses dernières sorties. Dans les moments chauds, il a tenu la baraque en première mi-temps, mais il a tout de même vu jaune pour une faute sur Ndoye lors d’une deuxième période plus compliquée. A failli ouvrir son compteur but, de la tête sur un corner de Thomasson, à l’entrée du dernier quart d’heure.

❏ MARTINEZ (5). Son style engagé lui a valu un jaune juste avant la mi-temps et a offert un coup franc plein axe aux Angevins, qui n’a pas eu de conséquence. Touché à la cheville, il a eu du mal à terminer la première mi-temps. Est revenu sur le pré avec envie, mais il a quand même dû sortir sur blessure. Remplacé par KONÉ (71e ).

❏ CAROLE (7). Écarte le danger à la 20e , devant Kanga. Une action à l’image d’un match défensif convaincant. À ce bilan s’ajoute ce centre parfait, pour Mothiba, sur le but du break et cette frappe sur le poteau (51e ). A parfois perdu trop rapidement le ballon sur contre, en deuxième période, mais a fait parler sa qualité de centre.

❏ SISSOKO (6). Parfaitement entré dans sa rencontre (il est à l’origine du premier but), le grand récupérateur s’est évertué à protéger une défense aux abois après l’ouverture du score. Et il l’a plutôt bien fait, ne ménageant pas ses courses pour faire le lien entre sa défense et le milieu de terrain, même s’il a parfois commis quelques fautes évitables.

❏ MARTIN (6). Pas forcément beaucoup en vue en première période offensivement, le milieu a l’art de sortir de sa boîte au bon moment. Comme sur cette frappe enveloppée (34e ), écartée par Butelle du bout des doigts. Défensivement, il a gratté un nombre incalculable de ballons, comme celui à l’origine du deuxième but alsacien. Dommage qu’il perde ses nerfs, à l’heure de jeu, écopant d’un jaune inutile.

❏ THOMASSON (5). Positionné en soutien du duo d’attaquants, l’ancien Nantais a une belle palette technique, qu’il a fait parler par intermittence offensivement. À l’instar du reste du milieu de terrain alsacien, il a surtout défendu et s’est évertué à garder le ballon. Remplacé par LIENARD (90e +1).

❏ DA COSTA (7). Hier, le Cap-Verdien a donné un amour de passe au Sud-Africain sur son premier ballon négocié. Comme son compère de l’attaque, il n’a ensuite pas ménagé ses efforts pour tenter de conserver le ballon dos au but. Même s’il n’a pas marqué, il s’est avéré précieux. Remplacé par GRIMM (82e ), impliqué sur le but égalisateur.

❏ MOTHIBA (8). Titulaire devant à la place de Zohi, le Sud-Africain n’a mis que deux minutes à se mettre dans le match, en transformant le caviar de Da Costa en but, inscrivant sa 3e réalisation sous les couleurs du Racing, avant d’inscrire un doublé à la 40e.
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 4620
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 71
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 9eme journée Angers -Strasbourg

Message  67120 le Lun 8 Oct - 5:50

Au point quand même
Le premier quart du championnat a mis en lumière un Racing audacieux et cohérent, qui aurait même pu capitaliser davantage, comme à Angers samedi où il a de nouveau concédé un but et lâché deux points sur la fin (2-2).
Avec un peu plus de réussite et surtout « de lucidité », comme le suggérait Thierry Laurey à Angers, le Racing pourrait compter ce matin cinq points de plus. Ceux qui lui ont glissé entre les doigts contre Saint-Étienne lorsque des Verts réduits à dix ont égalisé à la 88e (1-1), à Marseille où, en supériorité numérique, il s’est incliné 3-2 à la 91e et enfin à Angers où la tête de Romain Thomas à la 93e l’a privé d’un deuxième succès à l’extérieur (2-2). Soyons justes : il a aussi arraché le nul à la 93e à Montpellier où il aurait tout aussi bien pu perdre (1-1). Et avec des si, on mettrait aisément Marseille et Angers en bouteilles de rosé de Provence ou de vin d’Anjou.

Angers a tiré 24 fois

Tout de même, ces égarements de fin de match lui coûtent cher et le ramènent d’une certaine façon à sa condition de candidat au maintien. Avec 12 points en neuf journées, l’équipe de Thierry Laurey est néanmoins en phase avec le football souvent plaisant qu’elle a proposé. « Ça me convient de marquer des buts, même si bien sûr, j’aimerais en concéder moins, soutenait le coach alsacien pas trop contrarié par un épilogue une nouvelle fois cruel à Angers. On est une équipe assez joueuse, qui pense à marquer. Après, il faut savoir ce que l’on veut : jouer le 0-0 régulièrement ou marquer des buts et prendre des points en faisant 1-1, 2-2 ou 3-3. On a plutôt cette philosophie-là. Je l’assume. Les joueurs aussi. Mais quelquefois, ça nous joue des tours. »

L’équipe d’Angers, déterminée, a ainsi longtemps fait les frais du piquant offensif des Bleus. « Les Strasbourgeois ont cette capacité à contrer et faire mal, souligne l’entraîneur Stéphane Moulin. À la moindre perte de balle, ils sont extrêmement dangereux. On est allé au bout, eux aussi. En deuxième mi-temps, ils n’ont fait que résister, on les a poussés dans leurs retranchements, déstabilisés, ils n’arrivaient plus à sortir. Le score à la pause était trompeur. Logiquement, parce qu’on a persévéré, on a, malgré un gardien qui a réalisé des prouesses ( Matz Sels, lire ci-dessous ), trouvé la faille dans les ultimes secondes. Nous avons eu le mérite d’y croire jusqu’au bout pour aller chercher un point amplement mérité. »

Un chiffre illustre d’ailleurs la sale période que les Angevins ont fait passer aux Strasbourgeois après le repos. Stéphane Moulin n’a pas manqué de le servir aux journalistes : « On a tiré 24 fois. Ce n’est pas rien. Ça veut dire qu’on a beaucoup entrepris. On a trouvé deux fois la faille alors que le scénario nous était contraire du début à la 93e. J’ai vu un match de qualité. »

Les deux entraîneurs sont raccord sur ce point comme sur les autres. Thierry Laurey reconnaît que « c’est peut-être la première fois qu’on subit autant de situations dangereuses. On n’a pas eu toute la maîtrise. En première mi-temps, on subissait, mais on arrivait à faire mal. On avait tiré le maximum. Mener 2-0 alors que les Angevins avaient eu pas mal d’occasions, notamment le penalty raté, c’était plutôt bien payé. Mais en deuxième, on n’a pas su conserver suffisamment le ballon. C’est ce qui nous manque un peu dans notre nouveau système. C’est dommage, parce que les garçons ont fait les efforts. On avait remarqué que les Angevins avaient un peu plus de mal en deuxième période. Mais là, ils ont retrouvé ce qui faisait leur force les années passées. Ils se sont lâchés. Ce que nous avons fait à Montpellier, ils nous l’ont fait cette fois. »
« Un bon point »

Au final, la frustration d’une victoire évanouie dans les dernières secondes s’efface, côté strasbourgeois, devant la satisfaction d’avoir pris « un bon point. » Ce mauvais coup dans les arrêts de jeu n’est pas perçu comme un coup d’arrêt. Ce point, qui entretient la dynamique comptable des cinq dernières journées (8 sur 15), va permettre aux Bleus de passer une trêve internationale sereine, avant la réception de Monaco le samedi 20.
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 4620
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 71
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 9eme journée Angers -Strasbourg

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum