8eme journée Strasbourg-Dijon

Aller en bas

8eme journée Strasbourg-Dijon

Message  67120 le Ven 21 Sep - 12:54

Racing-Dijon FCO le samedi 29 septembre à 20h00


La Ligue de Football Professionnel a fixé la programmation de la 8e journée de Ligue 1 Conforama.
La rencontre entre le Racing et le Dijon FCO se déroulera le samedi 29 septembre à 20 heures au stade de la Meinau dans le cadre de la 8e journée de Ligue 1 Conforama. Elle sera diffusée sur BeIN SPORTS.
SO
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 4830
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 72
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 8eme journée Strasbourg-Dijon

Message  67120 le Ven 28 Sep - 19:47

Deux attaquants pour débuter?
Thierry Laurey devrait procéder à quelques changements dans son onze de départ pour affronter Dijon, dans le cadre de la 8e journée de Ligue 1, trois jours à peine après la défaite frustrante à Marseille (3-2).
Une seule chose est certaine, à quelques heures de la réception de Dijon dans le cadre de la 8e journée de Ligue 1: le onze de départ alsacien sera forcément différent de celui qui a été titulaire face à Marseille.

La raison? Jérémy Grimm est laissé au repos pour la réception de l'équipe d'Olivier Dall'Oglio à la Meinau, après avoir beaucoup couru face à Marseille. Il devrait logiquement être remplacé par Ibrahima Sissoko au milieu de terrain, en récupération, à moins que Thierry Laurey ne tente un pari en lançant Youssouf Fofana, qui fait pour sa part son retour dans les 18 (après avoir été 19e homme à Marseille).

Derrière, la défense alsacienne ne devrait a priori pas bouger. Même si Lamine Koné est de retour dans le groupe, il n'a pas joué depuis trois semaines et risque de manquer de rythme. Le système à cinq, avec trois centraux et le duo Carole/Lala en latéraux/ailiers, devrait être conservé. Dijon devrait d'ailleurs d'opposer en face le même système en 5-3-2 que celui utilisé par les Strasbourgeois.
Au milieu de terrain, Adrien Thomasson pourrait disparaître du onze de départ, pour laisser la place à un deuxième attaquant au côté de Lebo Mothiba. Jonas Martin et Benjamin Corgnet devraient pour leur part enchaîner.

Un deuxième attaquant qui devrait être, sauf surprise, Nuno Da Costa, buteur après son entrée sur le terrain au Vélodrome. A moins que Laurey ne relance Saadi, auteur d'une entrée encourageante mercredi à Marseille. Ludovic Ajorque, lui, est toujours absent et le grand attaquant devrait au mieux faire son retour pour la réception de Monaco (le 20 octobre prochain).

Le groupe strasbourgeois: Sels, Kamara - Lala, Carole, Caci, Koné, Mitrovic, Martinez - Thomasson, Fofana, Corgnet, Sissoko, Martin, Lienard - Zohi, Saadi, Da Costa, Mothiba.

Absents: Ajorque (béquille), Ndour (genou), Gonçalves, Tchamba (reprise), Simakan (genou), Grimm (repos), Kawashima, Aaneba, Zemzemi (choix)

Le groupe dijonnais: Allain, Rúnarsson, Chafik, Ciman, Coulibaly, Haddadi, Lautoa, Rosier, Yambéré, Abeid, Amalfitano, Balmont, Gourcuff, Marié, Sliti, Keita, Saïd, Tavares.

Absents: Kwon (convalescence), Sammaritano (mollet), Jeannot (genou), Loiodice (suspendu), Ntumba, Aguerd, Alphonse, Bouka Moutou (choix).
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 4830
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 72
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 8eme journée Strasbourg-Dijon

Message  67120 le Sam 29 Sep - 6:54

Des Dijonnais à digérer


Déjà victorieux de Dijon à trois reprises en 2018, sur le même score de 3-2, les Strasbourgeois espèrent signer la passe de quatre pour évacuer définitivement l’issue fatale à Marseille.
Mercredi, la Bonne Mère a davantage eu les yeux de Chimène pour ses enfants chéris du Stade Vélodrome que pour leurs humbles visiteurs strasbourgeois. Sous le regard de Notre-Dame-de-la-Garde qui, dans sa parure dorée, surplombe le boulevard Michelet, les joueurs de Thierry Laurey sont en effet passés tout près d’une affaire en or. Mais seulement tout près…

Après avoir égalisé à la 89e’ grâce au 3e but de Nuno Da Costa cette saison, les Bleus vêtus de rouge ont dû s’avouer vaincus sur une passe du Nippon Hiroki Sakai pour le fils naturel de la Bonne Mère ou presque, Valère Germain, né à Marseille à l’époque où son père Bruno régulait l’entrejeu défensif du club olympien (3-2).

«Dijon sait très bien voyager»

Les Strasbourgeois remettent le couvert 72h après. Ils retrouvent une Meinau où ils ont signé il y a huit jours contre Amiens leur premier succès domestique (3-1). Un 8e rendez-vous face à l’équipe surprise du mois d’août, le Dijon FCO, auteur d’un départ canon, mais qui traîne ses récents résultats comme un boulet ( lire page suivante ).

Après un mois et demi de compétition, Stefan Mitrovic et ses coéquipiers possèdent deux fois plus de points – huit contre quatre – que le Racing 2017-2018. La saison passée, pile au même stade de la compétition, mais pas dans le même stade, les Racingmen avaient, dans l’antre dijonnais de Gaston-Gérard, égalisé à la 92e’ par Martin Terrier (1-1) et mis ainsi un terme à une série de quatre revers.

Depuis, toutes les confrontations alsaco-bourguignonnes ont tourné à leur avantage: 3-2 après prolongation à la Meinau le 7 janvier en 32es de Coupe de France, 3-2 le 20 janvier, toujours à la Meinau, en championnat et… 3-2 le 14 juillet en amical à Saverne.

Logiquement, Thierry Laurey s’attend à un nouveau match indécis: «Ça a tourné pour nous ces derniers temps, mais ça peut très bien tourner pour eux. Je rappelle qu’en amical, les Dijonnais menaient 2-0 à la mi-temps. En championnat, ça ne s’est pas joué à grand-chose. En Coupe de France, rebelote. Aujourd’hui, nous sommes un peu mieux que l’an passé à pareille époque. Nous allons tout faire pour battre Dijon ce qui, accessoirement, nous permettrait de le passer au classement, même si ça n’aurait rien de significatif à ce moment de la saison. Nos duels ont toujours été assez équilibrés et ouverts, joués dans un bon état d’esprit. Il y a toujours eu des buts. Espérons qu’il n’y en aura pas trop en notre défaveur et plus en notre faveur.»
«Il faut rebondir»

En 48 heures, les Bleus assurent avoir tiré un trait sur le douloureux épilogue de Marseille et tourné la page. «Ça fait partie du jeu. À Montpellier, nous avons égalisé à la dernière seconde. À Marseille, c’est l’OM qui l’emporte à la dernière seconde», relativise l’entraîneur bas-rhinois. «Nous avons gagné un point à Montpellier et en avons perdu un à Marseille. Il faut rebondir et aborder Dijon dans les meilleures dispositions.»

Un DFCO dont la récente passe délicate ne fait qu’accroître sa méfiance. «Les Dijonnais ont bien démarré, avec neuf points sur neuf. Forcément, ça met un peu de beurre dans les épinards. Après, peut-être leurs adversaires successifs ont-ils fait plus attention. Mais si on la laisse jouer, cette équipe est très performante offensivement. Elle n’est pas devenue mauvaise ou moyenne d’un coup. Il faut s’en méfier très sérieusement et qu’on arrive à jouer notre jeu. Elle sait très bien voyager et est invaincue à l’extérieur. À nous d’être suffisamment vigilants pour ne pas lui laisser la possibilité de faire la course en tête.»

Une façon de suggérer à ses troupes de se mettre en quatre d’entrée pour réussir la passe de quatre cette année face à Dijon.

dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 4830
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 72
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 8eme journée Strasbourg-Dijon

Message  67120 le Sam 29 Sep - 6:56

Dijon, ça pique...
Après un départ canon, le DFCO est rentré dans le rang. Il n’a récolté qu’un point lors des quatre sorties suivantes, à Reims (0-0), et a chuté trois fois à domicile.
Depuis des mois désormais, le Dijon FCO est érigé en exemple à suivre.

Le monde du football loue le travail en profondeur du club bourguignon, sous la houlette, entre autres, de trois anciens du Racing, le coach Olivier Dall’Oglio, l’entraîneur des gardiens Laurent Weber et le directeur général Olivier Cloarec.

Le microcosme du ballon rond se félicite, à juste titre d’ailleurs, de voir ces Dijonnais un brin irrévérencieux pratiquer un jeu attrayant et souvent payant.

À Amiens ensuite

En 2017-2018, le DFCO a, pour sa troisième saison dans l’élite, décroché son meilleur classement: 11e avec 48 points (9 de plus que le Racing) et un maintien officiel dès la 33e journée.

Cette saison, l’équipe d’Olivier Dall’Oglio a continué sur sa lancée en remportant ses trois premiers matches: 2-1 à Montpellier grâce à Senou Coulibaly, 2-0 contre Nantes et 4-0 à Nice, avec quatre buts inscrits à partir de la 67e’.

Il n’en fallait pas plus pour que le “Petit Poucet” dijonnais, qui suivait alors sans complexe le sillage de l’ogre PSG, se mue en éphémère attraction médiatique.

« D’ordinaire, aux conférences de presse de veille de match, nous sommes quatre. Là, les reporters parisiens sont descendus et nous nous sommes retrouvés à vingt, illustre un journaliste du quotidien régional Le Bien Public , suiveur assidu du club. Peut-être que ça a contribué, après l’entame réussie, à ce que les joueurs se voient un peu trop beaux. Certes, ils ne méritaient pas de perdre contre Caen (0-2). Mais les derniers résultats ramènent tout le monde sur terre. Comme l’an dernier, l’équipe devra d’abord assurer son maintien.»
7 points sur 9 à l’extérieur

Avec 10 points en 7 journées, Dijon est cependant toujours dans les clous. Mais il n’en reste pas moins qu’il n’a engrangé qu’un point – un nul à Reims le 22 septembre – lors de ses quatre rencontres suivantes, avec trois gadins successifs au stade Gaston-Gérard: 0-2 contre Caen, 1-3 face à Angers et 0-3 devant Lyon mercredi.

Bilan: 1 but pour, 8 contre. Point commun à ses deux revers face au SCO et à l’OL: il a concédé ses trois buts en première mi-temps.

En un mois, le triple buteur Julio Tavares et ses partenaires ont glissé du 2e au 9e rang. Comme le fait encore observer le confrère bourguignon, ils se préparent « à passer un test très important avec deux déplacements d’affilée à Strasbourg et Amiens (le samedi 6).»

L’inquiétude serait-elle en train de poindre en Côte d’Or? Pas nécessairement, car Dijon, invaincu à l’extérieur, y a récolté 7 points sur 9 et s’y montre solide.

Mais devant la presse hier, le toujours ambitieux Dall’Oglio a confié vouloir plus.

« J’aimerais que l’équipe prenne les choses en main dès le début de la rencontre. Il faut que l’on fasse un match solide comme contre Nantes. J’attends beaucoup plus dans la conservation du ballon qu’à Reims. On veut ramener quelque chose de Strasbourg.»

Le 20 janvier dernier, Dijon avait échoué de peu dans cette quête en chutant 3-2 à la Meinau, plombé, notamment, par un doublé de Kenny Lala sur deux penalties.
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 4830
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 72
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 8eme journée Strasbourg-Dijon

Message  67120 le Sam 29 Sep - 19:50

Voici une semaine, le Racing renouait avec la victoire à domicile en dominant Amiens (3-2) après avoir renversé la situation en deuxième période. Depuis, il a chuté à Marseille dans les arrêts de jeu (3-2) après être revenu à 2-2. La question est simple: la frustration né cette rencontre constituera-t-elle un frein ou se transformera-t-elle en rage de vaincre ce soir? En tout cas, la prestation au Vélodrome a confirmé que le Racing est dans le vrai en ce début de saison, même si cela ne se traduit pas suffisamment en points.
.
Voici la composition des équipes :
RACING : Sels ; Martinez, Mitrovic (cap.), Caci ; Carole, Martin, Sissoko, Thomasson, Lala ; Zohi, Da Costa.

DIJON : Runarsson ; Haddadi, Lautao, Yambéré, Coulibaly, Rosier; Marie, Amalfitano, Keita, Sliti ; Tavares.

On notera surtout la première titularisation de Kevin Zohi en attaque, aux côtés de Nuno Da Costa, après plusieurs entrées en jeu convaincantes. L’Ivoirien relègue ainsi Lebo Mothiba sur le banc. Côté dijonnais, on s’oriente aussi vers une défense à trois centraux (Lautao, Yambéré, Coulibaly) pour un 3-5-2 ou un 5-4-1 en fonction du positionnement de Sliti.
.
La rencontre sera dirigée par Eric Wattellier qui, à 31 ans, connaît sa première saison en Ligue 1. Il a arbitré trois rencontres à ce jour, du moins sur le pré. Le Toulougien (Pyrénées Orientales), chirurgien-dentiste de profession, a vécu les quatre autres journées depuis le fameux véhicule dévolu à la VAR, autrement dit l’arbitrage vidéo. A ce titre, il était d’ailleurs à la Meinau il y a une semaine déjà, à l’occasion de la victoire du Racing sur Amiens (3-1). Lors de ses matches sifflet à la bouche, il a sorti 12 cartons jaunes et un rouge. Il a connu sa première le 18 août lors de Caen- Nice (1-1).
Pour être complet, les arbitres de touche sont Stephan Luzi et Mathieu Grosbost, tandis que Yann Gazagnes complète le quatuor; enfin Karim Abed et Hamid Guenaoui sont en charge de la vidéo.
.
La billetterie a très bien fonctionné cet après-midi, si bien qu'on ne sera pas loin de jouer à guichets fermés. On atteindra encore les 25000 spectateurs, dont une centaine de Bourguignons qui ont fait le déplacement. Un des plus courts de la saison pour eux il est vrai.
.
C'est parti
.
Thomasson se place en soutien de Zohi et Da Costa. Martin et Sissoko sont à la récupération.
2e'
.
Les Dijonnais évoluent dans la même configuration que le Racing. Mais c'est Keita et non pas Sliti qui forme le duo d'attaquants avec Tavares.
.
Premiers frissons dans les travées. De l'extérieur du droit, Amalfitano sert Tavares dans la course. Heureusement, le Dijonnais croise trop sa frappe.
.
Da Costa tout près d'intercepter la passe trop molle de Coulibaly pour Runarsson, son gardien.
.
Le public gronde. Dijon multiplie les fautes qui, au milieu du terrain, font avorter les contres strasbourgeois.
.
BUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUT 1-0 Da Costa
.
Martin avait bien lancé Da Costa sur la droite. La défense dijonnaise a bien fermé e couloir. Da Costa a remis en retrait pour Thomasson qui, après un dédoublement sur la droite, centrzit pour Da Costa. Celui-ci coupait la trajectoire du ballon de la tête pour surprendre Runarsson dans un angle pourtant fermé. Le cuir a léché le premier poteau avant de prendre la direction des filets.
.

Comme à Marseille, le Racing fait preuve de beaucoup de réalisme. Après quelques belles velléités, la première occasion réelle lui permet de faire mouche. Reste à espérer que la suite du scénario diffère quelque peu...
.
Quatre buts en huit matches, le ratio devient fort intéressant pour Nuno Da Costa. Surtout que le Capverdien n'a pas toujours été titulaire.
.
Une semelle sur Carole vaut un carton jaune à Keita.
.
Penalty pour le Racing! Et rouge pour Coulibaly!
.
A moins que Thomasson ne soit signalé hors jeu par la VAR.
.
Le suspense dure, durer.
.
Il y a bien hors jeu. On annule tout! Dijon s'en sort très très bien. Cela se joue à quelques centimètres. A 2-0, en cas de penalty marqué et à dix pendant une heure, Dijon aurait été en très mauvaise posture.
.
Yambere averti pour contestation. On se demande bien où il y avait matière à contestation.
.
Avec tout ça, on n'(a même eu le loisir de décrire l'action ayant mené au faux vrai penalty. Lancé sur la droite de la surface, Thomasson avait remis dans l'axe pour Da Costa qui n'avait plus qu'à pousser la balle au fond au moment où il a été balancé par Coulibaly.
.
Martin prend jaune pour une faute sur Sliti. Il sera suspendu contre Monaco après la trêve internationale. Sliti frappe lui-même le coup franc, de peu à côté.
.
Tavares en vendage une bonne. Servi dans le dos de ladéfense par Hadadi, il dévisse totalement sa reprise. Ouf, car il était bien seul...
.
Petit moment de répit après l'emballement de tout à l'heure. Mais les bonnes intentions sont toujours là. des deux côtés d'ailleurs.
.
Dijon combine bien et à l'approche de la pause, on ne peut s'empêcher de penser à la mauvaise gestion des fins de premières mi-temps lors des deux dernières sorties à domicile, contre Nantes puis Amiens...
.
La tête de Yambere, sur corner, passe au-dessus. Heureusement. C'eut été trop bête, sachant que le corner était évitable. Martinez a laissé sortir le ballon, pensant qu'il était strasbourgeois.
44e'
.
Un dernier coup franc pour Dijon, dans le temps additionnel, à 30m dans l'axe. Mais il ne donne rien.
.
Un but d'avance pour le Racing, c'est assez logique. Deux, c'eut été sévère pour Dijon. Et pourtant, à quelques centimètres près, sans ce hors-jeu de Thomasson...
.
C'est donc la mi-temps, et cette fois, le Racing est parvenu à préserver son avantage.

.
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 4830
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 72
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 8eme journée Strasbourg-Dijon

Message  67120 le Sam 29 Sep - 21:03

C'est reparti à la Meinau.
.
BBBUUTTT pour le Racing!;.. Et puis non. Da Costa, servi d'une pichenette par Sissoko avant de lober Runarsson, est signalé hors jeu. Thomasson s'était bien battu au préalable. Une fois encore, ça ne se joue pas à grand chose. Vérification faite à la vidéo, le hors jeu y est bien. Pour si peu... L'hstoire se répète.
.
Olivier Dall'Oglio effectue un double changement: Saïd pour Tavares, Abeid pour Amalfitano. Avec un changement tactique aussi?
.
Coup franc dangereux pour Dijon.
.
Abeid sur le poteau! Sliti a joué le coup franc en retrait pour l'entrant qui, des 18m, à ras de terre, a failli surprendre Sels.
.
Le Racing sous pression. Les changements dijonnais font effectivement leur effet.
.
Martin déborde à gauche et centre sur la tête de Zohi qui file à côté.
.
Le 3e match à guichets fermés de la saison est officialisé. Avec 25060 spectateurs présents. Qui ne s'ennuient pas.
.
Placage en règle de Lautoa, pris de vitesse par Zohi. Jaune bien sûr.
.
Un poteau partout! Sur le coup franc, Lala trouve la tête de Sissoko qui, prolongée par le dos de Coulibaly, échoue sur le montant.
.
La frappe de Keita est trop molle pour inquiéter Matz Sels.
.
Dernier changement à Dijon, et pas des moindres. Keita cède sa place à un certain Yoann Gourcuff.
.
Le temps file, le break n'est pas fait et , doucement mais sûrement, la tension monte...
.
Très entreprenant, Kevin Zohi a droit à une énorme ovation de la Meinau. Il cède sa place à Lebo Mothiba.
.
Dijon se montre de plus en plus pressant, mais de manière brouillonne pour l'instant.
.
En contre, le Racing peut pour sa part enfoncer le clou.
.
Dijon monopolise définitivement le ballon. Faut-il s'inquiéter?
.
BUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUT 2-0 Mothiba.
.
Sissoko gratte le ballon dans les pieds d'Haddadi et sert Da Costa sur l'aile droite. Lucide, le Capverdien voit Mothiba seule dans l'axe et offre une louche de caviar au Sud-Africain. Son premier but à la Meinau après celui qui avait valu un point à la dernière seconde à Montpellier.
.
Tonnerre d'applaudissements pour Nuno Da Costa, peut-être le meilleur Strasbourgeois, qui passe le relais à Benjamin Corgnet.
.
Tandis que la Meinau chavire de bonheur sous l'impulsion du kop, le Racing passe tout près du 3-0. Thomasson déborde à droite et centre en retrait pour Martin, dont la reprise du point de pénalty est captée par Runarsson.
.
Anthony Cavi s'interpose face à Haddadi. Juste pour souligner le gros match du jeune défenseur strasbourgeois qui prend de plus en plus d'assurance.
.
Trois minutes de rab. Enfin, il en reste deux maxi.
.
BUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUT 3-0 Martin
.
Sur l'air des lampions, le buteur quitte la pelouse. A Youssouf Fofana de boucler le match.
.
Fofana aura joué quelques toutes petites secondes. C'est fini!
.
Petit retour sur ce 3e but strasbourgeois. En contre, Corgnet fixe la défense centrale dijonnaise et sert Martin qui accourt sur sa gauche. Celui-ci se recentre d'un crochet du gauche sur Coulibaly et glisse le ballon au ras du second poteau. Du cousu main.
.
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 4830
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 72
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 8eme journée Strasbourg-Dijon

Message  67120 le Dim 30 Sep - 6:35

Bleus d’enfer
Le Racing s’est forgé, hier, une convaincante victoire face à Dijon, la troisième de sa saison, qui le propulse dans la première moitié du classement. Avec cinq points d’avance sur la zone rouge, il peut envisager la suite avec gourmandise.
Alors qu’ils avaient entretenu mercredi les mauvaises habitudes au Vélodrome, où ils n’ont pas gagné depuis plus de vingt ans, les Bleus étaient priés d’en entretenir une bonne hier. Ils y ont réussi en faisant preuve de solidité, d’une forme d’intelligence et, dans la dernière ligne droite, d’une maîtrise qui laisse espérer des lendemains riants.

Une semaine après avoir dominé Amiens, dans une Meinau qui se plaît si merveilleusement à ne pas bouder son plaisir, le Racing a vaincu Dijon, prolongeant une série d’invincibilité face à cette équipe qui remonte désormais à douze ans et huit matches officiels.

« Pour l’instant, ça roule »

Sur la ligne de départ, l’affaire n’avait rien d’une évidence. Le Racing était d’abord confronté à une sorte de miroir contrariant, Dijon s’appuyant sur une défense à trois centraux.

La bande à Dall’Oglio avait perdu lors de trois de ses quatre dernières sorties ? Elle n’a rien eu de résigné dans les premiers échanges et Tavares, lancé par Amalfitano, s’est offert la première action dangereuse même si son tir est passé à côté (7e ). Da Costa a ensuite repris d’une impeccable tête décroisée un centre de Thomasson (13e ). En inscrivant son quatrième but cette saison, le Cap-Verdien a concrétisé une évidente envie de bien faire en même temps qu’une certaine habileté à renverser une tendance initiale incertaine.

« Je suis satisfait de notre entame, a apprécié Thierry Laurey, l’entraîneur du Racing. Ouvrir le score rapidement, c’est important. Il fallait bien gérer notamment sur les coups de pied arrêtés car on affrontait une équipe plus athlétique que nous. Mais on n’a pas pris de but et ce n’est pas anecdotique. »

Mitrovic et ses copains n’ont pas lâché leur étreinte, pendant un bon quart d’heure. Les armoires bourguignonnes ont multiplié les fautes pour entraver notamment les initiatives d’un virevoltant Zohi (lire par ailleurs).

Et les Strasbourgeois ont bien cru faire le break sur une action bien sentie, les bonnes passes répondant aux bons appels, jusqu’à un centre de Thomasson au deuxième poteau où Coulibaly a mis à terre Da Costa d’une intervention digne des tatamis. Penalty, carton rouge… et puis non. La VAR est passée par là. M. Wattelier est revenu au hors-jeu initial de Thomasson. Comme miraculés, les Dijonnais se sont mis à dominer. Sliti, sur un coup franc à droite du but de Sels (33e ), et Tavares, d’une demi-volée au-dessus (35e ), ont signifié que l’affaire n’était pas dans le sac.

Au retour des vestiaires, la partie d’échecs a repris. Dijon a penché de plus en plus vers l’avant et cela lui a presque souri quand Abeid a trouvé le poteau sur un coup franc que lui a glissé Sliti (55e ).
Vivement la suite

Mais le Racing a ensuite exprimé ses progrès manifestes, sa capacité à développer des mouvements soignés et à maîtriser son sujet. Si Dijon était en mode offensif, c’est Runarsson qui a été mis sur des chardons ardents et les Strasbourgeois ont vraiment mis leur grosse “papatte” sur la partie.

Il convenait de joindre l’utile à l’agréable en tuant le suspense. À l’affût de la moindre possibilité de contre, le Racing a fini par tordre son visiteur. Une interception de Sissoko a permis de lancer Da Costa, auteur du centre nickel pour servir Mothiba dans un fauteuil (81e ). Et Martin a transformé la belle soirée en triomphe au terme d’un rush dans la surface conclu d’un plat du pied qui a mystifié tous les Dijonnais à proximité (90e +2).

« Je suis content qu’on ait su verrouiller, même si le troisième but est peut-être de trop, a conclu l’entraîneur des vainqueurs. Tout le monde s’accroche et se bat. Pour l’instant, ça roule. Mais il faut que tout le monde tire dans le même sens. »

Plus forte un peu partout, l’équipe strasbourgeoise se plante là, plutôt haut, en avance sur ses temps de passage d’il y a un an. Il n’est pas question de le regarder plus beau qu’il n’est. Mais avec un peu de monde à l’infirmerie, avec un banc si souvent utile, avec quelques recrues qui devraient monter en régime, ce Racing semble tailler pour ne pas trembler.

Ce matin, il a cinq points d’avance sur Monaco, 18e. Et il n’est pas dit qu’avec un voyage à Angers, dans une semaine, ce crédit diminue. Vivement la suite.
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 4830
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 72
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 8eme journée Strasbourg-Dijon

Message  67120 le Dim 30 Sep - 6:39

« Un match référence »
❏ JONAS MARTIN, milieu du Racing 
  : « Dans ce championnat, il n’y aura pas de match facile. Nous avons bien entamé la rencontre et été récompensés par un but. Ensuite, nous avons fait le dos rond pendant quelque temps et avons réussi à mettre ce 2e but qui nous a libérés. Nous n’avons pas pris de but à domicile. C’est bien parce que ça faisait très longtemps que ça ne nous était pas arrivé. Et on a la chance d’en mettre trois pour la 2e fois d’affilée. Ça prouve notre qualité offensive. Si, en plus, on est plus solides défensivement, c’est parfait. Avant la trêve, ce serait de bon augure de rapporter un point d’Angers, une équipe semblable à Dijon. Notre marge sur la zone rouge est anecdotique, mais elle montre que nous avons fait un bon début de saison. »
 
❏ IBRAHIMA SISSOKO, milieu défensif du Racing 
: « C’était une très belle soirée. Nous avions à cœur d’enchaîner une deuxième victoire à la maison (après Amiens) où on n’avait pas très bien commencé. On a pris les trois points sans prendre de buts. Ça fait longtemps qu’on n’avait pas fini un match sans en encaisser. Dijon n’avait pas encore perdu à l’extérieur. C’était un sacré challenge pour nous. Nous avons réussi à le relever. Il faut maintenant se focaliser sur le déplacement qui nous attend à Angers samedi. Notre septième place ? C’est toujours bon à prendre. Il est surtout important de prendre les points le plus rapidement possible pour ne pas revivre la fin de saison dernière. Il n’y a pas d’euphorie. Nous venons de battre Amiens et Dijon, deux concurrents directs, chez nous. C’est très bon signe. Si nous voulons nous maintenir le plus rapidement possible, il faut que la Meinau devienne une forteresse. Ce serait merveilleux de ne plus perdre ici ».
 
❏ LIONEL CAROLE, latéral gauche du Racing
  « Ce succès montre que nous sommes dans le vrai et que nous faisons du bon travail. Marquer trois buts, c’est la petite cerise sur le gâteau. Après le match de Marseille, nous avons montré notre rage de vaincre. Et ça a fait un bon match contre une bonne équipe qui était devant nous au classement. La saison vient de commencer. Il ne sert à rien de calculer. L’important, c’est le contenu et c’était aujourd’hui (hier) très intéressant. Nous y avons vraiment mis la manière. Nous n’avons pas encaissé de buts, n’avons laissé que très peu d’occasions à l’adversaire et sommes parvenus à concrétiser les nôtres. C’est un match référence pour nous ».
 
❏ ANTHONY CACI, défenseur central du Racing   « C’est une super victoire. Après Marseille où perdre 3-0 aurait été presque logique et où notre défaite 3-2 avait été une déception après toute la bonne volonté que nous avions mise, nous nous devions de nous relever à la maison. C’est ce que nous avons fait. En Ligue 1, ce n’est jamais facile. Nous avons respecté les consignes du coach. Il nous avait dit de rester bien en place, de ne pas commettre d’erreurs bêtes, comme nous l’avions souvent fait à la maison ou à l’extérieur. Onze points en huit matches, c’est un bon début de saison. On remonte au classement. Aujourd’hui (hier) , nous avons tous fait un très bon match ».
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 4830
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 72
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 8eme journée Strasbourg-Dijon

Message  67120 le Dim 30 Sep - 6:57

Da Costa force 4
Nuno Da Costa, buteur et passeur décisif, a été l’homme clé hier soir, dans une rencontre où la défense strasbourgeoise a, elle aussi, été inspirée.
S ELS (5).  – Pas vraiment mis à contribution en première période, le gardien s’est appliqué au pied (son point fort) pour tenter d’offrir des ouvertures à ses attaquants. Il est heureux de voir Tavarès vendanger deux occasions (33e et 35e ), tout comme il est chanceux sur cette frappe d’Abeid, qui touche le poteau (55e ).

❏ LALA (6).  – Depuis trois matches, il est impliqué dans tous les buts strasbourgeois. Le latéral transformé en ailier n’a pas dérogé à la règle hier, son “une-deux” avec Thomasson étant à l’origine du but de Da Costa. Défensivement, Lala n’a pas non plus ménagé sa peine, n’hésitant pas à faire des courses de 80 mètres pour aider les trois centraux.

Les grands compas de Sissoko


❏ CACI (6).  – Le joueur formé au Racing a continué sur sa lancée. Hargneux dans les duels et inspiré sur ses ouvertures, le natif de Forbach a tenu son rôle au sein d’une défense à trois où il a désormais pris ses marques. Il a souvent jailli à bon escient de sa ligne pour couper court aux avancées dijonnaises en deuxième période.

❏ MITROVIC (5).  – Parfois en difficulté à Marseille, le Serbe, adepte du jeu court, a pris moins de risques qu’à l’accoutumée. Pas un mal face aux petits bolides comme Sliti ou Keita. A parfois été à la limite sur certaines interventions en seconde période, mais sans conséquences fâcheuses.

❏ MARTINEZ (6).  – Comme à son habitude, le natif de Martigues n’a pas hésité à balancer quand il le fallait. Pas ménagé par Keita, qui l’a proprement chargé à la 17e minute, le défenseur central est resté dans la lignée de ses dernières sorties et a coupé un grand nombre de ballons dangereux en seconde période.

❏ CAROLE (5).  – Propre sur chacune de ses interventions défensives, le latéral/ailier a livré un sacré mano a mano avec le TGV Rosier lors du premier acte. Et le joueur du couloir gauche a cette capacité à accélérer le jeu en une touche de balle, comme il l’a prouvé en seconde période, sans jamais négliger ses tâches défensives.

❏ SISSOKO (6).  – Le récupérateur venu de Brest, sur le banc à Marseille, a ressorti des grands compas pour nettoyer le milieu de terrain. Son duel de “géants” avec Julio Tavarès a occasionné des batailles aériennes dont il est souvent sorti vainqueur. Mais le milieu doit encore s’appliquer un peu plus sur ses ouvertures, parfois mal dosées. A failli doubler la mise sur un coup franc de Lala, mais Coulibaly a dévié sa tête (son bras ?) sur le poteau, à la 63e.

❏ MARTIN (6).  – Interceptions intelligentes, jeu vers l’avant sans déchet, l’ancien joueur de Montpellier a tenu son rôle de relayeur et n’a jamais cessé de mettre de l’huile dans les rouages. Averti logiquement à la 32e pour une faute sur Sliti, le milieu sera suspendu contre Monaco. Mais cela ne l’a pas empêché de réaliser une deuxième période pleine, ponctuée par un but qui ne doit rien à personne, dans les arrêts de jeu. Remplacé par Fofana (90e +3).

❏ THOMASSON (5).  – L’ancien Nantais est bien mieux entré dans la partie hier soir qu’à Marseille, à un poste d’électron libre derrière le duo d’attaquants. Il offre un superbe centre à Da Costa, sur l’ouverture du score. Est aussi impliqué sur le penalty annulé, car il avait un crampon et demi hors-jeu lorsqu’il centre. Moins en vue dans une deuxième période où le Racing a plus défendu, même s’il a eu quelques belles inspirations dans le dernier quart d’heure.
Ovation pour Da Costa

❏ ZOHI (6).  – Pour sa deuxième titularisation après Bordeaux, le jeune attaquant s’est montré au niveau de ses coéquipiers et de la Ligue 1 (lire par ailleurs). Remplacé par Mothiba (73e ) , très combatif et récompensé par un but, son deuxième sous les couleurs du Racing.

❏ DA COSTA (7).  – Il ne lui a pas fallu un quart d’heure pour ouvrir le score d’une belle tête décroisée, signant là sa quatrième réalisation personnelle en huit journées. C’est aussi lui qui est balancé par Coulibaly à la 26e , ce qui a entraîné le penalty finalement annulé pour un hors-jeu de Thomasson.

Sa complicité avec Lala est toujours aussi précieuse côté droit, d’où sont venues la majeure partie des actions alsaciennes. Offre le but du break à Mothiba sur un plateau juste avant sa sortie, sous les ovations du public. Remplacé par Corgnet (82e ).
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 4830
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 72
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 8eme journée Strasbourg-Dijon

Message  67120 le Lun 1 Oct - 5:49

Un temps d’avance
En emmagasinant six points en une semaine à domicile, le Racing s’est incrusté dans la première partie du classement de Ligue 1. Au regard du contenu de ses rencontres et de son effectif, il ne lui est pas interdit de songer à y demeurer.
Le Racing doit un peu se réhabituer aux comparaisons. C’est inédit depuis trois ans puisqu’il avait enchaîné deux montées, changeant de division et donc d’adversaires. Mais en se maintenant héroïquement en mai, voilà la bande à Laurey amenée à affronter des clubs récemment croisés.

« Ce ne sont plus les mêmes équipes », rétorquent l’entraîneur et même certains joueurs. Il n’empêche. Après deux mois de compétition, la tentation d’observer où en était le Racing il y a un an à pareille époque existe.

« On a gagné deux matches face à des adversaires de notre calibre »

Y céder permet d’esquisser un sourire. Cela va nettement mieux. Les Strasbourgeois ont glané onze points, soit six de plus qu’au 30 septembre 2017. En prenant le meilleur sur Dijon, ils ont exprimé une forme de maturité également, une capacité à s’imposer dans des duels qui comptent presque double.

« Après les victoires face à Amiens (3-1) et Dijon (3-0), on peut considérer que l’on a vécu une très bonne semaine au niveau du compteur, a apprécié Thierry Laurey après le match remporté samedi. On a gagné deux matches chez nous, face à des adversaires de notre calibre. »

Et le Racing nage dans des eaux assez calmes. Ce n’est pas pour autant qu’il semble enclin à baisser sa garde. Dans son début de saison, la défaite à domicile face à Nantes (2-3) n’a pas été la performance du siècle. L’épisode peut toujours servir de souvenir douloureux. En s’appuyant depuis sur une défense à trois défenseurs centraux, les Bleus ont trouvé la bonne carburation, se montrant plus hermétique et toujours aussi prolifique. Les six de derrière (Sels, Lala, Caci, Mitrovic, Martinez et Carole) constituent un socle plutôt solide quand les cinq de devant, sauf Jonas Martin, changent souvent. Ils se savent en mesure de modifier leur plan en cas de besoin, comme à Marseille où ils ont tout tenté pour (presque) revenir.

« On a besoin d’une débauche d’énergie, souligne l’entraîneur strasbourgeois. Des joueurs, dans le dur, ont été au niveau. Quand je vois ce que Thomasson, qui a couru 12 kilomètres à Marseille, a réalisé face à Dijon. J’espère que ça va conditionner les autres. Il peut y avoir des grains de sable, comme la prochaine suspension de Jonas Martin (face à Monaco pour la 10e  journée). »

Jusqu’ici, le Racing s’est tout de même montré habile à effacer, souvent, les écueils. Il a su égaliser face à Montpellier, se relever de l’ouverture du score amiénoise, enquiquiner Marseille jusqu’au bout des arrêts de jeu. Et le voilà loin de ses angoisses vieilles d’un an.

En arrachant les victoires plus qu’en les construisant, en affichant d’abord leur courage, les Bleus avaient patienté jusqu’à décembre pour en finir avec un parcours en apnée. Et comme il n’y a pas (encore ?) d’équipe d’ores et déjà en perdition, comme Metz en 2017-2018, c’est plutôt heureux.
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 4830
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 72
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 8eme journée Strasbourg-Dijon

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum