7ème journée : Marseille - Strasbourg

Aller en bas

7ème journée : Marseille - Strasbourg

Message  67120 le Ven 21 Sep - 12:51

Olympique de Marseille-Racing le mercredi 26 septembre à 19h00


La Ligue de Football Professionnel a fixé la programmation de la 7e journée de Ligue 1 Conforama.
La rencontre entre l’Olympique de Marseille et le Racing se déroulera le mercredi 26 septembre à 19 heures à l’Orange Vélodrome dans le cadre de la 7e journée de Ligue 1 Conforama. Elle sera diffusée sur BeIN SPORTS.
SO
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 4831
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 72
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 7ème journée : Marseille - Strasbourg

Message  67120 le Mar 25 Sep - 5:58

Des ailes qui poussent
Le nouveau système en 3-5-2 ou 5-3-2 mis en place par le coach Thierry Laurey offre aux latéraux du Racing, Kenny Lala à droite, Lionel Carole à gauche, une grande liberté d’entreprise. Les intéressés en usent sans en abuser.
Il y a quelques jours, les trois défenseurs axiaux du Racing, alignés dans le schéma en 3-5-2 inauguré par leur coach Thierry Laurey quatre jours plus tôt à Montpellier (1-1), avaient confié leur appétence pour cette organisation. Reconduite samedi contre Amiens, l’expérience, conclue par un premier succès à la Meinau (3-1), n’est, de toute évidence, pas loin de faire l’unanimité dans les rangs strasbourgeois.

Les deux latéraux Kenny Lala, auteur d’un magnifique coup franc égalisateur et d’une offrande pour Benjamin Corgnet, et Lionel Carole, son pendant du couloir gauche, ne cachent pas y trouver aussi leur compte.



« Ce système a de l’avenir »

Face aux Picards, le duo s’est souvent efforcé d’apporter le surnombre. Lionel Carole, qui a beaucoup tenté, est cependant tombé sur un client, le latéral droit international suédois Emil Krafth qui a ouvert le score et débordé d’activité.

Mais au sortir de ce duel d’hommes, l’ancien de Troyes, Galatasaray et du FC Séville n’a pas à rougir. « Je n’ai pas souvent joué dans ce système, mais ça m’est arrivé. Même si je suis latéral gauche de formation, il peut me correspondre. Surtout, je trouve qu’il correspond à l’équipe. Bien sûr, quand on monte, on angoisse un peu de se faire prendre en contre dans son dos. Mais il faut faire confiance aux coéquipiers. Si tout le monde fait les efforts, le bloc est solide. »

Les Bleus n’ont pourtant commencé à le travailler spécifiquement que lors de la dernière trêve internationale. Ils l’ont mis en pratique pour la première fois en amical contre Dudelange le 7 septembre (3-1). « Depuis mon arrivée fin août, nous avons joué en 4-3-3, en 4-4-2 losange, mais j’ai l’impression que ce système à cinq derrière, modulable en 3-5-2, est bien assimilé par le groupe, poursuit Lionel Carole. Il demande aux latéraux plus de courses, d’intelligence de jeu et de réflexion. C’est intéressant. Il faut encore le peaufiner, mais je crois qu’il a de l’avenir. C’est un système assez moderne que l’on voit de plus en plus et dans lequel on demande aux latéraux de défendre, mais aussi de monter. Ça permet de modeler une équipe très défensive à la perte du ballon et très offensive à sa conquête. »

Samedi, Kenny Lala, porté par un public incandescent, s’est de fait senti pousser des ailes. « C’est un système dans lequel j’ai pas mal d’expérience pour l’avoir pratiqué à Valenciennes avec Bernard Casoni qui l’affectionnait et à Lens avec Alain Casanova. Il permet d’écarter le jeu, de le renverser de droite à gauche et inversement pour trouver un appui. Je me sens plus libre, car je sais que derrière moi, Titi ( Anthony Caci ) assure toujours la couverture. Défensivement, ça apporte une sécurité de savoir que quelqu’un gère la profondeur. À la base, ce dispositif est fait pour ça. Il nous réussit bien. »

Les deux buts encaissés à Montpellier et contre Amiens ne résultent d’ailleurs pas d’un “bug” du système, mais d’un corner et d’un cafouillage malencontreux. Lionel Carole insiste sur ce point. « On a pris deux buts bêtes ou gag, en tout cas évitables. Mais d’un autre côté, on a montré une certaine solidité, une certaine sérénité. À mes yeux, le système y est pour beaucoup. »

« Je crois qu’il est adapté à nos qualités individuelles, notamment celles de nos très bons centraux, acquiesce son clone du flanc droit. Sur les côtés, Lionel a le même profil que moi. Il aime évoluer un peu plus haut et produire du jeu. Moi, je me sens à l’aise partout. Je vois mon but et ma passe contre Amiens comme la récompense de mes efforts. Ça fait toujours du bien d’être décisif pour l’équipe. »

Pas sûr néanmoins que demain à Marseille, les deux compères jouissent de la même liberté que face à Régis Gurtner et ses partenaires. Sans doute n’en demanderont-ils pas tant. « Trois points, ce serait mieux, mais un, ce serait déjà pas mal », avance du reste un Kenny Lala pour une fois freiné par une prudence de circonstance.
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 4831
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 72
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 7ème journée : Marseille - Strasbourg

Message  67120 le Mar 25 Sep - 6:01

Marseille sans défense, mais…
L’équipe de Rudi Garcia se révèle poreuse et risque de manquer de main-d’œuvre, demain, face au Racing. Mais la tâche alsacienne au Vélodrome n’aura rien d’une évidence selon Thierry Laurey.
 La quête du “Grantatakan”, susceptible de magnifier le Champion’s Project de Frank McCourt, le propriétaire de l’OM, et de Jacques-Henri Eyraud, le président, a nourri la chronique depuis deux étés. Mais c’est une équipe bancale sur ses bases arrière que le Racing se prépare à affronter demain, au Vélodrome.
« Des joueurs costauds qui ne vont pas être perturbés »


Avec onze buts encaissés en six matches, Marseille a vite décelé la source de ses maux et l’origine de ses deux défaites en Ligue 1 quand il en a pris trois à Nîmes et quatre à Lyon avant-hier.

Car dans le même temps, Payet et ses coéquipiers ont craché le feu – 16 buts marqués –, même si Valère Germain ou Konstantinos Mitroglou n’ont pas l’aura de Mario Balotelli, objet d’un feuilleton psychodramatique entre les dirigeants phocéens et de Nice, sans que l’international italien ne bouge. Dans les couloirs du Parc OL, dimanche, Rudi Garcia, l’entraîneur des Provençaux, n’y est pas allé par quatre chemins. Il a évoqué une seconde période « catastrophique » au cours de laquelle son équipe a « commis trop d’erreurs défensives pour espérer l’emporter ».

En 72 heures, l’équipe marseillaise aura-t-elle le temps de se remettre d’aplomb ? Le Racing aurait-il quelques raisons de se frotter les mains alors que l’infirmerie du récent finaliste de la C3 est bien remplie et que le défenseur Duje Caleta-Car a vu rouge et sera suspendu 

L’absence du Croate, médiocre depuis son arrivée cet été, n’est peut-être pas une si bonne nouvelle pour les Strasbourgeois. « Et si Njie, Rami et Caleta-Car seront absents, l’OM a un effectif qui lui permet encore d’aligner une équipe qui nous est supérieure, a noté Thierry Laurey, l’entraîneur du Racing hier matin. Il y aura un stade bien rempli, des joueurs qui sont capables d’encaisser un enchaînement de mauvais résultats pour rebondir. L’an dernier, ils en avaient pris six contre Monaco et cela ne les avait pas empêché de remonter après. »

Pour être tout à fait exact, Rennes l’avait emporté au Vélodrome, tout de suite après (1-3). Mais s’en était suivie une impressionnante série de 12 matches sans défaite avec huit succès au passage. Bref, le Racing n’a aucunement la possibilité d’envisager le voyage dans le sud en fumant la pipe.

« En face, ce sont des joueurs costauds qui ne vont pas être perturbés par ce qu’il vient de leur arriver », souligne encore l’entraîneur du Racing. Mitrovic et ses copains doivent bel et bien se préparer à une grosse tempête, face à une équipe en quête de rédemption quelle que soit la défense alignée. Dans la cage, le retour espéré de Steve Mandanda pourrait contribuer à ramener de la solidité à un ensemble un brin fragile. La mission strasbourgeoise s’annonce de toute façon dantesque. Le Racing ne l’a pas emporté au Vélodrome depuis mars 1997.
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 4831
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 72
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 7ème journée : Marseille - Strasbourg

Message  67120 le Mar 25 Sep - 17:35

Ndour forfait, Fofana et Aaneba appelés
En délicatesse avec un genou, le latéral gauche sénégalais Abdallah Ndour, qui n’a toujours pas joué cette saison, a quitté l’entraînement cet après-midi et ne sera pas du voyage demain (19h) à Marseille. Les jeunes Youssouf Fofana et Ismaël Aaneba complètent un groupe de 19 joueurs.
Une heure plus tôt, Thierry Laurey avait annoncé en conférence de presse qu’il reconduirait les 18 joueurs victorieux d’Amiens samedi à la Meinau (3-1). Mais le coach du Racing a dû revoir sa copie à l’issue de la séance de veille de match qu’a prématurément quittée Abdallah Ndour cet après-midi.

Depuis sa fracture tibia-péroné de la jambe droite le 3 mai 2017, le latéral gauche sénégalais enchaîne les pépins. Sa dernière contrariété en date : une inflammation du genou droit qui l’a donc contraint à déclarer forfait pour le déplacement de demain (19h) à Marseille à l’occasion de la 7e journée de Ligue 1.

Pour le remplacer et par sécurité, Thierry Laurey a choisi d’emmener deux jeunes, le défenseur polyvalent Ismaël Aaneba, qui n’a encore jamais joué en Ligue 1, et le milieu défensif Youssouf Fofana, qui l’a découverte durant six minutes à Lyon le 24 août. L’entraîneur a ainsi élargi son groupe à 19.

Naturellement, il n’a rien dit du système qu’il compte utiliser au Vélodrome. Mais sauf surprise, la défense à cinq – bien – en place depuis deux matches sera reconduite avec les mêmes bonshommes. Le technicien pourrait également être tenté de densifier son milieu de terrain en ne gardant qu’une pointe - Nuno Da Costa plutôt que Lebo Mothiba a priori -, avec, en soutien, un Benjamin Corgnet buteur samedi contre Amiens et qui, deux mois après son entorse de la cheville en match de préparation contre Nancy, honorerait ainsi sa première titularisation en 2018-2019. Ce schéma rappellerait en partie celui testé à Lyon où Adrien Thomasson avait joué en appui du seul Da Costa.
Mandanda de retour

Devant la défense évoluerait alors un trio, composé à coup sûr de Jonas Martin et Ibrahima Sissoko, mais aussi peut-être de Jérémy Grimm, déjà associé aux deux mêmes partenaires à Montpellier au détriment de Dimitri Lienard, sorti dès la pause il y a trois jours face aux Picards.

Du côté de l’Olympique de Marseille, le groupe n’a pas encore été officialisé. Mais Rudi Garcia a confirmé tout à l’heure en conférence de presse le retour du gardien international Steve Mandanda, victime d’une déchirure à la cuisse le 19 août à Nîmes, et le forfait de Clinton Njie, buteur dimanche six minutes après son entrée à Lyon, mais sorti dans la foulée ou presque pour une blessure aux adducteurs. Le champion du monde retrouvera sa place dans la cage olympienne.

Le groupe strasbourgeois : Sels, Kamara – Lala, Aaneba, Caci, Mitrovic, Martinez, Carole – Grimm, Fofana, Sissoko, Lienard, Martin, Corgnet, Thomasson – Da Costa, Mothiba, Saadi, Zohi.

Absents à Strasbourg : Ajorque (béquille), Ndour (genou), Gonçalves, Koné, Tchamba (reprise), Simakan (genou), Kawashima (g), Zemzemi (choix).
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 4831
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 72
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 7ème journée : Marseille - Strasbourg

Message  67120 le Mer 26 Sep - 18:51

Bonsoir et bienvenue à tous au stade Vélodrome de Marseille où le Racing, 11e au classement de Ligue après les premiers matches d'hier soir, se prépare à défier, dans une petite demi-heure, l'OM, 6e avec 2 points de plus (10 contre 8).
.
Dans un stade où il ne s'est plus imposé depuis 1997, le club strasbourgeois va tenter de confirmer les quatre points pris lors des deux dernières rencontres à Montpellier (1-1) et contre Amiens (succès 3-1). Rappelons que l'OM, lui, reste sur deux revers, en Europa League dans ce même Vélodrome face à l'Eintracht Francfort à l'issue d'un match disputé à huis clos (1-2), puis en championnat dimanche à Lyon (4-2).
.
On vous livre tout de suite la composition des deux équipes. Quelques surprises sont à noter tant à Marseille qu'à Strasbourg.
Marseille : 30. Steve Mandanda – 17. Bouna Sarr, 4. Boubacar Kamara, 19. Luiz Gustavo – 27. Maxime Lopez, 8. Morgan Sanson, 12. Kevin Strootman – 26. Florian Thauvin, 28. Valère Germain, 10. Dimitri Payet (cap). Remplaçants : 2. Hiroki Sakai, 25. Tomas Hubocan, 22. Grégory Sertic, 5. Lucas Ocampos, 7. Nemanja Radonjic, 11. Kostas Mitroglou, 16. Yohann Pelé (g). Entraîneur : Rudi Garcia.

Strasbourg : 1. Matz Sels – 27. Kenny Lala, 19. Anthony Caci, 13. Stefan Mitrovic, 4. Pablo Martinez, 23. Lionel Carole – 26. Adrien Thomasson, 6. Jérémy Grimm, 8. Jonas Martin – 10. Benjamin Corgnet – 12. Lebo Mothiba. Remplaçants : 33. Ismaël Aaneba, 1. Dimitri Lienard, 18. Ibrahima Sissoko, 9. Idriss Saadi, 20. Kevin Zohi, 29. Nuno Da Costa, 30. Bingourou Kamara (g). Entraîneur : Thierry Laurey.
.
On attendra le coup d'envoi pour vous dire avec précision comment les Bleus vont évoluer, mais on ne devrait pas être loin du schéma en 5-3-1-1 évoqué ce matin dans nos colonnes. Thierry Laurey a toutefois décidé de faire souffler Ibrahima Sissoko dans l'entrejeu et Nuno Da Costa en pointe. Du coup, la mission de la récupération au milieu devrait incomber au trio Thomasson, de retour après deux rencontres passées sur le banc, Jérémy Grimm, titularisé pour la 2e fois après Montpellier, et l'indispensable Jonas Martin. Benjamin Corgnet devrait évoluer en soutien d'une pointe unique qui ne sera donc pas Da Costa, mais Lebo Mothiba.
.
L'OM, lui, sera disposé en 4-3-3, avec, sur le côté droit de sa défense, Bouna Sarr, finalement préféré à Hiroki Sakai. Maxime Lopez épaulera au milieu le duo Morgan Sanson - Kevin Strootman. Sur leurs côtés, Florian Thauvin et Dimitri Payet tenteront d'alimenter Valère Germain, aligné au poste d'avant-centre à la place du Grec Kostas Mitroglou.
.
Juste un mot encore pour vous signaler que le jeune milieu défensif Youssouf Fofana, qui a découvert la Ligue 1 durant 6 minutes à Lyon le 24 août et a paraphé il y a quelques jours un premier contrat pro de trois ans, est 19e.

C'est parti à l'instant au stade Vélodrome. Les Bleus, qu'on continuera à appeler comme ça, jouent ce soir dans une seyante tenue rouge, des chaussettes au maillot en passant par le short.
.
On a laissé passer un peu de temps pour regarder comment était disposé le Racing. Ca ressemble effectivement à un 5-3-1-1, à un détail près: la triplette du milieu est composée, de droite à gauche, de Grimm, Martin et Thomasson. Elle penche très nettement à gauche. C'est plutôt Benjamin Corgnet qui, de son poste de meneur de jeu, vient fermer le couloir droit à la perte du ballon.
.
Vous l'aurez compris: il ne s'est pas passé grand-chose en dix minutes. Pour la bonne bouche, on vous signale la prise de balle de Sels sur un centre de la gauche de Sanson. Et, dans la foulée, le contre de Mitrovic sur un tir d'Amavi qui venait d'éliminer Caci à l'angle gauche de la surface.
.
Petit à petit, l'OM appose sa patte sur le match. Le Racing subit de plus en plus et, il y a quelques secondes, sur un coup franc joué intelligemment par Payet dans l'axe profond, Sels vient de réaliser son premier véritable arrêt sur une frappe du gauche sans contrôle et sans angle de Florian Thauvin à 10 m de ses buts.
.
Les Strasbourgeois ont désormais toutes les peines du monde à construire leur jeu et même à franchir la ligne médiane. On plaint Lebo Mothiba, parti pour courir dans le vide durant toute la partie si le Racing ne parvient pas à davantage s'arroger la possession du ballon.
.
Encore une bonne sortie de Sels sur un coup franc enroulé depuis la gauche, de 30 bons mètres, par la patte droite de Payet!
.
Auteur d'un tacle à retardement sur Maxime Lopez, Jonas Martin s'en est bien sorti. L'arbitre François Letexier n'a pas sifflé la faute et encore moins distribué au milieu alsacien le carton jaune que méritait son excès d'engagement.
.
BUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUT 0-1 Lala
.
 A 20 m du but strasbourgeois, Thomasson a récupéré un ballon perdu par Lopez. Il a aussitôt servi Corgnet qui a fixé la défense marseillaise avant de lancer Lala dans la profondeur. Le latéral droit strasbourgeois est venu tromper Mandanda, avec l'involontaire complicité d'Amavi, auteur d'un retour fulgurant, mais dont le tacle glissé a dévié le ballon hors de portée du gardien champion du monde.
.
Bon, vous l'aurez compris, c'est un hold-up. Les Bleus ont marqué sur leur première occasion.
.
Bon, vous l'aurez compris, c'est un hold-up. Les Bleus ont marqué sur leur première occasion, alors que ça faisait 20 minutes qu'ils avaient toutes les peines du monde à franchir la ligne médiane.
.
Penalty pour l'OM pour une faute de Grimm qui vient de marcher sur le pied de Thauvin dans la surface. L'arbitre demande tout de même l'assistance vidéo.
.
L'égalisation pour les Marseillais! En ouvrant son pied droit, le capitaine marseillais n'a laissé aucune chance à Matz Sels qui avait plongé de l'autre côté.
.
Il n'y a pas grand-chose à dire: Grimm n'a pas su arrêter son geste défensif et a touché l'ailier international.
.
But 2-1
.
Le deuxième but pour l'OM, signé Morgan Sanson!!!
.
Sur un changement d'orientation du jeu de Dimitri Payet, Lionel Carole a tenté une interception, mais l'a remise dans l'axe à 20 m du but de Sels, pile dans la course de Sanson qui, d'un intérieur du droit sans contrôle, n'a pas laissé la moindre chance au gardien belge, scotché sur ses appuis.
.
C'est la mi-temps à Marseille. En trois minutes, l'OM a renversé la tendance. Le Racing menait au score sur son seul tir de la première période. L'avantage marseillais à la pause relève d'une certaine logique. A tout à l'heure pour la 2e période.
.
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 4831
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 72
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 7ème journée : Marseille - Strasbourg

Message  67120 le Mer 26 Sep - 20:05

M. Letexier vient de donner le coup d'envoi de la deuxième période. Ni Thierry Laurey ni Rudi Garcia n'a procédé au moindre changement.
.
La première occase de la 2e période est marseillaise. Sur une déviation de la tête de Germain, Sanson, lancé côté gauche, s'est présenté seul devant Sels, mais sa frappe du gauche en rupture n'a pas surpris le portier alsacien.
.
Carton jaune à Lionel Carole. C'est le deuxième pour le Racing après celui adressé à Adrien Thomasson à la 33e pour un tirage de maillot sur Florian Thauvin.
.
Cette fois, c'est Florian Thauvin qui est averti pour une main volontaire dans la surface bas-rhinoise.
.
Jordan Amavi est expulsé directement pour un tacle haut sur Kenny Lala. Un geste plus maladroit que volontaire, mais qui aurait pu mettre en péril l'intégrité physique du premier buteur de la soirée. Attention, l'arbitre, alerté par la VAR, a décidé d'aller lui-même visionné les images.
.
Après avoir pris le temps de la réflexion, M. Letexier confirme l'expulsion du défenseur phocéen. C'est un peu sévère, mais pas illogique.
.
Rudi Garcia procède aussitôt à un réaménagement tactique en sortant son capitaine Dimitri Payet pour faire entrer le défenseur japonais Hiroki Sakai qui va aussitôt se positionner côté gauche à la place d'Amavi.
.
Les cartons pleuvent en ce moment. Morgan Sanson voit à son tour jaune pour un pied haut sur Thomasson.
.
Et ça continue! Une biscotte de plus pour Luiz Gustavo qui a crocheté et déséquilibré Mothiba avec son pied gauche.
.
A peine entré, Zohi se met immédiatement en évidence d'un tir tendu du droit de 20 bons mètres sur lequel Mandanda ne prend aucun risque en le boxant sur sa gauche.
.
Rudi Garcia continue d'injecter du sang frais dans son équipe: il sort Maxime Lopez et lance Lucas Ocampos.
.
Thierry Laurey joue le tout pour le tout. Il rappelle son latéral gauche Lionel Carole sur le banc et ajoute un nouvel attaquant à son dispositif, Nuno Da Costa.
.
L'avalanche d'avertissements se poursuit. Jérémy Grimm reçoit lui aussi son carton jaune pour avoir ceinturé Ocampos.
.
Troisième changement et troisième entrée d'un attaquant du côté du RCSA: Idriss Saadi, qui succède à Jérémy Grimm, va disputer ses premières minutes de la saison en équipe une.
.
A l'OM, Rudi Garcia cherche au contraire à assurer ses arrières. L'auteur du 2e but phocéen, Morgan Sanson, cède sa place au défenseur central Grégory Sertic.
.
L'OM a été à deux doigts d'inscrire le but du 3-1. Sur un centre travaillé par la patte droite de Bouna Sarr, Florian Thauvin a placé une tête croisée que Sels, du bout des phalanges, a prolongé en corner au pied de son poteau gauche.
.
BUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUT 2-2
.
Le Racing qui égalise à moins de deux minutes de la fin par Nuno Da Costa!!!!!!
.
Sur un bon ballon d'Idriss Saadi, Lebo Mothiba a trouvé Da Costa qui s'est enfoncé à gauche de la surface et est allé battre Mandanda d'un tir du droti à bout portant.
.
but 3-2
.
Le 3e but pour l'OM!!! Valère Germain redonne l'avantage aux Marseillais.
.
Incroyable! Sur une touche marseillaise côté gauche, Sakai s'est faufilé dans le dos de Lala pour adresser un impeccable centre en retrait dont Germain s'est goinfré aux 6 mètres. Que c'est cruel pour un Racing qui avait trouvé les ressources pour revenir à deux partout quelques instants auparavant...
.
C'est fini au Vélodrome. Le Racing, qui avait arraché un point dans le temps additionnel il y a quinze jours à Montpellier (1-1), vient d'en perdre un ce soir dans l'antre d'un Olympique de Marseille qui se relance après ses deux défaites en quatre jours contre l'Eintracht Francfort et à Lyon.
.
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 4831
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 72
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 7ème journée : Marseille - Strasbourg

Message  67120 le Jeu 27 Sep - 6:40

Vraiment rageant
Après avoir mené, puis être revenu au score, le Racing s’est incliné sur le fil face à un Olympique de Marseille réduit à dix en 2e  mi-temps. Vu le scénario, les Alsaciens peuvent nourrir de vrais regrets.
Personne ne donnait cher de la peau du Racing hier. Dans un stade Vélodrome bien garni, les Alsaciens affrontaient en effet une équipe marseillaise vexée par ses deux revers de la semaine passée. Sur le papier, cette 7e journée s’annonçait fort périlleuse pour la troupe de Thierry Laurey.

«On s’est sabordé et j’ai des regrets»

Pourtant, au final, les Strasbourgeois ne sont pas passés loin de gratter un point en terre phocéenne. Après avoir ouvert le score contre le cours du jeu, les Strasbourgeois ont été punis deux fois en première mi-temps. Mais ils ont ensuite su profiter de leur supériorité numérique, après l’expulsion d’Amavi en deuxième période, pour égaliser par Da Costa. Las, Germain a eu le coup de rein nécessaire, dans les arrêts de jeu, pour offrir une victoire à l’arraché à l’OM.

« On s’est sabordé et j’ai des regrets, pestait Thierry Laurey après coup. Surtout que c’est la deuxième fois que ça nous arrive, après Saint-Etienne ( revenu à 1-1 dans les arrêts de jeu à la Meinau, NDLR ). Et je suis surtout navré pour les joueurs, qui ont fait 90 minutes super et un temps additionnel à vomir.»

Le Racing s’attendait à subir. Et ça a bien été le cas. Après cinq minutes d’observation, l’OM s’accapare le cuir. Le premier centre de Sanson finit dans les bras de Sels (10e’ ). Ce sera la première d’une longue série d’offensives infructueuses pour les Marseillais.

Alors que tout le stade se demande quand les Marseillais vont ouvrir le score, l’improbable arrive. Thomasson gratte un ballon mal négocié par Lopez. Il sert Corgnet, qui lance Lala. Parti seul dans l’axe, le latéral transformé en ailier trompe Mandada, avec l’aide involontaire d’Amavi. On joue la 27e’ et le hold-up est parfait pour les Alsaciens, qui marquent sur leur première (et unique) occasion de cette première période.
«Un penalty? Quel penalty?»

Las, les Strasbourgeois vont tenir dix minutes seulement. À la 39e’ , M. Letexier siffle un penalty très généreux, Jérémy Grimm s’opposant dans la surface à Thauvin qui s’affale… mais après avoir transmis le ballon. Quoi qu’il en soit, Payet le transforme (1-1, 41e’ ).

«Je voulais qu’on endorme Marseille et on a réussi à le faire, ne décollerait pas Laurey. Mais un coup de baguette magique a réveillé les Marseillais. Un penalty? Quel penalty? J’ai vu un plongeon de Thauvin.»

Et l’OM va doubler la mise dans la foulée. Carole repousse un centre de Payet comme il peut, mais Sanson, arrivé plein axe, ne laisse aucune chance à Sels (2-1, 44e’ ).

Revenu dans la course au meilleur des moments, juste avant la pause, l’OM continue son travail de sape dès le début de la seconde période. Mais un fait de jeu va changer la donne. Amavi tacle Lala, le pied levé. Il voit rouge et l’OM doit finir cette rencontre à dix (53e’ ).
Joie immense, mais de courte durée

Le Racing sort enfin de sa moitié de terrain. Laurey sent le vent tourner et lance Zohi. Ce dernier se signale d’emblée par une frappe difficilement repoussée par Mandanda (64e’ ), avant que Thomasson ne vendange une belle occasion deux minutes plus tard.

Da Costa se joint au combat, Saadi aussi. Un choix payant. Saadi hérite d’un ballon, puis sert Mothiba qui décale Da Costa. Ce dernier trompe Mandanda (89e’ ).

La joie des Strasbourgeois est alors immense. Mais de courte durée, car Germain profite d’une dernière offensive pour offrir la victoire aux siens dans la minute qui suit. Une issue à s’en mordre les doigts. Car hier, contre toute attente, le Racing n’aurait pas dû rentrer bredouille.

«Ce soir, il y avait matière à prendre un point. Mais on a connu un relâchement fatal en fin de match. C’est toujours embêtant de laisser des points en route. C’est rageant, même», concluait l’entraîneur alsacien. On ne peut guère lui donner tort.
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 4831
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 72
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 7ème journée : Marseille - Strasbourg

Message  67120 le Jeu 27 Sep - 6:42

❏ ANTHONY CACI, défenseur du Racing. – «Il y a beaucoup de déception. On a fait le maximum pour revenir au score. On a poussé après le rouge, on a égalisé et on n’a pas été attentif sur la dernière action. On a beaucoup de regrets. Tout n’est pas à jeter, on a montré que l’on pouvait rivaliser avec Marseille. On n’était pas les favoris. Un nul aurait été une petite victoire. Mais on se fait parfois surprendre juste après qu’on marque. Il faut que l’on corrige cette lacune. Et quand on y sera arrivé, on fera mal à beaucoup d’équipes.»

❏ JONAS MARTIN, milieu de terrain du Racing. – «C’est un match qui me fait penser à celui de Saint-Etienne, qui avait égalisé alors qu’on était en supériorité numérique. C’est frustrant parce qu’on prend ce but à la fin alors que notre égalisation n’était pas volée. Il y a une action anodine, ils ont de la réussite, Germain joue bien le coup. Félicitations à eux. Il y a beaucoup de frustration. Je pensais que l’on prendrait un point. On n’a pas su tenir le résultat mais après, on peut revenir sur le match et ce penalty. À quoi sert la VAR alors que Thauvin dit lui-même qu’il a plongé et que l’adversaire ne le touche pas?»

❏ RUDI GARCIA, entraîneur de l’Olympique de Marseille. –

«Le scénario était particulier ce soir. On a pris un but sur la seule incursion strasbourgeoise, alors qu’on était bien dans l’animation du jeu. Mais ce qui est intéressant, c’est qu’on a cherché l’égalisation, puis le deuxième but. Ensuite, on est rapidement réduit à dix. On a presque tout bien jusqu’à la 89e’ , où on prend ce but. Mais derrière, on a eu un sursaut d’orgueil, de la force de caractère pour chercher la victoire. Je ne discuterai pas de l’arbitrage, que ce soit sur le penalty ou le carton rouge, car il y a la VAR et il faut respecter les décisions de l’arbitre.»
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 4831
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 72
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 7ème journée : Marseille - Strasbourg

Message  67120 le Jeu 27 Sep - 6:44

Presqu’au niveau
Si les Strasbourgeois n’ont pas été tous bons, ils ont fait le maximum pour glaner un point qui leur tendait les bras. Des défaillances individuelles ont été de trop pour réussir un gros coup à Marseille.
S ELS (5). – Le Belge n’a pas grand-chose à se reprocher, repoussant notamment du pied le premier tir cadré de Thauvin (16e’ ). Il en a pris trois et ça fait beaucoup pour espérer un retour fructueux du Vélodrome.
➤ LALA (6). – Placé haut sur le terrain, le blond décoloré a confirmé sa forme du moment. Amavi, qui a fini par disjoncter en voyant rouge, n’a pas fait le fier à chacune des initiatives du latéral (ailier ?) droit strasbourgeois qui l’a semé sur le contre décisif peu avant la demi-heure de jeu. L’ancien Lensois en a profité pour inscrire son deuxième but en cinq jours. Brillant jusqu’à ce duel perdu par Sakai, dans les arrêts de jeu qui a coûté un magnifique point aux Alsaciens. Vraiment dommage car il a été presqu’exceptionnel.
❏ CACI (5). – Le natif de Forbach a stabilisé l’axe défensif avec prudence et assurance tout d’abord. À droite dans le schéma à trois centraux, il avait la nécessité de ne pas trop s’exposer, Lala occupant une position avancée sur le terrain. On peut regretter quelques ballons rendus à l’adversaire quand l’OM a passé la surmultiplié.
❏ MITROVIC (3). – Le capitaine serbe en bave des ronds de chapeau en ce moment et son début de match n’a pas contribué à guérir sa palpable fébrilité. En retard, trop court ou mal placé, il n’a pas beaucoup aidé. Le duel aérien, largement perdu face à Germain au retour des vestiaires, est emblématique de sa soirée une nouvelle fois décevante.
❏ MARTINEZ (6). – Sobre, le défenseur central a fait preuve d’autorité dans les duels et de précision dans ses placements. Sa rigueur a fait du bien mais n’a pas suffi.
❏ CAROLE (4). – Avec Thauvin, meilleur buteur de la Ligue 1, il avait évidemment un client à se coltiner. Le latéral gauche a marché sur des œufs, soucieux d’un placement précis et a gagné ses premiers duels face à Bouna Sarr. En revanche, l’ancien de Galatasaray a la malchance d’être sur la ligne de passe de l’ouverture de Payet, juste avant la pause. Son intervention place Sanson en position idéale pour le 2-1. Même auteur d’une ou deux montées néanmoins mal conclues, il pioche un peu au retour des vestiaires et est remplacé par Da Costa (72e’ ) , pas très inspiré jusqu’à son coup de génie de la toute fin de match lorsqu’il a inscrit son troisième but cette saison (89e’ ).
❏ GRIMM (4). – En chien de garde, protecteur de son arrière-garde, il a été souvent aux basques de Payet dans le cœur du jeu, ou de Maxime Lopez. Mais le blond alsacien a commis l’intervention un brin maladroite sur Thauvin qui a gratté le penalty de l’égalisation (40e’ ). L’enfant d’Ostheim a relevé la tête cherchant à tordre le milieu d’en face par son activité et a fini complètement cuit demandant le changement qui est intervenu avec l’entrée de Saadi (81e’ ) , dont une fulgurance n’a pas été loin de correspondre à un grand bonheur strasbourgeois (89e’ ).
❏ MARTIN (4). – L’élégant milieu de terrain avait souvent revêtu les habits de lumière. Hier, il a dû les troquer pour un bleu de chauffe, vite plein de cambouis, à l’image de ce gros tacle non sanctionné sur Lopez (25e’ ). Souvent brillant ces derniers temps, il n’a pas eu son influence habituelle hier.
❏ THOMASSON (5). – Pour son retour sur le terrain, après deux matches au « frigo », le milieu offensif a été l’auteur d’une sortie intéressante. Cela n’a pas suffi ( lire ci-dessous ).
❏ CORGNET (5). – Sa discrétion ne l’a pas empêché d’être décisif et propre techniquement. L’ancien Dijonnais n’a pas touché beaucoup de ballons et a parfois subi l’impact des Marseillais avant d’être remplacé par Zohi (62e’ ), qui s’est illustré d’une frappe cadrée puissante et soudaine sur un service de Carole (64e’ ). Il a souvent mis la défense marseillaise en difficulté.
❏ MOTHIBA (5). – Tout seul en pointe ou presque, il était un peu le petit cheval dans le mauvais temps. Dévolu à un rôle ingrat, le Sud-Africain a su garder un ou deux ballons aux avant-postes avant de perdre le fil. Trop souvent signalé hors jeu, auteur d’une faute de dépit (43e’ ), l’attaquant n’a pas été des plus lucides quand il s’est agi d’arracher le nul, s’essayant à des tentatives à la desperado comme sur un service de Da Costa (84e’ ). Mais il a eu la lucidité requise sur l’une des dernières actions en servant parfaitement le Cap-Verdien (89e’ ).
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 4831
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 72
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 7ème journée : Marseille - Strasbourg

Message  67120 le Ven 28 Sep - 6:43

Occasions manquées
Après avoir lâché deux points à la maison face à Saint-Étienne, lors de la 2e journée de Ligue 1, le Racing a une nouvelle fois laissé filer un point à sa portée mercredi, à Marseille. Un travers à corriger d’urgence.
Pas sûr que les joueurs et le staff strasbourgeois aient bien dormi mercredi soir. Certains ont dû se repasser en boucle – dans leur tête ou sur leur smartphone – cette accélération de Sakai, suivie d’un centre à destination de Germain.

D’autres ont dû repenser à ce penalty, accordé aux Marseillais et transformé par Dimitri Payet en première mi-temps, alors que le Racing venait d’ouvrir le score à la surprise générale.

Logiquement, après la fin de la rencontre, dans les sous-sols du stade Vélodrome, c’est le mot « frustration » qui revenait en boucle dans la bouche des joueurs strasbourgeois. Une frustration qui se teintait de colère du côté de Thierry Laurey.

« Ça m’horripile »


L’entraîneur n’a pas masqué son énervement à l’encontre de l’arbitre, M. Letexier, coupable selon lui d’avoir sifflé un penalty imaginaire qui a relancé l’OM alors que le Racing menait au score, en première mi-temps.

« Il n’y a pas eu faute, il y a eu un plongeon », a ironisé Thierry Laurey devant la presse, en comparant Florian Thauvin à… l’acteur américain Patrick Duffy, connu pour avoir (entre autres) été l’homme poisson dans la série “L’homme de l’Atlantide”.

« On travaille toute la semaine, on laisse de la sueur, de l’énergie, on se bat, soulignait aussi, plus sérieusement, l’entraîneur alsacien. Et tout est foutu en l’air par une décision qui vient de nulle part, ça m’horripile ».

Mais Thierry Laurey ne mettait pas cette troisième défaite de la saison uniquement sur le dos de l’arbitre. Il aurait d’ailleurs eu tort de le faire, le Racing ayant aussi bénéficié d’une décision favorable de l’homme en noir, en l’occurrence l’expulsion de Jordan Amavi. Or cette exclusion, tout comme le penalty, peut se discuter.

Non, si le coach bleu s’est fâché tout rouge, c’est surtout contre ce moment « de relâchement fatal » qui a coûté un point précieux aux Alsaciens en toute fin de match. « Quand je revois les images, on ne peut pas dire qu’il y a de la concentration (juste avant le 3e but marseillais)  », regrettait-il.

Or, face à une équipe telle que l’OM, la moindre absence se paye cash. « J’ai cru qu’on avait fait le plus dur en revenant au score à la 89e , analysait encore Laurey. Mais quand tu joues face à des équipes comme Marseille, Paris ou Lyon, tu ne peux pas te permettre un seul moment d’inattention ».

C’est une évidence. Mais comme face à Saint-Étienne lors de la 2e journée – où les Alsaciens avaient été rejoints au score par une équipe réduite à dix dans les arrêts de jeu – il a manqué trois minutes aux Strasbourgeois pour réaliser un gros coup.

« Ce soir (mercredi) il y avait matière à prendre un point, comme on aurait dû en prendre trois face à Saint-Étienne, soupirait “coach Laurey” à ce sujet. Quand tu joues le maintien, c’est toujours embêtant de laisser échapper des points. Surtout qu’on en a déjà laissé pas mal en route ».
«On n’a pas été récompensé mais on ne va pas se plaindre»

Et c’est d’autant plus rageant que le Racing n’a pas à rougir de sa prestation au Vélodrome, bien au contraire. « On a fait le match qu’il fallait. On a respecté notre plan de jeu : être agressif, avoir beaucoup d’envie et une volonté de se projeter vite vers l’avant », soulignait Thierry Laurey. Le tout, en ayant l’efficacité nécessaire à l’avant et une certaine maîtrise à l’arrière.

Las, ça n’a pas suffi et le compteur strasbourgeois reste bloqué à huit unités, avec une 13e place de Ligue 1 à la clé. « On n’a pas été récompensé, mais on ne va pas se plaindre, concluait l’entraîneur strasbourgeois. On va récupérer au mieux et essayer de faire un bon match samedi face à Dijon ». En évitant cette fois d’avoir des regrets à la fin…

Guingamp – Racing maintenu le samedi. La rencontre de la 11e journée de Ligue 1 Guingamp – Strasbourg n’a pas été décalée. Elle se déroulera au stade de Roudourou le samedi 27 octobre à 20h.
dna
avatar
67120
d'r Kàpallmaischter
d'r Kàpallmaischter

Messages : 4831
Date d'inscription : 24/09/2009
Age : 72
Localisation : la région de Molsheim

Revenir en haut Aller en bas

Re: 7ème journée : Marseille - Strasbourg

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum